Version classiqueVersion mobile

Les Palais dans la ville

 | 
Patrick Boucheron
, 
Jacques Chiffoleau

Avant-propos

Patrick Boucheron et Jacques Chiffoleau

Texte intégral

1Bien des travaux, ces dernières décennies, ont porté sur le monde des palais médiévaux, en France comme dans le reste de l’Europe. Les définitions et les typologies ont été discutées, approfondies, mettant de l’ordre dans les dénominations et les chronologies. Les descriptions formelles ont été enrichies par les progrès de l’archéologie du bâti, et l’histoire des chantiers par celle des maîtres d’œuvre et des techniques de construction. En même temps, les tentatives d’interprétation fonctionnelle croisaient les voies nouvelles d’une histoire et d’une anthropologie du pouvoir qui font désormais la part belle aux rituels et cherchent à repérer, à travers l’opposition du privé et du public, la naissance d’espaces politiques particuliers.

2Les monographies de grands ensembles palatiaux comme de plus modestes constructions se sont multipliées dans toute l’Europe, enrichissant notre corpus et facilitant le comparatisme, encouragées par des politiques patrimoniales qui souvent posent aussi de façon assez crue le problème des fonctions contemporaines - culturelles mais aussi économiques et sociales - de ces monuments (elles mériteraient d’ailleurs aussi, à ce simple titre, des études critiques). Enfin, des tentatives de synthèses ou des colloques très riches ont permis de capitaliser les recherches jusque là dispersées, de multiplier les lectures comparées et de relancer dans plusieurs directions nouvelles ce que les historiens allemands appellent à juste titre, en prenant bien soin de ne pas qualifier trop vite les monuments qu’ils étudient, les Residenzforschungen.

3L’enquête dont on présente ici les résultats profite évidemment de tous ces travaux récents. En s’appuyant sur les compétences variées des trois équipes qui l’ont menée, elle tente cependant d’éclairer un aspect qui semble avoir moins retenu les chercheurs jusqu’ici, même si beaucoup l’ont abordé à un moment ou l’autre de leurs travaux, et qui n’a encore jamais vraiment fait l’objet d’une synthèse ni même d’une simple confrontation : celui des liens entre les palais, comme lieux de la puissance publique, et les villes qui les accueillent. Engagés depuis plusieurs années dans une réflexion sur la place, écrasante et ambiguë, du Palais des papes dans l’histoire de leur ville, les historiens de l’Université d’Avignon étaient bien placés pour prendre l’initiative de cette rencontre, mais ils ont souhaité l’aide efficace des membres du Centre d’histoire urbaine de l’Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud (malheureusement disparu après le transfert de cette école à Lyon), très bons connaisseurs du monde urbain médiéval, et celle aussi des chercheurs du Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales (UMR 5648, Université Lumière-Lyon 2, Ecole des hautes études en sciences sociales, Centre national de la recherche scientifique) qui depuis des années s’intéressent aux formes du pouvoirs sur les deux rives, chrétienne et musulmane, de la Méditerranée.

4La démarche initiale fut en effet guidée par le double choix du comparatisme et de la longue durée. Puisqu’il s’agissait non pas de dresser une typologie statique de « modèles palatiaux » entendus comme des ensembles de formes architecturales mais d’analyser l’évolution et la diffusion de configurations urbaines associant l’espace des lieux de la puissance souveraine à leur environnement urbain, mieux valait élargir la focale à l’ensemble de l’espace méditerranéen. L'aire géographique considérée ici comprend donc la France du Sud, l'Italie communale, seigneuriale et princière (notamment, bien entendu, l'Italie centrale pontificale), l'Espagne chrétienne et musulmane, le Maroc des villes impériales. Elle permet de saisir la variété des situations historiques issues du legs gréco-romain.

5Les études rassemblées dans ce volume tentent une histoire urbaine des complexes palatiaux, dans la pleine acception qu’on donne aujourd’hui à ce terme. Elles s’attachent bien entendu aux formes de la ville, appréhendées dans leur matérialité concrète, mais elles sont également attentives aux usages sociaux qui façonnent le sens des lieux et trament des configurations de pouvoir. Dans cette perspective, le dialogue entre historiens et archéologues nous a semblé nécessaire. Il permettait de confronter les sources de cette histoire urbaine des lieux de pouvoir, puisant à la fois dans les archives du sol et les textes littéraires, dans les actes de la pratique comme dans les documents normatifs.

6C'est donc une double lecture, archéologique et urbanistique d'une part, idéologique et politique de l'autre, que proposent les essais rassemblés dans ce volume. Il ne s’agit pas pour autant de faire de l’analyse topographique des relations entre le palais et son environnement urbain le décalque au sol de ce que l’on croit deviner des rapports de pouvoir. On est toujours tenté d’expliquer une distance géographique par une défiance politique, et d’interpréter l’intégration urbanistique du palais dans la ville comme la manifestation architecturale d’une adhésion ou d’une proximité. Dans bien des cas pourtant, le rapport qu'entretiennent le palais et la ville peut infléchir ou nuancer, redéfinir ou masquer le lien politique.

7Voilà pourquoi les auteurs de cet ouvrage se sont appliqués à brosser le tableau en mouvement de différentes configurations urbaines. Sans doute s’agit-il d’abord d’en définir les modèles : on a fréquemment opposé le palais dans la ville au palais hors la ville, comme deux formes idéal-typiques de rapport au pouvoir. Cette dichotomie fondamentale semblait d’ailleurs destinée à se répéter dans l’histoire, depuis l’évolution qui mène en terre d’Islam du qasr urbain de Cordoue à l’Alhambra de Grenade jusqu’au contraste, à l’époque moderne, entre le palais royal de Berlin et le château de Versailles. Dans le cas où le lieu du pouvoir souverain demeure au cœur d’un espace urbain qu’il polarise et magnifie, on distingue traditionnellement entre plusieurs temporalités, selon que le palais suscite la croissance de la ville (Bagdad), qu’il l’accompagne de manière synchrone (Constantinople) ou s’impose finalement à elle (le Palatin de Rome).

8Dépasser ces oppositions élémentaires consistait d’abord à comprendre la manière dont le temps les érodent et les transforment. Il en va ainsi des grands complexes palatiaux de Milan, Ravenne ou Split, dont on suivra ici l’usure et le remploi durant le Haut Moyen Âge, qui ne les occupe qu’en partie, transformant partiellement ces lieux de pouvoir en non-lieux urbains. Un second moteur de l’évolution du bâti et de ses usages est sans doute l’hybridation des modèles : on voit comment, dans la moyenne vallée du Rhône, le modèle du château fortifié finit par s’imposer, même aux pouvoirs épiscopaux. Cette influence pénètre également en Italie du Sud avec la domination normande, mais elle rencontre une situation plus complexe, issue des apports croisés de traditions romano-byzantines et arabes.

9C’est sans doute la pluralité des pouvoirs, et la manière dont ils s’enchevêtrent ou se concurrencent, qui constituent le plus puissant des vecteurs d’évolution. L’Italie communale offre, de ce point de vue, un observatoire privilégié. On oublie souvent que le palais épiscopal y fut longtemps, et bien avant les palais civiques, le premier palais dans la ville : le cas de Vercelli nous en rappelle l’histoire complexe. À Pise, les lieux de la puissance épiscopale font un temps obstacle à l’affirmation d’une centralité spécifiquement communale tandis qu’à Volterra, le prato de l’évêque devient le cœur de la cité. Mais dans tous les cas, c’est bien à l’histoire heurtée et contradictoire des pouvoirs dans le régime communal que nous convie l’analyse des rapports entre palais et cités dans l’Italie médiévale.

10À Rome comme en Avignon, l’autorité pontificale n’échappe pas à ces contraintes d’implantation. Affirmer leur pouvoir sur la communauté urbaine consiste alors, pour les souverains pontifes, à ne pas se laisser enfermer dans un rapport trop rigide entre le palais et la ville. D’Innocent III à Boniface VIII, les papes du XIIIe siècle ont cherché les moyens de compenser la marginalité et la bipolarité (Latran/Vatican) de leur situation urbaine par un réinvestissement symbolique du centre de Rome. À l’inverse, les papes de la première moitié du XIVe siècle ont mis en œuvre des stratégies d’implantation dans la région d’Avignon pour y imposer un réseau palatial dont les fonctions étaient tantôt divisées, tantôt répliquées.

11Le palais impose donc à la ville un puissant effet de représentation. Le palais des doges à Venise manifeste avec éclat l’idéal de conservation de la cité, et la certitude que l’État y triomphe de la durée et conquiert ainsi sa pérennité. Tout autre est l’attitude des princes du Quattrocento qui, à Milan, Mantoue ou Urbino, blessent la mémoire communale en faisant de leur résidence une « cité en forme de palais » qui manifeste la nature fondamentalement sacrée de leur pouvoir. De ce point de vue, le contraste entre l'Alcazar de Séville et l'Alhambra de Grenade permet de mieux saisir les contradictions de cet idéal de l’architecture palatiale : faire du palais une ville dans la ville. Et c’est bien également, en dernière analyse, à la question de la sacralité que nous convie l’étude croisée des rapports entre complexe palatial et environnement urbain dans les villes impériales de Marrakech et Meknès.

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search