Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

Aux sources du nationalisme allemand ?

Sur nation et patrie dans l’Esprit du temps d’Arndt et les Discours à la nation allemande de Fichte

Geoffroy Rémi

Texte intégral

  • 1 Et donc de la nation allemande dont l’Empereur était le représentant. Elle regroupait traditionnell (...)

1C’est à partir de 1789 que la pensée politique allemande dépassa progressivement le cosmopolitisme issu des Lumières et offrit les premières contributions à la formation d’un sentiment national autour de l’idée de la supériorité culturelle de l’Allemagne et de sa mission d’éducatrice du genre humain. Avec les guerres et l’occupation napoléoniennes, cette prise de conscience s’accéléra en se politisant. L’humiliation fut à son comble en 1806, avec l’effondrement du Saint-Empire1 et surtout la catastrophique défaite de la Prusse en octobre (Iéna).

2La rupture avec la pensée cosmopolite est dès lors – presque – consommée, et les concepts de nation, de patrie se chargent de contenus nouveaux. À côté des romantiques liant l’idée nationale à une réhabilitation du passé médiéval, d’autres penseurs tentent, à partir d’un même refus de l’anéantissement de l’Allemagne, de provoquer un sursaut national, mais sur des bases théoriques et avec des modalités d’action différentes.

  • 2 Toutes les citations de L’Esprit du temps, traduites par moi, font référence à l’édition d’A. Leffs (...)

3Arndt, surtout connu comme poète politique, entend mobiliser ses compatriotes autour d’idéaux communs enracinés dans la tradition germanique ; il les oppose aux valeurs corrompues de la France (post)révolutionnaire, qu’il rejette violemment. Dans les deux premiers tomes de l’Esprit du temps (1805-1808)2, il appelle à l’unité de tous les Allemands en vue d’un vaste soulèvement national susceptible d’entraîner la victoire militaire libératrice.

  • 3 P. 337 de la traduction des Discours par Alain Renaut, Imprimerie nationale, 1992, qui sera notre r (...)

4Fichte au contraire n’a jamais fait mystère de ses sympathies révolutionnaires. Il infléchira cependant sa pensée, en particulier dans les Discours à la nation allemande, prononcés durant l’hiver 1807-1808 dans Berlin occupée par les troupes françaises. Il tourne le dos à la perspective de la lutte armée, lui préférant « celle des principes, des mœurs, du caractère »3. Il appelle donc les Allemands à mettre en œuvre son projet d’« éducation nationale allemande » pour une transformation spirituelle, seule capable selon lui de sauver sa nation, puis à sa suite l’humanité tout entière.

  • 4 Ces deux concepts sont d’Alain Renaut, 1988, p. 193. Dans La Défaite de la pensée, Alain Finkielkra (...)

5Je me propose d’examiner dans ces deux textes la spécificité des concepts de nation et de patrie. N’a-t-on pas dit parfois d’Arndt ou de Fichte, entre autres, qu’ils contribuèrent à l’émergence d’une conception germanique, romantique, de la nation – la « nation-génie » – par opposition à une conception française héritée des Lumières par la Révolution – la « nation-contrat4 » ?

De la théorie à l’action : peuple, nation et patrie dans l’esprit du temps

6Le simple examen comparatif du nombre d’occurrences des deux mots Nation (nation) et Vaterland (patrie) dans le tome I (écrit avant Iéna) et le tome II (un peu moins volumineux, rédigé presque entièrement après octobre 1806) ne laisse pas d’étonner :

Nation

Vaterland

tome I (nov.-déc. 1805, 182 p.)

103

26

tome II (sept 1806 – sept. 1808, 164 p.)

9*

103

*dont 5 au pluriel et 2 seulement concernant l’Allemagne.

7Comment expliquer un tel renversement des fréquences ?

Un « peuple » bien romantique

8Partons de peuple (Volk). Alors que patrie et peuple sont toujours bien distincts, nation et peuple sont parfois en relation d’identité :

La nation allemande avait, il y a des siècles de cela, la réputation d’être
un peuple calme, laborieux et vaillant, réfléchi et inventif… (I, 40)
Nation allemande, peuple courageux autrefois… (I, 52)

9En fait, le concept de peuple est au cœur de la pensée politique d’Arndt. Comme à l’accoutumée, le mot est polysémique. Il désigne tantôt la couche inférieure de la population (mais ce peuple « inclus », d’ailleurs privé de tout rôle politique, ne fait pas partie du micro-champ), tantôt le peuple « incluant », omniprésent dans le tome I et dont le sens peut donc recouvrir celui de nation. Arndt y développe longuement une véritable typologie des peuples de l’Antiquité jusqu’à son époque. L’idée essentielle est héritée de Herder, mais emprunte aussi pour partie à Montesquieu. C’est celle du Volksgeist, l’« esprit du peuple », que reprendront en la cloisonnant les romantiques allemands :

Il y a dans l’histoire de chaque peuple quelque chose d’éternel et de général qui se révèle en particulier dans ses histoires primitives et mythiques, et qui n’apparaît, au stade de la culture, que chez des hommes ou dans des destins exceptionnels. Cette pulsion intime, cet esprit secret du peuple, éternel comme sa nature et son climat, n’est pas à la surface des choses. (I, 138)

10À partir de là, et pour chaque peuple qu’il examine, Arndt multiplie les caractérisations, les qualifications. Il en résulte une hiérarchie implicite des peuples. Le clivage s’effectue, dans le pur esprit du romantisme de ce temps, entre ceux qui exaltent la génialité, l’âme, bref les valeurs irrationnelles du rêve, de l’imagination, de la foi ou de l’intuition (on aura reconnu, entre autres, le peuple allemand), et ceux qui ont le culte de la raison, de l’esprit, en un mot des valeurs rationnelles et partant de la superficialité, de la frivolité (on aura identifié, entre autres, le peuple français). Certes, une évolution est possible voire inévitable :

  • par mélanges de peuples. Arndt, auquel l’idée de pureté raciale est étrangère, les admet jusqu’à « deux ou trois peuples », mais rejette l’idée que « le mélange de dix ou vingt peuples différents aboutisse en fin de compte à une grande et excellente nation » (I, 134).

  • par suite de l’évolution historique naturelle. En effet, « les peuples et les espèces dégénèrent irrémédiablement comme les animaux et les plantes » (I, 126). Mais en mettant en relation déclin et désunion, Arndt introduit un critère politique qui lui permet, à l’inverse, de militer en faveur de la renaissance et la libération, par la vertu de l’union retrouvée, d’un peuple asservi. Cette union politique devra d’abord être spirituelle, morale et linguistique.

11Ajoutons que la langue n’est d’abord qu’un révélateur parmi d’autres, non encore primordial, du Volksgeist (elle est absente de la « définition » ci-dessus). Mais dans le tome II, avec l’accent mis sur la glorification de la germanité originelle, Arndt trouve parfois des accents quasi fichtéens, y compris au plan de la primauté et de la pérennité de la langue allemande :

Les Germains, quel nom et quel peuple ! […] Toutes les premières nations, les plus cultivées et les plus belles d’Europe, en sont issues ou ont été mélangées avec eux. Mais nous, hommes de langue allemande entre les Alpes, le Rhin, la Vistule et la Mer du Nord, nous habitons le vieux pays des Germains, nous parlons leur langue (II, 93).

De peuple à nation

12Peuple, on le voit encore dans l’exemple précédent, appelle nation. Tous deux coiffent l’État au sens allemand du terme (der Staat). Cela dit :

13 Nation est postérieur à peuple :

14La relation d’identité posée au début n’est qu’apparente : sous certaines conditions, un peuple devient une nation :

La nation allemande avait, il y a des siècles de cela, la réputation d’être
un peuple calme, laborieux et vaillant, réfléchi et inventif… (I, 40)
Nation allemande, peuple courageux autrefois… (I, 52)
Les Germains, quel nom et quel peuple ! […] Toutes les premières
nations, les plus cultivées et les plus belles d’Europe, en sont issues…
(II, 93) (C’est moi qui souligne).

15 Nation est la personnification et l’idéalisation de peuple :

16La nation est une personne supérieure, qui incarne l’autorité morale : c’est par exemple « devant les yeux de la nation » qu’il y a encore ici ou là « une apparence de justice, un sentiment de honte » (I, 52) ; et c’est « aux oreilles de la nation » que les princes sont sommés de révéler la terrible vérité (I, 170).

17— Peuple est particulier et concret, nation général et abstrait :

18Les innombrables adjectifs qui illustrent les particularités de chaque peuple ne se retrouvent pas avec nation. Ainsi, les Romains sont-ils un peuple solide, enthousiaste, magnifique, jeune, guerrier, injuste envers les étrangers, courageux, etc., tandis que leur nation est soit « grande » ou « magnifique », soit dépourvue de toute qualification. Les caractérisations psychologiques et morales, positives ou négatives, abondent pour dépeindre un peuple, mais ne s’appliquent jamais à une nation.

19— Grandeur et supériorité de la nation :

20Les adjectifs qui qualifient la nation sont soit « neutres » lorsqu’ils font référence à une ethnie (la nation hongroise), à un nombre (plusieurs nations) ou à un moment dans le temps (les nouvelles nations), soit exclusivement superlatifs (magnifique, grande, glorieuse, majestueuse, noble, puissante, excellente, cultivée…). On le voit, la nation d’Arndt, contrairement à la nation des gazettes dont parle ici-même R Rétat, n’est jamais le lieu de sentiments ou d’affects. Ceux-ci sont le fait du peuple. Le peuple vit, la nation est.

  • 5 Voir A. Eskenazi, 1979, p. 55.

21Cet état, neutre ou le plus souvent sublime, ne souffre pas la médiocrité. Des expressions comme « nation grossière » ou « barbare », relevées par M. Le Guern dans le Dictionnaire de l’Académie, sont impensables chez Arndt, qui se montre ici plus restrictif encore que Montesquieu5, auquel il lui arrive de se référer. C’est ainsi qu’il rejette avec véhémence l’éventuelle caractérisation de sa nation en termes dépréciatifs : « Celui qui affirme que la nation a un esprit servile et n’est pas capable de noblesse, je le mets au défi de m’en montrer une plus juste parmi les nations européennes actuelles » (I, 105). En revanche, de tels adjectifs peuvent convenir à certains peuples : « On sait comment le roi d’un peuple barbare [Pierre le Grand] devint l’apprenti des nations cultivées » (I, 130). Et lorsqu’inversement, il écrit des phrases comme :

Par le féodalisme, […] mainte nation est semblable à un peuple barbare. (I, 65)
De nobles nations sont souvent serviles et mauvaises, mais un peuple servile n’est presque jamais devenu noble, libre, grand dans ses actions et dans ses œuvres. (I, 134)

22on mesure à quel point « nation barbare » ou « nations serviles » sont décidément des associations de termes inacceptables.

23Si, très exceptionnellement, l’adjectif épithète associé a une connotation négative, ce ne peut être que dans la perspective forcément passagère du vieillissement « organique » des peuples et partant des nations (le cycle : apogée – déclin – renouveau). Ainsi, la « monstrueuse nation » (I, 99) désigne l’Empire germanique au 13e siècle, où l’émiettement du pouvoir entraîna faiblesse politique et anarchie ; et « les nations dégénérées » désigne surtout, dans le seul tome I, la Prusse honnie depuis le règne du francophile Frédéric II (152).

24Cette constatation se trouve corroborée par l’affirmation, relative à l’Espagne, selon laquelle « la nation a pu dépérir, elle n’est pas devenue mauvaise et vulgaire » (I, 120). Remarquons enfin que dans ce processus de dégénérescence, c’est d’abord le peuple qui commence à se corrompre, la nation gardant plus longtemps, conformément sans doute à son essence supérieure, sa puissance et sa cohérence (I, 154, à propos des Anglais).

25L’examen des autres contextes associés au mot confirme et précise l’excellence inhérente au concept de nation (par rapport à celui de peuple, varié, ou d’État, neutre ou négatif). Le trait d’élévation morale, spirituelle et culturelle est fortement souligné, comme dans cette accumulation de substantifs à la gloire de la nation espagnole : « Elévation morale, liberté, exaltation profonde dans l’amour, la religion et l’art ont rendu cette nation noble et appréciée à l’étranger » (I, 117). La notion de culture est très prégnante, par exemple quand Arndt évoque avec admiration les « écrivains de cette nation » (la Grèce antique, I, 105) ou les « meilleures têtes de la nation » allemande (I, 40). L’opposition avec « peuple » est ici radicale : « Nos mystiques et nos philosophes de la nature […] font la preuve d’une ambition plus noble de la nation que ces peuples qui ne savent qu’en ricaner » (I, 40). Et s’il y a bien un « esprit (Geist) du peuple » et un « esprit (Sinn) de la nation », le premier n a qu’une valeur de référence passive : c’est dans les contes et légendes que se révèle l’« esprit secret du peuple », empreint de « génialité ». Mais seul le dernier a une activité intellectuelle : Arndt exalte « l’esprit de la nation qui pensa et écrivit de la sorte » (I, 138, à propos des Scandinaves).

26On peut dès lors se poser la question : qu’est-ce qui fait qu’un peuple devient une nation ?

27Pour Arndt, une nation se constitue essentiellement autour des traits suivants, tous constitutifs de sa puissance, voire de son invincibilité :

28— La conscience enthousiaste de soi-même :

29Une nation est un peuple qui a pris conscience de lui-même, qui sait qu’il constitue une entité et en a une image positive et enthousiaste. Cet « enthousiasme [de la nation] pour elle-même » doit lui être donné par ses chefs politiques (I, 104). Ainsi, si les princes avaient refusé de faire ce qui était non-allemand, « des centaines de milliers de bras auraient pris les armes, la nation, [les] reconnaissant, se serait reconnue elle-même, et l’ennemi aurait disparu » (I, 197).

30— Les plus hautes valeurs morales et non les valeurs matérielles :

31Une nation n’est grande et forte ni par sa puissance militaire, ni par son étendue géographique, ni — surtout pas — par 1’argent et les valeurs matérielles qui s’en repaissent, et qui signent la mort d’une nation. Ainsi en va-t-il de l’Angleterre qui « évalue toutes choses selon l’or, estime les nations d’après les richesses » : elle « ne tombe pas par la guerre, mais par le vice et le crime comme la plupart des nations. » (I, 154-155). À l’inverse, lorsque la plus haute moralité est l’apanage de tous, la nation paraît invincible (I, 104, 117).

32L’unité et son corollaire l’esprit de communauté :

33Une nation est un peuple uni, avec un seul esprit, une même langue (I, 123). L’unité d’une nation est la première condition de sa puissance : « Ce n’est pas la taille des pays, ce n’est pas l’ampleur ni la vaillance des peuples […] qui font la puissance, mais l’unité de la force. Je ne la trouve nulle part chez les Allemands » (I, 99). Une nation aux forces unies n’a « rien à craindre » (I, 127). Inversement, lorsque s’installe la désunion, comme au moment de l’apparition aux côtés des Habsbourg d’un second grand dirigeant en la personne de Frédéric II, la Prusse se hissant alors au rang de puissance rivale de l’Autriche, c’est le signe de l’effondrement prochain de la nation ; depuis lors en effet, « les forces de la vieille nation allemande sont divisées, et la ruse gauloise nous détruira les uns après les autres » (I, 151).

34Il déplore de même la disparition, en Allemagne ou en Italie, de cet « esprit de communauté », « cet esprit et ce courage de tous pour tous », qui fait que « l’Allemand égorge l’Allemand », ou « qu’une armée de 50 000 étrangers peut s’emparer [de l’Italie] presque sans résistance » (I, 197, 111).

35De cette unité et de cet esprit de communauté, les princes et les nobles sont partie prenante. Distincts de « leur » nation dont ils ont la charge, ils doivent pourtant s’allier avec elle « dans l’amour et la confiance », afin de « représenter » ce qu’elle a de plus grand et de meilleur (1,170). Aussi est-ce avec violence qu’Arndt fustige ces princes allemands qui, pour s’être alliés à Napoléon, ont commis un véritable crime de lèse-nation :

Criminels envers [la nation] ! Vous ne l’avez jamais crue, jamais aimée, jamais connue ! Si elle n’existe plus, […] c’est votre œuvre ! […] Jamais les princes ne s’étaient tenus aussi éloignés de la nation, comme un parti séparé, et même ils lui faisaient face (I, 171).

Patrie, concept plus opératoire que nation ?

36Ce concept de nation s’oppose en tous points au concept français issu de 1789. Arndt en est conscient, puisqu’il en use comme d’une arme idéologique contre l’influence française. Pourquoi donc, dans ces conditions, l’abandonne-t-il après Iéna au profit, semble-t-il, de celui de patrie ?

37On peut distinguer deux emplois du mot patrie chez Arndt :

  • 6 Voir à ce propos G. Rémi, 1991.

38 Patrie comme valeur suprême, idéal absolu et sacré offert à l’enthousiasme de tous les compatriotes en vue du combat et du sacrifice. Dans ce sens, patrie peut commuter avec idéal patriotique. Il est en construction absolue, sans expansion, comme les autres valeurs ou idéaux auxquels il est généralement associé. Ce sont, par ordre de fréquence décroissante : la liberté, l’honneur, le droit, la vertu, la religion, le roi, la loi, l’ordre, la colère, l’amitié, l’amour, la bonté, la justice, la vie, la force, le peuple6. Or, la plupart de ces concepts, qui ont une dimension à la fois politique et morale, étaient les références idéologiques traditionnelles de l’aristocratie allemande et de la germanité. Les verbes associés relèvent toujours du registre affectif et héroïque qui est traditionnellement celui du patriotisme : être fier de, s’enthousiasmer pour, se battre pour, mourir pour, se sacrifier pour… Quant aux groupes apposés à ces concepts, et qui ont valeur définitoire, ils soulignent, outre la superlativité de ces derniers, leur double appartenance aux mondes humain ou terrestre d’une part, divin ou idéal d’autre part : « Vie et force, patrie et loi, les choses les plus magnifiques et les plus humaines… » (I, 24) ; « la liberté, la justice et la patrie, ces noms les plus sacrés… » (II, 70). Le passage de l’« humain », dans le tome I, au « sacré » dans le tome II, n’est pas fortuit. En effet, la sacralisation et l’idéalisation du concept de patrie en particulier (mais pas de celui de nation !) sont beaucoup plus marquées après Iéna. Ce n’est que dans le tome II en effet qu’Arndt, qui explique que l’« Esprit des temps » (Geist der Zeiten) est à l’œuvre dans l’histoire, donne libre cours à son idéalisme : « Amitié, amour, bonté, liberté, patrie sont quelque chose d’idéal, ils reposent sur le sentiment et la foi en un monde des esprits qui n’est pas visible pour tous » (II, 121). L’affirmation de la nécessaire transcendance de ces concepts est un élément fondamental de la nouvelle stratégie déployée par Arndt après Iéna.

39 Patrie comme sol natal, pays des ancêtres où l’on vit et auquel on est attaché sentimentalement. Arndt en use comme d’une arme aussi essentielle à son combat que le mot dans son sens précédent. Cette fois, la commutation n’est plus possible avec idéal patriotique, mais avec Allemagne par exemple. Dans cette acception plus courante, patrie se charge de certaines caractéristiques déjà présentes dans nation. C’est en effet une Allemagne :

  • unie, tout entière (« une guerre de toute la patrie allemande ») ;

  • idéalisée et personnifiée (« les cris de douleur de votre patrie déchirée ») ;

  • qui est le lieu de toutes les valeurs positives (elle est forte, courageuse, libre, fière ; « l’honneur de la patrie », « la liberté de la patrie ») ;

  • qui est l’objet de tous les sentiments positifs (« le courage le plus frais et l’amour le plus brûlant de votre patrie », « l’enthousiasme pour la patrie »).

40Mais ce qui caractérise surtout l’usage que fait Arndt de ce concept en soi statique, c’est que l’extrême tension entre l’état présent de sujétion et l’état futur de liberté de la patrie, et qui résulte de l’opposition des deux paradigmes respectifs, essentiellement adjectivaux, crée à elle seule une puissante dynamique d’incitation à l’action guerrière :

41Cette dynamique est renforcée par les structures actancielles, tout à fait classiques, du mot : libérer, délivrer, sauver la patrie ; tirer l’épée, créer un enthousiasme, se battre et mourir pour la patrie ; le sacrifice mortel et sacré pour la patrie, une guerre de toute la patrie allemande, etc. Il y a prolifération de ces emplois du mot patrie dans le tome II.

42Mais en plus de ces emplois, patrie présente des traits plus spécifiques, qui se développent aussi presque exclusivement dans le tome II :

43 le trait religieux et d’éternité : l’amour de la patrie devient l’acte sacré, l’objet de culte par excellence : « C’est la plus haute religion que d’aimer davantage sa patrie que les seigneurs et les princes, les pères et les mères, les femmes et les enfants » (II, 85). La religion de la patrie se substitue à celle des Églises devenues obsolètes. Chacun est invité fermement à « regarder la mort dans les yeux pour la patrie éternelle et la gloire éternelle » (II, 64).

44 le trait « supranational » : il n’apparaît que dans le passage suivant :

Notre plus grande patrie est le ciel et la terre, notre grande patrie est l’Europe, notre petite patrie est l’Allemagne. Qui n’aime et ne défend pas sa petite patrie n’est pas digne de la grande ni de la plus grande et n’y accédera jamais […] Nous sommes le nombril de la terre européenne, le point central entre le nord et le sud. (II, 87-88)

45Ne nous y trompons pas : en dehors de la notion de patrie céleste (que l’on retrouve chez Fichte), c’est le rêve de l’Allemagne civilisatrice de l’Europe qui s’exprime ici. On voit bien, dans la phrase finale, le parti germanocentriste et nationaliste qu’il en tire et qui est aux antipodes du cosmopolitisme !

46 le trait territorial : lorsque dans le tome II, Arndt parle des « frontières de la patrie » (II, 18, 74), lorsqu’il évoque les « terres désertes » ou les « rivages de [sa] patrie », et même « l’ancienne et maladroite constitution de la patrie » (II, 78), il remplace les habituels déterminants abstraits du mot par des déterminants concrets, géographiques ou politiques, qui caractérisent habituellement pays voire État. Tout se passe comme si patrie absorbait dans ce tome II la quasi-totalité des traits de sens de nation (ce qui justifie la disparition presque complète de ce mot), de pays et même certains traits d’État, devenant par là même presque une sorte de mot prototypique. Comment expliquer une telle mutation ?

47Entre la rédaction du tome I et celle du tome II, trois ruptures profondes intervinrent qui allaient modifier du tout au tout la question nationale : création de la Confédération du Rhin sous l’autorité de Napoléon, dissolution du Saint-Empire, retour en guerre et défaite humiliante de la Prusse, amputée de près de la moitié de son territoire.

48Dans le tome I, Arndt a entrepris un état des lieux exhaustif, fondé sur ses propres concepts de peuple et de nation, aux antipodes des concepts français correspondants marqués du sceau de la Révolution. Il cherche à convaincre ses compatriotes de la fin prochaine du règne de la raison et des Lumières, à l’œuvre dans la Révolution, mais aussi dans l’« État-machine » de Frédéric II, et totalement étrangères à l’esprit du peuple et de la nation allemandes.

49Dans le tome II, le temps n’est plus à l’état des lieux, peu mobilisateur et parfois accusateur (les princes félons, la désunion), mais à l’action ; il n’est plus à la prise de conscience de soi d’une nation, concept trop abstrait et surtout trop statique, mais à l’enthousiasme pour la défense de la patrie. L’intellect (reconstituer une nation) cède la place à l’affect (aimer sa patrie).Tout est réorienté à cette fin et mis au service de l’efficacité du combat. Ainsi, pour avoir repris le flambeau en 1806, la Prusse se trouve magnifiée, et Frédéric II passe du statut infamant d’« esprit du siècle de l’esprit » (tome I) à celui de grand héros de l’histoire germanique aux côtés d’Arminius ou de Luther ! Arndt va prendre appui sur cette galerie de héros, comme sur la permanence du sol et de la langue (II, 93), pour exalter la germanité et la placer au-dessus de tout. La langue va même servir à déterminer les frontières de la patrie, justifiant le souhait du peuple allemand d’« incorporer ses frères les plus proches, les Suisses et les Hollandais, sans lesquels il ne peut vivre en sécurité » (II, 103). La « teutomanie » si caractéristique du tome II de l’Esprit du temps est déjà sur le point de virer au pangermanisme auquel Arndt succombera franchement vers 1812-13. Il constituera le point extrême de la dérive nationaliste qui est en germe dans le concept de Volksgeist tel qu’il est mis en œuvre dans le premier tome, et qui s’amorce ensuite dans le second avec la prolifération et la divinisation de celui de patrie.

À la recherche des origines : peuple, nation et patrie dans les discours à la nation allemande

50Quoique Fichte, contrairement à Arndt, ait été un défenseur ardent de la Révolution française, force est de constater que de tous les mots du micro-champ, seul État semble a priori en avoir gardé la trace ; c’est à l’État en effet que Fichte confie la réalisation de son plan d’éducation de la nation allemande. Cet État, qui n’est « nullement quelque chose de principiel » (230), est dépourvu de toute transcendance (220). En revanche, peuple, nation et patrie sont affectés, surtout à partir des 7e et 8e discours, d’une dimension métaphysique. Ainsi, peuple est défini, « dans l’acception supérieure du terme », comme « l’ensemble des hommes coexistant en société et se reproduisant, naturellement et spirituellement, sans cesse par eux-mêmes, un ensemble qui est soumis à une certaine loi particulière en vertu de laquelle le divin s’y développe » (216). Un peu plus loin, peuple et patrie se voient conçus tous deux « comme supports et gages de l’éternité terrestre, comme ce qui, ici-bas, peut être éternel » (220). Quant à nation, telle que la voit « la flamme dévorante du patriotisme supérieur », c’est « l’enveloppe de l’éternel » (223).

Les peuples de Fichte

51Peuple (Volk) est ici encore le concept fondateur. Fichte joue consciemment de sa polysémie, s’essayant à des définitions successives afin de cerner au plus près les différentes significations qu’il entend lui donner. Passons, là encore, sur le peuple « inclus » (hors micro-champ), ce « pauvre peuple négligé par tous » pour lequel Fichte, aux antipodes d’Arndt, a les accents d’un militant de l’égalité sociale. Par la vertu de l’éducation de la nation qui supprimera tous les pauvres (286) et plus généralement toute différence entre le peuple et les couches cultivées, élevées et fortunées, il est appelé à disparaître comme tel et à se fondre dans le peuple « incluant ».

  • 7 Toutes deux sont dans le 6e discours. En revanche, « nation allemande » est employé 20 fois. La tra (...)

52Ce peuple « incluant » apparaît parfois, dans son sens commun, dans des locutions au pluriel (les peuples néo-latins, tous les peuples de l’Europe moderne). Mais la caractérisation des peuples telle qu’elle est pratiquée par Arndt est totalement étrangère à Fichte. En témoigne la rareté des adjectifs qualificatifs associés à Volk, et d’ailleurs l’absence presque totale d’adjectif de nationalité : il n’y a par exemple que deux occurrences de « peuple allemand » dans les Discours7 ! En effet, Fichte analyse tantôt ce qu’est un peuple (ein Volk), donc le concept en soi, tantôt ce qu’est le peuple (das Volk), et il s’agit alors des « Allemands ». Mais les deux finissent par se recouvrir. Ce peuple a des qualités (l’imagination, la sensibilité, l’esprit, l’âme, l’intuition…), est l’objet d’un certain nombre d’actions (il est éduqué, est trompé, est incité à créer, est abaissé…), mais est aussi actif par lui-même (il fait des actions éclatantes, se développe, évolue, triomphe, se gouverne…).

53Les principaux traits caractéristiques de ce peuple sont :

  • une langue commune : c’est le trait essentiel, comme il apparaît dans la définition suivante : « Si l’on appelle peuple des hommes dont l’organe vocal subit les mêmes influences extérieures, qui vivent ensemble et qui cultivent leur langue à travers les communications qu’ils ne cessent d’entretenir les uns avec les autres […] » (122). Un peuple s’identifie à ce point à sa langue que Fichte emploie fréquemment le groupe nominal (avec extension au génitif) « un peuple d’une langue vivante » (ou « morte ») ;

  • une origine commune : ce trait découle logiquement du précédent, l’ensemble des deux tendant à donner l’image d’une communauté très homogène mais fermée, parce que tirant son identité de son passé et de son histoire : « Un tel tout ne peut accepter en lui aucun peuple procédant d’une autre origine et parlant une autre langue, ni vouloir se mélanger à lui, sans pour le moins commencer par brouiller son identité et troubler puissamment la progression uniforme de sa culture » (324).

  • une mentalité commune – l’esprit, la sensibilité d’un peuple, dont la poésie et la philosophie constituent le miroir (147-148) ;

  • l’intensité de la vie communautaire, des communications et des échanges permanents (122), indispensables facteurs d’homogénéité.

54Rappelons, après A. Renaut, que Fichte écarte explicitement le critère du sang commun et donc de la pureté raciale (120-121). Avec ce peuple-là, Fichte n’en est pas moins en rupture avec le concept qui triompha en 1789, et bien davantage en harmonie avec le Volk magnifié alors par les romantiques allemands.

55Mais il existe un second sens du peuple « incluant », comme en témoigne le titre du 8e discours : « Qu’est-ce qu’un peuple, au sens supérieur du terme […] ? ». En réalité, dès le 4e discours, Fichte concentre son analyse du concept de peuple sur l’étude des caractères spécifiques des seuls « Allemands » par opposition aux « autres peuples de provenance germanique » considérés globalement et souvent désignés par le terme collectif « l’étranger ». Plus exactement, Fichte, intervertissant les mots du thème et du prédicat, s’interroge non point sur les Allemands comme peuple originel, mais sur le « caractère originel et allemand d’un peuple » (titre du 7e discours). Il entraîne ainsi progressivement ses lecteurs à identifier « un peuple au sens supérieur du terme », qu’il appelle aussi « le peuple purement et simplement » ou « par excellence » (schlechtweg), aux « Allemands ». Ce sens 2 se démarque du précédent :

56— par l’affirmation, à partir des traits de langue et d’origine communes, du caractère originel ou primitif d’un tel peuple : il est issu du peuple-souche (Stammvolk), les Germains, dont il a conservé sans interruption l’aire géographique (119) ainsi que la langue, restée « vivante », avec toutes les intuitions qu’elle véhicule (128).

57— C’est donc un peuple originel (Urvolk) par opposition aux peuples « dérivés », « de second ordre ».

58— par la dimension métaphysique et morale (318) qui affecte en particulier les deux autres traits : la vie communautaire y est avant tout spirituelle (216), et la mentalité commune n’est plus fondée seulement sur l’esprit comme pour tout peuple « d’une langue morte », mais aussi sur l’âme, apanage exclusif d’un peuple « d’une langue vivante » (139).

59— par le trait supplémentaire d’« éternité terrestre » (218…).

  • 8 Comme nous l’a rappelé Louis Basset, deutsch (allemand) est dérivé d’une racine germanique signifia (...)

60L’adéquation entre « des Allemands » (Deutsche) d’une part, « le peuple par excellence » d’autre part, va dès lors de soi : « Seul l’Allemand, c’est-à-dire l’homme de l’origine, […] a véritablement un peuple » (211)8. Jamais cependant, Fichte, soucieux semble-t-il de garder ouvert le concept et d’éviter ainsi l’écueil patent du nationalisme, ne pose l’identité a priori entre le peuple allemand (on a vu qu’il employait très peu l’expression, lui substituant l’indéfini pluriel !) et le peuple « par excellence ». L’étonnante définition qu’il donne de ce dernier dans le 7e discours allie la foi en des idéaux issus de l’Aufklärung et une pensée encore largement universaliste, ouverte sur l’avenir, à une conception du peuple que résume le paradigme synonymique final, et qui ne doit plus rien au 18e siècle, mais participe du concept romantique de nation fondé sur le culte du passé (l’origine, la langue, la culture communes) :

Croit-on à l’existence, en l’homme lui-même, de quelque chose d’absolument premier et d’originel, à la liberté, à la possibilité d’un amendement infini, à un progrès éternel de l’espèce ? […] Tous ceux qui vivent eux-mêmes une existence créatrice et productrice de nouveauté, […] ou encore ceux qui, sans être allés aussi loin, ont en tout cas un pressentiment de la liberté et […] l’aiment, tous ceux-là sont des hommes originels, ils constituent, quand on les considère comme un peuple, un peuple originel, le peuple par excellence, bref : des Allemands (205, traduction modifiée).

La nation fichtéenne, plus réelle que transcendante

Du peuple à la nation

61Comme chez Arndt, « peuple » et « nation » sont parfois quasi synonymes. Ainsi, lorsqu’ils sont employés, sans autre extension, en alternance dans un contexte où ils paraissent interchangeables :

Que Luther […] se fût adressé à tous, et d’abord à la totalité de sa nation, c’était, comme on l’a dit, dans la logique des choses. Comment son peuple accueillit-il ce qu’il proposait ? (170)
De même qu’à l’évidence, partout où l’on rencontre une langue particulière, il existe aussi une nation particulière qui a le droit […] de se gouverner elle-même, on peut dire, à l’inverse, que, dès qu’un peuple a cessé de se gouverner, il est aussi obligé de renoncer à sa langue et de se fondre dans les vainqueurs (314).

62Les deux mots sont très proches ; « nation » est tributaire de « peuple », dont il intègre les traits principaux :

63la langue : elle est pour Fichte le miroir de la vie matérielle et spirituelle d’une nation (136). Il va jusqu’à parler de « l’appareil phonatoire » d’une nation (162) ! Et comme il y a deux types de peuples selon que la langue en soit vivante ou morte, il y a deux types de nations (139).

64la mentalité : la nation allemande, dit Fichte, doit être « suffisamment unie par une langue et une mentalité communes » (324). Ce trait est surtout présent dans les collocations (« les particularités nationales des Allemands »…).

  • 9 Une ou deux fois, Fichte évoque la « nation initiale » (157/158) dont une partie, ayant adopté la l (...)

65l’origine : le trait originel de peuple (au sens 2) affecte aussi le sémantisme de nation, par exemple lorsque Fichte affirme que « la source de la vie originelle » a continué à jaillir dans la nation allemande comme dans aucune autre nation (183)9.

66la dimension métaphysique, l’éternité : La nation, on l’a vu, est l’« enveloppe de l’éternel ». En effet, à l’« éternité terrestre » du peuple par excellence correspond la « pérennité autonome » de la nation pour l’être noble : celui-ci meurt pour que sa nation vive et qu’il vive en elle éternellement (219). Cela dit, il n’y a pas de nation « au sens supérieur du terme », mais plutôt une dimension spirituelle inhérente au concept. Elle permet à Fichte de conférer à la nation allemande un trait « ascendant » particulièrement valorisant.

67Mais d’autres traits, de caractère politique, sont spécifiques à la nation :

68la liberté et l’indépendance : la nation allemande doit « reconquérir et ensuite conserver son indépendance » (256). Pour Fichte, ce trait l’emporte sur celui de la langue, qui est une condition nécessaire, mais non suffisante, de l’existence d’une nation. Il dénonce ainsi l’idée « légère et superficielle » que « tout en ayant perdu notre indépendance politique, nous conservons cependant notre langue et notre littérature, [et] qu’à cet égard nous restons une nation » (312).

69l’unité : autre trait essentiel, l’unité de la nation, condition de la puissance et de la paix, commence par celle des esprits (« une langue et une mentalité communes » ; « une unique volonté et une unique force commune » (324, 327). Mais son contenu politique révèle le révolutionnaire qu’il est resté. Il qualifie ainsi de « grand désastre » l’éventualité qu’un « État allemand particulier » puisse être tenté « d’unifier sous sa direction toute la nation allemande et de substituer une monarchie à la traditionnelle république des peuples » (238). Fichte dénonce ici la conception, partagée par Arndt, d’une unité allemande réalisée par la monarchie prussienne ou autrichienne.

70la puissance, la force : elles résultent des deux traits précédents. Unie et indépendante, la nation, maintenant « privée de la plus grande partie » de ses forces (61), recouvrera « sa puissance pleinement développée » (183).

71Tous ces attributs de nation sont valorisants, et Fichte réfute ceux qui ne le seraient pas (elle n’est pas « vieillie et sans force », ni « lâche et timorée »).

72Des trois concepts examinés ici, la nation est le moins métaphysique, en tout cas celui qui a la plus grande charge de réalité… terrestre. Fichte le reconnaît implicitement lorsqu’il énumère les affaires de la terre qu’il reproche aux premiers chrétiens d’avoir abandonnées : « l’État, la patrie terrestre et la nation » (212). Et il précise en condamnant comme contraire à « l’état naturel » et à « la règle du cours du monde » ce « retrait hors des affaires de l’État et de la nation » (213). Nation est plus actualisé, moins transcendant que peuple. La nation est au cœur des préoccupations concrètes de Fichte, comme le peuple est au cœur de ses préoccupations abstraites.

La nation, acteur de l’histoire

  • 10 Cette allusion - conciliante à cause du risque de censure – est l’une des rares à évoquer la dissoc (...)

73Une nation, c’est bien « l’enveloppe » d’un peuple – voire de plusieurs, comme lorsque Fichte évoque ces princes allemands qui après avoir trahi leur nation « par goût de l’étranger » ont fini par « s’accorder avec elle, et par prendre pitié de leurs peuples » (172)10. En ce sens, nation est bien un concept de niveau supérieur à peuple. C’est ce qui permet à Fichte de parler du « peuple commun de la nation allemande » (237) ou de « la nation qui, jusqu’à aujourd’hui, se nomme le peuple par excellence » (206).

  • 11 Tout comme Luther s’adressait à la totalité de « sa nation » – alors que, non moins logiquement, c’ (...)

74Contrairement au peuple, la nation n’est plus marquée par l’individualité, elle est dépourvue d’affects. En revanche, elle a des droits, comme celui « de se soucier en toute indépendance de ses affaires et de se gouverner elle-même » (314). Elle a aussi des devoirs : elle doit résister, lutter, se relever, se développer, décider de son avenir… Elle vit, a une histoire, une destinée, un mérite… Bref, elle est l’acteur principal de l’histoire, comme en témoigne par ailleurs au plan grammatical son association privilégiée avec un nombre considérable de verbes d’action. C’est donc en toute logique que Fichte lui adresse ses Discours11 C’est aussi ce qui permet à la nation allemande, relais entre le peuple et l’humanité tout entière (179), de se voir assigner la mission de régénérer le monde (359).

75C’est elle en effet qui se trouve au cœur du grand projet des Discours, à savoir l’éducation nationale allemande. Non qu’elle en ait la charge matérielle, qui incombe à l’État. Mais, de manière comparable aux deux états de la patrie chez Arndt, c’est ici la nation qui est mise en demeure de passer de la situation d’effondrement qui est la sienne en 1807/8 au redressement régénérateur. Le même schéma permet de rendre compte de cette même tension entre le présent et le futur, qui là encore ne peut se résoudre que par l’action :

76Mais par rapport a Arndt, trois différences essentielles s imposent :

  • les deux paradigmes adjectivaux qualifiant patrie chez Arndt font place à deux paradigmes verbaux, dont nation est le sujet passif (1) puis actif (2) ;

  • l’action éducatrice remplace l’action guerrière. La nation est généralement l’objet de cette action (« former et éduquer la nation »), avant d’en être le sujet (la nation « éducatrice de chacun des peuples de l’Europe moderne »).

  • le fait que la nation se soit substituée à la patrie est significatif de l’opposition entre un Arndt qui, au diapason des romantiques de son temps, mise sur le sentiment et l’affectivité (abandon de nation au profit de patrie et recours aux adjectifs eu égard à la finalité guerrière), et un Fichte qui, héritier en ceci de 1’Aufklärung et de la Révolution, fait fond sur les capacités de raisonnement et de perfectibilité (la nation, concept plus « objectif », associée à des séries verbales qui s’inscrivent dans un processus logique et dynamique).

Des patries au patriotisme supérieur

Synonymie partielle entre patrie et nation

77De même qu’il y a des emplois quasi synonymiques de peuple et de nation, il existe un recouvrement partiel très limité entre les aires sémantiques respectives de nation et de patrie (Vaterland, littéralement « pays-père »). Fichte demande ainsi au début du 8e discours (211) : « Qu’est-ce que le patriotisme [l’amour de la patrie], ou, pour nous exprimer de façon plus exacte, qu’est-ce que l’amour de l’individu envers sa nation ? » (tout en précisant que poser cette question équivaut à se demander ce qu’est un peuple !). La clé de cette synonymie se trouve, me semble-t-il, dans la conception fichtéenne de l’amour « véritable », qui ne s’enflamme « que dans l’éternel » : « Qui ne se perçoit pas d’abord comme éternel, n’éprouve aucun amour » (219). Or, ce trait d’éternité est commun à « peuple », à « nation » et à « patrie ». Aussi Fichte estime-t-il que seul celui qui, à travers la pérennité de son peuple, se perçoit comme éternel (or « seul l’Allemand, l’homme de l’origine, a véritablement un peuple » !) est capable d’aimer véritablement sa patrie (219) ou, en tant que collectivité spirituelle et éternelle, sa nation (211). Tout se passe comme si, dans la dimension de l’éternité (terrestre) et dans le registre de l’amour, l’idéal de la nation et celui de la patrie se rejoignaient. Cela dit, il n’y a que deux occurrences, à fonction didactique en quelque sorte, d’amour pour la nation dans les Discours. Fichte utilisera ensuite systématiquement les termes plus usuels de patriotisme ou d’amour de la patrie.

De la patrie au patriotisme

78Le mot patrie se trouve d’abord pris dans deux collocations en opposition, à savoir la patrie terrestre et la patrie céleste. Si Fichte fait mention à plusieurs reprises de la patrie céleste, c’est pour condamner ceux qui s’y réfugient au détriment de la patrie terrestre : « Celui qui considère éventuellement comme éternelle sa vie invisible, mais non point sa vie visible, peut sans doute avoir un ciel et situer dans celui-ci sa patrie ; mais, sur cette terre, il n’a nulle patrie » (219). C’est pour Fichte « une utilisation fort perverse de la religion » que d’accepter ainsi de n’avoir plus aucune patrie terrestre, c’est-à-dire d’être « ici-bas des exilés et des esclaves » (212). Cette vive et assez subversive incitation à s’occuper des affaires terrestres confirme l’importance du concept de patrie (terrestre) dans le projet de Fichte.

79Sa polysémie est comparable à celle de peuple. Ne sont-ils pas tous deux « supports et gages de l’éternité terrestre » (220) ? Et Fichte n’affirme-t-il pas que l’amour de la patrie était possible et a réellement existé jusqu’alors chez les Allemands « parce qu’ils sont un peuple originel » (230) ? Comme peuple, patrie a un sens « supérieur » et un sens habituel :

Cet esprit qu’il faut faire surgir [grâce à la nouvelle éducation] contient immédiatement en lui le patriotisme supérieur, la conception de la vie terrestre comme vie éternelle et de la patrie comme support de cette éternité, et s’il est inculqué à des Allemands, il contient aussi l’amour de la patrie allemande comme l’un de ses éléments nécessaires. (243)

80Aux deux sens de patrie correspondent ceux, exactement parallèles, de patriotisme (Vaterlandsliebe, littéralement « amour de la patrie »).

81On voit bien ici la place de patrie dans l’édifice conceptuel de Fichte. Si nation est le nécessaire acteur de l’histoire, patrie est, pour le peuple, l’indispensable moteur de l’action :

82— d’une part, traditionnellement, l’idéal auquel on est attaché affectivement (aimer sa patrie, l’attachement fidèle à la patrie…) et pour lequel on souffre et on se bat jusqu’à la mort (combattre pour la patrie, la mort pour la patrie, consentir efforts et sacrifices pour la patrie…) ;

83— d’autre part, non moins traditionnellement, le territoire auquel correspond cet idéal (sur tout le sol de la patrie, délimiter le territoire de la patrie) :

Aussi loin que s’étendait la langue allemande, chacun de ceux qui voyaient le jour dans cette aire pouvait se considérer doublement comme citoyen, d’une part de l’État particulier où il était né […], d’autre part de toute la patrie commune à la nation allemande. Chacun avait le droit, sur toute l’étendue de cette patrie, de chercher à se procurer la culture la plus appropriée à son type d’esprit. (231, trad, modif.)

84Cela dit, on a (ou pas) une patrie ; mais celui qui n’en a pas, « il faut le plaindre » ! (219). Contrairement à peuple et surtout à nation, patrie n’est jamais sujet d’un verbe d’action, mais toujours objet – de l’amour, du combat… Et patrie est particulièrement pauvre en extension adjectivale (hormis allemande, terrestre, céleste, primitive).

85Il est vrai que le concept dérivé de patriotisme/amour de la patrie (Vaterlandsliebe) qui, on l’a vu ci-dessus, possède les deux mêmes facettes sémantiques que la patrie, permet d’« activer » cette dernière par le biais de l’explicitation de la relation affective. Si le patriotisme supérieur souhaite « l’épanouissement de l’éternel et du divin dans le monde » (220), le patriotisme allemand pour sa part (si tant est qu’on puisse dissocier les deux) a lui aussi des « intérêts » (230, 238) pour la défense desquels il se montre très actif : il « a perdu son siège ; il doit en obtenir un autre, plus large et plus profond, où il puisse, dans l’ombre, tranquillement s’établir et se fortifier, pour apparaître, le moment venu, dans toute la vigueur de sa jeunesse et redonner à l’État l’indépendance perdue » (240). Sa fonction essentielle est en effet de « régir l’État lui-même, comme une autorité suprême, ultime et indépendante » (220).

La « mère-patrie », élément de cohérence interne du microchamp

86Le mot Mutterland (mère-patrie ou plutôt, littéralement, pays mère), absent chez Arndt, a incontestablement sa place dans le micro-champ des Discours. Ses contextes le distinguent à la fois de nation et de patrie. Certes, il présente avec le premier quelques points communs comme le trait d’« indépendance », sa fréquente introduction au moyen de la préposition « dans » ou bien encore le fait d’être éventuellement sujet de verbes d’action. Mais ce qui caractérise surtout l’emploi de ce terme par Fichte, c’est qu’il est opposé non point comme on pourrait s’y attendre à Vaterland (patrie), mais à Ausland (l’étranger). Mieux que « patrie primitive », expression que Fichte n’utilise qu’une fois, la « mère-patrie » lui permet de désigner tout à la fois :

87— l’Allemagne de son temps comme le pays mère de toute l’Europe, le seul qui soit toujours resté fidèle (langue, sol, mentalité) aux origines « germaniques » de celle-ci, et donc les Allemands comme ceux qui, étant restés dans la mère-patrie, en ont conservé toutes les vertus ancestrales (180) ;

88— les autres pays, particulièrement les pays néo-latins, comme l’étranger, c’est-à-dire ceux qui ont choisi de vivre à l’extérieur de « leur » mère-patrie.

89Ce mot que Fichte n’utilise que dix fois, dans les 5e 6e et 7e discours centrés sur la recherche de la spécificité allemande (die Deutschheit), lui permet de compléter le micro-champ et d’en assurer l’équilibre interne. Il est en effet, au plan territorial, l’exact correspondant de ce qu’est, au plan humain, le « peuple originel » constitué d’« Allemands » par opposition aux « autres peuples de provenance germanique » (peuples dérivés). Le parallélisme va plus loin encore, car :

90— la mère-patrie est investie d’une valeur de transcendance par rapport à la « nation commune », comme l’est le « sens supérieur » de « peuple » par rapport à son sens habituel. En effet, pour Fichte, la reconnaissance mutuelle des deux parties de la nation commune « pourrait bien devoir procéder d’abord de la mère-patrie, en tant que c’est elle, avant tout, qui est investie du sens des choses profondes » (160).

91— du fait de la prééminence du trait d’origine dans l’un et l’autre concept, Mutterland se trouve, tout comme Urvolk en regard des autres peuples, en position supérieure par rapport aux autres pays. Ainsi Fichte, qui contrairement à Arndt est très soucieux de la dimension interculturelle, approuve-t-il l’« impulsion » que « l’étranger donne à sa mère-patrie » (en philosophie, en sciences politiques) ; mais c’est pour préciser ensuite que cette dernière a mené plus loin l’application « en dépassant ici aussi de loin, comme toujours, […] son modèle » (186, 191).

92Le fait que le trait d’origine soit ici spécifié par le déterminant Mutter- au lieu de Ur- ou Stamm- ou encore l’adjectif ursprünglich (originel) confère à ce trait une charge affective particulièrement forte. Celle-ci me semble culminer dans deux métaphores maternelles, l’une de l’engendrement et de la fécondité, l’autre du cordon ombilical (à ne pas couper !) qui durent faire la délectation des lecteurs « romantiques » des Discours :

L’étranger est la terre d’où des vapeurs fécondes se dégagent et s’élèvent jusqu’aux nuages […] La mère-patrie est ce ciel éternel qui entoure la terre, et où les vapeurs légères se condensent en nuages, lesquels […] retombent en formant une pluie vivifiante qui réunit le ciel et la terre, et qui fait germer du sein de cette dernière les dons venus du ciel. (161, trad, modif.).
Mais si, dans son aveuglement […], l’étranger devait en venir à priver sa mère-patrie de son indépendance, et ainsi à l’anéantir, à l’absorber en lui, il romprait pour lui-même, si telle était son intention, le dernier fil par lequel il se rapportait encore, jusqu’ici, à la nature et à la vie, et il serait voué entièrement à la mort spirituelle (160).

93Du peuple et de la langue originelles à la mère-patrie, il y a certes une palette conceptuelle cohérente, que l’on pourrait qualifier de « maternelle ». Elle est parfois la seule chose que l’on ait retenue des Discours, ce qui a permis de considérer Fichte comme un compagnon de route des premiers romantiques allemands. D’autres ont privilégié l’autre face, en quelque sorte « paternelle », de ces mêmes concepts, au point de figer cet aspect de la pensée fichtéenne dans la fidélité sans faille aux idéaux de l’Aufklärung et de la Révolution. En dégageant la polysémie des concepts de base du micro-champ, en mettant en évidence l’existence de cette dualité à la fois à l’intérieur de chaque concept (dans des proportions variables) et entre les concepts eux-mêmes (peuple et mère-patrie d’une part, nation et patrie terrestre d’autre part), l’examen ci-dessus ne peut que corroborer, me semble-t-il, les récents travaux d’A. Renaut ; concilier la fidélité critique aux principes révolutionnaires et les exigences d’une reconstruction de la nation allemande prenant en compte la nouvelle sensibilité allemande de ce début du 19e siècle, telle semble avoir été en effet l’ambition de Fichte dans ces Discours.

94Dans cette perspective, on voit bien ce qui rapproche et sépare les deux ouvrages examinés ici. Dès le concept fondateur de peuple, la coupure avec le peuple souverain de la Révolution française est évidente (si l’on exclut chez Fichte le peuple « inclus » qui n’appartient pas au micro-champ). Explicite et militante chez Arndt avec l’exaltation antirévolutionnaire du Volksgeist (largement amputé de la dimension d’universalité encore présente chez Herder) et des valeurs irrationnelles caractéristiques des plus grands peuples, elle est implicite chez Fichte. Pour ce dernier en effet, le peuple est magnifié en fonction non de son rôle politique, mais de sa « primitivité » liée à la qualité originelle et vivante de sa langue. À la différence d’Arndt toutefois, qui ouvre la voie au peuple fermé sur lui-même des romantiques et, à partir d’Iéna, à l’exaltation de plus en plus vibrante des seules valeurs de la germanité, Fichte jette un pont entre les deux conceptions en ouvrant son concept – et donc en reconnaissant la qualité d’Allemands – à quiconque partage sa foi en la liberté et le progrès continu du genre humain « où qu’il soit né et quelle que soit sa langue » et, inversement, en refusant cette qualité à tout partisan de l’immobilité et de la régression « où qu’il soit né et quelle que soit sa langue » (206).

95Greffé sur le concept de peuple, celui de nation ne peut, lui aussi, que tourner le dos à celle des révolutionnaires de 89. On pense aussitôt à l’opposition, évoquée en introduction, entre « nation-contrat » et « nation-génie ». Il est incontestable qu’Arndt contribue, avec la notion d’hétérogénéité et de hiérarchisation des cultures nationales enracinées dans le passé propre à chacune, à illustrer l’idée de la « nation-génie » développée par A.W. Schlegel dès 1803. Contrairement à Fichte, il n’en entrevoit pas les dangers, même s’il refuse tout retour à un empire chrétien « de nation allemande » dont rêvent bien des romantiques de son temps. Quant à Fichte, Alain Renaut (1988, 1991, présentation des Discours) a fort bien montré comment il aurait tenté de dégager une troisième idée de la nation qui corrigerait les insuffisances des deux autres en ouvrant la communauté nationale à un avenir sans la fermer totalement à son passé et sa culture ; dès lors, la nationalité ne se penserait plus exclusivement en termes de libre adhésion ou à l’inverse de simple appartenance ethnique, mais en termes d’éducabilité.

  • 12 On peut y voir, conformément à ce qu’affirme Marcel Pérennec, le passage du sens ancien au sens mod (...)

96Mais il faut souligner ici que, chez Arndt comme chez Fichte, l’idée de nation ne coïncide pas avec le signifié de nation, mais emprunte aux divers mots du micro-champ, et tout particulièrement à peuple. Certes, la nation est exaltée chez l’un comme chez l’autre. Mais ce faisant elle se « politise », elle intègre – contrairement au peuple – une certaine réalité politique (morcellement, faiblesse…) de l’Allemagne de ce temps12. En témoignent les traits spécifiques d’unité, d’indépendance ou de puissance de la nation d’Arndt et de Fichte. Si le premier célèbre la génialité de son peuple, il ne la reporte pas pour autant sur la nation ; et si Fichte intègre à « nation » les traits principaux de « peuple », il prend soin de préciser que les traits politiques spécifiques de la nation (la liberté, l’indépendance) sont plus constitutifs de celle-ci que les traits culturels comme la langue ou la littérature (312). Leur nation à tous deux est plus « politique » et bien moins « romantique » que leur peuple. En construisant « nation » à partir de « peuple », ils abandonnent en chemin les affects dont ce dernier est porteur.

97Mais le faisceau de traits « ascendants » qui caractérisent la nation allemande à bâtir suffit-il à en faire un concept susceptible de convertir les mentalités des compatriotes ? C’est sur ce point que les deux auteurs divergent à nouveau. Arndt, dont la nation est bien plus abstraite et désincarnée que le peuple, finit, on l’a vu, par lui préférer le concept de patrie. Ce dernier est en effet infiniment plus chargé d’affectivité et (ce n’est pas contradictoire) de sacralité, et en ce sens plus apte à déclencher les émotions que nécessite la mobilisation des cœurs en vue de l’action guerrière. Fichte en revanche parie sur la nation, tout simplement parce que ce concept est de beaucoup le mieux adapté à l’action éducative qu’il entend promouvoir. La nation fichtéenne est, elle, plus concrète et moins transcendante que le peuple. Acteur de l’histoire, elle est au cœur de la dynamique du redressement et de la régénérescence. Dans cette perspective, la patrie apparaît plutôt comme un adjuvant, un stimulant de ce processus. Elle réintroduit l’affectivité par le biais du patriotisme et, par là même, la dimension métaphysique, toutes deux reléguées au second plan dans le concept de nation. Parallèlement, la mère-patrie réactualise avec force l’émotion que véhicule l’exaltation des origines sur fond d’image maternelle…

98Si l’on peut dire que par ces deux ouvrages, Arndt et – si comme le firent les romantiques allemands l’on ignore les garde-fous qu’il a lui-même posés – Fichte se sont placés « aux sources du nationalisme allemand », ce n’est sûrement pas du fait du concept de nation, mais plutôt de ceux de peuple (chez l’un et l’autre), de patrie (chez Arndt) et de mère-patrie (chez Fichte). N’est-ce pas en remplaçant nation par patrie qu’Arndt a ouvert la voie à ses excès pangermanistes ? Au contraire, la nation apparaît, chez l’un comme chez l’autre, comme le meilleur garant de toute dérive nationaliste. On peut y voir, malgré tout, comme un effet indirect et, du moins chez Arndt, inconscient de la nation révolutionnaire de 1789…

Bibliographie

Bibliographie

Dann O., 1993 – Nation und Nationalismus in Deutschland, 1770-1990, München, C.-H. Beck. (On y trouvera une bonne bibliographie allemande sur le sujet)

Dumont L., 1983 – « Le peuple et la nation chez Herder et Fichte », Essais sur l’individualisme, Seuil, coll. Points essais no 230, p. 134-151.

Eskénazi A., 1979 – « “Peuple” et “Nation” dans L’Esprit des loix. Quelques remarques d’un lexicologue », dans Études sur le 18e siècle, Université de Clermont 2, Publications de la Faculté des lettres, p. 41-57.

Finkielkraut A., 1987 – La Défaite de la pensée, Paris, Gallimard, coll. folio, essais no 117.

Merlio G., 1995 – « Le Romantisme politique et l’idée de nation », dans Knopper F. et Merlio G. (éd.), Naissance et évolution du libéralisme allemand (1806-1849), Presses universitaires du Mirail, p. 27-48.

Rémi G., 1991 – « Les patriotes allemands et la France napoléonienne : l’exemple d’Ernst Moritz Arndt », dans Michaud S. (éd.), L’impossible semblable. Regards sur trois siècles de relations littéraires franco-allemandes, Paris, Sedes, p. 41-68.

Renaut A., 1988 – « L’idée fichtéenne de nation », Cahiers de philosophie politique et juridique no 14, Université de Caen, p. 191-205.

Renaut A., 1991 – « Logiques de la nation », dans Delannoi G. et Taguieff P.-A. (éd.), Théories du nationalisme, Paris, Kimé, p. 29-46.

Thalmann R., 1993 – « Le concept de nation en France et en Allemagne », Études allemandes no 6, Université Lumière Lyon 2, p. 101-113.

Notes

1 Et donc de la nation allemande dont l’Empereur était le représentant. Elle regroupait traditionnellement de très nombreux « États » (der Staat), dont chacun était sous l’autorité d’un prince.

2 Toutes les citations de L’Esprit du temps, traduites par moi, font référence à l’édition d’A. Leffson et W. Steffens, 1912 – Arndts Werke in zwölf Teilen, Leipzig, Bong & Co. (I ou II pour le 1er ou le 2e tome).

3 P. 337 de la traduction des Discours par Alain Renaut, Imprimerie nationale, 1992, qui sera notre référence. Elle se fonde sur l’édition allemande des œuvres de J.-G. Fichte : Fichtes Werke, t. VII, Walter de Gruyter & Co., Berlin, 1971.

4 Ces deux concepts sont d’Alain Renaut, 1988, p. 193. Dans La Défaite de la pensée, Alain Finkielkraut faisait déjà une analyse très contrastée de ces deux conceptions, dont il attribuait la paternité respective à Herder et à l’abbé Sieyès.

5 Voir A. Eskenazi, 1979, p. 55.

6 Voir à ce propos G. Rémi, 1991.

7 Toutes deux sont dans le 6e discours. En revanche, « nation allemande » est employé 20 fois. La traduction généralement très fidèle d’A. Renaut ne peut évidemment servir de référence sur des points aussi précis, comme en témoigne par exemple le fait que l’expression das Volk schlechtweg oder Deutsche (le peuple par excellence, autrement dit : des Allemands) soit traduite par « le peuple par excellence, autrement dit le peuple allemand » (206). De même, p. 152, Mutterland (mère-patrie) est traduit exceptionnellement par « patrie ».

8 Comme nous l’a rappelé Louis Basset, deutsch (allemand) est dérivé d’une racine germanique signifiant peuple…

9 Une ou deux fois, Fichte évoque la « nation initiale » (157/158) dont une partie, ayant adopté la langue de l’Antiquité, est devenue « étrangère », ou encore les deux parties de la « nation commune » (159/160). Il s’agit là de la vieille « nation » germanique, enveloppe du peuple originel, qui aurait donné naissance d’une part à la nation allemande, d’autre part aux « autres nations européennes ». En tout cas, peuple n’est pas antérieur à nation comme pour Arndt, bien au contraire ; Fichte ne parle-t-il pas de cette « vieille et honorable nation, racine de la plupart des peuples de l’Europe moderne, éducatrice de chacun » (318) ?

10 Cette allusion - conciliante à cause du risque de censure – est l’une des rares à évoquer la dissociation entre les princes (pronapoléoniens) et la nation. Fichte ne considère pas les princes comme les « représentants de la nation ». Les seules fois où il emploie cette expression, c’est pour désigner, dans le dernier discours, les intellectuels qui constituent son auditoire à l’Université de Berlin (354, 377) !

11 Tout comme Luther s’adressait à la totalité de « sa nation » – alors que, non moins logiquement, c’était « son peuple » qui accueillait ses propositions.

12 On peut y voir, conformément à ce qu’affirme Marcel Pérennec, le passage du sens ancien au sens moderne du mot par l’intégration progressive du trait de sens « organisation politique ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

Auteur

Université Jean Monnet Saint-Étienne.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site