Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Deuxième partie. L'église de Lyon à l'époque carolingienne

Vie de saint Domitien*

Texte intégral

  • * Article paru sous le même titre dans Saint Rambert. Un culte régional depuis l'époque mérovingienn (...)

1B.H.L. 2250, original perdu.

2Éditions : B. Gonon, Vitae et sententiae Patrum occidentis libri VII, Lyon, 1625, p. 214-217, « ex vetustissimis membranis ».

3S. Guichenon, Histoire de Bresse et du Bugey, Lyon, 1650, Preuves, p. 228-232 « ex Breviario abbatiae S. Ragneberti in Beugesio » (aujourd’hui perdu).

4Acta Sanctorum Julii, t. I, lère éd., Paris, 1719, p. 49-54, 3e éd., Paris, 1867, p. 44-49, d’après les deux éditions précédentes collationnées avec un manuscrit du père P. J. Chifflet copié « ex antiquis codicibus monasterii S. Ragneberti Jurensis » et un autre de A. Lionnard, chamarier de l’abbaye de Saint-Rambert, copié « ex vetustissimo missali manuscripto » (perdu).

5Traduction : Abbé G. Renoud, « Saint Domitian : II. La légende de saint Domitian », Bulletin de la Société Gorini, XV, 1924, p. 77-104 (il s’agit davantage d’une adaptation visant à l’apologétique que d’une traduction précise de la vita).

6Le texte latin ci-dessous est celui des Acta Sanctorum ; les variantes des autres éditions ne sont signalées que dans la mesure où elles présentent un intérêt pour la compréhension du texte. La traduction est nouvelle.

7Datation : Quelques auteurs du XIXe et du début du XXe siècle ont défendu une date de rédaction très ancienne de cette Vita, certains estimant cependant que tel ou tel passage a pu être interpolé. Pour ne prendre que quelques exemples : A.C.N. de Lateyssonnière, Recherches historiques sur le département de l’Ain, t. I, Bourg-en-Bresse, 1838, p. 146, juge que s’il y a quelques lacunes et interpolations dues aux copistes successifs, les faits principaux rapportés dans la Vita sont vrais ; l’abbé G. Renoud, « Saint Domitian, I. Le problème », Bulletin de la Société Gorini, XIV, 1923, p. 5-14, admet l’authenticité d’ensemble du texte et le date entre la fin du Ve et le milieu du IXe siècle. Ses arguments sont fort peu convaincants : il discerne plusieurs signes d’ancienneté dans ce texte, comme l’emploi de certains termes : papa piissimus pour désigner l’évêque de Lyon Eucher, Igneus pour l’Ain ; il attribue la donation de Latinus au Ve siècle, sans donner d’arguments à l’appui de cette datation ; de même « l’abondance des détails qui ont rapport au saint personnage... et une indication trop précise des noms de lieux », p. 10, révèlent selon G. Renoud l’œuvre d’un moine qui aurait recueilli, peut-être au temps du successeur de Domitien, les récits de témoins encore vivants. Il se livre alors à de véritables contorsions pour rendre vraisem blables les indications chronologiques concernant Domitien, qui sont pour le moins discordantes. Ainsi Domitien serait né vers 340, se serait enfui en Gaule, entre 426 et après 430, aurait été ordonné prêtre vers 432-433 (à 82-83 ans donc !), serait venu à Lyon en 435 et serait mort en 451-452 (à 112 ans...). Cette chronologie se passe de tout commentaire. Quant au chanoine L. Alloing, Le diocèse de Belley. Histoire religieuse des pays de l’Ain, Belley, 1938, p. 28-29, il admet une part d’authenticité (pour ce qui concerne la vie religieuse de Domitien) et une part de légende (l’entrevue avec Latinus).

8D’autres auteurs, insistant surtout sur les incohérences chronologiques, rejettent toute datation ancienne de la Vita. Ainsi les Bollandistes, qui jugent que ce texte n’est qu’un simple délayage de la notice consacrée à Domitien dans le martyrologe d’Adon (en fait la deuxième recension de celui de Florus) et soulignent les erreurs portant sur la chronologie et les personnages historiques (Acta sanctorum, julii, t. I, 3e éd., p. 42-44). Prudemment ils ne proposent aucune date de rédaction. B. Krusch, avec le sens hypercritique qu’on lui connaît, porte un jugement très sévère sur la vita de Domitien, estimant qu’elle a sans doute été rédigée au XIVe siècle (Préface à l’édition de la Passio sancti Ragneberti dans les Scriptores rerum merovingicarum, V, p. 208). Enfin Dom J. Dubois, « Saint Domitien fondateur de l’abbaye de Saint-Rambert-en-Bugey », Le Bugey, 1961, p. 3-21, reprend de façon approfondie la question dans son ensemble. On se contentera de rappeler ici quelques éléments de sa démonstration, visant à établir que la Vita de Domitien n’a pu être rédigée avant les XIIe-XIIIe siècles. Il estime tout d’abord que ce texte, tel qu’il nous est parvenu, n’est guère original, et qu’il est l’œuvre d’un seul auteur (pour lui il n’y a pas d’interpolations successives d’un texte primitif). Constatant ensuite que la plupart des indications chronologiques concernant Domitien, sauf deux, se rapportent aux années 430-450, il démontre que la mention de la naissance du saint sous l’empereur Constance (ce qui conduit à faire de Domitien un plus que centenaire) et sa fuite devant la persécution de Julien l’Apostat s’expliquent par la volonté du rédacteur d’illustrer la personne du saint en faisant de son père un martyr (sous Constance) et de lui-même un confesseur échappant à la persécution. Ce faisant, Dom J. Dubois peut écarter l’hypothèse d’une rédaction de la Vita proche des événements qu’elle rapporte : personne, au VIe siècle, n’aurait eu l’idée de faire de l’empereur Julien, mort en 363, un contemporain d’Hilaire, évêque d’Arles de 430 à 449 ! Dautre part, s’il est évident que l’auteur de la Vita connaît bien les environs de l’abbaye de Saint-Rambert, cela ne constitue en rien une preuve d’ancienneté de la rédaction, d’autant plus que les lieux cités le sont en général sous leurs noms des XIe et XIIe siècles : cela veut tout simplement dire qu’il devait s’agir d’un moine de Saint-Rambert. Enfin, la donation de Latinus présente, dans sa forme, toutes les caractéristiques d’un faux : le nom même de Latinus est tiré à l’évidence du toponyme Latiniacus/Lagnieu attesté au XIIe siècle, et non l’inverse ; la donation est datée par référence à l’année de règne de l’empereur - Valentinien - et non aux consuls ; la mention de l’approbation de la donation par la femme et les enfants de Latinus, etc. Autant de particularités qui empêchent formellement de croire à une rédaction très ancienne. Pour toutes ces raisons, Dom J. Dubois propose de dater la Vita de Domitien des XIIe-XIIIe siècles : elle aurait été probablement rédigée sur place, par un moine de Saint-Rambert, en même temps que la notice du saint qui figure dans un martyrologe-obituaire du XIIIe siècle de l’abbaye de Saint-Rambert, copié par Dom Estiennot au XVIIe siècle (BNF, ms latin 12740, p. 326-328).

9On souscrira sans peine aux conclusions de Dom J. Dubois : la Vita de Domitien est un texte tardif (XIIe-XIIIe siècles), rédigé à Saint-Rambert, et qui n’eut guère d’audience en dehors de son lieu d’origine. On y ajoutera deux observations :

10La première concerne, à travers le cadre dans lequel Domitien est censé avoir reçu à la fois sa formation monastique et son ordination sacerdotale, l’élaboration du texte de sa Vita. C’est en Provence, et dans l’étroite dépendance de Lérins, que le futur saint rencontre plusieurs personnages bien connus par ailleurs : Salvien (déformé dans la Vita en Sylvain) de Marseille, dont les liens avec Lérins sont bien connus, Vincent de Lérins, puis Hilaire devenu évêque d’Arles ; il va ensuite rendre visite à Eucher, autre Lérinien célèbre, promu au siège épiscopal de Lyon. Enfin, c’est auprès de l’autel de saint Genès, martyr arlésien, qu’est déposée la dépouille mortelle de Domitien. L’existence de cette dédicace est confirmée au IXe siècle par la Passio de saint Rambert. On peut alors supposer que, voulant écrire une vie de Domitien au XIIe ou au XIIIe siècle, et cherchant des matériaux pour étoffer les mentions bien sèches du martyrologe de Florus ou de la Passio susdite, l’hagiographe a fait le lien entre Domitien et celui qui pouvait encore symboliser de son temps l’ancienneté des relations entre Lyon et la patrie d’origine du martyr Genès, à savoir Eucher, évêque de Lyon de 432 à 449 (voir en particulier l’ampleur de la notice qui lui est consacrée dans le martyrologe toujours utilisé à Lyon au XIIIe siècle). Dès lors, Domitien se serait vu attribuer un certain nombre de faits et gestes d’Eucher. Par exemple le désir d’aller en Thébaïde auquel Eucher renonce sur la pression de son entourage (et Domitien parce qu’il redoute la persécution déclenchée par... Julien l’Apostat) ; ou encore le réseau des « relations » provençales attribuées à Domitien (Salvien, Vincent de Lérins, Hilaire d’Arles) : ce sont justement ceux avec lesquels Eucher a été directement en contact et auxquels il a confié l’éducation de ses fils et dédié telle de ses œuvres. Le cadre provençal dans lequel évolue Domitien avant de venir à Lyon et de mener une vie érémitique puis cénobitique résulterait donc d’un démarquage de la vie d’Eucher. Cet exemple, auquel on peut en ajouter d’autres qui seront signalés chemin faisant dans les notes accompagnant la traduction ci-dessous, illustre bien la méthode de l’hagiographe de Domitien.

11L’autre observation concerne les raisons de la rédaction tardive de cette Vita de Domitien et peut permettre de resserrer la fourchette de datation (XIIe-XIIIe siècles) proposée par Dom J. Dubois. Si son auteur est bien un moine de Saint-Rambert, on peut penser qu’il avait en vue en l’écrivant l’intérêt de son monastère. Cet intérêt pouvait, à l’époque considérée, revêtir deux aspects ; matériel tout d’abord : certaines circonstances ont pu amener l’abbaye à réaffirmer ses droits sur ses possessions les plus proches. On pense tout de suite aux conséquences de la fondation de la chartreuse voisine de Portes au début du XIIe siècle ou, plus vraisemblablement, aux conflits qui ont opposé les deux monastères dans le dernier quart du XIIIe siècle. D’où la fausse donation de Latinus, précisant les limites du domaine de Saint-Rambert dans la zone faisant l’objet d’un différend avec les chartreux. La restriction concernant Arandas, où les moines de Saint-Rambert nomment sans contestation à la cure, peut se comprendre si on veut bien remarquer que la formule employée dans le texte de la Vita renvoie à une clause d’usufruit (ad praesens) en faveur du donateur supposé et non à une réserve de propriété ; il faudrait alors l’interpréter comme une parade face à des droits paraissant solides invoqués par les chartreux de Portes. Mais il pouvait y avoir aussi un autre intérêt pour Saint-Rambert à faire sortir de l’ombre Domitien. Il pourrait être lié à la translation - réelle ou supposée - des reliques de saint Rambert et de saint Domitien en Forez, à condition d’admettre une date assez tardive (XIIIe siècle) pour la mise par écrit de cette histoire. La Translatio mentionne bien les deux saints, mais il est évident que c’est le premier qui tient la plus grande place : c’est son vocable que prennent le Bourg de l’Ile-Barbe et Occiacum. Pour compenser cette perte considérable, les moines de Saint-Rambert-en-Bugey auraient pu chercher à exalter leur autre saint fondateur, jusque-là resté au second plan, à savoir Domitien. D’où l’écriture, postérieure à celle de la translation, d’une Vita et d’une nouvelle notice dans le martyrologe-obituaire du XIIIe siècle, qu’avait vue Dom Estiennot au XVIIe siècle. Tout cela militerait donc pour une date de rédaction de la Vita dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, hypothèse confirmée par d’autres mentions qui ne peuvent guère se comprendre qu’en référence aux difficultés que rencontrent les moines de Saint-Rambert au XIIIe siècle, et non dans le contexte du Ve ou du VIe siècle (cf. infra, n. 14, 16, 20). Mais le peu de valeur de ce texte, et le prestige de saint Rambert demeuré sans doute intact en Bugey, ne permit pas la promotion quelque peu tardive de son prédécesseur, qui dut attendre le XVIIe siècle pour reparaître au grand jour.

***

  • 1 Empereur d’Orient en 337, d'Orient et d’Occident en 350, il protégea activement les Ariens. Il mou (...)
  • 2 Cette indication prise au pied de la lettre par les partisans d’une rédaction de la Vila quasi con (...)
  • 3 L’hagiographe serait-il allé chercher ce nom dans le martyrologe qui mentionne, avec un certain no (...)
  • 4 Cf. I Cor. 7, 21.
  • 5 Julien fut empereur de 361 à 363. Le texte donné par Guichenon(lo c. c it., p. 228) porte mulctari (...)
  • 6 Cf. Matt. 10, 23. La persécution des chrétiens ne concerna que les régions orientales.
  • 7 Curieuse idée, compte tenu de ce qui a été rappelé à la note précédente. Cette mention ne peut guè (...)
  • 8 Très probablement Salvien, d’origine rhénane, qui vint séjourner à Lérins en 427, puis se fixa à M (...)
  • 9 Le monastère de Lérins fut fondé par Honorat vers 405. Vincent (mort en 450) n’en fut jamais abbé, (...)
  • 10 Né en 401, il devint moine à Lérins à l’instigation de son parent Honorat. En 430, il succéda à ce (...)
  • 11 Retour aux incohérences chronologiques, dont une clé très vraisemblable a été donnée par Dom J. D (...)
  • 12 Eucher de Lyon (v. 380-449), un des plus célèbres évêques issus de Lérins, qui occupa le siège de (...)
  • 13 Martyrs romains de la fin du IIIe siècle (sous Numérien). Grégoire de Tours, qui reçut du pape Pel (...)
  • 14 Sûrement pas Vancia, départ. Ain, arr. Bourg-en-Bresse, cant, et cne Miribel, comme certains l’ont (...)
  • 15 Le culte de saint Christophe se répandit relativement tard en Occident (après le IXe siècle).
  • 16 Cette soumission très révérencieuse à l’évêque de la part d’un candidat à la vie érémitique n’est (...)
  • 17 Ce nom viendrait du gaulois Behronnos qui signifie rivière des castors. Il est assez fréquent dans (...)
  • 18 Cette description sommaire correspond assez bien au site de l’abbaye de Saint-Rambert.
  • 19 Cf. s upra, n. 16.
  • 20 Ce récit est sans doute destiné à bien montrer, à l’époque de la rédaction de la Vita, la dépendan (...)
  • 21 Torcieu, départ. Ain, arr. Belley, cant. Saint-Rambert. La paroisse (diocèse de Lyon) figure dans (...)
  • 22 Selon E. P hilipon, Dictionnaire topographique du département de l'Ain, Paris, 1911, il s’agirait (...)
  • 23 Lagnieu, départ. Ain, arr. Belley, ch.-l. cant.
  • 24 Ce nom évoque bien entendu la célèbre famille lyonnaise des Syagrii, qui joua un rôle important da (...)
  • 25 Il y a là une invraisemblance de plus. Il est en effet impossible d’imaginer au milieu du Ve siècl (...)
  • 26 Ce passage qui rapporte la conversion de Latinus accumule les topoi propres à ce type de récit hag (...)
  • 27 On ne sait où se trouve cet endroit. Les Acta sanctorum précisent qu’il peut s’agir d'Artemia, Alt (...)
  • 28 Il s’agit de Vaux-en-Bugey, départ. Ain, arr. Belley, cant. Lagnieu, qui figure dans la confirmati (...)
  • 29 Très curieux nom pour le fils d’un couple portant des patronymes si gallo-romains !
  • 30 Aucune trace de ce toponyme aujourd’hui dans cette zone.
  • 31 Le texte de cette donation est très fortement abrégé dans l'édition de B. Gonon ; le manuscrit d’A (...)
  • 32 La qualification de Belley comme castrum (et non comme civitas, comme il serait normal s'agissant (...)
  • 33 Cf. s upra, ce qui a été dit à propos de la datation de la Vita.
  • 34 Retour aux « incertitudes » chronologiques. Cette réference peut donner 364, 383 ou 423, selon qu’ (...)
  • 35 Seul le manuscrit de Chifflet utilisé par les Bollandistes donne l'ensemble des noms des souscript (...)
  • 36 Localisation inconnue.
  • 37 On ne trouve aucune autre mention de cet hypothétique successeur de Domitien.
  • 38 Comme pour le récit de la conversion de Latinus, celui de la fin de Domitien rassemble une série d (...)

Igitur beati Domitiani Confessoris Christi vitam descripturus, primitus invoco Deum Patrem omnipotentem, ut qui eidem Sancto usque in finem dedit bonam perseverantiam, nobis qui scripturi sumus, a vobis qui compellitis, per ejusdem Sancti, atque omnium intercessionem Sanctorum, vitam tribuat sempitemam.

Devant raconter la vie du bienheureux Domitien, confesseur du Christ, j’invoque tout d’abord Dieu le Père tout-puissant, afin que lui qui donna à ce saint de persévérer dans le bien jusqu’à sa fin nous accorde sur votre prière instante, à nous qui nous préparons à écrire, par l’intermédiaire de ce même saint et de tous les autres, la vie étemelle.

Denique Constantii Imperatoris temporibus, in Romana urbe ex nobilitatis lampade non obscuris natalibus nascitur Domitianus Dei famulus, patre Philippo, matre autem Marcianilla ; qui prae ceteris gratia generositatis omati, regenerationis gratiam, ut a proie compertum est, integre ac catholice inter Arrianos occursus fideliter custodiebant.

Donc à l’époque de l’empereur Constance1 naquit à Rome d’une naissance illustre dans l’éclat de la noblesse le serviteur de Dieu Domitien ; son père Philippe et sa mère Marcianille, parés plus que tout de la vertu de la magnanimité, gardaient fidèlement au milieu des assauts des Ariens la grâce du baptême, comme cela se manifesta complètement et catholiquement dans la personne de leur fils.

Ablactatum vero puerum praefatum, scholis commendaverunt catholicis ; in quibus aliquamdiu commoratus, divini eloquii strenuum coepit habere in discendo studium.

Quand l’enfant fut sevré, ils le confièrent à des écoles catholiques ; y étant resté un certain temps, il commença à montrer un zèle puissant pour l’étude de la parole divine.

Qui dum fere jam duodecim esset annorum, libellis omnis patrimonii a parentibus acceptis, ad scholam rursus revertitur, studiisque majoribus in discendo mancipatur.

Parvenu à l’âge d’environ douze ans, ayant reçu de ses parents un acte d’hoirie (?), il retourna à l’école et s’adonna à des études plus poussées.

Ubi dum fere usque ad quintumdecimum aetatis suae annum, vacandi haberet studium in divinis cultibus, patre ab Arrianis ob catholicam fidem interempto, mater nimio dolore attrita lucis hujus caruit usu.

Vers quinze ans, il dut abandonner l’étude des choses divines : son père ayant été tué par les Ariens à cause de sa foi catholique, sa mère, épuisée par une trop grande douleur, fut privée de la lumière du jour2.

Sicque ab infidelibus patre interfecto, matre vero nimio extincta dolore, nobilis qui remansit filius, maxime repletur doloribus : atque parentibus humi condigne reclusis, ex doloribus quantulumcumque recreatus, coepit cogitare quid agere deberet ; si patrimonio contentus temporali, laicalem an ecclesiasticam expeteret dignitatem.

Ainsi, le père ayant été tué par les infidèles et la mère s’étant éteinte frappée d’une trop grande peine, le noble fils qui restait seul débordait de chagrin ; ayant confié de façon décente ses parents à la terre et se remettant quelque peu de sa douleur, il se mit à songer à ce qu’il devait faire : s’il conservait son patrimoine temporel, il pouvait solliciter une dignité laïque ou ecclésiastique.

Cumque duobus mensibus in tali versaretur conflictu, tune famulum domus suae taliter alloquitur : Eia, inquit, Sisinni, dicito mihi, si homo, dum liber esse dignoscitur, et permanere securus in libero potest arbitrio, implicare se debet in diversis, et multis, ac caducis servitiis.

Et comme deux mois durant il demeurait plongé dans ce conflit intérieur, il s’adressa alors en ces termes à un serviteur de sa maison : « Dis-moi, Sisinnius3, si un homme, qui constate qu’il est libre et qu’il peut demeurer de façon assurée son propre maître, doit s’engager dans des servitudes diverses, nombreuses et éphémères. »

Respondit Sisinnius : aestimo, et vere fateor nobilius, quemquam, cui facultas est, esse liberum, quam servum. Et dominus Optime, inquit, respondisti ; nam et doctrina Apostolica, quam didici in scholis, ita dicit : Si potes liber fieri, magis utere ; hanc quippe secundum dispositionem sequi cupio regulam : te autem, et omnes, quibus praefactus sum, dimittens liberos, cetera volo vendere, pauperibus eroganda.

Sisinnius répondit : « Je pense et je dis qu’il est plus noble pour celui qui en a la possibilité d’être libre plutôt qu’esclave. » Et son maître : « Tu as très bien répondu, dit-il, car la doctrine apostolique que j’ai apprise dans les écoles dit ceci : Si tu peux être libre, sers-toi de cette liberté4. Et en vérité, je veux suivre cette règle en prenant cette disposition : toi et tous ceux qui dépendent de moi, je vous rend libres, et je veux vendre tout le reste de mes biens et en donner le prix aux pauvres. »

Quod statim incipiens agere, infra duas hebdomadas totum patrimonium vendidit, et omnia pauperibus erogavit, atque monasticam devotissime suscipiens vitam, secularem funditus dereliquit.

Passant aussitôt à l’action, en deux semaines, il vendit tout son patrimoine et il distribua tout aux pauvres ; embrassant très dévotement la vie monastique, il abandonna totalement la vie séculière.

Interea Constantio Imperatore defuncto, Julianus Apostata suscepit imperium ; qui crudelitates exercens, multos monachos etiam militare jussit.

Sur ces entrefaites, l’empereur Constance étant mort, Julien l’Apostat reçut l’Empire. Donnant libre cours à sa cruauté, ce dernier ordonna que de nombreux moines soient enrôlés dans l’armée5.

Quod vir Domini audiens, furentis diaboli, et invidentis agnovit astutias, atque continuo evangelicam protulit sententiam, dicens : Si vos persecuti fùerint in una civitate, fugite in aliam.

Entendant cela, l’homme de Dieu reconnut les ruses d’un diable furieux et jaloux, et il invoqua aussitôt la sentence évangélique qui dit : « Si vous êtes persécutés dans une ville, fuyez dans une autre6. »

Crescente autem rabie saevientis Apostatae, praefatus vir nobilis, dissimulate) habitu, navigium expetiit marinum, quasi in Thebaidem iturus.

La rage du furieux Apostat croissant, notre noble homme, ayant dissimulé son état, rechercha une embarcation, comme s’il voulait aller en Thébaïde7.

Sed quia conspexit, quod in Thebaida persecutio major excitanda erat, eo quod illic copia monachorum esset, formidavit illuc transmeare : quin potius occidentales partes eligens, navim quamdam ingressus, Marsiliam usque pervenit : ubi cum Silvano eruditissimo presbytero aliquamdiu commoratus, Lirinensem usque peragravit insulam, in qua uno anno conversatus, cuncta, quae ei acciderant, Patri Vincentio, doctissimo ac disertissimo presbytero narravit, et fratribus.

Mais parce qu’il considéra qu’une persécution majeure devait être déclenchée en Thébaïde, dans la mesure où vivaient là une foule de moines, il redouta de traverser la mer dans cette direction. Choisissant plutôt les régions occidentales, il s’embarqua sur un bateau et parvint à Marseille. Il resta là quelque temps en compagnie du très instruit prêtre Sylvain8, puis il passa ensuite dans l’île de Lérins, où il demeura un an. 11 raconta tout ce qui lui était arrivé à l’abbé Vincent9, un prêtre très savant et très éloquent, ainsi qu’aux frères.

Quo in loco persecutionem audiens, quam fugerat, advenire, Arelatem apud domnum Hilarium Episcopum quantulumcumque commoratus advenit : cum quo, aliquo conversatus tempore, Julianum insecutorem suum, divino audivit apud Persidam gladio interiisse.

Apprenant que la persécution qu’il fuyait arrivait dans ce lieu, il vint à Arles séjourner auprès du seigneur évêque Hilaire10 ; demeurant quelque temps avec lui, il apprit que son persécuteur Julien avait été tué en Perse par le glaive divin11.

De qua re utcumque securus, et a praefato venerabili Episcopo ex sua conversatione admodum dilectus, secundum ecclesiasticos ordines presbyter ab eo est ordinatus : ac deinde humanos declinans favores, petita benedictione, Australes expetiit partes, eremiticam ducere vitam magis eligens, quam civilem.

Rassuré à ce sujet, et très ami du vénérable évêque susdit pour sa conversation, il fut ordonné par lui prêtre, selon les règles ecclésiastiques. Renonçant ensuite à toute faveur humaine, et ayant demandé une bénédiction, il partit vers les régions méridionales, choisissant de mener une vie davantage érémitique que civile.

Verum audiens beati Eucherii sanctitatem, Episcopi Lugdunensis inclytae urbis Galliarum, summa cum festinatione, ilium videre desiderans, Lugdunum ingreditur : ejusque voluntatem sciens Pontifex, tabulam etiam cum reliquiis sanctorum Chrysanthi et Dariae, super quam Missas faceret, eremitae future pius Pater dedit.

Mais ayant entendu parler de la sainteté du bienheureux Eucher, évêque de Lyon12, ville illustre des Gaules, et désirant le voir de toute urgence, il arriva à Lyon. Apprenant son projet, le pieux père donna au futur ermite une table d’autel avec les reliques des saints Chrysanthe et Daria13 sur laquelle il pourrait célébrer la messe.

Sicque Lugduno egressus, quamdam eremunculam aggreditur, locum qui Axantia vulgo dicitur ; atque ibidem, non adhuc multos commoratus dies, arctum construxit oraculum, et Pontifici memorato innotuit, ut ejus jussu in honore sancti Christophori Martyris dedicaretur.

Et ayant quitté Lyon, il arriva à un petit ermitage, au lieu vulgairement appelé Axantia14 ; y restant peu de jours, il construisit un petit oratoire, et en informa le susdit pontife, afin que, sur son ordre, il fût dédié en l’honneur de saint Christophe martyr15.

Interea dum ibidem conversaretur servus Dei Domitianus, jejuniis et orationibus ac vigilis, Missarumque solenniis intentus, discipulos coepit habere, qui ejus arctissimae vitae cupiebant esse pedissequi.

Alors que le serviteur de Dieu Domitien demeurait là, se livrant aux jeûnes, aux prières, aux veilles et aux solennités des messes, il commença à avoir des disciples, qui désiraient suivre sa vie très rude.

Sed dum frequentiam adventantium circumquaque residentium cerneret populorum, graviter ferens, ad domnum Eucherium repedat Pontificem, taliterque eum alloquitur : Pater Venerande, non mihi videtur tumultuosus, cunctisque pene notus ille locellus, in quo habitare coepi, aptus esse monachis, maxime cum aqua illic desit.

Mais comme, la supportant difficilement, il luttait contre l’affluence des habitants des environs, il revint vers le pontife Eucher et lui dit ceci : « Vénérable Père, il ne me semble pas que ce lieu bruyant, et pourtant jusqu’à présent connu de bien peu de gens, dans lequel j’ai entrepris de résider, convienne aux moines, surtout qu’il est sans eau. »

Cui Papa piissimus : Vade, ait, et perquire ubicumque vis, locum ad habitandum congruum : sicque benedictione accepta ad propriam revertitur cellulam.

Le très pieux pontife lui dit : « Va et cherche où tu veux un endroit convenable pour t’établir16.» Ayant reçu sa bénédiction, il revint à sa cellule.

Altera vero die, post laudes Deo redditas, et solennia Missarum celebrata, cum discipulo suo, Modesto nomine, contra orientales partes iter arripuit : qui fluvio, qui Igneus dicitur, transito, in profundam eremum sese dederunt, in confinio videlicet Lugdunensis territorii ; in quibus locis antiqui falsi monetarii olim conversati fuerant.

Le lendemain, après que les louanges eurent été rendues à Dieu et que la messe eut été célébrée, il se mit en route vers l’est avec son disciple appelé Modeste. Après avoir traversé le fleuve appelé Ain, ils pénétrèrent dans une profonde solitude, aux confins du territoire lyonnais, là où d’anciens faux-monnayeurs avaient résidé autrefois.

Igitur circumcirca illos perscrutantes locellos, fontes repererunt irriguos ; inter quos unum invenientes maximum, Bebronnae indiderunt nomen ; unde usque in hodiernum diem Bebronnensis dicitur ille locellus.

Recherchant de-ci de-là des lieux favorables, ils trouvèrent des sources abondantes. À la plus importante ils donnèrent le nom de Brevon17. C’est pourquoi ce lieu est encore appelé aujourd’hui Brevon.

Nocte vero ilia in quodam specu se recludantes, hymnis et laudibus Deo peractis, fatigati ex itinere, quieti fessa dederunt membra.

Cette nuit-là, ils se réfugièrent dans une grotte, et, après avoir chanté des hymnes et des louanges à Dieu, fatigués par la route, ils s’abandonnèrent au repos.

Circa mediam vero noctem, non valde soporato Dei famulo Domitiano, Dominus Jesus ei apparuit : clementique vultu eum alloquitur, dicens : Domitiane athleta prudentissime, viriliter age, quia in omnibus sum tuus adjutor, eo quod multos, qui tuo exemplo nutriendi sunt, in hoc loco sim filios recepturus ; sicut disposuisti heri in animo tuo, ita aedificare, incipe.

Vers le milieu de la nuit, alors que le serviteur de Dieu Domitien ne dormait pas vraiment, le Seigneur Jésus lui apparut. Lui montrant un doux visage, il lui dit : « Domitien, très sage athlète, agis avec courage, car je serai toujours à tes côtés : tu recevras dans ce lieu comme des fils tous ceux qui, nombreux, se nourrissent de ton exemple. Et, comme je te l'ai suggéré en esprit hier, commence donc à bâtir. »

Cogitaverat namque sero, supra collem, qui praedicto fonti eminet contra occidentem, qui quantulamcumque habebat planitiem, maximam facere cellam ; juxta viam vero, hospitiolum parvulum propter pauperes, ac, si fieri possit, quandoque oraculum.

Il avait en effet pensé la veille au soir construire une grande cella sur la colline qui domine la susdite source face à l’ouest, où il y avait une petite surface plane18 ; puis, près de la route, un petit hospice pour les pauvres, et, si possible, un oratoire.

Expergefactus itaque Dei famulus, gratias egit Deo, qui ei prosperum suum nuntiaverat eventum : continuoque reversus ad cellam, discipulos ex loco aptissimo, et maxime ex visione, quam viderai, consolatur non modice.

À son réveil, le serviteur de Dieu rendit grâces à Dieu qui lui avait annoncé cette issue heureuse. Revenant aussitôt à la cella, il réconforta sans réserve les disciples en leur parlant de cet endroit très favorable, et surtout de la vision qu’il avait eue.

Oratorium vero, et hortellos, ac vineam, quam ibi construxerant, cuidam presbytero commendantes, ad locum praevisum cum omni supellectili devenerunt ; atque ad habitandum, infra biennium, habitacula, et duo oratoria, unum in honore sanctae Dei genitricis Mariae, alterum vero in honore sancti Christophori Martyris condiderunt : quae etiam jussu Domni Eucherii Papae Lugdunensis dedicata sunt.

Ayant confié à un prêtre l’oratoire, les petits jardins et la vigne qu’ils avaient établis là, ils se rendirent à l’endroit prévu avec tout leur mobilier. En l’espace de deux ans ils établirent là, pour y vivre, des logements et deux oratoires, l’un en l’honneur de Marie la sainte mère de Dieu, l’autre en l’honneur de saint Christophe martyr : ils furent dédiés sur l’ordre du seigneur Eucher, pontife de Lyon19.

Coeperunt autem quaedam eremi loca excolere, semina jacientes, uberes fructus unde recepere temporibus suis.

Ils commencèrent à cultiver certains endroits du désert, faisant des semailles d’où ils retireraient en temps voulu d’abondantes récoltes.

Quadam autem die, dum Domitianus Dei famulus cum fratribus quodam opere fatigatus, ad vicinum alveum, qui Albaronna dicitur, ad lavandum, causa refrigerationis venirent, atque nudati amnem ingrederentur, vulpes, quae callidum animal dicitur, sandalia religiosi Dei famuli memorati ore proprio laniare coepit atque corrosif

Un jour, tandis que le serviteur de Dieu Domitien et ses frères, fatigués par le travail, étaient venus à la rivière voisine appelée Albarine pour se laver et se rafraîchir, et qu’ils étaient entrés nus dans l’eau, un renard, animal qu’on dit rusé, entreprit de déchirer avec sa gueule les sandales du religieux serviteur de Dieu et il les mit en pièces.

Quod vir Domini cernens, ait : Domine, qui angelos fecisti, quique vermiculos condidisti, et omnia, quae supra, infra et subter sunt formasti, te invoco, ut haec ferula, ac genus illius, ulterius nos ac successores nostros laedare non praesumat.

Ce que voyant, l’homme de Dieu dit : « Seigneur, toi qui as fait les anges, toi qui as créé les vermisseaux, toi qui as façonné tout ce qui est sur la terre et dans les cieux, je t’en prie, que cette bestiole sauvage et toute sa race ne s’avisent plus de nous nuire à nous et à nos successeurs. »

Necdum verba, Dei famulus fïnierat, et bestiola illa ante ejus oculos expiravit : deinceps vero nullam laesionem genus illius in eodem loco facere praesumpsit, usque in hodiernum diem : nam et cum gallinis illius loci sunt visae postea jocasse vulpes, contra suam naturam agentes, sed nullam earum laedere praesumpserunt.

Le serviteur de Dieu n’avait pas fini de parler que l’animal en question expira sous ses yeux. Depuis, aucune bête de cette race n’a osé causer de préjudice dans ce lieu, et ce jusqu’à aujourd’hui. Et on a même vu des renards jouer avec les poules de cet endroit - ce qui est contre leur nature -, et aucun d’entre eux n’a osé blesser l’une d’entre elles.

Coepit interea Dei servus cum suis arctionem vitam ducere : ita ut ipse infra hebdomadam semel cibum sumeret.

Puis le serviteur de Dieu se mit à mener avec les siens une vie plus rigoureuse, de sorte que lui-même ne prenait de nourriture qu’une fois par semaine.

Nam et collata est ei a Domino potestas daemonibus imperandi, et ab obsessis corporibus pellendi : unde et cum multum ab adventantibus taedium pateretur, formidans humanos favores, quos et declinare nitens, secedebat clam in profundam eremum, sabbato ad noctumas tandem vigilias revertens.

Et il reçut de Dieu le pouvoir de commander aux démons et de les chasser du corps des possédés. Aussi, comme il supportait avec beaucoup de difficultés la présence des visiteurs - car il redoutait les faveurs humaines et s’efforçait de les rejeter -, il se retira secrètement au plus profond du désert, ne revenant que le samedi pour célébrer les vigiles de nuit.

Cementes autem ejus discipuli, prae nimia eum abstinentia valde debilitatum, pedibus illius provoluti, aiunt : Cur nos, Pater, deserere niteris, aut certe cur non perpendis, nos aliquos esse adhuc rudes ? Quod si ex nimietate maciei decesseris, indocti, et sine pastore remanebimus.

Ses disciples, s’apercevant qu’il était devenu très faible à cause d’une trop grande abstinence, se jetèrent à ses pieds et lui dirent : « Pourquoi, Père, cherches-tu à nous abandonner ? Pourquoi ne vois-tu pas que nous sommes inexpérimentés ? Si tu mourais d’un excès de privations, nous demeurerions ignorants et sans pasteur. »

Discipulos nempe nimio afflictos dolore conspiciens, paululum coepit habere quotidianum vilissimum cibum, et ilium vespertinum ; et sic utcumque refocillatus est.

Voyant ses disciples par trop affligés par la douleur, il se mit à prendre en très petite quantité une très médiocre nourriture chaque soir ; ainsi, il se refit tant bien que mal une santé.

Visum est interea Dei viro, ut circa viam, propter frequentiam transeuntium, sicut prius cogitaverat, oratorium faceret ; et convocatis discipulis ait : necesse est, fratres, ut cum Dei miserentis adjutorio incipiamus unum circa viam aedificare oratorium.

Sur ces entrefaites, il apparut à l’homme de Dieu qu’il devait, à cause du grand nombre des passants, construire un oratoire près de la route, ainsi qu’il l’avait d’abord pensé. Il convoqua ses disciples et leur dit : « Il est nécessaire, frères, que nous commencions, avec l’aide de Dieu miséricordieux, à construire un oratoire près de la route20 ».

Cui consentientes, eadem die coeperunt fundamenta aperire ; atque alia die posuerunt ; ubi ex vicino convocatis caementariis, oratorium non adeo modicum aedificare coeperunt.

Ils y consentirent et commencèrent à creuser les fondations le jour même ; le lendemain, ils les firent sortir de terre. Puis, des maçons du voisinage ayant été appelés, ils entreprirent de construire un oratoire de bonne dimension.

Scd adveniente famis inopia, quac tunc temporis Galliam tenebat aliqua per loca, panis etiam defecit servis Dei, et eorum caementariis conductis : quod vir Domini cemens ait : laborate, fratres, prout opportunism vobis videtur ; ego autem properabo ad seculum, aliqua victui necessaria quaesiturus.

Survint alors une famine qui sévissait à ce moment en certains endroits de la Gaule. Le pain manqua aux serviteurs de Dieu et aux maçons qu’ils avaient engagés. S’en apercevant, le serviteur de Dieu dit : « Travaillez, frères, tant que vous en serez capables ; quant à moi, je vais aller dans le monde chercher ce qui est indispensable à notre alimentation. »

Ascenso autem asello, venit ad villam, quae vulgo Torsiacus dicitur ; atque dum ex more homines loci illius, in clibano pridie panes coxissent, et ille prunas adhuc ignitas conspiceret, adclinis intuitus infra clibanum, panem mirae magnitudinis, atque insoliti candoris aspexit, foris cum baculo extraxit, et cunctis incolis praedictae villulae ostendit, ne forte alicui illorum in oblivionem venisset : sed cum nullus ex ipsis suum cognosceret esse, intellexit vir Domini, ab eo, qui panis est vivus, suis esse caementariis praeparatum.

Il monta sur son âne, et arriva à la villa appelée Torcieu21. Les hommes de l’endroit avaient, selon l’usage, cuit la veille des pains dans le four. Il y vit des braises encore rougeoyantes ; en se penchant, il aperçut dans le four un pain d’une taille étonnante et d’une blancheur insolite. Avec son bâton il le fit sortir à l’extérieur, et le montra à tous les habitants de la villula, de peur que l’un d’entre eux ne l’ait oublié. Mais comme personne ne reconnaissait que ce pain était à lui, l’homme du Seigneur comprit qu’il avait été préparé pour ses maçons par celui qui est le Pain vivant.

Sicque continuo reversus, eis obtulit, dicens : Accipite, fratres, annonam nobis a Domino praeparatam : ex quo videlicet pane, sexdecim monachi, et quatuor caementarii, decern sunt pasti diebus affatim ; videbatur namque in eorum, dum frangeretur, manibus crescere.

Revenant aussitôt, il le leur donna en disant : « Recevez, frères, la nourriture que Dieu a préparée pour nous. » Avec ce pain, seize moines et quatre maçons purent se nourrir dix jours durant. Et il semblait que, alors qu’on le rompait, ce pain se multipliait dans leurs mains.

Ergo ex eodem pane dum jam quinque diebus essent refecti, Pater sollicitus de discipulis ac caementariis, qui utrique in oratorio aedificando erant intenti, rursus asello ascenso, seculum repetiit, victui necessaria mendicaturus.

Mais tandis que depuis cinq jours ils en mangeaient, le père, soucieux des disciples et des maçons occupés les uns et les autres à construire l’oratoire, remonta sur son âne et repartit dans le monde pour mendier la nourriture indispensable.

Erat praeterea quidam vir, Latinus nomine, secundum secularem potentiam nobilissimus, in praedio suo, quod dicebatur pridem Calonia, a fonte, qui Calonna vocabatur, trahens vocabulum : sed hic vir cum esset potens, et inclytus, voluit a nomine suo fonti et villae trahi vocabulum ; id est, a Latino fons Latinus, inde et villa Latiniacus, quae nomina usque in hodiemum diem et fons et villa retinent.

Un certain Latinus, très noble dans l’ordre de la puissance séculière, vivait alors dans son domaine, autrefois appelé Calonia, du nom de la source nommée Calonna22. Mais cet homme, parce qu’il était puissant et illustre, voulut pour cette source et cette villa un nom tiré du sien : ainsi, de Latinus viennent la source Latinus et la villa Latiniacus23, noms que la source comme la villa portent encore aujourd’hui.

Quadam vero die, dum a jocis, quos cum avibus facere solitus erat, reverteretur areae suae ventilatores conspiciens, illuc divertit : sed et uxor illius, Syagria nomine, religiosa matrona properat in occursum : ibique dum fabularentur, simul per diversos amplexus, et frumenta diversis adventantibus venderent, supradictus servus Dei eremitanus cum asello advenit, eosque ita alloquitur :

Un jour, comme il revenait de jeux qu’il avait coutume de faire avec des oiseaux, apercevant les vanneurs sur son aire, il s’y rendit. Son épouse Syagria24, une femme pieuse, venait à sa rencontre ; tandis qu’ils bavardaient et échangeaient en même temps de douces étreintes, et qu’ils vendaient du blé à ceux qui se présentaient, le susdit ermite serviteur de Dieu survint avec son âne et il s’adressa à eux en ces termes :

Nobile connubium, vita vobis et pax augeatur servi Dei viventis in vicina eremo degentes miserunt me ad vos, sicut et ad ceteros nobiles, victui necessaria postulantes ; praesertim cum unum oratorium velimus aedificare, et panis defecerit.

« Nobles époux, que la vie et la paix vous soient données en abondance ! Les serviteurs du Dieu vivant qui habitent dans le désert voisin m’ont envoyé vers vous, ainsi que vers d’autres nobles, pour demander la nourriture nécessaire. Nous voulons construire un oratoire, et le pain nous manque. »

Tunc ad ilium Latinus : Cur, inquit, expetis tibi meum dari frumentum, cum potius minionem esse te conspiciam, quam servum Dei ?

Latinus lui répondit : « Pourquoi demandes-tu qu’il te soit donné de mon blé, alors que je vois en toi davantage un homme de peu qu’un serviteur de Dieu ? »

Domitianus respondit : O dux inclyte, bene apertos oculos in me habuisti modo, cum plus desidiose et negligenter, quam expetit vivam.

Domitien répliqua : « O duc illustre, tu as bien ouvert les yeux sur moi, puisque je vis de façon plus oisive et plus négligente qu’il n’est souhaitable. »

Latinus autem, quia Arrianus erat, multumque de fide disputare cupiens, ait : Ergo quia ministrum te dicis esse servorum Dei, commorantium in eremo, dicito nunc mihi, qualem tenetis fidem ?

Mais Latinus, qui était arien25, désirant vivement discuter de la foi, dit : « Puisque tu dis être le ministre des serviteurs de Dieu qui demeurent dans le désert, dis-moi donc maintenant quelle foi vous observez. »

Domitianus respondit : Fides si varia fuerit, variantes et leprosos gignit ; si autem solida et universalis, solidos, et absque ulla obfus catione ad regnum sine fine mansurum suos perducit.

Domitien répondit : « Si la foi est instable, elle engendre des instables et des lépreux. Si elle est solide et universelle, elle produit des gens solides et elle conduit les siens sans aucune faiblesse au royaume qui n’aura pas de fin. »

Tunc Latinus : quae est solida et universalis ? Domitianus respondit : ipsa est, quam audivi et didici a magistris meis Apostolicis viris, et quae nunc multos habet insecutores Arrianos. Latinus ait : quae est ?

Alors Latinus : « Quelle est cette foi qui est solide et universelle ? » Domitien répondit : « C’est celle que j’ai entendue et apprise de mes maîtres, les Apôtres, et qui est maintenant persécutée par de nombreux Ariens. » Latinus dit alors : « Quelle est-elle ? »

Domitianus respondit : haec est fides nostra, credere in Deum Patrem omnipotentem, et in Jesum Christum, filium ejus unicum, Dominum nostrum, et in Spiritum sanctum ; Deum Patrem, eo quod habeat filium ; filium, eo quod habeat Patrem, cui aequalis secundum Divinitatem per omnia est ; Spiritus vero sanctus ab utroque procedens, nihilominus consubstantialis et coaeternus est Patri filioque : has tres personas, unum fatemur Deum, quia una Deltas, una omnipotentia, una est aeternitas, individuaque majestas.

Domitien répondit : « Voici notre foi : croire en Dieu le Père tout-puissant et en Jésus-Christ son fils unique, notre Seigneur, et en l’Esprit saint ; en Dieu le Père, parce qu’il a un fils ; en son Fils, parce qu’il a un Père, auquel il est égal en tout selon la divinité ; l’Esprit saint, procédant des deux, est néanmoins consubstantiel et coétemel au Père et au Fils ; ces trois personnes, nous les proclamons un seul Dieu, parce qu’il y a une seule déité, une seule toute-puissance, une seule éternité et une seule majesté indivisible. »

Latinus ait : ergo potestas Patris non est major quam filii ? Domitianus respondit : nequaquam, quia ipsa est potestas filii secundum Divinitatem, quae et Patris ; sicut Deitas, et aeternitas.

Latinus dit : « Donc, le pouvoir du Père n’est pas plus grand que celui du Fils ? » Domitien répondit : « Aucunement, puisque le pouvoir du Fils est selon la divinité, le même que celui du Père ; et pareillement pour la déité et l’éternité. »

Tune Latinus : stulte dicis ; vis modo, ut ego, qui tantae potestatis sum vir, adhuc puerulo filio meo, quern cernis, omnem gloriam meam, et dignitatem credam,

Alors Latinus : « Tu parles de façon stupide : tu veux donc que moi, qui suis un homme ayant un grand pouvoir, je confie à mon tout jeune fils, que tu aperçois, toute ma

quarum adhuc minime dominari valet ? Et si ego decedens et moribundus nolo illud facere : quanto magis omnipotens Deus Pater, filio suo adhuc tenero non suam omnem contulerit dignitatem ?

gloire et ma dignité, qu’il ne peut vraiment pas jusqu’à présent assumer ? Et si, venant à mourir, je ne voulais pas, moribond, le faire, combien Dieu le Père tout-puissant ne pourrait-il pas refuser encore davantage de conférer toute sa dignité à son fils encore jeune ? »

Domitianus respondit : o Dux, carnaliter sapis, et secundum carnem omnia judicas ; nos autem credimus, quia Deus Pater, per Filium omnia fecit, sicut in Evangelio legimus, omnia per ipsum facta sunt, et sine ipso factum est nihil.

Domitien répondit : « O duc, tu comprends les choses charnellement et tu juges tout selon la chair. Mais nous, nous croyons que Dieu le Père a tout fait par le Fils, comme nous le lisons dans l’Évangile : tout a été fait par lui, et sans lui rien n’a été fait. »

Latinus iratus ait : recede, minio, a nobis, quia mentiris ; cogitaveram namque, si recte prosecutus fuisses, asellum tuum onerare frumento.

Latinus en colère dit : « Va-t’en loin de nous, histrion, car tu mens. J’avais pensé, au cas où tu aurais parlé comme il faut, faire charger ton âne de froment. »

Domitianus respondit : Si ego de fide recte sentio, et haec vera sunt, quae sum prosecutus modo, in nomine unigeniti Filii Dei, per omnia coaetemi, et coaequalis Deo Patri, haec fana, quae ad culturam daemonum fabricate sunt, corruant.

Domitien répondit : « Si je pense correctement au sujet de la foi, et si ce que j’ai dit est vrai, au nom du Fils unique de Dieu, coétemel et égal en tout à Dieu le Père, que ces temples qui ont été faits pour le culte des démons s’effondrent. »

Erant autem circa aream duo excelsissima fana, quae secundum gentilium ritum, in honorem Jovis et Saturni fabricata antiquitus fuerant, et licet occulte, tamen adhuc colebantur a ruralibus rusticisque hominibus.

Il y avait autour de l’aire deux très beaux temples, qui avaient été érigés autrefois selon le rite païen en l’honneur de Jupiter et de Saturne, et qui étaient encore utilisés en secret par les paysans.

Qua ruina peracta, statim terra contremuit ; et post pusillum, coelum, cum esset serenum, nubibus obumbrari coepit ; deinde tonitrua mugire, magna fulgura coruscare, atque grando nimia cadere.

La mine s’accomplit, et aussitôt la terre trembla ; en un instant, le ciel jusqu’alors serein commença à se couvrir de nuages, puis le tonnerre gronda, une foudre impressionnante s’abattit et une énorme grêle tomba.

Quod Arrianus vir conspiciens, cum uxore et liberis, ac omni famulatu, festinus cucurrit ad palatium suum, quod ex marmoribus magnisque silicibus erat constructum : quod introgressus, coepit cum conjuge ac proceribus suis considerare.

Voyant cela, l’Arien, sa femme, ses enfants, et tous ses serviteurs se précipitèrent vers son palais, qui était construit en marbre et en belles pierres. Une fois rentré, il se mit à réfléchir en compagnie de sa femme et de ses enfants.

Cur, inquit ad vocem tanti minionis rustici, tanta Deus voluit facere ? Fana corruerunt, terra mota est, coelum tonitrua, grandinem et fulgura dedit : an forte vera putanda sunt, quae prosecutus est, ut Dei Filius, aequalis sit Deo Patri per omnia ?

« Pourquoi, dit-il, Dieu a-t-il voulu faire de telles choses par la voix de cet histrion grossier ? Les temples se sont écroulés, la terre a tremblé, le ciel a lâché le tonnerre, la grêle et la foudre. Peut-être faut-il penser que ce qu’il a dit est vrai, à savoir que le Fils de Dieu est égal au Père en tout. »

Syagria conjux ejus, provoluta pedibus ipsius, ait : Domine mi, si bene percunctaris, invenies vera, quae famulus Dei ille prosequitur : quoniam dum tecum loqueretur in area, vidi vultum ejus, quasi angelicum, quod et indicare tibi volui, ut considerares, sed accedente subitanea ruina, non valui : quapropter, obsecro, ut jubeas eum accersiri ad te, quatenus sana, quam retinet, doctrina te instruat : quia nisi ita esset, ut ille prosecutus est, tam grande miraculum minime fieret.

Syagria, son épouse, se jetant à ses pieds dit : « Mon seigneur, si tu réfléchis bien, tu trouveras que ce qu’a dit le serviteur de Dieu est vrai. Pendant que tu parlais avec lui sur l’aire, j’ai vu son visage qui paraissait angélique, et j’ai voulu te le dire, afin que tu le regardes ; mais je n’ai pas pu le faire à cause de la destruction subite. Aussi, je te supplie que tu ordonnes de le faire venir devant toi, afin qu’il t’instruise de la saine doctrine qu’il détient, car, s’il n’en était pas comme il l’a dit, un si grand miracle n’aurait pu se produire. »

Cui Latinus : jube, inquit, intromitti ilium : quod cum jussum esset, quaesitus per omnia officia palatii, et minime repertus, putatus est mortuus esse grandine ac coruscationibus : cujus cadaver dum requiretur ad sepeliendum, reperitur Dei famulus illaesus ad aream cum asello, girans eamdem aream cum proprio baculo, et rivulos ex procella conglobatos prohibens, ne triticum, quod grando non laeserat, rivuli contingerent.

Latinus dit : « Ordonne qu’on le fasse entrer. » Mais l’ordre ayant été donné, on le chercha dans tout le palais sans le trouver. On pensa qu’il avait été tué par l’orage et la foudre. Alors qu’on se mettait en quête de son cadavre pour l’ensevelir, on le découvrit sain et sauf avec son âne du côté de l’aire : il traçait autour de celle-ci un cercle avec son bâton, pour éviter que l’eau de ruissellement de l’orage n’entraîne le blé que la grêle n’avait pas abîmé.

Quod factum est in grande miraculum, ut ne una quidem gutta, quae humanis potuisset oculis apparere, nec Christi amicum tetigit Domitianum, neque aream est ingressa ; sed neque asellum.

Ce fut un grand miracle de constater que l’œil humain ne pouvait distinguer aucune goutte d’eau sur Domitien, l’ami du Christ, non plus que sur l’aire, ni sur son âne26.

Quod cum conspexissent juvenes ilium perquirentes, cursu praepeti, suo nuntiaverunt domino.

Les jeunes gens qui le recherchaient, voyant cela, coururent l’annoncer à leur maître.

Ille vero haec audiens, conjugis ex parte fretus consilio, ita se promisit crediturum, uti famulus Domini Domitianus credebat, quern intromitti jubens, pedibus ejus se provolvit, dicens : Ne irascaris, serve Dei viventis, quod te minionem vocaverim ; et quia vera te agnosco prosecutum esse de fide Trinitatis, ita credo ut tu : tantum obsecro deprecare pro me et domo mea Dominum, ut avertere dignetur iram suam a nobis : quia veraciter credo, filium Dei aequalem Deo Patri, coaetemum, et consubstantialem.

Entendant cela, celui-ci, fort du conseil de sa femme, promit de croire ce que le serviteur de Dieu, Domitien, croyait lui-même. Ordonnant qu’on le fît entrer, il se jeta à ses pieds en disant : « Ne t’irrites pas, serviteur du Dieu vivant, que je t’aie traité d’histrion. Ce que tu dis au sujet de la foi en la Trinité, je reconnais que c’est vrai et je crois comme toi ; et je te supplie de prier le Seigneur pour moi et pour ma maison, afin qu’il daigne détourner sa colère de nous. Car je crois fermement que le fils de Dieu est égal à Dieu le Père, et lui est consubstantiel et coétemel. »

Dei famulus haec cernens, gratias egit Domino, dicens : Domine, gratiae tibi a fidelibus tuis innumerabiles reddendae sunt, quia errore perversos quos vis revocare non desistis.

Le serviteur de Dieu, voyant cela, rendit grâces à Dieu et dit : « Grâces te soient rendues, Seigneur, par tes innombrables fidèles, parce que tu n’en finis pas d’arracher à l’erreur ceux qui y étaient tombés. »

Sicque propria levavit manu Latinum flentem de solo ; atque prout potuit, ilium ac domum ejus ab errore Arriano ad veram retraxit catholicam fidem, adjutus maxime a supradicta matrona Syagria, quae nobilis erat catholica.

Il releva alors de sa propre main Latinus en pleurs. Aidé en cela par Syagria, qui était une noble catholique, il déploya tous ses efforts pour ramener Latinus et sa maison de l’erreur arienne à la vraie foi catholique.

Triduum vero apud eos faciens famulus Domini, commonuit eos, sinceriter tenere rectam fidem : quern cum maximis honoribus cumulare vellent, nihil aliud quaesivit, nisi securitatem in eremo quantum juris eorum erat ; et aliquam vineolam, ex qua posset ille, atque alii servi Dei post ilium futuri, Deo offerre sacrificium.

Il s’y consacra pendant trois jours, et il avertit ses auditeurs d’avoir à garder sincèrement la vraie foi. Et comme ils voulaient le combler de grands honneurs, il ne leur demanda rien d’autre que la sécurité dans l’ermitage, dans la mesure où il relevait de leur droit, et une petite vigne grâce à laquelle lui-même et les autres serviteurs de Dieu qui viendraient après lui pourraient offrir le sacrifice à Dieu.

Tune Latinus : eremum quam quaeris usque ad petram quae Artemia dicitur, a dextra seu laeva, sub integritate tibi cedo : tantum ut per tuam et tuorum sequentium licentiam nos, et posteri nostri venandi licentiam habemus.

Latinus dit alors : « Je te concède l’ermitage en question intégralement jusqu’à la pierre appelée Artemia27, à droite et à gauche. À condition cependant qu’il nous soit accordé par toi et tes successeurs le droit de chasser sur ces terres. »

Tunc Syagria : Domine mi, vineam expetit ; dare illam possumus illi supra villam sitam, quae Vallis dicitur, quam Gondobado filio nostro dedimus, quae prope eremum suam est, et dicitur Deserta ac, sicuti Deo decet offerri, optimum vinum reddit. Convocato itaque notario, ac testibus, continuo factus est libellus incontinens.

Syagria dit alors : « Mon seigneur, il a aussi demandé une vigne. Nous pouvons lui donner celle qui est au-dessus de la villa appelée Vallis28, que nous avons donnée à notre fils Gondebaud29. Elle est proche de l’ermitage et est appelée Deserta30. Elle produit un vin excellent, comme il convient d’en offrir à Dieu. » On appela le notaire et les témoins, et l’acte fut aussitôt rédigé en ces termes31 :

Dominis magnificis, servis Dei, Domitiano, et sociis ejus eremitis, Latinus et Syagria. Propterea quia servi Dei excelsi estis, ideo concedimus vobis jure proprietario res proprias nostras, quae sunt in pagis inclytae Lugdunensis urbis Galliae, et ex parte Bellicensis castri.

Aux magnifiques seigneurs, les seniteurs de Dieu Domitien et ses compagnons, nous Latinus et Syagria. Parce que vous êtes les serviteurs du Dieu très haut, nous vous concédons par droit de propriété nos biens qui sont dans le pagus de l’illustre cité de Lyon en Gaule, près du castrum de Belley32.

Hoc est vineam unam supra villam, quae dicitur Deserta, et terminatur a mane inter consortes colonos, et campum de ipsa ratione subtus viam : a medio die, via : a sero, inter consortes colonos : a tergo, sylva regalis supra collem : et habet in longitudine cum colle, et sylva supra viam, secundum virilem manum, perticas agri pedales centum duodecim : in latitudine a parte meridiana, cum scirpo perticas agri pedales LXXII, ac semissem.

Il s’agit d une vigne qui est située au-dessus de la villa appelée Deserta Ses limites sont : au matin, entre les terres cultivées par les colons et le champ au-dessous du chemin ; au midi, le chemin ; au soir, entre les champs des colons ; par derrière, par laforêt royale, sur la colline. Elle mesure, à main d’homme, en longueur avec la colline et le bois qui est dessus, cent douze perches de pied de champ ; en largeur, depuis le côté au midi, soixante douze perches et demie de pied de champ mesurées avec la palme.

Infra hunc terminum, et perticationem, sub integritate vobis cedimus. Similiter et unum campellum subtus viam superiorem, qui ad stirpum praescriptae vineae a sera jungit, et ipsum campum secundum molares definitos, cum integritate vobis donamus.

A l’intérieur de ces limites et selon ces mesures, nous vous cédons tout. De même pour un champ situé en-dessous du chemin haut qui joint la vigne susdite au couchant : nous vous le donnons en totalité, tel qu’il est borné par de grosses pierres.

Supradicta autem omnia, ut praefati sumus, vobis cedimus, praeter quod illud in Aranda to ad praesens servamus nobis : cetera vero pro aeternae vitae praemio, et pro redemptione animarum nostrarum, seu ut intercedatis ad Dominum pro nobis, ad dextram, seu laevam, usque ad petram Artemiam jure vobis tradimus perpetuali, ad possidendum futuris temporibus, ac libere firmissimeque utendum.

Tous les biens ci-dessus, comme nous l’avons dit, nous vous les cédons, à l’exception de ce que nous nous réservons pour le présent à Arandas33. Mais tout le reste, pour la récompense de la vie éternelle et pour le salut de nos âmes, et pour que vous intercédiez auprès du Seigneur pour nous, nous vous le cédons à perpétuité jusqu'à la pierre Artemia, à gauche ou à droite, de sorte que vous le possédiez dans les temps à venir et que vous en jouissiez librement et sûrement.

Si quis contra hanc nostram mercedis largitionem inrumpere conatus, destruere tentaverit, aut pervadere aliquid voluerit, iram Dei omnipotentis incurrat, deputandus aeterno supplicio, et non valeat vindicare quod quaerit ; sed firmum maneat, et stabile nostrae mercedis augmentum.

Si quelqu’un, se dressant contre notre donation, tentait d’en usurper, d’en détruire ou d’en distraire quoi que ce soit, qu’il encoure la colère de Dieu tout-puissant, qu’il soit voué au supplice éternel et qu’il ne puisse s’emparer des biens convoités. Mais que ce qui procurera l’accroissement de notre récompense demeure à jamais ferme et stable.

Data octavo Calendarum Juliarum, anno primo Valentiniani Imperatoris. Dux Latinus ultronea voluntate, et propria manu fieri jussit, et subscripsit. Syagria conjux similiter. Gondobadus genitoribus consensit, et subscripsit. Deodatus rogatus signavit. Leotardus, baud aliter. Franno, nihilominus. Secundinus, similiter. Galominus, non aliter.

Donné le 8 des calendes de juillet, l’an I de l'empereur Valentinien34. Le duc Latinus a ordonné cela de sa libre volonté et a souscrit de sa propre main. De même son épouse Syagria. Gondebaud a consenti à la volonté de ses parents et a souscrit. Deodatus, sollicité, a souscrit. Leotardus, Franno, Secundinus, Galominus également35.

Igitur vir Domini Domitianus recepto libello, oneratoque asello, ad propriam repedare volens cellam, invenit suos dormientes caementarios, juxta fontem, qui dicitur Condemnans.

L’homme de Dieu Domitien ayant reçu cet acte, et son âne ayant été chargé, il prit le chemin du retour à la cella. Mais il trouva ses maçons endormis près de la fontaine appelée Condemnans36.

Famis enim inopia depressi, aedificium reliquerant ; monachi ad altissima, solitosque reversi cibos ; caementarii ad proprias redire disposuerant domos : quos cum dormientes reperisset, ex parte illos cognoscens, excitavit eos, dicens : Quid est, fratres, quid agitis ? Cur coeptum opus dereliquistis ? An forte virtus deficit ?

Pressés par la faim, ils avaient abandonné la construction : les moines ayant remporté sur la montagne la nourriture habituelle, les maçons s’étaient décidés à regagner leurs demeures. L’homme de Dieu, ayant reconnu les dormeurs, les éveilla et leur dit : « Que se passe-t-il, frères ? Que faites-vous ? Pourquoi avez-vous laissé l’ouvrage commencé ? Le courage vous manque-t-il ? »

Cui protinus responderunt : verum est, Pater, nam decern diebus pasti sumus ex pane abundantissime, quem nobis detulisti pridem, et uno supermansimus die sine victu, hoc est sexta feria ; esca vero déficiente, coepimus reverti ad domos proprias.

Ils lui répondirent aussitôt : « C’est vrai, Père. Dix jours durant nous avons mangé en abondance le pain que tu nous avais apporté ; puis nous sommes restés un jour sans nourriture, c’était vendredi. Les vivres manquant, nous avons alors pris la décision de rentrer chez nous. »

Famulus quoque Domini Domitianus ait : Qualem putatis esse hodie feriam ? At illi dixerunt, Sabbatum. Erat autem secunda feria.

Le serviteur de Dieu, Domitien, leur dit : « Quel jour pensez-vous donc que nous sommes ? » Ils répondirent : « Samedi. » C’était en fait lundi.

Tunc beatus Domitianus ait : Surgite, quia satis dormitum habetis duobus diebus, revertimini ad coeptum opus, Dominus enim largitus est uberrime victui necessaria.

Alors le bienheureux Domitien : « Levez-vous - vous avez dormi deux jours durant - et retournez au travail. Le Seigneur nous a donné en abondance la nourriture nécesnécessaire.»

Surgentes autem secuti sunt senem, coeptumque oratorium usque ad calcem perduxerunt.

Se levant, ils suivirent le vieillard et menèrent à son terme la construction commencée.

Quadam autem die Latinus cum Syagria conjuge eremum petens, visitavit fratres : videns vero conversationem illorum, laetatus est valde, multaque eis largitus est dona, sicque benedictione accepta, reversus est ad propria.

Un jour, Latinus vint en compagnie de Syagria son épouse à l’ermitage pour visiter les frères. Il se réjouit beaucoup de leur genre de vie, et il les combla de dons. Puis, ayant reçu leur bénédiction, il revint chez lui.

Interea coeperunt nobiles aliqui, audientes famam fratrum, venire ad eum, et filios suos ad habitum religionis suscipiendum ei tradere.

Certains nobles, ayant entendu la bonne réputation des frères, commencèrent alors à venir vers l’homme de Dieu et à lui confier leurs fils pour qu’ils reçoivent l’habit religieux.

Oratorio quoque consummato, et a beato Eucherio Pontifice dedicato, coepit stricte Dei famulus inibi jejuniis ac vigiliis senile corpus domare : et quemdam prudentissimum fratrem, Joannem nomine, Patrem monasterii constituens quietem arripuit.

Après l’achèvement de l’oratoire et sa dédicace par le bienheureux pontife Eucher, le serviteur de Dieu entreprit de dompter durement son corps vieilli par des jeûnes et des veilles. Ayant établi comme Père du monastère un frère d’une grande prudence, nommé Jean37, il trouva la paix.

Multisque diebus ac noctibus in divinis laudibus et orationibus perseverans, Deo soli placere studebat, ita ut semper in virtutibus succresceret.

Passant bien des jours et des nuits dans les prières et les louanges divines, il s’appliquait à plaire à Dieu seul, et croissait ainsi en vertu.

Appropinquante jam fine dierum suorum, febre levi corripitur : accersitoque Patre monasterii, ceteros quoque jubet adesse (erant autem vigintiquinque fratres), quibus praesentibus, sic eos alloquitur.

La fin de ses jours approchant, il fut atteint d’une fièvre bénigne. Ayant fait venir le Père du monastère, il ordonna aux autres frères (ils étaient alors vingt-cinq) de venir auprès de lui. Il leur adressa ces paroles :

Pacem sequimini, et sanctimoniam, sine qua nemo videbit Deum ; ipsi autem appropinquare Deo studete, et appropinquabit vobis : praecepta Patris vestri custodite in omnibus, quia credo eum recta vos docere : cognoscitenamque quia revelante Deo novi diem obitus mei, qui certo erit die Calendarum Juliarum.

« Gardez la paix et la sainteté, sans laquelle personne ne verra Dieu. Appliquez-vous à vous approcher de Dieu lui-même, et il s’approchera de vous. Gardez en tout les commandements de votre Père, parce que je crois qu’il vous enseigne la voie droite. Sachez que j’ai appris par une révélation de Dieu le jour de ma mort : ce sera sûrement le jour des calendes de juillet. »

Quibus verbis auditis, fratres flere coeperunt, dicentes : Et Pater, cur tam cito nos deseris ? Quibus ille ait : Non vos derelinquo, filii, sed Deo potius commendare vado : date mihi osculum ; qui omnes osculatus, dixit : Ipse, qui pati dignatus est pro vobis, et pro omnibus, vos conservare dignetur in suo sancto famulatu : ite ad propria.

À ces paroles, les frères se mirent à pleurer en disant : « Père, pourquoi nous quittes-tu si vite ? » Il leur répondit : « Je ne vous quitte pas, mes fds, je vais vous recommander à Dieu. Donnez-moi le baiser. » Après qu’il les eût tous embrassés, il dit : « Que celui qui a daigné souffrir pour vous et pour tous vous garde dans son saint service. Et maintenant, allez à vos affaires. »

Appropinquante igitur die Calendarum, jubet iterum Abbatem adesse, et fratres, sacraque Missarum solennia celebrari : sicque divino saginatus pabulo, coram cunctis discipulis, manibus ad coelum erectis, ait :

Comme le jour des calendes approchait, il ordonna à nouveau à l’abbé et aux frères de venir et de célébrer la sainte solennité de la messe. Puis, fortifié par la nourriture divine, levant les mains vers le ciel en présence de tous les disciples, il dit :

In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum : itaque cum hoc extremo verbo efflavit spiritum.

« Entre tes mains, Seigneur, je remets mon esprit. » Et c’est avec cette dernière parole qu’il rendit l’esprit.

Anima autem a corpore egrediente, tanta illic flagrantia et odor suavissimus ortus est, quantum nullus hominum in eodem loco sentire antea meruit ; ita ut quidam fratres infirmi, unus typo quarto, alii ferunculorum, et melancholica passione depressi, ex memorato odore repleti, sani effecti sunt.

L’âme sortant du corps, il s’exhala un tel parfum et une odeur si suave que personne n’en avait senti de semblables en cet endroit. Des frères malades, l’un de fièvre quarte, d’autres de furoncles, d’autres encore souffrant de dépression, remplis de cette odeur, s’en trouvèrent guéris38.

Tunc Pater cum fratribus, praelibati patris corpus suscipientes, condigno honore in sarcophago praeparato haud longe ab altari sancti Genesii Martyris posuerunt : ubi Deo favente, usque in hodiemum diem divina ostenduntur miracula. Recipiunt ibidem caeci visum, claudi gressum inveniunt, daemoniaci curantur, et innumera alia per servum suum Dominus facere dignatur miracula ; qui cum Patre, et Spiritu sancto, in Trinitate perfecta vivit et regnat Deus, per omnia secula seculorum. Amen.

Alors le Père et les frères, soulevant le corps du père consacré, le déposèrent avec tous les honneurs dans le sarcophage préparé, près de l’autel du saint martyr Genès. Et là, par la faveur de Dieu, des miracles se produisent encore de nos jours. Là, les aveugles reçoivent la vue, les boiteux retrouvent une démarche normale, les possédés sont guéris, et le Seigneur veut bien faire d’innombrables autres miracles par l’intermédiaire de son serviteur, lui qui avec le Père et le Saint-Esprit vit et règne dans la Trinité parfaite, Dieu dans tous les siècles des siècles. Amen.

Notes

1 Empereur d’Orient en 337, d'Orient et d’Occident en 350, il protégea activement les Ariens. Il mourut en 361.

2 Cette indication prise au pied de la lettre par les partisans d’une rédaction de la Vila quasi contemporaine des faits les conduisait à déduire que Domitien était né vers 340, puisque la persécution contre les catholiques se déchaîna en Occident vers 355.

3 L’hagiographe serait-il allé chercher ce nom dans le martyrologe qui mentionne, avec un certain nombre d’invraisemblances chronologiques, au XVII des calendes d’avril (16 mars), un Sisinnius, compagnon de Cyriaque, martyr à Rome sous Maximien (Cf. Dom J. D ubois et G. R enaud, Edition pratique des martyrologes de Bède, de l'Anonyme lyonnais et de Florus, Paris, 1976, p. 50). Ce dernier reprochait à Cyriaque d’avoir converti et baptisé Artemia, fille de Dioclétien. Le rapprochement de ce nom avec la « pierre appelée Artemia » mentionnée plus loin dans la vita de Domitien est bien tentant. Le martyrologe mentionne un autre Sisinnius au IV des calendes de juin (29 mai), mais dont la notice ne présente pas de semblables similitudes (ibid., p. 97).

4 Cf. I Cor. 7, 21.

5 Julien fut empereur de 361 à 363. Le texte donné par Guichenon(lo c. c it., p. 228) porte mulctari jussit au lieu de militare jussit, ce qui voudrait dire « ordonna que de nombreux moines soient châtiés ». La leçon retenue par B. Gonon et reprise par les Acta sanctorum semble meilleure si on se souvient des mesures prises par Julien à l’encontre des habitants de Césarée de Cappadoce coupables d’avoir détruit leurs temples : l’empereur, entre autres représailles, enrôla de force les clercs de la ville dans l'armée (cf. S ozomène, Histoire ecclésiastique, V, 4, 1-5).

6 Cf. Matt. 10, 23. La persécution des chrétiens ne concerna que les régions orientales.

7 Curieuse idée, compte tenu de ce qui a été rappelé à la note précédente. Cette mention ne peut guère s’expliquer que par un probable emprunt à la vie d'Eucher de Lyon (cf. les remarques faites ci-dessus à propos de la datation de cette vita).

8 Très probablement Salvien, d’origine rhénane, qui vint séjourner à Lérins en 427, puis se fixa à Marseille, où il fut ordonné prêtre. Il a laissé un traité célèbre, le De gubernatione De i. Il est bien évident qu’il ne peut être contemporain de la persécution déclenchée par Julien près de soixante-dix ans auparavant.

9 Le monastère de Lérins fut fondé par Honorat vers 405. Vincent (mort en 450) n’en fut jamais abbé, mais simple moine et prêtre. Il a laissé une oeuvre importante, au premier rang de laquelle il faut citer le Commonitorium ou Avertissement, qui doit permettre de distinguer l’hérésie de l’orthodoxie et qui défend l’idée de progrès dans le dogme.

10 Né en 401, il devint moine à Lérins à l’instigation de son parent Honorat. En 430, il succéda à ce dernier sur le siège épiscopal d'Arles. Durant son épiscopat, au nom de la primatie accordée en 417 à son prédécesseur Patrocle sur les quatre provinces de l’ancienne Narbonnaise, il multiplia ses interventions, parfois brutales, en dehors de son propre diocèse. Cela lui valut un rappel à l’ordre du pape Léon le Grand en 445. Il mourut en 449.

11 Retour aux incohérences chronologiques, dont une clé très vraisemblable a été donnée par Dom J. D ubois (cf. s upra, le développement concernant la datation de cette Vila).

12 Eucher de Lyon (v. 380-449), un des plus célèbres évêques issus de Lérins, qui occupa le siège de Lyon de 432 à 449. Marié, il s’était retiré avec sa femme sur l’île de Lero (aujourd’hui Sainte-Marguerite), voisine de celle où Honorât avait fondé le monastère de Lérins. Il avait alors confié l’éducation de ses deux fils Salonius et Véran (qui devinrent ensuite évêques respectivement de Genève et de Vence) à Hilaire, Salvien et Vincent de Lérins. Dédicataire, avec Honorat, de la deuxième partie des Conférences de Jean Cassien, il a laissé une oeuvre très importante : sur les mérites de la vie monastique (De laude eremi) et de l’ascèse (De conlemptu mundi et saecularis philosophiae), sur l’exégèse et les devoirs pastoraux (Instructions ; Règle d'intelli gence spirituelle), et enfin un texte hagiographique célèbre (la Passio de saint Maurice et des martyrs d'Agaune).

13 Martyrs romains de la fin du IIIe siècle (sous Numérien). Grégoire de Tours, qui reçut du pape Pelage II des reliques de ces saints (In gloria martyrum, 82), mentionne la découverte de leur tombe à Rome après la paix de l’Église (ibid., 37). Une translation de leurs corps dans l’église Saint-Étienne et Saint-Sylvestre fut effectuée par le pape Paul Ier en 761, et le Liber Pontificalia attribue à Étienne Ier (772-795) la réfection des cimetières de la via Salaria, dont celui de Chrysanthe et Daria. Enfin le sylloge de l’abbaye de Corbie (fin VIIIe-début IXe siècle) conserve la transcription de 15 inscriptions relevées via Salaria, dont celle concernant Chrysanthe et Daria (cf. D ictionnaire d'archéologie chrétienne et de liturgie, III/1 c. 1560-1568). On ne voit pas pourquoi ces deux saints sont mentionnés ici, leur vocable étant absent dans la région.

14 Sûrement pas Vancia, départ. Ain, arr. Bourg-en-Bresse, cant, et cne Miribel, comme certains l’ont jadis proposé sur la seule base de l’euphonie. Beaucoup plus probablement Bourg-Saint-Christophe, départ. Ain, arr. Bourg-en-Bresse, cant. Meximieux, qui figure, sous le vocable de Saint-Christophe, parmi les paroisses confirmées à l'abbaye de Saint-Rambert par la bulle de Célestin III de 1191. On a déjà remarqué que le manque d’eau dont se plaint Domitien pourrait se retrouver dans le nom de Bourg-sans-Fontaine pris par cette commune durant la Révolution (cf. Abbé G. R enoud, « Saint Domitian : II. La légende de saint Domitian », art. cit., p. 83, n.19). Mais aucun toponyme ne rappelle de près ou de loin Axantia dans cette paroisse. S’il s’agit bien ici de Bourg-Saint-Christophe, cette mention peut être un indice supplémentaire pour dater la rédaction de la Vita du XIIIe siècle. On sait, en effet, qu'en 1226 Humbert V de Beaujeu, poursuivant la politique d’expansion vers l’est de ses prédécesseurs, se fit céder en fief et contre la somme de 200 livres par Bernard, abbé de Saint-Rambert, tous les droits que l’abbaye possédait dans la paroisse de BourgSaint-Christophe, à l’exception de l’église, du cimetière, des dîmes, des oblations et sépultures. L’abbé chercha par la suite à récupérer certains des droits cédés et conclut dix ans plus tard un nouvel accord (en forme de pariage) avec le sire de Beaujeu (L. A ubret, Mémoires pour servir à l'histoire de Dombes, éd. M.-C. G uigue,t. I, Trévoux, 1868, p. 449). Mais à la fin du XIIIe siècle, c’est bien ce dernier qui fait figure de seigneur de Bourg-Saint-Christophe. On peut donc retrouver là encore une allusion aux nombreuses difficultés que rencontrait l’abbaye de Saint-Rambert au XIIIe siècle. En faisant de Domitien le fondateur - agissant de plus sous l’autorité de l’évêque de Lyon - de ce lieu contesté, on rappelait du même coup l’ancienneté des droits du monastère dans le conflit qui l’opposait au XIIIe siècle au sire de Beaujeu.

15 Le culte de saint Christophe se répandit relativement tard en Occident (après le IXe siècle).

16 Cette soumission très révérencieuse à l’évêque de la part d’un candidat à la vie érémitique n’est vraiment pas un trait du Ve siècle. Elle se comprend bien mieux dans le contexte de rivalité qui opposa progressivement au cours du XIIIe siècle l’abbaye de Saint-Rambert et la Chartreuse de Portes à propos de l’utilisation de pâturages dans des territoires sur lesquels les deux établissements avaient des droits (Arandas et Conand notamment). Rappeler alors à la fois l’ancienneté de l’abbaye de Saint-Rambert et sa soumission originelle à l’évêque de Lyon pouvait paraître habile face à une chartreuse à laquelle l’appui des prélats lyonnais n’avait pas fait défaut, bien au contraire, depuis sa fondation au début du XIIe siècle, et que protégeaient maintenant les comtes de Savoie (cf. M.-C. V andembeusche, L'abbaye de Saint-Rambert-de-Joux, Des, Lyon, 1958, p. 32-38).

17 Ce nom viendrait du gaulois Behronnos qui signifie rivière des castors. Il est assez fréquent dans la région (cf. la Brévenne, affluent de l’Azergues, dans le Lyonnais).

18 Cette description sommaire correspond assez bien au site de l’abbaye de Saint-Rambert.

19 Cf. s upra, n. 16.

20 Ce récit est sans doute destiné à bien montrer, à l’époque de la rédaction de la Vita, la dépendance vis-à-vis de l’abbaye de Saint-Rambert de l’église paroissiale établie en contrebas au bord de la route.

21 Torcieu, départ. Ain, arr. Belley, cant. Saint-Rambert. La paroisse (diocèse de Lyon) figure dans la liste des possessions de Saint-Rambert confirmées par Célestin III en 1191 sous le vocable de Saint-Hilaire (toujours le souvenir provençal ?).

22 Selon E. P hilipon, Dictionnaire topographique du département de l'Ain, Paris, 1911, il s’agirait du nom primitif du ruisseau des Fontaines d’Or, affluent du Rhône qui traverse la commune de Lagnieu. D'après le contexte, et malgré la ressemblance des noms, il ne peut s’agir de la Caline, rivière qui prend sa source dans la commune de Bénonces, puis va se jeter dans l'Albarine un peu en aval de Saint-Rambert.

23 Lagnieu, départ. Ain, arr. Belley, ch.-l. cant.

24 Ce nom évoque bien entendu la célèbre famille lyonnaise des Syagrii, qui joua un rôle important dans la région aux Ve-VIIIe siècles (cf. A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe  siècle , Paris, 1928, p. 5-29). Une Syagria, sainte femme lyonnaise vivant fin Ve-début VIe siècle, est bien connue pour ses oeuvres pies et ses relations avec les monastères de Condat et d’Agaune (cf. F. Martine, Vie des Pères du Jura, « Sources chrétiennes », 142, Paris, 1968, p. 394-397). On peut alors penser que le rédacteur de la Vita de Domitien avait celle des Pères du Jura sous les yeux, et qu’il a ainsi ajouté, sans grand souci de cohérence chronologique - mais sûrement pour rehausser le prestige quelque peu diminué de son monastère -, Domitien à la liste des relations pieuses de cette sainte femme, « mère des églises et des monastères » (Vie de saint Oyend, éd. F. Martine, p. 394-395) : Saint-Rambert rejoignait ainsi le groupe encore prestigieux des grandes abbayes du Jura (Saint-Claude) ou du nord des Alpes (Saint-Maurice-d’Agaune).

25 Il y a là une invraisemblance de plus. Il est en effet impossible d’imaginer au milieu du Ve siècle, dans cette région, un grand propriétaire gallo-romain (le nom de Latinus atteste suffisamment cette qualité) qui soit arien.

26 Ce passage qui rapporte la conversion de Latinus accumule les topoi propres à ce type de récit hagiographique : résistance du futur converti qui, constatant l’inanité de ses arguments « théologiques », use de l’insulte et de la menace à l’égard du saint ; celui-ci déplace alors la confrontation sur le terrain du merveilleux en détruisant des temples païens. (Mais cette démonstration semble ici bien incongrue, puisqu’il ne s’agit pas de convertir des païens, mais un Arien, qui ne pouvait que se réjouir lui aussi de la destruction de ces temples ! La maladresse de l’hagiographe, qui ne sait pas utiliser correctement ses emprunts, éclate ici). Ensuite, nous trouvons l’intercession de l’épouse catholique, puis la décision de Latinus de se convertir après que le saint eut effectué un dernier miracle. Tout cela, l’auteur de la Vita est allé le pêcher, non sans maladresse, on l’a vu, dans quelques vies de saints anciennes qu’il avait à sa disposition.

27 On ne sait où se trouve cet endroit. Les Acta sanctorum précisent qu’il peut s’agir d'Artemia, Altemia ou Armi a. Cette dernière forme a suggéré à certains une identification avec Armix, départ. Ain, arr. Belley, cant. Virieu-le-Grand, qui aurait pu marquer l’extrémité sud-est du territoire de Saint-Rambert.

28 Il s’agit de Vaux-en-Bugey, départ. Ain, arr. Belley, cant. Lagnieu, qui figure dans la confirmation des biens de Saint-Rambert par Célestin III en 1191. Le vocable paroissial (SaintMartin) indique une probable ancienneté.

29 Très curieux nom pour le fils d’un couple portant des patronymes si gallo-romains !

30 Aucune trace de ce toponyme aujourd’hui dans cette zone.

31 Le texte de cette donation est très fortement abrégé dans l'édition de B. Gonon ; le manuscrit d’A. Lionnard (et non de Chifflet comme le dit Dom J. Dubois) utilisé par les Bollandistes mentionne seulement, après la donation de la vigne, celle du « désert » dans lequel Domitien s’était établi, a petra Crispa usque ad petram Artemia m. D omJ. D ubois (« Saint Domitien fondateur de l’abbaye de Saint-Rambert-en-Bugey », art. cit., p. 15), remarque qu’il s’agit là des limites du domaine cédé en 1196 (et non 1096) par l’abbé de Saint-Rambert, Rainier, au comte Thomas de Maurienne, avec le château de Comillon. Et nous revoilà donc pratiquement au XIIIe siècle. Quant au manuscrit de Chifflet, il indique que le texte de la donation de Latinus était inscrit en lettres rouges sur le manuscrit qu’il avait consulté.

32 La qualification de Belley comme castrum (et non comme civitas, comme il serait normal s'agissant d’un siège épiscopal) a servi d'argument pour affirmer l’ancienneté de la Vila de Domitien : elle aurait été rédigée avant la création de l'évêché de Belley, qui pourrait avoir eu lieu vers 530 (G. et L. T rénar d. L e diocèse de Belley, coll. Histoire des diocèses de France, Paris, 1978, p. 18). Mais il est bien évident qu'à lui seul, et face à tant d’autres plaidant pour une rédaction tardive, cet argument ne peut suffire à prouver l’ancienneté de ce texte. Là encore, il s’agit sans doute d’un emprunt - maladroit - à un document ancien.

33 Cf. s upra, ce qui a été dit à propos de la datation de la Vita.

34 Retour aux « incertitudes » chronologiques. Cette réference peut donner 364, 383 ou 423, selon qu’il s’agit de Valentinien Ier, II ou III. Aucune de ces dates ne cadre avec le reste du récit, puisque la donation, si elle était authentique, ne pourrait être antérieure à 432, date probable de l’accession d’Eucher au siège épiscopal de Lyon.

35 Seul le manuscrit de Chifflet utilisé par les Bollandistes donne l'ensemble des noms des souscripteurs, Guichenon ne mentionnant que Gondebaud et Deodatus.

36 Localisation inconnue.

37 On ne trouve aucune autre mention de cet hypothétique successeur de Domitien.

38 Comme pour le récit de la conversion de Latinus, celui de la fin de Domitien rassemble une série de lieux communs de la littérature hagiographique : prescience qu’a le saint du jour de sa mort, tristesse de l’entourage, ultime harangue aux frères présents, dernière célébration en commun de l’eucharistie et, enfin, mort du saint suivie immédiatement de miracles de guérison dont profitent les assistants.

Notes de fin

* Article paru sous le même titre dans Saint Rambert. Un culte régional depuis l'époque mérovingienne. Histoire et Archéologie, (Monographie du CRA, 14), CNRS Editions, Paris, 1995, p. 109-130.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search