Version classiqueVersion mobile

Les Palais dans la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jacques Chiffoleau

2. Le palais, la ville, le prince

Le cas du royaume de Sicile : traditions et influences occidentales

Jean-Marie Martin

Texte intégral

1L'Italie méridionale offre du sujet que nous traitons-le palais dans la ville – une vision originale pour plusieurs raisons. En premier lieu, en opposition évidente à ce qu'on observe dans le reste de l'Italie, la ville reste, au bas Moyen Age, un organisme en général réduit, à la notable exception des capitales politiques (Naples, Palerme). En second lieu, l'histoire médiévale de la résidence des souverains y a connu un cours assez original. La tradition du palais urbain, inspiré du modèle romain antique et byzantin, s'est perpétuée, même dans les petits États lombards du sud, plus longtemps que dans le monde carolingien (Pavie comprise), c'est-à-dire jusqu'à la fin de la domination lombarde et même aux premières décennies de la domination normande, au début du XIIe siècle. Ensuite, si l'influence directe de Byzance est pratiquement nulle dans ce domaine (l'empire n'a qu'une capitale, qui n'est pas en Italie), les Normands ont trouvé en Sicile un modèle arabo-musulman passablement original par rapport à ceux de l'Occident. Les Normands ont d'autre part pratiquement introduit, dans le Midi continental comme en Sicile, le château, résidence seigneuriale fortifiée, qui n'a toutefois qu'assez lentement influé sur les résidences des souverains, d'autant que l'unification monarchique a permis au roi de conserver en Sicile et de reprendre dans les provinces continentales, au terme d'une interruption somme toute assez brève, le monopole de l’usage du palais. Au XIIIe siècle, Frédéric II, ses successeurs directs et Charles Ier d'Anjou multiplient les résidences, souvent rurales, destinées au souverain, abandonnant du coup l'usage d'une capitale politique unique, que reprend Charles II.

2Les modèles occidentaux ne se combinent aux divers éléments indigènes que peu à peu, par à-coups, et ne l'emportent vraiment qu'au XIVe siècle. Remarquons encore que les résidences rurales multiples et la vie nomade qu'elles entraînent ont triomphé non pas pendant le haut Moyen Age, comme dans le reste de l'Occident, mais au XIIIe siècle, dans un cadre politique et économique évidemment bien différent de celui qui poussait les Mérovingiens et les Carolingiens à errer de villa en villa.

3Pour ces raisons, je me permettrai d'éclairer largement le bas Moyen Âge à la lumière des périodes antérieures : l'intérêt du sujet me semble résider essentiellement dans une évolution qui n'est pas linéaire.

La ville et le palais : réalité et terminologie

4Il nous semble nécessaire de commencer cette étude par une analyse des deux termes sur lesquels elle se fonde.

La ville

  • 1 Chronicon S. Sophiae, éd. J.-M. Martin, avec une étude de G. Orofino, Rome, 2000, 2 vol. (Fonti pe (...)

5La ville d'abord. Les palais lombards du haut Moyen Âge sont situés dans des civitates, de petites agglomérations à vocation administrative, abritant aussi un siège épiscopal : dans les trois capitales, Bénévent (depuis la fin du VIe ou le début du VIIe siècle), Saleme (depuis la fin du VIIIe), Capoue (depuis le Xe), mais aussi, au VIIIe siècle, à Siponto1 (ville qui sert d'ailleurs de siège secondaire à l'évêque de Bénévent). Notons que, si Bénévent et Siponto sont de modestes, mais authentiques cités romaines, Salerne n'a pris quelque importance qu'avec l'extension que lui a donnée Arichis II, le bâtisseur du palais ; quant à la Capoue princière, c'est une création du IXe siècle, qui a remplacé la cité romaine abandonnée, située à Santa Maria Capua Vetere.

  • 2 Ibid., I, 22 (722) : ad Sancto Stéphane erga mare ; III, 31 (724) : in Borfaniana ; III, 25 (752)  (...)
  • 3 Ibid., p. 170-171 et fig. h.-t. du f. 81r (G. Orofino).

6Les ducs de Bénévent au VIIIe siècle, et encore les premiers princes à la fin du VIIIe et au début du IXe siècle expédient parfois (mais rarement) leurs préceptes depuis des résidences rurales ; celles-ci sont quelquefois appelées curtis, mais jamais palatium : le palais est bien la résidence urbaine, ordinaire ou occasionnelle, du souverain et le siège de son administration2. Le décorateur du Chronicon S. Sophiae, qui travaille au début du XIIe siècle, dessinant le duc Arichis II dans la curtis Montellari, le représente en costume de chasse, dépouillé des attributs du pouvoir3.

7Les ducs de Naples, Amalfi, Gaète, en théorie soumis au basileus, résident dans leurs cités respectives (Amalfi et Gaète ne sont sièges épiscopaux que depuis le VIe et le VIIIe siècles). Dans les territoires directement soumis aux autorités impériales du IXe au XIe siècle, les stratèges et catépans résident dans deux cités devenues sièges métropolitains respectivement au IXe et au Xe siècle, Reggio et Bari ; mais ils n'y disposent pas d'un palais à proprement parler : on y reviendra. Enfin l'émir de Sicile, dont la souveraineté politique s'affirme au Xe siècle, habite l'ancienne cité romaine fortifiée (d'où son nom d'al-Qasr) de Paierme (qui a même gardé un évêque chrétien) ; en 936-937, il l'augmente d'une sorte de nouvelle ville politique et administrative, appelée al-Khâlisa (l'Élue, aujourd'hui Kalsa) et située au sud du port ; elle abrite sa résidence, sur laquelle on ne sait apparemment rien de précis (fig. 1).

Figure 1. Paierme arabo normande
(d’après : Paterne 1070-1492, sous ladir. d'H. Bres et G. Bresc-Bautier, Paris Autrement, 1993.)

8On voit que le palais, résidence stable d'un souverain et siège de son pouvoir politique et de ses services administratifs, est lié à la notion antique de cité, même si la réalité que recouvre ce mot évolue et si, en outre, les musulmans n'ont pas de la ville une conception purement romaine. Mais, si on laisse de côté Palerme, qui se trouve dans un autre monde religieux, politique et économique, les villes qu'on vient de citer sont toutes des agglomérations fortifiées de très petite taille, dont la fonction principale est administrative ; des activités économiques évidentes ne se développent que dans les cités portuaires (toutes celles qu'on vient de citer, à l'exception de deux des capitales lombardes) ; mais le port principal de la région, Amalfi, reste une ville extrêmement modeste par la taille ; la seule véritable exception de ce point de vue est constituée par Naples qui, ayant résisté à la conquête lombarde et sans doute accueilli bon nombre de réfugiés, est sûrement pendant le haut Moyen Age la plus grosse ville de l'Occident chrétien : elle a conservé sa superficie antique.

9Avec la conquête normande, le nombre des véritables capitales se réduit à trois, bien que la fragmentation brutale du pouvoir politique enlève pendant quelques décennies une partie de son sens à cette notion : les anciennes capitales lombardes de Capoue et Salerne, et la ville neuve de Mileto en Calabre méridionale, remplacée au début du XIIe siècle par Paierme. Enfin la conquête du continent par Roger II donne à cette dernière ville le quasi-monopole de la résidence royale : seule Salerne abrite un autre palais royal (très peu fréquenté), le palatium Terracine (situé en ville, dans la partie basse) et peut-être, au dernier tiers du XIIe siècle, la dohana baronum, service fiscal des provinces septentrionales du Royaume.

  • 4 J.-M. Martin, Foggia nel Medioevo, Galatina, 1999, ρ. 38-53.
  • 5 Ibid., p. 60.

10La crise politique des années 1190-1220 modifie radicalement la situation. Palerme, qui ne gouvernait plus que la Sicile (et encore pas toute entière) est abandonnée par Frédéric II, qui y avait passé ses premières années, mais préfère s'installer sur le continent, plus près de l'empire et loin des derniers rebelles musulmans. C'est sans doute la présence de nombreux oiseaux aquatiques dans cette région en partie marécageuse – et donc la possibilité d'y chasser au faucon – qui pousse l'empereur à installer en Capitanate le plus grand nombre de ses résidences. Mais elles sont presque toutes situées à la campagne ; l'une occupe toutefois l'emplacement de l'ancien château de la petite cité de Fiorentino, une autre est située près de Lucera. Mais la plus importante est installée à Foggia, ville-champignon qui s'est spontanément développée au XIIe siècle, et à laquelle a été refusé le statut citadin4. Le plus frappant, à l'époque de Frédéric II, est la multiplication extrême du nombre des résidences royales, notamment en Capitanate (28 domus solatiorum) et dans la Basilicate voisine, plus fraîche l'été (9 domus) ; encore les chiffres fournis par le statut de réparation des châteaux, sur lequel on se fonde, sont-ils incomplets5. D'autre part Frédéric II installe à Naples, la ville la plus importante du Royaume, mais toujours restée marginale, le trésor royal et l'université qu'il crée. Charles Ier y ajoute d'autre services. Mais c’est Charles II d'Anjou qui fait de Naples la capitale du Royaume.

Le palais

11C'est une analyse de vocabulaire qui s'impose à son propos. Le mot palatium est couramment utilisé par les ducs de Bénévent, puis par les princes qui leur succèdent dans les trois capitales lombardes ; il désigne évidemment à la fois le bâtiment où ils résident et qui abrite leur administration et, dans un sens abstrait, l'organisme même qui dirige la res publica ; le palais est sacrum, felicissimum. Il est, dès l'époque ducale, considéré comme le siège d'un véritable souverain, auquel le roi de Pavie délègue toute sa puissance sur le territoire du duché ; à partir de 774, le titre princier traduit plus clairement la pleine souveraineté ; les documents sont d'ailleurs très généralement datés des années de règne des ducs, puis des princes.

  • 6 Voir (sur ce point et sur d'autres) J.-M. Martin, « Palais princiers, royaux et impériaux en Itali (...)
  • 7 Regii Neapolitani Archivi Monumenta, Naples, 1845-1861, 6 vol., n° 568.
  • 8 J.-M. Martin et G. Noyé, « Les villes de l'Italie byzantine (IXe-XIe siècle) », Hommes et richesse (...)
  • 9 J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rom (...)

12À Naples, où les actes sont datés des années de règne des basileis jusqu'à la conquête normande de 1137, la résidence du duc, pourtant pratiquement indépendant et coopté au sein de l'aristocratie locale depuis le milieu du VIIIe siècle, est qualifiée à la fin du IXe siècle de praetorium, terme qui désigne le siège d'un haut fonctionnaire, non d'un souverain6 ; un acte napolitain de 1117 évoque encore la platea publica que vadit ad pretorium7. C’est, sous sa forme grecque, le même mot praitôrion qui qualifie, comme il est nomal, la résidence des stratèges et catépans à Reggio et Bari8. De celui de Bari, que les textes latins appellent soit castellum, soit curtis, une inscription nous a même laissé une description sommaire : une enceinte de briques qualifée d'astu, avec un propylon et, à l'intérieur, plusieurs églises, auxquelles on doit évidemment ajouter des bâtiments résidentiels et administratifs. Le terme pretorium est encore utilisé, à l'époque monarchique, en 1174, par un seigneur du Gargano pour désigner son château9.

  • 10 Codex diplomaticus Cajetanus, I, Mont-Cassin, 1887, réimpr. anast. ibid., 1969 (Tabularium Casinen (...)
  • 11 Il Codice Perris. Cartulario Amalfitano. Sec. X-XV, éd. J. Mazzoleni et R. Orefice, Amalfi, 1985-1 (...)
  • 12 J.-M. Martin, La Pouille, loc. cit. supra n. 9.

13Le mot semble toutefois tomber en désuétude. En 999, à Gaète, le palatium civitatis est cité par un acte qui, il est vrai, relate un procès tenu par des missi d'Otton III10, loin du cadre byzantin ; autour de 1200, plusieurs documents évoquent la cappella Amalfitani palata, mais ce palais n'abrite plus de souverain depuis longtemps11 ; de toutes façons, la datation par le règne du basileus a disparu bien plus tôt à Gaète et à Amalfi qu'à Naples. À la fin du XIe siècle d'autre part, le comte normand Henri de Monte Sant'Angelo, qui ne reconnaît pas l'autorité du duc de Pouille, utilise le mot palatium pour désigner son propre château12.

14La grande nouveauté de la première époque normande est l'apparition et la rapide multiplication des châteaux fortifiés seigneuriaux, qui traduisent une transformation radicale du pouvoir politique. Mais, en dépit de l'indépendance pratiquement totale dont jouissent pendant plusieurs décennies les seigneurs châtelains dans la plus grande partie du Midi continental, très rares sont ceux qui, comme le comte Henri, usurpent le mot et la notion de palatium ; on se contente très généralement de castellum ou d'un équivalent insistant sur l'aspect militaire de l'édifice (arx, rocca).

  • 13 E. Sthamer, Die Verwaltung der Kastelle im Konigreich Sizilien unter Kaiser Friedrich II. und Karl (...)
  • 14 J.-M. Martin, « La construction de quelques palais de Charles Ier d'Anjou en Pouille et en Basilic (...)

15Le mot palatium, à l'époque monarchique, désigne normalement – et sans doute à l'exclusion de tout autre édifice – le palatium novum qui abrite le roi à Paierme, le palatium vetus ou maris castellum de la même ville, ainsi que le palatium Terracine qui reste disponible pour le souverain à Saleme : au XIIe siècle, le palais est sans conteste la résidence du seul souverain. Il semble que Frédéric II ait banni le terme du vocabulaire officiel, alors même qu'il multipliait les édifices auxquels il aurait pu s'appliquer. Le statut de réparation des châteaux, qui date de la fin du règne13, ne connaît que deux mots pour désigner les édifices impériaux : castrum pour les forteresses, domus solatiorum pour les résidences (non seulement de loisirs, mais aussi de travail, comme celle de Foggia). Toutefois, certaines des résidences imposantes édifiées après 1230, qui sont les véritables prototypes du palais dans l'acception moderne du terme (Castel del Monte, Lucera), sont qualifiées de castrum, sans doute à cause de leur importance14. Charles Ier d'Anjou réintroduit dans le vocabulaire de ses registres le mot palatium, qui lui sert à désigner certaines des domus frédériciennes (comme celle de Foggia), ainsi que des créations nouvelles dont on parlera plus loin.

Le palais et la ville

16Ces préliminaires nous permettent d'aborder, de façon chronologique, le sujet lui-même en distinguant quatre grandes phases : la période prénormande, le XIIe siècle monarchique, le XIIIe siècle, enfin le bas Moyen Âge qui, dans ce domaine, commence dans les toutes dernières années du XIIIe siècle.

L'époque prénormande

  • 15 B. Capasso, Pianta della città di Napoli nel secolo XI, dans Archivio Storico per le Province Napo (...)
  • 16 H. Belting, Studien zum beneventanischen Hof im 8. Jahrhundert, dans Dumbarton Oaks Papers, 16, 19 (...)

17Pendant le haut Moyen Âge, le palais (comme le pretorium) est situé à l'intérieur de la ville, pas au centre certes, mais dans le tissu urbain qu'il n'interrompt pas. Ainsi à Naples la résidence ducale, dont il ne reste apparemment rien, se trouvait à l'emplacement de l'actuelle université, dans la partie sud-occidentale de la cité romaine15. Le palais bénéventain, qui semble avoir été assez rapidement abandonné après l'extinction de la dernière dynastie princière (1077), la ville étant passée au pape, se trouvait dans la partie nord-est de la ville, dans la zone haute de la civitas vetus (à laquelle Arichis II ajouta la civitas nova), au lieu appelé aujord'hui Piano di Corte, entre le monastère de S. Sofia (fondation d'Arichis II) et l'arc de Trajan (la porta aurea médiévale). Richement décoré à l'intérieur, il comprenait une chapelle palatine dédiée au St-Sauveur et s'ouvrait probablement sur une place décorée d'une statue équestre antique ; sur cette place donnaient également les églises S. Angelo, S. Pietro et S. Benedetto ad Caballum16.

  • 17 Chronicon Salernitanum. A critical edition with studies on literary and historical sources and on (...)
  • 18 Peduto, op. cit. supra n. 16, p. 321 sq.

18Arichis II, premier prince de Bénévent, a également augmenté la superficie de Saleme ; il y a édifié un palais, situé dans la partie basse de la ville, non loin de la mer. On en a gardé une description – pas forcément très réaliste – dans un récit historique écrit au Xe siècle17 : le palais possédait un escalier monumental, les pièces d'apparat se trouvant à l'étage supérieur. Des fouilles récentes ont montré qu'il s'était installé sur les restes de thermes antiques, sur lesquels on avait déjà bâti un oratoire au Ve siècle. La chapelle palatine, dédiée aux Sts-Pierre-et-Paul, se trouve au premier étage ; de plan rectangulaire avec une abside carrée, elle était éclairée par des fenêtres simples ou doubles, pavée de marbres antiques de couleurs et ornée d'une inscription monumentale, de facture classique, à la gloire du prince18. On ne possède pas de renseignements sur un éventuel dispositif de protection autour de ces palais ; on voit en tout cas qu'ils étaient destinés, en particulier, aux réceptions (l'accès est, dans les deux cas, solennel) et devaient donner une image de richesse, de raffinement et de puissance politique plus que de force militaire.

19On a dit, en revanche, que le praitôrion de Bari, rebâti au début du XIe siècle, était protégé par un mur et qualifié d'astu ; mais il était situé dans la ville même, à l'emplacement de la basilique S. Nicola et de ses annexes, près de la côte orientale du promontoire qui porte la cité médiévale. Il ne semble pas, enfin, qu'on connaisse l'emplacement ni la forme de la résidence de l'émir de Paierme. De toutes façons, la ville ne contrôlait plus toute l'île à la veille de la conquête normande de 1072 : plusieurs décennies séparent l'époque où elle était la capitale arabe de l'île et celle où elle devint celle du comte, puis roi normand. Celui-ci semble, en revanche, avoir utilisé l'une des résidences suburbaines des émirs, la Favara, située au sud de la ville et que le poètecAbd al-Rahmân de Trapani appelle « al-Muctazziyya », se référant au laqab de Roger II (al-Muctazz billâh).

La monarchie normande

  • 19 La Historia o Liber de Regno Sicilie e la Epistola ad Petrum Panormitane Ecclesie thesaurarium di (...)

20Car c'est à Paierme que Roger II, comte de Sicile, puis duc de Pouille, enfin roi « de Sicile, du duché de Pouille et de la principauté de Capoue » installe sa capitale. Il tente d'y opérer la synthèse des traditions politiques de ses États, dont le signe visible est le palatium novum qu'il y édifie. Cet édifice est assez facile à analyser dans ses grandes lignes : une partie en est conservée dans l'actuel Palais des Normands, et son emplacement par rapport à la ville est donc parfaitement connu. On en possède en outre une description de la fin du XIIe siècle, dans la lettre à Pierre, trésorier de Paierme ; enfin le rôle du palais et ses rapports avec la ville à l'époque de Guillaume Ier (1154-1166) sont précisément décrits dans un pamphlet remarquablement documenté, sinon objectif, le Liber de Regno Sicilie19.

21Une première constatation s'impose : le palais palermitain est sorti de la ville ; il se trouve juste hors les murs, à l'extrémité occidentale de la cité, immédiatement au sud de la route qui prolonge la rue de marbre, la grande artère rectiligne sur laquelle donne la cathédrale. Il occupe donc un site tout-à-fait semblable à celui des châteaux fortifiés construits par nombre de seigneurs à la marge de la ville qu'ils contrôlent. On ne peut dire à quel point il est fortifié, mais il l'est puisqu'il possède une enceinte propre de pierres ; lors de la tentative de coup d'État de 1161, les conjurés ne s'en emparent qu'avec la complicité du châtelain du palais (qui possédait une garnison) et du gardien des prisons. Mais, à l'intérieur de cette enceinte, l'atmosphère est franchement orientale. Le palais comprend un bâtiment principal, apparemment symétrique, formé de la Tour Pisane (qui existe encore), de la Tour Grecque et, entre les deux, d'un bâtiment plus bas, la Ioharia, c’est-à-dire al-Djawhariyya, « le bijou » ou « la partie principale », où vit le roi. Dans l'espace délimité par l'enceinte sont encore dispersées (circumquaque disposita) les demeures des femmes, des jeunes filles et des eunuques au service du roi et de la reine, ainsi que des sortes de kiosques (palatiola) richement décorés où le roi parle des affaires du Royaume avec ses conseillers et avec les grands. On y trouve encore un atelier de tirâz – celui où a été tissé le manteau pourpre et or de Roger IL La description s'achève sur la Chapelle palatine et sa riche décoration, telle qu'on la voit aujourd'hui.

22Le palais s'ouvre parfois sur la cité, dont le peuple joue un rôle quasi constitutionnel lorsqu'il acclame le nouveau roi au cours d'une chevauchée à travers la ville : ainsi le jeune Roger lors du coup d'État de 1161 et son frère Guillaume II en 1166 ; de même, les « hululements » des femmes musulmanes lors de la mort de Guillaume Ier sont rapportés par l'auteur du Liber. Au cours des événements de 1160-1161, le peuple de Palerme fait sentir plus librement et plus violemment sa présence. Il oblige l'émir des émirs Maion à libérer le comte Simon, puis insulte le cadavre du même Maion après son assassinat ; en 1161, la foule, d'abord favorable aux conjurés qui lui jettent des fenêtres du palais les tarins d'or du trésor royal, se retourne vite. On voit que la position marginale du palais, son mur d'enceinte et sa garnison ont une justification politique.

23Les rois normands ont également repris l'usage des résidences suburbaines entourées de jardins et d'eau qu'affectionnaient leurs prédécesseurs musulmans, en bâtissant eux-mêmes dans un style purement arabe (et les désignant de noms arabes) : à la Favara, située au sud de la cité, ils ajoutèrent la Cuba et la Zisa, à l'ouest, très proches à vrai dire de la cité et surtout du palais. Ces édifices massifs et donc faciles à protéger, imposants, symétriques, entourés d'eau, ne semblent pas autrement fortifiés ; nous voyons en eux les principaux prototypes des domus solatiorum rurales de Frédéric II.

Le XIIIe siècle, de Frédéric II à Charles Ier d'Anjou

24Cette étape est en effet d'abord marquée par les innombrables constructions de l'empereur. Nous ne nous y attarderons pas trop car, à quelques exceptions près, il s'agit de bâtiments ruraux, qui sortent du cadre ici envisagé. Toutefois, la principale domus était située à Foggia, ville récente. Mais on n'en a conservé qu'un porche monumental muni de deux inscriptions, qui en outre a été déplacé ; la ville, de son côté, a été presque anéantie par le tremblement de terre de 1731, qui en a fait disparaître la topographie ancienne : il n'est pas possible, à partir du seul porche, de reconstituer à la fois l'ensemble du palais et son environnement dans une ville au demeurant atypique, en outre privée de ses murailles par Frédéric II.

  • 20 Sur la domus de Foggia, voir A. Haseloff, Architettura sveva nell'Italia meridionale, éd. italienn (...)

25La construction de la domus fut, selon l'une des inscriptions, entreprise en juin 1223, soit deux ans et demi après le retour de l'empereur dans le Royaume20. On suppose qu'elle disposait de défenses : Richard de San Germano l'appelle castellum ; toutefois, si le porche subsistant constituait bien l'entrée (ou l'une des entrées) de l'enceinte, comme le pensait Haseloff, sa taille même et son élégance indiquent que le souci de protection était tempéré par une volonté de solennité et donc d'ouverture relative.

26La description la moins imprécise du palais est fournie à l'occasion du mariage de Béatrice, fille de Charles Ier d'Anjou, et de Philippe, héritier de l'empire latin de Constantinople, qui y fut célébré en 1273. Le roi fit installer logias magnas pulchras et convenientes – des tentes selon Haseloff – dans un espace libre sans doute assez important dans lequel s'élevait d'autre part l'hospitium, le bâtiment résidentiel permanent ; les invités étaient assez nombreux pour que le roi commandât 40 000 écuelles de bois. On sait d'autre part qu'en 1255 l'armée pontificale en lutte contre Manfred se replia dans l'enceinte du palais, qui abritait domus quamplures. À défaut de mieux, on s'aperçoit que les descriptions de la domus de Foggia correspondent pratiquement terme à terme à celle du palatium novum de Paierme : un vaste espace enclos, sinon vraiment fortifié, dans lequel s'élevaient la demeure royale et un certain nombre d'édifices secondaires.

  • 21 J.-M. Martin, Foggia nel Medioevo, cit. supra η. 4, ρ. 73.

27La domus devait se trouver dans le noyau central de l'agglomération (le castrum du XIIe siècle), et non dans l'un de ses faubourgs ; mais, au milieu du XIVe siècle, le pittagium palacii et le pittagium S. Marie constituaient deux quartiers différents de la ville21 : la principale église (encore debout), située au cœur de l'agglomération, et le palais devaient donc être relativement éloignés l'un de l'autre. On ne peut en dire plus sur la localisation de ce dernier.

  • 22 Haseloff, op. cit. supra n. 20, p. 79-88. J.-M. Martin, Foggia nel Medioevo, cit. supra n. 4, p. 69 (...)

28On situe un peu moins imprécisément la principale domus rurale, mais suburbaine, élevée à peu de kilomètres du centre de Foggia, la domus pantani (ou vivarii) Sancii Laurentii22 ; un mur d'enceinte entourait un étang artificiel, un parc où vivaient des daims et de nombreux édifices épars : en 1269, pour réparer cette résidence (qu'il qualifiait de palais), Charles Ier fit faire cent portes et autant de fenêtres. Nous supposons que la domus pantani s'inspirait directement de la Favara (qui possédait aussi une pièce d'eau) ; mais son architecture devait être fort différente.

  • 23 En attendant la publication prochaine des fouilles de Fiorentino par l'École française, voir P. Be (...)

29Rares sont les autres domus urbaines. Celle de Fiorentino a manifestement pris la place du château seigneurial normand, à l'extrémité occidentale de la petite cité, mais isolée par rapport à celle-ci23 ; la fouille, conduite par Patrice Beck, a montré que l'édifice était constitué de deux salles allongées parallèles. On sait que c'est dans cette domus que l'empereur est mort. Le château résidentiel de Lucera, qui appartenait à la même génération que Castel del Monte, avec lequel il présentait des similitudes, était situé carrément hors de la ville : on en voit les ruines à l'intérieur de la grande enceinte construite par Charles Ier d'Anjou pour faire contrepoids à la cité, alors peuplée de musulmans déportés de Sicile.

  • 24 Voir supra n. 13, et E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. (...)
  • 25 Voir J.-M. Martin, « La construction », cit. supra n. 14.

30La multiplication, en un sens anachronique, de demeures surtout rurales profita aux successeurs de Frédéric II, Charles Ier compris. C'est grâce aux cérémonies qu'il organisa et aux travaux qu'il entreprit dans ces résidences, qu'il qualifiait de palatia, que nous avons conservé, à travers les Registres angevins, un certain nombre de données, heureusement copiées par Eduard Sthamer24. Mais les Registres angevins montrent que le frère de saint Louis construisit aussi, pour son usage personnel, un certain nombre de nouveaux palatia. Ceux que nous connaissons grâce aux transcriptions de Sthamer sont situés en Pouille et en Basilicate et ont été édifiés autour de 128025 ; il s'agit du palatium castri Bari, du palatium castri Brundusii, du palatium castri Baroli, du palatium castri Melfie, du palatium Mauli et du palatium Villanove. Les quatre premiers furent édifiés à l'intérieur de châteaux fortifiés préexistants (ceux de Bari, Brindisi, Barletta et Melfi), les deux derniers dans des villes neuves, au moment même de la construction du mur d'enceinte, à Mola di Bari (qui existe toujours) et à Villano va, site côtier situé près d'Ostuni, qui n'abrite plus que des installations balnéaires.

31La localisation du palais est différente dans les villes neuves et dans les châteaux préexistants. À Mola et Villanova, les palais sont situés à l'intérieur de l'enceinte urbaine (mais s'agit-il vraiment de villes, ou de simples castra ?), sur laquelle toutefois ils s'appuient : le palais de Mola utilise deux des murs d'enceintes (il se trouve donc dans un angle de la muraille), celui de Villanova un seul ; mais ils dépassent la muraille en hauteur. Ces deux édifices – qui ont réellement été construits – sont donc situés à l'intérieur de petites agglomérations, mais en bordure, le long de la muraille.

32À Bari, Brindisi, Barlétta et Melfi, les palais sont construits à l'intérieur du château, implanté à l'époque normande (seul celui de Brindisi a été déplacé au XIIIe siècle), c'est-à-dire en marge de la cité, accollé à elle, mais à l'extérieur ; il en est indépendant (le site des quatre châteaux est encore visible). Ainsi se réalise, plus de deux siècles après l'arrivée des Normands et l'implantation des châteaux seigneuriaux, la synthèse entre palais et forteresse ; certes, chacun garde son nom ; mais, alors que le palatium novum de Palerme était un palais entouré d'un mur d'enceinte (comme aussi probablement la domus de Foggia), on voit ici au contraire la forteresse devenir lieu de résidence du souverain moyennant un simple aménagement intérieur.

33La précision des prescriptions conservées dans les Registres angevins permet de connaître les dates précises d'avancement des travaux (toujours en retard sur les prévisions), les modes de financement, les matériaux utilisés, enfin le plan et même l'élévation de ces nouveaux palais qu'on peut parfois (notamment à Brindisi) retracer sans risque d'erreur.

Figure 2 : Plan de quelques palais de Charles Ier d’Anjou, d’après les données des Registres angevins.

34Construits le plus souvent par des Français (notamment par Pierre d'Angicourt, prothomagister operum curie), ces édifices semblent de conception sinon uniforme, du moins semblable et simple ; rien n'y rappelle les effets géométriques complexes qu'on trouvait à Castel del Monte ou à Lucera ; la décoration ne semble pas particulièrement luxueuse. Le plan du palais se présente en général comme un rectangle plus ou moins allongé, mais d'une largeur pratiquement uniforme (3,5 canne, soit environ 7, 40 m à l'intérieur) qui doit correspondre à la taille des poutres utilisées (parfois importées de Dalmatie). Les pièces d'apparat et d'habitation sont en général situées au premier étage (rares sont les palais qui comptent un troisième niveau). Disposées en enfilade, munies chacune de fenêtres et d'une cheminée, elles sont désignées par deux mots différents : la sala, plus longue (parfois appelée palatium), les camere, plus courtes (cf. fig. 2).

35Les palais édifiés par Charles Ier nous semblent marquer une étape décisive dans l'occidentalisation des résidences royales : le palais devient une habitation fonctionnelle à l'intérieur d'un château, à la périphérie d'une ville. Charles Ier continue toutefois, on l'a dit, d'entretenir les domus de Frédéric II, et réside fort peu dans ses nouveaux palais.

Charles II et le Château Angevin de Naples

36Reste en effet à trouver au Royaume – réduit à sa partie continentale par les Vêpres – une vraie capitale : c'est ce que fait Charles II en s'installant à Naples.

  • 26 J.-M. Martin, « Fiscalité et écconomie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du XIII(...)
  • 27 J.-M. Martin, « Les communes en Italie méridionale aux XIIe et XIIIe siècles », Villes, bonnes vil (...)

37C'était déjà la plus grande ville du Royaume, la seule qui ait gardé depuis l'époque romaine la même superficie, à l'intérieur d'une enceinte restaurée à l'époque de Justinien, mais aussi le plan orthogonal, ainsi que des quartiers (regiones) individualisés. Mais la cité, qui n'a été conquise par les Normands qu'en 1137, est restée originale et marginale, mal intégrée : jusqu'au XIVe siècle, dans leur datation, les chartes napolitaines persistent à distinguer le règne du souverain et sa « domination » sur la ville de Naples. La cité conserve des particularismes institutionnels marqués : le chef de l'administration municipale, qui porte le titre original de compalatius, a conservé une juridiction criminelle ; les actes privés sont établis, dans une écriture semi-cryptographique, par un corps de curiales qui ne sont pas vraiment des notaires, mais les héritiers des scribes de la curia municipale antique. Encore à l'époque angevine, les milites napolitains, propriétaires de nombreux biens non féodaux, gardent une figure originale26. Tancrède reconnaît en 1190 le consulat napolitain ainsi que quelques privilèges judiciaires et fiscaux ; de nouveau, entre 1251 et 1253, la ville se dote d'une véritable commune, avec un podestat (on en connaît deux, un Napolitain et un Milanais)27.

Figure 3. Naples vers 1300, d’après Y. RENOUARD, Les villes d’Italie de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle, nouvelle éd. par Ph. Braunstein, Paris, SEDES, 1969, t. 1

  • 28 Roger II s'y rend lorsqu'il fait son entrée dans la cité, en 1140 : Falcone di Benevento, Chronico (...)
  • 29 Voir J.-M. Martin et E. Cuozzo, Federico II. Le tre capitali del regno. PalermoFoggia-Napoli, Napl (...)
  • 30 Martin, « Fiscalité », cit. supra n. 26, p. 630 et 637.

38En dépit de tels épisodes, l'intégration de la ville au Royaume progresse. Les Normands y ont construit une forteresse, le Castel Capuano, au nord-est, en bordure de la cité mais à l'intérieur des murs ; le Castel dell'Ovo, situé au sud-ouest de la ville, sur un îlot qui avait abrité un monastère du Saint-Sauveur, avait été construit à l'époque ducale28. Frédéric II avait fait de cette forteresse son trésor ; il avait en outre doté Naples de la première université du Royaume, qui était également la seule université d'État existante ; il n'est pas impossible qu'il y ait disposé d'un palais, sur lequel on ne sait rien29. À son tour, Charles Ier avait établi au Castel Capuano un arsenal militaire et, en 1278, un atelier monétaire chargé de frapper pour tout le Royaume d'abord la monnaie d'or, puis, bientôt, toutes les pièces30. Enfin le premier roi angevin fit édifier de 1279 à 1284, par le Français Pierre de Chaule, le Castel Nuovo (ou Maschio Angioino), passablement transformé par Alphonse d'Aragon au milieu du XVe siècle, mais encore debout, à l'extérieur de la ville, près de l'angle sud-ouest de celle-ci. C'était une grande forteresse à plan quadrilatéral, munie de sept ou huit tours, dont la porte s'ouvrait en direction de la ville.

  • 31 A. Kiesewetter, Das Itinerar Kônig Karls II. von Anjou (1271-1309), dans Archivfür Diplomatile, Sc (...)

39Il semble que ce château ait été, au départ, une simple forteresse, particulièrement puissante, placée pour surveiller à la fois la ville et le port. C'est Charles II (1285-1309) qui s'y est installé, faisant de cette forteresse le principal palais royal et achevant de faire de Naples la capitale unique du Royaume. La récente publication par Andreas Kiesewetter de l'itinéraire de Charles II31 permet de dater précisément la fin du nomadisme monarchique, ou du moins son atténuation, Charles II ayant beaucoup voyagé : vicaire de son père en Provence de septembre 1278 à novembre 1282, il a été prisonnier des Aragonais de juin 1284 à octobre 1288 ; il a fait de nouveaux séjours en Provence et en France en 1290-1293, en 1297-1298 et en 1307-1308. Sous le règne de son père, il avait assez longuement séjourné à Naples en 1276-1277, puis moins longtemps en 1283-1284 ; il y revient quelque temps en 1289, puis en 1294-1295. Mais c'est en 1296 qu'il s'y installe vraiment, y passant plus de la moitié de l'année (197 jours). Après son voyage de 1297, il passe à Naples (selon les calculs que j'ai faits à partir du travail de Kiesewetter, et dont je ne garantis pas absolument l'exactitude) 131 jours en 1298, 326 en 1299, 312 en 1300, 289 en 1301, 264 en 1302, 216 en 1303, 276 en 1304, 244 en 1305, 175 en 1306 ; à son retour de Provence, il y passe encore 207 jours en 1308 et 125 jours en 1309, année de sa mort.

  • 32 Voir Storia di Napoli, III, Naples, 1969.

40Il séjourne peu dans le reste du Royaume ; il fait toutefois, à partir de Naples, de fréquentes, mais courtes escapades dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres, à Torre Sanf Erasmo, Aversa, Scafati etc. Au total, le Royaume s'est doté d'une capitale, qui ne changera plus jusqu'en 1860. Le roi ne réside pas dans la ville, mais dans une puissante forteresse construite à sa proximité immédiate32. Charles II la dote d'une nouvelle tour et entreprend en 1307 la construction de la chapelle palatine, à chœur carré (remaniée, elle est encore visible au fond de la cour du château) ; en 1328-1332, Giotto décore cette chapelle et peut-être aussi la grande salle ; une nouvelle chapelle St-Martin est édifiée dans les années 1330.

  • 33 C. Bruzelius, Charles I, Charles II and the Development of an Angevine Style in the Kingdom of Sic (...)

41Autour du château, on construit des hôtels pour les princes de la famille royale, tel l'« ospizio tarantino » de Philippe de Tarente, fils de Charles II et despote de Romanie, dû à Pierre d'Angicourt. Dans la ville, enfin, on sait que les Angevins impriment leur marque en construisant ou reconstruisant des églises33 : S. Angelo al Mercato sous Charles Ier, la cathédrale, S. Domenico, S. Pietro Martire, S. Pietro a Castello, S. Pietro a Maiella sous Charles II, S. Chiara sous Robert. Les Angevins ont notamment remplacé (par exemple à la cathédrale) par du gothique français, marque architecturale de la dynastie, des monuments paléochrétiens qui avaient fait l'originalité du duché byzantin de Naples.

***

42On voit que l'évolution sud-italienne combine de façon originale – ou parfois refuse de combiner – trois éléments : le modèle romano-byzantin du haut Moyen Age, celui que les Arabes avaient importé en Sicile, celui enfin qui dominait dans l'Europe du nord-ouest. Les variations en contrepoint sur ces trois thèmes concernent, évidemment, l'architecture des résidences des souverains, notamment leur plus ou moins grande ouverture sur l'extérieur ; elles touchent aussi, on l'a vu, l'emplacement choisi pour leur construction. De ce point de vue, l'évolution est lente, mais presque linéaire, à condition de ne pas s'attarder à l'épisode frédéricien, aussi intéressant que limité dans le temps : le palais sort progressivement de la ville, sans toutefois s'en éloigner et se fortifie, devient donc un bâtiment marginal et fermé.

43Mais, pour rendre compte de cette évolution, on pense qu'il faut surtout insister sur la permanence de la notion de palatium dans ces régions à travers tout le Moyen Age : l'État moderne y a progressivement, mais directement remplacé l'État antique, sans solution de continuité.

Notes

1 Chronicon S. Sophiae, éd. J.-M. Martin, avec une étude de G. Orofino, Rome, 2000, 2 vol. (Fonti per la Storia dell’Italia medievale, RIS 3), Liber preceptorum, III, 9 (740).

2 Ibid., I, 22 (722) : ad Sancto Stéphane erga mare ; III, 31 (724) : in Borfaniana ; III, 25 (752) : ad Rosito ; II, 15 (762) : curtis Montellari ; III, 6 (793) : curtis Saba ; I, 26 (821) : Saba.

3 Ibid., p. 170-171 et fig. h.-t. du f. 81r (G. Orofino).

4 J.-M. Martin, Foggia nel Medioevo, Galatina, 1999, ρ. 38-53.

5 Ibid., p. 60.

6 Voir (sur ce point et sur d'autres) J.-M. Martin, « Palais princiers, royaux et impériaux en Italie méridionale et en Sicile (VIIIe-XIVe siècles) », Palais royaux et princiers au Moyen Age, sous la dir. d'A. Renoux, Le Mans, 1996, p. 173-180 : p. 175. Gesta episcoporum Neapolitanorum, dans MGH, SRLI, p. 398-436 : 52, p. 428. Vita Athanasii episcopi Neapolitani, ibid., p. 439-449 : 6, p. 446.

7 Regii Neapolitani Archivi Monumenta, Naples, 1845-1861, 6 vol., n° 568.

8 J.-M. Martin et G. Noyé, « Les villes de l'Italie byzantine (IXe-XIe siècle) », Hommes et richesses dans l’empire byzantin, II, VIIIe-XVe siècle, sous la dir. de V. Kravari, J. Lefort et C. Morrisson, Paris, 1991 (Réalités byzantines, 3), p. 27-62 : p. 49-50.

9 J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rome, 179), p. 275. Codice diplomatico del monastero benedettino di S. Maria di Tremiti (1005-1237), éd. A. Petrucci, Rome, 1960, 3 vol. (FSI, 98), n° 116.

10 Codex diplomaticus Cajetanus, I, Mont-Cassin, 1887, réimpr. anast. ibid., 1969 (Tabularium Casinense, I), n° 101.

11 Il Codice Perris. Cartulario Amalfitano. Sec. X-XV, éd. J. Mazzoleni et R. Orefice, Amalfi, 1985-1989, 5 vol., n° 195 (1196), 206 (1201).

12 J.-M. Martin, La Pouille, loc. cit. supra n. 9.

13 E. Sthamer, Die Verwaltung der Kastelle im Konigreich Sizilien unter Kaiser Friedrich II. und Karl I. von Anjou, Leipzig, 1914, réimpr. Tübingen, 1997, p. 94-122 (trad, italienne : Id., L'amministrazione dei castelli nel Regno di Sicilia sotto Federico II e Carlo I d'Angiò, par F. Panarelli, C. D. Fonseca et H. Houben, Bari, 1995, p. 94-122).

14 J.-M. Martin, « La construction de quelques palais de Charles Ier d'Anjou en Pouille et en Basilicate d'après les Registres Angevins », Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, sous la dir. de L. Feller, P. Mane et F. Piponnier, Paris, 1998, p. 161-180 : p. 164.

15 B. Capasso, Pianta della città di Napoli nel secolo XI, dans Archivio Storico per le Province Napoletane, 16, 1891, p. 832-862 ; 17, 1892, p. 422-484, 679-726, 851-882 ; 18, 1893, p. 104-125 et 316-363 : 18, p. 123 (et 17, carte h.-t., p. 524-525).

16 H. Belting, Studien zum beneventanischen Hof im 8. Jahrhundert, dans Dumbarton Oaks Papers, 16, 1962, p. 141-193. P. Peduto, Insediamenti longobardi del ducato di Benevento (seco. VI-VII), dans Langobardia, sous la dir. de S. Gasparri et P. Cammarosano, Udine, 1990, p. 307-373 : p. 319.

17 Chronicon Salernitanum. A critical edition with studies on literary and historical sources and on language, par U. Westerbergh, Stockholm-Lund, 1956, 12, p. 18-19. Voir Belting, op. cit. supra n. 16, p. 152-153. P. Delogu, Mito di una città meridionale (Salerno, secoli VIII-XI), Naples, 1977, p. 13-69. H. Taviani-Carozzi, La principauté lombarde de Solerne. IXe-XIe s. Rome, 1991, 2 vol. (Collection de l’École française de Rome, 152), I, p. 183 sq.

18 Peduto, op. cit. supra n. 16, p. 321 sq.

19 La Historia o Liber de Regno Sicilie e la Epistola ad Petrum Panormitane Ecclesie thesaurarium di Ugo Falcando, éd. G. B. Siragusa, Rome, 1897 (FSI, 22), voir la description du palais p. 177-180.

20 Sur la domus de Foggia, voir A. Haseloff, Architettura sveva nell'Italia meridionale, éd. italienne par M. S. Calò Mariani, Bari, 1992, 2 vol., p. 67-78. J.-M. Martin, Foggia nel Medioevo, cit. supra n. 4, p. 75-78.

21 J.-M. Martin, Foggia nel Medioevo, cit. supra η. 4, ρ. 73.

22 Haseloff, op. cit. supra n. 20, p. 79-88. J.-M. Martin, Foggia nel Medioevo, cit. supra n. 4, p. 69-71.

23 En attendant la publication prochaine des fouilles de Fiorentino par l'École française, voir P. Beck, M. S. Calò Mariani, C. Laganara Fabiano, J.-M. Martin, F. Piponnier, Cinq ans de recherches archéologiques à Fiorentino, dans MÉFRM, 101, 1989, p. 641-699, notamment p. 673-678.

24 Voir supra n. 13, et E. Sthamer, Dokumente zur Geschichte der Kastellbauten Kaiser Friedrichs II. und Karls I. von Anjou, Leipzig, 1912-1926, 2 vol., réimpr. en un vol., Tübingen, 1997. Ces documents couvrent la Pouille et la Basilicate ; Herbert Houben doit publier les copies de Sthamer, récemment retrouvées, concernant les autres provinces du Royaume.

25 Voir J.-M. Martin, « La construction », cit. supra n. 14.

26 J.-M. Martin, « Fiscalité et écconomie étatique dans le royaume angevin de Sicile à la fin du XIIIe siècle », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245), p. 601-648 : p. 618.

27 J.-M. Martin, « Les communes en Italie méridionale aux XIIe et XIIIe siècles », Villes, bonnes villes, cités et capitales. Études d'histoire urbaine (XIIe-XVIIIe siècle) offertes à Bernard Chevalier, sous la dir. de M. Bourin, Tours, 1989, p. 201-210 : p. 205 et 207.

28 Roger II s'y rend lorsqu'il fait son entrée dans la cité, en 1140 : Falcone di Benevento, Chronicon Beneventanum, éd. E. D'Angelo, Florence, 1998, p. 236.

29 Voir J.-M. Martin et E. Cuozzo, Federico II. Le tre capitali del regno. PalermoFoggia-Napoli, Naples, 1995, p. 81-109 (chapitre écrit par E. Cuozzo).

30 Martin, « Fiscalité », cit. supra n. 26, p. 630 et 637.

31 A. Kiesewetter, Das Itinerar Kônig Karls II. von Anjou (1271-1309), dans Archivfür Diplomatile, Schriftgeschichte, Siegel-und Wappenkunde, 43, 1997, p. 85-283.

32 Voir Storia di Napoli, III, Naples, 1969.

33 C. Bruzelius, Charles I, Charles II and the Development of an Angevine Style in the Kingdom of Sicily, dans L'État angevin, cit. supra n. 26, p. 99-114.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Paierme arabo normande(d’après : Paterne 1070-1492, sous ladir. d'H. Bres et G. Bresc-Bautier, Paris Autrement, 1993.)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Figure 2 : Plan de quelques palais de Charles Ier d’Anjou, d’après les données des Registres angevins.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 3. Naples vers 1300, d’après Y. RENOUARD, Les villes d’Italie de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle, nouvelle éd. par Ph. Braunstein, Paris, SEDES, 1969, t. 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search