Version classiqueVersion mobile

Les Palais dans la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jacques Chiffoleau

1. Héritages et inventions

Les palais des Adhémar à Saint-Paul-Trois-Châteaux et à Montélimar (Drôme) du milieu du xiie au milieu du xiiie siècle

Michèle Bois

Texte intégral

1Les rapports qui ont pu exister au Moyen Âge entre le palais, siège de la puissance souveraine, et la ville sont très difficiles à mettre en évidence dans la moyenne vallée du Rhône. Cette difficulté provient essentiellement de la carence des textes contemporains et du petit nombre de bâtiments médiévaux urbains conservés, mais aussi du manque actuel d’études portant sur cette région à cette période. Aussi est-il nécessaire de présenter brièvement ce que l’on connaît de la topographie de quelques-unes de ces villes et des conflits qui s’y sont déroulés, avant d’aborder plus précisément la présentation du seul bâtiment palatial conservé, le Logis du château de Montélimar.

Les villes et les lieux de pouvoir dans la moyenne vallée du Rhône

  • 1 Voir les cartes concernant la période dans E. Baratier, G. Duby, E. Hildesheimer, Atlas historique (...)

2Le secteur géographique étudié, aujourd’hui inclus partie dans le département de la Drôme, à l’extrémité méridionale de la région Rhône-Alpes et à l’est du fleuve, appartenait entre le Xe et le début du XIIIe siècle (au moins théoriquement) au royaume d’Arles (ou de Provence) et était, par conséquent, terre d’Empire. Au point de vue religieux, la cité épiscopale de Saint-Paul-Trois-Châteaux, antique civitas Augusta Tricastinorum, était le siège d’un évêché, dit aussi du Tricastin, de la province d’Arles, alors que Montélimar dépendait de l’évêché de Valence et de la province de Vienne. Cette position, aux confins septentrionaux du Marquisat de Provence (aux mains des comtes de Toulouse dès le XIIe siècle), favorisa l’autonomie de puissantes familles seigneuriales, telle celle des Adhémar de Monteil, et le morcellement de leurs domaines ; ceux-ci furent progressivement rattachés au Dauphiné, province française à partir de 1349, alors que persistaient quelques enclaves du Comtat Venaissin, sous l’autorité du Pape jusqu’à la Révolution française1.

  • 2 P. Babey, « Le pouvoir temporel de l’evêque de Viviers au Moyen Âge 815-1452 », Annales de l’Univer (...)

3Aux XIIe et XIIIe siècle, dans cette région de transition, la puissance souveraine était détenue par de nombreux personnages qui avaient obtenu une délégation de pouvoir de l’Empereur lui-même. Des diplômes impériaux, dont les dates s’échelonnent entre 1145 et 1178, avaient confirmé des droits régaliens anciens aux évêques et en avaient concédé de nouveaux aux représentants des plus grands lignages : que certains de ces textes puissent être considérés comme des faux importe finalement peu à notre propos puisqu’ils ont servi à légitimer une situation de fait qui, dans certains cas, s’est prolongée pendant plusieurs siècles. Dans la liste des diplômes de Conrad III et de Frédéric Ier, on remarquera particulièrement ceux accordés aux évêques de Viviers en 1147, de Saint-Paul-Trois-Châteaux en 1154, de Valence en 1157, de Die en 1178, et de Vaison en 1178 et aux princes laïcs du même secteur géographique, Raymond de Baux en 1145, Sylvion de Clérieux en 1151 et 1153, Guigues Dauphin en 1155, Giraud Adhémar en 1164, Raymond de Mévouillon et Guillaume de Poitiers, comte de Valentinois, en 11782.

  • 3 Th. Odiot, V. Bel, M. Bois, « D’Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) », D.A.R. (...)

4Les lieux où s’exerce cette puissance souveraine sont identifiables pour les évêques qui résident dans leur cité épiscopale ou à proximité immédiate. Dans le cas des laïcs dont les possessions étaient disséminées sur de vastes étendues, il peut s’agir de résidences rurales, parfois à l’origine de nouveaux centres urbains, mais aussi de maisons situées dans les cités épiscopales et connues seulement par les conflits dont elles ont pu faire l’objet. Le réseau plutôt dense des sièges d’évêchés de la rive gauche du Rhône se superpose à celui des villes antiques, la toponymie étant parfois à peine modifiée : par exemple Valence, préfecture et siège d’évêché du département de la Drôme, s’élève à l’emplacement de Valentia et Orange, dans le Vaucluse, a repris celui d'Arausio, comme Vaison-la-Romaine celui de Vasio. Les historiens ont eu quelques hésitations à accepter l’identification de Saint-Paul-Trois-Châteaux avec l’antique Augusta Tricastinorum, en partie parce que le géographe grec Ptolémée indiquait Noiomagus – s’agit-il d’une confusion avec le nom antique que l’on restitue pour Nyons, autre sous-préfecture drômoise ? – comme capitale des Tricastins, mais, depuis la reconnaissance du tracé de son enceinte datée du Haut Empire, la pérennité de l’occupation urbaine depuis l’époque romaine ne peut plus y être mise en doute3.

  • 4 Voir en dernier lieu H. Desaye, « La chapelle épiscopale Saint-Nicolas, à Die et sa mosaïque », Con (...)
  • 5 Restructuration du musée pilotée par J. Planchon.
  • 6 Ces aspects ne sont qu’effleurés dans le dernier ouvrage paru sur la ville : Collectif, Die, histoi (...)

5À Die, l’antique Dea Augusta devenue cité épiscopale, puis sous-préfecture drômoise, où d’importants vestiges gallo-romains et médiévaux sont conservés, la lecture des chartes médiévales montre que la possession de certains quartiers, intérieurs ou extérieurs à l’enceinte monumentale du Bas Empire, a été disputée entre différents pouvoirs. L’évêque, fort de ses droits régaliens, s’opposait à une dynastie comtale disparue avant la fin du XIIe siècle, mais aussi à la communauté des chanoines et, surtout, à l’assemblée des habitants, qualifiés de cives dans la charte de franchise de 1218. Malgré différents remaniements d’urbanisme dus aux guerres et autres calamités de la fin du Moyen Âge puis aux Guerres de Religion, la topographie permet de restituer l’emplacement d’une résidence comtale fortifiée au quartier du Chastel, fortification que l’on imagine déjà abandonnée vers la fin du premier quart du XIIIe siècle Cette époque a été fortement troublée par les contre-coups de la croisade contre les Albigeois et l’assassinat d’un évêque en 1223, devant la porte muge de la cathédrale de Die — sans doute celle où l’on rendait la justice — s’inscrit pleinement dans ce contexte. Le palais épiscopal est à peine connu grâce au pavement de mosaïque représentant les quatre fleuves du paradis, daté du XIIe siècle et conservé dans l’ancienne chapelle Saint-Nicolas qui occupe l’étage d’une tour romaine4 et on attend beaucoup de l’étude préalable à l’installation du musée municipal dans les anciens appartements de l’évêque appuyés à l’enceinte antique5. Ainsi, pourra-ton cerner avec plus de précision l’opposition entre ce palais épiscopal et Purgnon, autre résidence fortifiée de l’évêque, placée à l’entrée amont de la ville afin d’en contrôler efficacement l’accès6.

  • 7 Ces deux localités sont citées dans l’hommage d’Arnaud de Crest à l’évêque de Die, en 1145. (C.-U.- (...)
  • 8 M. Bois, Le sud du département de la Drôme entre le Xe et le XIIIe siècle. L'organisation du terroi (...)

6Les autres villes du sud de la Drôme sont considérées comme des créations médiévales : Buis-les-Baronnies, Crest, Nyons et Montélimar. Nyons semble avoir succédé à une agglomération antique d’après un argument toponymique, et il pourrait en être de même pour Buis-les-Baronnies, mais les preuves manquent encore. Crest est assurément une fondation médiévale, née autour d’un château juché sur une crête rocheuse (castrum quod Crestum dicitur) à environ 3 km en aval de l’emplacement d’une station routière gallo-romaine (Augustum) (aujourd’hui Aouste-sur-Sye)7. À Montélimar, un nouveau chef-lieu qui portait le nom de Montilium Adhemarii, « le petit mont d’Adhémar », dès le XIIe siècle, a englobé le site d’Acunum, vaste établissement qui se développait de part et d’autre du franchissement de la rivière Roubion à l’époque romaine et dont le nom s’est à peine transformé pour désigner un quartier, celui de l’avenue d’Aygu. En attendant de véritables recherches sur la période du haut Moyen Âge, on est contraint de considérer cette ville comme une (re-)fondation à attribuer à la famille éponyme. Rien ne prouve en effet la continuité d’une véritable agglomération, même si un secteur à vocation funéraire (anciennement reconnu au sud du confluent du Jabron avec le Roubion) semble surimposé à un habitat antique autour du prieuré d’Aygu, lui-même disparu à la fin du Moyen Âge8.

  • 9 Les recherches menées actuellement par Yves Girard à Buis-les-Baronnies (Y. Girard, « L’image de Bu (...)
  • 10 M. Bois, Saint-Paul-Trois-Châteaux, la ville médiévale et sa campagne Rapport de prospection thémat (...)

7Ces préliminaires posés, il faut bien admettre que les textes médiévaux ne permettent pas une véritable approche de la topographie urbaine avant le milieu du XIIe siècle et encore faut-il les confronter à la microtoponymie tirée de documents bien postérieurs pour tenter d’en expliciter les grandes lignes. Il faut effectivement garder à l’esprit que, dans la seconde moitié du XVIe siècle, les troubles religieux des guerres de Religion ont aussi très profondément modifié la topographie des centres urbains, à la fois par les destructions qu’ils ont entraîné et par l’édification de nouveaux systèmes de fortification, les citadelles bastionnées. En conséquence, les schémas d’organisation urbaine que l’on peut actuellement proposer pour la fin du Moyen Âge resteront théoriques tant qu’ils ne seront pas vérifiés par la découverte de vestiges médiévaux, par exemple à l’occasion de travaux d’urbanisme, ou, plus simplement, de visites dans des maisons particulières9. Des recherches récentes, encore inédites, permettent de mieux documenter la topographie ancienne de l’ancienne cité épiscopale de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de Montélimar, les deux villes drômoises les plus méridionales et en même temps les plus proches du sillon rhodanien. Les données recueillies éclairent d’un jour nouveau aussi bien les rapports qu’ont pu entretenir les différents membres de la famille des Adhémar de Monteil avec l’évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux, que le rôle ostentatoire du plus ancien bâtiment du château des Adhémar de Montélimar10.

À Saint-Paul-Trois-Châteaux

  • 11 J. de Font-Réaulx, Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux avec une notice sur le Trica (...)

8Les évêques de Saint-Paul-Trois-Châteaux affirmaient avoir reçu de Charlemagne les droits régaliens sur la cité et ses alentours, entre l'Eygues et le Rhône, spécifiant en particulier le droit absolu d’interdire toute construction ou fortification sur le rocher de Tutela, aujourd’hui Sainte-Juste, en position éminente au-dessus de la ville épiscopale. La confirmation leur en fut accordée par Frédéric Barberousse en 1154 puis par Frédéric II en 1214. Les diplômes impériaux garantissant à l’évêque la suzeraineté éminente sur l’étendue de sa cité et de quelques localités proches, ce dernier put rester maître unique de ce petit état souverain qui conserva son indépendance jusqu’au traité de pariage avec le Dauphin de France en 1408. Ainsi, la tentative de Raymond, comte de Toulouse, de soumettre l’évêque en 1202 est restée sans conséquences, alors que Géraud Adhémar, pourtant également bénéficiaire d’un diplôme impérial, devait rendre hommage à l’évêque pour ses possessions purement tricastines11.

  • 12 Cartulaire Tricastin, no 69.
  • 13 Cartulaire Tricastin, no 14.

9Aucun acte local antérieur à 1205 ne semble avoir été conservé, fait qui semble imputable à quelque brutal accident. Au printemps 1206, lors d’une contestation entre les seigneurs de la localité voisine de Pierrelatte et l’église de Saint-Paul, la seule déposition orale de l’évêque et de ses témoins prouve que Géraud Adhémar de Monteil lui a réellement prêté hommage peu après 118012. Quelques années plus tard, après le bref épiscopat de l’évêque Gaucerand, une autre enquête voit défiler une série de vingt-deux témoins qui précisent qu’un quartier de Saint-Paul-Trois-Châteaux, qualifié de bourg extérieur à la vieille cité (burgum extra civitatem veterem) appartient bien à Géraud Adhémar, même si l’évêque s’y réserve des droits de voirie. D’après eux encore, Géraud Adhémar est libre d’effectuer des travaux de fortification au château limitrophe de Barry (aujourd’hui dans la commune de Bollène, Vaucluse) et même de lever une contribution à cet effet, mais il ne peut pas s’approprier Tutela13.

  • 14 Cartulaire Tricastin, no 34 et 35.
  • 15 Cartulaire Tricastin, no 36.
  • 16 Cartulaire Tricastin, no 71 et 72.
  • 17 A. Hartmann-Virnich, « La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Paul de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme)  (...)

10Une fois apaisés les troubles de la Croisade contre les Albigeois, les conflits qui ont opposé Géraud Adhémar de Monteil à l’évêque et à la communauté (chevaliers, prudhommes et autres habitants) peuvent se régler durant l’année 1222. Géraud prend les pruhommes sous sa protection, moyennant 3000 sous viennois, et abandonne à l’évêque tous ses droits sur les fours de la ville et surtout sur son stare, c’est-à-dire sa demeure, pour 4000 sous de la même monnaie14. Cependant, en 1230, son fils cadet Adhémar (fils de sa seconde épouse Mabille, vicomtesse de Marseille) qui occupait la charge d’archidiacre de l’église tricastine, affirma avoir reçu par testament les biens de son père à Saint-Paul-Trois-Châteaux et en réclama restitution à l’évêque : le compromis qui s’ensuivit mentionne expressément l’abandon de pierres qui avaient été remployées dans une nouvelle construction15. Un nouvel arbitrage fut nécessaire en 1236 et, en 1241, le différent entre le prélat tricastin et Adhémar de Monteil, devenu seigneur de Grignan, fut définitivement réglé16. Ces péripéties sont très représentatives des efforts réussis de l’évêque pour éliminer toute concurrence de pouvoir et rester le maître incontesté dans sa cité. Le démantèlement d’une résidence laïque semble s’inscrire dans un programme de reconstruction urbaine plus vaste dont les traces devront être recherchées à l’occasion de futurs travaux archéologiques dans le centre ville : actuellement seules ont été mises en évidence les étapes de construction de la cathédrale romane17. Peut-on imaginer que certaines des pierres appartenant à Géraud Adhémar de Monteil et déplacées sur ordre de l’évêque y ont été réutilisées ? C’est, en tout cas, par la construction d’un véritable château-fort, au sommet de la petite colline qui domine la ville, que s’est affirmée ultérieurement, au moins de façon symbolique, la suprématie épiscopale jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, malgré l’éclipse des guerres de Religion.

A Montélimar

  • 18 M. Bois, « Montélimar (Drôme) Château des Adhémar », dans A. Renoux, Palais médiévaux (France - Bel (...)

11À Montélimar, le château des Adhémar, classé monument historique depuis 1889, renferme une construction prestigieuse, le Logis, rangé dans la catégorie des palais médiévaux laïcs en raison de ses qualités architecturales élaborées associée à l’absence d’éléments défensifs18.

  • 19 Ripert-Montclar (Marquis de), Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’ordre du Temple 113 (...)
  • 20 Les chartes éditées dans Ch.-U.-J. Chevalier, Cartulaire municipal de la ville de Montélimar, Monté (...)

12Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, quelques rares textes prouvent que la famille des Adhémar de Monteil, seigneurs de Montélimar, dispose de biens répartis dans le Tricastin, à La Garde-Adhémar, à Saint-Paul-Trois-Châteaux et à Grignan19. Cependant, la formulation du diplôme impérial de 1164 ne permet pas de préciser l’étendue du domaine patrimonial sur lequel Géraud Adhémar exerce les pleins pouvoirs, plenam potestatem totius terrepatris et avi sui. En 1198, la charte de franchise accordée aux habitants de la ville de Montélimar montre une coseigneurie exercée par Giraud Adhémar et Lambert que l’on pense être les deux fils du personnage précédent. Au XIIIe siècle, le partage de la seigneurie de Montélimar est effectif, en raison des conséquences de la Croisade contre les Albigeois, Lambert ayant embrassé le parti de Simon de Monfort, et Géraud Adhémar, celui du comte de Toulouse. La branche issue de Lambert, prend alors le nom de La Garde et prête hommage au comte de Valentinois. Les descendants du fils aîné de Géraud Adhémar, s’adjoignent le nom de Rochemaure, imposant château situé sur la rive droite du Rhône et conservent l’indépendance reconnue par le diplôme impérial. Une autre lignée, héritière de son fils cadet (Adhémar, archidiacre de Saint-Paul-Trois-Châteaux devenu seigneur de Grignan, dont nous venons de voir les démêlés avec l’évêque du Tricastin) s’en écarte pendant deux siècles, puis à la suite de transmissions héréditaires complexes, retrouve des droits sur une partie de la seigneurie de Montélimar20.

13La position éminente du château de Montélimar, au sommet d’un interfluve rocheux dominant le confluent du Jabron avec le Roubion, les deux rivières drainant la plaine de la Valdaine, n’est guère perceptible en raison de l’urbanisation récente, même si, depuis quelques décennies, l’ancienne résidence princière, enfermée jusqu’au milieu du XXe siècle à l’intérieur de hautes murailles carcérales, a été ouverte au public. L’édification au XIIIe siècle, d’une puissante enceinte fortifiée transformant le sommet du promontoire en château-fort, avait masqué la façade du logis aux regards des Montiliens et la disparition de l’aspect riant et luxueux de logis seigneurial avait été consommée par la construction, au XVIe siècle, d’une austère citadelle abritant ensuite une prison. Le souvenir des premiers possesseurs avait même été perdu depuis que l’appellation de « château des Papes » s’était imposée, avant le rattachement de Montélimar à la France, pour le distinguer de l’ancien château de Narbonne, tenu par les comtes de Valentinois. En effet, la vente d’une part de la seigneurie des Adhémar ayant agrandi les États du Pape à partir de 1340, ce dernier a revendiqué des droits sur cette ville jusqu’à la fin du XVe siècle, malgré son appartenance effective au Dauphiné.

14Restituer l’aspect initial de cette demeure prestigieuse demande donc de ne pas tenir compte des murailles défensives que l’on rencontre avant d’y accéder : celles des bastions du XVIe siècle, du rempart urbain des XIVe et XVe siècles, de l’enceinte et de son chemin de ronde du XIIIe siècle. La plus ancienne construction établie au sommet du « petit mont », le Monteil d’Adhémar, est certainement l’église Saint Pierre, actuellement datée du XIe siècle qui en occupe l’extrémité méridionale. À l’origine, elle était dominée au nord par une motte dont les traces ont été repérées à la base des murailles actuelles et dont elle devait être séparée par un fossé annulaire et sa contr’escarpe (fig. 1).

Figure 1. Evocation du Logis avant la construction de l’enceinte du XIIIe siècle. (Infographie André Bois)

15C’est ultérieurement, sur une plate-forme aménagée aux dépens du fossé, dans l’espace resté libre entre la motte et l’église, qu’ont été fondées les murailles d’un vaste bâtiment en L, se développant sur trois niveaux et prenant appui sur le flanc de la motte par son angle nord-est. Ce plan était particulièrement bien adapté à la topographie : la base, tournée vers le nord, le protégeait du vent dominant, le grand côté était adossé à la pente et la façade principale faisait face à la ville qui se développait à l’ouest et en contrebas. Des bâtiments annexes devaient l’entourer, mais ils ont été remplacés ultérieurement par une aile appuyée au sud-est du grand côté.

16Trois salles rectangulaires, d’environ 17,5 m sur 7 m, se superposaient dans la plus grande longueur du bâtiment ; elles étaient séparées par des planchers et la plus haute était couverte d’une toiture à double pente constituée par une charpente de bois supportant des dalles de calcaire. Des chéneaux de pierre placées sur le sommet des murs latéraux et masquées par un parapet recueillaient l’eau que des gargouilles rejetaient à l’extérieur des murs-pignons nord et sud. La circulation entre le rez-de-cour et le premier étage était assurée par un monumental escalier de pierre installé dans l’avant-corps occidental que surmonte une petite pièce. Un escalier en vis, inclus dans la tourelle de l’angle nord-est, faisait communiquer ce niveau avec le second étage en se prolongeant jusqu’au-dessus des dalles de la toiture. Un système d’accès complémentaire existait dès l’origine à l’angle sud-est, mais il a été transformé lors de la construction d’une aile de service adjacente.

17Le niveau inférieur, éclairé par deux fenêtres à double ébrasement, ouvertes à l’ouest, était accessible directement depuis le rez-de-cour par une porte, celle, autrefois de proportions plus modestes, située sous la petite voûte supportant le palier de l’escalier monumental. Le sol de ce niveau, creusé à même la pente, a été abaissé lors de la mise en place ultérieure d’une voûte et, plus tard, l’espace a été cloisonné, ce qui a profondément modifié le volume intérieur initial.

  • 21 Le mode de construction de cet escalier a été comparé à ceux, contemporains, des églises voisines p (...)

18On pénétrait dans la salle de l’étage par deux portes extérieures. L’entrée principale ouvre sur le palier de l’escalier ouest qui en constitue un accès ostentatoire depuis le rez-de-cour. L’autre, très étroite, donne aujourd’hui dans le vide en façade sud : elle assurait la communication vers une dépendance qui n’a pas été conservée. Deux portes intérieures sont percées à l’est ; la plus grande fait pendant à l’entrée nord donne sur l’escalier en vis qui dessert les niveaux supérieurs21. L’autre, proche de celle du sud, devait appartenir à un même système de desserte des annexes, remplacées partiellement par l’aile abritant les commodités. À l’ouest, les fenêtres, probablement du même type que celles du rez-de-cour et que celle qui éclaire l’angle nord-ouest (près de la porte de l’escalier en vis), ont été remplacées par deux fenêtres à coussiège, datées du XIVe ou du XVe siècle. Une fente très étroite donne un peu de lumière à l’angle sud-ouest, entre les deux portes : cet espace de circulation était-il à l’origine cloisonné et isolé du reste de la pièce ?

19À l’étage supérieur, accessible par la partie inférieure de l’escalier en vis, se trouve une très belle salle d’apparat. Elle est éclairée, à l’ouest, par une succession de quatre fenêtres à double coussiège, au sud, par deux profondes baies cintrées à ébrasement simple, situées à un niveau supérieur, et, à l’est, par une petite baie encore plus haut placée. Sa façade nord est pourvue d’une double arcature abritant un haut et large placard mural ; en partie basse le double déversoir qui débouche par une unique évacuation extérieure, repérée dans le parement de la façade nord, a conservé son agencement d’origine. La petite porte ouverte dans la paroi orientale occupe une position analogue à celle de la salle inférieure : toutes deux servent de communication avec l’aile ajoutée postérieurement au bâtiment, mais elles étaient prévues dans la construction primitive.

20En face de l’entrée débouchant de l’escalier en vis, s’ouvre l’accès à la loggia, petite pièce située au-dessus de la voûte couvrant l’escalier monumental et abondamment éclairée par cinq baies. Cette voûte est la seule que l’on puisse attribuer au premier état du bâtiment : prévue, semble-t-il, dans le projet initial, sa réalisation a entraîné des irrégularités dans le décor extérieur de la façade, irrégularités indiscutablement liées à la différence de niveau entre la grande salle et la petite pièce qu’elle supporte. En effet, les constructeurs ont été contraints de placer la naissance de cette voûte en berceau au-dessus de l’extrados des arcs couvrant les arcatures latérales de l’escalier. Ce niveau correspondant approximativement à celui des poutres du plancher intérieur, il leur a suffi d’établir quelques marches dans l’épaisseur du mur pour compenser la hauteur de la voûte.

21La richesse du décor extérieur des neuf baies de cet étage compense l’austérité intérieure ; n’oublions pas que celle-ci est due en grande partie à la restauration du XXe siècle qui a laissé à nu l’appareil de petits moellons de calcaire local taillés au marteau. À l’origine, tous les éléments de ce décor devaient présenter l’ordonnance des deux fenêtres tournées vers le sud (fig. 2) qui semblent les mieux conservées : une baie rectangulaire couverte d’un linteau monolithe horizontal soutenant un tympan nu sous une archivolte sculptée. Cette homogénéité a été rompue par l’ajout d’un meneau vertical destiné à renforcer le linteau droit, fendu anciennement, des quatre fenêtres de la grande pièce, alors que les restaurateurs n’ont pas restitué de tympan aux trois fenêtres occidentales de la loggia. Les voussures de l’archivolte sont formées de claveaux sculptés de palmettes où alternent « molasse » blanche extraite des carrières tricastines et « molasse » brune provenant des carrières septentrionales de Châteauneuf-d’Isère. Une corniche sculptée de billettes, faisant office de larmier, suit chaque arcature, sans solution de continuité d’un bout à l’autre du bâtiment, tout comme celle qui souligne l’allège des fenêtres par un motif de perles et pirouettes : dans les deux cas, un segment, placé verticalement entre les deux fenêtres se regardant en équerre, forme le raccord permettant de rattraper la différence de niveau entre les deux pièces (fig. 3).

22Les arcatures en plein-cintre sont jointives, sauf dans les angles, et elles retombent sur des chapiteaux portés alternativement par des colonnes cylindriques et des pilastres de section carrée. On compte cinq supports pour les quatre fenêtres de la salle, et sept autres pour celles de la loggia. Les motifs sont tous différents, refaits pour un grand nombre en prenant pour modèle ceux qui ont été déposés lors des restaurations du milieu du XXe s. Le plus intéressant est sans conteste la figure anthropomorphe du chapiteau ouest de la façade sud de la loggia : cette fragile sculpture doit sa conservation à la mise en place d’une des fenêtres à traverse et meneau qui avaient remplacé pour un temps les baies originelles. Il s’agit d’un personnage luttant avec un immense serpent : il maintient de ses mains la gueule du monstre, ouverte à droite, devant une grande palmette faisant pendant à l’éventail formé par l’extrémité de la queue à gauche. À quel épisode fantastique rattacher ce motif, rare dans un bâtiment civil ? (fig. 5)

Figure 2. Vue de la façade occidentale du Logis depuis le sud

Figure 3. Vue du décrochement des corniches marquant la différence de niveau entre les fenêtres de la loggia et celles de la salle du deuxième étage

23Malgré la richesse de ce décor, c’est par son escalier, exceptionnel par sa fonctionnalité et par sa monumentalité, que ce bâtiment se distingue des autres constructions contemporaines. I1 occupe la partie inférieure de l’avant-corps, au-dessous de la loggia, et sa façade occidentale est largement ajourée d’une très haute arcature à claveaux bicolores. Deux volées droites en équerre, séparées par un repos, aboutissent au palier de l’étage, lui-même supporté par une voûte en plein-cintre protégeant le passage au fond duquel s’ouvre la porte de la salle basse. Le palier dessert non seulement la porte principale de l’étage, mais ouvre sur une étroite porte percée au nord, sous une arcature, qui constitue aujourd’hui le principal accès extérieur au logis : elle n’avait autrefois qu’un rôle secondaire difficile à préciser en raison des modifications importantes des niveaux extérieurs. Le repos séparant les deux volées, au sud, se développe sous une arcade symétrique, en partie haute, à celle du mur septentrional. Ce repos constitue en fait un palier d’entresol qui communiquait avec un escalier extérieur, en équerre, conduisant directement à un puits creusé jusqu’à la nappe phréatique du Roubion qui coule une trentaine de mètres en contrebas. Cet escalier assurait de façon étonnante la circulation verticale entre les différents niveaux intérieurs et extérieurs du bâtiment mais, surtout, sa monumentalité devait fortement impressionner ceux qui s’en approchaient depuis la ville, puisqu’il n’en était séparé par aucune des barrières visuelles actuelles (fig. 4).

Figure 4. Vue du porche de l'escalier depuis l’ouest

  • 22 Cartulaire de Montélimar, no 15.

24Le confort de ce bâtiment a été amélioré par la construction d’une aile conçue, dès l’origine, pour assurer des fonctions utilitaires, comme en témoignent deux gaines de service verticales. Dans l’angle sud-est, un conduit circulaire prend naissance à mi-hauteur de la pièce qui communique avec la grande salle du premier étage, au-dessus d’un foyer maintes fois réparé dont il en évacuait à coup sûr la fumée. Faut-il identifier cette pièce au fornellum domini Geraldi qui réunit les signataires de l’acte de confirmation des libertés de la ville, le 20 décembre 122622, un jour d’hiver où devait souffler la bise ?

25L’autre, de section rectangulaire, plus large que le conduit de cheminée, mais dans lequel il est difficile de se glisser, descend à travers le mur oriental, depuis des latrines situées sous une arcade intérieure dans le réduit contigu à la pièce de l’étage. Il débouche dans la partie supérieure d’un arc en pierres de taille couvrant une baie de plus grande ampleur que les issues des latrines des châteaux les plus proches tels ceux de Rochefort-en-Valdaine et de Poët-Laval : ce passage a pu servir à assurer l’entretien d’un égout, enterré lors de la construction de l’enceinte fortifiée, auquel ce conduit pouvait être raccordé.

26Les textes faisant défaut, la datation d’un tel bâtiment ne peut reposer que sur des critères intrinsèques ou des éléments tirés du contexte historique. Ainsi, le mode de construction de l’escalier en vis s’inscrit dans les programmes contemporains des grands édifices de culte de la région pour lesquels le XIIe siècle est proposé, en l’attente de critères plus assurés. Il en est de même pour le style des sculptures et pour le vocabulaire architectural, qui ne sauraient être en contradiction avec ce que l’on connaît pour cette période. Néanmoins, s’agissant d’un édifice civil qui constitue un unicum dans le secteur de la moyenne vallée du Rhône, des arguments contradictoires pourraient s’opposer à cette datation, dans la mesure où manque encore un inventaire exhaustif des grands degrés à volées droites de l’époque médiévale.

  • 23 U. Chevalier Regeste Dauphinois ou répertoire analytique des documents imprimés et manuscrits relat (...)
  • 24 Cartulaire de Montélimar, no 33.

27En l’attente de références objectives, il nous paraît important de considérer la période durant laquelle Géraud Adhémar, bénéficiaire du diplôme impérial de 1164, a exercé en tant qu’unique seigneur la puissance souveraine sur son petit état. La redevance d’un marabotin d’or dû au Pape par Géraud Adhémar de Monteil, consignée dans le liber censuum de l’Église romaine de 119223, est explicitée par un texte de 1291 : lors du règlement d’un litige entre les habitants de Montélimar et l’évêque de Valence à propos du droit paroissial sur les églises montiliennes, on prend soin de rappeler que les seigneurs du lieu ne devaient rien à l’évêque en raison d’un privilège papal24. La construction d’un tel édifice pourrait donc se placer dans la période où Géraud Adhémar de Monteil, reconnu feudataire direct de l’Empire, en 1164, et aussi de l’Église de Rome, en 1192, exerçait une souveraineté exclusive sur ses terres. Cette exclusivité avait cessé avant 1198, date de la mention de la coseigneurie de ses deux fils.

  • 25 .G. Barruol, Dauphiné roman, La Pierre qui Vire, 1992, 416 p., p. 305-313 et pl. 119 et couleur ; M (...)

28On sait aussi que Montélimar a été l’une des haltes de l’empereur Frédéric lors de son retour par la vallée du Rhône après les cérémonies de son couronnement en Arles en 1178. Rien ne prouve, bien sûr, que le Logis était déjà édifié lors de ce passage, mais la probabilité pour que sa construction en soit de peu contemporaine n’est pas nulle. La mise en place de l’enceinte fortifiée qui isole ce bâtiment du reste de la ville s’explique par les troubles de la Croisade contre les Albigeois et par le partage de la seigneurie. Cette modification radicale du sommet du Montilium qui a dû comprendre aussi la construction de l’aile abritant cheminée et latrines devait être effective aux environs de la troisième décennie du XIIIe siècle25.

***

29Ainsi, il est possible de mettre en parallèle une série d’événements qui ont eu des répercussions sur l'urbanisme des villes dans le nord du marquisat de Provence. Dans la cité de Die, la charte concédée par l’évêque en 1218 fait expressément mention de travaux de fortification importants. À Saint-Paul-Trois-Châteaux, l’évêque, en rachetant les droits de son principal concurrent laïc, a procédé en même temps au démantèlement des bâtiments construits par lui. Une des conséquences en a été une élimination si complète qu’aucun souvenir même toponymique ne permet de retrouver l’emplacement, ni du bourg, ni seulement du stare de cette famille.

30À l’inverse, à Montélimar, la ville éponyme de la famille des Adhémar de Monteil, la construction d’une série d’enceintes fortifiées autour du palais laïc a permis de conserver l’un des plus prestigieux bâtiments civils de la vallée du Rhône. Il ne faut probablement pas y voir le seul hasard, mais plutôt une volonté certaine de la part des descendants de Géraud Adhémar de préserver ce palais : le chapiteau mettant aux prise un homme et un serpent monstrueux pourrait-il être interprété comme l’unique témoin d’une légende familiale, évoquant par exemple le combat victorieux d’un ancêtre mythique fondateur de la lignée ? (fìg.5)

Figure 5. Vue du chapiteau historié à l’angle sud-ouest de la loggia : on remarque les écailles de la colonnette rappelant celle du corps du serpent vaincu par l’homme.

31Nous terminerons en souhaitant que ces quelques lignes soient à l’origine de nouvelles études sur la façon dont ces palais urbains témoignent des relations entre pouvoir épiscopal et pouvoir laïc dans les villes de la moyenne vallée du Rhône. Dès à présent, on peut être assuré que les dynasties seigneuriales ont eu une véritable politique s’appuyant sur le potentiel économique des villes, tout autant que sur les domaines fonciers ruraux : y construire des résidences somptueuses s’inscrivait naturellement dans cette politique.

32Les pouvoirs en présence, en modifiant considérablement la carte politique après le Traité de Paris de 1229 qui confiait au Pape les terres du comte de Toulouse situées dans l’Empire, ont orienté de nouvelles dynamiques qu’il reste à étudier, tant du point de vue de la topographie urbaine médiévale que de la maîtrise du pouvoir politique. On a préféré alors s’employer à l’édification de fortifications puissantes qui ont durablement modelé le paysage de la région jusqu’aux campagnes de démolitions de remparts urbains, au XIXe siècle.

Notes

1 Voir les cartes concernant la période dans E. Baratier, G. Duby, E. Hildesheimer, Atlas historique Provence, Comtat Venaissin, Principauté de Monaco, Principauté d’Orange, Comté de Nice, Paris, 1969, no 40 à 50 ; dans Vital Chomel, Dauphiné, France. De la principauté indépendante à la province (XIIe-XVIIIe siècles), Grenoble, 1999, cartes historiques de Nora Esperguin no 1 à 10

2 P. Babey, « Le pouvoir temporel de l’evêque de Viviers au Moyen Âge 815-1452 », Annales de l’Université de Lyon, 3e s., fasc 14, Paris 1956, 338 p., p. 31 à 57 ; J. de Font-Réaulx, Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux avec une notice sur le Tricastin au XIIIe siècle, Valence, 1950,272 p., p. 133 à 138 ; U. Chevalier, Regeste Dauphinois ou répertoire analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné des origines chrétiennes à l’année 1349, Valence, 1912, no 3965, 3970 (pour le Dauphin), no4036 (pour l’évêque de Valence), no4176 (pour Géraud Adhémar), no4685 à 4700 (pour la liste de ceux rédigés aux alentours du 30 juillet 1178, date de la cérémonie du couronnement de Frédéric Ier comme roi d’Arles).

3 Th. Odiot, V. Bel, M. Bois, « D’Augusta Tricastinorum à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) », D.A.R.A no 7, Lyon, 1992.

4 Voir en dernier lieu H. Desaye, « La chapelle épiscopale Saint-Nicolas, à Die et sa mosaïque », Congrès archéologique de France, 150e session, 1992, Moyenne vallée du Rhône, Société Française d’Archéologie, Paris 1996, p. 143 à 158.

5 Restructuration du musée pilotée par J. Planchon.

6 Ces aspects ne sont qu’effleurés dans le dernier ouvrage paru sur la ville : Collectif, Die, histoire d’une cité, Die, 1999.

7 Ces deux localités sont citées dans l’hommage d’Arnaud de Crest à l’évêque de Die, en 1145. (C.-U.-J. Chevalier, Tituli Ecclesiae beatae Mariae Diensis et chartularium civitatis Diensis, Académie delphinale, documents inédits relatifs au Dauphiné2e vol Grenoble 1868, XLVII et 194 p., charte no 12).

8 M. Bois, Le sud du département de la Drôme entre le Xe et le XIIIe siècle. L'organisation du terroir, fortifications et structures d’habitat. Thèse de doctorat, histoire et civilisation de l’Antiquité et du Moyen-Âge sous la direction de G. Démians d’Archimbaud, Université de Provence, Aix-en-Provence 1992, 651 p., Inventaire, s. v. ; les pages traitant de la période comprise entre le début de l’âge du Fer et la fin du Moyen Âge dans l’ouvrage collectif coordonné par St. Beaumont, Histoire de Montélimar, Toulouse éd. Privat, 1992, ne peuvent servir à la compréhension de cette évolution.

9 Les recherches menées actuellement par Yves Girard à Buis-les-Baronnies (Y. Girard, « L’image de Buis-les-Baronnies à la fin de l’Ancien Régime », Terres Voconces, Diois-Baronnies, Entre Ventoux et Vercors, no4, Le Garde-Notes Baronniard, 2002, p. 55 à 82), par Alexandre Vemin à Nyons, (A. Vernin, Nyons, Un bourg monastique du haut Moyen Âge, communication à la journée d’étude Saint Césaire, Nyons et le haut Moyen Âge novembre 2002, à paraître), par Claude Huot et Jean-Claude Alcamo à Crest (J.-C. Alcamo, « Crest : de l’agglomération médiévale à la ville contemporaine », Annales du Midi, revue de la France méridionale t. 102 nol92 Oct-Dév 1990, p. 643-654 ; Cl. Huot, « Essai de restitution du complexe castrai de Crest à la veille de sa démolition partielle en 1633 », Revue Drômoise, no 509, décembre 2003, à paraître) sont à cet égard prometteuses.

10 M. Bois, Saint-Paul-Trois-Châteaux, la ville médiévale et sa campagne Rapport de prospection thématique, Service régional d’archéologie, décembre 1998. ID., Etude historique préliminaire sur la citadelle et le château des Adhémar à Montélimar (Drôme) du Xe au XXe siècle ; Description analytique des bâtiments des châteaux et de la citadelle de Montélimar, Conservation de la Drôme, 2001. Ces travaux viennent en complément de la préparation de deux publications d’envergure : Atlas topographique de la ville de Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la collection Atlas topographique de Gaule méridionale (PCR dirigé par J. Guyon puis M. Heijmans, traitant exclusivement de l’Antiquité) et Carte archéologique de la Gaule, département de la Drôme, sous la direction de M. Provost, qui englobe une période plus vaste du début de l’Âge du Fer jusqu’à l’époque carolingienne.

11 J. de Font-Réaulx, Cartulaire de l’évêché de Saint-Paul-Trois-Châteaux avec une notice sur le Tricastin au XIIIe siècle, Valence, 1950, 272 p. no1, 2, 5, 6, 7, 8, 64, 69 et p. 133 à 138.

12 Cartulaire Tricastin, no 69.

13 Cartulaire Tricastin, no 14.

14 Cartulaire Tricastin, no 34 et 35.

15 Cartulaire Tricastin, no 36.

16 Cartulaire Tricastin, no 71 et 72.

17 A. Hartmann-Virnich, « La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Paul de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) », Congrès archéologique de France, 150e session, 1992, Moyenne vallée du Rhône, Société Française d’Archéologie, Paris 1996, p. 239-278.

18 M. Bois, « Montélimar (Drôme) Château des Adhémar », dans A. Renoux, Palais médiévaux (France - Belgique) 25 ans d’archéologie, Centre d’édition et de publication de l’Université du Maine, octobre 1994, p. 62-63.

19 Ripert-Montclar (Marquis de), Cartulaire de la commanderie de Richerenches de l’ordre du Temple 1136-1214, Avignon-Paris, 1907, Réimpression Marseille 1978, no 51, 129, 131,203.

20 Les chartes éditées dans Ch.-U.-J. Chevalier, Cartulaire municipal de la ville de Montélimar, Montélimar, 1871, en particulier no 8 pour le diplôme de Géraud Adhémar, apportent les principales données sur ces différents partages, rien de probant n’ayant paru depuis l’ouvrage touffu d’A. de Coston Histoire de Montélimar et des principales familles qui ont habité cette ville, 4 vol, Montélimar 1878-1891.

21 Le mode de construction de cet escalier a été comparé à ceux, contemporains, des églises voisines par A. Hartman-Virnich, « L’escalier en vis voûté et la construction romane : exemples rhodaniens », Bulletin Monumental, t. 154 II, Société française d’archéologie, Paris, 1996, p. 113 à 128.

22 Cartulaire de Montélimar, no 15.

23 U. Chevalier Regeste Dauphinois ou répertoire analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné des origines chrétiennes à l’année 1349, Valence, 1912, no5236.

24 Cartulaire de Montélimar, no 33.

25 .G. Barruol, Dauphiné roman, La Pierre qui Vire, 1992, 416 p., p. 305-313 et pl. 119 et couleur ; M. Bois, « Le château des Adhémar à Montélimar », Congrès archéologique de France, 150e session, 1992, Moyenne vallée du Rhône, Société Française d’Archéologie, Paris 1996, p. 207 à 221

Table des illustrations

Légende Figure 1. Evocation du Logis avant la construction de l’enceinte du XIIIe siècle. (Infographie André Bois)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 2. Vue de la façade occidentale du Logis depuis le sud
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Figure 3. Vue du décrochement des corniches marquant la différence de niveau entre les fenêtres de la loggia et celles de la salle du deuxième étage
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 4. Vue du porche de l'escalier depuis l’ouest
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure 5. Vue du chapiteau historié à l’angle sud-ouest de la loggia : on remarque les écailles de la colonnette rappelant celle du corps du serpent vaincu par l’homme.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search