Version classiqueVersion mobile

Les Palais dans la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jacques Chiffoleau

3. Sur les palais des papes

Les stratégies d’implantation palatiale dans la région d’Avignon de Jean XXII à Clément VI (1316-1352)

Valérie Theis

Texte intégral

  • 1 Seniles, IX, 1, cité dans J.-F. De Sade, Mémoires pour la vie de François Pétrarque, 1.1, Amsterdam (...)

« Quelle honte de voir ces gens-là construire des palais magnifiques où l’or brille partout, des Tours superbes qui menacent le Ciel, dans cette nouvelle Babylone, pendant que la capitale du monde est en ruine, que les toits des Apôtres tombent de tous côté, et que les Temples des Saints, dont ils sont comme les sacristains, sont presque entièrement renversés. L’orgueil s’élève pour tomber de plus haut, et il n’y a personne qui défende, qui soutienne l’humble demeure de Jésus-Christ1. »
François Pétrarque

  • 2 J. Batany, « Benoît XII et la construction du palais jugés par un moraliste contemporain (Jean Dupi (...)

« Notre pape a bien réussi sa mue : dorénavant ce faucon veut faire de près ses volées ! Sa case est bien gardée : il se tient enfermé dans son palais, et personne ne peut lui parler, à moins d’apporter une grosse bourse d’or.
Il fait installer de bons créneaux à ses châteaux, il fait peindre ses appartements et les fait garnir de listels : voilà ce qui l’occupe et qui l’intéresse2. »
Jean Dupin

1Le portrait peu flatteur du pape Benoît XII dressé par Jean Dupin, comme les nombreuses invectives de Pétrarque contre les tours de la nouvelle Babylone, constituent les exemples les plus célèbres de la littérature d’opposition à la papauté d’Avignon. L’insistance sur l’arrogance et la richesse des constructions papales semble être devenue dès le milieu du XIVe siècle un passage obligé de ce type de texte. Il est vrai que l’architecture des bâtiments pontificaux, moins avares en solides tours qu’en ouvertures sur l’extérieur, se prêtait particulièrement aux métaphores associant le mystère de ces hauts murs au mauvais gouvernement des papes, soupçonnés de se livrer à tous les vices ainsi protégés des regards extérieurs. Cependant, au delà d’une simple association poétique entre architecture et pouvoir, il semble que les chantiers des souverains pontifes furent, aux yeux des contemporains, le révélateur des mutations que connaissait la papauté, alors résolument décidée à prendre part à l’exercice du pouvoir temporel dans la région d’Avignon.

  • 3 Comme nous ignorons tout de l’allure de cet ancien palais épiscopal, il est fort possible que l’exp (...)

2L’insistance des contempteurs de la papauté sur la question des palais se comprend d’autant mieux qu’avant l’arrivée des papes, la région d’Avignon ne connaissait d’autre palais que celui de l’évêque d’Avignon, dont on ignore s’il méritait vraiment le nom de palais3. Dès lors, la construction de trois palais pontificaux en moins de cinquante ans dans un périmètre de quelques kilomètres autour d’Avignon ne pouvait manquer de frapper les esprits. L’imposition de ce réseau palatial sur un réseau urbain préexistant débuta véritablement sous le pontificat de Jean XXII (1316-1334) et se poursuivit à un rythme soutenu jusqu’à celui de Clément VI (1342-1352). Cette intense activité de bâtisseurs constituant un des pans essentiels de la politique locale des papes durant ces trente-six ans, il semble nécessaire de compléter la vision à la fois stupéfaite et critique qu’ont pu en avoir les contemporains par une tentative pour replacer les constructions concernées dans la logique de la politique pontificale en faisant la part du choix et de la contrainte. C’est en partant de l’inscription de chaque palais dans son contexte géographique et politique que l’on tentera de comprendre la place qu’ils ont pu tenir dans le processus de domination territoriale enclenché à partir de Jean XXII, ce qui nécessite tout d’abord de rappeler la position de la papauté dans le Comtat.

L’implantation immobilière des papes : choix et contraintes

3Une fois décidée l’installation sur les bords du Rhône, au début du pontificat de Jean XXII, la place du palais pontifical constitua certainement un des points les plus délicats de la politique locale des papes. En effet, ceux-ci se trouvaient soumis à la double exigence de loger une cour très nombreuse et de redonner un véritable siège à la papauté, ce qui impliquait la construction d’un palais apostolique. La ville d’Avignon, qui les accueillait alors et qui était le centre urbain le plus important de la région, aurait pu sembler toute désignée pour devenir d’emblée le nouveau centre de la Chrétienté. Cependant, une telle installation n’allait pas sans poser de problèmes car la souveraineté des papes sur le Comtat, reconnue depuis la date récente de 1274, n’incluait pas la ville d’Avignon.

4En soi, le problème du manque de contrôle sur la ville n’avait rien de nouveau puisqu’il se posait déjà à Rome. Cependant, l’un des intérêts de l’exil consistait justement à essayer de ne pas reproduire la situation urbaine instable qui avait été celle de la Curie romaine et dans cette perspective Avignon présentait à la fois des avantages et des inconvénients par rapport à Rome. L’un de ces inconvénients était que le pape ne pouvait y compter sur l’intégration dans un clan familial ou dans un réseau de relations régionales, mais cela lui permettait aussi d’occuper une position plus neutre qu’à Rome, où il était en général partie prenante des luttes de clans. Par ailleurs, l’installation dans une ville de la taille d’Avignon présentait l’avantage d’avoir à compter avec un patriciat urbain beaucoup moins puissant qu’à Rome. Enfin, même si Jean XXII n’était pas le seigneur de la ville, il bénéficiait de la distance de ce dernier, qui était alors Robert de Naples, souverain plutôt favorable à un pape qui avait fréquenté la cour napolitaine pendant de nombreuses années.

  • 4 Pour plus de détails sur le palais de Pont-de-Sorgues voir A-T. Luttrell et T-F-C. Blagg, « The Pap (...)
  • 5 Sur l’importance de la notion de recreatio dans le mode de vie pontifical voir A. Paravicini-Baglia (...)
  • 6 Voir P. Bernardi, P. Dautrey, V. Theis, Dire le palais...
  • 7 La bulle de l’échange, datée du 5 juin 1336 a notamment été publiée par L. Duhamel, Les origines du (...)
  • 8 Nous ne pouvons reprendre ici la complexe chronologie du palais des papes à Avignon dont la meilleu (...)
  • 9 Le terme de livrée (librata) désigne en effet seulement les bâtiments réquisitionnés par l’administ (...)
  • 10 Sur le palais de Villeneuve-lès-Avignon voir H. Aliquot, Les palais cardinalices hors les murs d'Av (...)

5Dans ces conditions, malgré la bienveillance de leurs hôtes, on comprend mieux l’intérêt que les papes pouvaient avoir à disposer à la fois de palais en Avignon et dans le Comtat et pourquoi les premiers travaux d’envergure qu’ils lancèrent ne concernèrent pas Avignon. En effet, à la place du siège unique qui aurait pu s’imposer à Avignon dans un autre contexte, Jean XXII et ses successeurs décidèrent de faire construire trois bâtiments qualifiés de palais par les contemporains : un à Pont-de-Sorgues au nord d’Avignon, un à Avignon et enfin, un à l’ouest, à Villeneuve-lès-Avignon, de l’autre côté du Rhône (fig. 1). Le premier de ces bâtiments fut le palais dit de Pont-de-Sorgues, construit à partir de 1318 par le pape Jean XXII et achevé vers 13244 (fig. 2). Ce palais, pour la construction et la décoration duquel Jean XXII consacra des sommes importantes, semble avoir constitué, à ses yeux, une véritable opération de prestige qui lui offrait d’abord un havre de paix voué à la recreatio5. Il fut d’ailleurs identifié comme tel par les contemporains car les comptes de construction désignent toujours le chantier comme celui d’un palais à une époque où le palais d’Avignon oscillait encore entre les dénominations domus episcopalis et palatium papalis6. Il faut attendre 1336 pour que le palais de l’évêque occupé par le pape devienne officiellement palais apostolique, une fois cet évêque relogé dans un autre bâtiment, à l’emplacement de l’actuel Petit Palais7. Ce n’est donc qu’à partir du pontificat de Benoît XII que la ville d’Avignon devint véritablement le nouveau Siège Apostolique et c’est ce pape et son successeur Clément VI qui donnèrent une réelle dimension palatiale à la vieille demeure de l’évêque en l’agrandissant considérablement de 1336 à 13528. Le même Clément VI fut le promoteur du dernier palais pontifical, le palais de Villeneuve-lès-Avignon, dont les travaux débutèrent en 1342 et qu’on qualifie souvent à tort de livrée9 alors que les comptes alternent plus simplement entre hospitium et palatium, ce dernier terme s’imposant définitivement à la mort de Clément VI10.

  • 11 Sur l’installation de la cour du recteur à Carpentras voir C. Faure, Études sur l’administration et (...)

6L’implantation de ces trois palais lut le complexe produit des choix pontificaux et des contraintes locales. Elle dépendait tout d’abord de la situation de manque qui était alors celle des papes, à la fois manque de contrôle sur la ville d’Avignon et manque d’un réseau de relations locales sur lequel s’appuyer. Ces programmes de construction ne peuvent donc être envisagés que dans le rapport permanent qu’ils entretiennent avec cette ville qui resta toujours le point de mire des papes. En effet, alors que Carpentras devint à partir de 1320 le siège du gouvernement du Comtat et donc sa capitale administrative11, il ne fut à aucun moment question que les papes s’y installent où y construisent un palais, ceux-ci préférant encadrer de près la ville d’Avignon qui leur échappait encore. Le choix de développer une politique active de construction semble donc avoir déjà constitué une forme de réponse à cette incomplète maîtrise du territoire, car c’est en partie autour des enjeux liés au chantier, puis à l’utilisation des palais comme lieux de pouvoir que des réseaux d’opposition et parfois de soutien se tissèrent autour des papes.

Figure 1. Carte des environs d’Avignon

Figure 2. Le palais de Pont-de-Sorgues dans l’album Laincel

  • 12 Sur cette alternance entre résidence d’été et d’hiver au XIIIe s. voir A. Paravicini-Bagliani, La c (...)

7Dans le développement de cette politique, la part du choix n’est pas à négliger non plus. Choix de vie tout d’abord, car la multiplicité des palais permettant au pape d’alterner résidence d’été et d’hiver ou résidence de représentation et résidence de retraite, reproduisait de manière très certainement consciente les pratiques de la curie romaine du XIIIe siècle12, pratiques qu’il importait d’entretenir pour montrer que rien n’avait changé. Choix stratégique ensuite, car la situation excentrée d’Avignon dans le Comtat, qui place la ville sur de nombreux axes de communication, était à la fois un atout et un danger qui rendaient indispensable une bonne maîtrise de l’ensemble des voies d’accès à Avignon, et pas seulement de la ville elle-même. Dans cette optique, l’existence de plusieurs palais répondait donc à un objectif de maîtrise du territoire qui restait d’actualité même lorsque la ville finit par tomber sous la domination pontificale.

8Afin d’essayer de voir comment chacun de ces facteurs pesa dans la stratégie de construction des papes, il semble nécessaire d’envisager les palais à la fois séparément et dans les relations qu’ils entretenaient les uns avec les autres. Cette démarche impose d’abord de porter une attention particulière à leur situation géographique qui peut fournir des indices sur le rôle qu’ils jouèrent dans l’organisation générale du Comtat lors de leur construction et sur le type de rapport qu’ils entretinrent avec la ville d’Avignon. Par ailleurs, sachant que chaque nouveau projet immobilier vint s’ajouter au précédent sans que cesse pour autant l’utilisation des constructions antérieures, il est indispensable d’appréhender ces palais de manière plus globale. En s’intéressant au réseau qu’ils finirent par former, il s’agira alors de rendre compte de la façon dont leurs relations se réorganisèrent au fur et à mesure du renforcement de la présence pontificale dans la région.

L’inscription des palais dans leur contexte local

9En dépit de leur grande proximité géographique, une attention à la localisation des trois palais permet de constater qu’ils ont répondu à des besoins différents de l’institution pontificale. Cette différence de situation peut être envisagée à deux niveaux : à la fois dans le rapport que ces palais entretiennent avec la ville d’Avignon qui reste toujours le point de résidence principal des papes, et aussi dans le rapport que chacune de ces constructions entretient avec le micro-organisme urbain dans lequel elle s’implante, avec pour toile de fond la recherche par la papauté de quelques solides points d’appuis dans un territoire à maîtriser.

Avignon ou l’incomplète maîtrise

  • 13 Sur ce point nous renvoyons à la communication de Dominique Carru qui fait le bilan des complexes o (...)
  • 14 Sur les contestations contre l’action des taxateurs voir P. Pansier, Les palais cardinalices d’Avig (...)
  • 15 G. Mollat, « Les conflits de juridiction entre le maréchal de la cour pontificale et le viguier d’A (...)
  • 16 A-M. Hayez, « Le conseil de ville supplie la reine Jeanne de ne pas vendre Avignon », Avignon au Mo (...)

10Le palais d’Avignon, tout d’abord, se trouve dans une situation ambiguë. Il apparaît comme une véritable place forte qui, certes, domine la ville et théoriquement toute la Chrétienté, mais à l’échelle locale, ses occupants restent en position d’invités. Or, en reprenant l’emplacement de l’ancien palais épiscopal, ces invités ont choisi un site certes stratégique car on peut y observer l’ensemble de la ville et du fleuve, mais aussi particulièrement contraignant à la fois par la présence du rocher des Doms, la proximité du fleuve et la densité du bâti. C’est ainsi que le besoin d’espace grandissant de cette cour donne de nombreuses occasions de tensions avec les habitants de la ville, puisque chaque agrandissement du palais donne lieu à de multiples procédures d’expropriation et de destruction13 · Si l’on ajoute à cela les besoins des cardinaux, qui imposent la réquisition d’un grand nombre de logements dans l’ensemble de la ville14, il n’est pas étonnant que l’on ait conservé des témoignages montrant à quel point les habitants étaient rétifs à la domination du pape sur la ville, ce qu’ils exprimèrent par exemple en essayant de faire appel aux Angevins contre le pape lors de plusieurs conflits de juridiction15, ou lors de la vente de la ville à Clément VI en 134816.

Pont-de-Sorgues et l’apprivoisement du Comtat

  • 17 J. Fornery, Histoire du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, Avignon, rééd. 1903.
  • 18 Les documents relatifs au paiement de la muraille de Châteauneuf qui livrent en outre ses dimension (...)
  • 19 Col. 260, f° 118, 1319-1320.

11En ce qui concerne le palais de Pont-de-Sorgues, le premier intérêt de sa situation réside dans sa position par rapport aux voies d’eau qui entourent Avignon (fig. 3). Au nord d’Avignon, les deux voies d’eau importantes sont en effet le Rhône et la Sorgue qui se rejoignent au port de la Traille. Le Rhône sert alors de frontière entre le royaume de France à l’ouest et le Comtat à l’est et constitue une limite bien marquée et relativement sûre, en raison des bonnes relations entre le pape et le roi, mais aussi en raison de l’importance même du fleuve. La ville de Pont-de-Sorgues est située juste en amont de la confluence Rhône/Sorgue, sur la rive sud de la Sorgue. Si on regarde la carte établie par Fornery au XVIIIe siècle17, on constate que la frontière entre le Comtat et la principauté d’Orange passait alors juste au nord de Châteauneuf-du-Pape et donc au nord de Pont-de-Sorgues. Au début du XIVe siècle, il n’y avait à Châteauneuf aucun palais, mais conscient de l’intérêt stratégique de la ville, Jean XXII la réunit à la mense épiscopale d’Avignon dès 1316 avant d’acquitter la réalisation d’une muraille en 131818. Il constitua ainsi un point de défense avancé au nord du Comtat qui s’inscrivait dans le réseau des multiples petites forteresses dont disposaient alors les papes pour garder leurs frontières et dont on a conservé une liste dans les comptes du trésorier du Comtat19, liste qui fait état de pas moins de quatre-vingt-dix-neuf castra dans le Comtat, qui étaient alors régulièrement réparés et réarmés lors des périodes de tensions aux frontières. Cela dit, il semble qu’en temps normal ces forteresses n’accueillaient pas de troupes car celles-ci étaient explicitement envoyées pour quelques semaines lorsqu’on y réalisait des travaux. Il s’agissait donc d’un appareil défensif lourd activé seulement en cas de danger, ce qui n’était pas le cas du palais de Pont-de-Sorgues. L’occupation de ce site par un palais-forteresse répondait certainement plus à la recherche d’un point d’ancrage territorial fort à proximité d’Avignon qu’à celle d’un élément supplémentaire dans un dispositif à vocation plus exclusivement militaire.

Figure 3. Carte du Comtat Venaissin (d’après J. Chiffoleau, Les justices du pape, Paris, 1984)

  • 20 S. Gagnière, Images du passé vauclusien, 1973, p. 250.

12Cependant, si ce palais remplissait une fonction allant au delà de la simple défense du Comtat, il n’en occupait pas moins un des emplacements les plus stratégiques à proximité d’Avignon. Celui qui tenait Pont-de-Sorgues contrôlait en effet la seule voie d’accès à Avignon par la berge orientale du Rhône, car le seul pont sur la Sorgue se trouvait alors à cet endroit. Cette situation exceptionnelle explique l’installation dès le XIIe siècle de générations de seigneurs pillards qui faisaient payer cher le passage, au point de nécessiter au XIIIe siècle l’intervention des légats du pape pour démanteler la forteresse de Pont-de-Sorgues20. Construire un palais à Pont-de-Sorgues répondait donc à un double objectif, à la fois défensif et princier, puisque ce site au bord de l’eau répondait à la fois aux exigences de la recreatio et à celles de la maîtrise de l’espace.

  • 21 Les originaux de ces gravures sont conservés à la médiathèque Ceccano à Avignon mais on en trouvera (...)
  • 22 K-H. Schàfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII., Paderbom, 1911, p. 620-623.

13Ce rôle de contrôle de l’espace que le palais de Pont-de-Sorgues devait assumer vis-à-vis de la ville d’Avignon semble avoir imposé un certain type de rapport entre le palais et son propre espace urbain. En effet, comme le montrent bien les gravures de Laincel21 où l’on voit la muraille du château se prolonger dans l’armature du pont, le palais se trouvait alors juste au débouché du pont : il fallait passer devant avant d’entrer dans la ville, ce qui permettait aux troupes pontificales de garder le contrôle du passage de la Sorgue (fig. 2). La mainmise sur le pont a sans doute décidé de l’implantation du palais, puisque celui-ci ne s’est pas établi sur un terrain libre. En effet, les comptes de la chambre apostolique montrent qu’en 1318 le pape n’achète pas seulement des terres pour construire son palais. Il achète aussi beaucoup de maisons en ville pour les faire raser afin d’insérer son palais au cœur du tissu urbain préexistant22 · Cependant, dans le cas d’une petite ville comme Pont-de-Sorgues, les retentissements d’une telle opération immobilière ne semblent pas avoir suscité le même type de réactions d’hostilité que dans le cas d’Avignon. Contrairement à Avignon, les populations locales moins puissantes et sûrement moins organisées ne réagissent pas à l’implantation des papes, et semblent au contraire en profiter pour établir des relations durables avec l’institution pontificale. L’installation quelque peu pesante du pape paraît avoir été suivie de certaines « contreparties », et on constate divers signes d’une volonté du pape d’associer la communauté à son implantation dans la région.

  • 23 L’Introitus-Exitus 53 qui est un compte d’œuvre des années 1322-1323, à une époque où les travaux d (...)
  • 24 K-H. Schäfer, Die Ausgaben..., p. 620-621.
  • 25 Ibid., p. 623.
  • 26 C. Faure, Études sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du XIIIe siècle au XVe sièc (...)
  • 27 ASV, Col 260, Ε65, 1319-1320 et Reg. Av. 53, f°339 v° et 368, 1338-1340.
  • 28 Reg. Supp. 4, P121.

14La première action en ce sens consiste à employer les hommes du village et même les femmes comme journaliers sur le chantier, ainsi qu’à faire travailler les artisans de la ville de Pont-de-Sorgues23 au lieu de n’utiliser que des Avignonnais, avec qui la papauté était pourtant déjà en relation pour le chantier du palais épiscopal. Par ailleurs, certains habitants vendent des terres et des maisons au pape à des prix qu’il est difficile d’évaluer car on ne connaît pas la taille des pièces de terre, mais on constate que ces transactions semblent avoir renforcé les liens entre les élites locales et l’institution pontificale. Lors des opérations d’expropriation de Pont-de-Sorgues, les papes s’appuient en effet en partie sur des familles avec lesquelles ils ont déjà eu quelques contacts mais que 1 on retrouve ensuite fréquemment dans les sources. Les Auger, par exemple, qui appartiennent à la noblesse locale, font partie de ces familles qui ont vendu beaucoup de biens au pape pour qu’il puisse construire le palais de Pont-de-Sorgues : le 6 février 1318, Guillaume Auger junior reçoit pour Bertrand Auger 300 livres tournois et 400 florins pour la vente d’une tour et d’une maison, pendant que Guillaume Auger senior vend un hôtel et son jardin pour 533 florins et que Guillaumet Auger (peut-être le même que Guillaume Auger junior) vend un autre hôtel pour 333 florins24. Au mois de septembre, c’est encore Guillaume Auger qui vend 16 éminées et demi de terre au pape pro ampliando papale palatium25. Certes, les relations entre les Auger et le pape ne débutent pas à ce moment-là car dès 1302, Bertrand Auger, docteur ès-lois, est appelé en consultation par les papes avant d’assurer la prestigieuse fonction de juge-mage du Comtat en 1305, 1307 et 1311-131426. Par la suite, en 1319-1320 et 1338-1340, on retrouve Guillaume Auger à la perception des revenus du péage de Pont-de-Sorgues27 qui entrent dans les revenus généraux du pape dans le Comtat. C’est sous le pontificat de Clément VI que la famille semble être arrivée à l’apogée de son influence auprès du pape. En juillet 1343, Guillaume Auger présente de lui-même une supplique à Clément VI dans laquelle il demande au pape d’intercéder pour son fils qui désire entrer au chapitre de Notre Dame des Doms et pour sa fille qui elle, vise les bénédictines de Saint Laurent d’Avignon28. Il s’agit là d’un cas rare, car même si Guillaume Auger n’est pas n’importe qui (il est dit domicellus) il reste laïque et les suppliques émanant de laïcs ne sont pas si courantes, à moins qu’il ne s’agisse de princes, ce qui est quand même loin d’être le cas des Auger. Dans ce cas, la proximité géographique et l’ancienneté des liens unissant la famille Auger à l’institution pontificale semblent avoir permis de compenser la – toute relative – modestie de la position sociale du requérant.

15L’ensemble du parcours de la famille Auger montre qu’elle a choisi très tôt la collaboration avec l’administration pontificale, les épisodes de Pont-de-Sorgues ne constituant qu’une des étapes de ce rapprochement. On entrevoit le rôle que les chantiers pontificaux ont pu jouer dans le renforcement de l’ancrage local de la papauté, qui ne s’est pas contentée de distribuer des postes aux personnages éminents de la région mais a pu aussi jouer un rôle aussi important en dynamisant par exemple le marché immobilier. Dans cette perspective, l’exemple de Pont-de-Sorgues est alors particulièrement intéressant, car les Auger ne sont sûrement pas les seuls à avoir bénéficié de ce nouveau dynamisme et un tel éclairage permet de ne pas en rester à la seule image négative d’une « invasion pontificale » faisant flamber les prix d’Avignon aux dépens cette fois de la population. Le cas ponctuel des Auger permet d’entrevoir la nature des bienfaits que l’administration pontificale pouvait accorder à ceux qui travaillaient avec elle, ainsi que la valeur sociale que pouvait représenter, sur plusieurs générations, une bonne connaissance des rouages de cette administration.

  • 29 ASV, IE 141, F° 111 v°.

16Là encore, l’importance de la précocité des relations avec la papauté semble n’avoir pas seulement concerné les élites locales. D’autres hommes ont pu profiter des nouveaux marchés ouverts par la papauté et on observe par exemple de multiples cas d’ouvriers qui, ayant fait leurs preuves à Pont-de-Sorgues, sont ensuite rappelés sur d’autres chantiers pontificaux, soit pour y travailler, soit pour y jouer le rôle d’experts. Enfin, dans le cadre de cette « alliance » avec les communautés locales, Benoît XII n’est pas en reste puisqu’en 1336 on le voit financer, pour une valeur de 126 florins, une halle pour tenir le marché de Pont-de-Sorgues29. Ainsi, même si l’implantation du palais a certainement tué dans l’œuf toute velléité d’autonomie de la communauté, elle a joué un rôle plutôt dynamisant pour une petite ville comme Pont-de-Sorgues, ce qui n’est pas le cas de Villeneuve-les-Avignon.

Villeneuve et le mode de vie princier

17Pour ce qui est du site, la position du palais de Villeneuve rappelle beaucoup celle de Pont-de-Sorgues. Le palais est en effet lui aussi étroitement lié aux voies d’eau et à la ville d’Avignon puisqu’il est situé au débouché d’un pont sur le Rhône, ce pont étant le seul qui permet d’accéder à Avignon par l’ouest, c’est-à-dire du côté du royaume de France. Là encore, les murailles du pont se prolongent dans celles du palais et le palais se trouve exactement en face de celui d’Avignon de l’autre côté du Rhône, ce qui donne l’effet d’une sorte de prise en tenaille du fleuve qui permet surtout de bien contrôler le pont (fig. 4).

Figure 4. Villeneuve-lès-Avignon dans l’album Laincel

  • 30 Cette hypothèse a été formulée par H. Aliquot, « Les livrées cardinalices de Villeneuve-lès-Avignon (...)

18Reste que la communauté de Villeneuve semble avoir moins bénéficié des retombées positives de l’arrivée du pape que celle de Pont-de-Sorgues. L’installation de Clément VI achève en effet d’enclencher un processus qui menaçait Villeneuve dès les premières implantations cardinalices quelques années auparavant. Dans ce nouvel espace, palais et livrées sont si nombreux qu’ils tendent à rendre impossible tout développement urbain30 et font définitivement échouer le projet, lancé par Philippe le Bel en 1296, de faire de ce lieu une ville neuve. Les berges du Rhône ne parviennent jamais à former un espace indépendant mais se transforment en banlieue résidentielle d’Avignon, la présence du fleuve permettant d’assurer une ségrégation spatiale impossible à l’intérieur d’Avignon. Les effets d’implantation du palais sont donc beaucoup moins positifs qu’à Pont-de-Sorgues pour une population locale qu’il s’agit désormais moins de séduire que de tenir à l’écart.

  • 31 Cité dans G. De Loye, « Réceptions du pape Clément VI par les cardinaux A. Ceccano et Pedro Gomez à (...)
  • 32 « Pendant qu’ils dansaient dans ces lieux, la foule des gens pouvait regarder les ballets et les tr (...)

19Les pratiques relatées dans un compte-rendu anonyme de fêtes données en 1343 par des cardinaux en l’honneur du pape peuvent nous aider à comprendre ce que les papes et les cardinaux recherchaient à Villeneuve et qui explique qu’ils aient consacré moins d’attention à l’entretien de bonnes relations avec les autochtones. L’auteur de ce texte explique en effet à propos du pape reçu à Montfavet : « Monseigneur d’Espagne le reçut solennellement, sans confusion et sans tapage. Et comme il fit bien garder les portes de sa demeure, il n’y eut point de fâcheux qui s’immiscèrent ; il mit aux portes des hommes discrets et de toutes conditions capables de distinguer les personnes de bonne compagnie ; ceux-là purent entrer, les autres non »31. La veille, une fête à Pont-de-Sorgues avait donné lieu à l’installation d’un faux pont destiné à céder sous le poids de la foule des curieux et à mettre tous ces importuns à l’eau32. Dans ces deux exemples, on se trouve sur la rive gauche du Rhône et il faut donc faire garder les portes pour s’assurer d’une bonne compagnie, mais le pont sur le Rhône et le passage dans un autre royaume offrent aux cardinaux et au pape une tranquillité encore plus absolue, dans un cadre plus salubre qu’Avignon. Par ailleurs, notre chroniqueur anonyme insiste sur le fait que la fête donnée à Pont-de-Sorgues par Annibal Ceccano est si brillante qu’on en entend la musique et les bruits jusqu’à Avignon. Dans cette perspective très ostentatoire de la fête réussie, le palais de Villeneuve est donc dans la situation idéale : il permet au pape de mettre en scène sa magnificence aux yeux des citadins en toute tranquillité. Villeneuve est une vitrine de la cour, au sens propre, et non un marche-pied pour s’implanter dans une nouvelle communauté et pour renforcer la conquête territoriale.

  • 33 G. Mollat, Lettres communes analysées d’après les registres dits d’Avignon et du Vatican, no20318, (...)

20Si la même évolution n’a pas eu lieu à Pont-de-Sorgues et à Villeneuve, c’est d’abord parce que le palais de Villeneuve se trouvait dans une situation juridique très différente de celui de Pont-de-Sorgues. En effet, la construction de ce dernier palais avait été une première étape pour l’installation du pape dans une ville qu’il avait ensuite annexée dans son ensemble en 132433. A Villeneuve, l’annexion n’était pas envisageable puisque la ville faisait partie du royaume de France, mais les difficultés du pape allèrent plus loin puisqu’il ne fut jamais propriétaire de l’hôtel qu’il occupait dans cette ville, à savoir l’ancien hôtel du cardinal Napoléon Orsini, dans lequel il avait pris l’habitude d’effectuer de longs séjours et ce même avant son élection.

  • 34 L’acte de vente, daté du 20 octobre 1344 a été édité par P. Pansier, Les palais cardinalices d’Avig (...)
  • 35 K-H. Schafer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. und Innocenz V (...)

21L’acte de vente, daté de 1344, est émis au nom du frère du pape, le cardinal Hugues Roger, et il est précisé qu’il réalise cet achat en tant que personne privée34, ce qui aurait dû normalement lever toute ambiguïté quant à une possible confusion entre le patrimoine des Roger et le patrimoine de l’Eglise Romaine. Pourtant, c’est l’argent de la Chambre qui sert à acheter l’hôtel et après la mort de Clément VI, sous Innocent VI, c’est encore le trésor pontifical qui finance l’entretien de cette propriété, clairement qualifiée de palatium pape de ultra Ponte35. La perception par les contemporains de cet ensemble de bâtiments comme palais pontifical ne fait donc aucun doute ; pourtant ce palais avait un autre propriétaire qui, bien que résidant régulièrement dans la propriété, avait surtout servi d’homme de paille lors de l’achat de l’hôtel, ce qui amène à s’interroger sur les raisons d’un tel montage.

  • 36 L’acte daté du 27 juillet 1342 est signalé par H. Aliquot, Les palais cardinalices hors les murs d’ (...)
  • 37 Les travaux commencent le 10 juin 1342 (ASV, IE 204, f. 3) et consistent non seulement à aménager l (...)
  • 38 H. Aliquot, Achat de la livrée..., p. 111.

22L’examen plus précis des conditions de vente de l’hôtel Orsini donne des éléments de confirmation des difficultés rencontrées par le pape pour s’installer en France : le roi de France avait d’abord accepté le principe de la vente de l’hôtel par les neveux du propriétaire défunt, le cardinal Orsini, peu de temps après la mort de celui-ci en 134236. De son côté, Clément VI engagea dès juin 1342 (un mois après son élection) de grands travaux d’agrandissement de ce palais37, travaux qui étaient quasiment achevés quand la vente fut enfin conclue en octobre 1344. Puisque la vente avait été autorisée en 1342 et que le pape s’était immédiatement installé dans le palais, on pourrait s’étonner de voir l’affaire se prolonger jusqu’en 1344. Cependant, comme celle-ci finit par être conclue avec un autre homme que Clément VI, qui dut en outre affirmer dans l’acte de vente agir à titre privé, il n’est pas impossible que ce soit du côté du roi de France qu’il faille chercher les raisons d’un tel retard, le roi ayant pu voir d’un mauvais œil la possible installation du pape de l’autre côté du Rhône. Clément VI est pourtant omniprésent jusque dans l’acte de vente où il est précisé que « c’est ici que notre pape Clément VI aime à se retirer »38, mais le message important de ce document semble justement être d’accorder un droit d’usage du palais au pape, tout en précisant qu’il n’est pas officiellement propriétaire de l’endroit, ce qui était peut-être un passage obligé pour calmer les réticences du roi de France.

  • 39 C. Faure, Études sur l’administration..., p. 36.
  • 40 C. Faure, Études sur l’administration..., p. 38, P. 144-145.
  • 41 J. Chiffoleau, Les justices du pape, 1984, p. 42-43.

23Il ne faut pas oublier que la papauté pouvait alors apparaître comme un voisin plutôt envahissant. On a signalé comment la construction d’un palais à Pont-de-Sorgues avait été l’occasion pour Jean XXII d’affirmer son contrôle sur la ville. Certes, il s’agissait alors d’assurer ses positions dans un territoire encore mal dominé, ce qui n’était plus vraiment le cas sous Clément VI. Cependant, après le renforcement des positions intérieures qui avait été l’œuvre de Jean XXII, il semble que sous Clément VI, la papauté soit passée à une politique plus directement expansionniste, d’abord dirigée vers le nord du Comtat. Dès août 1342, on le voit en effet faire l’acquisition de tous les droits de Jean, comte d’Armagnac, sur le château de Monteux39. Puis, en juillet 1344, Clément VI profite des dettes que le dauphin de Viennois Humbert II avait auprès de lui pour l’inciter à vendre le château et le territoire de Visan pour 12 000 florins40. Ces achats ne constituaient que la partie réussie des entreprises de conquête des papes qui par ailleurs ne cessaient de faire d’autres tentatives d’annexion. Si l’on ajoute à cela la récurrence des conflits entre la France et le pape pour la possession des îles du Rhône41, qui témoigne à la fois de l’importance qu’avait la maîtrise du fleuve pour chacun des deux souverains et de la réalité des vues du pape sur le Rhône, on peut comprendre que l’installation du pape à Villeneuve n’ait pas été perçue comme une affaire anodine. Ainsi, les conditions de la vente de 1344 montrent à nouveau combien l’installation du pape à Villeneuve se fit dans des conditions différentes de celles de Pont-de-Sorgues, déterminant par là la vocation spécifique de Villeneuve, à savoir celle d’une zone résidentielle de luxe pour le pape, les cardinaux et leur prestigieuse familia (fig. 5).

24Ainsi, à travers ces trois implantations palatiales, on constate que les programmes de construction des papes dans le Comtat ont pris une tournure différente en fonction des objectifs de la papauté et des difficultés propres à chaque projet. Cependant, si ces trois ensembles palatiaux sont à rapporter à des moments singuliers de la politique pontificale, il ne faut pas oublier que chaque nouveau chantier n’a pas fait disparaître les anciennes implantations, si bien que la présentation de ces édifices serait incomplète si elle ne prenait pas en compte le système d’ensemble formé peu à peu par les palais pontificaux. C’est sur ces logiques d’ensemble et leurs évolutions entre le pontificat de Jean XXII et celui de Clément VI qu’il convient à présent d’insister.

Le réseau palatial et son évolution

  • 42 Le texte de la donation du 21 juin 1317 a été édité par C. Faure, Études sur l’administration..., p (...)
  • 43 La bulle de donation aux Chartreux datée du 1er décembre 1320 a été éditée dans l’article très comp (...)
  • 44 Le 25 janvier 1334, la somme de 83 livres est versée à Pons Bonyer et Peyre du Thor pour 100 cannes (...)

25Examinons tout d’abord le dispositif palatial mis en place à l’époque de Jean XXII et de Benoît XII. A Avignon, avant le rachat de 1348, les papes ont dû composer avec une capitale pontificale qui refusait de l’être, et le palais a donc longtemps occupé une position qui se rapprochait de celle d’une ambassade. L’originalité du dispositif alors mis en place par Jean XXII est qu’il ne compte pas sur le palais épiscopal pour maîtriser la ville d’Avignon mais qu’il choisit de s’appuyer sur la maîtrise du Comtat pour assurer celle de la ville. Le territoire urbain est en effet inséré dans une zone de contrôle plus large, balisée par d’autres lieux de pouvoir pontificaux, capables à la fois de surveiller les accès à la ville et de fournir des centres de repli en cas de problème. C’est dans ce volet de protection et surveillance que s’inscrit le palais de Pont-de-Sorgues, mais il n’en constitue qu’un des aspects, car le palais-forteresse n’est pas le seul modèle de point d’appui utilisé par les papes pour encadrer la ville d’Avignon. En effet, pour l’époque de Jean XXII, il faut mentionner le rôle similaire joué par la Chartreuse de Bonpas que les papes récupérèrent en 131742. Si Pont-de-Sorgues couvrait le nord de la ville d’Avignon, cette donation des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem leur permit cette fois de contrôler les points d’accès situés au sud de la ville, car c’est à Bonpas que se trouvait alors le seul bac permettant de passer la Durance à proximité d’Avignon (fig. 1). Jean XXII confia ces bâtiments à un ordre en lequel il avait confiance, celui des Chartreux43 et si l’on rappelle souvent que les papes firent rénover les bâtiments, on constate surtout qu’il les firent fortifier44, ce qui montre bien que la situation stratégique de ce nouveau couvent ne lui avait pas échappé. Par ailleurs, même après avoir confié les bâtiments de Bonpas aux Chartreux en 1320, les papes gardèrent le contrôle du bac qui était à la fois une source de revenus et un moyen de se réserver le contrôle du passage de la Durance. La configuration des implantations pontificales à l’époque de Jean XXII témoigne donc du point auquel les considérations liées à la domination du territoire du Comtat étaient alors au cœur des préoccupations de la papauté. Dans ce contexte, le palais apparaît d’abord comme une modalité parmi d’autres de la maîtrise du territoire.

26Cependant au fur et à mesure que la situation des papes dans la région se stabilise, les rapports entre les trois palais tendent à évoluer et l’ancienne répartition des fonctions subit quelques infléchissements, qui se révèlent lors de la construction de Villeneuve.

  • 45 IE 204, f. 80 v°, juillet 1342 : pro factura seu fustatura clausure facte inter cameras domini nost (...)
  • 46 Les comptes de construction mentionnent tout d’abord Hugues Roger, le frère du pape (dominus Tutell (...)
  • 47 En février 1343, on règle des achats de bois pro aula magna et capello nova domini nostri (IE 205, (...)
  • 48 Ce consistoire est localisé notamment dans l'ΙΕ 204, par exemple f° 82 : pro factura arquii et port (...)
  • 49 Cette magna aula est mentionnée dans les comptes à partir de février 1343 (IE 205, f°5).

27Tout d’abord, d’après ce qu’on peut en savoir à partir des comptes de construction, le palais de Villeneuve présente la spécificité d’être un palais où la fonction privée s’affirme plus nettement que dans les autres. Ce palais est formé de deux corps de bâtiments principaux, d’un côté l’ancienne livrée du cardinal Orsini et de l’autre, le nouveau corps de bâtiments construit par Clément VI. Le pape occupe l’ancien corps de bâtiments45 et les membres de la famille Roger semblent se répartir surtout dans le nouveau46. Chaque bâtiment a une chapelle privée (celle du pape et celle d’Hugues Roger) et une grande chapelle a été rajoutée dans le nouveau bâtiment, qui doit sûrement jouer le rôle de chapelle « publique », pour les hôtes du pape47. L’ancien bâtiment comporte un seul espace véritablement public, le consistoire48, auquel il faut ajouter une salle de réception, la magna aula du nouveau bâtiment49. Reste que l’élément le plus frappant du palais est le grand nombre de chambres (plusieurs dizaines) qui permettent d’accueillir à la fois des hôtes, les dignitaires de la cour, le personnel de la maison du pape et le clan Roger.

28L’administration semble être limitée au strict nécessaire, c’est-à-dire à ce qui concerne directement le pape, ce qu’on peut déduire notamment de la pratique de la correspondance pontificale pendant les séjours à Villeneuve. A l’époque de Clément VI, on constate en effet que les lettres du pape, lorsqu’il est en séjour à Villeneuve, partent aussi bien de ce palais que du palais d’Avignon, certainement parce qu’alors il ne se déplace plus avec toute la chancellerie, qui fonctionne de manière autonome dans les bureaux avignonnais. A cette époque, la cour pontificale n’est donc plus véritablement une cour gyrovague ou même pendulaire, car la structure administrative d’Avignon est devenue très lourde : la ville s’affirme alors comme seul pôle politique de la papauté.

  • 50 IE 37, f°105 (toutes les références de ΓΙΕ 37 renvoient exceptionnellement à la foliotation manuscr (...)
  • 51 IE 37, f°53, 20 avril 1322 :...ad malonandis et passimentandis aulam que est in dicto palacio a par (...)
  • 52 En décembre 1321, le consistoire est localisé à l’occasion de travaux de peinture : Thomas Daristot (...)
  • 53 La construction de l’audience commence le 4 juin 1322, IE 35, f. 17 v° après l’achat de terres en a (...)

29L’organisation spatiale du palais de Pont-de-Sorgues révélait de ce point de vue un fonctionnement légèrement différent. Ce palais était formé de quatre corps de bâtiments dont trois étaient habitables, le quatrième comprenant la porte d’entrée et les pièces de service. Ainsi, l’aile orientale accueillait le pape50, l’aile du côté de la Sorgue une magna aula51 et l’aile du côté de la ville la chapelle et la salle du consistoire52, bâtiments auxquels il faut ajouter une audience construite à côté du palais à la même époque53 (fig. 6). Les chambres des hôtes étaient ensuite réparties dans les espaces restant du bâtiment et dans les tours, mais les comptes ne permettent pas toujours de les localiser avec certitude. Le palais de Pont-de-Sorgues, qui semble avoir compté moins de chambres d’hôtes que celui de Villeneuve, ressemblait ainsi plus nettement à un palais d’Avignon en réduction, permettant d’assumer tous les actes politiques, alors qu’à Villeneuve il s’agit surtout d’être à la campagne avec ses familiers, comme dans une maison cardinalice ordinaire.

Figure 6. Schéma d’organisation du palais de Pont-de-Sorgues

30Ainsi, le modèle palatial de Pont-de-Sorgues peut à première vue paraître plus complet, mais il faut se demander si cette configuration complexe forteresse/maison d’agrément/siège politique suppléant est vraiment la marque d’un pouvoir élaboré : à bien des égards, cela peut sembler être plutôt une forme relativement archaïque du palais de villégiature, dans lequel on déplace toute la cour. Tout ce qui existe à Avignon chez l’évêque doit être potentiellement remplaçable à Sorgues, ce qui est plutôt la marque d’une forme d’instabilité ou d’insécurité que celle d’un pouvoir fort. On est encore dans la logique d’une cour nomade, et le seul modèle de palais possible est celui du palais totalisant, dans lequel le pouvoir est concentré autour du prince et non fondé sur une bureaucratie partiellement autonome.

  • 54 S. Gagnière, « Les jardins et la ménagerie du palais des papes », Avignon au moyen Age. Textes et d (...)
  • 55 5 avril 1359 : D. Rigaldo Guitardi castellano Pontis Sorgie pro/adendo pontem levaticum in dicto pa (...)

31À l’époque où les fonctions récréatives s’imposent à Villeneuve, le palais sorguais connaît quelques transformations dans son affectation. Dès l’époque de Clément VI, le pape n’y vient presque plus. Il fait garder le palais par ses représentants et se sert des vastes jardins comme d’une « super-ménagerie » pour les grands fauves, un peu encombrants à Avignon54. Par ailleurs, sous le pontificat d’innocent VI, en raison notamment des inquiétudes liées à la guerre, ce changement fonctionnel est confirmé par la transformation du palais en forteresse puisqu’on y fait creuser un fossé et mettre un pont-levis55. Le palais se réduit alors à son rôle de défense avancée de la zone nord du Comtat, devenant en quelque sorte une simple tour de garde du véritable complexe palatial avignonnais.

32Tout ces éléments permettent de conclure à un changement dans la manière de concevoir le palais et les rapports entre palais de Jean XXII à Clément VI. Alors qu’à Pont-de-Sorgues on avait un véritable « petit palais des papes », à Villeneuve on n’a pas un palais complet. En revanche, c’est désormais l’ensemble Villeneuve/Avignon qui constitue le complexe palatial unique, Pont-de-Sorgues se trouvant relégué dans un rôle de fortification de ce complexe. Sous Clément VI, les fonctions palatiales sont donc désormais divisées entre plusieurs pôles et non répliquées d’un palais à l’autre : le palais d’Avignon constitue ainsi le pôle politique, celui de la représentation du pape en tant que chef de l’Eglise, dans lequel on effectue les actes officiels alors que Villeneuve se rapporte plutôt au versant de la familia, du Pierre Roger princier, premier parmi les cardinaux qui constituent le réseau de sociabilité dans lequel s’insère ce palais. Villeneuve n’est donc pas seulement le lieu d’un renoncement du pape à jouer un rôle politique par le biais de la construction d’un palais, c’est aussi le lieu d’achèvement de la construction politique, le moment où l’on n’a plus besoin que la conquête du territoire aille de pair avec la villégiature, parce que l’exercice du pouvoir s’est imposé à l’ensemble de la région. Il s’agit désormais de s’en isoler tout en gardant un œil dessus, car des fenêtres de Villeneuve on ne cesse pas de voir la ville et d’en être vu et les communications y sont bien plus faciles qu’à Sorgues, ce qui fait que le lien entre les deux pôles est très certainement permanent. S’opposent donc un palais de retraite (au deux sens du terme, récréation et échappatoire) à Pont-de-Sorgues et un « double palais » s’étendant des deux côtés du Rhône, lieu de la présence absolue du pape sur la ville et le Comtat, qui fait que le pape est présent à Avignon même lorsqu’il n’est pas dans les murs. La configuration du lieu de pouvoir principal du pape montre qu’il est désormais assez fort pour laisser son institution fonctionner sans lui et c’est certainement la réussite de l’implantation pontificale dans l’ensemble du Comtat qui a permis une telle évolution des fonctions palatiales. Au delà de la simple maison de campagne de luxe, le modèle de Villeneuve peut donc être perçu comme un niveau d’élaboration supérieur dans l’exercice du pouvoir.

33Finalement, il ressort de ce bref tour d’horizon que les palais ne sont pas de simples lieux fonctionnant de manière indépendante et imprimant leur marque sur l’espace de manière symbolique. La forme imposante du palais ne doit pas faire oublier qu’il occupe d’abord une place déterminante au cœur du système économique et social de la papauté en voie d’implantation. Il faut donc étudier ces palais dans leur environnement comme les pièces d’un ensemble où tout se tient. Partant de là, il apparaît que les rapports entre ville et palais ne doivent pas se limiter à l’étude du mode d’insertion du seul palais d’Avignon à l’intérieur de cette ville. Les autres constructions pontificales qui enserrent la ville sont tout aussi liées à cet organisme urbain que le palais principal, qui jusqu’ici a eu tendance à recevoir la totalité de l’attention des chercheurs. Si notre compréhension de ce grand édifice reste encore aujourd’hui incomplète, peut-être serait-il utile de le mettre plus souvent en relation avec l’ensemble du fonctionnement de l’espace du Comtat, car le palais est à la fois un outil de construction territoriale et le révélateur des pratiques de gouvernement de la papauté avignonnaise.

Notes

1 Seniles, IX, 1, cité dans J.-F. De Sade, Mémoires pour la vie de François Pétrarque, 1.1, Amsterdam, 1764, p. 266.

2 J. Batany, « Benoît XII et la construction du palais jugés par un moraliste contemporain (Jean Dupin, Mélancolies, v. 106-122) », Avignon au Moyen Age. Textes et documents, Avignon, 1988, p. 67-73.

3 Comme nous ignorons tout de l’allure de cet ancien palais épiscopal, il est fort possible que l’expression palatium épiscopalis, abondamment utilisée dans les comptes de la chambre apostolique lors de l’arrivée des papes, ne l’ait été qu’en tant que syntagme figé, la dignité de l’évêque suffisant à faire de n’importe quel bâtiment un palais dans les textes. Sur cette question du vocabulaire employé pour désigner le palais épiscopal puis le palais pontifical d’Avignon voir P. Bernardi, P. Dautrey, V. Theis, « Dire le palais : le Palais des Papes d’Avignon à travers la comptabilité pontificale », VIIe congrès international d’archéologie médiévale, Le Mans-Mayenne, 9-11 septembre 1999, Le Mans, 2001, p. 147-162.

4 Pour plus de détails sur le palais de Pont-de-Sorgues voir A-T. Luttrell et T-F-C. Blagg, « The Papal Palace and other fourteenth-century buildings at Sorgues near Avignon », Archaeologia, 109, 1991, dont une traduction a été donnée dans la revue Etudes Sorguaises ; V. Theis, La construction du palais de Pont-de-Sorgues, mémoire de maîtrise sous la direction de Jacques Chiffoleau, Université d’Avignon, juin 1997.

5 Sur l’importance de la notion de recreatio dans le mode de vie pontifical voir A. Paravicini-Bagliani, Le corps du pape, Paris, 1997, p. 199. Quant à l'utilisation du palais de Pont-de-Sorgues comme palais de villégiature, on en trouve notamment une mention dans la troisième vie de Benoît XII de la compilation d’Etienne Baluze : Item pridie nonas ejusdem mensis (6 juillet 1335), scilicet seguenti die proximo, papa Benedictus ivit ad pontem Sorgie, volendo ibi vacationes deducere..., E. Baluze, Vitae paparum Avenionensium, éd. G. Mollai, Paris, 1916,t.1, p. 218.

6 Voir P. Bernardi, P. Dautrey, V. Theis, Dire le palais...

7 La bulle de l’échange, datée du 5 juin 1336 a notamment été publiée par L. Duhamel, Les origines du palais des papes, Tours, 1882, p. 63. L’échange a eu lieu le 27 juin et c’est dans l’acte qui rend compte de la cérémonie d’échange qu’il est décidé quod dictum hospitium quod episcopale nominari consueverat, de cetero Palatium Apostolicum in perpetuum nominetur, cité dans L-H. Labande, Le palais des papes et les monuments d’Avignon au XIVe siècle, Marseille, 1925,1.I, p. 50.

8 Nous ne pouvons reprendre ici la complexe chronologie du palais des papes à Avignon dont la meilleure synthèse se trouve dans D. Vingtain, Avignon. Le palais des papes, Paris, 1998.

9 Le terme de livrée (librata) désigne en effet seulement les bâtiments réquisitionnés par l’administration pontificale et « livrés » aux cardinaux afin de loger leur nombreuse familia.

10 Sur le palais de Villeneuve-lès-Avignon voir H. Aliquot, Les palais cardinalices hors les murs d'Avignon, thèse de doctorat dactylographiée, Université d’Aix-Marseille, 1988 et « Le palais du pape Clément VI à Villeneuve », dans Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 8e série, t. III, 1994, p. 99-129 ainsi que V. Theis, Les lieux du pouvoir pontifical, mémoire de DEA sous la direction de Jacques Chiffoleau, Université Lyon II-Lumière, juin 1999, p. 81-184.

11 Sur l’installation de la cour du recteur à Carpentras voir C. Faure, Études sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du XIIIe siècle au XVe siècle (1229-1417), Recherches historiques et documents sur Avignon, le Comtat Venaissin et la principauté d’Orange, Paris-Avignon, 1909, p. 38 et 50-68, et pour plus de détails sur l’organisation de cette cour voir M. David, De l’organisation administrative, financière et judiciaire du Comtat Venaissin sous la domination des papes (1229-1791), Aix, 1912.

12 Sur cette alternance entre résidence d’été et d’hiver au XIIIe s. voir A. Paravicini-Bagliani, La cour des papes au XIIIe siècle, Paris, 1995, p. 31-66.

13 Sur ce point nous renvoyons à la communication de Dominique Carru qui fait le bilan des complexes opérations d’extension du palais dans la ville.

14 Sur les contestations contre l’action des taxateurs voir P. Pansier, Les palais cardinalices d’Avignon aux XIVe et XVe siècles, 3 fasc., Avignon, 1926-1932 et en particulier, fasc. I., p. 6-9.

15 G. Mollat, « Les conflits de juridiction entre le maréchal de la cour pontificale et le viguier d’Avignon au XIVe siècle », Provence historique, 1954, p. 11-18.

16 A-M. Hayez, « Le conseil de ville supplie la reine Jeanne de ne pas vendre Avignon », Avignon au Moyen Âge. Textes et documents, Avignon, 1988, p. 97-102.

17 J. Fornery, Histoire du Comté Venaissin et de la ville d’Avignon, Avignon, rééd. 1903.

18 Les documents relatifs au paiement de la muraille de Châteauneuf qui livrent en outre ses dimensions ont été retranscrits par L. Duhamel et sont conservés aux Archives départementales de Vaucluse (2 F 38, Châteauneuf-du-Pape).

19 Col. 260, f° 118, 1319-1320.

20 S. Gagnière, Images du passé vauclusien, 1973, p. 250.

21 Les originaux de ces gravures sont conservés à la médiathèque Ceccano à Avignon mais on en trouvera des reproductions dans un recueil que Sylvain Gagnière a consacré à L. de Laincel, Images du passé vauclusien, Avignon, 1973.

22 K-H. Schàfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII., Paderbom, 1911, p. 620-623.

23 L’Introitus-Exitus 53 qui est un compte d’œuvre des années 1322-1323, à une époque où les travaux d’agrandissement ont déjà commencé à Avignon, contient un grand nombre de listes de d’artisans dits de Pont-de-Sorgues, mais on emploie aussi des hommes et des femmes du village pour travailler dans le jardin (f°5l et 54).

24 K-H. Schäfer, Die Ausgaben..., p. 620-621.

25 Ibid., p. 623.

26 C. Faure, Études sur l’administration et l’histoire du Comtat Venaissin du XIIIe siècle au XVe siècle (1229-1417), Recherches historiques et documents sur Avignon, le Comtat Venaissin et la principauté d’Orange, Paris-Avignon, 1909, p. 186.

27 ASV, Col 260, Ε65, 1319-1320 et Reg. Av. 53, f°339 v° et 368, 1338-1340.

28 Reg. Supp. 4, P121.

29 ASV, IE 141, F° 111 v°.

30 Cette hypothèse a été formulée par H. Aliquot, « Les livrées cardinalices de Villeneuve-lès-Avignon, Genèse et débuts du grand schisme d’Occident », Colloques internationaux du CNRS (Avignon, 1978), Paris, 1980, p. 400.

31 Cité dans G. De Loye, « Réceptions du pape Clément VI par les cardinaux A. Ceccano et Pedro Gomez à Gentilly et Montfavet. 30 avril, le mai 1343 », Avignon au Moyen Age. Textes et documents, Avignon, 1988, p. 90.

32 « Pendant qu’ils dansaient dans ces lieux, la foule des gens pouvait regarder les ballets et les très belles danses. On avait jeté un pont postiche sur la Sorgue. On devait le traverser pour voir les danses, pour entendre les différents instruments et les douces mélodies des voies suaves. Tout le monde accourut donc sur le pont à qui mieux mieux et, alors, on assista au baptême par immersion des clercs, des laïques, des moines. On entendait des cris lorsque quelqu’un tombait dans la Sorgue. Ces bruits ajoutés au son des instruments, aux cris de ceux qui tombaient, tout cela faisait un tumulte extraordinaire et incroyable ; les regards de Notre Seigneur erraient sur cette scène, prenant plaisir à la diversité de ces nobles amusements avec la modération et la retenue qui sied à un tel pontife. Il en allait de même des cardinaux qui étaient les uns sur les autres parce que le nombre de fenêtres ne suffisaient pas pour que tout le monde puisse voir la fête. », G. de Loye, op. cit., p. 89.

33 G. Mollat, Lettres communes analysées d’après les registres dits d’Avignon et du Vatican, no20318, confirmée par une bulle, Bullarium Romanum, t. III, pars IIa, p. 190.

34 L’acte de vente, daté du 20 octobre 1344 a été édité par P. Pansier, Les palais cardinalices d’Avignon aux XIVe et XVe siècles, Avignon, 1926-1932, fasc. II, p. 100 et une traduction en a été proposée par H. Aliquot, « Achat de la livrée Orsini à Villeneuve par le cardinal Hugues Roger », Avignon au Moyen Age. Textes et documents, Avignon, 1988, p. 111-113.

35 K-H. Schafer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. und Innocenz VI, Paderbom, 1914, p. 577, mention datée du 3 octobre 1355.

36 L’acte daté du 27 juillet 1342 est signalé par H. Aliquot, Les palais cardinalices hors les murs d’Avignon, thèse de doctorat dactylographiée, Université d’Aix-Marseille, 1988, p. 44.

37 Les travaux commencent le 10 juin 1342 (ASV, IE 204, f. 3) et consistent non seulement à aménager le palais Orsini pour qu’il puisse rapidement accueillir le pape mais aussi à ajouter un deuxième corps de bâtiment à la propriété pour accueillir les hôtes et les occupants réguliers comme Hugues Roger. Pour la phase principale d’activité du chantier entre juin 1342 et juillet 1344 nous avons conservé plusieurs comptes d’œuvre consacrés uniquement à ce palais (IE 204, 205, 229, 232).

38 H. Aliquot, Achat de la livrée..., p. 111.

39 C. Faure, Études sur l’administration..., p. 36.

40 C. Faure, Études sur l’administration..., p. 38, P. 144-145.

41 J. Chiffoleau, Les justices du pape, 1984, p. 42-43.

42 Le texte de la donation du 21 juin 1317 a été édité par C. Faure, Études sur l’administration..., p. 204-207

43 La bulle de donation aux Chartreux datée du 1er décembre 1320 a été éditée dans l’article très complet de R. André-Michel, « Les constructions de Jean XXII à Bonpas », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 1911, t. XXXI, p. 369 à 392.

44 Le 25 janvier 1334, la somme de 83 livres est versée à Pons Bonyer et Peyre du Thor pour 100 cannes carrées de mur d’enceinte et une porte avec défenses, cité dans R. André-Michel, Les constructions..., p. 376.

45 IE 204, f. 80 v°, juillet 1342 : pro factura seu fustatura clausure facte inter cameras domini nostri pape et ortum in hospicio domini Neapoleonis.

46 Les comptes de construction mentionnent tout d’abord Hugues Roger, le frère du pape (dominus Tutellensis) qui dispose d’une chambre :...pro dicta camera domini tutellensis cooperiendo (IE 205, f. 102 v°, 11 juin 1343) et d’une chapelle :...in fenestra capelle secrete domini Tutellensis (IE 205, f°42, 29 mai 1343). Nicolas Roger, son oncle (dominus Rothomagensis) est aussi très présent (sa chambre est citée par exemple en avril 1343, IE 205, f. 97 v° et 98). On trouve ensuite quelques mentions du seigneur de Beaufort c’est à dire Guillaume de Beaufort un autre frère du pape (cité dans K-H. Schafer, Die Ausgaben..., p. 348) et de Guichard de Chambon le mari d’Élise de Besse, nièce du pape (IE 220, f° 113, 13 septembre 1343 : pro curratoribus factis inter cameram de Cambono et cameram condam G).

47 En février 1343, on règle des achats de bois pro aula magna et capello nova domini nostri (IE 205, f°5)

48 Ce consistoire est localisé notamment dans l'ΙΕ 204, par exemple f° 82 : pro factura arquii et portalis factis in consistorio hospitii domini Neapoleonis.

49 Cette magna aula est mentionnée dans les comptes à partir de février 1343 (IE 205, f°5).

50 IE 37, f°105 (toutes les références de ΓΙΕ 37 renvoient exceptionnellement à la foliotation manuscrite) : Solvipictoribus infra scriptis que operatifuerunt in picturis studii et camerarum domini nostri in aula que est a parte orientis.

51 IE 37, f°53, 20 avril 1322 :...ad malonandis et passimentandis aulam que est in dicto palacio a parte aque Sorgie de malonibus diversorum colorum.

52 En décembre 1321, le consistoire est localisé à l’occasion de travaux de peinture : Thomas Daristot...promissit...pingere aulam a parte inferiori seu inferiorem staggam que est in dicto palacio a parte ville cum arcubus fenestris et pilaribus...fuit ordinatum quod in predicta aula a parte inferiori fieret consistorium pro domino nostro (IE 37, f° 103 v°). Quant à la chapelle, on sait qu’elle communiquait avec le consistoire : Solvi Bernardo de Sancto Canai pro quadam vista lapidea per ipsum facta in gradarlo quod est in capello dicti palacii per quod descenditur de capello ad consistorium dicti palacii a parte inferiori (IE 53, f° 56 v°).

53 La construction de l’audience commence le 4 juin 1322, IE 35, f. 17 v° après l’achat de terres en avril 1322 : pro possessionibus emptis in castro Pontis Sorgie pro faciendo ibi domum pro audiencia mandato pape pretto 465 l. 10 s. tur. p. (cité par K-H. Schäfer, Die Ausgaben..., p. 628).

54 S. Gagnière, « Les jardins et la ménagerie du palais des papes », Avignon au moyen Age. Textes et documents, Avignon, 1988, p. 103-109.

55 5 avril 1359 : D. Rigaldo Guitardi castellano Pontis Sorgie pro/adendo pontem levaticum in dicto palacio et 28 janvier 1360 : De mandato pape d. Rigaldo Guitardi castellano castri Pontis Sorgie prope Avinionem pro fossatis in circuitu et pro custodia fierifaciendis 200fl. pedim boniponderis, cité par K-H. Schäfer, Die Ausgaben...p. 740.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte des environs d’Avignon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 2. Le palais de Pont-de-Sorgues dans l’album Laincel
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 3. Carte du Comtat Venaissin (d’après J. Chiffoleau, Les justices du pape, Paris, 1984)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 4. Villeneuve-lès-Avignon dans l’album Laincel
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 6. Schéma d’organisation du palais de Pont-de-Sorgues
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19333/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search