Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

Nation, République, Lamartine

Pierre Michel

Texte intégral

  • 1 Sur la discussion de l’Adresse, 10 janvier 1839, FP, II, p. 148 (voir l’explication des sigles dan (...)

« La France est une nation qui s’ennuie1. »

  • 2 HR 48, II, p. 282.
  • 3 MP, I, p. 56.
  • 4 MP, IV, p. 462.
  • 5 Sur le droit au travail, décembre 1844, FP, IV, p. 105.
  • 6 G, I. p. 7.

1« Tu n’es qu’une lyre ! va chanter2 » s’entend dire en février 1848 Lamartine. Même s’il se veut moins « poète fugitif3 » qu’« homme de gouvernement4 » attentif aux œuvres à accomplir, sa politique est aussi affaire de mots à rectifier, « mot[s] immonde[s] » tel celui de prolétaire, qui doit « disparaître de la langue comme le prolétaire lui-même doit peu à peu disparaître de la société5 » ou « mots terribles » proclamés par Mirabeau « de nation et de liberté6 ».

  • 7 La Marseillaise de la paix, OPC, p. 1174.
  • 8 G, II, p. 216.

2« Mot pompeux pour dire barbarie7 » lorsqu’il est mis au pluriel, le mot de nation fait l’objet de toute une politique lexicale. Tard venu, me semble-t-il, dans le vocabulaire lamartinien, il s’y effacera devant celui de République. Le cri de « Vive la nation ! » devrait résonner dans l'Histoire des Girondins  ; on ne l’y entend guère qu’étouffé par « le cliquetis des armes […], le bruit des souliers ferrés et des sabots […], les glapissements des femmes, les voix des enfants […], les chants patriotiques8 ».

  • 9 HR 48, III, p. 291.

3En revanche, Lamartine reprend à l’envi « le cri de Vive la République poussé par tout un peuple » lors des journées de Février, et les avatars qui l’accompagnent, « À bas les communistes ! » d’un côté, et de l’autre ce « cri national », où la nation s’acclame elle-même : « Vive Lamartine9 ! ».

  • 10 « Une nation nouvelle, inconnue, impatiente » naît avec la Révolution, G, I, p. 199.
  • 11 MP, I, p. 313.
  • 12 G, I, p. 199.

4Nation apparaît d’abord sous les espèces de la confusion, de la multiplication et de la division. Nation, c’est d’abord les nations, l’équivalent en politique extérieure des masses en politique intérieure. Les nations sont tumultueuses et belliqueuses. Elles menacent la liberté de l’Europe, qui pourrait périr dans une guerre universelle. Étapes transitoires entre les tribus et l’humanité, entre les races, l’Europe et la civilisation, l’impatience est leur marque naturelle, ou leur péché de jeunesse10. Aussi Lamartine s’est-il cru autorisé un temps à proclamer, avant de s’en repentir, « je ne sais quel prétendu droit de civilisation comme un droit absolu d’attenter aux nationalités établies11 ». Les nations sont Babylone et Babel, multiplication des langues et confusion des classes, promiscuité des hommes, des femmes et des enfants, émiettement de la propriété : négation de tout ce qui fait qu’une société est une société constituée, organique, selon la tradition bonaldienne. « Les nations sont comme leur sol : après avoir enlevé la terre végétale, on trouve le tuf, et il est stérile12. » Aussi l’utopie de la Chute d’un ange a-t-elle fait son choix entre le royaume démoniaque de Serendyb et l’éden agricole où la parole divine recommande :

  • 13 La Chute d’un ange, OPC, p. 917.

Vous n’établirez pas ces séparations
En races, en tribus, peuples ou nations ;
Et quand on vous dira : Cette race est barbare,
Ce fleuve vous limite, ou ce mont vous sépare,
Dites : Le même Dieu nous voit et nous bénit,
Le firmament nous couvre et le ciel nous unit13.

  • 14 PR, p. 378.
  • 15 PR, p. 370-4.
  • 16 G, I, p. 13.

5Le passage au singulier engage la Nation sur la voie de l'universel. Devenues un tout organique par la centralisation qui constitue « l’unité de ces grands corps qu’on nomme nation14 », la Nation ou la République ont « plusieurs corps, […] une seule tête », président ou roi, « une seule représentation nationale15 », en une ou deux chambres, peu importe à Lamartine. Une seule exigence, le gouvernement qui en émane doit exprimer « la volonté de la nation, une et irrésistible16 ».

  • 17 HC, I, p. 343.
  • 18 G, II. p. 157.
  • 19 G, I, p. 39.
  • 20 G, II, p. 91.
  • 21 G. VI, p. 287.
  • 22 PR, p. 377.
  • 23 PR, p. 387.
  • 24 HC, II, p. 392.
  • 25 G, I, p. 135, lors du retour de Varennes.
  • 26 HC, II, p. 333

6Une nation doit naître majeure, d’« une classe entière déjà préparée par l’éducation et par l’aisance à faire invasion dans ses droits ». À « l’insurrection de la bourgeoisie » d’entraîner « l’avènement de la légalité sur les traces de son Assemblée nationale17 ». À elle de prendre « l’initiative réfléchie des grandes résolutions » et d’enlever à l’insurrection la conduite de la révolution18. « Les révolutions sont les idées d’une époque. Les idées commencent dans la tête de la nation19. » Aussi l’inquiétude peut-elle être légitime de voir les nations, comme les idées, naître avant le temps. Comment Marie-Antoinette pourrait-elle reconnaître une nation de droit dans une multitude de fait, et voir dans un « peuple indifférent ou cruel une nation digne de l’empire et de la liberté20 » ? « La barbarie des supplices » de la Terreur « transformant la nation en bourreau et le gouvernement en machine de meurtre21 », comment distinguer la légitimité politique dans la violence populaire ? Une nation peut périr, non seulement de la violence qu’on lui impose, de la guerre qui engloutit tout, « nationalités et individus22 », mais surtout de la violence qu’elle s’applique à elle-même et qui remet « au hasard d’une mêlée de rue une nation, un trône, l’Europe et le siècle23 ». Une nation périt par « le parti des démagogues », qui substitue « les passions et les fureurs de la multitude […] aux droits et aux conquêtes légitimes des nations24 ». C’est ainsi que, selon une apostrophe de Barnave aux Français, une « nation de braves » se transforme en un « peuple d’assassins25 » où se retrouvent criminels, femmes publiques, « étrangers à toute nation, rejetés comme une écume de leur pays26 ».

7Une nation doit périr pour renaître dans une entité plus vaste, qui oppose l’union à la division.

  • 27 Les Révolutions, OPC, p. 513.

Regardez donc, race insensée,
Les pas des générations !
Toute la route n’est tracée
Que des débris des nations :
Trônes, autels, temples, portiques,
Peuples, royaumes, républiques,
Sont la poussière du chemin27.

  • 28 HR 48,1, xx, p. 75.
  • 29 Considérations sur le caractère de la France et de ses révolutions, 1er juillet 1850, CP, III, p.  (...)
  • 30 VO, I, p. 277.
  • 31 L’athéisme dans le peuple, 15 octobre 1849. CP, II, p. 37.
  • 32 HR 48,1, p. 60.

8De halte périlleuse en halte périlleuse, la « caravane des nations28 » se transforme en « caravane humaine », unie dans la religion de l’humanité : « Toute individualité aboutit à la nation, toute nation à l’humanité, toute l’humanité à Dieu, et […] le dernier mot de toute politique et de toute civilisation est Religion29. » Même si « la civilisation, en avançant, réduit la pensée religieuse à l’individualisme », et fonde sur « d’autres intérêts communs » des « nationalités » qui alors « vont en s’affaiblissant », pas de nation sans religion : « Mœurs, lois, patrie, tout est pour un peuple dans sa religion : c’est ce qui fait […] que l’orient se constituera si difficilement en une seule et grande nation30. » Pas de république non plus, car « Athéisme et République sont deux mots qui s’excluent31 ». Tout le discours politique lamartinien sera donc religion, paraphrase biblique et oratio vincta. « Nous ne sommes pas 1793, nous sommes 1847 ; c’est à dire : nous sommes une nation qui a traversé la Mer rouge et qui ne veut pas la traverser de nouveau32. » De l’ancien au nouveau Testament, la Babel politique doit s’écrouler au son de la parole lamartinienne :

  • 33 Toast aux Gallois, 25 janvier 1838, OPC, p. 1116.

L’homme n’est plus français, anglais, romain, barbare,
Il est concitoyen de l’empire de Dieu !
Les murs des nations s’écroulent en poussières,
Les langues de Babel retrouvent l’unité,
L’Évangile refait avec toutes ses pierres
Le temple de l’humanité33.

  • 34 HR 48,1, p. 358.
  • 35 CP, 1er novembre 1849, II, p. 78.
  • 36 CP, avril 1849,1, p. 29-31, et 1er mai 1849,1, p. 71.

9Mais en vue de la terre promise, la nation reste soumise au péril des sectes et des factions, qui ramènent la révolution à la sédition. On le voit sans peine, ce qui fonde en raison la politique lamartinienne, c’est la rime nation/faction/révolution/sédition. Réplique aux coups de crosse qui scandent sur le sol les propos du prolétaire au drapeau rouge34, elle court dans toute l’œuvre, accompagnée par les contre-rimes du peuple : « peuple posthume, […] peuple de clubs, de place publique, de sectes folles, de conjurations ténébreuses, de tumulte, d’agitations, de manifestations, de séditions35 ». Accompagnée aussi par les litanies de la bonne et de la mauvaise république, la République « unanime, magnanime, humaine et fraternelle » d’un côté, la « République socialiste […], radicale […], implacable » de l’autre, avec ses sectateurs « impatients, violents, agitateurs, perturbateurs, vociférateurs36 ».

10Une petite chronologie lamartinienne de nation et de ses rimes ferait apparaître dans la réponse de 1831 à Némésis l’incompatibilité de la mission du poète avec les passions des factions :

  • 37 A Némésis, OPC, p. 507.

Non, sous quelque drapeau que le barde se range,
La muse sert sa gloire et non ses passions !
Non, je n’ai pas coupé les ailes de cet ange
Pour l’atteler hurlant au char des factions”37

11La Chute d’un ange reprend le thème, en montrant comment depuis le « temps des choses primitives » jusqu’aux « peuples d’aujourd’hui »,

  • 38 La Chute d’un ange, OPC, p. 846.

[…] le vent des passions,
Déchaîn[e] quelquefois le feu des factions38.

12Après le vent et le feu, portant à son paroxysme l’orage politique, voici que les révolutions, « Mêlant au jour divin l’éclair des passions, » voudraient

  • 39 Utopie, OPC, p. 1156.

[…] faire d’un seul coup tout éclater en poudre,
Lois, autels, trônes, nations39,

  • 40 Jocelyn, OPC, p. 598.

13tout ce qui – « Empires, lois, autels, dieux, législations, » – ne constitue pour Jocelyn que les « Tentes que pour un jour dressent les nations40 ».

14On voit ainsi tout autour de la rime se grouper et s’étendre les termes du champ politique lamartinien de nation. De même que dans les villes modernes,

  • 41 .La Chute d’un ange, p. 959.

Ruches des nations, fourmilières humaines,
Où les hommes, du ciel perdant l’impression,
S’agitent dans le trouble et la corruption41,

  • 42 Aux instituteurs ruraux, septembre 1849, CP, I, p. 225.
  • 43 La Révision totale ou la révision partielle, 2 septembre 1851, FP, VI, p. 315.

15la nation, le peuple et le prolétariat, « cette écume des tempêtes, que les factions perverses ou abruties cherchent toujours à soulever, pour submerger les nations, dans leurs équinoxes42 », s’y côtoient, s’y divisent, s’y mêlent perpétuellement. Les visions du poète ou ses discours sur la révision constitutionnelle dressent face à face « une faction contre une nation, un rêve contre une civilisation ». C’est la formule et le scénario de la Chute d’un ange, et de « la démocratie rouge43 ». Dans un

  • 44 PR, p. 388.

siècle éclos pour de grandes choses, et prêt à se fondre en vaines querelles de mots et de personnes, en inimitiés politiques, en guerres stériles, en ruine nationale, en calamités européennes44

  • 45 A F. Guillemardet, 15 septembre 1837, OPC, p. 1112.

16les « grands secouements de choses et d’idées » que sont les révolutions font monter haut « les écumes des nations45 ». Dans une « nation qui s’ennuie », le bruit des mots précède le fracas des choses :

  • 46 Sur la discussion de l’Adresse, FP, II, p. 148.

L’ennui des peuples devient aisément convulsion et ruines.
N’entendez-vous pas déjà dans des pétitions fameuses ces craquements menaçants entre l’opinion et vous46.

17La rime suffirait à faire entendre ici l’approche de la révolution. Rien ne le manifeste mieux peut-être que ce récit d’une journée révolutionnaire de 1789, coloré par l’expérience de 1848 : d’un côté l’« indignation soudaine » des districts, soulevés par Desmoulins, Marat, Danton, « devenus en une nuit la voix d’une nation » De l’autre, à l’Hôtel de Ville, la municipalité, avec « l’autorité de [ses] fondons légales », face à l’« impulsion » et aux « députations inquiètes » du peuple. « Étrange agglomération d’hommes et de choses », plus étrange agglomération de mots, faute d’une parole et d’un nom :

  • 47 HC, 1. p. 4-5.

Aucun tribun, dominant par la popularité, par l’audace ou par la parole, n’avait su […] donne[r] l’impulsion, l’unité, la décision, la modération à ces foules. Aucune tête ne dominait les autres, aucun nom n’assurait la confiance ou le respect47.

  • 48 Je reprends ici des analyses déjà présentées dans « Parole et pouvoir chez Lamartine », dans Stend (...)

18Si le pouvoir, « ressort des nations » est parole, et la parole pouvoir48, il faut à une nation puissante un pouvoir fort, partant une parole ferme, celle de Lamartine : « Jamais une étincelle tombée de ses lèvres n’a allumé une mauvaise passion populaire ; il raisonne, il discute, il n’incendie pas. Son opposition n’est que l’insurrection des idées, la révolte de la raison ! » La parole de Lamartine corrige ainsi la rime par la raison, l’insurrection par les idées.

  • 49 La conspiration de la peur, 2 novembre 1843, FP, III, p. 447.

Il parle du peuple, mais il définit le peuple. Il parle de la démocratie, mais il définit la démocratie. Il parle de liberté, mais il définit la liberté.
Il n’est pas une de ces définitions qui ne soit un appel au bon sens, à la paix publique, au droit et au respect de tous envers tous49.

  • 50 HR 48, II, p. 372.
  • 51 G, I, p. 158.

19Dans ses « hymne[s] de paroles50 » le poète homme d’État fait descendre sur le peuple assemblé la parole divine, pour la faire remonter vers Dieu dans un cri unanime. Cela suppose une politique d’épuration lexicale, qui ramène le peuple au bon sens, loin de la « fièvre » qu’insuffle dans « toutes les veines de la nation » le « délire » de la presse révolutionnaire51. Il faut du bon peuple et du mauvais peuple faire un seul peuple, il faut séparer de la bonne république la mauvaise république, chasser du langage et de la politique le peuple posthume et la République sauvage de 93.

20Quand Lamartine parle du peuple, il définit le peuple. Mais c’est aussi la nation et la république qu’il définit par la même occasion :

  • 52 Sur les prochaines élections, 24 juillet 1846, FP, IV, p. 104.

Quand nous disons le peuple, nous entendons le peuple tout entier, la nation dans sa tête comme dans ses membres, la France vivant dans l’unanimité de ses citoyens […] Le peuple est un et indivisible comme la France52.

  • 53 Tournier M„ 1975 – « Le mot “Peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », Roman (...)
  • 54 CP, II, p. 11.

21Lamartine y emploie le double processus d’inclusion/exclusion que M. Tournier a analysé à propos de peuple53 : « Le peuple. Ce nom s’est élargi aujourd’hui, il embrasse toute la nation, mais c’est ce qu’on appelle encore la partie souffrante et prolétaire du peuple54. » Dans cette acception du terme, il est exilé de l’intérieur, barbare du dedans,

  • 55 Sur le droit au travail, FP, IV, p. 109.

peuple sorti du peuple, nation dans la nation, race dépaysée […], hors de la loi commune […], qui s’extravase sur la nation, sous la forme de coalitions, d’émeutes, de vagabondages, de vices, de lèpre, de misère55.

  • 56 CP, III, p. 154, 1er juin 1850.

22Face aux « barbares de la civilisation », ce qui fait une nation, c’est « une patrie, des familles, des femmes, des enfants, des propriétés, des foyers, des commerces, des industries, des professions56 ». La Turquie reste ainsi la « négation absolue de toute sociabilité possible » :

  • 57 Sur l’Orient, 2e discours, 8 janvier 1834, FP, I, p. 10.

Quand vous entendez parler d’une nation […], vous vous représentez […] une patrie, des familles, une propriété », et non « quelques hordes superposées à la terre, et n’y prenant jamais racine57.

  • 58 RPVO, p. 554-5.
  • 59 VO, I, p. 126.
  • 60 VO, I, p. 277.
  • 61 VO, I, p. 437.
  • 62 VO, I, p. 309.

23Le chaos social va même jusqu’à entraîner la corruption du système des rimes : « Cela n’a ni titre, ni droit, ni famille parmi les nations ; cela appartient au canon ; c’est un vaisseau sans pavillon, sur lequel tout le monde peut tirer58. » Que rien manque à l’inventaire de « toutes ces choses saintes », et vous voyez à Athènes « des grecs, et pas de nation59 », au Liban « des hommes, mais pas de nation60 », à Jérusalem, « rien qui annonce la demeure d’une nation61 ». Et Lamartine de rêver à ce que serait « un tel pays, repeuplé d’une nation neuve et juive, cultivé et arrosé par des mains intelligentes, fécondé par un soleil du tropique, produisant de lui-même toutes les plantes nécessaires ou délicieuses à l’homme62 ».

  • 63 G, I, p. 377.
  • 64 VO, I, p. 48.
  • 65 FP, III, 4 juin 1843.

24« Le peuple devi[e]nt nation63 » par le travail de la société sur elle-même. Les législateurs modernes qui « ne songent qu’aux nations et aux individualités » oublient entre les unes et les autres la nécessaire action de la famille, cette « société en raccourci », seule capable de réintégrer à la nation par « la possession du foyer et du champ » la moitié de l’humanité64. C’est la première étape de « la fusion des conditions, des castes, des professions, en une seule et compacte individualité nationale » dans une « rotation éternelle65 », une révolution idéale. À la tête de la caravane humaine, un mouvement analogue entraînera la fusion des nations en Dieu.

  • 66 Légitimisme ou socialisme, 10 avril 1851, FP, VI.
  • 67 HR 48, II, p. 255-6, voir G, I, p. 388-9.

25Mais, dans ce parcours et dans ce discours, quelle place pour la république ? « La victoire d’une nation entière et unanime, cela s’appelle République66. » Une telle victoire s’obtient au prix, pour un temps, de la confusion et de la convulsion. Car la République, c’est « la forme obligée et fatale d’une nation » en temps de crise. Quand le gouvernement provisoire hésite encore à légiférer « Au nom du Peuple français » ou « Au nom de la Nation », la rue crie déjà « Vive la République67 ! »

  • 68 La République. 8 juin 1851, FP, VI, p. 353.

Ce fut le mot de la Providence en 1848 […] La nation doit-elle, pour quelques agitations momentanées et pour quelques difficultés temporaires, accepter ou récuser ce mot68 ?

26Le tri entre les mots et leurs acceptions aboutit à une unité que le mot ne peut plus représenter, mais à laquelle il faut un nom, un nom propre. L’unité des nations dans l’humanité passe par la médiation de la France, dont le « nom parmi les nations est unité ».

  • 69 CP, III, 98, 1er mai 1850.

Plus elle a perfectionné cette unité qui n’est au fond que l’achèvement d’individualité organique des êtres, hommes ou nations, plus elle est devenue la France, le modèle, le moyen et le moteur des nations modernes69.

  • 70 Sur la question d’Orient, 1er décembre 1840, FP, III, p. 21.
  • 71 HR 48, III, p. 291.
  • 72 G, I, p. 44.
  • 73 MP, p. 5.
  • 74 VGH, I, p. 437.
  • 75 Bonaparte et le bonapartisme, 11 juin 1851, FP, VI, p. 354-6.
  • 76 « La tribune est la chaire de vérité populaire ; les paroles qui en tombent ont la réalité et la v (...)

27Modèle et moteur organiques, modèle et moteur lexicaux. L’Histoire passe des formes et des mots de la tribu à ceux de la nation, tout aussi éphémères. Seul demeure enfin le nom, et l’incarnation de la Nation par excellence. Un processus de synonymie fait de la France le prête-nom de l’humanité, et s’il est bien établi pour Lamartine qu’il n’est pas de peuple définitivement élu, le retour de la rime semble ici contredire le principe de la rotation éternelle : « Nous nous appelons révolution, dites-vous ? Oui, nous nous appelons révolution ; mais la France, avant tout, s appelle nation, humanité, civilisation70. » Plus encore, le nom de Lamartine devient le prénom de la République, le nom qui rassemble tout un peuple. « Vive la République ! Vive Lamartine ! » : par ce cri, « les factions étaient plus que vaincues […] Le peuple avait dit son mot. Ce mot était le présage de celui que la nation allait rendre aux élections […] Le monde social était retrouvé71 ». Tout se retrouve en effet, pour un temps du moins, dans le nom du grand homme : Lafayette fut ainsi « le nom de la nation pendant trois ans72 ». Les grands hommes, comme Lamartine, relèvent « la nation pour la rendre à elle-même73 ». Comme Rustem, ils « reconstituent la nationalité » – il semble que ce soit pour Lamartine la fine pointe du concept de nation, rendu de ses accidents à son essence. « Par une reconnaissance mutuelle, la nationalité se confond ensuite avec leur nom74 ». Ce nom n’a rien de commun avec le surnom dont un Bonaparte voudrait affubler la République. « Sur le nom de la patrie », il fait peser « le mot de bonapartisme, négation et apostasie de toute République ». Quand « il dit Bonaparte, ne voulant dire certainement ni monarchie, ni despotisme », c’est « pour faire resplendir la République » d’un éclat emprunté75. Nom posthume, comme 93 et le peuple exhumé de 93, nom postiche qui n’est ni la réalité ni la vie76.

28On a trop souvent raillé le flou de la parole poétique de Lamartine. La netteté de son verbe politique devrait inciter à plus de nuances. Jusque dans ses faiblesses, il n’est pas indigne d’intérêt. Plus même, ce qui pourrait y prêter à sourire est peut-être admirable. Nation-République, l’itinéraire qui conduit Lamartine à lui-même est encore de nos jours le parcours rituel de « tout un peuple », et Lamartine aura tenté d’y faire entendre moins une langue de bois qu’un parler vrai.

Bibliographie

Bibliographie

(Sauf mention expresse, les textes de Lamartine sont cités d’après l’édition des Œuvres complètes, 1860, « chez l’auteur ».)

De la politique rationnelle [PR], dans Mémoires politiques, I, (1re édition 1831).

Histoire de la Révolution de 1848 [HR 48], dans Mémoires politiques, II et III (1re édition 1849).

Histoire des Constituants [HC], 1852-1855, Pagnerre, 4 vol.

Histoire des Girondins [G] (1re édition 1847).

La France parlementaire [FP] 1834-1851. Œuvres oratoires et écrits politiques de Lamartine, textes réunis par L. Ulbach, 1864-1865, 6 vol, Librairie internationale.

Le Conseiller du peuple [CP], Michel Lévy, 1865, 6 vol, (1re édition 1849-1851).

Mémoires politiques [MP].

Œuvres poétiques complètes [OPC], Gallimard, Pléiade.

Résumé politique du Voyage en Orient [RPVO], 1833, dans Voyage en Orient, t. 2, Paris, Gosselin Furne.

Vie des grands hommes [VGH], 1855, Aux bureaux du Constitutionnel, 5 vol.

Voyage en Orient [VO] (1re édition 1833).

Notes

1 Sur la discussion de l’Adresse, 10 janvier 1839, FP, II, p. 148 (voir l’explication des sigles dans la bibliographie).

2 HR 48, II, p. 282.

3 MP, I, p. 56.

4 MP, IV, p. 462.

5 Sur le droit au travail, décembre 1844, FP, IV, p. 105.

6 G, I. p. 7.

7 La Marseillaise de la paix, OPC, p. 1174.

8 G, II, p. 216.

9 HR 48, III, p. 291.

10 « Une nation nouvelle, inconnue, impatiente » naît avec la Révolution, G, I, p. 199.

11 MP, I, p. 313.

12 G, I, p. 199.

13 La Chute d’un ange, OPC, p. 917.

14 PR, p. 378.

15 PR, p. 370-4.

16 G, I, p. 13.

17 HC, I, p. 343.

18 G, II. p. 157.

19 G, I, p. 39.

20 G, II, p. 91.

21 G. VI, p. 287.

22 PR, p. 377.

23 PR, p. 387.

24 HC, II, p. 392.

25 G, I, p. 135, lors du retour de Varennes.

26 HC, II, p. 333

27 Les Révolutions, OPC, p. 513.

28 HR 48,1, xx, p. 75.

29 Considérations sur le caractère de la France et de ses révolutions, 1er juillet 1850, CP, III, p. 174.

30 VO, I, p. 277.

31 L’athéisme dans le peuple, 15 octobre 1849. CP, II, p. 37.

32 HR 48,1, p. 60.

33 Toast aux Gallois, 25 janvier 1838, OPC, p. 1116.

34 HR 48,1, p. 358.

35 CP, 1er novembre 1849, II, p. 78.

36 CP, avril 1849,1, p. 29-31, et 1er mai 1849,1, p. 71.

37 A Némésis, OPC, p. 507.

38 La Chute d’un ange, OPC, p. 846.

39 Utopie, OPC, p. 1156.

40 Jocelyn, OPC, p. 598.

41 .La Chute d’un ange, p. 959.

42 Aux instituteurs ruraux, septembre 1849, CP, I, p. 225.

43 La Révision totale ou la révision partielle, 2 septembre 1851, FP, VI, p. 315.

44 PR, p. 388.

45 A F. Guillemardet, 15 septembre 1837, OPC, p. 1112.

46 Sur la discussion de l’Adresse, FP, II, p. 148.

47 HC, 1. p. 4-5.

48 Je reprends ici des analyses déjà présentées dans « Parole et pouvoir chez Lamartine », dans Stendhal : l’écrivain, le pouvoir, la société, 1984, Grenoble, PUG, p. 155-78.

49 La conspiration de la peur, 2 novembre 1843, FP, III, p. 447.

50 HR 48, II, p. 372.

51 G, I, p. 158.

52 Sur les prochaines élections, 24 juillet 1846, FP, IV, p. 104.

53 Tournier M„ 1975 – « Le mot “Peuple” en 1848 : désignant social ou instrument politique ? », Romantisme, no 9.

54 CP, II, p. 11.

55 Sur le droit au travail, FP, IV, p. 109.

56 CP, III, p. 154, 1er juin 1850.

57 Sur l’Orient, 2e discours, 8 janvier 1834, FP, I, p. 10.

58 RPVO, p. 554-5.

59 VO, I, p. 126.

60 VO, I, p. 277.

61 VO, I, p. 437.

62 VO, I, p. 309.

63 G, I, p. 377.

64 VO, I, p. 48.

65 FP, III, 4 juin 1843.

66 Légitimisme ou socialisme, 10 avril 1851, FP, VI.

67 HR 48, II, p. 255-6, voir G, I, p. 388-9.

68 La République. 8 juin 1851, FP, VI, p. 353.

69 CP, III, 98, 1er mai 1850.

70 Sur la question d’Orient, 1er décembre 1840, FP, III, p. 21.

71 HR 48, III, p. 291.

72 G, I, p. 44.

73 MP, p. 5.

74 VGH, I, p. 437.

75 Bonaparte et le bonapartisme, 11 juin 1851, FP, VI, p. 354-6.

76 « La tribune est la chaire de vérité populaire ; les paroles qui en tombent ont la réalité et la vie », PR, p. 388.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search