Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Troisième partie. Au temps de Valdès

Lyon du XIe au XIIIe siècle : des transformations tardives1

Texte intégral

  • 1 Version largement remaniée, mise à jour et pourvue d’un appareil critique du livre II, chapitre III (...)
  • 1 Cf. dans ce sens la « méditation historique » (selon les propres termes d’une lettre de l’auteur) e (...)

1Entre l’an mil et la fin du XIIIe siècle, l’Occident a connu une prodigieuse expansion démographique et économique, des transformations politiques et sociales conduisant aussi bien à la réapparition progressive de structures étatiques qu’à la reconnaissance de la place particulière des villes et de leurs habitants dans la société, et enfin une très profonde évolution tant dans la manière de penser et de croire, que dans le contenu de cette pensée et de cette croyance. Face à ce canevas général, l’évolution lyonnaise paraît singulièrement déphasée1. Comme si la vigueur des structures solidement établies ici à l'époque carolingienne, et consolidées depuis, ainsi qu’on l’a vu, avait été suffisante, au moins jusque vers la fin du XIIe siècle, pour faire obstacle aux transformations perçues ailleurs. Comme si les données de la situation géopolitique de la ville, qui la plaçait en marge des zones et des pouvoirs moteurs de l’évolution, avaient constitué désormais autant de handicaps, qui ne furent vraiment levés qu’au début du XIVe siècle.

  • 2 Le document sur lequel on se fonde pour avancer alors un chiffre de la population lyonnaise est la (...)
  • 3 R. Fédou, « L’essor de Lyon (dernier tiers du XIIe siècle) », Mélanges en l'honneur de Étienne Foum (...)

2Ce décalage n’a pas néanmoins empêché la population de la ville d’augmenter, mais sans qu’il soit possible de dire dans quelle proportion. Si on peut, en effet, commencer à avoir une idée de son importance au début du XIVe siècle2, les sources disponibles interdisent toute évaluation un tant soit peu sérieuse pour les trois siècles précédents. On a simplement l’impression, en scrutant l’évolution topographique de la cité, que le nombre de ses habitants a dû croître beaucoup plus vite à partir de la fin du XIIe siècle. L’ouverture économique accuse, elle aussi, un retard certain. Ses premières manifestations significatives sont à placer au même moment3. Quant aux transformations des structures du pouvoir, le décalage est encore plus évident. L’archevêque, maître de la ville au début du XIe siècle, conserve cette autorité à la fin du siècle suivant, mais au prix d’une âpre lutte, de plus en plus anachronique, avec l’autorité seigneuriale concurrente, celle du comte de Forez, et non avec les habitants de la cité. Ce n’est qu’après 1200, en effet, avec un bon siècle d’écart par rapport aux villes du nord du royaume de France ou d’Italie par exemple, que les Lyonnais entreprennent, lentement, de secouer la tutelle archiépiscopale. Ils n’y parviennent qu’au début du XIVe siècle. Ce conflit interminable permit à des puissances étrangères à la ville, au premier rang desquelles le roi de France, d’y prendre pied. Enfin, la même résistance aux nouveautés est évidente à Lyon dans le domaine religieux. Malgré les apparences, on y manifeste assez peu d’enthousiasme pour la réforme dite grégorienne. Par ailleurs, si, au début du XIIIe siècle, les ordres mendiants sont accueillis ici sans retard, on ne perçoit pas vraiment d’ouverture aux grands courants de pensée qui traversent alors l’Occident. Jusqu’à la fin du XIIe siècle ce sont donc les structures anciennes qui semblent toujours dominer l’histoire de Lyon. Les transformations essentielles n’interviennent, elles, qu’au siècle suivant, et décalées par rapport à un environnement qui dépasse désonnais largement le seul cadre régional.

La résistance à l’évolution (XIe-XIIe siècles)

3Jusque vers 1180 environ, ce qui avait été préservé de la ville carolingienne paraît bien se maintenir à Lyon, mais de plus en plus difficilement. D’une part parce que se mettent en place des structures régionales plus cohérentes, qui constituent un danger nouveau pour la cité ; d’autre part parce que Lyon ne peut pas ignorer complètement les profonds changements qui affectent alors l’Occident. Mais d’abord, quelle est la physionomie de la ville ?

Le cadre urbain

4En près de deux cents ans l’évolution est nette : Lyon s’étend - assez peu cependant - et surtout se rénove et améliore son aménagement interne.

Extension

  • 4 Cf. infra.
  • 5 Cf. au début de la très longue notice de Renaud de Forez au 22 octobre dans l’obituaire de la cathé (...)

5Peu de choses à signaler sur la rive droite de la Saône. L’enceinte ne bouge pas, et deux portes permettent de la franchir le long de la rivière (celle de Saint-Georges, au sud, et celle de Bourgneuf, au-delà de Saint-Paul au nord en venant de Vaise). Sur la colline les collégiales Saint-Just et Saint-Irénée, ainsi que le bourg qui s’est formé autour d’elles, sont toujours entourées par un mur distinct de l’enceinte urbaine. En remontant vers le nord, on trouve deux fondations nouvelles aux buts bien différents, mais n’ayant toutes deux fixé aucun peuplement autour d’elles : la chapelle Sainte-Marie et Saint-Thomas de Fourvière, élevée à partir de 1174, et bientôt transformée en collégiale, d’une part4 ; d’autre part, le château de Pierre-Scize, construit par l’archevêque Renaud de Forez (1193-1226), dans lequel les prélats lyonnais prirent de plus en plus l’habitude de résider5. De par sa situation perchée à l’entrée nord de la cité, il renforçait la défense de ce côté, mais était aussi destiné à bien marquer la puissance des maîtres de la ville.

  • 6 À l’occasion du conflit qui opposa l’archevêque Renaud aux bourgeois de la ville (infra). Le fossé (...)
  • 7 Ibid., p. 31-32.

6Entre Saône et Rhône, le bourg voit sa limite septentrionale consolidée : un fossé avec une « clôture » (clausura) percée d’une porte (Saint-Marcel) est mentionné en 12086. Au-delà, et sur les premières pentes de la Croix-Rousse, la constitution de faubourgs s’amorce déjà sans doute autour des recluseries (Saint-Vincent, Saint-Marcel, Sainte-Catherine, Saint-Clair), et du chemin qui mène vers la Bresse après avoir escaladé la colline. Vers le sud de la Presqu’île, le mur d’enceinte qui délimitait le bourg à la hauteur de la me Grenette actuelle7 perd de son importance avec l’établissement de la me Mercière (via mercatoria) qui relie le nouveau pont de Saône au port du Rhône (en amont du pont de la Guillotière actuel). Pour le moment, cependant, il n’y a pas encore de grandes opérations de lotissement dans cette zone toujours boueuse qui s’étend jusqu’à Ainay, et reste très rurale. En fin de compte, donc, une extension de l’implantation urbaine qui reste assez limitée.

  • 2 M.-C. Guigue, « Les recluseries de Lyon », Bibliothèque historique du Lyonnais, Lyon, 1886, p. 73-1 (...)
  • 3 Ibid., p. 89-97.
  • 4 Cartographie dans N. Gonthier, Lyon et ses pauvres au Moyen Âge (1350-1500), Lyon, 1978, p. 48.

Les recluseries à Lyon
Les abords immédiats de Lyon étaient parsemés de recluseries, dont on perçoit de façon assurée l’existence à partir du XIsiècle, certaines ayant une origine probablement plus ancienne2
Il s’agissait de minuscules établissements comprenant un oratoire ou une chapelle et une cellule attenante, dans laquelle le reclus (et plus souvent peut-être, la recluse) était plus ou moins symboliquement emmuré sa vie durant. Il menait là une vie de jeûne et de prières, subsistant grâce aux aumônes, aux legs et aux produits du jardin compris dans la recluserie. Les reclus étaient, au moins jusqu’au XIIIe siècle, des laïcs n’appartenant à aucune congrégation religieuse. Ils étaient placés sous l’autorité d’une communauté monastique ou canoniale, ou d’une paroisse, de qui dépendait leur recluserie. L'origine de ces établissements n’est pas connue avec certitude. C’étaient peut-être des stations sur le trajet de processions (les Rogations notamment), ou encore des stations votives placées près des portes de la ville. Mais il est difficile d’imaginer, comme le fait M.-C. Guigue, que ce soient les héritières de très anciennes « églises paroissiales » ou de « chapelles de dévotion » rejetées hors de la ville au très haut Moyen Âge, lors de la construction de l’enceinte réduite3. Leur nombre a varié, oscillant autour de la dizaine. Au XIIIe siècle, on peut établir la liste suivante4 :

Rénovation

  • 8 Vue d’ensemble par J.-F. Reynaud dans A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origin (...)
  • 9 J.-F. Reynaud, « Le monastère de File-Barbe », Mémoire de pierres. Abbaye de l'Ile-Barbe, Lyon, 199 (...)
  • 10 La chronologie des constructions de Saint-Just a été grandement éclairée par les fouilles menées de (...)
  • 11 Ce que l’on peut déduire notamment de la notice de Tancrède, chamarier de Saint-Paul (décédé avant (...)
  • 12 L’initiative de Guichard doit bien sûr être replacée dans un contexte particulier, qui ne se résume (...)
  • 13 Sur ces deux édifices du groupe épiscopal cf. J.-F. Reynaud, « L’église Saint-Étienne du groupe épi (...)

7De très nombreux chantiers de reconstruction monumentale furent ouverts à Lyon pendant ces deux siècles. Ils concernaient les églises menaçant ruine, ou devenues trop exiguës, ou encore ayant souffert du conflit entre l’archevêque et le comte de Forez au XIIe siècle8. À l’Ile-Barbe à partir de 1070, à Ainay un peu plus tard, à Saint-Pierre à partir du XIIe siècle, on édifia de nouvelles églises abbatiales9. À Saint-Just, la construction d’une nouvelle église (la troisième depuis le IVe siècle), s’étale sur les XIIe et XIIIe siècles ; aujourd’hui disparue, elle était la plus grande de la ville après la cathédrale10. De même le chapitre Saint-Paul se donna au XIIe siècle un nouvel édifice de culte11. Enfin, le groupe épiscopal lui-même connut de grandes transformations : simples réparations et embellissements à la cathédrale Saint-Jean vers 1060-1100, puis début de reconstruction complète de l’édifice - sans doute endommagé lors de l’attaque forézienne de 1162 - entreprise par l’archevêque Guichard après 1170-117312 ; importants travaux dans les deux autres églises, Saint-Étienne et Sainte-Croix13.

  • 14 C’est sans doute cet édifice, et non le château de Pierre-Scize (supra, n. 5), qui est mentionné da (...)

8On a en revanche fort peu de renseignements concernant les édifices autres que les églises à cette époque. On sait toutefois par les notices de l’obituaire de Saint-Jean que la demeure de l’archevêque, proche de la cathédrale, fut construite, aménagée et embellie à plusieurs reprises à partir du milieu du XIe siècle14.

Aménagement

  • 15 L’étude archéologique de ce bâtiment a été renouvelée récemment : cf. M. Vialettes, « Le bâtiment d (...)
  • 16 Voir en dernier lieu C. Arlaud (et alii), Lyon Saint-Jean. Les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, (...)
  • 17 Cf. infra.

9C’est peut-être dans l’organisation de l’espace urbain que les transformations furent les plus sensibles. Deux faits d’abord, intéressant chacune des deux parties de la ville. Dans la cité de la rive droite, en premier lieu, le quartier canonial, durement éprouvé par l’assaut du comte de Forez, est doté par l’archevêque Guichard d’un fort mur d’enceinte - dont quelques vestiges subsistent encore aujourd’hui - cantonné de deux tours et percé de plusieurs portes, dont la plus importante est la Porte-Froc, dans l’axe de la rue Saint-Jean actuelle. Cette sorte de ville dans la ville, appelée « grand cloître », forme un quadrilatère d’environ deux cents mètres de côté. Il englobe le groupe cathédral, le cloître proprement dit (ou « petit cloître ») sur le flanc sud de la cathédrale, le réfectoire (devenu plus tard la Manécanterie15) et des maisons particulières habitées par les chanoines depuis l’abandon de la vie commune16. Dans le bourg, d’autre part, est fondée une nouvelle collégiale, Notre-Dame de la Platière17, ce qui contribua à mieux structurer l’espace urbain entre Saint-Pierre, Saint Nizier et la Saône.

  • 18 Les hypothèses sur l’emplacement de ce pont sont rappelées par F.-R. Cottin, dans A. Pelletier, J. (...)

10Deux autres nouveautés concernent cette fois l’ensemble de la ville. C’est avant tout la construction du pont de pierre sur la Saône, commencée dans la première moitié du XIe siècle, et achevée sous l’archevêque Humbert, soit avant 107718. Établi très légèrement en aval par rapport au pont du Change démoli voici quelques dizaines d’années, mais assis également sur le très important enrochement existant à cet endroit au milieu de la Saône, il était assez étroit (environ sept mètres de large), et sur les premières arches de chaque côté s’élevaient des maisons à plusieurs étages avec des boutiques et des ouvroirs au rez-de-chaussée. Pour le moment, c’est surtout aux relations internes à la ville et, on l’a vu, au commencement du développement de celle-ci dans la Presqu’île, que le nouveau pont est utile.

  • 19 M.-C. Guigue, Polyptyque de l’église collégiale de Saint-Paul de Lyon, introduction, Lyon, 1875, p. (...)

11L’aménagement de l’espace urbain se lit aussi dans l’établissement et la délimitation de paroisses. On retiendra deux exemples. À la fin du XIe siècle, la collégiale Saint-Paul se voit attribuer par l’archevêque Hugues de Die une fonction et un ressort paroissial, à la place de la petite église Saint-Genis voisine, signe probable d’une urbanisation devenue beaucoup plus dense dans ce quartier19. Sur l’autre rive de la Saône, une nouvelle paroisse est créée au profit de la collégiale Notre-Dame de la Platière, ce qui provoque un long conflit de délimitation avec la paroisse voisine tenue par l’abbaye Saint-Pierre (1130-1150). Cette affaire nous apprend deux choses d’abord que les limites paroissiales se moquent de l’enceinte urbaine, puisque l’essentiel du différend concerne leur tracé sur les pentes de la Croix-Rousse ; ensuite que c’est surtout dans cette partie suburbaine de la paroisse que la population devait s’accroître le plus fortement, et qu’il était par conséquent urgent de fixer dans cette zone le cadre paroissial resté flou jusqu’alors en raison du faible peuplement. Les hypothèses avancées plus haut sur un possible développement de faubourgs à cet endroit se trouvent ainsi confirmées.

  • 5 On peut peut-être resserrer cette approximation chronologique, et donner comme date de cet arbitrag (...)
  • 6 Oda, abbesse de Saint-Pierre en 1118, mentionnée pour la dernière fois en 1155-1163.
  • 7 Josserand, archevêque de Lyon de 1106 à 1118.
  • 8 Gébuin, archevêque de Lyon de 1077 à 1082, accueillit les chanoines de Saint-Ruf à Lyon.
  • 9 Peut-être s'agit-il d’un reste de construction romaine On pense naturellement à l’amphithéâtre, en (...)
  • 10 Hugues de Beaujeu : le seul personnage de ce nom connu à cette date est Hugues, fils de Humbert II (...)

Un conflit de délimitation de paroisses à Lyon au XIIe siècle
Vers1130-11505 l’archevêque de Lyon (on ignore lequel) prononce une sentence dans le conflit qui opposait le monastère Saint-Pierre et le chapitre Notre-Dame de la Platière à propos de la délimitation de leurs paroisses respectives à Lyon. Ce texte - dont la traduction est donnée ici non d’après l'original en trop mauvais état, mais en suivant l’édition établie par M.-C. Guigue d’après un vidimus de 1274 et une expédition en forme authentique de 1695, deux pièces produites à l'occasion d’un procès entre l'abbaye Saint-Pierre et le curé de la paroisse Saint-Pierre et Saint-Saturnin entre 1695 et 1703 - présente un triple intérêt pour l’histoire de Lyon : il donne de précieuses indications sur la topographie de la Presqu’île ; il met en évidence les rapports difficiles que le nouveau prieuré de chanoines réguliers de la Platière entretient, une cinquantaine d'années après sa fondation, avec les anciens établissements monastiques lyonnais ; il renseigne enfin sur le fonctionnement et la procédure de la justice arbitrale exercée par l’Église de Lyon (archevêque et chapitre cathédral).
Moi, archevêque de Lyon, je fais savoir par cet écrit aux présents et à ceux à venir, que les chanoines de Sainte-Marie de la Platière, l’abbé de Saint-Ruf étant présent in fine, ont porté devant nous le conflit qu’ils avaient avec l'abbesse de Saint-Pierre, Oda6 au sujet des limites de leurs paroisses. Les dits chanoines affirmaient avoir des témoins qui avaient vu et entendu, au temps et en présence de feu l’archevêque Josserand7, des vieillards jurer, à sa demande, qu’on avait divisé les paroisses selon ce qu’ils avaient entendu d’anciens. Ils avaient désigné les limites : l’endroit appelé Griffon séparait les deux paroisses. Mais l’abbesse et les autres sœurs niaient tout cela. J’ai donc jugé, en compagnie de nos frères les chanoines de Lyon, que les chanoines de la Platière aient la possibilité de prouver, par légitimes témoins, qu’ils tenaient en paix ce qu’ils prétendaient, jusqu’aux dites limites. Sinon, les moniales tiendraient en paix ce qu’elles possédaient au temps de l’archevêque Gébuin8, de bonne mémoire. Les chanoines de la Platière produisirent comme témoins Ponce de Minontes, Girard de Saint-André5, un des leurs, et plusieurs autres qui ne dirent rien de clair, sinon « Nous disons ce que Girard a dit ». Contre eux, l’abbesse déclara que Ponce avait commis des violences contre son église, que Girard était de connivence avec ses adversaires, et que les autres n’avaient rien dit de clair sinon : « Nous disons ce que Girard a dit. » L’affaire fut mise en jugement. Ponce fut récusé, parce qu’il ne pouvait pas nier avoir commis les violences qui lui étaient reprochées, et parce qu'ensuite, il n’était pas allé à l’église Saint-Pierre pour faire la paix ; Girard fut aussi récusé, parce qu'il était chanoine, appartenant au même chapitre que ceux qui avaient déclenché cette affaire. Les autres furent écartés de tout témoignage, parce qu’ils avaient été incapables de dire quoi que ce soit de distinct. Les chanoines de la Platière refusèrent d'obtempérer à ce jugement. Ils enlevèrent de nuit les défunts de la paroisse Saint-Pierre. Aussi avons-nous décidé, devant leur obstination, que l’office divin cesserait dans leur église jusqu’à ce qu’ils viennent à résipiscence. Sur ces entrefaites, l'abbé de Saint-Ruf vint à Lyon ; il se présenta devant nous en se plaignant de ce que son église de Sainte-Marie de la Platière était privée d’office divin. Il nous demanda, si cela était possible, de nous efforcer de ramener la paix entre ces églises. Comme cela était conforme à nos vœux, nous fixâmes un jour aux deux parties pour qu’elles puissent nous montrer les limites des paroisses, de façon à établir une délimitation certaine, selon le témoignage des anciens. Au jour dit, alors que nous allions, en compagnie de l’abbé de Saint-Ruf, des chanoines, de l’abbesse Oda et de ses moniales, voir ces limites, plusieurs vieillards nous conduisirent par la voie publique qui part de derrière la tête de l'église de la Platière, à l'orme du mur en ruine9. Ils affirmèrent que tout ce qui était entre cette voie et le Rhône était de la paroisse Saint-Pierre. À notre arrivée au dit orme, un vieillard très âgé, du nom de Marcel, apporta devant nous le témoignage suivant : « Moi, Marcel, j’ai été interrogé avec Barba, Lambert l’Ancien et Gautier Fornius, au temps de l’archevêque Josserand et sur son ordre nous avons juré de nos propres mains de dire et montrer ta vérité sur ce que nous savions au sujet des limites de ces paroisses, telles que nous les avions vues établies au temps de l’archevêque Gébuin, d’heureuse mémoire. Pour faire cette reconnaissance, nous vînmes sur place, en présence de nombreux chanoines de l’Église de Lyon. Mais à cause des violences causées par Hugues de Beaujeu, le sénéchal Cordelius et Étienne de Villars10, nous n’avons pas osé faire cette délimitation, ni aller jusqu'aux dites limites. Mais quand ces perturbateurs menaçants furent partis, moi, Marcel, pour sauver mon serment, je pris plusieurs voisins avec moi, dont quatre sont ici, Payen Murator, Jean de Ronzia. Gausbert Ferrachat et Arvernis ; je les conduisis jusqu’à cet orme du mur en ruine, et leur dis comme je le dis maintenant sous serment, que la paroisse Saint-Pierre s’étendait de cet orme au Rhône. » Ainsi fut le témoignage de Marcel. Un prêtre, nommé Amicus, témoigna qu’il avait entendu Lambert l’Ancien répondre au sénéchal Cordelius qui l’interrogeait sur le fait de savoir si la paroisse Saint-Pierre allait jusqu'au mur en ruine. Un autre prêtre, Bonus Amicus, dit qu’il avait entendu [lacune] et que ceux qui avaient juré de dire la vérité, n’avaient pas osé, par crainte de ceux-là [les perturbateurs mentionnés ci-dessus] aller jusqu’aux limites en question. Après avoir entendu ces témoins, nous retournâmes à notre maison. Là, en présence de l'abbé de Saint-Ruf et des chanoines de la Platière d’une part, de l’abbesse de Saint-Pierre, Oda, et de ses moniales d’autre part, nous avons prescrit qu’on s’en tienne à ce qui nous avait été montré et confirmé par témoignage ; dans la mesure où une partie enfreindrait cela, elle serait soumise à la sentence ecclésiastique, jusqu’à ce qu’elle vienne à résipiscence. Et nous attestons ce que nous avons vu.
A.D. Rhône, 27 H 414.
Éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, t. 1, Lyon, 1885, no 32, p. 46-48.

Une économie encore sous le contrôle de l’Église

12Aussi étrange que cela puisse paraître en cette période d’expansion et de transformations économiques, rien ne semble bouger en profondeur dans les structures de l’économie lyonnaise aux XIe et XIIe siècles. Cela ne veut pas dire que la ville ne recueille pas les fruits de la croissance générale : les nombreuses reconstructions d’églises dont on vient de parler ne peuvent se concevoir sans cela. Mais cette richesse ne provient pas principalement, comme dans bien d’autres villes, du développement du commerce ou de l’artisanat. Aucune activité conséquente liée au grand commerce n’est perceptible à Lyon à ce moment, et on verra que, vers 1170, le « marchand » Valdès ne tirait sans doute pas l’essentiel de sa fortune de la marchandise. Lyon ne se trouve pas en effet sur la route qui mène d’Italie aux foires de Champagne, et qui est en train de devenir l’axe principal du grand commerce occidental. D’autre part, on ne voit pas bien quel rôle auraient pu jouer ici (comme ailleurs) les Croisades en faveur de l’ouverture commerciale de la ville. En fait, si on se place vers 1180, on constate que c’est avant tout une économie de type seigneurial qui recueille et draine les profits vers la ville, et que cette économie est toujours dans les mains des monastères et chapitres de la cité, et tout particulièrement de l’Église de Lyon.

Dans la ville

13Tout le sol de la ville relève de la « directe » ou seigneurie foncière des divers établissements ecclésiastiques lyonnais, qui perçoivent de ce fait des redevances foncières sur les habitants. Ainsi la Presqu’île est-elle divisée entre les directes d’Ainay, de Saint-Pierre, puis de la Platière à la fin du XIe siècle. Quant à la seigneurie banale (justice d’abord, coutumes diverses, péages, droit de battre monnaie), l’archevêque a prétendu très tôt l’exercer, et c’est à la faveur de la lutte contre les prétentions des comtes de Forez que les contours de ce pouvoir se précisent peu à peu pour nous à partir de la deuxième moitié du XIe siècle (cf. infra). Malheureusement, aucune évaluation chiffrée des profits ainsi réalisés n’est possible, faute de documents. On peut simplement remarquer que toute augmentation de la population de la ville entraînait de facto celle des revenus seigneuriaux.

Dans la région

  • 20 M. David, Le Patrimoine foncier de l’Église de Lyon de 984 à 1267. Contribution à l’étude de la féo (...)
  • 21 J. Picot, L'Abbaye de Saint-Pierre de Lyon, Lyon, 1970.
  • 22 ID., La Seigneurie de l’abbaye de l’Ile-Barbe, Lyon, 1953.

14Mais c’est aussi de la campagne environnante que les seigneurs ecclésiastiques lyonnais tirent leurs revenus, par l’exploitation de leurs seigneuries foncières et banales, dont le rapport semble croître tout au long de ces deux siècles. D’abord parce qu’elles sont assez bien regroupées géographiquement : celles de l’Église de Lyon, vers 1180, sont concentrées surtout dans les Monts d’Or et au sud-ouest de Lyon, entre les vallées de la Brévenne et du Gier, où elles rencontrent celles du chapitre Saint-Just et de la puissante abbaye de Savigny20 ; les biens et droits d’Ainay sont surtout denses dans la basse vallée de l’Azergues et au sud-est immédiat de Lyon ; ceux des moniales de Saint-Pierre sont importants dans le Bas-Dauphiné notamment21, tandis que le monastère de l’Ile-Barbe développe ses possessions dans le sud de la Dombes, le Forez et la Drôme22.

15Il faut souligner ensuite que l’administration de ces seigneuries s’est nettement renforcée. On le voit bien pour celle de l’Église de Lyon. La spart la plus importante de ses biens relève directement des chanoines de la cathédrale, et est sûrement déjà divisée en obéances (cf. infra), ce qui assure une plus grande efficacité de la gestion. Un certain nombre de Lyonnais devaient participer directement ou indirectement à cette administration et en retirer un profit non négligeable, base d’un enrichissement futur.

16Enfin, on peut remarquer que ces seigneuries devaient rapporter davantage parce que leurs détenteurs y réinvestissaient une partie des revenus qu’elles produisaient de façon à les agrandir. Les cartulaires fourmillent d’exemples de prêts consentis par les abbayes lyonnaises (Ainay notamment) ou les chapitres, et gagés sur des biens fonciers ou des droits : ce sont en fait, à terme, des acquisitions.

17Ce mode d’exploitation seigneuriale est essentiel pour le maintien de l’autorité de l’Église de Lyon sur la ville. On comprend donc qu’elle soit prête à s’opposer à toute puissance qui voudrait y porter atteinte.

L’archevêque toujours maître du pouvoir dans la ville

18Si on compare la situation politique de Lyon au début du XIe siècle et à la fin du XIIe siècle, on ne voit guère de modification d’importance. Certes, vers 1180, la ville fait partie, avec l’ensemble de l’ancien royaume de Bourgogne, de l’Empire. Sur place, cela ne change pas grand-chose. Ce qui compte, c’est que le détenteur du pouvoir reste l'archevêque. Mais cette apparente continuité est en fait le résultat d’une lutte très vive.

Lyon dans l'Empire

  • 23 R. Poupardin, Le Royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles, Paris, (...)

19On sait qu’à la mort du roi de Bourgogne Rodolphe III (1032), son royaume passa aux mains de l’empereur Conrad IL Cette mainmise impériale suscita diverses oppositions tant à l’extérieur du royaume (de la part d’Eudes de Blois notamment) qu’à l’intérieur, où on paraît avoir redouté le nouveau pouvoir impérial autrement plus consistant que celui des rois bourguignons. C’est pourquoi il semble bien que Lyon ait été, pour un temps, un des foyers de résistance à Conrad, en la personne de Burchard, neveu de l’archevêque Burchard II mort en 1033. Évêque d’Aoste et très hostile à l’empereur, il tenta de succéder à son oncle sur le siège de Lyon. Mais il échoua et, en 1036, le nouveau souverain fut reconnu dans tout le royaume de Bourgogne, y compris à Lyon23.

  • 24 Il désigna pour le siège de Lyon Halinard abbé de Saint-Bénigne de Dijon ; mais celui-ci, peu désir (...)
  • 25 Dès 1046, Halinard, à nouveau sollicité cette fois par les clercs lyonnais, l’empereur et le pape r (...)

20Cette intégration dans l’Empire créa très temporairement une situation nouvelle à Lyon sous le règne du successeur de Conrad, Henri III (1039-1056) : en 1041, en effet, ce dernier intervint très directement dans la désignation de l’archevêque lyonnais, comme il le faisait dans tous les diocèses de Germanie24. Il entendait ainsi choisir un prélat digne et sur la fidélité duquel il puisse compter, dans un royaume où son autorité n’avait guère d’autre moyen de s’exercer. Mais cette ingérence ne dura pas25. Le conflit qui, très vite, mit aux prises les empereurs et la papauté leur fit délaisser les affaires de Bourgogne, et les Lyonnais prirent à ce moment le parti du pape.

  • 26 H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, op. cit., p. 5 (...)
  • 27 Cf. infra, « Au temps où Valdès n’était pas hérétique : hypothèses sur le rôle de Valdès à Lyon (11 (...)
  • 28 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêque (...)

21Il faut attendre le milieu du XIIe siècle pour voir un souverain germanique s’intéresser à nouveau à Lyon. En 1157, en effet, Frédéric Barberousse accordait à son archevêque Heraclius la fameuse Bulle d’Or, par laquelle il lui reconnaissait, à lui seul, l’exercice des pouvoirs publics (regalia) notamment sur la ville26. En réalité, ce n’était que la constatation d’un état de fait à travers lequel l’empereur poursuivait un triple but : affirmer, au lendemain de son mariage avec Béatrice, l’héritière des comtes de Bourgogne, sa présence dans l’ancien royaume de Bourgogne qui ne s’en souciait guère ; rappeler aux villes que tout pouvoir ne devait s’exercer chez elles qu’en vertu d’une délégation expresse de sa part, anticipant par là la politique définie pour le regnum Italiae l’année suivante à Roncaglia ; se ménager enfin des appuis dans l’éventualité de plus en plus probable de la reprise du conflit avec Rome. Cette initiative de Barberousse eut deux résultats. Elle relança les hostilités entre l’archevêque de Lyon et le comte de Forez, ainsi qu’on le verra plus loin. Mais elle fit aussi basculer temporairement l’Église lyonnaise dans le camp impérial, du vivant de l’archevêque Heraclius de Montboissier, qui, dès 1160, reconnut l’antipape Victor IV contre Alexandre III. À sa mort (1163) cependant, de fortes pressions du pape et du roi de France voisin, Louis VII, firent écarter l’élu du chapitre cathédral, Dreux (ou Drogon) de Beauvoir, au profit de l’abbé de Pontigny, Guichard, ferme partisan du siège romain (1165)27. L’intermède impérial était terminé à Lyon, et le passage de Frédéric Barberousse dans la ville en 1178, au lendemain de son couronnement à Arles comme roi du royaume de Bourgogne (appelé plus souvent désonnais royaume d’Arles et de Vienne), n’eut guère de conséquence sur place, de même que l’octroi, en 1184, à l’archevêque Jean Bellesmains, venu rencontrer le pape et l’empereur à Vérone, d’une nouvelle Bulle d’Or, réplique quasi intégrale de celle de 115728. À part deux brèves périodes (une vingtaine d’années en tout sur un siècle et demi), ni l’autorité ni l’influence impériales ne se firent donc vraiment sentir à Lyon.

  • 11 Humbert de Scey, archevêque de Besançon de 1134 à 1161 ; Adon, abbé de Saint-Oyend (= Saint-Claude) (...)
  • 12 Étienne archevêque de Vienne de 1156 à 1163. II bénéficia aussi d’une Bulle d’Or (27 octobre 1157), (...)

La Bulle d’Or (1157)
Le 18 novembre 1157, alors qu’il tenait à Besançon depuis le 27 octobre une diète au cours de laquelle se produisit l’incident bien connu avec le légat pontifical Roland Bandinelli (futur pape Alexandre III) à propos de l’emploi et de l'interprétation du mot beneficium pour désigner la dignité impériale, Frédéric Barberousse accorda à l’archevêque de Lyon Heraclius le diplôme connu sous le nom de Bulle d'Or (forme particulièrement solennelle de privilège scellé d’une bulle d’or). Ce document conservé en original aux Archives départementales du Rhône et maintes fois édité, est présenté ici en traduction
intégrale.
Au nom de la sainte et indivisible Trinité, Frédéric, par la faveur de la clémence divine, empereur des Romains et toujours Auguste. Aux yeux de Dieu qui voit tout, nous croyons qu'un égal mérite sera reconnu à celui qui donne et à celui qui confirme ; nous croyons aussi qu'il est du devoir de notre majesté impériale de porter attention aux prérogatives de toutes les églises de Dieu - et plus particulièrement de celles qui sont spécialement placées sous le droit et la seigneurie (dominium) de l'Empire Romain - et de leur apporter l’appui de notre confirmation pour les renforcer à perpétuité, et pour abolir ce qui leur est défavorable. De la sorte, elles servent Dieu sûrement et sans trouble, et, par des prières inlassables, elles implorent la miséricorde divine pour la stabilité de notre
Empire.
Sachent donc tous les fidèles du Christ et de notre Empire tant présents que futurs, combien nos prédécesseurs et divins empereurs ont rehaussé l’Église de Lyon par de grands honneurs, combien ils l'ont comblée de grands bienfaits, et combien il est digne qu'ils l'aient confiée à nous, leur successeur, pour qu’elle soit élevée dans les sommets des dignités impériales. Nous avons reçu, venant à notre cour, Heraclius, archevêque et primat du siège de Lyon (qui, aux temps anciens, l’emportait sur les autres cités par ses premiers prêtres selon le rite des païens et ses premiers docteurs de la loi ; qui, maintenant, domine plus largement par la religion divine et la magnificence impériale ; qui est la première parmi les églises de la Gaule, et brille par la dignité primatiale) avec tout l’honneur dû à sa dignité, et traité avec la bienveillance accoutumée. Comme la pieuse et vénérable autorité de nos prédécesseurs l’a établi, et comme leurs sacrés documents nous l’ont appris, nous l’avons investi de tout le corps de la cité de Lyon et de tous les regalia, dans ou hors de la cité, et dans tout l’archevêché, tels que l'Église de Lyon semble les avoir pleinement tenus tant autrefois qu’aujourd’hui. Nous avons donc concédé au susdit archevêque et primat Heraclius, et par lui à tous ses successeurs à perpétuité, le corps entier de la ville de Lyon et tous les droits régaliens dans toute l’étendue de l’archevêché en deçà de la Saône, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la ville, sur les abbayes et leurs possessions, les monastères, les églises et leurs dépendances en quelque lieu qu’elles soient, sur les droits comtaux, les tribunaux, les duels, les marchés, la monnaie, les tonlieux, les péages, les châteaux, les bourgs et villages, les terres, les serfs et les serves, les tributaires, les dîmes, les forêts et les bois, les chasses, les moulins, les eaux et les cours d’eaux, les champs, les prés, les pâturages, les terres cultivées et incultes, et généralement tout ce qui relève de l’Empire dans l’évêché de Lyon. Nous lui avons aussi concédé, relevant de l’ancien comme du nouveau droit, les casamenta [= fiefs ?] tant du comte de Savoie que tous les autres relevant de l’Église de Lyon, et dans tous, que ce soit dans ou en dehors de l’évêché de Lyon, la juridiction générale. Que nul n'entreprenne donc d’exercer sur ces choses un pouvoir tyrannique, que nulle puissance ne cherche à s'y immiscer avec violence, que nul comte, nul juge ne prétende y exercer quelque juridiction, sinon l’archevêque et primat de Lyon. Que toute la possession [de ces droits] soit à l’Église de Lyon au titre de l’immunité. Que cette cité de Lyon et tout l’évêché soient donc libres de tout pouvoir extérieur, étant sauve en tout la justice impériale. Que ceux qui servent Dieu en ce lieu puissent et veuillent nous recommander, nous l'auteur et le confirmateur, par leurs prières empressées à Dieu, comme ils célèbrent la mémoire du premier fondateur.
Par ailleurs, afin que l’Église de Lyon exulte et se réjouisse d’avoir reconnu l'empereur des Romains pour son seigneur, nous investissons, par une nouvelle et gratuite marque d’affection, son archevêque d'une prérogative plus ample et plus éminente, qui puisse être du fait de notre excellence impériale : qu’il soit à jamais le très glorieux exarque de notre sacré Palais de Bourgogne, et le prince le plus élevé de notre conseil et le plus éminent dans tous nos faits et gestes.
Afin que notre donation et confirmation soit garantie à jamais, nous avons ordonné que cette page soit écrite et qu’elle soit scellée d’une bulle d’or, qu’elle porte notre seing, et que des témoins idoines, dont les noms suivent, soient ajoutés. Humbert archevêque de Besançon, Adon abbé de Saint-Oyend11, Henri protonotaire de la cour, Eberhard archidiacre de Besançon, Mathieu duc de Lorraine, Berthold duc de Zàhringen, Diepold frère du duc de Bohême, Ulrich comte de Landsberg, Hugo comte de Dagsburg, Étienne
comte.
Seing du Seigneur Frédéric empereur très invincible des Romains. Moi Rainald chancelier, j’ai reconnu à la place d’Étienne archevêque de Vienne et archichancelier12. Donné à Arbois le XIV des calendes de décembre, indiction V, l’an du Seigneur MCLVII, sous le règne du seigneur Frédéric empereur très glorieux des Romains, la sixième année du royaume, la troisième de l'Empire.
A.D. Rhône, 10 G
2546 (2)
Ed. G. Guigue, « Les Bulles d'Or de Frédéric Barberousse pour les archevêques de Lyon, 1157-1184 », Bulletin philologique et historique..., 1917, p. 58-60.

La lutte de l’archevêque et du comte de Forez

  • 29 H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, op. cit., p. 2 (...)
  • 30 M. Méras, Le Beaujolais au Moyen Âge, Villefranche-sur-Saône, 1956, rééd. 1979.
  • 31 Cf. supra, p. 310 sq.

22La réalité du pouvoir à Lyon continue en fait à se décider dans un cadre régional. Or là, les choses bougent fortement au tournant des Xe-XIe siècles. Deux puissantes familles aristocratiques, profitant de la mutation féodale, émergent et structurent le pays en s’appuyant sur de solides réseaux de vassaux. Au premier rang, les descendants du comte Artaud qu’on a vu apparaître vers 970/980. Grâce à des biens et des fidèles bien regroupés en Forez, et portant au gré de leurs prétentions le titre de comte, comte de Lyon, comte de Lyon et de Forez, et enfin comte de Forez, ils cherchent à étendre leur domination vers l’est, c’est-à-dire vers Lyon29. À côté d’eux, les sires de Beaujeu, apparus aussi au Xe siècle. Ce n’est pas la cité lyonnaise qui les intéresse, mais bien davantage le nord du Forez et le Roannais, les monts de Tarare ou encore les pays d’outre-Saône30. Face à ces deux puissances régionales aux intérêts parfois opposés, l’Église de Lyon. Elle garde au début du XIe siècle une force certaine, on l’a vu, même si certaines de ses possessions sont alors un peu éloignées (en Roannais par exemple). D’autre part, elle risque de pouvoir compter de moins en moins sur certains de ses soutiens traditionnels, l’abbaye de Savigny en particulier qui la couvrait vers l’ouest, et qu’elle contrôlait encore d’assez près à la fin du Xe siècle. Désormais pris entre les ambitions foréziennes, beaujolaises et lyonnaises, les moines entendent mener aux XIe et XIIe siècles une politique beaucoup plus indépendante31.

  • 32 Raoul Glaber, Histoires, V, 4, éd. M. Prou, Paris, 1886, p. 131 ; cf. supra.
  • 33 Cet « accord » n’est connu que de façon indirecte par deux mentions : une charte du Cartulaire de l (...)
  • 34 Excommunications fulminées lors du synode de Latran de février 1076, P.L., 148, c. 789-790.

23L’affrontement entre ces différents partenaires était inévitable. Contenu longtemps (jusqu’au milieu du XIIe siècle) dans le cadre régional, il en sortit tardivement dans sa phase finale entre 1157 et 1173. On ne retiendra ici que ce qui concerne plus particulièrement la ville de Lyon. Au début du XIe siècle, entre 1015/1020 et 1050/1060, les comtes de Forez ont sans doute réussi à grignoter un certain nombre de droits dans la ville, profitant de la faiblesse du vieil archevêque Burchard II et des troubles qui ont suivi sa mort. Le comte Géraud chercha même alors à installer son fils encore enfant sur le siège archiépiscopal, mais en vain32. L’« accord » de Tassin, conclu en 1076 entre l’archevêque Humbert II et le comte Artaud II, reconnaît à ce dernier la moitié de certains droits, les péages notamment, dans la ville, mais restitue (ou reconnaît ?) la frappe de la monnaie à l’Église33. Il traduit probablement un redressement de celle-ci, car il intervient au lendemain de l’excommunication par le pape Grégoire VII du comte et du sire de Beaujeu, coupables d’avoir dévasté les biens des églises34.

  • 35 H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, op. cit., p. 4 (...)
  • 36 Ces événements sont bien connus. Voir en dernier lieu B. Galland, Deux archevêchés entre la France (...)
  • 37 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, éd. G. Guichard, Cte de Neufbourg, E. Perroy, J.-E. Du (...)
  • 38 Ibid., no 4 ; H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, (...)

24Une accalmie relative de près de quatre-vingts ans s’ensuivit, provoquée par des difficultés internes à chaque camp (changement de dynastie en Forez au début du XIIe siècle35 ; tensions entre l’archevêque et l’abbaye de Savigny en 1111-1113), mais au cours de laquelle il semble bien que l’Église ait réussi à marquer quelques points. La lutte reprit, et de façon très violente, à la suite de l’intervention de Frédéric Barberousse en 1157, dont il a été question plus haut. Le comte Guy II ne pouvait en effet admettre la Bulle d’Or qui contredisait l’« accord » de Tassin et ses propres ambitions. Mais il semble bien que ce fut l’archevêque qui ouvrit les hostilités. Mal lui en prit : ses troupes, grossies de contingents mâconnais furent écrasées à Yzeron, position stratégique entre Forez et Lyonnais (1158). Des négociations s’ouvrirent. Elles n’aboutirent pas, et en 1162 Guy II s’empara de Lyon par surprise, forçant l’archevêque Heraclius à fuir et à se réfugier pour un temps à la chartreuse de Portes, puis auprès de l’empereur Frédéric alors à Pavie36. Face à un prélat affaibli par ses échecs, mais qui avait l'appui - assez lointain et théorique au demeurant - de Barberousse, le comte chercha lui aussi des soutiens extérieurs en se tournant vers le roi de France Louis VII. Il lui prêta hommage en 1167. Le nouvel archevêque de Lyon, Guichard de Pontigny, partisan du pape, se trouvait dès lors dans une situation très inconfortable, ne pouvant espérer aucun secours du dehors, sinon celui du roi, l’allié de son ennemi ! Ce ne fut qu’après l’arbitrage rendu en 1167 sous les auspices de l’archevêque Pierre de Tarentaise, mandaté à cet effet par le pape Alexandre III, qu’il entra dans sa ville, deux ans après sa nomination et sa consécration. Selon cet accord, le pouvoir serait exercé dans la ville de Lyon de façon conjointe par les deux parties. Ainsi, par exemple, la justice de sang était du ressort de l’archevêque, mais devait être rendue en présence du comte ; le pont de Saône relevait des deux autorités à la fois ; les péages fluviaux et terrestres étaient levés en commun, etc.37. Ce système ne pouvait fonctionner. Aussi, en 1173, signa-t-on un nouveau traité, connu sous le nom de permutatio. C’était en fait un échange par lequel le comte renonçait à tout droit et toute possession à Lyon et en Lyonnais proprement dit (le « comté de Lyon ») au profit de l’Église de la ville. Celle-ci, de son côté, abandonnait au comte tout ce qu’elle tenait à l’ouest d’une ligne au tracé assez compliqué séparant Forez et Lyonnais38.

25Ainsi en était-on revenu, en apparence du moins, à la situation de la fin du Xe siècle : l’archevêque était à nouveau le seul maître de la ville. Bien plus, sa position avait été renforcée à la fois par la confirmation solennelle de l’empereur en 1157, et la reconnaissance du comte de Forez, son principal rival, en 1173. Mais pour autant tout n’était pas à l’identique, car la ville, et surtout le contexte, n’étaient plus tout à fait les mêmes. À preuve, l’intervention, encore discrète, du roi de France dans la région, lourde de menaces à terme pour le maintien à Lyon d’un pouvoir héritier de structures carolingiennes.

La réticence devant les réformes religieuses

26On cite très souvent Lyon comme centre important de diffusion des idées réformatrices qui transformèrent la chrétienté aux XIe et XIIe siècles. Et on met en avant, à l’appui de cette affirmation, deux personnages bien différents, éloignés l’un de l’autre de près d’un siècle, mais très représentatifs, chacun à leur manière, de ce désir de réforme : Hugues de Die, l’intransigeant légat de Grégoire VII, archevêque de Lyon de 1082 à 1106, et Valdès (ou Vaudès ou Valdo), ce « marchand » lyonnais de la fin du XIIe siècle, qui fut à l’origine du mouvement (devenu hérésie) vaudois. Mais le rayonnement de ces deux personnages reflète-t-il vraiment les tendances profondes de la vie religieuse de la cité ? Cela demande un réexamen que l’on peut faire porter sur trois points significatifs.

Les archevêques et la réforme de l’Église

  • 39 Supra, p. 371 et n. 23 et 24.
  • 40 Gébuin, archidiacre de Langres, fut désigné comme archevêque de Lyon par Hugues de Die, légat ponti (...)
  • 41 Ph. Pouzet, « La vie de Guichard, abbé de Pontigny (1136-1165) et archevêque de Lyon (1165-1181) »,(...)

27Le souci de promouvoir des clercs dignes, la question des élections épiscopales et des investitures, et la lutte contre la simonie à laquelle elles pouvaient donner lieu, ont été, on le sait, au cœur du mouvement de réforme qui traversa l’Église à partir du XIe siècle, et qui a été qualifiée de façon bien trop restrictive de « grégorienne ». Qu’en fut-il à Lyon ? Concernant d’abord les élections épiscopales, si, au XIe siècle, la procédure canonique ne fut pas toujours respectée, ce fut du fait des partisans de la réforme eux-mêmes, avec le souci de mettre en place des évêques de qualité : ce fut le cas d’Henri III, quand il intervint directement pour faire élire Odolric en 1041 et indirectement Halinard en 104639 ; ou encore de Grégoire VII, lorsqu’il fit désigner plus ou moins directement Gébuin en 1077 ou Hugues de Die en 108240. Quand, beaucoup plus tard, le pape Alexandre III et le roi Louis VII firent pression pour imposer, en 1165, Guichard de Pontigny contre Dreux de Beauvoir, on n’y trouva rien à redire puisque ce dernier passait pour être l’élu de l’empereur alors en conflit violent avec le pape41. Pour les autres archevêques (13 sur 18 entre 1033 et 1182), on peut penser que, selon la procédure canonique, ils furent désignés par le chapitre cathédral. En tout cas, on ne relève aucune déposition de prélats lyonnais de cette époque pour cause d’élection simoniaque.

  • 42 Hugues de Flavigny, Chronique, l.II, op. cit., p. 415, déclare que l’archevêque Humbert, accusé de (...)
  • 43 Cf. notice de l’obituaire de la cathédrale, G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyo (...)

28D’autre part, d’une façon générale, ces archevêques, issus dans leur grande majorité de la région, paraissent tout à fait dignes de leur fonction. Seul, au témoignage de Hugues de Flavigny, Humbert (Ier, II ?) aurait été déposé pour simonie en 1055 ou 1077 ; mais c’est là une erreur manifeste du chroniqueur, pourtant assez bien informé d’ordinaire42. Ces prélats ne paraissent pas d’un niveau intellectuel exceptionnel. Si on en croit leurs notices dans l’obituaire de Saint-Jean, aucun d’entre eux ne laisse de manuscrits à la cathédrale, à part une exception de taille, il est vrai. Hugues de Die lègue en effet au chapitre soixante-dix ouvrages43, dont les tout récents traités d’Anselme de Canterbury, son ami qui, en conflit avec les rois Guillaume II, puis Henri Ier d’Angleterre, fit deux séjours forcés à Lyon au début du XIIe siècle.

Les archevêques de Lyon aux XIe et XIIe siècles
De 1030/1031 à 1041, tandis que des troubles marquent le difficile rattachement du royaume de Bourgogne à l’Empire, le siège de Lyon est disputé entre plusieurs prétendants : Burchard III, évêque d’Aoste et neveu de l’archevêque défunt Burchard II, Artaud, encore enfant, que son père le comte Géraud tente d’imposer. Odilon, abbé de Cluny, pressenti, refuse la charge, malgré les objurgations du pape Jean XIX.
- Odolric (ou Oudri) (1041-1046), archidiacre de Langres.
- Halinard de Sombernon (1046-1052), abbé de Saint-Bénigne de Dijon.
- Humbert Ier (1052-1059/1063), prévôt du chapitre cathédral.
- Geoffroy de Vergy (1056/1063-1064/1068), oncle de saint Hugues abbé de Cluny. Il résigna la charge épiscopale et se retira à Cluny où il mourut.
- Humbert II (1064/1068-1077)1.
- Gébuin (1077-1082), archidiacre de Langres.
- Hugues de Die (ou de Romans) (1082-1106), chamarier du chapitre cathédral de Lyon (1072-1073), puis évêque de Die de 1073 à 1082, légat pontifical de Grégoire VII de 1075 à 1085, puis d’Urbain II de 1094 à 1099 et de Pascal II.
- Josserand (ou Gauceran) (1106-1118), abbé de Saint-Martin d’Ainay (après 1099-1106).
- Humbaud (1118-1128), archidiacre d’Autun.
- Renaud Ier de Semur (1128-1129), abbé de Vézelay (1106-1128).
- Pierre Ier (1131-1139), évêque de Viviers (1125 ca-1131).
- Falcon de Bouthéon (1139-1142), doyen du chapitre cathédral de Lyon (1132 ca-1139).
- Amédée Ier (1143-1147/1148).
- Humbert III de Bâgé (1148-1153), archidiacre d’Autun ; résigna sa charge et se retira à la chartreuse de Seillon ou de Val-Sainte-Marie de Bouvantes. La date de sa mort est inconnue.
- Heraclius de Montboissier (1153/1154-1163), frère de Pierre le Vénérable abbé de Cluny ; archidiacre du chapitre cathédral de Lyon (1149-1153/1154).
- Dreux (ou Dragon) de Beauvoir, archevêque élu (1163-1165), archidiacre du chapitre cathédral de Lyon (1153/1154-1167).
- Guichard de Pontigny (1165-1182), abbé de Pontigny (1137-1165).
- Jean Bellesmains (1182-1193), trésorier d'York (v. 1154-1162) ; évêque de Poitiers (1162-1182) ; résigna sa charge et se retira à Clairvaux, où il mourut peu après 1203.
1. La distinction de deux archevêques Humbert et la réalité de l’épiscopat de Geoffroy de Vergy ne sont pas acceptées par tous les historiens de la région lyonnaise (ainsi J. Beyssac, « Humbert, prévôt et archevêque de Lyon », art. cit., p. 498-507). Elles sont néanmoins rendues quasi certaines par l’absence de toute référence documentaire à Humbert entre 1064 et 1070, et la mention à ce moment dans les sources clunisiennes d'un Geoffroy archevêque, neveu de l’abbé Hugues, Cf. B. de Vrégille, Hugues de Salins, archevêque de Besançon (1031-1066), Lille, 1983, p. 990-992, et la notice de R, Fédou consacrée à Humbert Ier et Humbert II dans le Dictionnaire d'Histoire et de Géographie ecclésiastiques, XXV, c. 353-355.

  • 44 Supra, n. 25. Abbé Rony, « Halinard de Sombemon, archevêque de Lyon (1046-(1046-1052)», Bulletin hi (...)
  • 45 Sur les deux versions de la confirmation en 1084 de plusieurs églises paroissiales du diocèse de Ly (...)

29Si tous sont donc de bons pasteurs, ils ne sont pas tous, pour autant, d’aussi ardents réformateurs qu’Halinard de Sombemon, ancien abbé de Saint-Bénigne de Dijon, ou Hugues de Die. Ces derniers ont bien cherché à appliquer les principes réformateurs à Lyon, mais leur action fut surtout importante en dehors de la ville et du diocèse : Halinard passa la plus grande partie de son épiscopat à Rome, d’où, avant de mourir, il adressa une lettre aux chanoines de son église cathédrale leur recommandant de lui choisir comme successeur le prévôt Humbert44, et Hugues de Die, d’abord accaparé par sa fonction de légat pontifical, chercha néanmoins à favoriser les donations/restitutions d’églises paroissiales en faveur des principaux établissements religieux du diocèse45.

  • 46 Bulles des 19 et 20 avril 1079, E. Caspar éd.. Das Register Gregors VIL, op. cit., 1. VI, no 34 et (...)
  • 47 F. Villard, « Primatie des Gaules et réforme grégorienne », Bibliothèque de l’École des Chartes, 14 (...)
  • 48 Ces confirmations sont conservées sous forme de copies du début du XVe siècle aux A.D. du Rhône, 10 (...)
  • 49 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêque (...)

30Enfin, le titre de primat pour les quatre provinces (Lyon, Rouen, Tours, Sens), qui constituaient les quatre Lyonnaises de l’Empire romain, attribué (ou seulement confirmé ?) par Grégoire VII à Gébuin en 107946, et reconnu ensuite à tous les archevêques de Lyon, ne visait pas tellement à distinguer le zèle de ce prélat à propager les idées réformatrices. C’était sans doute surtout une façon indirecte de faire pression sur le roi de France Philippe Ier, en enlevant ce titre, assez vide de pouvoir en réalité - mais qui pouvait devenir une arme aux mains du roi en cas de conflit prolongé - à l’archevêque de Sens, qui s’en prévalait, pour le transférer à un siège épiscopal sis hors du royaume, alors que le ressort de cette primatie était totalement ou presque compris dans celui-ci47. Quoi qu’il en soit, cette dignité, dont l’attribution au siège lyonnais fut confirmée par la papauté à sept reprises entre 1095 et 116548, n’accrut en rien le pouvoir des archevêques, qui, entre 1079 et 1178, ne firent jamais figurer la dignité primatiale dans leur titulature, même s’ils entendirent à plusieurs reprises la faire reconnaître par les prélats de Sens notamment. Plus importante pour eux en ces temps d’affirmation du pouvoir pontifical fut la fonction de légat, que, depuis Hugues de Die, un certain nombre d’entre eux (Humbaud, Amédée, Heraclius, Guichard, Jean Bellesmains) exercèrent de façon plus ou moins continue49.

Le peu d'enthousiasme pour la réforme canoniale

  • 50 E. Caspar éd., Das Register Gregors VII., op. cit., 1. VI, no 36. Le pape précise aussi dans cette (...)
  • 51 A.D. Rhône, 10 G 416 (4,5), qui porte par erreur la date de 1023 ; éd. partielle dans M.-C. Guigue,(...)
  • 52 J. Pourrat, L'Antique École de Leidrade, Lyon, 1899, p. 34 ; R. Fédou, « Le Moyen Âge : de Leidrade (...)

31Autre point sensible pour juger de l’attitude lyonnaise vis-à-vis de la réforme de l’Église : l’accueil fait au renouveau canonial. Il fut ici pour le moins réservé. Et pourtant on sait que Grégoire VU y attachait une grande importance. Il l’exprime d’ailleurs dans une lettre sévère qu’il adresse le 20 avril 1079 aux chanoines de Lyon pour les enjoindre à remettre à l’archevêque Gébuin les biens procurés à prix d’argent, à l’exemple du doyen Bladinus, qui, venu à Rome avec ce dernier, avait accepté de renoncer entre les mains du pape à ce qui n’avait pas été acquis avec le commun accord de tous les chanoines50. Cette admonition pontificale ne servit pas à grand-chose. En effet, aucun des trois grands chapitres de la ville (Saint-Jean, Saint-Just, Saint-Paul) n’accepta de reprendre la vie commune et de rejoindre le mouvement des chanoines réguliers. Au contraire, tous renforcèrent leur organisation traditionnelle et complétèrent progressivement la liste de leurs dignitaires : à la tête de celui de Saint-Just se trouve désormais l’obéancier de Saint-Just ; à Saint-Paul, le chamarier, assisté du chantre et du sacriste, préside aux destinées du chapitre, tandis que se dessine une hiérarchie beaucoup plus développée au chapitre cathédral. Tous ces chapitres, entre lesquels des liens souvent étroits existent - ainsi les dignitaires des chapitres de Saint-Just et de Saint-Paul avaient-ils leur place réservée dans le chœur de Saint-Jean lors des grandes fêtes -, paraissent alors grandement préoccupés par la gestion de leurs biens. Ils ne négligent pas pour autant leurs fonctions habituelles, comme les célébrations liturgiques de l’église cathédrale, ou encore les tâches charitables. À ce propos, le chapitre Saint-Jean fonde en 1123, à la suite d’une grande famine, l’Aumône (appelée plus tard « Grande Aumône »51 pour la distinguer de l’assistance hebdomadaire envers quelques pauvres connus et en nombre limité, héritière de la matricule carolingienne) ; alimentée par les versements obligatoires des chanoines, elle permettait la distribution chaque année de grains aux pauvres de la ville, et plus tard aux religieux mendiants. Par ailleurs, le chapitre cathédral continue à assurer les tâches d'enseignement. Mais ses écoles, placées sous l’autorité d’un chanoine (magister scolarum), n’ont toujours comme but que la formation des enfants à la lecture et au chant liturgiques. On signale bien l’existence d’un maître en théologie à la fin du XIIe siècle, mais sa place n’est pas exactement définie52. En tout cas, il y a quand même à Lyon à ce moment des clercs capables de traduire l’Écriture en langue vulgaire, comme le montre l’histoire de Valdès dont on reparlera.

  • 13 Cf. aussi P Collomb, « Les statuts du chapitre cathédral de Lyon (XIIe-XVe siècle) : première explo (...)
  • 14 J. Beyssac, Les prévôts de Fourvière, Lyon, 1908.
  • 15 Id., « Abbés du chapitre de Lyon et abbés de Saint-Just », Revue d'histoire de Lyon, 1913.
  • 16 Id., « Les custodes de Sainte-Croix », Bulletin de la historique Société littéraire historique et a (...)
  • 17 Id., « Les trésoriers de l’Église de Lyon », Bulletin du diocèse de Lyon, 1925, p. 65-87, 205-217, (...)
  • 18 Id., Les chevaliers de l'Église de Lyon, Lyon, 1925.

Les dignitaires du chapitre cathédral de Lyon
À partir du XIIe siècle on discerne assez bien la structure interne du chapitre cathédral de Lyon. Elle a été bien étudiée, il y a de cela près d'un siècle par J. Beyssac, Les Chanoines de l’Église de Lyon, Lyon, 191413. Les membres du chapitre remplissaient des fonctions liturgiques dans les trois églises qui constituaient le « groupe cathédral » : Saint-Jean, la cathédrale ; Saint-Étienne ; Sainte-Croix. Au sommet, neuf dignités qui sont, par ordre de préséance :
- Le doyen : mentionné pour la première fois au début du Xe siècle ; il est élu par le chapitre dont il était le chef et dont il présidait les réunions. C’était un personnage très puissant.
- L’archidiacre : mentionné pour la première fois au milieu du Xe siècle ; élu par le chapitre, il était chargé avant tout des problèmes temporels ; un certain nombre d’entre eux devinrent archevêques.
- Le précenteur : mentionné pour la première fois au milieu du Xe siècle ; élu par le chapitre, il était chargé du chant liturgique.
- Le chantre : mentionné pour la première fois au milieu du Xe siècle ; élu par le chapitre, il secondait le précenteur, et instituait les maîtres chargés de l’enseignement.
- Le chamarier : mentionné pour la première fois vers 1070 ; élu par le chapitre, il était responsable de l’ordre et de la police à l’intérieur du grand cloître. C’est lui qui reçoit le serment des nouveaux chanoines.
- Le sacristain : mentionné pour la première fois au milieu du XIIe siècle ; nommé par l’archevêque, il était responsable de la célébration du culte, des cloches et du luminaire de la cathédrale.
- Le custode : mentionné pour la première fois au Xe siècle ; nommé par l’archevêque, il exerçait les mêmes fonctions que le sacristain, mais dans l’église Saint-Étienne.
- Le prévôt de Fourvière : mentionné pour la première fois en 1193 ; chef du chapitre Saint-Thomas de Fourvière, fondé en 119214.
- Le maître de chœur : mentionné pour la première fois au XIe siècle ; élu par le chapitre, il jouait le rôle de maître des cérémonies et dirigeait les clercs au service de l’église.
- Deux dignités disparaissent ou changent de nature aux XIIe-XIIIe siècles :
- L’abbé : mentionné pour la première fois vers 830 ; primitivement à la tête du chapitre, mais résidant à Saint-Just, il devient à la fin du XIe siècle « abbé de Saint-Just », et conserve jusqu'au début du XIIIe siècle une place honorifique (la troisième) parmi les dignitaires du chapitre cathédral. À partir de 1290, ce titre fut réservé aux archevêques de Lyon, qui prêtaient serment au chapitre de Saint-Just15.
- Le prévôt : attesté entre le milieu du IXe et le milieu du XIe siècle, sa fonction est difficile à préciser.
- On trouve ensuite, après les simples chanoines, les Incorporés, sorte de chanoines de deuxième rang, qui remplissaient des offices précis :
- Les deux custodes de Sainte-Croix : prêtres chargés du service paroissial de cette église, attenante à Saint-Étienne16.
- Le sacristain de Saint-Étienne : désigné par le custode, il assurait, à partir du XIIIe siècle, la direction des 16 prêtres (desserviteurs) chargés du service de cette église.
- Le trésorier : auxiliaire du sacristain, il assurait la garde du trésor et des archives du chapitre17.
- Les chevaliers : au nombre de sept, ce sont, au XIIIe siècle, des clercs ayant étudié le droit, qui assurent la défense juridique des intérêts du chapitre18.
- Les perpétuels : ce sont douze prêtres chargés de la célébration des messes quotidiennes.
- Enfin, le reste des clercs dépendants du chapitre comprend :
- Les habitués : prêtres ayant reçu l’habit du chapitre, aidant les perpétuels pour les célébrations liturgiques.
- Les desserviteurs : autres prêtres auxiliaires, assurant notamment le service à Saint-Étienne.
Un nombre assez important de clercs et de clergeons.

  • 53 A.D. Rhône, 2 H 2, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 11, p. 23-24. Les circ (...)
  • 54 Au cours du XIIe siècle, les chanoines de la Platière acquirent dans la Presqu’île, outre leur part (...)
  • 55 Cette « régularisation » est mentionnée dans la notice de l’archevêque Hugues figurant dans Tobitua (...)
  • 56 A.D. Rhône, 16 G 5, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 31, p. 44-45.
  • 57 Une précieuse notice rédigée en 1179 par un chanoine de Belleville, et dont il nous reste un vidimu (...)

32Il est bien évident que, face à cette résistance des trois grands chapitres urbains, les deux établissements de chanoines réguliers qui virent le jour à Lyon ne pèsent pas d’un bien grand poids. Tous deux doivent leur naissance à la volonté des deux archevêques grégoriens Gébuin et Hugues de Die. Le premier, qui apparaît vers 1080, est un prieuré de Saint-Ruf, Notre-Dame de la Platière, établi dans la Presqu’île entre le monastère Saint-Pierre et la Saône. Il s’agit d’une création imposée par l’archevêque Gébuin aux autres chapitres et monastères de la ville, fort réticents devant l’arrivée de ces quelques chanoines réguliers. Leur hostilité durait toujours en 1092 : l’abbaye de l’Ile-Barbe conteste alors, devant Hugues de Die, qui donne raison aux chanoines, les biens qui avaient été concédés aux nouveaux venus lors de leur installation53. Elle n’est pas encore éteinte au milieu du siècle suivant, quand les moniales de Saint-Pierre et les chanoines de la Platière se disputent à propos des limites paroissiales de la Presqu’île comme on l’a vu. En tout état de cause, ces nouveaux venus ne furent jamais plus d’une dizaine (6 en 1157), et leur rôle spirituel et pastoral dans la ville se limitait au service de leur paroisse - seul lieu de culte alors dédié à la Vierge à Lyon - et à la désignation du reclus de Saint-Marcel, au-delà des Terreaux54. Quant à l’autre établissement de chanoines réguliers, il s’agit du petit chapitre Saint-Irénée, jusqu’alors toujours associé à celui de Saint-Just et que Hugues de Die réforma à la fin du XIe siècle, lui accordant sa protection et lui faisant restituer des biens dès lors administrés en commun55. En 1150, le pape Eugène III confirma les possessions dudit chapitre56. Mais, faute de documents, il est bien difficile de déterminer la place que ces chanoines réguliers, placés sous l’autorité d’un prieur, pouvaient tenir à Lyon même. En revanche, on sait que ce chapitre joua un rôle important dans la fondation, en 1158, de la collégiale de Belleville-sur-Sâone voulue par le sire de Beaujeu Humbert III, qui souhaitait y établir la nécropole de sa famille57.

  • 58 Charte de Jean Bellesmains dont l’original n’existe plus. Elle est connue par des copies (A D. Rhôn (...)
  • 59 Si major et mater ecclesia fodere vel cavare voluit (sic), marmorei lapides et illi qui vulgo dic (...)

33Enfin, quand les clercs lyonnais s’avisent de fonder un nouveau chapitre, c’est le modèle ancien qu’ils adoptent. Ce fut le cas à Fourvière en 1192, quand l’archevêque Jean Bellesmains transforma en chapitre - qui fut ainsi une sorte d’annexe du chapitre Saint-Jean - la chapelle dédiée à la Vierge et à saint Thomas de Canterbury fondée en 1174 par le doyen du chapitre cathédral. Neuf chanoines, sous l’autorité du prévôt de Fourvière, lui-même dignitaire du chapitre cathédral, y furent installés58. Remarquons en passant que la charte de fondation de ce chapitre évoque le passé archéologique romain de Fyon. En effet, l’archevêque indique que les morceaux de marbre et les choins qui pourront être trouvés dans des excavations faites sur le site de la fondation reviendront à la « grande église » : n’oublions pas que le chantier de la construction de la nouvelle cathédrale Saint-Jean bat alors son plein59.

Le sens de l’action de Valdès à Lyon

  • 60 Saint Bernard, Lettre 174 aux chanoines de Lyon, J. Leclercq, H.M. Rochais éd., S. Bernardi opera, (...)
  • 61 G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), op. (...)
  • 62 L’analyse de la phase « lyonnaise » du valdéisme, assez sensiblement approfondie depuis la publicat (...)

34Les clercs lyonnais ne semblent donc pas avoir manifesté un enthousiasme excessif pour le mouvement de la réforme de l’Église. Malgré quelques innovations liturgiques et dogmatiques comme la célébration de l’immaculée Conception, qui fut violemment combattue par saint Bernard en 113860 ou encore l’institution plus tardive par Jean Bellesmains de la fête de l’Invention de la Croix61, les formes de pratique religieuse et les règles morales qu’ils proposaient aux fidèles n’avaient guère évolué vers 1170. D’autre part, on l’a vu, la richesse qui circule alors en plus grande quantité à Lyon est encore d’origine essentiellement ecclésiastique, et un certain nombre d’habitants de la ville en profitent. La démarche originelle de Valdès ne peut se comprendre que dans ce double contexte, et doit d’abord s’envisager dans le cadre lyonnais, le seul qui nous retiendra ici. Il faut insister plus particulièrement sur quatre points62.

35Premièrement, la grande difficulté à appréhender cette phase lyonnaise du mouvement vaudois. Pas de document d’origine locale et immédiatement contemporain, à part une profession de foi de Valdès faite à Lyon en 1180, et un exemplum d’origine cistercienne récemment mis en lumière, mais uniquement des textes plus tardifs, du temps où le valdéisme avait déserté la ville et était devenu une hérésie. Comme c’est la règle en pareil cas, les sources d’information émanent uniquement - à une exception près - de ses adversaires chargés de défendre l’orthodoxie, et ne livrent par conséquent qu’une image partielle et partiale de la doctrine et des hommes à combattre. Mais de plus, à la différence des autres mouvements hétérodoxes du Moyen Âge, celui-ci a survécu à la répression et rejoint la Réforme au XVIe siècle, en ayant quelque peu oublié ou transfiguré ses origines. Cela vient encore compliquer les choses. On peut alors comprendre que le personnage même de Valdès demeure si mal connu, au point que certains ont parfois mis en doute son existence. Si nous connaissons son nom, son prénom, Pierre, n’est mentionné pour la première fois que dans un document de 1368. De même, c’est une tradition tout aussi tardive qui en fait un marchand de drap habitant l’actuelle rue de la Poulaillerie. Enfin, on ne sait absolument rien de précis sur ce qu’il advint de lui après qu’il ait été chassé de Lyon avec ses disciples en 1182. Tout ce que l’on peut dire avec quelque vraisemblance, c’est que Valdès faisait partie des riches familles de la ville, qu’il avait amassé une importante fortune peut-être en servant l’Église, et qu’il utilisait les profits réalisés pour acquérir des biens immobiliers et pratiquer l’usure.

36Deuxièmement, la démarche de Valdès a été, au départ, personnelle et réfléchie, même s’il passait pour un illuminé aux yeux de sa famille et de ses concitoyens. Il a probablement pris progressivement conscience d’avoir réalisé des profits illicites (usure) au moyen d’argent provenant peut-être plus ou moins directement de l’Église, circonstance aggravante qui compromettait encore davantage son salut. Son propos initial est donc de renoncer à sa propre richesse. Mais il le fait de façon ordonnée. Il en réserve d’abord une partie pour subvenir à l’entretien de sa femme sa vie durant et à l’établissement de ses filles dans un monastère. Puis il restitue immédiatement ce qu’il juge avoir acquis de façon illicite à ceux qu’il avait lésés. Enfin, il distribue peu à peu le reste aux pauvres de la ville. À ce stade, semble-t-il, personne ne l’imite. Les adeptes ne viennent que quand il commence à parler, à prêcher. Quand ils se présentèrent et que Valdès les accueillit, le mouvement changea de signification.

37Troisièmement, Valdès ne conteste ni l’institution ecclésiale ni le dogme. Il obéit à l’archevêque Guichard, il se rend en personne ou par disciples interposés au concile de Latran de 1179, il fait une profession de foi tout à fait orthodoxe en 1180 à Lyon. Mais sur trois points il peut légitimement inquiéter les clercs lyonnais, car, laïc, il semble vouloir empiéter sur leur fonction ou même l’usurper. D’abord parce qu’il fait, pour un temps assez bref il est vrai, directement l’aumône de façon quasi institutionnelle et sans recourir à l’intermédiaire clérical ou monastique : il distribue en effet, sur ses propres biens, de la nourriture aux pauvres trois fois par semaine pendant une famine. Ensuite, il se met à prêcher pour communiquer son expérience, attaquant par là le monopole clérical de la prédication. Enfin, il veut accéder directement à la connaissance de l’Écriture, sans la médiation - considérée comme indispensable - des clercs, sinon pour la traduire en langue vulgaire. Ce qui est très surprenant, c’est que malgré tout cela, il ne semble pas avoir rencontré d’opposition majeure à Lyon jusqu’en 1182. Bien plus, l’archevêque Guichard, cistercien austère et ami de la pauvreté, paraît avoir été d’une grande indulgence à son égard, et le fait qu’il ait pu trouver des clercs proches du chapitre Saint-Jean pour traduire les livres saints montre qu’il devait pouvoir compter sur des appuis parmi le clergé de la ville.

38Enfin, le brusque changement qui intervient en 1182 mérite qu’on s’y arrête. Peu après l’avènement d’un nouvel archevêque, Jean Bellesmains, Valdès et ses partisans sont brusquement condamnés, excommuniés et chassés de la ville par le prélat. Cette sentence fut confirmée au concile de Vérone par le pape Lucius III en 1184. On met habituellement ce revirement au compte des excès et déviations divers dont se seraient rendus coupables des disciples plus radicaux prêchant sans autorisation, interprétant les Écritures et causant du scandale, Valdès lui-même étant complètement dépassé par le mouvement qu’il avait lancé. Il y a sans doute là une part de vérité. Mais il faudrait chercher aussi du côté de l’Église de Lyon elle-même. Jean Bellesmains, ancien proche de Thomas Becket, était un homme d’ordre. À son arrivée à Lyon, il jugea sans doute inadmissibles les activités de Valdès et des siens. Mais il dut être aussi alarmé par la tolérance, sinon la complicité que certains clercs de l’Église de Lyon, on l’a vu, manifestaient à leur égard. Y voyant un très grave risque de division et de subversion tant de l’Église qu’il venait de prendre en charge, que de sa propre autorité épiscopale, il voulut immédiatement réagir, et expulsa donc les Vaudois de la ville. Quoi qu’il en soit, il n’est plus question ni de Valdès ni de ses disciples à Lyon, et la suite de leur histoire n’appartient pas à la ville d’où ils sont issus, mais au Languedoc, à la Provence, à l’Italie, aux Alpes où ils essaimèrent. Seul le nom de « Pauvres de Lyon » par lequel on les désigne les rattache encore à l’origine de leur mouvement.

39Deux enseignements concernant l’histoire de Lyon peuvent être tirés de cet épisode. En premier lieu, s’il atteste bien un enrichissement et une ouverture sur l’économie monétaire de la ville, ceux-ci sont encore limités et ne posent de problème qu’au niveau des individus : l’initiative de Valdès n’a rencontré que peu d’écho sur place, elle disparaît avec lui, et surtout elle n’a absolument pas entraîné la remise en cause des structures politiques et sociales de la cité. D’autre part, si Valdès a pu agir comme révélateur de certaines tensions, celles-ci sont avant tout internes à l’Église lyonnaise proprement dite : elles opposent un encadrement ecclésial (les chapitres essentiellement) hostile à toute évolution et enclin à une certaine fermeture, et un petit nombre de clercs sincèrement désireux de mieux répondre aux aspirations des fidèles ou simplement impatients de participer au plus vite à un pouvoir qu’on tardait à leur offrir. Il n’est pas indifférent de noter à ce propos que l’un des deux clercs qui avait traduit la Bible pour Valdès est signalé par la suite comme un ami des Frères Prêcheurs lorsqu’ils vinrent s’installer à Lyon. Mais le clivage ne devait pas être encore trop profond, puisque tout rentra dans l’ordre avec l’expulsion de Valdès.

40Vers 1180, le calme semble être revenu à Lyon dans tous les domaines. L’archevêque exerce à nouveau une autorité sans partage sur la ville comme sur l’Église. Rien ne décrit mieux l’étendue de son pouvoir temporel que le tableau qu’en fait Jean Bellesmains, plusieurs années après avoir résigné ses fonctions, dans une lettre à l’évêque de Glasgow. Mais derrière cette puissance apparente pointent des tensions mal dissimulées. Combien de temps les structures anciennes de pouvoir pourront-elles tenir face à une population qui s’accroît plus vite, voit ses activités se diversifier et sa richesse augmenter, et manifeste des aspirations spirituelles plus exigeantes ? Combien de temps l’archevêque pourra-t-il continuer à prétendre, comme Jean Bellesmains l’avait fait, exercer seul, sans son chapitre, le pouvoir dévolu à l’Église de Lyon ? Combien de temps enfin la ville pourra-t-elle encore rester à l’écart des grandes évolutions et ignorer le danger (ou la chance) que représentent les visées dont elle risque d’être l’objet ? Autant de crises en puissance que l’on sent proches.

  • 19 Guillaume resta évêque de Glasgow jusqu’en 1202, date à laquelle il fut transféré à Saint-Andrews o (...)
  • 20 Rappelons qu’elles sont déjà mentionnées au VIIIe siècle. Rappelons aussi que Guchard, alors abbé d (...)

Les pouvoirs de l’archevêque de Lyon à la fin du XIIe siècle
Environ sept ans après avoir renoncé à sa charge épiscopale, Jean Bellesmains, qui s'est retiré à Clairvaux, écrit à Guillaume Mauvoisin, chancelier du royaume d’Écosse, élu évêque de Glasgow en 1199 et qui vient d’être consacré à Lyon en 120019 ce qui atteste la permanence des liens entre cette ville et les Iles Britanniques, notamment depuis les séjours de saint Anselme auprès de l'archevêque Hugues de Die au début du XIIe siècle20. Outre la description du pouvoir temporel qu'il avait exercé durant son épiscopat, du rôle du sénéchal et des problèmes que pouvait poser à un clerc l’exercice de la justice séculière, Jean expose à son correspondant les raisons qui l'ont amené à résigner sa charge. On notera deux intéressantes références : au prestigieux passé hagiographique de la ville ; aux usages
romains.
Au vénérable seigneur et confrère dans le sacerdoce G[uillaume], par la grâce de Dieu évêque de Glasgow, J[ean] jadis archevêque de l'église primatiale de Lyon et maintenant le plus petit des prêtres du Christ,
salut.
Comme nous avions répondu, mon bon frère, par de précédentes lettres aux vôtres, nous savons que vous pourrez rencontrer sur votre chemin de retour, que nous vous souhaitons sans encombre, beaucoup de personnes sages et avisées qui, sur les questions que vous nous avez posées et sur d'autres, pourront vous répondre plus sagement et plus complètement, surtout si vous vous disposez à passer par Paris : là, en effet, il est certain qu’on rencontre beaucoup d'experts en droit tant humain que divin. Et pour ne pas laisser notre sollicitude inactive, nous allons nous attacher à vous dire ce que nous avons cherché à faire à l'exemple des ancêtres et selon l’expérience de notre
temps.
Ce siège archiépiscopal, dans lequel vous avez reçu la consécration épiscopale, et sur lequel, bien qu’indigne, nous avons assuré durant quelques années la charge épiscopale, a pleine juridiction, celle que vous appelez baronniale, tant sur les terres d’Empire que sur celles du royaume de France, puisque le diocèse se trouve dans les deux ; et nous ne pensons pas qu'on puisse facilement trouver une autre Église qui jouisse de la prérogative d’une telle liberté. Nous usions de la charge et de l'honneur qui nous avaient été confiés à la manière de nos prédécesseurs. J’avais un sénéchal auquel je confiais le soin et le souci des affaires judiciaires, et qui traitait non seulement des causes pécuniaires, mais aussi des crimes et délits qu’il punissait selon les coutumes de la région : de sorte que, comme vous le rappelez dans votre lettre, l’audace des hommes dépravés ne puisse croître à cause de l’impunité. Je craignais cependant que, si par hasard la nature de la faute devait entraîner pendaison ou mutilation, on ne m’informe de cette sentence. Lui-même [le sénéchal] se prononçait avec ses assesseurs, sans me consulter. Je savais sans doute que c’était moi qui lui avais conféré l’autorité pour connaître et juger ; mais de cette dissimulation il me venait une sorte d’assurance, puisque les saints hommes qui m’avaient précédé sur ce siège avaient agi de même sans encourir aucun reproche. Nulle part dans le monde latin, sinon dans notre église majeure, on ne trouve tant de saints martyrs ou de confesseurs, ce que vous pourrez facilement constater en consultant le martyrologe de Bède ou celui de son successeur Usuard, qui a largement augmenté le catalogue des saints. Est venu s’ajouter pour accroître [l’assurance dont il a été question] le fait que le préfet de la ville de Rome, qui est spécialement préposé à la punition des coupables, est réputé recevoir l’autorité de sa préfecture du seigneur pape. Et le dimanche où on chante Laetare Jerusalem, le souverain pontife porte une rose d’or au cours d’une procession solennelle, et rémunère de cette rose [le préfet de la ville] comme pour le rétribuer de ses services. Et à Bénévent, qui dépend de la mense apostolique, le seigneur pape ordonne un recteur qui, soit lui-même, soit par des citoyens de ladite ville, punit et liquide les crimes commis en ce lieu. J’usais de consolations de ce genre ; sachant cependant que si un profit provenait de ce type de causes, il était affecté à mes dépenses, déduction faite du droit de mon sénéchal auquel on donnait le tiers de ce profit pour sa rémunération. Nous avons attentivement veillé, tant nous-mêmes que nos prédécesseurs, à ce que celui qui devait être chargé de cette fonction ne soit pas ensuite promu aux ordres sacrés. Voilà, mon bon frère, nous avons répondu à votre première question... Voici maintenant ce que nous pensons devoir répondre à votre deuxième question. Les clercs, et tout spécialement ceux qui sont promus aux ordres sacrés, ne doivent pas engager de poursuites pour rapines ou autres vols commis à leur détriment devant une cour séculière ; si on ne peut les en empêcher, qu’ils n’osent en aucune façon aller jusqu’au duel judiciaire, à l’ordalie du fer rouge ou de l’eau ou à tout autre épreuve de ce type. S’ils ne respectent pas cette interdiction et que par suite de leur citation interviennent mutilation ou exécution capitale, ils mériteront d’être privés de leur office et de leur bénéfice ecclésiastique. L'autorité apostolique leur oppose en effet ceci : Pourquoi ne souffrez-vous pas plus que la fraude commise ? Nous croyons qu’il faut appeler fraude la condamnation prononcée contre un individu par la malignité ou la fraude d’un autre. Nous vous avons transcrit cela assez méticuleusement, sans préjudice d’un meilleur et d’un plus sain conseil. À cause des affaires rappelées ci-dessus et de quelques autres qui m’ont assez sérieusement accablé, j’ai choisi, vénérable prêtre du Christ, de passer le reste de vie que Dieu m’accordera dans la pénitence et les larmes, et de goûter la douceur de la vie contemplative (si cela peut se faire). J'ai dû, alors que j'exerçais l’honneur de la charge archiépiscopale de Lyon, m’impliquer dans l’honneur de la milice du siècle. J’ai poursuivi à main armée les auteurs de rapts, les sacrilèges et les bandits de grand chemin, et assiégé, brûlé et démoli leurs retranchements et leurs châteaux. Et dans cette lutte sont morts non seulement ces malfaiteurs, mais aussi certains de ceux que nous avions emmenés contre eux. C’est pourquoi, prosterné maintenant aux pieds de votre sainteté, tel un misérable pécheur, je vous supplie d’intervenir pour obtenir le pardon de mes fautes. Portez-vous bien.
Lettre de Jean Bellesmains à Guillaume Mauvoisin évêque de Glasgow (1200 ca), P.L., 209, c. 879-882.

L’ouverture tardive (XIIIe siècle)

41Le long XIIIe siècle lyonnais, de 1180 à 1320 environ, est placé sous le signe de l’ouverture. Une ouverture tardive, redisons-le, dans le cadre de l’histoire urbaine de l’Occident et qui, pour cette raison, ne se fit pas sans secousse. Le mouvement vint d’abord de l’intérieur même de la cité. Ce fut une volonté de s’ouvrir sur l’extérieur en accueillant davantage d’habitants et en améliorant les communications avec le reste de l’Occident. Ensuite, la résolution des tensions internes entrevues à la fin du XIIe siècle fit craquer quelques vieilles structures, celles du pouvoir par exemple.

42Mais il y eut aussi, en sens inverse, la manifestation de l’intérêt porté par le monde extérieur à la ville. Pour des raisons géographiques et politiques principalement. Tant que Lyon ne fut pas absorbé dans un état au pouvoir fort, sa facilité d’accès en fit un endroit idéal pour accueillir le pape chassé d’Italie ou pour tenir de grands conciles. À partir du moment où il se trouva dans l’aire d’expansion d’un puissant voisin, l’intérêt qu’on lui portait changea de nature. C’est ainsi que les rois de France ou les comtes de Savoie cherchèrent tour à tour à s’y installer à partir du milieu du XIIIe siècle.

Les transformations du cadre urbain

43Au XIIIe siècle, Lyon accueille plus facilement hommes et marchandises dans un espace plus largement urbanisé et mieux relié avec l’extérieur.

Le pont du Rhône

44Jusqu’à la fin du XIIe siècle, le seul pont de Lyon était celui de la Saône. On franchissait le Rhône par des bacs vers le port vieux du Rhône. La violence du courant et le caractère dévastateur des crues semblaient rendre impossible toute construction d’ouvrage d’art que la faiblesse du trafic, d’autre part, n’aurait pas justifié. Mais à partir des années 1170 le contexte change. C’est d’abord la prodigieuse intensification des échanges entre l’Italie et les foires de Champagne. On songea à Lyon à capter la partie de cette circulation qui, venant des Alpes, passait à l’est de la ville pour aller rejoindre la vallée de la Saône à Mâcon. Pour y parvenir un pont sur le Rhône était indispensable. Par ailleurs, la construction contemporaine de plusieurs ouvrages dont le pont Saint-Bénézet d’Avignon pouvait faire paraître dorénavant les obstacles techniques moins insurmontables.

  • 63 Charpin-Feugerolles (Comte de), M.-C. Guigue éd., Grand cartulaire de l’abbaye d’Ainay, 2 vol., Lyo (...)
  • 64 À propos de l’emplacement du pont du Rhône, de la succession et/ou de la coexistence (probables ?) (...)

45L’initiative de l’entreprise paraît revenir à des citoyens de Lyon, protégés, semble-t-il, par l’archevêque Jean Bellesmains. Mais ces « entrepreneurs » restent pour nous anonymes, et leur rôle s’évanouit dès le début de l’entreprise. Celle-ci posait trois problèmes : foncier, financier et technique. La rive droite du Rhône était, à l’emplacement choisi, dans la directe d’Ainay. Les moines cédèrent vers 1185 deux bandes de terrain moyennant un cens63. Le financement de la construction fut assuré par des dons et des legs, et par des offrandes faites à la chapelle bâtie près de l’entrée du pont sur la rive droite. On confia enfin la réalisation de l’opération à des spécialistes. Ce fut un travail très difficile, à reprendre sans cesse. Le premier pont, en bois, s’effondra au passage des croisés en 1190, et sa reconstruction, partie en bois, partie en pierre posa de telles difficultés que les Frères du pont renoncèrent en 1308. Ils furent remplacés, tant pour le pont que pour l’hôpital, qui avait été construit un peu en amont, par les Cisterciens d’Hautecombe, puis par ceux de La Chassagne-en-Dombes en 131464.

  • 65 La notice de l’obituaire de la cathédrale indique que l’archevêque Jean édifia depuis les fondation (...)

46Malgré les aléas de l’entreprise, ce pont représentait un atout essentiel pour le développement de la ville. Pour son essor économique surtout, puisqu’il n’entraîna, avant longtemps, aucune urbanisation importante sur la rive gauche. Tout au plus faut-il signaler la construction (ou la reconstruction ?) du château de Béchevelin par l’archevêque Jean Bellesmains65, et l’existence de la léproserie de la Madeleine.

L’urbanisation de la Presqu’île

47Amorcée, on l’a vu, avec la construction du pont de Saône, l’urbanisation de la Presqu’île s’accélère au XIIIe siècle. Quatre éléments y concourent. D’abord un fort courant d’immigration lié à l’accroissement démographique général et au développement d’activités urbaines consommatrices de main-d’œuvre. On ne peut en mesurer l’ampleur car il concerne avant tout les plus humbles, qui ne laissent pas de trace dans la documentation. Mais on devine son importance à l’extension du périmètre urbanisé que l’accroissement naturel de la population lyonnaise ne pourrait à lui seul expliquer.

48Le pont du Rhône a bien évidemment joué aussi un rôle déterminant. Désormais l’axe de la rue Mercière et de ses prolongements relie les deux ponts et cristallise l’activité marchande de la ville, attirant dans cette partie de nouveaux habitants.

  • 66 Selon la méthode bien connue proposée par J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la Fr (...)

49Par ailleurs, l’installation des ordres nouveaux - mendiants, hospitaliers, militaires - a été, là comme dans les autres villes d’Occident, un élément déterminant pour l’urbanisation en marge des anciens noyaux urbains. Les premiers venus se sont installés entre Bellecour et la Grenette. La deuxième vague, à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle, alla s’établir, faute de place, au-delà des Terreaux, vers Saint-Vincent. La présence d’un couvent de chacun des quatre grands ordres mendiants (Mineurs, Prêcheurs, Carmes et Augustins) est un indice commode pour classer Lyon parmi les villes importantes d’Occident au début du XIVe siècle66.

  • 21 Après la suppression de l'Ordre des Templiers (1312), ses biens passèrent aux Hospitaliers. À Lyon, (...)
  • 22 C'est l'archevêque Aymar de Roussillon qui, le 1er avril 1279 (A.D. Rhône, 47 H 2, f. 807-809), con (...)
  • 23 Le rôle attribué à un « Jacques (ou parfois Humbert) de Grôlée, sénéchal » dans l'installation des (...)

Les nouveaux ordres religieux à Lyon au XIIIe siècle
1. Les ordres hospitaliers et militaires

- Fin XIIe siècle : établissement des Hospitaliers à Saint-Georges (rive droite de la Saône, en aval du quartier cathédral).
- Avant 1208 : établissement des Templiers, sur la rive gauche de la Saône (actuel quartier des Célestins)21.
- 1279 : établissement des Antonins (Saint-Antoine-en-Viennois), sur la rive gauche de la Saône dans l’hôpital Saint-André (bâtiments du XVIIe enchâssés dans des immeubles d’habitation subsistant quai Saint-Antoine actuel)22.
2. Les ordres mendiants
- 1218 : établissement des Frères Prêcheurs (ou Dominicains, ou Jacobins) près de la recluserie de Sainte-Marie-Madeleine, sur le Gourguillon. En 1235, les Frères déménagent pour s’installer dans la Presqu'île (actuel quartier des Jacobins), à l’est de la maison du Temple, près de la chapelle Notre-Dame de Confort (leur couvent prit ce nom), sur un terrain d’Ainay.
- Entre1220 et 1226 : établissement, dans des circonstances et selon des modalités inconnues23, des Frères Mineurs (ou Franciscains, ou Cordeliers), sur un terrain sans doute inhabité sis sur la rive droite du Rhône au sud de la Grenette (très approximativement entre la place des Cordeliers, la rue Grôlée et la rue Ferrandière actuelles) et donc en dehors de l'enceinte urbaine encore marquée peut-être à ce moment par le mur de la Grenette.
- 1291-1305 : établissement des Carmes dans le faubourg Saint-Vincent, en dehors de l'enceinte urbaine (actuel quartier de la Martinière).
- 1304 : établissement des Clarisses à la Déserte (à côté des Carmes).
- Avant 1319 : établissement des Augustins, à côté des Carmes.

  • 67 Sur l'urbanisation de la Presqu’île au XIIIe siècle, cf. C. Arlaud (dir.), Lyon, les dessous de la (...)

50Enfin, cette urbanisation de la Presqu’île a été rendue possible parce que l’abbaye d’Ainay, détentrice de la directe, a compris l’intérêt financier qu’elle pouvait en retirer. En acceptant de lotir en partie des terrains jusque-là à usage rural, elle s’assurait par le versement de cens annuels des revenus plus élevés et plus réguliers, et ce au moment où le reste de sa seigneurie - en dehors de la ville - commençait sans doute à lui rapporter moins67.

  • 68 N. Gonthier, Lyon et ses pauvres au Moyen Âge (1350-1500), Lyon, 1978, p. 138-148.

51Lyon a donc vu sa population croître très sensiblement au cours du XIIIe siècle. La multiplication des hôpitaux en est une conséquence. Cinq sont connus à la fin du XIIe siècle. On en compte douze un siècle plus tard, dont il ne faut pas exagérer cependant la capacité d’accueil. Quelques-uns sont spécialisés dans le traitement de certains malades : les Antonins soignent le mal des Ardents à la Contracterie, et les lépreux sont toujours tenus hors de la ville, à la Madeleine outre-Rhône ou au Griffon au-delà des Terreaux. Les autres hôpitaux reçoivent pauvres et pèlerins68.

Une économie plus diversifiée

52Économiquement, Lyon ne dépend plus exclusivement de ses campagnes au XIIIe siècle. Une économie urbaine commence à se développer, fondée sur l’activité commerciale et artisanale. Pour autant les horizons ne sont pas encore bien lointains.

La prééminence des échanges locaux

  • 69 M.-C. Guigue éd., Cartulaire municipal de la ville de Lyon, Lyon, 1876, p. 375-376.
  • 70 Ibid., p. 406-409 (tarif de 1277) et p. 419-423 (tarif de 1295).

53En 1193, les bourgeois lyonnais prêtent à leur archevêque, Renaud de Forez, vingt mille sous, somme assez considérable, en échange de l’abandon de certaines taxes et redevances que l’Église de Lyon prélevait sur les transactions foncières et sur certaines récoltes (vin notamment)69. Cet accord, souvent présenté comme le premier signe de la puissance économique nouvelle des habitants de Lyon, ne traduit pas encore en fait un grand désir d’ouverture de leur part. C’est sans doute davantage un placement frileux rémunéré par la levée d’obstacles pesant sur l’exploitation de biens fonciers et non sur la circulation des marchandises au long cours. Bien sûr on admettra que, payant moins de redevances sur la terre et ses fruits, les bourgeois pourront vendre ceux-ci meilleur marché et en plus grande quantité. En dernière analyse, en tout cas, cela montre l’importance capitale du commerce local. Cent ans plus tard, elle perdure. Si on examine, en effet, les tarifs de péages dus à l’entrée de la ville entre 1277 et 1315 environ, on constate que dominent de façon écrasante les denrées alimentaires (poissons, viande sur pied, salaisons, volailles, grains, huile de noix...), puis les matières premières destinées à l’artisanat local (peaux, chanvre, métaux - fer, étain, cuivre - en lingots), et enfin des produits manufacturés provenant des environs, comme des draps de Vienne ou de Saint-Symphorien-le-Château. Les marchandises de provenance lointaine sont en nombre beaucoup plus réduit : avant tout des draps de Flandre, Brabant, Normandie70.

  • 71 Charpin-Feugerolles (Comte de), M.-C. Guigue éd.. Grand cartulaire de l’abbaye d’Ainay, op. cit., t (...)

54Aussi souvent que possible, c’est la voie d’eau qui est utilisée pour apporter à Lyon les produits qui lui sont nécessaires. La navigation sur les deux cours d’eau devait être intense si on en juge par le nombre important de ports spécialisés sur les berges de la Saône, et l’âpreté avec laquelle les seigneurs ecclésiastiques de la ville se disputaient le droit d’épaves sur le Rhône et la Saône en119071.

55Ce commerce alimente sur place le développement de l’artisanat dont la production est, pour une large part absorbée par la clientèle locale. L’éventail des professions est ici le même qu’ailleurs. À la fin du XIIIe siècle, elles se répartissent comme partout autour de trois secteurs essentiels : l’alimentation (dominée ici aussi par les bouchers), le textile et le travail du cuir. Mais on manque de renseignements précis sur leur activité.

La part encore restreinte du grand commerce

56Lyon n’est pas encore, au XIIIe siècle, vraiment intégrée dans les circuits du grand commerce occidental. Certes, le pont du Rhône est un nouvel atout, mais la dérivation espérée de la circulation intra-alpine vers le confluent lyonnais est lente à venir. Les deux conciles de 1245 et
1274 et surtout le long séjour du pape Innocent IV (1244-1251) ont bien, pour un temps, habitué les marchands à fréquenter la ville. Mais une fois le pape rentré en Italie et les conciles terminés, le mouvement des affaires se ralentit. D’un autre côté, les troubles qui perturbent Lyon après 1269 n’arrangèrent pas les choses.

57Aussi bien, le grand commerce lyonnais est-il de peu d’ampleur. Les tarifs de péage mentionnés plus haut ne signalent que quelques denrées et marchandises qui peuvent ressortir du commerce au long cours : draps de Flandre, on l’a vu, mais aussi épices. Et puis des articles qui ne font que traverser la ville, redonnant à Lyon un rôle d’étape bien plus que de centre de redistribution ou d’échange. Il faut aussi remarquer que l’artisanat n’assure aucune production spécialisée qui pourrait alimenter des exportations lointaines. Pour autant, mettre en avant un éventuel « effacement » de la monnaie lyonnaise au profit de celle de Vienne, qui aurait été pris en compte en quelque sorte par la réforme monétaire de l’archevêque Philippe de Savoie en 1246, pour attester de la faiblesse des échanges lyonnais ne semble pas être un argument recevable.

  • 24 E. Fournial, « Monnaie de Lyon et monnaie de Vienne. La circulation monétaire en Lyonnais et en For (...)

La monnaie de Lyon
L'atelier monétaire de Lyon continua à fonctionner sous les Carolingiens. De même, au Xe siècle, sous les rois de Bourgogne, qui ne paraissent pas avoir complètement abandonné la monnaie au comte ou à l’archevêque, les pièces (deniers ou oboles) frappées alors à Lyon portent toutes le nom du souverain (Conrad le Pacifique ou Rodolphe III), et non celui de l'archevêque (comme à Vienne par exemple).
Ce n’est qu’au XIe siècle qu’apparaît à Lyon une monnaie seigneuriale. Monnaie relevant de l’archevêque après 1076, mais dont les pièces sont toujours très difficiles à dater, le nom du prélat n’y figurant pas. Cette monnaie suit le système du denier : seuls circulent des deniers et leurs sous-multiples (oboles, poges), pièces en alliage d’argent. Jusqu’en 1150, le denier lyonnais est assez faible (0,58 gramme d’argent fin par denier). Légèrement renforcé en 1150 (0,62 gramme d’argent fin), il s’affaiblit à la fin du XIIe siècle, avant de remonter et de se stabiliser en 1201 à 0,525 gramme d’argent fin, à un niveau extrêmement proche du denier parisis : c'est le denier qu’on appellera plus tard le « denier fort vieux ».
La monnaie lyonnaise est alors plus forte que les monnaies seigneuriales des alentours, celle de Vienne notamment (3 deniers viennois = 2 deniers lyonnais), qui, pour cette raison, commence à envahir le Lyonnais vers 1220-1230. Pour faire face à cette menace, l'archevêque de Lyon mit en œuvre en 1246 une réforme dont E. Fournial24 a bien mis en lumière les principaux aspects : on continue à frapper les deniers forts vieux ; on crée un denier fort neuf, qui vaudra deux deniers viennois. Seuls les sous-multiples (oboles, poges) de ce denier fort neuf, et des doubles deniers forts neufs sont frappés, de façon à établir un rapport simple avec la monnaie viennoise, selon le tableau d’équivalence ci-après :

Monnaie lyonnaise

Monnaie viennoise

poge forte nouvelle

obole viennoise

obole forte nouvelle

denier viennois

denier fort vieux

1 denier + 1 obole viennois

denier fort neuf (fictif)

2 deniers viennois

double denier fort neuf

4 deniers viennois

Grâce à cette réforme, la monnaie lyonnaise, tout en demeurant une bonne monnaie, continue à circuler. Si les sommes sont de plus en plus libellées en monnaie viennoise, il semble bien que ce soit avant tout pour des commodités de compte, les règlements s’effectuant en général en monnaie de Lyon. L'abondance de la frappe lyonnaise est là pour l'attester (5 millions de pièces frappées en 1274, soit environ 10 000 par jour ouvrable).

  • 72 G. de Valous, Le Patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1973, p. 169-170. Ponce aurai (...)

58Dans ces conditions on peut considérer la réussite du célèbre Ponce de Chaponay au début du XIIIe siècle, non comme le symbole de la réussite commerciale de la ville, mais bien plutôt comme celui de son sous-développement en la matière. Ce personnage, issu d’une des plus anciennes familles bourgeoises de Lyon, était allé faire fortune en Orient, où il séjourna entre 1200 et 1229. Il y fit de fructueuses affaires, posséda un château en Syrie, et fut en relations étroites avec l’empereur latin de Constantinople, Henri ; puis il fréquenta les foires de Champagne et fit des affaires en Bourgogne72. En quoi cette réussite individuelle, qui se passe pour l’essentiel loin de Lyon, et qui n’eut ni postérité ni émule immédiats pourrait-elle être celle de la ville dans son ensemble ?

Les débuts du commerce de l’argent

59Cette activité commerciale, même à dominante locale, suppose un développement parallèle du commerce de l’argent. Lyon s’y adonne, mais de façon encore timide. Toutes les grandes familles bourgeoises de la ville s’y livrent. Les opérations financières sont encore peu évoluées. Il s’agit avant tout de prêts sur gage consentis surtout aux petits seigneurs des environs et aux seigneurs ecclésiastiques de la cité, qui commencent à éprouver quelques difficultés du fait du moindre rendement de leurs seigneuries. Mais aucune véritable opération de banque, sauf pendant le séjour du pape à Lyon, mais cela ne concernait pas les Lyonnais.

Une double aristocratie urbaine

  • 73 Comme le fait remarquer avec une très grande pertinence J. Rossiaud, « Du récit judiciaire à l'Hist (...)

60À partir du XIIIe siècle, la société lyonnaise commence à sortir peu à peu de l’ombre. Une documentation plus abondante et plus variée permet de mieux connaître les clercs et de découvrir d’autres groupes sociaux. On peut dorénavant trouver des renseignements bien plus nombreux dans les premiers testaments encore isolés et concernant avant tout les chanoines de la cathédrale, mais aussi quelques laïcs à la fin du XIIIe siècle ; les listes d’habitants, tous laïcs, dressées à l’occasion des nombreuses trêves conclues au cours de l’interminable conflit qui opposa l’Église aux Lyonnais à partir de 1269 (cf. infra), sont également très précieuses. Mais tous ces textes ne concernent, comme on peut s’en douter, que l’élite sociale, laïque ou ecclésiastique, de la ville. Ils ne permettent toujours pas d’approcher les humbles qui constituent l’écrasante majorité de la population. Certes, on les devine dans les rangs de ceux qui se livrèrent, sous la conduite de bouchers et de cordiers notamment, aux violences de l’insurrection de 1269 (cf. infra). On ne peut guère aller plus loin dans leur connaissance. On ne peut non plus arguer d’un privilège qui aurait été accordé par Renaud de Forez en 1208 aux pelletiers lyonnais, pour évoquer l’existence à Lyon d’un actif et structuré « monde des métiers » au XIIIe siècle73. Il faut donc encore se résoudre à centrer l’analyse sur la seule aristocratie urbaine. Deux groupes la constituent : l’ancienne élite ecclésiastique qui connaît des difficultés, et à laquelle s’oppose, parfois violemment, un patriciat en pleine ascension.

Une aristocratie ecclésiastique menacée ?

61La prééminence que les abbayes et chapitres - celui de la cathédrale notamment - exerçaient dans la société lyonnaise semble atteinte, d’abord au plan économique, au cours du XIIIe siècle. Les revenus de ces communautés croissent en effet beaucoup moins vite que ceux d’autres groupes sociaux, car leur structure n’évolue guère : ils proviennent toujours de l’exploitation seigneuriale d’une part, des dons et legs d’autre part. Or la première source voit son rendement baisser relativement, et la seconde, dont la nature change, voit son flot se diriger davantage vers d’autres bénéficiaires, les ordres mendiants en particulier, qui drainent, dès 1226, de nombreux legs pieux des Lyonnais.

  • 74 Si l’abside, le chœur et le transept sont achevés vers 1220-1230, la construction de la nef, elle, (...)

62L’exemple du chapitre Saint-Jean, qui ne parvient pas à faire avancer à bon rythme les travaux de construction de la nouvelle cathédrale commencés par l’archevêque Guichard de Pontigny dans les années 1170, illustre bien les difficultés financières de cette société ecclésiastique traditionnelle74. Il montre aussi que la diminution des ressources touchait plus l’institution que les individus.

  • 75 On a conservé un certain nombre de ces « divisions de terres ». Pour s’en tenir aux XIIe et XIIIe s (...)
  • 76 Sur ces questions, cf. les excellentes définitions données par H. Hours dans l’index (mots obéance, (...)

63Il faut dire ici quelques mots du système administratif utilisé par les chapitres lyonnais pour la gestion de la mense capitulaire. À la différence de ce qui existe dans la plupart des chapitres analogues, on ne trouve pas à Lyon de prébendes canoniales. Les biens de chaque chapitre lyonnais sont divisés en obéances, ensemble de biens, de droits et de revenus dont dispose le chapitre dans une paroisse ou un ensemble de paroisses. Ces obéances n’ont pas toute la même taille ni ne pèsent le même poids, les plus importantes pouvant constituer une châtellenie (par ex. Saint-Genis-Laval). Chaque chanoine recevait une part plus ou moins grande dans plusieurs obéances, c’est-à-dire qu’il percevait un certain pourcentage du revenu de chacune d’entre elles, l’ensemble constituant sa « terre ». La gestion de chaque obéance était collégiale. Chaque chanoine reversait au chapitre une partie des revenus - autour de 60 %, selon les estimations de M.-Th. Lorcin - de sa « terre » : ce sont les « reffusions ». Elles venaient alimenter la caisse servant aux dépenses capitulaires communes, et à ce titre, revenaient pour une part dans la bourse des chanoines par le biais notamment des « livraisons », distributions, désormais en numéraire, dont bénéficiaient tous ceux qui assistaient aux offices de la cathédrale. Cette pratique présentait plusieurs avantages. En premier lieu, de par la gestion collective de chaque obéance et la dispersion de la « terre » de chaque chanoine dans plusieurs d’entre elles, elle écartait le danger inhérent au système des prébendes, à savoir le risque d’appropriation, voire de patrimonialisation par transmission de la prébende d’oncle à neveu par exemple. Et ce d’autant plus qu’à la mort ou à la résignation d’un chanoine, le chapitre procédait à la « division de sa terre », c’est-à-dire qu’on répartissait entre les survivants ou les restants ses parts de revenus d’obéances75. D’autre part, l’administration collégiale était sans doute un bon moyen pour inciter les chanoines à s’intéresser de près et en personne à la gestion des obéances dans lesquelles ils avaient une part, et d’une certaine manière cette pratique a pu être un frein à la non-résidence. Mais le système avait aussi des inconvénients : une grande complexité administrative, et un manque à gagner certain pour le chapitre en tant qu’institution, le versement des « reffusions » étant sous la responsabilité des obéanciers76.

64Si donc il y a bien un risque de difficultés financières pour chaque chapitre, la situation matérielle des chanoines pris individuellement demeure bonne au XIIIe siècle, surtout qu’ils recourent eux aussi - mais peut-être de façon moins prononcée qu’ailleurs - à des pratiques comme le cumul qui leur permettent d’accroître leurs revenus. C’est ainsi qu’à la fin du XIIIe siècle, rares sont les chanoines de Saint-Jean, par exemple, qui ne sont pas aussi membres d’autres chapitres dans le diocèse (Saint-Just, Saint-Paul avant tout) ou en dehors (Notre-Dame de Beaujeu, Vienne...) et/ou titulaires de charges ecclésiastiques dans le diocèse ou au dehors.

  • 77 A.D. Rhône, 10 G 416 (15), éd. L. D’Achery, Veterum aliquot scriptorum Spicilegium, t. IX, Paris, 1 (...)

65Cette évolution eut deux conséquences. Un certain absentéisme des chanoines titulaires de plusieurs bénéfices, encore qu’il ne faille pas l’exagérer, les chanoines lyonnais cumulant surtout... à Lyon. Remarquons cependant à ce sujet que les statuts capitulaires de 1251 imposent à tout chanoine, sous peine de ne pouvoir participer aux divisions de terres ni aux distributions quotidiennes, de résider au moins les six premiers mois de l’année77. Ensuite, la fermeture progressive de l’accès aux chapitres de crainte de voir diminuer pour chacun sa part de revenus. Un numerus clausus est donc fixé au début du XIVe siècle : trente-deux chanoines à Saint-Jean (leur nombre avait varié de trente-cinq à quarante-sept au cours du XIIIe siècle), dix-neuf à Saint-Just, treize à Saint-Paul. Les critères d’admission varient. Assez tôt, le chapitre cathédral n’ouvre plus ses portes qu’aux membres des familles chevaleresques de la région. Sur les deux cent soixante-dix chanoines entrés en charge entre 1180 et 1320, très peu n’en sont pas issus. On repère bien aussi la permanence de certains lignages régionaux : les Marzé (Beaujolais) qui ont cinq représentants, les La Palud (Bresse), les La Tour (Dauphiné) et les Charpinel (Forez) qui en ont quatre, etc. Les neveux siègent à côté des oncles en attendant de prendre leur place quand il s’agit de dignitaires.

  • 78 A.D. Rhône, 15 G 83.
  • 79 Matthieu PARIS, Chronica major, I, SS, XXVIII, p. 251.
  • 80 Ainsi, le 3 juin 1251, le chapitre de Lyon fait appel devant la cour pontificale de la provision ap (...)
  • 81 C’est véritablement avec Clément V qui, fin février-début mars 1306, à la fin de son séjour à Lyon (...)
  • 82 Ainsi l’archevêque Bérard de Got imposa-t-il un neveu, Guillaume Ruffat, et son frère Bertrand de G (...)

66Cette fermeture du chapitre cathédral est dirigée contre plusieurs catégories d’intrus possibles. En premier lieu les membres des familles du patriciat urbain, qui deviennent plus nombreuses et dont la richesse s’accroît au XIIIe siècle comme on va le voir. Cela provoque leur irritation d'autant plus qu’elles sont bien souvent créancières du chapitre. 11 leur faut alors se rabattre, pour caser leurs fils, sur Saint-Paul, traditionnellement ouvert aux bourgeois et, dans une moindre mesure, sur Saint-Just. C’est pourquoi ils demandèrent et obtinrent de l’archevêque Louis de Villars en 1306 l’érection de « leur » église, Saint-Nizier, en collégiale78. Mais le prestige social de ce nouveau chapitre, qui comptait dix-huit chanoines, n’atteignit jamais celui de la cathédrale ou des autres chapitres anciens. La ségrégation entre les deux groupes sociaux qui dominaient la ville ne s’effaçait guère. Il y avait aussi une autre catégorie d’indésirables pour les chapitres surtout celui de Saint-Jean : c’étaient tous ceux que les papes commencèrent, ici comme ailleurs, à vouloir imposer au mépris des règles habituelles de cooptation. Le séjour du pape Innocent IV à Lyon (1244-1251) fut l’occasion pour les chanoines lyonnais, de faire connaissance avec cette pratique. Ils l’accueillirent fort mal puisque, selon le chroniqueur anglais Matthieu Paris, ils auraient déclaré au pontife qu’ils ne seraient pas en mesure d’assurer la sécurité de ceux qu’il entendait pourvoir d’un canonicat parmi eux, et que ces nouveaux promus risquaient fort de se retrouver dans le Rhône79. En tout cas, juste après le départ du pape, le chapitre fit appel de l’attribution par ce dernier d’un canonicat à Hugues de La Tour80. Mais il ne faut pas oublier que d’un autre côté, les mêmes chanoines ne protestèrent guère quand le même pape accorda à un certain nombre d’entre eux des dispenses diverses (de résidence par exemple). En fin de compte, cependant, les provisions apostoliques ne se sont pas encore vraiment déversées à Lyon à la fin du XIIIe siècle81. Enfin, ne devaient pas être accueillis avec enthousiasme par le chapitre les clercs que les archevêques étrangers au diocèse et nommés par le pape amenaient avec eux et imposaient comme chanoines au chapitre cathédral82.

L’émergence du patricial urbain

  • 83 Précieuse étude des différents lignages dans G. De Valous, Le Patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe  (...)

67Il apparaît en pleine lumière vers le milieu du siècle. Grâce aux péripéties de la lutte qu’il mène contre le pouvoir de l’Église, on peut suivre son évolution jusqu’au début du siècle suivant83.

68Le patriciat lyonnais est constitué uniquement de bourgeois. Aucun noble dans ses rangs. D’autre part, si on trouve entre cinquante et cent noms sur les listes de bourgeois qui signèrent les diverses trêves conclues avec l’Église durant les luttes de la fin du XIIIe siècle, cela ne représente en fait qu’une dizaine de familles : les Chaponay, Dodieu, Durche, Foreys, Fuers, La Mure, Le Blanc, Nièvre, Varey, Vaux, véritables dynasties patriciennes entre lesquelles se nouent des liens matrimoniaux, et qu’on retrouve encore à la tête de la ville cent ans plus tard.

  • 84 Cf. R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe (...)
  • 85 Charpin-Feugerolles (Comte de), M.-C. Guigue éd., Grand cartulaire de l'abbaye d’Ainay, op. cit., t (...)

69Ces bourgeois tirent leur fortune de l’activité commerciale. Les plus puissants sont drapiers (Chaponay, Nièvre, Varey). D’autres se livrent au commerce moins considéré mais très rémunérateur des peaux et fourrures, comme les Fuers ou La Mure. D’autres encore forment le groupe des hommes de loi appelé à jouer un grand rôle à Lyon (Durche, Vaux)84. Tous pratiquent aussi plus ou moins le commerce de l’argent, et leurs clients sont très souvent des gens d’Église : ainsi, André d’Albon avance 44 livres à l’abbaye d’Ainay en 126885. Leur fortune est aussi immobilière. Toutes les familles patriciennes tiennent une ou plusieurs maisons dans la ville : pas en toute propriété, mais à cens des seigneurs ecclésiastiques, particulièrement du chapitre Saint-Paul, mais aussi de Saint-Pierre et d’Ainay dans la Presqu’île.

  • 86 A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.). Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moy (...)

70La résidence du patriciat lyonnais se répartit entre deux quartiers. Les plus anciennes familles ont leur maison à Saint-Paul et au Change (Fuers, Durche, Varey). De l’autre côté de la Saône, autour de Saint-Nizier, on rencontre les Chaponay et les Nièvre notamment. Au cours de la lutte contre l’Église, c’est ce quartier qui est le centre de la résistance bourgeoise. On se réunit alors à Saint-Nizier ou à la chapelle Saint-Jaquême qui lui fait face, et appelée à être, de 1320 au milieu du XVe siècle, le lieu de réunion du consulat reconnu par l’archevêque Pierre de Savoie en 132086 À la fin du XIIIe siècle, la puissance économique du patriciat lyonnais est en train de supplanter celle de l’Église qui cherche à sauvegarder néanmoins son pouvoir sur la ville. C’est la lutte collective contre cette autorité bien plus que le désir individuel d’ascension sociale qui semble encore guider la conduite des grandes familles patriciennes lyonnaises à ce moment.

Une timide ouverture spirituelle et intellectuelle

71Les grands courants de l’évolution spirituelle et intellectuelle de l’Occident pénètrent mieux à Lyon désormais. Les cadres anciens, en pleine crise, ne peuvent plus guère opposer de résistance. Cependant là aussi, les résultats sont encore timides.

La crise des structures anciennes

72Elle touche avant tout l’archevêque et le chapitre cathédral. Jusqu’alors tous deux, formant l’Église de Lyon, collaboraient étroitement à la conduite tant spirituelle que temporelle de la cité. Puis cette cohésion se défit au cours du XIIIe siècle pour se changer en un affrontement quand le chapitre voulut faire reconnaître son pouvoir propre, alimentant ainsi la crise qui commence après 1267 : il en sera question plus loin. Mais d’un autre côté il apparaît clairement qu’aucune des deux « têtes » de l’Église de Lyon ne semble désormais en mesure d’exercer pleinement, comme auparavant, un magistère spirituel voire pastoral.

  • 87 En 1234, à la mort de l'archevêque Robert de La Tour, la majorité du chapitre élut son neveu Guy, t (...)
  • 88 Un cas de démission : en 1245, Innocent IV désigna Philippe de Savoie en remplacement d’Aimeric Gue (...)
  • 89 Entre la mort de Renaud de Forez (1226) et celle de Louis de Villars (1308), si on fait abstraction (...)
  • 90 J. Gaudemet, « Les origines de la régale réciproque entre Lyon et Autun », Mémoires de la Société p (...)
  • 91 J. Beyssac, « Philippe et Pierre de Savoie archevêques de Lyon », Bulletin historique du diocèse de (...)

73S’agissant des archevêques d’abord, leur position se dégrade au lendemain du long épiscopat de Renaud de Forez (1193-1226), pour au moins quatre raisons. Les élections épiscopales, d’abord, ne se font plus canoniquement. À partir de 1235, la papauté intervient régulièrement dans la procédure de désignation, soit parce que le chapitre ne parvient pas à se mettre d’accord sur un nom (en 1235, 1267-1272, 1283-1284, 1287-1289)87, soit parce qu’il s’agit de cas réservés normalement à la nomination pontificale (en 1245, 1274, 1295, 1301, 1308)88. Le pape choisit alors habituellement un candidat étranger à la région. Dans ces conditions, le nouveau prélat a souvent bien du mal à s’imposer sur place, et d’abord au chapitre cathédral. Il faut aussi, deuxième handicap, souligner la brièveté des épiscopats, exception faite pour celui de Philippe de Savoie89. De plus, troisième facteur d’affaiblissement, les vacances plus ou moins longues du siège, durant lesquelles la fonction épiscopale est remplie, non sans contestation du chapitre, par l’évêque d’Autun, en vertu de la régale réciproque entre ce siège et celui de Lyon90. Quand cela dure cinq ans, comme après la résignation de Philippe de Savoie en 1267, l’autorité épiscopale ne peut en sortir que diminuée. Enfin, dernier motif de dégradation, le long épiscopat (1245-1267) de ce dernier, archevêque « élu » n’ayant jamais reçu les ordres ni la consécration épiscopale, et s’étant toujours montré bien plus soucieux de ses intérêts savoyards que de ceux de son Église91. Et ce n’est pas le très bref passage de son successeur désigné par le pape Grégoire X, Pierre de Tarentaise, futur pape Innocent V et bienheureux, qui put faire regagner le terrain perdu.

  • 92 Outre les pages qui sont consacrées à la politique d’accroissement du patrimoine de l’Église de Lyo (...)
  • 93 M.-P. Feuillet, O. Guilhot, Anse. Château des Tours, origine et évolution d’un point fort de la sei (...)
  • 94 Première mention d’un officiai au bas d’une charte de 1214 de Renaud de Forez portant cession à l’a (...)

74Hormis Philippe de Savoie, néanmoins, tous ces archevêques furent dignes, mais ils se sont surtout préoccupés de questions temporelles. Au début du XIIIe siècle, il s’agit encore de consolider l’emprise de l’Église sur la région face aux rivaux potentiels. Renaud de Forez, dernière figure de grand « prélat féodal », résolvant en sa personne la séculaire opposition entre l’Église de Lyon et le comté de Forez - dont il assura la tutelle de 1203 à 1216, et peut-être 1220, au nom de son neveu mineur Guy IV - y consacra l’essentiel de son long épiscopat. Il chercha activement à accroître et à mieux administrer les biens de son Église. Pour y parvenir et pour contenir une éventuelle menace beaujolaise, il n’hésita pas, par exemple, à porter le fer contre l’abbaye de Savigny qu’il endommagea considérablement en 1204. Il multiplia également la construction de châteaux et de fortifications entre Gier et Brévenne, Azergues et Saône92 (le château des Tours à Anse est, avec celui de Pierre-Scize à Lyon, un des plus importants93). C’est aussi durant son épiscopat que l’on voit apparaître, avant 1214, l’official qui exerça par la suite, au nom de l’archevêque, les compétences de celui-ci en matière de justice ecclésiastique94. Puis, dans la deuxième moitié du siècle (et surtout après 1267), les préoccupations temporelles des prélats lyonnais changent quelque peu de nature : il s’agit désormais pour eux de défendre leur pouvoir dans la ville elle-même face à des adversaires d’une autre nature ; leur propre chapitre, les citoyens de Lyon, le roi de France (cf. infra).

  • 95 A. Vauchez (dir.), Histoire du christianisme, t. V, Apogée de la papauté et expansion de la chrétie (...)
  • 96 A.D. Rhône, 10 G 558 ; deux éditions : A. Bernard, Cartulaire de l’abbaye de Savigny, Paris, 1853 p (...)
  • 97 Deux lettres de Grégoire IX à l'archevêque Aimeric Guerry laissent entendre que ce dernier avait fa (...)
  • 98 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêque (...)

75Dans le domaine pastoral, ces archevêques apparaissent assez peu représentatifs de ce qu’A. Vauchez appelle, pour caractériser en la matière le XIIIe siècle, « l’âge d’or de l’épiscopat réformateur »95. Aucun d’entre eux ne pourrait être comparé à un Philippe de Bourges ou un Eudes Rigaud à Rouen par exemple. Ils n’ont cependant pas complètement négligé leur responsabilité de pasteur. C’est ainsi qu’ils ont cherché à mieux connaître le très vaste diocèse dont ils avaient la charge : c’est une des raisons - l’autre étant beaucoup plus matérielle, puisque ce document indique les taxes dues lors des synodes diocésains - pour lesquelles Renaud de Forez en fit dresser le pouillé vers 1220-122596. En revanche, pas de trace de visite pastorale effective97. On note aussi un effort pour améliorer la qualité des desservants de paroisses : c’est tout le sens de l’action d’Aimeric Guerry (1236-1245), le seul prélat lyonnais du XIIIe siècle qui ait cherché à œuvrer vraiment dans ce sens. Autre moyen d’action pour les archevêques : les statuts synodaux, qui étaient lus, expliqués et commentés lors des deux synodes diocésains annuels réunis ici en mai et à la Saint-Luc (18 octobre), et dont on s’assurait alors que les clercs présents en possédaient bien un exemplaire, et qu’ils en connaissaient bien le contenu. B. Galland a reconnu dans la documentation qui nous est parvenue, quatre ensembles de statuts pour le diocèse de Lyon au XIIIe siècle : un premier recueil, qui pourrait dater des années 1220-1230 ; quelques adjonctions (sept articles) ultérieures qu’on ne peut dater ; des statuts attribués à l’archevêque-élu Philippe de Savoie ; enfin les statuts promulgués par Henri de Villars en 129898. Rien d’original dans cette littérature normative qui avait pour but de faire connaître aux curés, pour qu’ils les appliquent dans leurs paroisses, les orientations définies et les décisions prises aux échelons supérieurs (les conciles provinciaux, les conciles généraux) en matière pastorale, sacramentelle, et disciplinaire, principalement. Malheureusement, on ne peut, faute de documentation adéquate, juger de l’efficacité sur le terrain de ces prescriptions synodales.

  • 25 Désigné traditionnellement, sans aucune référence, sous le nom de Raoul de Peyrins Selon une généal (...)
  • 26 Traditionnellement appelé par erreur due à une faute de lecture Raoul de la Tourette, et de ce fait (...)

Les archevêques de Lyon au XIIIe siècle
On trouvera ci-dessous la liste épiscopale de Lyon pour le XIIIe siècle telle qu’elle a été récemment revue par B. Galland, Deux archevêchés entre ta France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle, Rome-Paris, 1994. Les archevêques mentionnés en italique n’ont jamais été consacrés : ce sont des « archevêques élus ».
- Renaud II de Forez, fils du comte Guy II de Forez (1193-1226), abbé de Saint-Just de Lyon, élu par le chapitre cathédral.
- Robert de La Tour (1227-1234), fils du comte Robert IV d’Auvergne, doyen du chapitre d’Autun, puis évêque de Clermont (1195-1227), élu par le chapitre cathédral.
- Guy de La Tour (1234), neveu du précédent, archidiacre du chapitre cathédral, élu par une partie du chapitre.
-
Raoul de la Roche-Aymon25 (1235-1236), cistercien, abbé de Signy, puis de Clairvaux (av. 1224-1233), évêque d’Agen (1233-1235), transféré à Lyon par le pape Grégoire IX.
- Aimeric Guerry (1236-1245), chanoine, puis official du Mans ; archidiacre de Paris (1232-1236) ; élu par le chapitre ; résigne sa charge en juillet 1245 ; se retire au monastère de Grandmont où il meurt en 1257.
- Philippe de Savoie (1245-1267), fils du comte Thomas de Savoie, primicier de Metz (1239), prévôt de Saint-Donatien de Bruges, doyen du chapitre de Vienne, évêque élu de Valence (1240-1244), nommé archevêque de Lyon par le pape Innocent IV (juillet 1245) ; ne reçut jamais les ordres majeurs ; résigne son siège en juillet 1267 pour recueillir la succession de son frère, le comte Pierre de Savoie.
-
Pierre II de Tarentaise (1272-1273), Frère Prêcheur, provincial de France (1269), nommé archevêque de Lyon par le pape Grégoire X (1272) après une longue vacance du siège épiscopal ; cardinal-évêque d’Ostie (1273), élu pape (Innocent V) en janvier 1276, mort en juin 1276 ; béatifié en 1898.
- Aimar de Roussillon (1274-1283), clunisien, frère de Amédée de Roussillon abbé de Savigny ; nommé par le pape Grégoire X ; mort en 1283.
- Raoul II de Thourotte26 (1284-1287), d’origine champenoise, chanoine de Verdun, trésorier de l’église de Meaux ; nommé par le pape Martin IV ; mort en 1287.
- Pierre d’Aoste (1287), archidiacre du chapitre cathédral, élu par ce dernier, mort avant sa confirmation et sa consécration. -Bérard de Got (1289-1294), d’origine gasconne, frère de Bertrand de Got, futur archevêque de Bordeaux et pape (Clément V) ; archidiacre de Montaut (diocèse d’Agen) ; nommé par le pape Nicolas IV ; promu cardinal-évêque d’Albano (septembre 1294).
- Henri Ier de Villars (1295-1301), de la famille des Thoire-Villars (Dombes), chantre puis chamarier du chapitre cathédral de Lyon ; nommé archevêque de Lyon par le pape Boniface VIII en juillet 1295 ; mort à la cour pontificale à Anagni le 18 juillet 1301.
- Louis de Villars (1301-1308), petit-neveu du précédent, archidiacre du chapitre cathédral de Lyon ; nommé archevêque de Lyon par le pape Boniface VIII le 20 juillet 1301 ; mort en 1308.
- Pierre III de Savoie (1308-1332), neveu du comte Amédée V de Savoie, chanoine de Lincoln, puis doyen de Salisbury, puis de Saint-Martin de Londres ; chanoine de Lyon avant 1305 ; nommé archevêque de Lyon par le pape Clément V en août 1308.

  • 99 Le contenu de ce serment est indiqué dans le recueil composite dit « Statuts de 1175 » (en fait 118 (...)
  • 100 Cf. P. Collomb, « Les statuts du chapitre cathédral de Lyon (XIIe-XVe siècle) : première exploratio (...)

76Si on se tourne maintenant vers les chapitres, on constate que la préoccupation essentielle de leurs membres était, comme on l’a vu, la gestion de leurs obéances. Le serment que tout nouveau chanoine prêtait au moment de son intronisation insistait essentiellement sur cet aspect de leur fonction, sans faire mention d’obligations spirituelles99 De plus, leur attention fut bien vite monopolisée par la lutte contre les bourgeois et l’archevêque. Les statuts capitulaires du chapitre cathédral nous donnent enfin quelques indications sur la vie interne de la communauté canoniale. Deux remarques s’imposent à propos de ces sortes de « règlements intérieurs ». Premièrement, signe évident d’une bien plus grande autonomie du chapitre, ce n’est plus l’archevêque qui les rédige, comme cela avait été le cas sous Guichard de Pontigny vers 1170. Il se contente désormais d’approuver le texte qui lui est soumis par les dignitaires du chapitre : ainsi Philippe de Savoie en 1251. Deuxièmement, la volonté réformatrice et la vigoureuse dénonciation des abus, qui caractérisaient ceux de Guichard, ne se retrouvent pas dans les deux statuts développés postérieurs datant de 1185-1187 et 1251100. En fin de compte, les chanoines lyonnais continuent à se cantonner, hormis la gestion temporelle, au service liturgique de leur église, à une forme traditionnelle d’assistance et à une action scolaire qui ne l’est pas moins.

  • 101 Ainsi, le célèbre canoniste Henri de Suse (Hostiensis), R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la f (...)
  • 102 J. Beyssac, « Lecteurs et théologaux de l’Église de Lyon », Bulletin de la Société littéraire, hist (...)
  • 103 R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Age. Étude sur les origines de la classe de (...)
  • 104 Ibid., p. 19-20.

77Dans ce dernier domaine en effet, on remarque le très grand conservatisme du chapitre cathédral. Il s’oppose manifestement au développement et à l’évolution de l’école capitulaire, de crainte sans doute d’en perdre le contrôle. Certes, les chanoines furent bien obligés d’accepter le studium qu’innocent IV installa à Lyon pendant son séjour, et qui compta dans ses rangs des maîtres prestigieux101. Mais après le départ du pape, seul un Frère Prêcheur continua à venir enseigner la théologie dans le grand cloître102. D’autre part, le chapitre refusa longtemps aux bourgeois, soucieux de connaissances pratiques avant tout, un enseignement du droit. Cette revendication devint un des enjeux du conflit opposant les citoyens de la ville à l’Église à la fin du XIIIe siècle. Ces derniers tentèrent de l’obtenir en 1285, mais sans succès. Finalement, après un arbitrage pontifical et une intervention du roi de France, Lyon fut doté au début du XIVe siècle de deux écoles de droit : l’une, au cloître Saint-Jean sous le strict contrôle du chapitre, l’autre, de l’autre côté de la Saône, aux mains des bourgeois. Mais d’université, point103. Quant à la culture intellectuelle des chanoines, elle semble se développer. En effet, on voit dans l’obituaire ou dans les testaments qui font alors leur apparition dans la région, que certains d’entre eux lèguent des livres à leur église104. Mais peut-être faudrait-il nuancer un peu : d’une part, le nombre des individus concernés reste relativement faible, et d’autre part la nature des livres légués (textes scripturaires - souvent glosés certes -, livres liturgiques surtout) ne plaide pas forcément en faveur d’une grande perméabilité aux vifs débats intellectuels que connaît alors l’Occident. À Lyon, comme ailleurs, c’est du côté des ordres mendiants qu’il faut se tourner pour trouver les foyers d’innovation pastorale et culturelle.

L'installation des ordres mendiants

78On a rappelé plus haut le rôle que l’installation des ordres mendiants (Prêcheurs, Mineurs, puis Carmes et Augustins) avait joué dans l’évolution du paysage urbain de Lyon. Elle a bien évidemment aussi élargi l’horizon spirituel de ses habitants.

  • 105 Dit « Inventaire Ramette » du nom de son auteur, A.D. Rhône, 3 H 1 à 8.
  • 106 Le Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, très gros recueil de près de 3000 exempta classé (...)
  • 107 Summa de viciis et virtutibus. Cf. A. Dondaine, « Guillaume Peyraut. Vie et œuvres », Archivum Frat (...)
  • 108 Il laisse une œuvre considérable : outre des écrits concernant l’organisation et la vie de l’ordre (...)

79Malheureusement, la destruction à peu près totale des archives des Mineurs et des Prêcheurs (pour ces derniers il reste toutefois un précieux inventaire du XVIIIe siècle105) soit au XVIe siècle lors des troubles liés aux guerres de religion, soit pendant la Révolution, ne permet pas de se faire une idée exacte ni complète de leur action et de leur place dans la vie lyonnaise au XIIIe siècle. On peut toutefois affirmer qu’ils furent très bien reçus par l’archevêque Renaud de Forez et le chapitre cathédral, dont les membres furent parmi leurs premiers bienfaiteurs. Dans leurs couvents séjournèrent des personnages assez célèbres. Chez les Prêcheurs, Étienne de Bourbon, originaire de la région (il est né à Belleville-sur-Saône à la fin du XIIe siècle), ayant fait profession avant 1223, fut rattaché jusqu’à sa mort vers 1261 au couvent de Lyon, où il rédigea dans les dix dernières années de sa vie un célèbre recueil d'exempla106, fruit de son expérience de prédicateur et d’inquisiteur ; Guillaume Peyraut, présent au milieu du siècle au couvent de Lyon, dont il fut le prieur avant 1266, et où il mourut sans doute en 1271, nous a laissé un traité des vices et vertus qui eut un énorme succès jusqu’à la fin du XVIe siècle107, des recueils de sermons, des traités sur la vie monastique etc. ; ou encore Humbert de Romans, qui commença sa longue carrière dans l’ordre de saint Dominique au couvent de Lyon entre 1226 et 1240, où il fut lecteur puis prieur, puis l’y acheva entre 1263 et 1277, après avoir gravi tous les degrés de la hiérarchie dominicaine (il fut maître général de l’Ordre de 1254 à 1263)108. Moins de personnalités marquantes chez les Mineurs à Lyon au XIIIe siècle. Rappelons seulement que l'illustre Bonaventure mourut au couvent de Lyon pendant le concile de 1274.

  • 109 Selon l’inventaire Ramette reproduit par M. Cormier, L'ancien couvent des Dominicains de Lyon, t. I (...)
  • 110 Acte repris dans la confirmation de Philippe de Savoie en 1250, A.D. Rhône, 3 H 28.
  • 111 M.-C. Guigue éd., Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 374, p. 455-456.
  • 112 A.D. Rhône, 3 H 28, éd. ibid., t. I, no 404, p. 499-500. Chanoines et Frères se disputaient le corp (...)
  • 113 G. De Valous, Le Patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles, op. cit., 85-86. Il y a bien sûr des (...)

80Les rapports des Mendiants avec le reste du clergé lyonnais - du moins les chapitres109 et les archevêques - ne semblent pas avoir été, après leur installation, trop tendus, comme cela fut souvent le cas ailleurs. Ils bénéficient régulièrement au XIIIe siècle des libéralités testamentaires des évêques ainsi que de nombreux chanoines et clercs. Néanmoins on retrouve ici comme ailleurs le problème posé par les élections de sépultures dans leurs églises au détriment des églises paroissiales. Il provoqua quelques heurts. Dès 1232, l’archevêque Robert avait accordé aux Prêcheurs l’autorisation d’ensevelir dans leur église tous ceux qui le voudraient110. Dix ans plus tard, sans doute à la suite de plainte de ses clercs, son successeur, Aimeric, sans revenir sur ce privilège, précisait que le lit et les draps de soie de ceux qui auraient élu sépulture chez les Prêcheurs reviendraient au curé de la paroisse du défunt111. Restriction que supprime le pape Alexandre IV en 1260. De leur côté, les chanoines de Saint-Paul mettent fin en 1245 au conflit qui les opposait, toujours à propos des sépultures, aux Frères Prêcheurs, en reconnaissant aux paroissiens de Saint-Paul le droit de se faire enterrer chez ces derniers112. Pour autant, la majorité des grandes familles lyonnaises dont on connaît l’élection de sépulture continue à préférer pour le moment Saint-Paul, Saint-Nizier, Saint-Pierre... pour y établir leurs tombes113.

  • 114 J. Rossiaud, « Du récit judiciaire à l’Histoire. Essai sur le Tractatus de bellis et induciis... et (...)

81Enfin, si, faute de documentation, on ne peut mesurer l’impact réel de la prédication et de l’action pastorale des Mendiants sur les fidèles de la ville, on peut sans trop risquer de se tromper, supposer avec J. Rossiaud, qu’ils jouèrent un rôle actif dans la naissance et le développement du mouvement confraternel à Lyon au moment de l’insurrection de 1269114.

Lyon épisodique capitale de la chrétienté

  • 115 Vue d’ensemble dans R. Fédou, Les Papes du Moyen Âge à Lyon, Lyon, 1988, p. 45-93.

82À cinq reprises, Lyon put se considérer comme la capitale de la chrétienté au XIIIe et au début du XIVe siècle. Lorsque s’y tinrent les deux conciles généraux de 1245 et
1274, puis pendant le séjour du pape Innocent IV et de la curie de la fin 1244 au début 1251, à l’occasion, enfin, du couronnement de Clément V (1305) et de l’élection et du couronnement de Jean XXII (1316)115.

83Les deux conciles posèrent d’abord des problèmes d’hébergement et d’approvisionnement (surtout celui de 1274 qui amena à Lyon plus de mille personnes qu’on dut loger parfois assez loin). S’ils offrirent aux Lyonnais de beaux spectacles (en 1274 la venue de l’ambassade grecque ou le baptême des envoyés tartares), ils ne laissèrent pas de trace spirituelle dans la cité.

84Le long séjour lyonnais du pape Innocent IV, qui demeura à Saint-Just durant six années après la fin du concile, avant de regagner l’Italie après la mort de Frédéric II, apporta quelques avantages à la ville. Le souverain pontife confirma en effet les biens d’un certain nombre de monastères du diocèse, leur accorda de nombreux privilèges et encouragea, par l’octroi d’indulgences à tous ceux qui y contribueraient financièrement, la poursuite des travaux de construction de la cathédrale ou de l’église Saint-Just notamment. Mais en dehors de cela, il faut sans doute relativiser les effets bénéfiques de la présence de la cour pontificale : il n’est pas du tout certain, comme on l’a dit plus haut, qu’elle ait favorisé un développement économique ou culturel durable de la ville ; quant à l’ingérence du pape dans les affaires ecclésiastiques locales (démission de l’irréprochable archevêque Aimeric Guerry au lendemain du concile, remplacé par le discutable Philippe de Savoie ; tentatives pour imposer la nomination de chanoines...) elle ne fut sans doute guère appréciée, sans parler de l’arrogance des familiers de la cour dont parle le chroniqueur. Aussi, peu de choses furent tentées pour retenir le pape à Lyon quand il eut annoncé son intention de quitter la ville. Pour une toute autre raison, les neuf mois (juillet 1274 - avril 1275) que passa Grégoire X à Lyon après la fin du concile de 1274, ne furent pas non plus très bénéfiques pour la ville. En effet, le pape chercha à ramener le calme entre les bourgeois, les chanoines de Saint-Jean et l’archevêque, mais la paix qu’il imposa était peu réaliste et le conflit reprit de plus belle peu après.

  • 27 H Wolter, H. Holsten, Lyon I et Lyon II, Paris, 1966 (Histoire des conciles œcuméniques, 7).
  • 28 M.G.H., Constitutiones, II, p. 513-516 ; trad. dans e Bulletin historique du diocèse de Lyon, t. II (...)
  • 29 Matthieu PARIS, Chronica majora, SS, XXVIII p. 250, 256-268.
  • 30 1274, année charnière. Mutations et continuité, Colloque international du C.N.R.S., Lyon-Paris, 197 (...)

Les deux conciles œcuméniques de Lyon27
Le concile de 1245

Réuni par le pape Innocent IV fuyant devant l’avance de Frédéric II en Italie, il se tint à Lyon du 26 juin au 17 juillet 1245. Faute d’avoir obtenu l’accord de Saint Louis pour le réunir dans une ville du royaume (Reims avait été suggéré par le pape), le choix du pape se porta sur Lyon qui présentait l'avantage de se trouver à moitié dans le royaume d'Arles et de Vienne, c'est-à-dire dans l’Empire, et dans celui de France. Son déroulement nous est connu par deux documents narratifs : une relation qui émane de la Curie28 et la Chronique de l'anglais Matthieu Paris29. Les actes du concile sont perdus. Environ 150 évêques y prirent part, surtout français, espagnols, anglais et italiens du Nord. Le chœur de la cathédrale Saint-Jean inachevée accueillit les trois sessions plénières. Le pape avait mis à l’ordre du jour cinq questions : la réforme de l’Église, la situation préoccupante de la Terre sainte, l’aide à apporter à l’Empire latin de Constantinople, la menace de l’invasion mongole et le conflit de l'empereur avec l’Église. Ce fut surtout ce dernier sujet qui occupa les débats conciliaires, qui s’achevèrent sur une nouvelle sentence d’excommunication de l’empereur et sa déposition. On décida aussi l'envoi de missions d'information chez les Mongols.
Le concile de 127430
Le contexte est fort différent. La menace impériale a disparu, l’empereur byzantin cherchait à se rapprocher de l’Église latine, et la papauté sortait d’une longue vacance. Le nouveau pape, Grégoire X, décida la réunion d’un concile qui devrait aborder trois problèmes : le secours à la Terre sainte, l’union avec les grecs, et la réforme des mœurs. Lyon fut choisi comme siège du concile par commodité géographique surtout. L’assistance fut beaucoup plus nombreuse qu’en 1245 (plus de 1000 participants) et le concile se déroula du 6 mai au 17 juillet 1274 dans une ville troublée par la lutte entre les bourgeois et l’Église. Les réunions plénières se tinrent aussi à la cathédrale, dont la nef était presque achevée. L’ambassade de l'empereur Michel Paléologue arriva fin mai, et le 29 juin l’union des Églises grecque et latine fut solennellement proclamée dans la cathédrale Saint-Jean. On sait qu’elle ne dura guère. Début juillet arrivèrent des envoyés du grand khan des Tartares. On promulgua également la constitution établissant le conclave pour l’élection pontificale. On décida aussi de mettre un terme à la prolifération des ordres mendiants en n'en maintenant que quatre : Prêcheurs, Mineurs, Carmes et Augustins. Le pape resta encore un peu plus de neuf mois à Lyon après la fin du concile. Il quitta la ville pour l’Italie fin avril-début mai
1275.
À ce concile il faut rattacher le décès de deux personnalités les plus marquantes de la Chrétienté d’alors : Thomas d’Aquin mourut le 7 mars 1274 à l’abbaye de Fossanova (Latium), sur la route qui le conduisait à Lyon ; Bonaventure, cardinal-évêque d’Albano, qui avait été un très grand ministre général de l’ordre des Frères Mineurs, décéda au couvent des Franciscains de Lyon le 15 juillet 1274, deux jours avant la dernière session du concile. Il y fut enterré. En 1484, au lendemain de sa canonisation par le pape Sixte IV 1482) (l’église des Cordeliers dont la reconstruction, commencée en 1327, venait de s'achever, lui fut dédiée.

  • 116 On sait que Clément V, en route depuis Bordeaux, aurait préféré se faire couronner à Vienne.
  • 117 Récit très détaillé de cette élection qui se déroula à Notre-Dame de Confort, l’église des Frères P (...)

85Quant au couronnement de Clément V, le 14 novembre 1305, le choix de Lyon fut imposé pour des raisons de commodité politique par le roi de France qui était en train de prendre pied dans la ville, et qui entendait manifester au nouveau pape ses exigences116. Il se fit donc en sa présence, et il marqua surtout les esprits par l’accident survenu montée du Gourguillon sur le passage du cortège pontifical qui se rendait à la cathédrale après la cérémonie qui avait eu lieu à la collégiale Saint-Just. Il coûta la vie à plusieurs spectateurs, dont le duc Jean de Bretagne. Le pape quitta Lyon début mars 1306 pour regagner Bordeaux. Durant son séjour lyonnais, on peut dire qu’il inaugura la politique bénéficiale (Lyon fut concerné puisqu’il institua un certain nombre de chanoines dans le chapitre cathédral par provisions apostoliques, cf. supra) qui fut ensuite celle de la plupart des papes d’Avignon. Ce sont encore les intérêts de la politique royale qui commandèrent le choix de Lyon pour mettre, en 1316, un terme à la vacance du trône pontifical qui durait depuis deux ans ; tout naturellement, Jean XXII qui fut alors élu (7 août 1316), se fit couronner à la cathédrale Saint-Jean le 3 septembre, puis quitta très vite la ville (18 septembre)117.

86Ainsi, à chaque fois, ce sont les avantages de la situation politique et géographique de Lyon et la volonté d’autorités extérieures (pape ou roi de France), bien plus que le prestige spirituel de la ville ou une démarche déterminée de ses habitants, qui lui ont valu d’être un temps plus ou moins long la capitale de la chrétienté.

La conquête tardive des libertés

87La grande affaire de la deuxième moitié du XIIIe siècle lyonnais, c’est la lutte menée à partir de 1267 par les habitants pour secouer la tutelle de l’autorité ecclésiastique qui régnait sans partage depuis le traité de 1173. Un conflit qui dura un demi-siècle et dans lequel intervinrent très vite des intérêts qui dépassaient les seules préoccupations lyonnaises. Un conflit, pour cette raison, effroyablement compliqué et qui eut deux résultats : la reconnaissance tardive d’un certain pouvoir aux bourgeois réunis dans le consulat, et l’intégration hâtée au royaume de France.

Les enjeux lyonnais de la crise

88La dimension lyonnaise de la crise repose sur un double contentieux né de l’accord de 1173 entre l’archevêque et le comte de Forez.

  • 118 M.-C. Guigue éd., Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p. 103-104.
  • 119 A. D. Rhône, 10 G 686 (1), éd. ibid., p. 377-379.
  • 120 Cf. M.-Th. Lorcin, Les Campagnes de la région lyonnaise aux XIVe et XVe siècles, op. cit., p. 149-1 (...)

89Premier élément de tension : les revendications des bourgeois face à l’Église. Très tôt, ceux-ci ont cherché à obtenir d’elle un allègement et une meilleure définition des droits et coutumes qu’elle faisait peser sur la ville. Une première tentative eut lieu, qui se traduisit dans l’accord de 1193, dont il a été question plus haut. Mais il ne comportait en fait aucune concession politique ou administrative, mais seulement la suppression ou la réduction de certains prélèvements seigneuriaux et des clauses de garantie pour les biens et les personnes. Aucune trace non plus d’organisation chez les bourgeois à ce moment-là, semble-t-il. Treize ans plus tard, une charte est accordée à nouveau par l’archevêque, auquel les Lyonnais reprochaient des manquements aux engagements de 1193118. Toujours pas de disposition d’ordre politique. Enfin deux ans après, en 1208, éclate une véritable insurrection dans laquelle on voit apparaître deux traits qui préfigurent les mouvements de la fin du siècle : la violence et les ingérences extérieures. Les Lyonnais font encore grief à l’archevêque Renaud de ne pas tenir parole, mais cette fois ils prennent les armes, s’organisent en association jurée, élisent des consuls, fortifient le pont de Saône, et font appel au pape Innocent III. Renaud réagit très brutalement, et le calme ne revient que grâce à l’arbitrage du duc de Bourgogne (septembre 1208), favorable à l’archevêque. Les bourgeois devaient renoncer à tout ce qu’ils avaient tenu un moment, contre la promesse de Renaud de revenir à une bonne administration119. Pour des dizaines d’années, on en resta là, et Lyon fut privé de toute franchise politique ou administrative, alors que peu à peu les petites villes du plat pays en étaient dotées120.

  • 121 Récit très détaillé dans B. Galland, « Le rôle politique d'un chapitre cathédral : l’exercice de la (...)

90L’autre composante lyonnaise de la crise consiste dans les rapports archevêque-chapitre121. À partir de 1235, les chanoines de la cathédrale cherchent à profiter de la dégradation du pouvoir épiscopal, d’une part en se soustrayant le plus largement possible à sa juridiction ecclésiastique, d’autre part en revendiquant le partage de la justice temporelle. Celle-ci est alors rendue par la cour séculière de l’archevêque présidée par un laïc, le sénéchal de l’Église. Les chanoines réalisèrent d’incontestables progrès sous l’épiscopat de Philippe de Savoie qui leur était favorable. Mais ils rencontraient de plus en plus l’hostilité des bourgeois, peu soucieux de voir la justice séculière, dont ils dépendaient, passer entre leurs mains. La revendication de libertés urbaines pouvait donc être ranimée par cette querelle sur la justice, et la partie se jouer désormais à trois : l’archevêque, le chapitre, les bourgeois.

Les interventions extérieures

  • 122 Ainsi Grégoire X en 1274, A.D. Rhône, 10 G 690, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire municipal de la ville (...)

91Deux types de pouvoirs s’intéressent à Lyon à partir du milieu du XIIIe siècle. D’abord la papauté, amenée à intervenir souvent dans les élections épiscopales, et qui ne pouvait rester inactive dans l’hypothèse d'un conflit entre l’archevêque et son chapitre. N’oublions pas non plus que les papes séjournèrent à deux reprises dans la ville au XIIIe siècle, et qu’ils ne pouvaient non plus se désintéresser des tensions qui risquaient de s’y manifester. Pour autant, soulignons-le, ils ne nourrissaient aucune ambition politique ou territoriale sur place. Ils rendirent, directement ou par légats interposés, plusieurs arbitrages, souvent favorables à l’archevêque122. De puissants voisins ensuite, pour qui une crise interne dans la ville était une véritable aubaine, parce qu’ils souhaitaient y prendre pied. Ils sont trois principaux.

92Au premier rang d’entre eux, la maison de Savoie. En pleine expansion vers le nord et l’ouest, Lyon est pour elle un pion capital. En ce sens la promotion d’un de ses membres, Philippe, sur le siège lyonnais en 1246 était un beau succès, et on sait que l’archevêque-élu utilisa largement sa fonction pour défendre et promouvoir les intérêts savoyards. Mais si on voit le comte de Savoie intervenir encore à Lyon en 1285 à la demande des bourgeois, il abandonna ensuite toute visée sur la ville quand ses relations se détériorèrent avec le Dauphiné. Moins puissants certes, mais très actifs, les Thoire-Villars, fortement installés en Bresse et en Dombes, tentèrent de s’implanter à Lyon. Ils parvinrent à placer deux des leurs sur le siège lyonnais entre 1295 et 1308, mais leur rôle cessa à cette dernière date. Enfin, le roi de France. Pour des raisons évidentes, c’est lui qui marque l’intérêt le plus constant pour cette ville qui est pour partie dans l’Empire. Ses interventions furent multiples et prirent des formes diverses conformes aux habitudes capétiennes : empiètements plus ou moins avoués de son représentant tout proche, le bailli de Mâcon, réponse favorable aux demandes de protection émises par les Lyonnais, intervention armée enfin. D’une manière générale, le pouvoir royal se range aux côtés des bourgeois.

Un conflit interminable

  • 123 Le récit le plus précis demeure celui de Ph. Pouzet dans A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, t (...)

93Il n’est pas question de reprendre ici en détail les péripéties, maintes fois racontées, de la lutte des Lyonnais et de l’Église123. On se contentera ici d’en dégager les principales phases. On peut en discerner quatre.

  • 124 Sur cette première phase, cf. R. Fédou, « Regards sur l’insurrection lyonnaise de 1269 », Economie (...)
  • 125 Les épisodes insurrectionnels (attaques menées par les Lyonnais contre Écully, Civrieux, Couzon et (...)
  • 126 J. Rossiaud, « Du récit judiciaire à l’Histoire. Essai sur le Tractatus de bellis et induciis... et (...)
  • 127 A.D. Rhône, 10 G 715, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p. 379- (...)

94– De 1267 à 1270124, la crise se noue et éclate. Tous les éléments de ses développements futurs sont là, ainsi que tous les acteurs, sauf un, l’archevêque. Le contexte est favorable à une redistribution des cartes. En effet, le siège épiscopal auquel Philippe de Savoie vient de renoncer pour recueillir la succession du comté de Savoie, reste vacant durant cinq ans, de 1267 à 1272. Tant le bailli de Mâcon, représentant du roi que les chanoines du chapitre cathédral tentent d’en profiter. Ce sont ces derniers qui déclenchent les hostilités en faisant arrêter un bourgeois en 1269. La réaction des Lyonnais est immédiate et revêt deux caractères très importants. La violence en premier lieu (prise d’assaut du cloître Saint-Jean, attaques contre le cloître Saint-Just où se sont réfugiés les chanoines du chapitre cathédral ; plus tard pillages dans les environs125) qui n’est pas le fait que du menu peuple. La détermination et la communion des habitants, ensuite, face au chapitre, qui serait davantage le reflet, ainsi que J. Rossiaud l’a magistralement démontré, de solidarités confraternelles naissantes, que le produit de l’action du patriciat utilisant « le peuple » pour faire céder les chanoines126. Une première trêve fut conclue en juin 1269 entre le chapitre et les bourgeois et jurée en leur nom par une soixantaine d’entre eux127. Enfin les ingérences extérieures sont là elles aussi, sous forme d’arbitrage ou de médiation (du pape et du roi en janvier 1270). Mais sur le fond, rien n’est résolu.

95– De 1270 à 1274, les interventions extérieures semblent primer, de celle de Philippe III en 1271, à celle de Grégoire X en 1274. Par ailleurs, l’archevêque, absent jusque-là, fait son apparition, et se reconnaissant vassal du roi de France, récupère la garde sous laquelle celui-ci tenait Lyon à la demande des bourgeois. Quant au pape, il avantage fortement l’archevêque, au détriment du chapitre, dans le partage qu’il ordonne de la justice, et se montre plutôt hostile aux bourgeois.

  • 128 L'arbitrage rendu en 1290 par deux cardinaux, Gérard Blanc cardinal-évêque de Sainte-Sabine, et Ben (...)
  • 129 Ce nom, dans lequel tous les historiens lyonnais ont, jusqu’à il y a peu, voulu voir une référence (...)

96– De 1274 à 1290, les forces locales semblent reprendre le jeu en mains, et les archevêques sont davantage présents, ce qui entraîne la réouverture des hostilités entre eux et les chanoines. En deux temps (1287, puis 1290) un accord sur l’exercice de la justice séculière fut finalement trouvé par des arbitres désignés par le pape et accepté par les deux parties128. Ce rapprochement irrita fort les bourgeois qui paraissent organisés (la Cinquantaine129 de 1286). Ils demandent quand même une aide extérieure mais s’adressent cette fois au comte de Savoie qui prend la ville sous sa garde.

  • 130 A.D. Rhône, 10 G 2546 (7 et 8). Sur le plan des principes il y a dans ces actes une certaine parent (...)
  • 131 Vaincu, l'archevêque Pierre de Savoie dut, en 1312, reconnaître la souveraineté totale du roi sur l (...)
  • 132 A.D. Rhône, 10 G 716 (1), éd. M.-C. Guigue, Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p.  (...)
  • 133 Cf. J. Rossiaud, « Les rituels de la fête civique à Lyon (XIIe-XVIe siècle) » Riti e rituali nelle (...)

97– De 1290 à 1320, la Savoie s’effaçant, c’est la réapparition du roi de France sur la scène lyonnaise. En 1292, à l’appel des bourgeois de Lyon, Philippe le Bel prend la ville sous sa garde et y dépêche un représentant, le gardiateur. Progressivement, faisant alterner les moments de forte présence et de demi-retraite, s’appuyant tantôt sur les bourgeois, tantôt sur l’archevêque auquel il impose en 1307 les Philippinesl130, écartant les velléités d’intervention pontificale, utilisant la diplomatie, mais aussi la force au besoin, comme en 1310, pour réprimer la révolte fomentée par l’archevêque Pierre de Savoie soutenu par les bourgeois mécontents d’avoir été tenus à l’écart de l’accord de 1307131, le Capétien installe son autorité sur la ville. Autorité complète après 1312, que le souverain consent finalement à partager - de façon à mieux en conserver une part importante - pour satisfaire les demandes de l’archevêque et calmer le mécontentement de ses nouveaux sujets quelque peu malmenés par ses officiers. En avril 1320, Philippe V restituait à l’archevêque la justice de première instance et imposait aux citoyens de la ville un serment de fidélité. Le 21 juin suivant, le prélat accordait aux Lyonnais la charte dite la Sabaudine qui établissait le consulat132. Malgré cette tardive récupération d’une partie de son ancien pouvoir, c’en était fini de la seigneurie de l’Église à Lyon, et ses habitants se voyaient confortés dans leur demande, formulée dès le début du siècle, de suppression de ce qui était devenu, depuis la fin du XIIe siècle sans doute, le symbole du pouvoir de l’Église sur la ville, à savoir la Fête des Merveilles133. Il leur faudra encore attendre près d’un siècle pour obtenir satisfaction.

98Au début du XIVe siècle, Lyon semble donc avoir comblé, au moins en partie, le retard qu’elle accusait cent ans plus tôt. La vieille tutelle seigneuriale de l’Église vient - tardivement - de craquer, victime autant des ambitions de son puissant voisin le roi de France, que de ses divisions internes et des coups de boutoir des habitants. Et ceux-ci peuvent avoir l’impression d’avoir enfin obtenu, à travers la concession du consulat, les libertés qu’ils avaient un peu tardé à réclamer. Passablement peuplée, désormais intégrée au royaume capétien, pouvant bientôt toucher les dividendes de sa situation géographique (il suffit d’évoquer le couloir rhodanien animé par la prochaine installation des papes en Avignon), la ville ne manque certes pas d’atouts. Mais demeurent aussi les traces de ce qu’il faut bien appeler une certaine frilosité face aux grandes évolutions du temps, qui avait marqué l’histoire plus ou moins récente de la cité. Le dynamisme économique interne à la ville n’est pas vraiment perceptible au début du XIVe siècle, et ce, malgré la présence d’un patriciat urbain dont la cohésion, forgée et renforcée au cours des luttes pour conquérir les libertés, est assez remarquable. De même, les grandes questions qui agitent alors les âmes et les esprits de la chrétienté n’ont que peu d’échos ici, où les pures spéculations intellectuelles ou religieuses ne sont guère prisées, et où on préfère s’en tenir à l’acquisition de ce qui peut être directement utile dans le quotidien, à savoir le droit, enseigné à un niveau élémentaire sur place. En fin de compte, il y a alors à Lyon des potentialités. Mais pour qu’elles jouent à plein, il faudra qu’elles soient sollicitées, aiguillonnées de l’extérieur.

Notes

1 Cf. dans ce sens la « méditation historique » (selon les propres termes d’une lettre de l’auteur) embrassant l’ensemble du Moyen Âge lyonnais de R. Fédou, « Paradoxes de l’histoire du Lyon médiéval », Finances, pouvoirs et mémoire. Mélanges offerts à Jean Favier, Paris, 1999, p. 208-220.

2 Le document sur lequel on se fonde pour avancer alors un chiffre de la population lyonnaise est la liste des 3000 citoyens qui jurèrent, en 1320, de respecter les franchises de la ville, ce qui peut représenter une population totale située dans une fourchette de 15 000 à 20 000 habitants. Cf. R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe, Paris, 1964, p. 9 ; A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Age, Le Coteau, 1990, p. 366-367.

3 R. Fédou, « L’essor de Lyon (dernier tiers du XIIe siècle) », Mélanges en l'honneur de Étienne Foumial, Saint-Étienne, 1978, p. 117-124.

4 Cf. infra.

5 Cf. au début de la très longue notice de Renaud de Forez au 22 octobre dans l’obituaire de la cathédrale : « il (= Renaud de Forez) construisit beaucoup de nouveaux châteaux, à savoir celui de Pierre-Scize, etc. », G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), t. I, Paris, 1933, p. 119-120. Existait-il déjà un château à cet endroit, que Renaud aurait simplement restauré ou agrandi, comme certains l’ont avancé ? Cela demeure fort hypothétique.

6 À l’occasion du conflit qui opposa l’archevêque Renaud aux bourgeois de la ville (infra). Le fossé semble avoir occupé en partie un chenal naturel qui avait mis en communication occasionnellement (lors de crues) le Rhône et la Saône. Sur cette question très complexe du tracé et de la nature de cette partie de l’enceinte de la ville, et les diverses solutions proposées par les historiens depuis le XIXe siècle, et plus récemment par les archéologues, cf. la mise au point donnée en préambule aux résultats des recherches archéologiques menées en 1990-1994 lors de la construction de quatre parkings souterrains dans la Presqu’île, dans C. Arlaud (dir.), Lyon, les dessous de la Presqu'île. Bourse, République, Célestins, Terreaux, Lyon, 2000 (DARA, 20), p. 30-31 ; l’apport archéologique proprement dit, p. 125-164, et les nouvelles hypothèses, p. 269-270.

7 Ibid., p. 31-32.

8 Vue d’ensemble par J.-F. Reynaud dans A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Age, op. cit., p. 335-343.

9 J.-F. Reynaud, « Le monastère de File-Barbe », Mémoire de pierres. Abbaye de l'Ile-Barbe, Lyon, 1995, p. 45-48 ; A. Chagny, Une grande abbaye lyonnaise. La basilique Saint-Martin d'Ainay et ses annexes, Lyon, 1935 ; J.-F. Reynaud, « Les mythes d’Ainay : à la recherche de l’église romane », L’abbaye d’Ainay, légendes et histoire, Lyon, 1997, p. 37-61 ; C. Perrat, « Palais et église Saint-Pierre », Congrès archéologique de France, XCVIIIe session, Lyon-Mâcon, 1935, Paris, 1936, p. 133-145.

10 La chronologie des constructions de Saint-Just a été grandement éclairée par les fouilles menées de 1971 à 1980 par J.-F. Reynaud ; cf. de cet auteur, Lyon aux premiers temps chrétiens : basiliques et nécropoles, Paris, 1986, p. 67-68.

11 Ce que l’on peut déduire notamment de la notice de Tancrède, chamarier de Saint-Paul (décédé avant 1199) figurant à l’obituaire de cette église au 27 décembre, selon laquelle il a beaucoup dépensé « pour construire le chœur », G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), op. cit., p. 109.

12 L’initiative de Guichard doit bien sûr être replacée dans un contexte particulier, qui ne se résume pas aux seules conséquences de l’affrontement avec le comte de Forez. Cf. N. Reveyron, « L’archevêque, la cité, la cathédrale », Cahiers d’Histoire, 35, 1990, p. 209-225. Cf. aussi infra.

13 Sur ces deux édifices du groupe épiscopal cf. J.-F. Reynaud, « L’église Saint-Étienne du groupe épiscopal de Lyon », Revue de l'Art, 1980, p. 65-71 ; ID., « L’ancienne église Sainte-Croix du groupe cathédral de Lyon », Papauté, Monachisme et Théories politiques. Etudes d'histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, t. II, Les Églises locales, Lyon, 1994, p. 777-787.

14 C’est sans doute cet édifice, et non le château de Pierre-Scize (supra, n. 5), qui est mentionné dans la notice de l’archevêque Humbert (II ? 1064/1068-1077) au 13 mai : « il construisit... la maison épiscopale avec des tours », G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), op. cit., t. I, p. 79. Travaux et aménagements ultérieurs aux XIe et XIIe siècles repérables toujours par les notices de plusieurs archevêques dans le même obituaire : Hugues de Die, p. 116 ; Josserand, p. 66 ; Pierre Ier, p. 80 ; Falcon, p. 56-57 ; Guichard de Pontigny, p. 113 ; Jean Bellesmains, p. 75.

15 L’étude archéologique de ce bâtiment a été renouvelée récemment : cf. M. Vialettes, « Le bâtiment de la Vieille Manécanterie de la cathédrale Saint-Jean », Bulletin Monumental, 1995, p. 47-63 ; Id., « La manécanterie de la cathédrale Saint-Jean de Lyon », Cahiers d'Histoire, 41, 1996, p. 25-38.

16 Voir en dernier lieu C. Arlaud (et alii), Lyon Saint-Jean. Les fouilles de l’îlot Tramassac, Lyon, 1994 (Dara, 10), p. 21-25. Sur les quartiers canoniaux dans leur ensemble (avec références fréquentes à celui de Lyon), cf. les deux ouvrages de Y. Esquieu, Autour de nos cathédrales. Quartiers canoniaux du sillon rhodanien et du littoral méditerranéen, Paris, 1992 (Monographie du C.R.A., 8) et Quartier cathédral. Une cité dans la ville. Paris, 1994.

17 Cf. infra.

18 Les hypothèses sur l’emplacement de ce pont sont rappelées par F.-R. Cottin, dans A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Âge, op. cit., p. 355-356.

19 M.-C. Guigue, Polyptyque de l’église collégiale de Saint-Paul de Lyon, introduction, Lyon, 1875, p. VI-VII.

20 M. David, Le Patrimoine foncier de l’Église de Lyon de 984 à 1267. Contribution à l’étude de la féodalité dans le Lyonnais. Lyon, 1942. Ce travail, qui présente le défaut majeur de prendre comme point de départ l’« Inventaire » de 984, dont on sait qu’il s’agit d’un document pour le moins composite, peut rendre encore quelques services.

21 J. Picot, L'Abbaye de Saint-Pierre de Lyon, Lyon, 1970.

22 ID., La Seigneurie de l’abbaye de l’Ile-Barbe, Lyon, 1953.

23 R. Poupardin, Le Royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles, Paris, 1907, p. 145-175 ; H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, Francfort-Zurich, 1971, p. 32-35.

24 Il désigna pour le siège de Lyon Halinard abbé de Saint-Bénigne de Dijon ; mais celui-ci, peu désireux de renoncer à la vie monastique, détourna le choix impérial sur Odolric alors archidiacre de Langres, Chronique de Saint-Bénigne de Dijon, SS, VII, p. 235-236.

25 Dès 1046, Halinard, à nouveau sollicité cette fois par les clercs lyonnais, l’empereur et le pape réunis, ne put se dérober et dut accepter, malgré ses réticences, la promotion que, selon le chroniqueur, ils lui imposèrent. Mais il refusa, au grand étonnement des évêques de Germanie présents à Spire lors de son entrevue avec Henri III de prêter serment à ce dernier. Cf. B. DE Vrégille, « Dijon, Cluny, Lyon et Rome. À propos de deux documents sur Halinard de Sombernon († 1052) », Annales de Bourgogne, 31, 1959, p. 9-24.

26 H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, op. cit., p. 54-58 ; B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques de Lvon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, Paris-Rome, 1994, p. 40-47, étudie ensemble les Bulles d’Or accordées par Frédéric Barberousse à Lyon et à Vienne.

27 Cf. infra, « Au temps où Valdès n’était pas hérétique : hypothèses sur le rôle de Valdès à Lyon (1170-1183) », p. 455-478.

28 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 81-82, estime que, dans le contexte où elle a été délivrée, cette deuxième bulle est plus importante que la première, puisqu’elle devait couper court définitivement aux velléités foréziennes de revenir sur l’accord de 1173 (cf. infra), et conforter le pouvoir de l’archevêque face aux prétentions possibles de son chapitre cathédral, puisque, en 1157 comme en 1184, c’est au prélat seul que Frédéric accorde les regalia.

29 H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, op. cit., p. 26-32.

30 M. Méras, Le Beaujolais au Moyen Âge, Villefranche-sur-Saône, 1956, rééd. 1979.

31 Cf. supra, p. 310 sq.

32 Raoul Glaber, Histoires, V, 4, éd. M. Prou, Paris, 1886, p. 131 ; cf. supra.

33 Cet « accord » n’est connu que de façon indirecte par deux mentions : une charte du Cartulaire de l'abbaye de Savigny (no 762, p. 398) portant donation par Ardradus, sa femme Constantia et d’autres de la moitié de l’église de Duerne à l’abbaye de Savigny est passée in villa de Tazins, ad quoddam placitum quod fuit inter dominum Umbertum, Lugdunensem archiepiscopum, et Artaldum comitem ; d’autre part, la notice de l’archevêque Humbert II dans l’obituaire de la cathédrale Saint-Jean signale qu’il monetam Sancto Stephane recuperavit et consuetudinem hujus ville medietatem..., G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de France), op. cit., t. I, p. 79.

34 Excommunications fulminées lors du synode de Latran de février 1076, P.L., 148, c. 789-790.

35 H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, op. cit., p. 49-52.

36 Ces événements sont bien connus. Voir en dernier lieu B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 49, 62-66.

37 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, éd. G. Guichard, Cte de Neufbourg, E. Perroy, J.-E. Dufour, t. I, Mâcon, 1933, no 15.

38 Ibid., no 4 ; H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im hohen Mittelalter, op. cit., p. 70-78.

39 Supra, p. 371 et n. 23 et 24.

40 Gébuin, archidiacre de Langres, fut désigné comme archevêque de Lyon par Hugues de Die, légat pontifical, au concile d’Autun de 1077, Hugues de Flavigny, Chronique, 1. II, M.G.H., SS, VIII, p. 415-416. Quant à Hugues de Die, il fut nommé par Grégoire VII lui-même, E. Caspar éd., Das Register Gregors VII., t. II, M.G.H., Epistolae selectae, 2, Berlin, 1923 (réimpr. 1990), 1. IX, no 18.

41 Ph. Pouzet, « La vie de Guichard, abbé de Pontigny (1136-1165) et archevêque de Lyon (1165-1181) », Bulletin de la Société littéraire, historique et archéologique de Lyon, 1929, p. 121-129 ; B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 51-61. Cf. aussi infra, « Au temps où Valdès n’était pas hérétique : hypothèses sur le rôle de Valdès à Lyon (1170-1183) », p. 455-478.

42 Hugues de Flavigny, Chronique, l.II, op. cit., p. 415, déclare que l’archevêque Humbert, accusé de simonie, dut se démettre de ses fonctions et se retira au monastère jurassien de Saint-Oyend (Saint-Claude). J. Beyssac, « Humbert, prévôt et archevêque de Lyon », Bulletin historique du diocèse de Lyon, no 76, 1912, p. 498-507, a démontré de façon convaincante en analysant les documents datant des dernières années de l’épiscopat d’Humbert II, que celui-ci ne pouvait être accusé de simonie, ce qui n’empêche pas

43 Cf. notice de l’obituaire de la cathédrale, G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), op. cit., t. I, p. 117.

44 Supra, n. 25. Abbé Rony, « Halinard de Sombemon, archevêque de Lyon (1046-(1046-1052)», Bulletin historique du diocèse de Lyon, 1926, p. 188-201,281-292 ; 1927, p. 13-21, 78-85. La lettre d’Halinard aux chanoines de Lyon, PL., 142, c. 1347-1348.

45 Sur les deux versions de la confirmation en 1084 de plusieurs églises paroissiales du diocèse de Lyon en faveur de l’abbaye de Saint-Oyend/Saint-Claude, cf. R. Locatelli, Sur les chemins de la perfection. Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon, vers 1060-1220. Saint-Étienne, 1992, p. 51-52 ; quant aux dix églises données ou plutôt très certainement transférées d’un propriétaire laïque à Savigny par l'intermédiaire de l’archevêque, c’est pour ce dernier une manière assez « grégorienne » de manifester son autorité épiscopale, A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny suivi du Petit cartulaire de l'abbaye d'Ainay, Paris, 1853, 2 vol., t. I, no 813, 814, 815, 817, 818, 819, 820, p. 429-435.

46 Bulles des 19 et 20 avril 1079, E. Caspar éd.. Das Register Gregors VIL, op. cit., 1. VI, no 34 et 35. P.R. Mckeon, « Gregory VII and the Primacy of Archbishop Gebuin of Lyons », Church History, XXXVIII. 1969, p. 3-8.

47 F. Villard, « Primatie des Gaules et réforme grégorienne », Bibliothèque de l’École des Chartes, 149, 1991, p. 421-434, a tenté de rouvrir le dossier de la primatie lyonnaise en remettant en cause les interprétations traditionnelles (notamment celle de A. Fliche, « La primatie des Gaules depuis l’époque carolingienne jusqu’à la fin de la querelle des investitures », Revue Historique, 173, 1934, p. 329-342) en avançant que la bulle de Grégoire VII portait confirmation et non attribution d’une dignité qui existait déjà, et en montrant que sous Gébuin la primatie lyonnaise entendait exercer, notamment dans la province de Tours, de réels pouvoirs principalement disciplinaires.

48 Ces confirmations sont conservées sous forme de copies du début du XVe siècle aux A.D. du Rhône, 10 G 1391 : en 1095 et 1099, Urbain II annonce à Hugues de Die qu’il s’emploie à faire reconnaître la primatie lyonnaise par l'archevêque de Sens ; en 1116 bulle de confirmation de Pascal II en faveur de l’archevêque Josseran ; idem en 1121 par Calixte II pour l’archevêque Humbaud ; en 1144, Célestin II ordonne aux archevêques de Tours, Sens et Rouen de reconnaître la primatie de l’archevêque Amédée de Lyon ; en 1154, Hadrien IV confirme la primatie à Heraclius ; enfin, en 1165, Guichard de Pontigny, nouvellement nommé et consacré par le pape Alexandre III, reçoit de ce dernier une bulle de confirmation de la primatie lyonnaise.

49 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 106-111.

50 E. Caspar éd., Das Register Gregors VII., op. cit., 1. VI, no 36. Le pape précise aussi dans cette lettre que ce n’est qu’à ce prix que l’Église de Lyon pourra resplendir de noblesse parmi les autres de Gaule et accroître sa gloire.

51 A.D. Rhône, 10 G 416 (4,5), qui porte par erreur la date de 1023 ; éd. partielle dans M.-C. Guigue, Recherches sur Notre-Dame de Lyon. Lyon, 1876, p. 33, η. 1.

52 J. Pourrat, L'Antique École de Leidrade, Lyon, 1899, p. 34 ; R. Fédou, « Le Moyen Âge : de Leidrade à Gerson » dans G. Avanzini (dir.), Éducation et pédagogie à Lyon de l'Antiquité à nos jours, Lyon, 1993, p. 24-26.

53 A.D. Rhône, 2 H 2, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 11, p. 23-24. Les circonstances de la fondation de Notre-Dame de la Platière ne sont connues que par cette confirmation d’Hugues de Die, qui indique que Gébuin avait, sur son conseil alors que lui-même était évêque de Die et légat du pape, accueilli les chanoines de Saint-Ruf à Lyon et leur avait à cette occasion fait don, outre l’église Sainte-Marie à Lyon, de celles de Saint-André avec la chapelle du château de Corcy, de Saint-Marcel-en-Dombes, Sainte-Marie de La Boisse, avec leurs paroisses respectives, des chapelles de Girieu et de Montluel et de l’église de Saint-Julien de Condeissiat avec sa paroisse (ces localités se trouvent toutes dans le département de l’Ain, dans les cantons de Trévoux, Villars-les-Dombes, Montluel et Châtillon-sur-Chalaronne)

54 Au cours du XIIe siècle, les chanoines de la Platière acquirent dans la Presqu’île, outre leur part de directe, une part du port du Rhône (cf. supra), la place située entre leur église et la Sâone, un four que leur concéda l’archevêque de Lyon (confirmation par le pape Lucius III en 1184, A.D. Rhône, 2 H 31, vidimus de 1298, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 53, p. 77) et la chapelle Saint-Marcel (mentionnée dans la bulle d’innocent III de 1206 confirmant les biens de l'ensemble de l'ordre de Saint-Ruf : [capella] Sancti Marcelli supra murum ipsius urbis, A.D. Rhône, 2 H 3, éd. ibid., no 97, p. 132-137, notamment p. 133).

55 Cette « régularisation » est mentionnée dans la notice de l’archevêque Hugues figurant dans Tobituaire de Saint-Jean, G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), op. cit., t. 1, p. 117-118.

56 A.D. Rhône, 16 G 5, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 31, p. 44-45.

57 Une précieuse notice rédigée en 1179 par un chanoine de Belleville, et dont il nous reste un vidimus de 1520 (A.N., P 13881, no XXII, éd. Ch. Perrat, L’Autel d'Avenas : la légende de Ganelon et les expéditions de Louis VII en Bourgogne (1166-1172), Lyon, 1932, p. 91-99) lui-même mal recopié en 1662 (A.D. Rhône, 10 G 531, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 39, p. 53-58) nous apprend que cette fondation, confirmée par l’archevêque Heraclius et richement dotée par le sire de Beaujeu et par l’église cathédrale de Lyon, fut confiée aux chanoines réguliers de Saint-Irénée qui en firent tout d'abord un prieuré ; puis, en 1164, Humbert III, avec l’approbation de l’archevêque élu Dreux de Beauvoir, obtint que ce prieuré soit érigé en abbaye, en garantissant le maintien de liens avec Saint-Irénée, et en choisissant comme premier abbé Étienne, le prieur de Saint-Irénée.

58 Charte de Jean Bellesmains dont l’original n’existe plus. Elle est connue par des copies (A D. Rhône, 10 G 527, 10 G 1595) et est reproduite dans le recueil appelé le « Barbet de Fourvière », A D. Rhône, 14 G 28, éd. E. Longin, Recherches sur Fourvière. Fondation de l’église et de la chapelle Notre-Dame, Lyon, 1900, p. 83-87, qui fait justice des nombreuses « légendes » colportées par les historiens lyonnais du XVIe au XIXe siècle visant à démontrer la grande ancienneté de la fondation d’une chapelle à Fourvière. Cf. aussi Ph. Pouzet, L’Anglais Jean dit Bellesmains (1122-1204 ?) évêque de Poitiers, puis archevêque de Lyon (1162-1182... 1182-1193), Lyon, 1927, p. 78-80.

59 Si major et mater ecclesia fodere vel cavare voluit (sic), marmorei lapides et illi qui vulgo dicuntur chaon, proprii erunt ipsius majoris ecclesiae ; reliqui vero, tam ipsius ecclesiae, quam ecclesiae Sancte Marie et Sancti Thome. Si autem ecclesia Sancte Marie et Sancti Thome fodit (sic), vel cavaverit, marmorei lapides et chaon majoris erunt ecclesiae, reliqui autem propri erunt ecclesiae Sancte Marie et Sancti Thome..., éd. E. Longin, Recherches sur Fourvière. Fondation de l'église et de la chapelle Notre-Dame, op. cit., p. 86.

60 Saint Bernard, Lettre 174 aux chanoines de Lyon, J. Leclercq, H.M. Rochais éd., S. Bernardi opera, VII, Rome, 1974, p. 388-392. Cf. infra, « L’Église de Lyon et saint Bernard » p. 423-453 ; à la bibliographie indiquée p. 434 n. 36, ajouter M. Lamy, L'Immaculée Conception : étapes et enjeux d’une controverse au Moyen Age, Paris, 2000.

61 G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), op. cit., t. 1, p. 75.

62 L’analyse de la phase « lyonnaise » du valdéisme, assez sensiblement approfondie depuis la publication de ces pages est présentée infra. On y trouvera les références nécessaires. On se contente ici d’un bref résumé.

63 Charpin-Feugerolles (Comte de), M.-C. Guigue éd., Grand cartulaire de l’abbaye d’Ainay, 2 vol., Lyon, 1885, t. I, p. 143.

64 À propos de l’emplacement du pont du Rhône, de la succession et/ou de la coexistence (probables ?) de plusieurs ouvrages, cf. les deux paragraphes très denses dans lesquels J. Rossiaud résume les recherches approfondies qu’il a menées sur ces questions, dans A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. 1, Antiquité et Moyen Âge, op. cit., p. 365. Cf. aussi l’important dossier pluridisciplinaire né des fouilles effectuées à l’occasion de la construction de la ligne D du métro en 1984, J. Burnouf, J.-O. Guilhot, M.-O. Mandy, CH. Orcel, Le Pont de la Guillotière. Franchir le Rhône à Lyon, Lyon, 1991 (DARA, 5) ; les diverses hypothèses sur la localisation du pont sont passées en revue p. 27-34.

65 La notice de l’obituaire de la cathédrale indique que l’archevêque Jean édifia depuis les fondations le château juxta ripam Rodani, G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon (Recueil des Historiens de la France), op. cit., t. I, p. 75.

66 Selon la méthode bien connue proposée par J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale. État de l’enquête », Annales, E.S.C., 1970, p. 924-946. Remarquons cependant qu’il faut attendre le début du XIVe siècle pour constater la présence des quatre couvents de Mendiants.

67 Sur l'urbanisation de la Presqu’île au XIIIe siècle, cf. C. Arlaud (dir.), Lyon, les dessous de la Presqu'île. Bourse, République, Célestins, Terreaux, op. cit., qui permet de relativiser les hypothèses - présentées souvent comme des certitudes - de B. Gauthiez, « La topographie de Lyon au Moyen Âge », Archéologie du Midi Médiéval, 12, 1994, p. 3-38 (notamment p. 15-34).

68 N. Gonthier, Lyon et ses pauvres au Moyen Âge (1350-1500), Lyon, 1978, p. 138-148.

69 M.-C. Guigue éd., Cartulaire municipal de la ville de Lyon, Lyon, 1876, p. 375-376.

70 Ibid., p. 406-409 (tarif de 1277) et p. 419-423 (tarif de 1295).

71 Charpin-Feugerolles (Comte de), M.-C. Guigue éd.. Grand cartulaire de l’abbaye d’Ainay, op. cit., t. II, p. 137-138 : les moines d’Ainay revendiquaient, contre l’archevêque, le droit d’épaves sur les rives de la Saône et du Rhône sur une partie de leurs cours dans la traversée de la ville en amont de leur abbaye ; ayant produit témoins et preuves, ils obtinrent gain de cause.

72 G. de Valous, Le Patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1973, p. 169-170. Ponce aurait obtenu de l’empereur Henri d’insignes reliques (un morceau de la vraie Croix notamment) qu’il aurait remises à l’archevêque Renaud de Forez et au chapitre de Lyon.

73 Comme le fait remarquer avec une très grande pertinence J. Rossiaud, « Du récit judiciaire à l'Histoire. Essai sur le Tractatus de bellis et induciis... et la préhistoire municipale de Lyon », Comprendre te XIIIe siècle. Etudes offertes à Marie-Thérèse Lorcin, P. Guichard, D. Alexandre-Bidon (dir.), Lyon, 1995, p. 73-83, notamment p. 76-77. Le privilège en question n’est connu que par une seule copie du XVIIe siècle, A.D. Rhône, 10 G 448, éd. M.-C. Guigue, Obituarium Lugdunensis Ecclesiae, op. cit., p. 185.

74 Si l’abside, le chœur et le transept sont achevés vers 1220-1230, la construction de la nef, elle, avance très lentement au cours du XIIIe siècle : les deux premières travées orientales n’ont pas encore reçu leur couverture lors du concile de 1245 ; la troisième travée n’est pas terminée en 1274, et la dernière n’est entreprise qu’au début du XIVe siècle. Quant à la façade, elle est achevée au début du XVe siècle. Lors de son séjour à Lyon, Innocent IV a accordé plusieurs indulgences (en 1246, 1247, 1248, 1250, 1251) à tous ceux qui aideraient financièrement à la construction de la cathédrale, A.D. Rhône, 10 G 567 à 570 (bulle de 1246 éd. par L. Bégule, Monographie de la cathédrale de Lyon, Lyon, 1880, p. 8, n. 42 ; de 1247, ibid., p. 43, n. 288 ; de 1251, ibid., p. 8, n. 43). En 1262, Urbain IV accorda deux nouvelles bulles, A.D. Rhône, 10 G 570, ibid., p. 44, n. 292.

75 On a conservé un certain nombre de ces « divisions de terres ». Pour s’en tenir aux XIIe et XIIIe siècles, celles de 1187, 1209, 1220 (A.D. Rhône, 10G416, 1087, éd. M.-C. Guigue, Obituarium Lugdunensis Ecclesiae, op. cit., p. 182-184, 187-188, 195-196) ; 1244, 1255 (deux divisions dans la même année), 1258 (A.D. Rhône, 10 G 1087, 475, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 392, p. 480-481 ; t. II, no 514, p.10-11, no 521, p. 23-25, no 551, p. 68-70) ; 1274, 1275, 1287, 1298, 1300 (A.D. Rhône, 10 G 1087). Ces documents sont aussi d’un intérêt capital pour connaître le nombre et l’identité des chanoines au moment d’une division des terres, avec d’autant plus d’exactitude qu’on peut penser que ceux-ci avaient tout intérêt à être présents pour pouvoir participer à cette redistribution.

76 Sur ces questions, cf. les excellentes définitions données par H. Hours dans l’index (mots obéance, pave, reffusions, terre) du Répertoire détaillé des sous-séries 1 G à 10 G, Archives Départementales du Rhône, 1959, p. 246-247. Très bonne analyse détaillée du système et de son fonctionnement par M.-Th. Lorcin, Les Campagnes de la région lyonnaise aux XIVe et XVe siècles, Lyon, 1974, p. 120-130, résumée par l’auteur dans A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t.1, Antiquité et Moyen Age, op. cit., p. 325.

77 A.D. Rhône, 10 G 416 (15), éd. L. D’Achery, Veterum aliquot scriptorum Spicilegium, t. IX, Paris, 1655-1677, p. 77.

78 A.D. Rhône, 15 G 83.

79 Matthieu PARIS, Chronica major, I, SS, XXVIII, p. 251.

80 Ainsi, le 3 juin 1251, le chapitre de Lyon fait appel devant la cour pontificale de la provision apostolique dont avait bénéficié Hugues de La Tour, A.D. Rhône, 10 G 483, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 462, p. 583-584. Dans son argumentation, le procureur du doyen du chapitre indique que le pape aurait créé quarante chanoines ou prébendiers, chiffre pour le moins étonnant : il ne peut s’agir de chanoines, dont on ne repère en tout que dix-huit noms nouveaux en comparant les « divisions de terres » de 1244 et 1255 (cf. supra, n. 75), auxquels il faut ajouter trois autres noms repérés dans d'autres documents durant cette période. En dehors de Hugues de La Tour, le seul autre bénéficiaire d'une provision apostolique précisément connu est un certain Zacharie.

81 C’est véritablement avec Clément V qui, fin février-début mars 1306, à la fin de son séjour à Lyon après son couronnement, confère quatorze canonicats du chapitre cathédral, que l’ingérence pontificale commence, ici comme ailleurs, J. Beyssac, Les Chanoines de Lyon, Lyon, 1914, p. 77-81.

82 Ainsi l’archevêque Bérard de Got imposa-t-il un neveu, Guillaume Ruffat, et son frère Bertrand de Got (futur pape Clément V), ibid., p. 73.

83 Précieuse étude des différents lignages dans G. De Valous, Le Patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles, op. cit.

84 Cf. R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe. op. cit.

85 Charpin-Feugerolles (Comte de), M.-C. Guigue éd., Grand cartulaire de l'abbaye d’Ainay, op. cit., t. II, p. 186-187.

86 A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.). Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Âge, op. cit., p. 423.

87 En 1234, à la mort de l'archevêque Robert de La Tour, la majorité du chapitre élut son neveu Guy, tandis que la minorité se prononçait pour Guillaume de Savoie ; le différend fut porté devant le pape qui choisit en 1235 un troisième homme, Raoul de la Roche-Aymon. En 1267, Philippe de Savoie ayant résigné sa charge, le pape (Clément IV) auquel, dans ce cas revenait la nomination, la laissa néanmoins dans un premier temps au chapitre, qui ne parvint pas à se mettre d’accord. Le pape reprit donc l’affaire en mains en 1268, mais il mourut cette même année après avoir nommé l’évêque d’Auxerre, qui refusa de quitter son siège pour Lyon. Une longue vacance du siège pontifical et les troubles que connaissait alors la ville de Lyon firent que ce n’est qu’en 1272 que Grégoire X désigna Pierre de Tarentaise comme archevêque de Lyon. En 1283, à la mort d’Aimar de Roussillon, une minorité de chanoines refusa l’élu du chapitre, le précenteur Durgel, et c’est donc le pape Martin IV qui choisit Raoul de Thourotte. À la mort de ce dernier en 1287, et après la disparition prématurée du successeur élu à l'unanimité par le chapitre, nouvelle division de ce dernier partagé entre deux candidats, ce qui amena le pape Nicolas IV à nommer en 1289 Bérard de Got. Cf. B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 118-120, 369-372, 381-384, 387-389.

88 Un cas de démission : en 1245, Innocent IV désigna Philippe de Savoie en remplacement d’Aimeric Guerry. Deux cas de promotion au cardinalat : Pierre de Tarentaise en 1273, ce qui amène la nomination en 1274 par Grégoire X d’Aymar de Roussillon ; Bérard de Got en 1294, que Boniface VIII remplace à Lyon par Henri de Villars en 1295. Un cas de décès à la cour pontificale : le même Henri de Villars à Anagni en 1301 auquel le pape substitue Louis de Villars. Enfin l’application du droit de réserve pour la nomination de Pierre de Savoie en 1308. Ibid., p. 118-124, 373-375, 390-391, 393-395, 396-399.

89 Entre la mort de Renaud de Forez (1226) et celle de Louis de Villars (1308), si on fait abstraction des 22 années d’épiscopat de Philippe de Savoie et des années de vacance du siège épiscopal, la durée moyenne des neuf épiscopats s’établit à 5, 3 ans.

90 J. Gaudemet, « Les origines de la régale réciproque entre Lyon et Autun », Mémoires de la Société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 5, 1938, p. 21-48.

91 J. Beyssac, « Philippe et Pierre de Savoie archevêques de Lyon », Bulletin historique du diocèse de Lyon, VIII, 1909, p. 13-18, 42-53, 85-90, 103-114, 137-154, 171-179, 209-217. B. Galland, « Un savoyard sur le siège de Lyon au XIIIe siècle, Philippe de Savoie », Biblothèque de l’École des Chartes, 146, 1988, p. 31-67, qui ne s’occupe que de l’action politique - au service des intérêts savoyards - du personnage, qu’il expose de façon très détaillée.

92 Outre les pages qui sont consacrées à la politique d’accroissement du patrimoine de l’Église de Lyon sous Renaud de Forez dans M. David, Le Patrimoine foncier de l'Église de Lyon de 984 à 1267, op. cit., p. 67-81, cf. B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 201-211, 272-279 (carte des fortifications de Renaud p. 277). Id., « Renaud de Forez, homme d’Église », Anse et sa région. Actes des 3e journées d’études de l’Union des Sociétés historiques du Rhône, Lyon, 1988, p. 25-34. Id., « Un problème de chronologie : la politique du comté de Forez sous la tutelle de l’archevêque Renaud de Forez », Beaujeu et sa région, Actes des5e journées d’études de l'Union des Sociétés historiques du Rhône, Lyon, 1990.

93 M.-P. Feuillet, O. Guilhot, Anse. Château des Tours, origine et évolution d’un point fort de la seigneurie de l'Église de Lyon, Lyon, 1985.

94 Première mention d’un officiai au bas d’une charte de 1214 de Renaud de Forez portant cession à l’abbaye d'Ainay de cens à Saint-Priest par Guy de Chavorlay : Datum per manum P. de Monte Brusonis, officialis nostri, Charpin-Feugerolles (Comte de), M.-C. Guigue éd., Grand cartulaire de l’abbaye d'Ainay, op. cit., t. II, p. 162. D’autres mentions d’officiaux se rencontrent ensuite sous l’épiscopat de Renaud, mais ils semblent jouer le rôle de chanceliers ou de dataires d’actes épiscopaux. Ce n’est qu'à partir de 1227 que l’official acquiert son autonomie par rapport à l’archevêque, et prend l’initiative de la rédaction d’actes et dispose de son propre sceau ; cf. E. Caillemer, « L’officialité de la cour de Lyon au XIIIe siècle », Lyon-Revue, X, 1886, p. 68-93 ; XII, 1887, p. 12-32 ; R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe, op. cit., p. 121-122.

95 A. Vauchez (dir.), Histoire du christianisme, t. V, Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274), Paris, 1993, p. 738.

96 A.D. Rhône, 10 G 558 ; deux éditions : A. Bernard, Cartulaire de l’abbaye de Savigny, Paris, 1853 p. 899-933 ; A. Longnon, Pouilles de la province de Lyon, (Recueil des Historiens de la France, Pouillés, t. I), Paris, 1904, p. 1-29. Ce pouillé, qui est incomplet (il manque Lyon et ses abords immédiats), mentionne plus de 810 églises paroissiales réparties en 17 archiprêtrés.

97 Deux lettres de Grégoire IX à l'archevêque Aimeric Guerry laissent entendre que ce dernier avait fait part au pape de son intention de visiter son diocèse, L. Auvray, Registres de Grégoire IX, t. II, Paris, 1907, no 4158-4159.

98 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 296-310, 644-656, a reconstitué l’histoire de ces statuts reproduits dans un incunable publié par l’archevêque Charles de Bourbon dans la deuxième moitié du XVe siècle (B.M. Lyon, Inc. 265, 267, 297, 630), et en a analysé le contenu. On sait que la plupart des statuts français du XIIIe siècle prennent pour base les Statuts de Paris (avant 1215) et le Synodal de l’Ouest (vers 1220). C’est aussi le cas ici. Cf. infra « Un instrument du contrôle épiscopal au XIIIe siècle : les statuts synodaux » avec la bibliographie correspondante, p. 513-526.

99 Le contenu de ce serment est indiqué dans le recueil composite dit « Statuts de 1175 » (en fait 1185-1187) qui figure avec l'obituaire de la cathédrale dans le ms 925 (XIIIe siècle), f. 3v, de la Bibliothèque de l’Université de Bologne, éd. M.-C. et G. Guigue, Obituaire de l’Église primatiale de Lyon, Lyon, 1902, p. 131. Formule de ce serment donnée par J. Beyssac, Les Chanoines de Lyon, op. cit., p. XXII (texte du XIVe siècle, mais reproduisant sans conteste une fonnule bien plus ancienne) ; serment quasi identique des chanoines de Saint-Just, A.D. Rhône, 12 G 113, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 15, p. 27-28.

100 Cf. P. Collomb, « Les statuts du chapitre cathédral de Lyon (XIIe-XVe siècle) : première exploration et inventaire », art. cit., p. 5-52. P. Collomb relève dix « statuts » pour le XIIIe siècle ; mais seuls ceux de 1251 revêtent un caractère assez « global », les autres ne portant que sur un point très précis (par ex., en 1239, l’obligation faite au doyen de se faire ordonner prêtre dans l’année suivant son élection, ou en 1290, l’injonction au précenteur de faire commencer l’office à la sonnerie des grosses cloches, etc.) ou étant des confirmations de statuts déjà promulgués. Cf. p. 14-16 le très suggestif tableau comparatif des thèmes traités par les statuts de Guichard, ceux de 1185-1187 et ceux de 1251.

101 Ainsi, le célèbre canoniste Henri de Suse (Hostiensis), R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe, op. cit., p. 22.

102 J. Beyssac, « Lecteurs et théologaux de l’Église de Lyon », Bulletin de la Société littéraire, historique et archéologique de Lyon, IX, 1922-1925, p. 1-49.

103 R. Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Age. Étude sur les origines de la classe de robe, op. cit., p. 22-26.

104 Ibid., p. 19-20.

105 Dit « Inventaire Ramette » du nom de son auteur, A.D. Rhône, 3 H 1 à 8.

106 Le Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, très gros recueil de près de 3000 exempta classés par thème, selon les sept dons du Saint-Esprit (seuls les quatre premiers chapitres et une partie du cinquième ont été achevés). Sur le personnage et son œuvre, cf. l’excellente notice de J. Berlioz dans le Dictionnaire des Lettres Françaises, t. I, Le Moyen Âge, 2e éd., Paris, 1992, p. 418-420, ainsi que les très nombreux travaux que cet auteur - sous la direction duquel une édition du recueil d’Etienne de Bourbon est en cours - leur a consacrés.

107 Summa de viciis et virtutibus. Cf. A. Dondaine, « Guillaume Peyraut. Vie et œuvres », Archivum Fratrum Praedicatorum, 18, 1948, p. 162-236.

108 Il laisse une œuvre considérable : outre des écrits concernant l’organisation et la vie de l’ordre des Prêcheurs, d’importants traités sur la prédication, et l'Opus tripartitum, célèbre rapport sur l’état de l’Église et de la chrétienté que le pape Grégoire X lui avait demandé de rédiger pour préparer le concile de Lyon de 1274.

109 Selon l’inventaire Ramette reproduit par M. Cormier, L'ancien couvent des Dominicains de Lyon, t. Il, Lyon, 1900, p. 2, 21,31-33, quatre chanoines du chapitre cathédral (Raymond de Clermont, sacristain, en 1262 ; Jacques de Corent en 1287 ; Jean d’Anthon en 1296 ; Jean de la Palud en 1298) ont été inhumés chez les Prêcheurs de Lyon au XIIIe siècle.

110 Acte repris dans la confirmation de Philippe de Savoie en 1250, A.D. Rhône, 3 H 28.

111 M.-C. Guigue éd., Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 374, p. 455-456.

112 A.D. Rhône, 3 H 28, éd. ibid., t. I, no 404, p. 499-500. Chanoines et Frères se disputaient le corps de Guillaume de Cluny, paroissien de Saint-Paul, qui avait élu sépulture chez ces derniers, mais qui avait été enterré « de force » dans le cimetière paroissial de Saint-Paul.

113 G. De Valous, Le Patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles, op. cit., 85-86. Il y a bien sûr des exceptions : par exemple Jean de Durche qui, en 1274, élit sépulture chez les Mineurs, ibid., p. 201, ou Barthélemy de Varey l’aîné chez les Prêcheurs en 1298, Cl. Le Laboureur, Les masures de l’Abbaye royale de l'isle Barbe lez Lyon, t. I, 2e éd., Lyon, 1887, p. 652-653.

114 J. Rossiaud, « Du récit judiciaire à l’Histoire. Essai sur le Tractatus de bellis et induciis... et la préhistoire municipale de Lyon », art. cit., p. 80. Cf. infra.

115 Vue d’ensemble dans R. Fédou, Les Papes du Moyen Âge à Lyon, Lyon, 1988, p. 45-93.

116 On sait que Clément V, en route depuis Bordeaux, aurait préféré se faire couronner à Vienne.

117 Récit très détaillé de cette élection qui se déroula à Notre-Dame de Confort, l’église des Frères Prêcheurs de Lyon, sous la pression des troupes du comte de Forez préposé à la garde du conclave par Philippe le Long régent du royaume, dans G. Mollat, « L’élection du pape Jean XXII », Revue d’histoire de l'Église de France, I, 1910, p. 33-49, 147-167.

118 M.-C. Guigue éd., Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p. 103-104.

119 A. D. Rhône, 10 G 686 (1), éd. ibid., p. 377-379.

120 Cf. M.-Th. Lorcin, Les Campagnes de la région lyonnaise aux XIVe et XVe siècles, op. cit., p. 149-159, cite en Lyonnais les exemples d’Anse (1182) et Condrieu (1199) dans la seigneurie de l’Église de Lyon ; de Chazay-d’Azergues (1197) dans celle d’Ainay. En Beaujolais voisin, Villefranche, dès sa fondation en 1140 ca (charte très développée, connue par sa confirmation de 1260), Belleville, Thizy et Beaujeu entre 1160 et 1216.

121 Récit très détaillé dans B. Galland, « Le rôle politique d'un chapitre cathédral : l’exercice de la juridiction séculière à Lyon (XIIe-XIVe siècle) », Revue d'histoire de l'Église de France, 75, 1989, p. 273-296.

122 Ainsi Grégoire X en 1274, A.D. Rhône, 10 G 690, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p. 13-16, qui ne laisse qu’une place dérisoire au chapitre dans l’exercice de la juridiction séculière (il devra se contenter de donner un simple avis sur la nomination des juges choisis par l’archevêque, et recevra de ce dernier à titre de compensation cent cinquante livres viennois par an).

123 Le récit le plus précis demeure celui de Ph. Pouzet dans A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, t. I, Des origines à 1595, Lyon, 1939, p. 173-212.

124 Sur cette première phase, cf. R. Fédou, « Regards sur l’insurrection lyonnaise de 1269 », Economie et sociétés au Moyen Âge, Etudes offertes à Edouard Perroy, Paris, 1973, p. 311-320.

125 Les épisodes insurrectionnels (attaques menées par les Lyonnais contre Écully, Civrieux, Couzon et Genay) sont décrits dans le procès-verbal de l’enquête conduite sur ces événements en 1273, A.D. Rhône, 10 G 691, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p. 380-403.

126 J. Rossiaud, « Du récit judiciaire à l’Histoire. Essai sur le Tractatus de bellis et induciis... et la préhistoire municipale de Lyon », art. cit., p. 80-81. Il s’agit de confréries du Saint-Esprit.

127 A.D. Rhône, 10 G 715, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p. 379-380.

128 L'arbitrage rendu en 1290 par deux cardinaux, Gérard Blanc cardinal-évêque de Sainte-Sabine, et Benoît Caetani (futur pape Boniface VIII) cardinal-diacre de Saint-Nicolas in carcere, dépêchés par le pape Nicolas IV, prévoyait une seule cour séculière avec trois officiers laïques (le courrier, le juge et le garde-sceau) ; l’archevêque en désignait deux et le chapitre un, par roulement ; les profits étaient aussi partagés : deux tiers pour l’archevêque, un tiers pour le chapitre ; un juge des appels était institué, choisi par l’archevêque parmi les chanoines du chapitre.

129 Ce nom, dans lequel tous les historiens lyonnais ont, jusqu’à il y a peu, voulu voir une référence au nombre des participants, ferait en fait encore référence, toujours selon J. Rossiaud, « Du récit judiciaire à l’Histoire. Essai sur le Tractatus de bellis et induciis... et la préhistoire municipale de Lyon », art. cit., à une structure confraternelle, la confrérie de la Trinité (cinquante représentant le nombre de jours séparant Pâques de Pentecôte).

130 A.D. Rhône, 10 G 2546 (7 et 8). Sur le plan des principes il y a dans ces actes une certaine parenté avec la Bulle d’Or, le roi remplaçant l'empereur, et le contexte étant bien différent : ainsi, il est dit que la ville est dans la souveraineté royale, et que l’Église y exerce un certain nombre de droits qui sont en fait des regalia : elle bat monnaie, lève les péages, tient les châteaux, etc. Mais sur certains points, on dénote une ingérence complètement absente du privilège de 1157 : si c’est l’Église qui rend la justice séculière en première instance et en premier appel, le roi se réserve les seconds appels ; de même il maintient son représentant, le gardiateur, dans la ville.

131 Vaincu, l'archevêque Pierre de Savoie dut, en 1312, reconnaître la souveraineté totale du roi sur la ville et lui abandonner tous ses droits (dont la justice), A.D. Rhône, 10 G 691 (3).

132 A.D. Rhône, 10 G 716 (1), éd. M.-C. Guigue, Cartulaire municipal de la ville de Lyon, op. cit., p. 114-119.

133 Cf. J. Rossiaud, « Les rituels de la fête civique à Lyon (XIIe-XVIe siècle) » Riti e rituali nelle società medievali, Atti della Settimana di Erice, éd. J. Chiffoleau, L. Martines, A. Paravicini Bagliani, Spolète, 1994, qui renouvelle complètement l’histoire de cette célébration majeure du pouvoir seigneurial de l’Église à Lyon.

Notes de fin

1 Version largement remaniée, mise à jour et pourvue d’un appareil critique du livre II, chapitre III et partie du chapitre IV, de A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Âge, Le Coteau, Horvath, 1990, p. 281-323 et 326-333 (avec l’autorisation des Éditions Minerva).

2 M.-C. Guigue, « Les recluseries de Lyon », Bibliothèque historique du Lyonnais, Lyon, 1886, p. 73-117.

3 Ibid., p. 89-97.

4 Cartographie dans N. Gonthier, Lyon et ses pauvres au Moyen Âge (1350-1500), Lyon, 1978, p. 48.

5 On peut peut-être resserrer cette approximation chronologique, et donner comme date de cet arbitrage 1139, en faisant remarquer que cette année-là, la dernière de l’épiscopat de Pierre Ier l'abbé de Saint-Ruf, Guillaume, se trouve à Lyon et qu'il est impliqué dans la donation faite par Étienne III de Villars, à la veille de son départ pour Jérusalem, de ses droits sur le port du Rhône au prieuré de la Platière, M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, t. I, Lyon, 1885, no 24, p. 35-36. Cette date ne contredit pas les autres repères chronologiques indirects fournis par le document (abbatiat d'Oda, cf. infra, n. 2 ; mention du témoignage d'un personnage très âgé encore vivant et ayant connu l’épiscopat de Gébuin).

6 Oda, abbesse de Saint-Pierre en 1118, mentionnée pour la dernière fois en 1155-1163.

7 Josserand, archevêque de Lyon de 1106 à 1118.

8 Gébuin, archevêque de Lyon de 1077 à 1082, accueillit les chanoines de Saint-Ruf à Lyon.

9 Peut-être s'agit-il d’un reste de construction romaine On pense naturellement à l’amphithéâtre, en dehors de l’enceinte, et à l’ouest du Griffon, limite récusée par les moniales de Saint-Pierre, parce que restreignant trop l’étendue de leur paroisse de ce côté.

10 Hugues de Beaujeu : le seul personnage de ce nom connu à cette date est Hugues, fils de Humbert II († v. 1102-1103) et frère de Guichard III († v 1140), tous deux sires de Beaujeu ; il est signalé comme chanoine de Lyon en 1094, de Beaujeu et de Mâcon, et abbé de Saint-Just en 1117 ; il est décédé sans doute en 1127, cf. J. Beyssac, Les Chanoines de l'Église de Lyon, Lyon, 1914, p. 23.
Le motif de la querelle n’est pas indiqué Elle pourrait porter sur les droits sur le port du Rhône, dont on sait que les Villars détiennent une part (Étienne III, après plusieurs contestations la cède à Notre-Dame de la Platière en 1139, à la veille de partir pour Jérusalem, supra, n. 1) tandis que l’autre part avait été acquise de la famille de Riverie par l’archevêque Josserand, G, Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon, op.cit., t. 1, p 66. Les intérêts de l’Église de Lyon seraient donc représentés ici par Hugues de Beaujeu, dignitaire du chapitre comme abbé de Saint-Just et le sénéchal Cordelius - inconnu par ailleurs - au nom de l’archevêque.

11 Humbert de Scey, archevêque de Besançon de 1134 à 1161 ; Adon, abbé de Saint-Oyend (= Saint-Claude) de 1149 à 1175.

12 Étienne archevêque de Vienne de 1156 à 1163. II bénéficia aussi d’une Bulle d’Or (27 octobre 1157), renouvelant et compétant un privilège précédent accordé à son prédécesseur également par Barberousse en juin 1153.

13 Cf. aussi P Collomb, « Les statuts du chapitre cathédral de Lyon (XIIe-XVe siècle) : première exploration et inventaire », Bibliothèque de l’École des Charles, 153,1995, p. 22-26

14 J. Beyssac, Les prévôts de Fourvière, Lyon, 1908.

15 Id., « Abbés du chapitre de Lyon et abbés de Saint-Just », Revue d'histoire de Lyon, 1913.

16 Id., « Les custodes de Sainte-Croix », Bulletin de la historique Société littéraire historique et archéologique de Lyon, 1926-256. 1928, p. 143.

17 Id., « Les trésoriers de l’Église de Lyon », Bulletin du diocèse de Lyon, 1925, p. 65-87, 205-217, 241-256.

18 Id., Les chevaliers de l'Église de Lyon, Lyon, 1925.

19 Guillaume resta évêque de Glasgow jusqu’en 1202, date à laquelle il fut transféré à Saint-Andrews où il mourut en 1238

20 Rappelons qu’elles sont déjà mentionnées au VIIIe siècle. Rappelons aussi que Guchard, alors abbé de Pontigny, avait accueilli dans son abbaye l'exilé Thomas Becket, et que dès 1174 une chapelle avait été dédiée à Lyon au nouveau saint, et que Jean Bellesmains lui-même, anglais d'origine avait été un collaborateur et ami du prélat assassiné.

21 Après la suppression de l'Ordre des Templiers (1312), ses biens passèrent aux Hospitaliers. À Lyon, ceux-ci les cédèrent dès 1315 au comte de Savoie. En 1407, le comte Amédée VIII y installa un couvent de Célestins, qui a donné son nom au quartier actuel.

22 C'est l'archevêque Aymar de Roussillon qui, le 1er avril 1279 (A.D. Rhône, 47 H 2, f. 807-809), concède cet hôpital qui recueillait les estropiés aux Antonins, qui très probablement étaient déjà présents dans la ville.

23 Le rôle attribué à un « Jacques (ou parfois Humbert) de Grôlée, sénéchal » dans l'installation des Mineurs à Lyon (il leur aurait donné le vaste tènement sur lequel on les retrouve plus tard) est purement légendaire, le personnage étant inconnu par ailleurs, et a famille Grôlée n’acquérant de l’importance à Lyon qu’un siècle plus tard. La seule chose que l'on puisse affirmer avec certitude, c'est que les disciples de saint François sont présents à Lyon en 1226, date à laquelle on repère les trois premières donations testamentaires faites en leur faveur, A.D. Rhône, 10 G 1001 (6,7,8) : de Guichard de Marzé, chanoine de Lyon (legs de 10 sous à la maison des Mineurs) et de l'archevêque de Lyon Renaud de Forez (20 livres forts aux Frères Mineurs de Lyon pour des vêtements et des ornements d’église, pour construire ou améliorer leurs bâtiments), éd. M.-C. Guigue, Obituarium Lugdunensis Ecclesiae, Lyon, 1867, p. 201, 203 ; du prêtre Martin de Viricelles (20 sous aux Frères Mineurs), éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. oit., 1.1, p. 293.

24 E. Fournial, « Monnaie de Lyon et monnaie de Vienne. La circulation monétaire en Lyonnais et en Forez au XIIIe siècle », Cahiers d'Histoire, 1959, p. 103-130. Cet article concluait, en quelque sorte, la polémique qui avait opposé à la fin des années 1950 dans les pages des Annales, d'un côté H.-J. Léger, « L'Église et l'économie médiévale. Un exemple : la monnaie ecclésiastique de Lyon et ses vicissitudes », Annales E.S.C., 1957, p. 561-572 ; Id. « Réalités monétaires, réalités économiques, réalités historiques », ibid., 1959, p. 535-542, et de l’autre E. Perroy ET E. Fournial, « Réalités monétaires et réalités économiques », ibid., 1958, p. 533-540. Le premier entendait démontrer le rôle mineur de cette monnaie considérée comme un simple profit seigneurial, qui ne pouvait avoir sa place que dans le cadre d'une économie elle aussi seigneuriale, et qu’était donc condamnée à disparaître, au profit d'autres (la monnaie royale notamment), dès que les horizons économiques et politiques s'élargiraient c’est-à-dire à partir de la fin du XIIIe siècle. Les seconds affirmaient au contraire, examen précis de la documentation à l'appui, que cette monnaie apparaissait au XIIIe siècle à la fois « stable et forte, abondante » et qu'elle pouvait ainsi « s'insérer dans un large complexe » économique.

25 Désigné traditionnellement, sans aucune référence, sous le nom de Raoul de Peyrins Selon une généalogie produite par B. Galland, Deux archevêchés entre ta France et l'Empire, op. cit., p. 137-138, d'après Aubri de Troisfontaines, Chronique, M.G.H., SS., XXIII, p. 891, il serait apparenté à l'archevêque Robert de a Tour.

26 Traditionnellement appelé par erreur due à une faute de lecture Raoul de la Tourette, et de ce fait gratifié à tort d’une origine forézienne (La Tourette, départ. Loire, arr. Montbrison, cant. Saint-Bonnet-le-Château, prieuré de l’abbaye d’Ainay), cf. B. Galland, ibid., p. 383 et n 89.

27 H Wolter, H. Holsten, Lyon I et Lyon II, Paris, 1966 (Histoire des conciles œcuméniques, 7).

28 M.G.H., Constitutiones, II, p. 513-516 ; trad. dans e Bulletin historique du diocèse de Lyon, t. II, 1901, p. 216-224, 250-252.

29 Matthieu PARIS, Chronica majora, SS, XXVIII p. 250, 256-268.

30 1274, année charnière. Mutations et continuité, Colloque international du C.N.R.S., Lyon-Paris, 1974, Paris, 1977.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search