Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

Pays dans le vocabulaire politique du 19e siècle

Jean-Jacques Goblot

Texte intégral

1On a peu parlé jusqu’à présent du mot pays, qui est en quelque sorte le parent pauvre de notre micro-champ lexical. Sylvianne Rémi-Giraud l’a caractérisé comme un mot-joker, « relativement neutre » et susceptible de s’approprier aux contextes les plus divers. Mon propos n’est nullement de contester la justesse de cette description ; je voudrais cependant montrer que ce mot a des traits de sens spécifiques, et je concentrerai mon attention sur les acceptions particulières qui sont les siennes, à partir du 19e siècle, dans le vocabulaire politique.

2Cette question mérite d’autant plus de requérir notre attention que rien n’indique, au premier abord, que pays puisse avoir une signification proprement politique. Dans ses usages les plus constants, le mot désigne une réalité géographique et implique l’idée d’une détermination spatiale : un petit pays, un pays immense ; les pays voisins, un pays lointain ; parcourir le pays, quitter le pays, dans le pays, hors du pays, etc.

3Un pays, c’est donc d’abord un territoire déterminé, mais non point toujours nécessairement le territoire sur lequel s’exerce la souveraineté d’un État : le mot peut désigner une aire plus restreinte, locale ou régionale, et cette acception était fréquente dans la France de l’Ancien régime, où la bigarrure juridique et institutionnelle faisait que l’on distinguait les pays d’élection et les pays d’État, les pays coutumiers et les pays de droit écrit, les pays de franc salé, etc. Le fait est cependant que dès le 18e siècle, et plus souvent encore dans le français contemporain, le mot peut désigner aussi le territoire sur lequel s’exerce la souveraineté d’un État. C’est ainsi que nous parlons des douze pays de la CEE, des pays d’Afrique, des pays de l’Est, et dès lors il est clair qu’il ne s’agit plus d’une acception purement géographique : je peux parler de pays chauds et de pays froids, de pays arides et de pays fertiles, mais aussi de pays pauvres et de pays riches, de pays industrialisés, de pays démocratiques, etc. À ce point, on constate en effet que le mot est apte à s’approprier à des contextes très divers puisqu’il désigne non seulement un certain territoire avec son climat et ses ressources naturelles, mais aussi, par métonymie, la collectivité humaine qui peuple ce territoire, avec son potentiel économique, ses mœurs, ses institutions politiques. Nous nous référons ainsi à une réalité concrète riche en déterminations multiples, à la fois naturelles et sociales, mais non point à une réalité spécifiquement politique. On peut observer du reste qu’à quelques exceptions près, sur lesquelles je reviendrai tout à l’heure, pays est absent du vocabulaire constitutionnel, où peuple, État, nation et national sont si largement représentés.

4Pourtant, il y a bien au 19e siècle un usage proprement politique de pays. J. Dubois en donne plusieurs exemples dans son étude sur Le Vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872 (1962, p. 90-91), et il cite notamment le journal bonapartiste Le Pays, fondé en 1849. Pays, selon cet auteur, peut être considéré comme un synonyme de nation : la volonté du pays, c’est la volonté nationale. Enfin, Dubois affirme que le mot, dans cette acception, « ne remonte guère au-delà de 1848 ».

5Disons d’emblée que cette dernière assertion est largement inexacte : en fait, comme nous allons le voir, pays, employé sans autre déterminant que l’article défini, est abondamment attesté dans le langage politique – dans le langage parlementaire surtout – dès les dernières années de la Restauration. Qu’on se souvienne à ce propos du roman de Louis Reybaud, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale : devenu député, Jérôme Paturot cherche à attraper les tournures de langage qui conviennent à cet emploi, et ne tarde pas à découvrir que pays, dans l’éloquence parlementaire, est ce qu’il appelle un « substantif à succès » (L. Reybaud, 1844, p. 360). Et en effet, prenez les discours parlementaires de Thiers, de Guizot, de Dupin aîné ou de Cunin-Gridaine : vous n’en trouverez pas beaucoup dans lesquels il ne soit jamais question des intérêts du pays, de la prospérité du pays, de l’avenir du pays, ou encore des vœux et des aspirations du pays. En revanche, prenez les orateurs de 1789, de 1791 ou de 1793 : jusqu’à preuve du contraire, je crois pouvoir affirmer qu’aucun d’entre eux ne dit le pays. Employé de la sorte, le mot n’est pas entré dans le vocabulaire politique avant le 19e siècle. Du reste, s’il peut susciter la verve satirique de Louis Reybaud, n’est-ce point parce que son usage, vers 1840, peut encore être perçu comme une nouveauté propre à l’argot parlementaire ?

6Ce néologisme, selon certains, est d’autant plus condamnable qu’ils croient y voir un anglicisme. C’est notamment le cas de Michelet, qui dans son livre Le Peuple, publié en 1846, observe que les Anglais disent le pays là où nous disons la patrie, et ajoute en note ceci : « Nos anglais de France disent le pays pour éviter de dire la patrie. Voir une page spirituelle et chaleureuse de M. Génin, Des variations du langage français… » (p. 80).

7Qui est désigné par l’expression : nos anglais de France ? Sans doute M. Guizot et autres doctrinaires de la même farine, ou plus généralement tous ceux qui depuis 1815 ont cherché dans les institutions parlementaires anglaises un antidote aux traditions de la Révolution française. En tout cas, il est clair qu’un jugement politique est étroitement mêlé ici aux considérations lexicales, et c’est ce que confirme avec éclat la page spirituelle et chaleureuse à laquelle Michelet fait référence. Du reste, son auteur, François Génin, ami de Michelet, était à la fois un collaborateur des journaux républicains et ce qu’on nommait alors un philologue. Voici ce qu’il écrit au sujet de pays :

La politique nous gâte tant qu’elle peut la langue française. On a introduit dans l’argot parlementaire cette expression, le pays : Le pays attend, le pays est inquiet, etc. Le pays légal, en opposition sans doute au pays illégal. Qui peut avoir été le promoteur de cette locution barbare ? Quelqu’un apparemment à qui le mot patrie faisait peur.
À la vérité, patrie a l’inconvénient de rappeler les Grecs, les Romains, et, qui pis est, la révolution de 89. Il n’est pas bon d’occuper le pays de ces souvenirs-là : ils reportent à des époques de grandeur, de probité, de dévouement, qui feraient avec la nôtre un contraste trop dur. Le pays, au contraire, ne rappelle rien, ou s’il rappelle quelque chose, c’est l’indigence d’une locution anglaise : les Anglais, peuple si remarquable par l’esprit de vagabondage et d’émigration, n’ont pas le mot patrie ; ils sont obligés de recourir à country, qui est notre contrée ; car autrefois c’était l’Angleterre qui empruntait la langue de Guillaume le Conquérant.

8François Génin entreprend alors de montrer que pays, « dérivé de pagus, n’a jamais signifié en bon français qu’une province, un territoire relativement borné et circonscrit ». Puis il poursuit :

Quelle est cette manie de rapetisser toutes choses ? Pourquoi n’avons-nous plus de patrie, mais seulement un pays ? C’est en abaissant les termes qu’on abaisse peu à peu les idées. Ce mot de Danton, qui respire toute la grandeur antique, essayez de le mettre en langage d’aujourd’hui : Est-ce qu’on emporte son pays à la semelle de ses souliers ? Vous passez du sublime au ridicule (F. Génin, 1845, p. 417-418).

9Voilà un texte qui a le mérite de poser une série de problèmes. Je laisse de côté pour l’instant, quitte à y revenir par la suite, la question de savoir si le pays peut être considéré en quelque manière comme un anglicisme ; et je pose d’emblée la question : est-il juste de dire que le pays, tel qu’il est employé dans le langage parlementaire sous la Monarchie de juillet, est un substitut juste-milieu de la patrie ?

10Il y a en effet des permutations possibles entre les deux termes. Parmi tous les mots qui forment notre micro-champ lexical, pays et patrie sont les seuls qui soient couramment employés avec un possessif : servir son pays, servir sa patrie, n’est-ce pas la même chose ?

11Sans doute, mais en même temps ce n’est pas la même chose, ne serait-ce que du fait que patrie comporte des connotations romaines et révolutionnaires qui n’existent pas dans pays. Patrie, comme peuple ou nation, est un mot marqué par la Révolution française, et ici François Génin a parfaitement raison : patrie, ce sont les premiers mots de la Marseillaise, c’est la patrie en danger, c’est Danton. C’est un mot-étendard, où la réalité concrète s’efface derrière sa propre sublimation revendiquée comme valeur. Pays est beaucoup plus neutre, beaucoup moins flamboyant, et appartient au langage des affaires plus qu’à celui des passions.

12Est-ce à dire pourtant que le pays, dans les discours des parlementaires juste-milieu, n’est qu’un substitut honteux de la patrie ? Lorsqu’il avance cette explication, François Génin ne nous aide guère à comprendre les expressions qu’il a lui-même citées comme caractéristiques du jargon parlementaire : le pays est inquiet…, le pays attend, le pays légal. Impossible de remplacer ici pays par patrie. Nous avons affaire à un usage du mot où la métonymie est manifeste et où pays apparaît en toute clarté comme un sujet collectif. Si une équivalence était possible ici, ce serait bien plutôt celle que propose J. Dubois : la volonté du pays, c’est la volonté de la nation.

13Il faut observer au surplus que lorsqu’un député, à la tribune de la Chambre, vient dire : « Le pays est inquiet… », il se distingue lui-même du sujet ainsi désigné : il invoque les sentiments du pays parce qu’il est son représentant sur la scène parlementaire. Le pays, c’est donc, plus restrictivement encore que la nation, la communauté civique telle qu’elle est représentée par la Chambre élective : concrètement, vers 1840, il s’agit d’environ 230 000 personnes adultes de sexe masculin, qui payent assez d’impôts pour être considérées légalement comme capables de prendre part aux affaires publiques en exerçant le droit de vote. Voilà précisément ce qu’on commence à appeler le pays légal : cela n’a plus grand’chose à voir avec cette entité supérieure que l’on invoque lorsque l’on parle de la patrie. Le pays, c’est ce qui compte dans le pays : ce n’est pas la patrie, c’est la bourgeoisie censitaire.

14Pour mieux m’expliquer sur ce point, je citerai le titre d’une brochure anonyme, d’esprit très juste-milieu, publiée en 1839 et élogieusement citée par la Revue des deux-mondes : Le Roi, la Chambre, le Ministère, le Pays. Les quatre termes qui composent ce titre embrassent tout le jeu politique de la Monarchie constitutionnelle, et sont subtilement disposés en chiasme : le Roi intervient dans le champ politique par le choix de ses ministres, et le Pays élit ses députés ; les transactions qui s’établissent sur la scène parlementaire entre la Chambre et le Ministère assurent le maintien de rapports harmonieux entre le Roi et le Pays. On conçoit que les députés juste-milieu se gargarisent de ce dernier vocable : la présence légitime du pays dans le jeu politique est précisément le fruit de la Révolution de 1830, qui a fait de Louis-Philippe 1er le roi des Français, liant ainsi le souverain à la collectivité nationale.

15Comme on le voit, le mot pays, dans cette acception métonymique, est étroitement associé au processus de la représentation politique, puisqu’il en vient à désigner ce qui est représenté par la Chambre élective. Autant que j’aie pu le voir, cet usage du mot s’est vulgarisé dans les années 1828-1830, à la fin de la Restauration, et pour examiner les choses de plus près c’est dans cette époque que je prendrai mes exemples.

16C’est une époque cruciale dans l’histoire du parlementarisme en France. L’opinion libérale, qui est devenue majoritaire à la Chambre des députés, réclame avec insistance ce qu’on appelle alors un gouvernement représentatif, c’est-à-dire un régime dans lequel le gouvernement serait placé sous le contrôle des députés élus. Mais cette revendication se heurte à l’obstination du roi Charles X, qui nomme un ministère d’extrême-droite présidé par le prince de Polignac – ce qui aux yeux de la majorité libérale de la Chambre constitue une véritable provocation. Les libéraux s’indignent de voir ainsi bafoué ce qu’ils appellent la volonté du pays. La Chambre des députés vote la fameuse adresse des 221 (mars 1830), dans laquelle elle rappelle respectueusement au roi que la Charte « consacre comme un droit l’intervention du pays dans la délibération des intérêts publics » (texte cité par P. Duvergier de Hauranne, 1871, p. 433) ; et Adolphe Thiers, qui commence alors sa carrière politique, lance un mot d’ordre nouveau : ce qu’il nous faut, dit-il, c’est « le gouvernement du pays par le pays » (Le National, 19 février 1830). Bref, le mot pays occupe une place de choix dans le vocabulaire des adversaires de l’absolutisme royal.

17Il est fréquent, par exemple, dans les écrits politiques de Benjamin Constant au cours de cette période, notamment dans les articles qu’il a publiés dans le journal Le Temps (1829-30). J’ai relevé dans ces articles toutes les occurrences des mots pouvant désigner la communauté civique et nationale, à savoir France, peuple, nation, pays, et j’ai pu constater que pour désigner les membres de la Chambre des députés Constant peut parler tour à tour des représentants de la nation, des élus de la nation, des organes de la nation, ou bien des députés de la France, des mandataires de la France, ou enfin des mandataires du pays et des organes du pays. En revanche, les députés ne sont jamais désignés comme les représentants, les mandataires, les organes du peuple. Le mot n’apparaît que sous la forme discrète et euphémisée de l’adjectif : il est question du « mandat populaire » exercé par la Chambre des députés. On compte pourtant dans ces articles 27 occurrences du mot peuple ; mais onze d’entre elles figurent dans un article du 12 février 1830, intitulé « De la souveraineté », dont l’objet principal est de réfuter la doctrine de la souveraineté du peuple, jugée aussi dangereuse que l’absolutisme monarchique.

18Voilà qui nous permet peut-être de mieux comprendre les conditions qui ont favorisé la vulgarisation du mot pays dans le vocabulaire politique français. À la veille des Trois glorieuses, l’opposition libérale réclame avec de plus en plus d’insistance un gouvernement représentatif, mais elle ne peut ni ne veut faire sien le dogme jacobin de la souveraineté du peuple. Déjà, Benjamin Constant, lorsqu’il parle des représentants de la nation, fait montre d’une audace que beaucoup d’autres n’ont pas, car nation, comme peuple, est un de ces mots marqués par la Révolution française sur lesquels pèse une sorte d’interdit moral. Le besoin se fait donc sentir, pour désigner la communauté civique et nationale, d’un terme plus rassurant et moins compromettant : pays joue précisément ce rôle.

19Cela dit, est-il possible d’assigner une origine, et si je puis dire une date de naissance à cette acception politique du mot pays ? Je ne saurais me prononcer là-dessus avec certitude. Mais je peux observer, par exemple, que dans les écrits politiques de Benjamin Constant, qui s’étalent sur une période d’environ trente-cinq ans (1795-1830), le mot dans le sens ci-dessus défini ne devient fréquent qu’après 1827, et je n’en ai trouvé aucun emploi avant 1820.

20L’exemple le plus ancien que je connaisse appartient à un autre auteur et remonte à 1817. C’est dans le texte d’un discours de Royer-Collard à la Chambre des députés (16 décembre 1817), où l’on peut lire ceci : « Députés, vous êtes le pays qui concourt aux lois ; jurés, vous êtes le pays qui concourt aux jugements. C’est pourquoi le jugement par jurés s’appelle, en Angleterre, le jugement du pays, ou par le pays » (Archives parlementaires, seconde série, t. XX, p. 7). Je cite ce passage parce qu’il est clair que pays, ici, est la traduction de l’anglais country. Nous retrouvons ainsi la question de savoir si le mot pays, tel qu’il est employé dans le langage parlementaire, ne serait pas un anglicisme : non pas, bien entendu, un anglicisme comme badminton ou rocking-chair – car pays est un vieux mot de la langue française – mais une expression créée par traduction de l’anglais, un peu comme salle de séjour est une traduction de living-room. Pour éclairer ce point, je me suis reporté à l’Oxford english Dictionary : j’y ai appris, premièrement, que l’emploi métonymique de country pour désigner les habitants d’un pays est ancien et fréquent (on en trouve des exemples chez Chaucer et Shakespeare), ce qui n’est pas le cas du français pays ; en second lieu, que dès le Moyen âge, en effet, le jugement par jury est désigné par l’expression trial by the country ; enfin, que dans les expressions to appeal to the country, to go to the country, appliquées au processus de dissolution du Parlement et aux nouvelles élections qui s’ensuivent, le mot country représente clairement le corps électoral de la Chambre des Communes – et c’est là justement la signification prise par pays dans le langage parlementaire français. En est-ce assez pour prouver la matérialité d’un emprunt à la langue anglaise ? Peut-être pas, mais il y a là, me semble-t-il, une hypothèse étayée de quelques présomptions.

  • 1 Voir le préambule de la Constitution de 1852 et les articles 10 et 22 du projet constitutionnel de (...)

21Il me faut à présent conclure, et ce sera pour observer que si pays, juste avant la Révolution de 1830, est un mot employé surtout par l’opposition libérale, il devient par la suite un terme caractéristique du langage de la droite et du centre-droit, et garde au moins jusqu’à la fin du siècle un petit parfum de la France des notables. Je me contenterai sur ce point de me référer à l’ouvrage d’A. Prost sur Le Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889 (1974) : à partir d’une étude comparée des fréquences de pays, nation, peuple, l’auteur montre que le premier de ces termes est sensiblement plus fréquent dans le vocabulaire de la droite que dans celui de la gauche, et, à l’intérieur du camp républicain, plus fréquent dans le langage des opportunistes que dans celui des radicaux ; de tous les mots pouvant désigner la communauté civique et nationale, il est le plus à droite – même si les boulangistes, en 1889, récupèrent largement patrie, et même nation et peuple. J’observe d’autre part que si pays, dans son acception politique, ne figure presque jamais dans les textes constitutionnels, on le trouve pourtant dans la Constitution du 14 janvier 1852, qui est sans doute la plus réactionnaire que la France ait connue, ainsi que dans le projet de constitution rédigé par Pétain en 19431.

22Cela dit, gardons-nous d’exagérer cette polarisation à droite de l’usage du mot. Quand une tournure est entrée dans la langue et s’est vulgarisée, elle devient rapidement le bien de tous. Dès les années 1830, le mot pays, dans son acception politique, est largement banalisé et sa présence peut être relevée dans des écrits de toutes tendances, y compris l’extrême-gauche. J’en veux pour preuve un texte de 1832, la Défense du citoyen Louis-Auguste Blanqui devant la Cour d’assises, où parmi les mots désignant la communauté civique et nationale, c’est bien sûr le mot peuple qui est le plus employé, mais où on trouve aussi plusieurs fois pays dans une acception clairement métonymique. On peut rappeler aussi que Lamennais, en 1840, est condamné en Cour d’assises pour avoir publié une brochure intitulée Le Pays et le gouvernement, où il dénonce avec virulence « une vaste exploitation du pays au profit d’une classe d’hommes qui le dévorent » (p. 25).

23Reste que dans le même temps des démocrates, des patriotes et des républicains tels que Michelet, Génin ou d’autres expriment leur répugnance pour l’emploi de ce terme. Pourquoi ? Parce que pays est étranger à l’héritage verbal de la Révolution française et permet d’éviter des mots tels que patrie, peuple ou nation ? Sans doute ; mais une explication moins négative et peut-être plus essentielle m’est suggérée par un texte de Claude Tillier, l’instituteur de Clamecy, l’auteur de Mon oncle Benjamin et de nombreux pamphlets d’inspiration républicaine. Dans un de ces pamphlets, Tillier s’adresse aux représentants de la bourgeoisie censitaire et leur tient ce langage :

Vous voulez vous appeler le Pays ? Mais cette dénomination n’est plus de notre âge. Elle sonne à mon oreille comme la cloche d’un beffroi. Elle me rappelle ces temps de servage et de misère où la terre conférait les titres, où l’on achetait l’écusson du maître en achetant sa propriété (C. Tillier, 1841, p. 4).

24Le thème général du passage, c’est l’idée que le cens électoral est une survivance du privilège féodal. Le mot pays évoque tout naturellement ce passé abhorré puisque, grâce à l’extension métonymique de sa signification, il peut désigner à la fois le territoire national et le corps électoral des citoyens-propriétaires. Un lien est établi ainsi entre les droits civiques et la propriété du sol, celle-ci étant la condition de ceux-là, tout comme jadis c’était la terre qui conférait le titre de noblesse. Plus généralement, pour autant qu’il désigne à la fois la terre et les hommes, pays implique une personnification des choses qui est nécessairement aussi une chosification des personnes. Le mot véhicule ainsi une représentation naturalisée des réalités politiques et sociales, et c’est bien là, me semble-t-il, un des traits les plus constants des idéologies conservatrices.

Bibliographie

Bibliographie

Archives parlementaires, 1870 – 2e série (1800 à 1860), tome XX, Paris, Paul Dupont,.

Le National, 19 février 1830 – Paris.

Le Roi, la Chambre, le Ministère, le Pays, 1839 – Paris, Bohain.

Les Constitutions de la France depuis 1789, 1979 – Paris, Garnier-Flammarion.

The Oxford English Dictionary, 1989 (2e édition) – Oxford, Clarendon Press.

Blanqui A., 1955 – Textes choisis, Paris, Éditions sociales.

Constant B., 1989 – Positions de combat à la veille de juillet 1830.
Articles publiés dans Le Temps, 1829-1830. Paris-Genève, Champion-Slatkine.

Dubois J., 1962 – Le Vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse.

Duvergier de Hauranne P., 1871. – Histoire du gouvernement parlementaire en France, tome X, Paris, Michel Lévy frères.

Genin F., 1845 – Des variations du langage français depuis le 12e siècle, Paris, Firmin Didot.

Lamennais F., 1840 (2e édition) – Le Pays et le Gouvernement, Bruxelles, Charles Hen.

Michelet J., 1974Le Peuple, Paris, Flammarion.

Prost A., 1974 – Le Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889, Paris, PUF.

Reybaud L., 1844 (3e édition) – Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, Paris, Paulin.

Tillier C., 1841 – Lettres au système électoral, sur la réforme, Nevers, Imprimerie de J. Pinet.

Notes

1 Voir le préambule de la Constitution de 1852 et les articles 10 et 22 du projet constitutionnel de Pétain (Les Constitutions de la France depuis 1789, 1979, p. 292, 345, 348).

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site