Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Troisième partie. Au temps de Valdès

Un instrument du contrôle épiscopal au xiiie siècle : les statuts synodaux1

Texte intégral

  • 1 Article paru sous le même titre dans Comprendre le XIIIe siècle. Études offertes à Marie-Thérèse Lo (...)
  • 1 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la chrétienté médiévale (Histoire de l’Église des origi (...)

1On appelle au XIIIe siècle statuts synodaux des documents publiés par un évêque lors de l’assemblée - ou synode - de son clergé diocésain ayant charge d’âmes, qui doit être réunie une ou deux fois par an. Ces textes ont pour but de faire connaître aux desservants des paroisses la teneur de la législation élaborée aux échelons supérieurs au diocèse (conciles provinciaux et généraux ; décrétales pontificales), de préciser sous une forme simple à l’intention de ces pasteurs certains points de doctrine, de liturgie, de discipline ecclésiastique et de droit, et de codifier certains usages propres à chaque diocèse. Ils ont ainsi une valeur législative et réglementaire dans le cadre diocésain, et comme tels sont un instrument d’administration et de contrôle pour l’évêque. La définition, donnée il y a plusieurs dizaines d’années déjà par G. Le Bras, rend bien compte du caractère composite de ces statuts, et garde ainsi toute son actualité : « Bréviaires juridiques, les statuts synodaux s’attachent à l’essentiel : vérités à croire, administration du culte et des sacrements, vie des clercs, testaments et sépulture, excommunication et interdit. Guides pratiques pour les pasteurs, véritable corpus du curé de campagne, ils portent témoignage du droit appliqué, des usages quotidiens, des mœurs1

2Plusieurs termes latins servent à désigner ces statuts : statuta, decreta, constitutiones, praecepta, canones..., qui sont également utilisés pour qualifier les dispositions prises dans d’autres assemblées conciliaires, provinciales ou générales. Seul le contexte permet alors de trancher. En revanche, les expressions Liber synodalis, Synodalicus, Caternum synodale, désignent sans ambiguïté les recueils de statuts synodaux. Mais il arrive aussi qu’on rencontre Manuale ou Ordo, ce qui introduit à nouveau un élément de confusion avec d’autres types de documents - liturgiques cette fois - bien différents.

  • 2 Ainsi par exemple O. Dobiache-Rojdestvensky, La Vie paroissiale en France au XIIIe siècle d'après l (...)
  • 3 C.R. Cheney, F.M. Powicke, Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church,(...)
  • 4 A. Artonne, L. Guizard, O. Pontal, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne Franc (...)
  • 5 O. Pontal, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, t. I, Statuts de Paris et Synodal de l’Ou (...)
  • 6 I. Da Rosa Pereira, « Les statuts synodaux d’Eudes de Sully au Portugal », L’Année canonique, 15, 1 (...)
  • 7 Voir par exemple pour Novare, G. Briacca, Gli statuti sinodali novaresi di Papiano delle Rovere (a. (...)
  • 8 P. Johanek, « Die Pariser Statuten des Bischofs Odo von Sully und die Anfange der kirchlichen Statu (...)

3Les statuts synodaux constituent un type de document incontestablement nouveau au XIIIe siècle. Mais leur étude, sauf exception2, a longtemps été négligée par les historiens qui se contentaient bien souvent de souligner leur caractère juridique et répétitif. Les choses ont heureusement changé aujourd’hui, et l’intérêt multiforme de ces textes est désormais démontré grâce aux entreprises de recensement et de publication lancées il y a une bonne trentaine d’années, avant tout en Angleterre et en France, là où les statuts sont, et de loin, les plus nombreux. On doit à C. R. Cheney et à F. M. Powicke de connaître maintenant la totalité des trente statuts synodaux conservés provenant de quinze diocèses sur les seize que compte l’Angleterre au XIIIe siècle, le plus ancien étant celui établi par Etienne Langton pour Canterbury en 1213-1214. Seul Rochester manque à l’appel. Mais Salisbury nous a laissé quatre recueils de statuts ; Durham, Winchester et Chichester, trois ; Canterbury, Worcester, Exeter, York et Londres, deux ; Hereford, Coventry, Lincoln, Norwich, Ely, Wells et Carlisle un seul3. Pour la France, A. Artonne et L. Guizard avaient projeté de dresser d’abord un répertoire de tous les statuts synodaux connus entre le XIIIe et le XVIIIe siècle. La mort les a empêchés de voir l’achèvement de ce travail, qui a pu être mené à bien après eux par O. Pontal4. Ce très précieux répertoire permet de constater qu’il nous reste près de cent quarante statuts du XIIIe siècle, qui concernent quarante-sept diocèses, soit environ 40 % de ceux existant alors dans les limites de la France actuelle. Le plus ancien est celui de Paris promulgué par l’évêque Eudes de Sully, sans doute vers 1205, et qui influença très largement, comme on le verra plus bas, les autres statuts occidentaux du XIIIe siècle. La répartition géographique des statuts synodaux français conservés est très inégale. Par exemple, Angers à lui seul compte pour quarante statuts entre 1220 et 1300, Cambrai pour quinze. Cette inégalité et l’absence de statuts conservés dans un peu plus de 60 % des diocèses ne reflète pas, bien sûr, la réalité de la situation au XIIIe siècle. On avancera plus loin des éléments d’explication de ce déficit. Dans la foulée de cet inventaire, O. Pontal, bientôt relayée par J. Avril, a entrepris l’édition et la traduction des statuts synodaux français du XIIIe siècle. Quatre volumes d’une très haute tenue scientifique sont parus à ce jour dans la « Collection des documents inédits sur l’histoire de France5 ». En dehors des espaces anglais et français, les statuts synodaux conservés paraissent fort peu nombreux : quelques rares manuscrits signalés au Portugal6, en Espagne (Valence et Gérone), en Italie (Lucques et Novare)7, ou dans l’Empire (Wurzbourg, Trêves)8. Des collections existent aussi pour la Scandinavie et la Pologne. Elles sont plus tardives.

4Un premier survol de tous ces textes montre qu’ils sont constitués de deux éléments dont la répartition, l’agencement ou l’importance relative peuvent varier dans l’espace (d’un diocèse à l’autre) et dans le temps (tout au long du siècle). Il s’agit d’abord d’un ensemble de prescriptions anciennes, de nature essentiellement disciplinaire, déjà codifiées pour certaines d’entre elles dans les conciles mérovingiens, plus généralement dans les capitulaires épiscopaux carolingiens et continuellement reprises depuis. Elles constituent ce que le premier statut connu du XIIIe siècle, celui de l’évêque de Paris Eudes de Sully, appelle les Precepta communia. On les retrouve ensuite avec des modifications, des précisions et des adaptations dans à peu près tous les statuts suivants. Le deuxième ensemble de dispositions traduit, à l’usage des desservants de paroisses, les nouvelles orientations de la vie religieuse du XIIIe siècle. Il s’agit de la révolution pastorale, dont les statuts, notamment les plus anciens, montrent bien qu’elle ne fut pas l’apanage des seuls ordres mendiants ; du renouveau théologique, amorcé dès la fin du XIIe siècle à Paris notamment, et qu’on cherche à faire passer dans la pratique, au moins en ce qui concerne la théologie sacramentelle ; du renforcement institutionnel de l’Église, prolongement de la Réforme grégorienne, et qu’il s’agit ici d’établir solidement dans le cadre diocésain. Cette abondance de matière et les modalités de rédaction et de révision des statuts, dont il sera question infra, expliquent leur caractère parfois confus et déroutant. Aussi est-il nécessaire, si on veut se livrer à une analyse plus fine de ces textes, de préciser d’abord dans quel cadre ils sont publiés, puis d’étudier la manière dont ils sont élaborés. Alors seulement pourra-t-on suggérer pour terminer quelques pistes d’exploitation.

Le cadre de la publication des statuts : le synode diocésain9

  • 9 Plusieurs études de O. Pontal et J. Avril notamment ont très bien décrit la nature et le fonctionne (...)

5À la différence du concile provincial, qui ne réunit que les évêques suffragants d’une province ecclésiastique autour de leur métropolitain, le synode diocésain (auquel est réservé le nom de synodus au XIIIe siècle) rassemble dans le cadre plus restreint du diocèse autour de l’évêque, de ses conseillers et des membres du chapitre cathédral, la totalité des clercs ayant charge d’âmes et les abbés des monastères non exempts. Ce type d’assemblée n’est certes pas nouveau au XIIIe siècle. Sans remonter trop loin, on peut dire avec certitude qu’il existait à l’époque carolingienne : plusieurs capitulaires en prescrivent la tenue deux fois par an. Par la suite, et jusqu’à la fin du XIIe siècle, on voit, à travers une documentation très lacunaire, que ces synodes continuent à se tenir à intervalles plus ou moins réguliers. Ils apparaissent alors surtout comme des assemblées judiciaires dans lesquelles l’évêque exerce sa justice.

6Au XIIIe siècle, les synodes diocésains changent de nature. Il s’agit d’abord de mieux faire appliquer par un clergé paroissial devenu plus nombreux les devoirs de son ministère fixés en grande partie sous le pontificat d’Alexandre III, et d’harmoniser la législation canonique, devenue de plus en plus précise, avec les usages locaux. Les synodes perdent alors leur fonction judiciaire au profit de l’officiai qui apparaît au même moment. Ils sont désormais le lieu et le moment où l’évêque peut exercer un contrôle sur son clergé paroissial que, pour une part, il n’a pas lui-même choisi. C’est aussi l’occasion de parfaire la formation pastorale, spirituelle ou juridique de ses clercs et leur transmettre, ainsi qu’on l’a souligné plus haut, les nouvelles orientations de la vie de l’Église, tout en tenant compte des réalités locales. En bref, le synode est donc devenu pour l’évêque un instrument privilégié pour l’exercice de son pouvoir, plus efficace sans doute que les visites pastorales, dont on sait qu’elles ne sont pas encore très régulièrement effectuées. La reconnaissance de l’autorité épiscopale à travers le synode se trouve d’ailleurs renforcée par l’obligation faite à tous les assistants de verser une redevance appelée synodalia ou parfois, comme à Lyon, parafa. Son montant variait selon l’importance de la paroisse, les plus pauvres en étant exemptées. À Arles, la fourchette, très large, allait de 6 deniers à 50 sous, à Tours, de 12 deniers à 30 sous, à Lyon, de 6 deniers à 10 sous, tandis qu’à Angers elle était comprise entre 6 et 12 deniers.

7L’importance nouvelle du synode diocésain est d’autre part confirmée au concile de Latran IV. Le canon 6 impose à toute la chrétienté la tenue d’un synode diocésain annuel qui doit permettre de faire connaître à tous les clercs les mesures arrêtées dans les conciles provinciaux qui devront eux aussi être annuels. En fait, dans beaucoup de diocèses, on observe au XIIIe siècle la pratique carolingienne de deux synodes annuels, un au printemps, l’autre en automne. Le premier se tient aux alentours soit de Pâques (le mardi après l’octave de Pâques à Bayeux ou Carcassonne), soit de Pentecôte (durant l’octave à Angers, Nantes, Tréguier...). Le synode d’automne se réunit le plus souvent la semaine après la Saint-Luc (18 octobre) : c’est le cas à Angers, Lyon, Mende, Nantes, Tréguier, etc. Dans certains diocèses il est convoqué peu après la Saint-Michel (29 septembre) : ainsi à Bayeux ou à Norwich ; ou encore après la Toussaint (Carcassonne).

  • 10 À Angers, le synode ne dure qu’un jour et est fixé un jeudi. Les curés qui, à cause de l’éloignemen (...)
  • 11 J. Avril, ibid., p. 30, exploitant les Comptes de recettes et de dépenses de Nicolas Gellent, évêqu (...)

8Le synode se déroule selon un cérémonial très précis que plusieurs statuts (Paris, Arras, Autun, etc.) nous font connaître de manière détaillée. Il se réunit en général dans la cathédrale et parfois dans une salle spécialement prévue à cet effet (voir par exemple la Salle des Synodes du palais archiépiscopal de Narbonne reconstruite au XIVe siècle). Il dure un ou deux jours, rarement plus. Il ne faut pas, en effet, que les curés soient absents trop longtemps de leur paroisse10. Il leur est généralement prescrit de faire la tournée des malades de leur paroisse avant de partir, et de ne pas s’attarder ensuite en route à l’aller comme au retour. L’assistance au synode est obligatoire pour tous les clercs ayant charge d’âmes. En cas d’empêchement il est possible de se faire remplacer par un chapelain. Quoi qu’il en soit un appel est fait au début de la réunion. Les absents non représentés sont passibles de censures spirituelles (jusqu’à l’excommunication) voire d’amendes (5 sous à Angers en 1298). La fréquence des rappels à l’ordre à ce sujet et la lourdeur croissante des sanctions encourues en cas d’absence montrent bien que l’assiduité ne devait pas être toujours la règle. À cela plusieurs explications possibles : la crainte d’encourir la réprimande de l’évêque en cas de manquement à l’observance des statuts, ou encore le coût élevé que pouvait représenter le voyage au chef-lieu du diocèse11. Le synode proprement dit comprend trois parties :

  • Un ensemble de célébrations liturgiques, particulièrement développées quand il dure deux jours (récitations de litanies et d’oraisons diverses, lecture de l’évangile, chants liturgiques, dont le Veni Creator et un Te Deum final, procession, messe du Saint-Esprit, bénédiction de l’évêque...) ; c’est pour cela que les assistants devaient apporter surplis et étole ;

  • Une partie plus proprement didactique avec l’homélie de l’évêque et la lecture et le commentaire des statuts synodaux anciens et éventuellement nouveaux ;

  • Le contrôle par l’évêque et les archiprêtres pour s’assurer que tous les assistants ont bien apporté leur livret (caternum) des statuts. Dans le cas contraire, ils sont fermement invités à s’en procurer un auprès de l’officialité diocésaine avant de rentrer chez eux. Il est même prévu, dans certains diocèses (Angers, 1262), de faire subir un interrogatoire à tel ou tel pour être bien sûr que tous aient bien compris les statuts dont ils avaient ensuite le devoir de lire et d’expliquer certains passages à leurs paroissiens à intervalles réguliers.

9Au cas où de nouveaux statuts auraient été promulgués, les archiprêtres au moins en emportaient un exemplaire, à charge pour eux de le faire reproduire pour les curés de leur circonscription.

L'élaboration et la transmission des statuts synodaux

10Contrairement aux canons des conciles provinciaux qui sont élaborés collectivement par l’ensemble des évêques présents au concile, la préparation et la rédaction des statuts synodaux relèvent de l’évêque seul. Il peut parfois déléguer cette prérogative à un spécialiste. Ainsi à Sisteron, où l’évêque Rodolphe II (1214-1241) chargea les Frères Prêcheurs Chabert et P. de Rosset de ce travail en 1225-1235, ou encore à Nîmes en 1252, où ce fut le canoniste Pierre de Sampson qui rédigea les statuts à la demande de l’évêque Raymond Amaury. Lors de la lecture de nouveaux statuts devant le synode diocésain, l’évêque peut éventuellement tenir compte des remarques faites par l’assistance et modifier son texte en conséquence avant sa proclamation définitive. Mais en aucun cas il ne peut s’agir d'un débat. De même, l’évêque est seul juge de l’opportunité de la rédaction de statuts, et il n’est nullement tenu de faire approuver son texte par une quelconque autorité supérieure.

11Les matériaux mis en œuvre sont variés. On peut les ranger en cinq catégories :

  • En premier lieu des textes de nature juridique et disciplinaire. Certains sont anciens, tels les capitulaires et conciles carolingiens ; d’autres sont beaucoup plus récents comme le Décret de Gratien, très utilisé dans les statuts parisiens de Eudes de Sully ou dans ceux de Guillaume de Beaumont pour Angers vers 1220.

  • Les canons des conciles généraux contemporains (surtout Latran III et Latran IV ; très peu Lyon I et Lyon II). On peut remarquer au passage que parfois l’emprunt s’est fait en sens inverse : il est bien connu en effet que Latran IV a repris certains articles des statuts d’Eudes de Sully publiés une dizaine d’années auparavant, notamment en ce qui concerne la législation sur la publicité nécessaire du mariage par l’institution des bans. Les conciles provinciaux se retrouvent aussi largement dans la législation diocésaine. Pour ne prendre qu’un exemple, le concile d’Oxford de 1222 a assez largement influencé les statuts synodaux anglais postérieurs. Parfois, c’est même la totalité des canons d’un concile provincial qui se transforme en statut diocésain. Ce fut sans doute le cas dans certains archidiocèses, tels Bourges ou Sens dont on n’a conservé aucun statut pour cette époque, qui ne voyaient pas l’intérêt de doubler leur législation.

    • 12 C.R. Cheney, F.M. Powicke, Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church, (...)

    Des sentences tirées des écrits des théologiens de la fin du XIIe et du XIIIe siècle, comme Pierre le Chantre ou Alain de Lille, de façon à rendre leurs œuvres accessibles et immédiatement applicables dans leur ministère par des curés de paroisse qui auraient été bien incapables autrement de les comprendre et de les assimiler. Ces textes portent avant tout sur la pratique sacramentelle (baptême, eucharistie, pénitence), objet d’importantes réévaluations contemporaines. Parfois des évêques prenaient l’initiative d’insérer dans leurs statuts synodaux de petits opuscules, que les curés devaient connaître comme le reste. C’est ce que fit Alexandre de Stavensby, évêque de Coventry, qui inclut deux courts traités, l’un sur les sept péchés capitaux, l’autre sur la pénitence, dans les statuts qu’il rédigea pour son diocèse en 1224-124712.

    • 13 J. Avril, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, op. cit., t. III, p. 110, 112, 116.
    • 14 C.R. Cheney, F.M. Powicke, Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church, (...)

    Le produit de l’expérience personnelle de chaque évêque leur fournit aussi des éléments pour la rédaction de leurs statuts. Certains d’entre eux, comme Nicolas Gellent à Angers en 1272-1273, introduisent telle ou telle disposition par des verbes du type « nous avons vu », « nous avons trouvé », « nous avons constaté13 »,etc. Cela signifie tout simplement qu’ils ont visité leur diocèse et ont pu constater à cette occasion un certain nombre de pratiques condamnables qu’ils entreprennent alors de réformer par la rédaction de nouveaux statuts. Il en était de même en Angleterre une bonne trentaine d’années auparavant : le célèbre Robert Grosseteste, évêque de Lincoln, visita son diocèse juste avant de rédiger des statuts en 123914. Cela permet de prendre en compte la situation particulière de chaque diocèse.

    • 15 J. Avril, « Naissance et évolution des législations synodales dans les diocèses du Nord et de l’Oue (...)

    Dernière source utilisée : des emprunts faits à d’autres statuts synodaux. Ils peuvent être de plusieurs types. Il peut s’agir d’abord d’un certain nombre d’articles que l’on insère dans une composition nouvelle. C’est de cette façon que les statuts parisiens ont été largement mis à contribution, comme ceux d’Angers de 1220, dont on retrouve de très larges extraits à Orléans, au Mans, à Rouen, Tours, Nantes, Bayeux, Lisieux, Coutances, Clermont, Langres, Lyon, Autun, Sisteron, etc. La législation de Nîmes a été en grande partie reprise par les diocèses du Midi de la France, tandis qu’en Angleterre les statuts de Salisbury de 1217-1219 ont été très utilisés à Winchester, Canterbury, Hereford, Worcester, Exeter, Durham... Ces emprunts peuvent être littéraux ou adaptés au diocèse « emprunteur ». Dans certains cas on peut aller jusqu’à une copie à peu près intégrale : Béziers s’est ainsi approprié la totalité des statuts nîmois de 1252. Cela se produit aussi quand un évêque est transféré d’un siège épiscopal à un autre. Il arrive qu’il emporte dans son nouveau diocèse les statuts qu’il avait rédigés pour l’ancien. C’est ce que fait Richard Poore quand il passe de Salisbury à Durham en 1228 : aussitôt arrivé il promulgue comme statuts de Durham ceux qu’il avait écrits à Salisbury en 1217-1219. Même chose quand l’évêque du Mans, Maurice, qui avait adapté les statuts d’Angers pour son diocèse, devient archevêque de Rouen en 1231 : il introduit dans son nouveau diocèse la version mancelle des statuts d’Angers15. De cette façon se sont formées de véritables « familles synodales » à partir de quelques statuts primitifs : ceux de Paris et Angers principalement qui ont essaimé dans tout l’Occident, et secondairement ceux de Salisbury ou de Nîmes.

  • 16 C’est encore le cas pour les très importants statuts de Rodez promulgués par l’évêque Raymond de Ca (...)

12La mise en œuvre de ces différentes sources permet donc de combiner avec souplesse le droit commun de l’Église et les traditions locales. Cela explique qu’il puisse y avoir des divergences d’un statut à l’autre sur tel ou tel point. C’est le cas, par exemple, en ce qui concerne l’administration de certains sacrements : à Paris on estime que le baptême administré en cas d’urgence par un laïc ne peut être valable que si celui-ci a prononcé exactement la formule baptismale : « N., je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » Dans les diocèses méridionaux on admet au contraire l’emploi de formules plus simples, omettant en particulier le nom de l’enfant. De même pour l’âge de la confirmation qui oscille selon les diocèses entre moins d’un an (Canterbury en 1213-1214) et sept ans (Durham, Bordeaux..), voire l’âge adulte. Quant à l’eucharistie, si le prêtre constate au moment de la consécration qu’il manque du vin ou de l’eau dans le calice, il reprendra la célébration juste avant, à simili modo, s’il suit les statuts de Paris ; mais s’il est justiciable de statuts des diocèses de l’Ouest ou d’Angleterre, il lui faudra recommencer depuis le début du canon de la messe, au Te igitur. Ces exemples de divergences pourraient être facilement multipliés. Par ailleurs, grâce à cette flexibilité, les statuts synodaux sont à même, par des ajouts, des emprunts, des suppressions, de répondre selon les besoins du moment à telle ou telle préoccupation : ce sont des documents vivants. Si ceux du début du XIIIe siècle ont tendance à insister sur les aspects pastoral et pénitentiel, ceux du milieu du siècle, notamment dans le Midi de la France, abordent davantage les questions dogmatiques16, tandis qu’à la fin du siècle, les questions juridiques tiennent une place plus importante.

13La transmission des manuscrits permet enfin d’expliquer certaines particularités de ce type de littérature. Les statuts synodaux nous sont parvenus sous deux formes :

  • En tant que tels, d’abord, mais dans des manuscrits rarement contemporains de la date de leur promulgation, au moins pour les plus anciens. Tous les statuts ont en effet reçu à un moment ou à un autre des adjonctions ou connu des suppressions. Quand ces modifications étaient devenues trop nombreuses, et que l’ensemble n’avait de ce fait plus guère de cohérence, on procédait à une réfection des statuts, c’est-à-dire qu’on les réécrivait en intégrant les nouveautés apportées depuis la première rédaction. L’identification des différentes strates peut alors poser quelques problèmes, dans la mesure où on ne gardait pas les rédactions anciennes devenues inutiles, et souvent très dégradées matériellement. Un long travail de critique de texte est donc souvent nécessaire pour tenter de remonter jusqu’à la première version. Dans certains cas cependant le travail de réfection a laissé subsister de façon évidente les couches successives. Ainsi en est-il à Angers : en 1310, l’évêque Guillaume Le Maire fait recopier par ordre chronologique de promulgation, et sans aucun souci de recomposition, les vingt-cinq statuts publiés par son prédécesseur Nicolas Gellent entre 1261 et 1281, de sorte que là où ailleurs on aurait conservé la mention d'un seul statut (celui de 1310), on en dénombre ici vingt-cinq. D’où l’apparente inflation synodale angevine évoquée plus haut.

  • Les statuts synodaux peuvent aussi figurer dans des manuscrits parmi d’autres types de textes (pénitentiels, sermonnaires, sacramentaires...). Il s’agit en fait de recueils destinés à l’étude pour les étudiants. Aussi un certain nombre de ces manuscrits proviennent-ils de l’abbaye de Saint-Victor à Paris, qui joua un rôle important dans la formation des clercs. On comprendra aisément que, dans ce cas, on a à faire à des textes non évolutifs, figés au moment de leur retranscription. C’est parfois sous cette forme que les statuts parisiens ont été largement diffusés en France et hors de France (au Portugal et à Mayence par exemple).

Quelques pistes d’exploitation

  • 17 O. Pontal, Les Statuts synodaux, op. cit., p. 85-91 ; Id., Clercs et laïcs au Moyen Age d'après les (...)

14On l’aura compris, les statuts synodaux sont une véritable mine documentaire, et pas seulement dans le domaine de l’histoire de la religion. Ils peuvent éclairer aussi l’histoire sociale et l’histoire du droit. O. Pontal a bien montré tout le parti que l’on pouvait en tirer17. Je me contenterai donc ici de rappeler quelques pistes possibles.

  • 18 Outre les ouvrages généraux cités supra voir R. Foreville, « Les Statuts synodaux et le renouveau p (...)

15Comme cela a déjà été dit à plusieurs reprises, les statuts synodaux permettent d’abord de percevoir concrètement les nouvelles orientations de la pastorale voulues par la hiérarchie épiscopale, tout spécialement la pratique sacramentelle qui est au cœur de tous ces textes. Dans ce domaine, le culte eucharistique tient une très grande place. Ce sont les statuts qui ont en fait imposé certains rites comme l’élévation accompagnée du recueillement des fidèles devant l’hostie, que ce soit lors de la célébration de la messe ou lorsque le prêtre s’en va porter le viatique aux malades. De même la pénitence fait l’objet de longs développements. Les instructions données au prêtre pour son administration sont souvent très détaillées et l’invitent à user de beaucoup de discernement. Les statuts synodaux se trouvent dans ce domaine en parfaite harmonie avec le concile de Latran IV, qui privilégiait ces deux sacrements dans la vie spirituelle de chaque chrétien et de sa communauté paroissiale18.

  • 19 J. Avril, « Église, paroisse, encadrement diocésain aux XIIIe et XIVe siècles d’après les conciles (...)

16La paroisse et le clergé paroissial constituent un autre centre d’intérêt des statuts synodaux. À travers eux, le statut de la paroisse et les droits que l’évêque entend exercer sur elle sont bien précisés, de même que son statut juridique qui consacre l’existence d’un véritable droit paroissial établissant un lien de nature juridique entre la paroisse et les paroissiens. Quant au desservant, les statuts en font un véritable père de ses paroissiens, responsable de leur vie spirituelle et de leur salut. À ce sujet, ils insistent beaucoup sur son devoir d’instruction religieuse de ses ouailles. Ils rappellent aussi qu’il a l’obligation de résidence, mais commencent déjà à admettre des dispenses en la matière dans certains cas. Soucieux de préserver la dignité matérielle des desservants, et suivant en cela les dispositions de Latran IV, certains statuts entendent leur garantir un revenu minimum, surtout s’il s’agit d’un vicaire remplaçant un curé non-résident. Les statuts anglais fixent cette portion congrue entre 40 et 60 shillings. Quant aux qualités morales requises des clercs ayant charge d’âmes, il n’y a rien de bien original. Les statuts dénoncent le concubinage, la fréquentation des tavernes et le jeu de dés, la pratique de métiers profanes, etc.19.

17Les statuts peuvent être aussi utilisés dans le domaine de l’histoire sociale. On trouvera ci-après, à titre d’exemple, des extraits de statuts permettant de voir combien les clercs ont eu du mal à imposer aux laïcs les nouvelles règles matrimoniales définies solennellement à Latran IV. De même les autres étapes de la vie familiale (naissance, mort) peuvent être entrevues dans la législation synodale, qui attache par exemple une grande importance à la pratique testamentaire.

18L’histoire du droit est également un secteur que les statuts synodaux peuvent permettre d’éclairer, surtout avec les statuts de la fin du XIIIe siècle, au moment où les conflits avec les juridictions laïques se font plus fréquents.

19Les statuts synodaux sont donc une source que l’historien du XIIIe siècle ne doit absolument pas négliger. Ils peuvent lui apporter beaucoup, on l’a vu. Mais il faut aussi se rendre compte qu’ils ont leurs limites. D’abord, comme tout document normatif, ils nous présentent plus un idéal à atteindre que la réalité concrète. Ensuite, ils ont tendance sans doute dans leur dénonciation des défauts des mauvais clercs à mettre en relief les aspects les plus noirs et à passer sous silence les aspects positifs et les progrès éventuels. À lire les statuts, en effet, on peut avoir facilement l’impression que tous les curés de paroisse partagent leur temps entre la taverne et la fornication, puisque tous dénoncent ces défauts. Or on sait par ailleurs que, s’il est loin d’être irréprochable dans sa totalité, le clergé du XIIIe siècle ne correspond plus tout à fait à ce tableau. Ce qui veut dire que les statuts synodaux doivent dans toute la mesure du possible être confrontés à d’autres types de sources.

Annexes

Document

La difficile application de la législation matrimoniale dans l’ouest de la France à la fin du XIIIe siècle

— « Nous enjoignons aux recteurs des églises et à leurs chapelains de ne pas contraindre des personnes de leurs paroisses, aptes à contracter mariage, qui se seraient unies charnellement, à renoncer l’une à l’autre, mais ils les amèneront, selon leur possible, par des paroles persuasives, à promettre l’un à l’autre de s’accorder naturellement en nom de mariage, si la sainte Église peut y consentir, puisqu’ils se sont unis charnellement. »

Synode de Pentecôte 1270

— « Il existe beaucoup de chevaliers et d’autres personnes qui ignorent ou méprisent le péril menaçant les mariages et les bénédictions nuptiales célébrés sans publication de bans. Aussi nous interdisons de célébrer la bénédiction nuptiale de quiconque, à moins qu’auparavant les bans n’aient été publiés solennellement à l’église, selon le droit et la coutume, les jours de fête précédents. »

Synode de Pentecôte 1272

— « Les mariages clandestins défendus par le droit sont célébrés, ainsi que nous l’avons découvert, hors des églises paroissiales en quelques chapelles et prieurés de notre diocèse. Nous, désirant comme il convient, porter remède à cette situation, interdisons de célébrer désormais des bénédictions nuptiales dans les chapelles, prieurés et autres lieux isolés, même si les bans ou publications de ceux qui contractent mariage ont été, selon la coutume, solennellement promulgués dans les églises paroissiales par les prêtres des futurs époux. Désormais ces lieux seront, de ce fait, frappés de l’interdit ecclésiastique. »

Synode de la Saint-Luc 1274

— « Nous avons appris que certains fidèles, voulant et prétendant contracter mariage ensemble, boivent en nom de mariage. Ainsi, croyant avoir contracté mariage, ils s’unissent charnellement. Puisque, par là, aucun mariage n’est contracté et que, de cette façon, plusieurs ont été jusqu’à maintenant trompés, nous vous imposons fermement de dire fréquemment et publiquement dans vos églises paroissiales que, par ces manières de faire, ne sont contractés ni mariage, ni épousailles. »

Synode de la Saint-Luc 1277

Statuts synodaux de Nicolas Gellent, évêque d’Angers.

(Édition et traduction : J. Avril, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, t. III, Les Statuts synodaux angevins de la seconde moitié du XIIIe siècle, Paris, 1988, p. 103-105, 111, 123, 135).

Commentaire

Le mariage est un thème largement abordé dans les statuts synodaux du XIIIe siècle. Les quatre extraits de l’abondante législation de l’évêque d’Angers, Nicolas Gellent, rassemblée par son successeur Guillaume Le Maire en 1310, font apparaître quatre points :

La nouvelle conception du mariage chrétien définie à Latran IV est loin d’être passée dans les faits dans l’ouest de la France à la fin du XIIIe siècle.

La hiérarchie ecclésiastique fait preuve d’une grande sévérité lorsque ne sont pas respectées deux obligations essentielles inscrites dans la législation de Latran IV : celle de la publicité du mariage par publication des bans et celle du respect du cadre paroissial pour le déroulement de la cérémonie (statuts 2 et 3).

Une indulgence beaucoup plus grande en revanche se manifeste à l’égard des unions chamelles conclues en dehors de tout contexte religieux et considérées par les intéressés comme un lien matrimonial. Cela semble en effet moins dangereux d’ignorer la totalité de la législation de Latran IV que d’en appliquer une partie seulement (statuts 1 et 4).

Le rappel fait aux curés de paroisse d’avoir à enseigner à leurs ouailles les règles canoniques élaborées par les conciles généraux relayés par les statuts synodaux (statut 4).

Notes

1 G. Le Bras, Institutions ecclésiastiques de la chrétienté médiévale (Histoire de l’Église des origines à nos jours, sous la dir. de A. Fliche et V. Martin, XII/1), Paris, 1959, p. 91.

2 Ainsi par exemple O. Dobiache-Rojdestvensky, La Vie paroissiale en France au XIIIe siècle d'après les actes épiscopaux, Paris, 1911, ou encore C.R. Cheney, English Synodalia of the Thirteenth Century, Londres, 1941.

3 C.R. Cheney, F.M. Powicke, Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church, t. II, A.D. 1205-1313, Part. I, 1205-1265, Part. II, 1265-1313, Oxford, 1964, 2 vol.

4 A. Artonne, L. Guizard, O. Pontal, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne France du XIIIe à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 1963. Voir aussi le guide de O. Pontal, Les Statuts synodaux, (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 14), Turnhout, 1975.

5 O. Pontal, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, t. I, Statuts de Paris et Synodal de l’Ouest ; t. II, Les Statuts de 1230 à 1260, Paris, 1971 et 1983. J. Avril, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, t. III, Les Statuts synodaux angevins de la deuxième moitié du XIIIe siècle ; t. IV, Les Statuts synodaux de l’ancienne province de Reims (Cambrai, Arras, Noyon, Soissons et Tournai), Paris, 1988 et 1995.

6 I. Da Rosa Pereira, « Les statuts synodaux d’Eudes de Sully au Portugal », L’Année canonique, 15, 1971, p. 459-480.

7 Voir par exemple pour Novare, G. Briacca, Gli statuti sinodali novaresi di Papiano delle Rovere (a. 1298), Milan, 1971.

8 P. Johanek, « Die Pariser Statuten des Bischofs Odo von Sully und die Anfange der kirchlichen Statutengesetzgebung in Deutschland », Proceedings of the VIIth International Congress of Medieval Canon Law, Cambridge, 23-27 July 1984, (Monumenta iuris canonici. Sér. C : Subsidia. Vol. 8), Cité du Vatican, 1988, p. 327-347.

9 Plusieurs études de O. Pontal et J. Avril notamment ont très bien décrit la nature et le fonctionnement du synode diocésain. Voir par exemple O. Pontal, « Le synode diocésain et son cérémonial du XIIe au XIVe siècle », L’Année canonique, XIV, 1970, p. 53-61 ; Id., Les Statuts synodaux-français du XIIIe siècle, op. cit., t. I, p. LVII-LXVII ; Id., Clercs et laïcs au Moyen Age d'après les statuts synodaux, Paris, 1990, p. 9-22 ; J. Avril, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, op. cit., t. III, p. 29-40.

10 À Angers, le synode ne dure qu’un jour et est fixé un jeudi. Les curés qui, à cause de l’éloignement de leur paroisse ont besoin de deux jours pour se rendre au synode, pourront ainsi visiter leurs ouailles malades le lundi avant de partir, puis feront route ensuite vers Angers le mardi et le mercredi. Après avoir assisté au synode, il leur restera deux jours (vendredi et samedi) pour regagner leur paroisse, et le dimanche ils pourront reprendre leur service : cf. J. Avril, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, op. cit., t. III, p. 34.

11 J. Avril, ibid., p. 30, exploitant les Comptes de recettes et de dépenses de Nicolas Gellent, évêque d’Angers pour les années 1285 à 1289, montre que le produit des synodalia versés lors des dix synodes de ces années-là varie du simple au quintuple, et qu’il est toujours beaucoup plus faible lors des synodes de printemps. Cela reflète sans aucun doute les importantes variations qui pouvaient exister dans le nombre des présents à chaque réunion.

12 C.R. Cheney, F.M. Powicke, Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church, op. cit., p. 214-226.

13 J. Avril, Les Statuts synodaux français du XIIIe siècle, op. cit., t. III, p. 110, 112, 116.

14 C.R. Cheney, F.M. Powicke, Councils and Synods with Other Documents Relating to the English Church, op. cit., p. 264-265.

15 J. Avril, « Naissance et évolution des législations synodales dans les diocèses du Nord et de l’Ouest de la France (1200-1250) », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Kan. Abteilung, CIII, 1986, p. 152-249, notamment p. 176-179.

16 C’est encore le cas pour les très importants statuts de Rodez promulgués par l’évêque Raymond de Calmont d’Olt en 1289. Voir à ce sujet J. Avril, « Sources et caractères du Livre synodal de Raimond de Calmont d’Olt, évêque de Rodez (1289) », L'Église et le droit dans le Midi (XIIIe-XIVe siècles) (Cahiers de Fanjeaux, 29), Toulouse, 1994, p. 215-248.

17 O. Pontal, Les Statuts synodaux, op. cit., p. 85-91 ; Id., Clercs et laïcs au Moyen Age d'après les statuts synodaux, op. cit., p. 41-131.

18 Outre les ouvrages généraux cités supra voir R. Foreville, « Les Statuts synodaux et le renouveau pastoral du XIIIe siècle dans le Midi de la France », Le Credo, la morale et l'Inquisition en Languedoc au XIIIe siècle (Cahiers de Fanjeaux, 6), Toulouse, 1971, p. 119-150, qui souligne le retard d’au moins trente ans de ce renouveau dans le Midi.

19 J. Avril, « Église, paroisse, encadrement diocésain aux XIIIe et XIVe siècles d’après les conciles et les statuts synodaux », La Paroisse en Languedoc (XIIIe-XIVe siècles) (Cahiers de Fanjeaux, 25), Toulouse, 1990, p. 23-46 ; J. Longère, « Le prêtre de paroisse d’après les statuts synodaux du XIIIe siècle », ibid., p. 287-326.

Notes de fin

1 Article paru sous le même titre dans Comprendre le XIIIe siècle. Études offertes à Marie-Thérèse Lorcin, P. Guichard et D. Alexandre-Bidon (dir.), Lyon, P.U.L., 1995, p. 121-132.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search