Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Deuxième partie. L'église de Lyon à l'époque carolingienne

L’abbaye de Savigny en Lyonnais au Moyen Âge : vie et effacement d’une puissance régionale*

Texte intégral

  • * Texte remanié et développé d’une conférence donnée le 4 décembre 1999 à Savigny dans le cadre d’un (...)
  • 1 Savigny, départ. Rhône, arr. Lyon, cant. L'Arbresle.
  • 2 Selon le pouillé de ce diocèse du début du XIIIe siècle, un peu plus de soixante-dix églises paroi (...)
  • 3 L’histoire du Lyonnais dans son ensemble a fait l’objet de très nombreuses études. Pour ne citer q (...)

1L’abbaye bénédictine de Savigny1, dont il ne reste presque rien aujourd’hui, a tenu une place capitale dans l’histoire médiévale du Lyonnais. Restée tout au long de son histoire en dehors des ordres monastiques, comme Cluny ou Cîteaux, elle n’en a pas moins joué un rôle d’encadrement spirituel fort important, si on se fie au nombre des églises paroissiales qui relevaient de son patronage, non seulement dans le diocèse de Lyon2 mais aussi dans des régions lointaines comme la Charente, la Haute-Savoie, la Suisse ou la Drôme. Mais elle a aussi été un acteur de premier plan dans l’histoire des pouvoirs politiques dans cette région un peu particulière qu’est le Lyonnais médiéval, qui présente une double originalité. D’une part, il a toujours occupé, depuis la dislocation du monde carolingien au milieu du IXe siècle, jusqu’au XIVe siècle au moins, une place géographiquement marginale dans les différents ensembles politiques auxquels il a appartenu ; d’autre part, il n’a jamais donné naissance à une grande principauté comparable à ce qu’ont pu être, dans des régions proches, la Savoie, le Dauphiné, ou la Bourgogne. Ce sont des entités de taille moyenne qui ont progressivement vu le jour dans ce territoire somme toute assez restreint qu’est le Lyonnais. Savigny fut l’une d’elles3. C’est de sa naissance et de la politique d’équilibre que ses abbés ont tenté de conduire entre le XIe et le XIIIe siècle dont on va s’occuper ici, bien plus que des aspects spirituels sur lesquels, avant le XIIIe siècle, on n’a guère de renseignements précis. Mais auparavant, il n’est pas inutile de dresser un bref inventaire des sources disponibles et de faire le bilan des travaux qui se sont intéressés à l’histoire médiévale de cette abbaye.

Abbaye de Savigny
Chapiteau d’angle, lion et entrelacs (XIe siècle)
H. : 33 cm ; I. : 24 cm
Musée de Savigny, inv. SM 74

Sources et Travaux

Sources

  • 4 Ce fonds important, désormais parfaitement classé, et bénéficiant d’un catalogue imprimé, concerne (...)
  • 5 Copies à la Bibliothèque Municipale de Lyon : copie du XVIe siècle : ms 3313, fonds Coste no 392 ; (...)
  • 6 Comte de Neufbourg, Le Cartulaire de l'Aumônerie de Savigny, en marge du t. 18 des Chartes du Fore (...)
  • 7 Signalons à ce sujet que quelques chartes contenues dans le cartulaire se retrouvent en original d (...)
  • 8 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, (...)
  • 9 E. Perroy, « Notes sur la chronologie des chartes de Savigny », Bulletin de la Diana, XXVIII, 1943 (...)

2Les sources sont constituées pour l’essentiel, d’une part d’un fonds d’archives important conservé pour l’essentiel aux Archives Départementales du Rhône (série 1 H)4, et d’autre part d’un cartulaire à propos duquel quelques rappels sont indispensables. On sait qu’il fut rédigé sur l’ordre de l’abbé Ponce (111 1-1138) ; il comporte 940 chartes échelonnées entre le IXe et le milieu du XIIe siècle, auxquelles a été ajouté un appendice de 20 pièces, dont 9 sont postérieures à 1200. Beaucoup de ces chartes sont non datées ou datées de façon fort imprécise. On sait par ailleurs que nous ne disposons plus de l’original, et que sur les quatre copies qui nous sont parvenues, deux se trouvent à la Bibliothèque Municipale de Lyon (dont la plus ancienne, du début du XVIe siècle, et une autre du XVIIe-XVIIIe siècle), une à la Bibliothèque Nationale de France et une à la Bibliothèque de l’École de Médecine de Montpellier5. Ce cartulaire pose deux problèmes. Celui de son authenticité d’abord. En l’absence du cartulaire original, elle a été fortement mise en cause par l'érudit forézien, le comte de Neufbourg, lui-même éditeur d’une copie du cartulaire, beaucoup plus modeste, de l’Aumônerie de Savigny6. Il n’y a pas lieu, semble-t-il, de retenir cette mise en cause7, que l’auteur englobe dans une vision hypercritique de l’ensemble des cartulaires. C’est ensuite l’édition de ce document qui suscite quelques réserves. Elle a été réalisée au milieu du XIXe siècle par l’érudit Auguste Bernard8, et ce travail a été - et est encore - très largement utilisé par tous ceux qui s’intéressent non seulement à l’histoire de l’abbaye, mais aussi à celle du Lyonnais et du Forez. Or il pose un certain nombre de problèmes. D’abord, A. Bernard n’a pas pu utiliser la meilleure copie (celle du XVIe siècle de la B. M. de Lyon), car il ne la connaissait pas ; elle figurait alors dans une bibliothèque privée. Il a pris pour base de son édition celle, nettement moins bonne, du XVIIe-XVIIIe siècle. Ensuite, il a travaillé très vite, ce qui l’a conduit à des lectures approximatives de certains noms, et surtout à attribuer des datations pour le moins hasardeuses (par exemple : « autour de 1000 ») aux très nombreuses chartes qui ne comportaient pas de références chronologiques précises. Si bien que cette édition, qui rend par ailleurs d’incontestables services, doit être utilisée avec beaucoup de prudence. Signalons à ce propos le travail de révision exemplaire réalisé il y a maintenant plus de cinquante ans par Édouard Perroy, portant sur la datation de cinquante-quatre chartes du cartulaire concernant les possessions foréziennes de l’abbaye9. Cela explique que l’entreprise la plus utile à lancer aujourd’hui pour une meilleure connaissance de l’histoire de Savigny serait une réédition scientifique du cartulaire, à partir de l’ensemble des manuscrits connus.

Travaux

  • 10 Cf. les travaux de D. Cateland-Devos, « Sculptures de l’abbaye de Savigny-en-Lyonnais du haut Moye (...)
  • 11 En particulier dans les ouvrages de H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der (...)
  • 12 P.-R. Gaussin a d’abord consacré son D.E.S. à L’Abbaye de Savigny, seigneur féodal, Lyon, 1945, tr (...)

3Si on s’intéresse maintenant à l’historiographie un tant soit peu récente de Savigny, il faut d’abord mettre à part les travaux traitant d’archéologie ou d’histoire de l’art, en remarquant simplement que, compte tenu de la destruction quasi totale des bâtiments abbatiaux, et de la construction de maisons du village sur une partie des emplacements qu’ils occupaient, les recherches proprement archéologiques n’ont guère été fructueuses voire possibles jusqu’à présent10. Quant aux études proprement historiques, on s’aperçoit très vite qu’elles sont très peu nombreuses. Mis à part les pages ou les chapitres qui traitent de l’abbaye dans les ouvrages sur le Lyonnais ou le Forez mentionnés plus haut11, mis à part quelques mémoires de maîtrise d’étudiants des universités lyonnaises (au demeurant assez peu nombreux, et qui restent « confidentiels »), on ne peut guère signaler que les travaux du regretté Pierre-Roger Gaussin, qui fut professeur d’histoire médiévale à l’Université de Saint-Étienne, et qui portent avant tout sur l’histoire temporelle de l’abbaye. Ils remontent à une cinquantaine d’années12. C’est dire que le chantier de l’histoire de Saint-Martin de Savigny mérite d’être repris, à la lumière des perspectives nouvelles dégagées depuis quelques dizaines d’années par la recherche historique.

4Ces rappels effectués, on peut maintenant entrer dans le vif du sujet et s’intéresser à la place et au rôle de l’abbaye de Savigny en Lyonnais au Moyen Âge, en s’arrêtant à la fin du XIIIe siècle. La démarche chronologique s’impose. Trois temps en effet semblent s’individualiser assez nettement. D’abord les IXe et Xe siècles, temps - bref - de la reconstruction carolingienne puis de sa dilution dans les partages successoraux et de la mise en place de principautés territoriales : période mal connue de l’histoire régionale durant laquelle l’abbaye récemment fondée apparaît sous le contrôle de pouvoirs extérieurs (impérial et/ou royal, puis épiscopal). Puis au cours des deux siècles suivants, qui virent l’établissement des pouvoirs seigneuriaux tant laïques qu’ecclésiastiques : Savigny fait figure de puissance régionale et parvient, par une politique d’équilibre, à acquérir puis à maintenir une certaine indépendance. Troisième période enfin, de la fin du XIIe à la fin du XIIIe siècle : cette indépendance perd quelque peu de sa signification dans la nouvelle donne politique - redistribution des pouvoirs régionaux et intervention progressive du roi de France - que connaît alors le Lyonnais, tandis que dans un premier temps, une certaine prospérité économique semble se maintenir à Savigny. Ce fut ensuite l’amorce d’un long déclin, dont on ne parlera pas ici, qui conduisit l’abbaye jusqu’à sa sécularisation en 1780.

Abbaye de Savigny
Chapiteau de colonne engagée :
Tentation du Christ (1ère moitié du XIIe siècle) : la partie antérieure du corps du démon (quadrupède ailé au corps recouvert décailles), à droite, a été brisée. Proviendrait du carré du transept de l’église abbatiale.
H. : 60 cm ; I. : 65 cm
Musée de Savigny, inv. SM 3

Abbaye de Savigny
Chapiteau : incrédulité de saint Thomas (2e moitié du XIIe siècle)
H. : 60 cm ; I. 52 cm
Musée Gadagne Inv. 43.310
Inscription sur le bord du médaillon : OFFERO TE... PALPATE VIDETE SALUTEM V(EST)RI SALVATRIX

Une abbaye sous contrôle (IXe-Xe siècles)

Les incertitudes de la fondation

5Aucun acte de fondation de l’abbaye ne nous est parvenu. Des traditions légendaires, comme il en existe presque toujours en pareil cas, voudraient la faire remonter à une haute antiquité, et par exemple l’attribuer au plus célèbre disciple de saint Benoît, Maur, au milieu du VIe siècle. Mais aucun document suffisamment ancien ne vient confirmer cette naissance illustre que l’on ne voit pas signalée avant le XVIIe siècle.

  • 13 La dernière édition de cet important document est donnée dans Corpus consueludinum monasticarum, t (...)

6Le premier texte sûr qui mentionne l’existence de notre abbaye est de 819. Il s’agit de la célèbre Notitia de servicio monasteriorum13, dont on pourrait dire qu’elle est comme le premier bilan de la grande réforme monastique engagée en 816-817 par l’empereur Louis le Pieux et conduite par son conseiller Benoît d’Aniane. On sait que ce texte dressait la liste des monastères réformés sur lesquels le souverain exerçait une autorité plus ou moins directe, et précisait les devoirs qu’ils devaient remplir envers lui. Les plus riches et sans doute les plus anciens, au nombre de quatorze, devaient fournir des contingents pour l’armée impériale et des dons : parmi eux, appartenant au diocèse de Lyon, Saint-Oyend (aujourd’hui Saint-Claude dans le Jura) et Nantua. Puis seize établissements qui ne devaient que des dons (aucune maison lyonnaise parmi eux). Enfin à dix-huit, les moins riches et probablement de fondation relativement récente, on ne demandait que des prières pour l’empereur et sa famille. Dans cette dernière catégorie figure Savigny, qui est donc le troisième (et dernier) monastère du diocèse de Lyon cité dans ce document, et dont c’est la première mention écrite que nous ayons conservée.

  • 14 À la fin du XVe siècle, le grand prieur Benoît Maillard, sans produire de document précis, écrit d (...)

7La présence de Savigny à la place qui est la sienne dans ce document, dont on vient de voir qu’il portait la marque de Benoît d’Aniane, pourrait permettre d’avancer des hypothèses quant à la fondation du monastère. En effet, on sait que Benoît d’Aniane était un grand ami de l’évêque de Lyon Leidrade (799-816), et que, sans doute à la demande de celui-ci, il était venu réformer la très ancienne abbaye de l’Ile-Barbe. On pourrait alors penser que sa venue dans la région ait pu être comme un déclencheur pour la fondation d’un nouvel établissement, à Savigny, ce qui placerait celle-ci au tout début du IXe siècle, sans que, pour autant, Benoît d’Aniane en ait été l’acteur principal14. En effet, si tel avait été le cas, la mémoire des moines en aurait nécessairement gardé, et même enjolivé, le souvenir. Mais il ne s’agit là, répétons-le, que d’une hypothèse suggérée par des rapprochements, mais qu’aucun document ne permet de considérer comme irréfutable. On pourrait imaginer aussi qu’il n’y ait pas eu alors de fondation à proprement parler, mais plutôt une rénovation (voire une refondation) d’un établissement monastique fondé beaucoup plus tôt (mais quand ?), et qui aurait été ruiné notamment par les spoliations que les Francs venus du Nord avec Charles Martel firent subir à la région après 736. Simple supposition qu’aucun document ne vient attester.

8Mais laissons là ces hypothèses et tenons-nous en à trois certitudes que l’on peut tirer de la documentation : le monastère de Savigny existait en 819 ; il était alors placé sous le patronage impérial ; ses moines suivaient la règle bénédictine. Rappelons aussi que, dans le très vaste diocèse de Lyon tel qu’il était alors, c’est, en 819, la première fondation monastique dans la partie ouest de ce diocèse, les abbayes qui existaient alors se trouvant soit à Lyon et aux environs immédiats (Saint-Pierre, et probablement Ainay ; l’Ile-Barbe), soit sur ses marges orientales (Saint-Rambert-en-Bugey, Ambronay, Nantua, Saint-Oyend/Saint-Claude).

De la tutelle impériale à la tutelle épiscopale

  • 15 Selon A. Bernard, deux chartes du cartulaire se situeraient dans cette période : en 825 (charte no(...)
  • 16 Ce n’est qu’en 976 que le roi de Bourgogne Conrad accorde l’immunité à Savigny. Son diplôme ne com (...)

9De 819 jusqu’au milieu du IXe siècle, période pour laquelle nous n’avons aucun document sûr la concernant15, la seule chose qui paraisse à peu près certaine, c’est que Savigny est considérée (ainsi que Nantua et Saint-Oyend/Saint-Claude, les deux monastères figurant sur la Notitia de 819) comme une abbaye sous tutelle impériale. Celle-ci s’exerçait sans doute par l’intermédiaire du comte de Lyon qui représentait sur place l’autorité du souverain. À ce propos on peut en effet remarquer que nous n’avons conservé aucun privilège d’immunité accordé par les souverains carolingiens en faveur de Savigny. L’abbaye n’en a-t-elle alors jamais été pourvue ? Le diplôme a-t-il été perdu ? On ne sait, même si la première hypothèse semble la plus vraisemblable16.

  • 17 Le diplôme impérial pour Savigny - dont on n’a pas l’original - a été publié de nombreuses fois de (...)
  • 18 Diplôme de Louis le Bègue (878) dans G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyo (...)
  • 19 La plus ancienne copie (XIVe siècle) de cette bulle dont l’original n’existe plus a été publiée pa (...)
  • 20 Selon H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der (...)

10Un changement de statut intervint au milieu du IXe siècle. Depuis le partage de Verdun (843), qui avait mis un terme à l’unité de l’Empire carolingien, le Lyonnais se trouvait dans le lot attribué à Lothaire Ier, auquel était reconnu par ailleurs le titre d’empereur. En 852, ce dernier, en même temps qu’il plaçait Rémy, un de ses fidèles, à la tête de l’Église de Lyon, transférait à celle-ci les deux abbayes de Savigny et Nantua17. Savigny devenait ainsi un « monastère épiscopal ». Dans la « valse des souverainetés » que connut ensuite le Lyonnais, résultat des nombreux partages successifs du monde carolingien après 855, ce statut fut confirmé à plusieurs reprises aux successeurs de Rémy jusqu’au début du Xe siècle (878, 885, 892, 895-901) par les différents souverains (rois ou empereurs) ayant autorité sur la région18, ainsi que par le pape Sergius III en 910 dans une bulle pour l’Église de Lyon19. Pourquoi ce changement ? Sans doute, au départ, pour contrebalancer, aussi efficacement que par l’octroi de l’immunité, le pouvoir des comtes de Lyon - que les souverains n'étaient plus guère en mesure de contrôler - en renforçant celui de l’Église de Lyon, sur laquelle, par le biais des nominations épiscopales, le souverain pouvait espérer disposer d’une autorité plus grande. Quoi qu’il en soit, c’est bien cette dernière qui semble exercer localement l’essentiel des pouvoirs entre la fin du IXe et celle du Xe siècle, le centre de gravité de la puissance des comtes étant désormais extérieur au Lyonnais proprement dit20.

Les manifestations de la tutelle épiscopale

11Jusque vers 970 au moins, l’Église de Lyon, en la personne de son archevêque, intervient incontestablement dans la vie de l’abbaye de Savigny. Une documentation quelque peu indigente permet cependant de repérer quelques effets de cette tutelle, dont il serait par trop simpliste de dire au départ qu’elle fut forcément dommageable pour l’intéressée. Remarquons, en effet, que les archevêques de Lyon furent d’une grande qualité tout au long du IXe siècle, et que, dans la lignée d’un Leidrade ou d’un Agobard, ils maintinrent fermement dans la ville les principes de la rénovation spirituelle et religieuse voulue par Charlemagne, et qu’il n’y a pas par conséquent de raison pour en faire de simples rapaces avides de s’emparer des biens des monastères qui leur étaient soumis. Ceux du Xe siècle sont malheureusement moins bien connus. L’ingérence de ces prélats dans la vie de Savigny revêt, selon la documentation à notre disposition, deux formes principales.

  • 21 C’est dans ce privilège que Burchard indique que Badin a été nommé par son prédécesseur l’archevêq (...)

12En premier lieu, les archevêques de Lyon interviennent dans la désignation des abbés : c’est le cas de Badin nommé par l’archevêque Guy (928-948) entre 937 et 948, puis celui de Gausmar, choisi en 957 par l’archevêque Burchard Ier (949-957/959). Et pourtant ce dernier avait accordé en 949 à Savigny un privilège reconnaissant notamment aux moines la liberté d’élire l’abbé de leur choix21. Pour autant, rien n’indique que ceux que les archevêques imposèrent alors à la tête de l’abbaye furent de mauvais abbés. D’autre part le fait de désigner les abbés ne paraît pas avoir donné aux prélats lyonnais un rôle aussi important dans la gestion du monastère que celui qu’ils jouent alors à Ainay, autre établissement monastique dépendant alors de leur autorité.

  • 22 Mention de cette destruction dans le privilège de Burchard Ier cité à la note précédente.
  • 23 A. Bernard éd., Cartulaire de l'abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l'abbaye d’Ainay, (...)

13Deuxième aspect de la tutelle épiscopale lyonnaise : la protection de l’abbaye contre tous ceux qui pouvaient en vouloir notamment à ses biens. Il faut bien reconnaître que sur ce point le rôle des archevêques, au Xe siècle du moins, ne semble pas avoir été toujours très positif. Certes, ils ne purent pas faire grand-chose contre les invasions des Hongrois qui traversèrent - et ravagèrent en partie - le Lyonnais vers 935. Le cartulaire signale qu’à cette occasion Savigny fut brûlée par les envahisseurs22. Mais il semble que face aux appétits des seigneurs locaux, la protection de l’Église de Lyon ne fut pas non plus très efficace. Bien plus, on voit à plusieurs reprises les archevêques du Xe siècle, tels Alwala (895/901-906), Rémy II (920-923/925), Amblard (959-978) ou Burchard II (978-1033) utiliser à leur propre profit ou à celui de leurs fidèles les biens du monastère : cela est bien exprimé par une notice du cartulaire rapportant que, à la demande de l’abbé Hugues de Savigny, l’archevêque Burchard II restitua - à une date incertaine, entre 984 et 1007 - à l’abbaye des biens aliénés injustement par ses prédécesseurs sur le siège de Lyon au profit de Sigebert Chal, fidèle de l’Église de Lyon, qui appartenait à une importante famille chevaleresque possessionnée à Donzy près de Feurs. Ces biens étaient situés notamment sur l’actuelle commune de Savigny (à Ressy et Teylan), à Oingt, Bessenay, Chevinay, Montrottier, etc.23.

  • 24 Ibid., no 127, p. 88-90.

14À partir de 970, on assiste à un changement progressif dans les rapports entre Savigny et l’Église de Lyon. Il se marque par le diplôme que le roi de Bourgogne (royaume qui s’étend alors de la Suisse à la Provence - mais qui ne comprend pas le duché de Bourgogne - dans lequel se trouve le Lyonnais) Conrad le Pacifique, demi-frère de l’archevêque Burchard II, accorde à l’abbaye en 97624. Par cet acte, le roi concède deux choses principales aux moines de Savigny. D’abord l’immunité, dont, comme on l’a vu plus haut, l’abbaye ne semble pas encore avoir bénéficié. Ensuite la reconnaissance du droit des moines à élire librement leur abbé : c’est en fait la confirmation de ce que l’archevêque Burchard 1er avait déjà accordé en 949 (cf. supra), mais qui sans doute n’avait guère été respecté. L’archevêque conservait cependant la confirmation et la consécration comme abbé de celui que les moines éliraient, ce qui lui laissait évidemment un droit de regard très important sur la vie de l’abbaye.

15Pourquoi le roi Conrad a-t-il fait ces concessions ? Pour plusieurs raisons sans doute. Comme il ne disposait plus guère de pouvoirs dans son royaume, ayant dû distribuer une très grande partie des biens royaux à ses fidèles, accorder un tel privilège, qui ne lui coûtait rien, à une abbaye située de plus dans une partie de son royaume d’où il était absent depuis fort longtemps, pouvait être une manière de rappeler à peu de frais son existence. Si, d’autre part, on veut bien remarquer que ce diplôme royal a été concédé à la demande de l’archevêque de Lyon, Amblard, c’est parce que ce dernier, aussi paradoxal que cela puisse être, en apparence du moins, y avait intérêt, le roi de Bourgogne n’étant pas en mesure de lui imposer quoi que ce soit. On a pu avancer que la clé du problème pourrait se trouver dans l’évolution de la situation politique du Lyonnais à la fin du Xe siècle. Commence en effet à émerger alors, face à l’Église de Lyon, et à proximité immédiate de Savigny, un pouvoir qui a dû très vite apparaître comme un dangereux concurrent potentiel : il s’agit du comte Artaud, souche de la première famille comtale de Forez. Dans ces conditions, il a pu sembler de bonne politique à l’archevêque de Lyon de reconnaître une certaine autonomie à Savigny pour pouvoir s’en faire une alliée plus solide face aux Foréziens. Quoi qu’il en soit, on a bien l’impression que quelque chose change dans la région en cette fin du Xe siècle. S’ouvre alors pour l’abbaye de Savigny une nouvelle période de son histoire.

Une des quatre puissances du Lyonnais (XIe -XIIe siècles)

  • 25 Les grandes lignes de cette histoire sont retracées par R. Fédou, dans A. Latreille (dir.), Histoi (...)
  • 26 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafs (...)
  • 27 Sur l’histoire du Beaujolais cf. M. Méras, Le Beaujolais au Moyen Age, Villefranche, 1956, rééd. 1 (...)

16Aux côtés de l’Église de Lyon, qui avait très probablement maintenu, voire peut-être accru son emprise sur le cœur du Lyonnais au cours du Xe siècle, apparaissent à la fin de ce même siècle au nord et à l’ouest de cette zone centrale, deux pouvoirs potentiellement concurrents25. En effet, dans les années 970-980 - comme on vient de le dire - un certain Artaud, qui appartenait à une famille seigneuriale possessionnée en Lyonnais, que l’on ne connaît guère, prend (usurpe ?) le titre de comte. Il est à l’origine de la première dynastie comtale « indigène » en Lyonnais-Forez, qui s’éteignit au début du XIIe siècle. Ses successeurs immédiats ancrent leur puissance en Forez, mais revendiquent par le titre de comte de Lyon, qu’ils prennent, le pouvoir sur la ville et ses abords occidentaux26. À peu près au même moment, entrent en scène, au nord du Lyonnais, les sires de Beaujeu, en la personne d’un certain Bérard († 967)27. L’abbaye de Savigny se trouve donc désormais au carrefour de trois ambitions : celle de l’Église de Lyon, celle des comtes et celle des sires de Beaujeu. Et cela alors que, ayant acquis un début d’autonomie « politique » vis-à-vis de l’Église de Lyon, comme on vient de le voir, elle rejette aussi une autre forme de dépendance, religieuse celle-ci, qu’a cherché à lui imposer la prestigieuse abbaye de Cluny. Savigny, à la tête d’un domaine temporel qu’elle entend bien défendre et consolider, peut alors prendre toute sa place dans la partie politique lyonnaise à quatre qui se joue aux XIe et XIIe siècles.

Le rejet de la dépendance clunisienne

  • 28 D. Riche, L'Ordre de Cluny à la fin du Moyen Age, « Le Vieux Pays Clunisien », XIIe-XVe siècle, Sa (...)

17Mais il fallait donc d’abord contenir puis écarter la menace que faisait peser sur l’abbaye l’expansionnisme clunisien, qui malgré (ou à cause de ?) la proximité géographique, n’avait rencontré, somme toute, que peu d’écho dans le diocèse de Lyon, où l’archevêque avait conservé, jusqu’à la fin du Xe siècle, on l’a dit, le contrôle des abbayes, et n’entendait guère les ouvrir à des réformes menées de l’extérieur. D’autant plus que celles-ci auraient eu inévitablement pour résultat de les soustraire à sa propre autorité28. Mais à partir du moment où, comme on vient de le voir, Savigny acquiert un peu plus d’indépendance, elle devient intéressante pour les Clunisiens, qui à deux reprises interviennent pour y prendre pied au début du XIe siècle, dans les deux cas à l’occasion d’élections abbatiales.

Abbaye de Savigny
Chapiteau archaïsant à décor de fougère (fin XIIe-début XIIIe siècle).
H. : 25 cm ; I. : 25 cm
Musée Gadagne Inv. 91.8.13

Chapiteau archaïsant à décor de feuilles stylisées (fin XIIe-début XIIIe siècle)
H. : 25 cm, I. : 26 cm
Musée Gadagne Inv. 91.89.

  • 29 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, (...)

18Première intervention : en 1007, les moines de Savigny choisissent pour abbé un des leurs, Durand Ier. Assistaient à l’élection, outre l’archevêque de Lyon Burchard II et les abbés de l’Ile-Barbe, d’Ainay et de Saint-Chef (diocèse de Vienne), Odilon abbé de Cluny, cité immédiatement après l’archevêque. D’autre part, le procès-verbal de cette élection, qui figure dans le cartulaire de Savigny29, est beaucoup plus développé que ceux qui rapportaient les précédentes, et comporte un assez long prologue au ton très clunisien (le Christ est le modèle que doit suivre l’abbé). Certes, rien ne permet d’affirmer qu’Odilon ait alors joué un rôle actif dans la désignation de Durand Ier, mais sa seule présence est déjà une nouveauté et on imagine mal qu’il ait pu rester inerte dans le processus de désignation du nouvel abbé. De plus, on voit bien qu’il a cherché à faire pénétrer à Savigny certains aspects de l’idéal clunisien.

  • 30 Ibid., no 632, p. 308-309.
  • 31 On ne perçoit pas en effet clairement les raisons pour lesquelles les Clunisiens s’abstiennent d’i (...)

19À la mort de Durand Ier (1018), l’intervention de Cluny fut bien plus déterminante. En effet, les moines de Savigny ne purent se mettre d’accord sur le nom d’un successeur. Sur le conseil de l’archevêque Burchard II (c’est du moins ainsi que le procès-verbal de l’élection présente les faits), on fait appel à l’abbé de Cluny pour dénouer la crise. Celui-ci, selon une procédure clunisienne très classique en pareille occasion, impose à la tête de Savigny un moine de Cluny, Itier30. Dès lors, le sort de Savigny semblait scellé : elle devait nécessairement devenir membre de l'Ecclesia cluniacensis, dont les contours prenaient forme sous l’abbatiat d’Odilon. Il n’en fut rien. En effet, à la mort d’Itier en 1044, les moines de Savigny reprirent leur liberté et portèrent à leur tête un des leurs, sans que l’abbé de Cluny intervienne. On n’entendra plus parler désormais d’une éventuelle mainmise clunisienne sur l’abbaye. Cet épisode, au demeurant fort mal connu, mériterait qu’on s’y intéresse davantage31. Quoi qu’il en soit, au milieu du XIe siècle l’indépendance de Savigny, tant spirituelle que temporelle, semble acquise, et l’abbaye figure au nombre des établissements, nombreux, qui ne sont pas intégrés dans un quelconque « ordre » religieux, pas plus celui de Cluny que, plus tard au XIIe siècle, celui de Cîteaux. C’est aussi le cas, d’ailleurs, des grands monastères du diocèse de Lyon (Ainay, l’Ile-Barbe, Saint-Claude). Tous jouent un rôle très important dans l’encadrement local - nous allons le vérifier pour Savigny -, et reçoivent des donations de l’aristocratie de la région à partir desquelles souvent ils fondent des prieurés. Ce qui ne veut pas dire que leur horizon soit strictement borné, ainsi pour Savigny qui possède des dépendances, on le sait, dans des régions parfois fort éloignées du Lyonnais.

L’abbaye de Savigny dans la « mêlée féodale »32 en Lyonnais : la recherche de l’équilibre

  • 32 L’expression est de R. Fédou, dans A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, op. cit.,(...)

20Leur position mieux assurée, les abbés de Savigny ont mené, jusqu’à la fin du XIIe siècle, une politique assez habile en Lyonnais, centrée sur la défense de leur abbaye et de son patrimoine face à la rivalité qui ne pouvait qu’opposer dans l’ensemble de la région les trois seigneuries dont on a dit l’existence plus haut, à savoir l’Église de Lyon, le comte de Forez et le sire de Beaujeu. En simplifiant beaucoup et en ne s’appuyant que sur quelques exemples, au demeurant suffisamment significatifs, il semble que l’on pourrait distinguer dans la politique menée par Savigny pour faire pièce à ce danger deux volets complémentaires : la poursuite obstinée d’une politique d’équilibre et la mise en place d’un réseau castrai destiné à défendre (et à exercer) ses droits.

  • 33 Le texte de cet accord ne nous est pas parvenu. On sait simplement par une mention d'une charte du (...)
  • 34 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l'abbaye d'Ainay, (...)

21En premier lieu donc, les moines de Savigny se sont efforcés de ne pas prendre part directement aux conflits qui mirent aux prises les trois autres acteurs du jeu politique lyonnais. C’est ainsi qu’ils ne sont pas intervenus dans le conflit qui opposa, au XIe siècle, le comte et l’Église de Lyon et qui fut probablement sanctionné par l’« accord » de Tassin de 107633. Ils eurent la même attitude, on le verra plus loin, lors de la reprise de ce conflit en 1158-1173. Ce qu’ils ont avant tout cherché, c’est à maintenir une forme d’équilibre régional. Deux exemples - qu’il vaut la peine d’analyser un peu longuement - de cette politique. Le premier concerne le règlement d’un conflit qui opposa vers 1070 Savigny et un certain Aymon de Lay34. Ce personnage était le châtelain de Lay et vassal de Savigny. Abusant de la fonction d’avoué qu'il exerçait à Tarare au nom de l’abbaye et recourant à la force, il avait imposé des exactions (les « mauvaises coutumes » dont parle le texte) sur le blé et le foin que les moines récoltaient sur la terre qu’ils possédaient à Tarare et aux environs. Ne pouvant lui faire entendre raison et ne pouvant lui-même recourir à la force, l’abbé de Savigny, Dalmace, fit appel au comte Artaud. Celui-ci prit et détruisit le château de Lay, agissant comme celui qui avait la garde des biens du monastère. L’affaire ne s’arrêta pas là. Il y eut encore deux épisodes. D’abord, pour assurer une solution durable au conflit, il ne fallait pas écraser trop durement le vaincu : c’est là un trait caractéristique des règlements de ce type de conflits à cette époque. C’est pourquoi, nous dit le texte, pour réparer les dommages causés à son château, et parce qu’il avait renoncé aux exactions qui étaient à l’origine du conflit, Aymon de Lay reçut deux compensations de la part de l’abbé et des moines : de l’argent et l’accroissement du fief (deux exploitations paysannes ou manses dans la région de Tarare et les hommes qui les cultivaient) qu’il tenait déjà de Savigny, ce qui devait permettre de renforcer la fidélité d’Aymon (rappel du serment dû à l’abbaye à ce propos). Et puis, et c’est là que la politique d’équilibre apparaît clairement, le texte nous dit que cet accord a été passé en présence de Guichard (II), sire de Beaujeu, qui n’était absolument pas intervenu jusque-là dans cette affaire. Son apparition in fine peut très bien s’expliquer par le désir de l’abbé de contrebalancer le rôle du comte à un moment où les sires de Beaujeu cherchent à étendre leur influence vers le sud et l’ouest de leur domaine initial, et à contester au comte la garde de Savigny.

  • 35 Ibid., t. I, no 900, 903, 904, 905, p. 475, 478-482.

22Deuxième exemple qui montre, celui-ci, comment Savigny a cherché à contenir l’ingérence de l’Église de Lyon. Il concerne la région de Bully et de Savigny même et se déroule au début du XIIe siècle. Un petit dossier de quatre documents nous renseigne assez complètement35. Résumons brièvement les faits.

  • Premier acte : une donation classique. Itier de Bully avait donné (restitué, pour les moines : cf. charte 904) des biens, dont un cimetière, à Savigny. Ses fils, dont deux moururent à Jérusalem et un, Guy, devint moine à Savigny, avaient approuvé cette donation ; le dernier fils, Guillaume, l’avait lui-même renouvelée, en laissant sa part d’héritage (le quart donc) à l’abbaye, sa femme en conservant cependant l’usufruit tant qu’elle vivrait (charte 905).
  • Deuxième acte : contestation, classique elle aussi, de la donation par un ayant-droit. En effet, le gendre d’Itier, Étienne de Varennes, qui avait épousé une fille née d’un deuxième mariage probablement répréhensible dudit Itier36, et dont on nous précise qu’il avait pourtant fait hommage et juré fidélité à l’abbé de Savigny, refusa de reconnaître la validité de la libéralité faite par son beau-père et approuvée par les demi-frères de sa femme. Il revendiqua l’héritage de celui-ci, et recourut à la violence pour obtenir gain de cause.
  • Troisième acte : tentative (et échec) de composition du donataire. L’abbé Ponce (1111-1138)37 céda, malgré l’opposition de ses moines, et accorda à Étienne, sans doute en fief, les trois quarts de l’héritage d’Itier, ne conservant que le quart restant pour l’abbaye. Cela ne suffit pas à Étienne, qui voulait la totalité. Il entreprit donc d’imposer par la force sa présence dans ce qui ne lui avait pas été concédé et il fit fortifier une maison qu’il possédait à peu de distance de l’abbaye et à partir de laquelle il exerçait des exactions sur les paysans dépendant de Savigny.
  • Quatrième acte : recours à l’instance judiciaire seigneuriale et non-respect de sa sentence par le contestataire. L’abbé, juge et partie, réussit à faire comparaître Étienne de Varennes devant sa justice. Il fut condamné à remettre aux moines, aux fins de démolition, la fortification qu’il avait élevée, et devait autoriser l’ouverture d’un chemin dans le cimetière qui faisait partie de l’héritage contesté d’Itier de Bully, pour que le chapelain puisse aller desservir l’église attenante. Mais il montra bien peu d’empressement à exécuter la sentence : il attaqua les moines qui étaient en train de travailler à la construction du chemin dans le cimetière, chassa ceux qui avaient pris, après bien des difficultés, position dans la fortification qui devait être démantelée, et envahit un prieuré (on ne sait lequel) d’où il expulsa les moines qui s’y trouvaient.
  • Cinquième acte : appel à une juridiction supérieure et non-respect de sa sentence par l’abbé de Savigny. Devant cette accumulation de méfaits et devant l’impuissance des moines à faire respecter leur droit, on en appela à la justice de l’archevêque de Lyon, qui était alors Josserand (1106-1118). Voilà donc l’intervention d’une des puissances régionales dans les affaires du monastère. Mais les modalités sont ici différentes de celles entrevues dans l’exemple précédent, et l’archevêque semble bien avoir voulu profiter des difficultés dans lesquelles se trouvait l’abbaye. Il se contenta en effet d’ordonner à Étienne de restituer pour un temps seulement la fortification litigieuse à Savigny, ce qu’il ne fit qu’incomplètement. Tout était à reprendre. Mais cette fois, l’abbé voulut s’en remettre à la force : il fit détruire la forteresse, ce qui provoqua la colère de l’archevêque qui prit de graves sanctions contre Savigny : il ordonna à l’abbé et aux moines la reconstruction des fortifications sous peine d’excommunication et d’interdit pour les églises de son diocèse qui dépendaient de l’abbaye et il retint les otages, c’est-à-dire les garants, qu’il avait demandés au début de l’affaire. Sanction tout à fait disproportionnée qui montre bien de quel côté penchait alors l’Église de Lyon.
  • Sixième et dernier acte : appel au pape et succès final de l’abbé. L’abbé de Savigny ne pouvait accepter ce qui dut lui apparaître comme un véritable déni de justice. Il agit donc sur deux tableaux : d’une part, parce qu’il y avait eu une condamnation de nature spirituelle contre lui et ses moines, il en appela au pape, alors Pascal II, et d’autre part il évoqua à nouveau l’affaire devant sa propre cour, à laquelle participa notamment le sire de Beaujeu, contrepoids régional face à l’Église de Lyon38 : à nouveau la politique d’équilibre, faisant intervenir deux des trois autres puissances de la région. Étienne de Varennes dut renoncer à l’héritage de son beau-père qui, sous réserve de la production de témoins, restait à l’abbaye, l’abbé étant blâmé au passage de lui avoir jadis fait des concessions ; il dut renoncer aussi entre autres aux fortifications qu’il avait ajoutées à la maison de Varennes : elles devaient être démolies ; enfin il devait payer les frais de justice supportés par l’abbé dans cette affaire. Peu après, le pape confirmait cette sentence et levait toutes les sanctions canoniques portées contre l’abbaye par l’archevêque de Lyon, donnant ainsi tort à ce dernier. Le conflit était définitivement réglé.

23Ces deux exemples mettent bien en lumière une des lignes directrices de la politique que mènent alors les moines de Savigny dans leur recherche d’équilibre régional. Elle consiste, face aux deux protagonistes qui les menacent le plus directement dans l’ouest lyonnais, à savoir l’Église de Lyon et le comte de Forez, à solliciter l’appui des sires de Beaujeu, certes beaucoup moins présents et puissants dans cette zone, mais soucieux néanmoins pour le moment, de contrer l’une comme l’autre, pour assurer leur propre expansion.

  • 39 Cf. P.-R. Gaussin, « De la seigneurie rurale à la baronnie : l’abbaye de Savigny en Lyonnais », ar (...)

24Cette recherche d’équilibre régional s’est accompagnée d’une solide politique de construction de châteaux et forteresses ayant une double fonction : militaire bien sûr (protection contre tout danger extérieur), et également administrative (sièges d’exercice des pouvoirs seigneuriaux, judiciaires notamment, mais aussi économiques). C’est à la première que l’on va s’intéresser pour le moment. Mis en place entre la fin du Xe et le XIIe siècle, ce réseau fortifié assure d’abord la protection rapprochée de l’abbaye contre d’éventuels agresseurs : fonction remplie notamment par les châteaux de Montrottier (élevé sous l’abbé Hugues, 984-1007), L’Arbresle (milieu XIe siècle), Sain-Bel, Montbloy, qui délimitent un quadrilatère renfermant le cœur même de la puissance de l’abbaye. Au gré des circonstances voire des dangers éventuels, d’autres châteaux ont été construits. Ainsi, fin XIIe-début XIIIe siècle, on distingue assez bien une ligne de défense orientée grossièrement nord-sud manifestement destinée à se protéger contre les ambitions de l’Église de Lyon, qui apparaissent alors beaucoup plus menaçantes pour l’abbaye. Cette ligne s’appuie sur les châteaux de Chessy, puis ceux déjà cités de L’Arbresle et de Sain-Bel, ainsi que celui de Courzieu. Il n’y a pas alors de ligne de défense équivalente à l’ouest de Savigny, face au Forez. Par ailleurs, pour contrôler les routes - très importantes car elles mettent en communication le Lyonnais et la vallée de la Loire - qui empruntent les vallées autour de Savigny, les moines ont fortifié un certain nombre de points qui jalonnent les vallées de la Brévenne (Chamousset, à nouveau Courzieu, Sain-Bel et L’Arbresle, Bessenay) ou de la Turdine (Tarare, Vindry, Saint-Romain-de-Popey)39. Ces châteaux sont tenus par des châtelains appartenant à des familles chevaleresques de la région, que les moines parviennent assez bien à contrôler. Ce sont aussi des centres de gestion et d’administration associés parfois à un prieuré.

L’abbaye de Savigny dans sa seigneurie : une gestion avisée ?

  • 40 Ibid., p. 152-156.

25Une politique « régionale » fondée sur l’équilibre telle que nous venons de l’esquisser à grands traits simplificateurs ne peut se conduire avec succès que si on est soi-même suffisamment fort pour pouvoir résister aux appétits des autres principautés. Traduit dans le contexte des XIe et XIIe siècles, cela veut dire être à la tête d’une seigneurie bien contrôlée et bien exploitée, dont on pourra tirer les ressources nécessaires à son action. Sur deux points, qu’on évoquera très brièvement - car il n’est pas question d’étudier ici en détail la formation et l’administration de leur seigneurie40 centrée essentiellement dans les vallées de la Brévenne, de la Turdine et de l’Azergues, et constituée d’un ensemble de biens fonciers et de droits seigneuriaux - les moines de Savigny atteignirent des résultats assez probants.

  • 41 Pinay, Saint-Marcel-de-Félines, Longessaigne, Essertines, Roziers, Affoux, HauteRivoire, Panissièr (...)
  • 42 Amanzy, Chessy, Le Breuil, Sarcey, Saint-Germain-sur-L’Arbresle.
  • 43 C’est probablement le cas de Courzieu, L’Arbresle, Montrottier, Sain-Bel, Tarare.
  • 44 Pour s’en tenir au Lyonnais et au Forez : Amas, Denicé (tous deux, Rhône, cant, de Villefranche-su (...)
  • 45 Ainsi à Mornant, où les moines de Savigny se sont installés avant 978 : le prieur appelé d’abord o (...)
  • 46 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, (...)

26Premier point important, l’administration de la seigneurie. Elle est assurée dans un double cadre. D’abord celui des châteaux que l’on vient d’évoquer. Leur mandement est plus ou moins étendu. Ainsi du château de Montrottier dépendent, dès le début du XIe siècle, une douzaine de paroisses41, tandis qu’au milieu du même siècle cinq sont dans le ressort de celui de L’Arbresle42. On pourrait multiplier les exemples. Deuxième cadre, celui qui est constitué par ce que, par commodité, on appellera des prieurés. Derrière ce terme, dont on sait combien il peut recouvrir des réalités fort différentes, on distingue assez bien ici deux choses. D’une part de simples entités administratives, se ramenant souvent à un seul moine, appelé aussi bien obédiencier que doyen ou prieur, voire prévôt : on les rencontre plutôt au cœur même de la seigneurie de Savigny, où ils complètent en quelque sorte le réseau castral43. D’autre part, dans les régions plus éloignées de ce noyau central, et dans lesquelles l’abbaye ne dispose pas de châteaux, les prieurés44, qui peuvent compter deux ou trois moines- mais ne sont aucunement des prieurés conventuels - ont en général une fonction à la fois administrative et pastorale : le prieur recueille les donations, administre les biens et perçoit dans son ressort les redevances et les droits dus aux moines de Savigny, et exerce très souvent, au nom de l’abbé le droit de patronage sur quelques églises paroissiales des environs immédiats45. Des ministériaux laïques sont venus peu à peu étoffer ces structures administratives, tel ce minister Albéric auquel l’abbé Dalmace confie en 1066 la charge de percevoir le droit de marché sur le bétail qu’il vient d’établir (ou de rétablir) à Sain-Bel, et dont le revenu devra assurer un repas de poissons aux moines tous les jeudis, sauf lorsqu’une fête tombe ce jour. Pour son service, le dit Albéric, qui doit jurer fidélité à l’abbé, garde le dixième de ce qu’il perçoit et reçoit deux sous pour le vêtement, et le pain et le vin les jours où il remplit son office46.

  • 47 Les exemples sont très nombreux. On a signalé plus haut Guy, fils d'Itier de Bully.
  • 48 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d'Ainay, (...)

27Deuxième impératif pour une bonne gestion : éviter les spoliations ouvertes ou déguisées. C’est dans ce sens que le contrôle des familles chevaleresques de la région était indispensable. Certes, elles faisaient des donations foncières in articulo mortis aux moines et leur confiaient leurs garçons pour en faire des moines47 ; elles n’en étaient pas moins promptes à empiéter sur les biens et droits que l’abbaye disait détenir. On a vu en commençant qu’il y avait là une des raisons de la rédaction du cartulaire au XIIe siècle. Les moines ont utilisé pour atteindre leur objectif plusieurs moyens, au demeurant très classiques. Ils ont eu recours aussi bien à la prévention qu’à la répression, pourrait-on dire. En effet, pour prévenir toute attitude ou action hostile à leur égard, ils ont cherché de façon constante à attirer dans leur dépendance, pour mieux l’encadrer, cette petite et moyenne aristocratie caractéristique de la région, au premier rang de laquelle il faut citer les Oingt, les Bully, les Chal (à Donzy près de Feurs), les Lay (cf. supra), puis les Varennes (cf. supra), les Talaru (possessionnés à Saint-Forgeux-lès-Tarare et autour de L’Arbresle), etc. Pour y parvenir, l’abbaye de Savigny a tenté de développer en sa faveur le processus de féodalisation par divers procédés : concessions d’offices (de châtelains notamment) assortis de l’hommage féodal, reprise en fief des biens tenus jusque-là en alleu (c’est-à-dire libres de toute dépendance), ce dernier procédé se développant, comme ailleurs, assez tardivement (XIIIe siècle, cf. infra). Un exemple du début du XIIe siècle synthétise à lui tout seul ces divers procédés : les moines remettent alors à Briant de la famille de l’ancien abbé Gausmar, le château de Chamousset ; en échange celui-ci donne à l’abbaye sa part de Chamousset reprise en fief plus tard contre deux cent cinquante sous48. Cette féodalisation restait en tout cas partielle au milieu du XIIe siècle, la plupart de ceux qui étaient vassaux de Savigny conservant encore des alleux. Quoi qu’il en soit, une forme de symbiose entre l’abbaye et les familles chevaleresques de la région s’installa peu à peu : elles lui fournissent non seulement des officiers, des moines, mais aussi des abbés, par exemple Itier II de Talaru (1085-1107) ou Ponce de Lay (1111-1138) déjà cité à plusieurs reprises.

  • 49 Ibid., no 906, p. 482-484.

28Mais quand la spoliation était effective, l’abbé mettait tout en œuvre pour la dénoncer et faire rendre raison à l’usurpateur. Les cas d’Aymon de Lay et d’Étienne de Varennes longuement analysés tout à l’heure sont très significatifs à cet égard. Un autre exemple, parmi bien d’autres, de cette volonté de contrecarrer toute forme d’usurpation de droits nous est offert par les démêlés du prieur de Randans (important prieuré de Savigny tout près de Feurs) appuyé ici par l’abbé Ponce, et la puissante famille des Chal de Donzy, à laquelle il a été fait allusion tout à l’heure, et qui, sur plusieurs générations, a à son actif de très nombreuses usurpations au détriment de Savigny. Dans le cas présent, les deux frères, Artaud et Guillaume Chal, outrepassant les pouvoirs que leur donnait le droit de garde qu’ils avaient au village de Randans et que l’abbaye leur reconnaissait, avaient usurpé la justice et multiplié les exactions indues qu’ils faisaient peser sur les habitants. Le témoignage produit rappela quelle était la situation ancienne, au temps de leurs ancêtres, et précisa les droits respectifs du prieur de Randans et des Chal49. Ce document, qui nous donne aussi de précieux renseignements sur la procédure utilisée, montre bien la ferme volonté de Savigny de ne pas voir ses droits bafoués par tel ou tel, quelle que soit sa puissance.

Abbaye de Savigny
Chapiteau d’angle : le roi Salomon (2e moitié du XIIe siècle)
Inscription sur l'abaque : REX SALOMON
Proviendrait peut-être du portail de l’église abbatiale.
H. : 59 cm ; I. : 46 cm
Musée de Savigny, inv. SM 4

29On peut dès lors considérer que, vers le milieu du XIIe siècle, la position de Savigny en Lyonnais est solide. À la tête d’une seigneurie bien organisée, elle est parvenue à maintenir son indépendance face aux trois autres principautés de la région. Les choses vont changer assez rapidement à partir de ce moment.

Un déclin contrasté (fin XIIe-début XIVe siècle)

30Ce changement revêt plusieurs aspects : changement politique induit en grande partie par la crispation des rivalités régionales et l’intervention en Lyonnais de forces extérieures (le roi de France notamment), le tout entraînant à terme pour Savigny la perte de sa position privilégiée dans le jeu d’équilibre qui avait prévalu jusque-là ; changement économique qui ne semble pas cependant affecter tout de suite l’abbaye, contrairement à ce qui se passe dans bien des établissements analogues à ce moment ; changement moral et spirituel conforme à celui que l’on observe alors dans bien d’autres abbayes du même type. Autant de difficultés qui entraînèrent pour Savigny, une amorce de déclin, mais de déclin contrasté.

Une nouvelle donne politique défavorable à Savigny

  • 50 Sur ce conflit et sa conclusion, cf. infra, « Lyon du XIe au XIIIe siècle : des transformations ta (...)

31Trois bouleversements politiques majeurs se produisent dans la région entre 1157 et 1222. C’est d’abord la reprise de la lutte armée entre l’Église de Lyon et le comte de Forez, après que l’empereur Frédéric Barberousse ait accordé en 1157 à l’Église de Lyon la fameuse Bulle d’Or, par laquelle il reconnaissait à l’archevêque les pouvoirs régaliens dans la ville et dans la partie du diocèse à l’est de la Saône. Cela n’était en fin de compte que la constatation d'un état de fait existant depuis la fin du XIe siècle au moins. Mais c’était inadmissible pour le comte de Forez, Guy II, au pouvoir désormais bien assuré, et qui ne voulait pas renoncer aux prétentions foréziennes traditionnelles sur Lyon. S’ensuivit une guerre très dure au cours de laquelle l’archevêque subit des lourdes défaites. Savigny, fidèle à sa politique d’équilibre, n’y prit pas part. Le conflit se termina en 1173 par un traité d’échange par lequel le comte de Forez cédait à l’Église de Lyon ses droits sur la ville et le Lyonnais, tandis que celle-ci lui abandonnait tout ce qu’elle tenait à l’ouest d’une ligne de partage au tracé fort compliqué50. Pour Savigny, la conséquence était évidente : elle se trouvait bien plus que par le passé en contact avec les possessions d’une Église de Lyon à la domination mieux assurée désormais à l’ouest de Lyon.

  • 51 Le chapitre de Lyon avait élu en 1163 à la mort de l’archevêque Heraclius, un des siens, Dreux de (...)

32Le Lyonnais connaît par ailleurs une autre transformation majeure, dont les moines de Savigny n’ont sans doute pas mesuré tout de suite l’importance. Il s’agit de l’ingérence de puissances extérieures à la région proprement dite, dont l’origine est double. C’est d’abord la conséquence du conflit dont on vient de parler, qui, par-delà son enjeu strictement local, s’inscrit en fait dans la grande querelle qui oppose alors l’empereur Frédéric Barberousse au pape Alexandre III. En effet, si le comte de Forez avait pris le parti du pape, l’archevêque de Lyon, Heraclius de Montboissier (1153-1163) s’était rangé aux côtés de l’empereur. Ce qui provoqua une intervention du pape dans la désignation du successeur de l’archevêque51. D’autre part on constate, dès 1167, l’intérêt tout à fait nouveau que les rois de France manifestent pour les régions de leur royaume limitrophes du Lyonnais : Louis VII conduit deux expéditions en Mâconnais et en Auvergne (1166 et 1171) ; Guy II de Forez prête hommage au roi de France en 1167, puis Humbert III de Beaujeu en 1172/1173 ; depuis 1167 encore, l’Église de Lyon, qui n’a pas à reconnaître la suzeraineté du roi de France, Lyon étant dans l’Empire, entretient néanmoins de bons rapports avec lui. Savigny se retrouve donc face à trois puissances locales s’appuyant désormais sur une autorité extérieure en pleine ascension, mais qui reste néanmoins encore un peu lointaine. 11 n’empêche que le jeu traditionnel à quatre a vu ses règles sérieusement modifiées.

  • 52 Sur tous ces événements, cf. les histoires du Lyonnais citées supra, n. 2.

33Le troisième et dernier changement politique capital en cette fin XIIe début XIIIe siècle, ce sont les rapprochements qui se produisent entre trois des quatre puissances de la région. Entre l’Église de Lyon et le Forez d’abord. En effet, en 1193, les chanoines de Lyon choisissent comme archevêque un des fils du comte Guy II, Renaud de Forez, mettant ainsi un terme à deux siècles de rivalités. Ce rapprochement s’approfondit encore lorsque, en 1202, l’archevêque de Lyon prend en mains l’administration du comté de Forez au nom de son neveu, alors en bas-âge, dont le père, Guy III, est parti en Orient où il mourut l’année suivante. L’archevêque exerça donc la tutelle du jeune Guy IV durant une bonne douzaine d’années. C’est l’Église de Lyon qui devient alors pour Savigny le danger le plus menaçant. D’autre part, quelques années plus tard, en 1222, un accord intervient entre le comte de Forez et le sire de Beaujeu, mettant là aussi fin à leurs affrontements, et orientant l’expansion beaujolaise vers l’est, au-delà de la Saône52.

  • 53 Peut-être en tant que détenteur du droit de garde, dont il n’était pas question dans l’acte de 120 (...)
  • 54 Dans son testament en 1226, Renaud de Forez prévoit des legs importants pour réparer les dégâts co (...)
  • 55 Sur cette affaire, cf. B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques d (...)

34Face à cette nouvelle donne, qui renforçait singulièrement la puissance lyonnaise, les abbés de Savigny ont tenté de réagir. Ils l’ont fait avec beaucoup de maladresse. Pour contrer la puissance qu’il jugeait menaçante de l’Église lyonnaise, l’abbé Richard (1195-1204) protesta vigoureusement quand, en 1202, le roi de France Philippe Auguste, soucieux de se concilier le puissant archevêque Renaud de Forez, confirma à l’Église de Lyon la souveraineté (dominium) comportant la régale sur Savigny, ce qui avait pourtant déjà été accepté par les moines en 1167 et 1180. Mais à ces moments-là, l’exercice concret de ce pouvoir par l’Église de Lyon ne paraissait guère préoccupant. Il en allait autrement maintenant. L’abbé de Savigny se résolut à régler la question par la force. On ne connaît pas très bien le détail de l’affaire. On sait toutefois qu’il fit appel au sire de Beaujeu Guichard IV, seul allié possible désormais, et qu’il lui confia la mise en défense du crêt de Popey53 ; on sait aussi que Savigny reçut l’aide de quelques familles importantes, comme celle des Oingt. Mais rien n’y fit. L’archevêque, en vrai chef de guerre, conduisit une offensive assez foudroyante contre les positions essentielles de l’abbaye : il s’empara du bourg fortifié de L’Arbresle, de Sain-Bel et de Montrottier, qui furent dévastés, et Savigny fut partiellement incendiée54. L’échec était total pour les moines, qui avaient recouru pour la première fois de leur histoire à la force pour défendre leur indépendance. L’abbé Richard se démit de ses fonctions (1204), et l’abbaye dut reconnaître le dominium de l’Église de Lyon55.

35Il est évident que cette défaite aurait dû entraîner une soumission étroite de Savigny à son vainqueur. Ce ne fut pas tout à fait le cas, car l’Église de Lyon connut dans la deuxième moitié du XIIIe siècle de graves difficultés internes (opposition du chapitre et de l’archevêque), des conflits avec les habitants de la ville et les premières difficultés avec les rois de France désireux de prendre pied à Lyon. Savigny réussit à conserver de ce fait une certaine indépendance, mais dans un cadre politique transformé. Et de ce fait, à partir du début du XIVe siècle, c’est bien au roi et à son représentant, le sénéchal de Mâcon, que les moines eurent à faire.

Le maintien d’une certaine prospérité ?

36On estime d’habitude que la plupart des abbayes anciennes commencèrent à éprouver de sérieuses difficultés économiques au XIIIe siècle. Le cas de Savigny pourrait peut-être permettre de nuancer cette vision des choses, encore que l’impossibilité devant laquelle on se trouve, faute de document comptable, de connaître précisément les recettes comme les dépenses du monastère dans leur ensemble, interdise toute évaluation chiffrée. On est donc condamné à s’en tenir à quelques indices qui sembleraient montrer que Savigny ne connaît pas encore de trop graves difficultés matérielles. Certes, là comme ailleurs, les donations foncières deviennent fort rares, les familles de la petite aristocratie n’ayant plus guère la possibilité d’amputer un patrimoine fort rétréci, et les nouvelles formes de piété orientent davantage la générosité des donateurs vers les nouveaux ordres religieux mendiants, franciscains et dominicains notamment. Pour autant, on continue à léguer, mais de l’argent plutôt, par testament. Malgré cela des signes d’absence de gêne sont perceptibles à Savigny. Quels sont-ils ? Comment peut-on les expliquer ?

  • 56 Par exemple, en 1251, Dalmace de Saint-Symphorien engage pour 200 livres viennois au prieur de Mon (...)
  • 57 En 1262, Étienne d’Oingt vend à Girinus, chamarier de Savigny, tout ce qu’il tient en fief de Savi (...)
  • 58 Les exemples sont très nombreux. Contentons-nous de citer les deux frères Geoffroy et Josserand de (...)

37Trois exemples peuvent mettre en évidence la persistance apparente d’une certaine aisance. Le premier se lit à travers les rapports que l’abbaye entretient avec la petite, voire la moyenne, aristocratie des environs. À court d’argent, dans une économie qui devient davantage monétaire, et ne disposant plus d’un patrimoine foncier suffisant - au surplus souvent fort mal administré - pour faire face à des dépenses qui augmentent, ses membres se tournent en effet vers les moines, soit pour obtenir d’eux un prêt, qui sera gagé sur ce qu’il leur reste de patrimoine56, soit pour leur vendre des parties de leurs biens ou de leurs droits - comme par exemple Étienne d’Oingt qui céda pour 200 livres à Savigny en 1261-1262 tout ce qu’il tenait en fief de l’abbaye à L’Arbresle et à Sain-Bel57 - soit pour reprendre en fief de l’abbaye des alleux qu’ils détenaient contre le versement d’une somme d’argent58. Comme on l’a vu, cette dernière solution contribua grandement au XIIIe siècle à conforter le réseau des liens de dépendance autour de l’abbaye. Mais dans tous les cas, cela supposait la possibilité pour Savigny de disposer de sommes d’argent en quantité suffisante.

  • 59 A. BERNARD éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d'Ainay, (...)

38Deuxième signe d’une possible prospérité de l'abbaye au XIIIe siècle : sa capacité à fournir à l’archevêque de Lyon des troupes. Cela se produisit à deux reprises : lors du IIe concile œcuménique de Lyon en 1274, qui vit un afflux considérable de participants, non seulement Savigny logea un certain nombre de Pères conciliaires, mais surtout elle fournit à l’archevêque les troupes nécessaires à la garde du concile. De même, il arriva aux moines de fournir des contingents au même archevêque pour l’aider dans sa lutte contre son propre chapitre cathédral et ses autres adversaires. Cette aide, coûteuse économiquement, avait une contrepartie politiquement avantageuse pour les moines : elle leur permettait de manifester leur indépendance vis-à-vis de l’archevêque. Ainsi, en 1274 (à l’occasion du concile), puis en 1277 (pour lutter contre le sire de Villars), l’archevêque Aymar reconnaît que Savigny a apporté son aide de façon gracieuse, et non en vertu d’un devoir féodal59, ce qui permettait de vider un peu de son contenu la souveraineté sur l’abbaye reconnue et confirmée à l’Église de Lyon au début du siècle.

  • 60 D. Cateland-Devos, « L’abbaye de Savigny : plan et architecture des édifices », art. cit., p. 143- (...)

39Quant à la troisième manifestation de cette aisance économique, il faut la voir dans les travaux de reconstruction et d’embellissement de la grande église abbatiale. On sait que, commencés probablement au début du XIIe siècle, ils furent interrompus par la guerre avec Renaud de Forez au début du XIIIe siècle, et qu’ils reprirent sous l’abbé Étienne de Varennes (1275-1317), qui fit couvrir la nef, poser un dallage et élever un jubé60. Or tout cela se fait à un moment où les premières manifestations de crise économique sont signalées un peu partout en Occident.

40Si on se pose maintenant la question de savoir d’où provient cette santé économique relativement bonne, la réponse est à chercher d’abord et sans nul doute du côté du maintien de la bonne gestion des biens et des droits. On voit apparaître alors une sorte d’administration centrale, dont le siège n’est pas à l’abbaye proprement dite. En effet, l’abbé réside désormais de façon à peu près continue à Sain-Bel, et le vrai centre administratif est à L’Arbresle. On trouve là le bailli qui était en quelque sorte à la tête de l’administration. C’était un laïc, vassal de Savigny. Autour de lui, trois officiers importants : le procureur fiscal, chargé de la perception des diverses redevances dues à l’abbaye et du contentieux qui y était attaché ; puis le juge ordinaire qui jugeait en première instance les dépendants des moines ; enfin, le juge d’appel jugeant en deuxième instance ces mêmes dépendants, ainsi que ceux qui avaient été déjà jugés par les vassaux de l’abbaye. Cette séparation des fonctions administratives et des fonctions religieuses fut très probablement bénéfique au bon fonctionnement des premières. Pour ce qui est de la gestion locale de la seigneurie de Savigny rapidement évoquée tout à l’heure, les structures mises en place auparavant continuent à fonctionner de façon efficace à partir du réseau des châteaux et des prieurés.

41Mais la bonne gestion ne suffit pas, encore faut-il, en ces temps d’économie davantage monétaire, pouvoir compter sur des revenus autres que ceux de la terre. Et là, il est certain que Savigny profite pleinement, en période d’accroissement de la circulation des marchandises, de sa situation géographique entre le couloir Rhône-Saône et la vallée de la Loire.

Le relâchement moral

  • 61 Sur cette affaire, cf. G. Guigue, « Une lettre du cardinal Hugues de Saint-Cher (4 juin 1248) », B (...)

42Ce n’est pas ici le lieu de s’y arrêter longuement. Contentons-nous de quelques remarques. D’abord, s’il n’est pas très étonnant, s’agissant de ce type d’abbaye, de rencontrer, à partir du XIIIe siècle, des témoignages attestant un déclin spirituel et une certaine dépravation morale, il faut cependant se garder de généraliser trop vite, l’arbre ne devant pas cacher la forêt. Ainsi, les désordres qui se produisirent dans l’abbaye entre 1235 et 1248 ne doivent pas être considérés comme représentatifs de l’ensemble de la période. Rappelons brièvement les faits. Sous l’abbé Zacharie (1234-1244), on signale un relâchement manifeste dans la vie des moines. Ceux-ci sortaient toutes les nuits de l’abbaye, qui comptait alors sept portes, pour se livrer à divers excès de boissons et autres, si bien qu’on en retrouvait au petit matin complètement ivres à Savigny même, voire à Sain-Bel. Le pape Grégoire IX, informé, ordonna à l’archevêque de Lyon d’y mettre bon ordre. Ce fut un échec, malgré l’excommunication portée contre l’abbaye. De son côté, l’abbé Zacharie, convoqué à Rome pour répondre de diverses malversations, fut en fin de compte déposé. Les abus ne cessant pas, l’affaire fut reprise en mains par le pape Innocent IV, installé à Lyon entre 1244 et 1251. Il délégua à Savigny le cardinal Hugues de Saint-Cher, qui édicta une série de mesures qui furent efficaces (réduction du nombre des portes, gradation dans les sanctions encourues, du jeûne à l’excommunication en passant par la coulpe et l’envoi dans un autre monastère)61. Mais ces péripéties ne doivent pas faire oublier que, mis à part Zacharie dont il vient d’être question, les abbés de Savigny du XIIIe siècle, sans être des saints ou de très grands personnages, ont été, semble-t-il, d’assez bonne qualité : ainsi, fin XIIIe-début XIVe siècle, Etienne de Varennes, déjà mentionné à propos des travaux de l’église abbatiale. Mais il est certain que leur absence à l’abbaye même, puisque, comme on l’a dit, ils résident désormais à Sain-Bel, a certainement été préjudiciable au bon fonctionnement spirituel de leur monastère.

43Il est grand temps de conclure. L’histoire de l’abbaye de Savigny dans le cadre du Lyonnais est tout à fait exemplaire. Né probablement dans un temps de profonde rénovation spirituelle, culturelle et religieuse, l’époque carolingienne, cet établissement a su profiter d’un contexte régional particulier pour acquérir peu à peu une certaine indépendance aussi bien spirituelle que temporelle qu’il a pu conforter lors des transformations politiques et sociales liées à la mise en place de la société dite féodale au tournant des Xe-XIe siècles. Construisant, grâce aux donations de l’aristocratie locale, une seigneurie solide et assez compacte, l’abbaye de Savigny a pris place parmi les puissances seigneuriales majeures qui se partageaient le Lyonnais, qui étaient alors l’Église de Lyon, le comté de Forez et la seigneurie de Beaujeu. Elle a réussi à mener pendant près de deux siècles face à elles une politique d’équilibre, rejetant, jusqu’au début du XIIIe siècle, toute confrontation directe avec telle ou telle d’entre elles. Elle n’apparaît pas alors, et c’est sans doute la clé du succès de sa politique, comme désireuse d’expansion à tout prix : elle se soucie davantage de préserver et de consolider ses acquis. Mais ce « système » se dérègle à la fin du XIIe siècle ; la position dominante acquise par l’Église de Lyon dans le Lyonnais et l’intervention de puissances extérieures à la région et désireuses de s’y implanter - au premier rang desquelles le roi de France - viennent bouleverser la donne politique. Les moines ne surent pas toujours s’y adapter, même si, parfois, ils réussirent à profiter des difficultés des autres, notamment de l’Église de Lyon. Néanmoins, s’ils perdent le rôle politique qu’ils avaient pu jouer en Lyonnais auparavant, ils parviennent, semble-t-il, à maintenir jusqu’au début du XIVe siècle une certaine prospérité économique pour leur abbaye, fondée sur une gestion rigoureuse de ses biens et de ses droits. Mais, décidément, le temps des principautés monastiques était révolu en Lyonnais.

Abbaye de Savigny
Fragment de plaque de chancel à entrelacs.
Seconde moitié du IXe ou début du Xe siècle
Musée Gadagne
Inv. 91.8.36.

Notes

1 Savigny, départ. Rhône, arr. Lyon, cant. L'Arbresle.

2 Selon le pouillé de ce diocèse du début du XIIIe siècle, un peu plus de soixante-dix églises paroissiales, toutes situées dans la partie occidentale du diocèse (à l’ouest du couloir Rhône-Saône), et plus particulièrement nombreuses dans les archiprêtrés de L’Arbresle (17) et de Sain-Bel (16), puis de Néronde (11), du Forez (10), d’Anse (8) et du Jarez (4), relèvent directement ou indirectement (par l’intermédiaire d’un prieuré) du patronage de l’abbaye, qui compte par ailleurs, toujours dans cette partie du diocèse, une petite quinzaine de prieurés et trois établissements de moniales.

3 L’histoire du Lyonnais dans son ensemble a fait l’objet de très nombreuses études. Pour ne citer que les plus importantes (et les plus récentes) : A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, t. I, Des origines à 1595, Lyon, 1939 ; A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, 1975 ; G. Garrier (dir.), Le Rhône et Lyon de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, 1987 ; A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lvon, t. I, Antiquité et Moyen Âge, Le Coteau, 1990. Signalons aussi quelques travaux ne portant que sur une partie du Moyen Âge lyonnais : H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, Cologne, 1968 ; H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im Hohenmittelalter, Francfort, 1971 ; B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, Rome, 1994.

4 Ce fonds important, désormais parfaitement classé, et bénéficiant d’un catalogue imprimé, concerne avant tout l’administration du temporel (biens et droits attachés aux divers offices claustraux ; biens et droits relevant de l’abbaye) et les rapports avec les prieurés entre le XIVe et le XVIIIe siècle principalement. Les documents antérieurs au XIIIe siècle ont pour la plupart été édités, soit dans le Cartulaire de l’abbaye (cf. infra), soit dans d’autres cartulaires de la région (notamment le Cartulaire Lyonnais, éd. M.-C. Guigue, Lyon, 1885, 2 vol., qui en donne quarante-cinq). Signalons aussi que ce fonds comporte un document narratif important : le récit de la fondation et de l’histoire de l’abbaye de Savigny, écrit à la fin du XVe siècle (entre 1490 et 1506) par le grand prieur Benoît Maillard.

5 Copies à la Bibliothèque Municipale de Lyon : copie du XVIe siècle : ms 3313, fonds Coste no 392 ; copie du XVIIe-XVIIIe siècle : fonds ancien 1491 (1471) ; à la Bibliothèque Nationale de France, ms Lat. 10 035 ; à la Bibliothèque de la Faculté de Médecine de Montpellier, H 097 (vol. 02, 20, 23

6 Comte de Neufbourg, Le Cartulaire de l'Aumônerie de Savigny, en marge du t. 18 des Chartes du Forez, Lyon, 1965 : édition à partir d’une copie effectuée en 1872 de l’original qui aurait été alors conservé aux A.D. du Rhône et qui a aujourd’hui disparu.

7 Signalons à ce sujet que quelques chartes contenues dans le cartulaire se retrouvent en original dans le fonds d’archives de l’abbaye aux A.D. du Rhône.

8 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, Paris, 1853, 2 vol. Le cartulaire de Savigny, précédé d’une longue introduction historique, occupe la totalité du t. I ; le t. II, outre un cartulaire de l’abbaye d’Ainay de Lyon, donne plusieurs pouillés du diocèse de Lyon et un dictionnaire des subdivisions géographiques du Lyonnais (à utiliser avec prudence) aux Xe et XIe siècles. On sait par ailleurs qu’A. Bernard fut, avec A. Bruel, l’éditeur du Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (802-1300), 6 vol., Paris, 1876-1903 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France, lère série : Histoire politique).

9 E. Perroy, « Notes sur la chronologie des chartes de Savigny », Bulletin de la Diana, XXVIII, 1943, p. 203-211.

10 Cf. les travaux de D. Cateland-Devos, « Sculptures de l’abbaye de Savigny-en-Lyonnais du haut Moyen Âge au XVe siècle », Bulletin archéologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, fasc. 7, 1971, p. 151-205 ; Id., « L’abbaye de Savigny : plan et architecture des édifices », Mélanges J. Tricon, Lyon, 1972, p. 139-157 ; Id., « Sculptures de l’abbaye Saint-Martin de Savigny hors de France », L'Arbresle et sa région. Actes des 13èmes Journées d’études de l'Union des Sociétés Historiques du Rhône, Lyon, 1996. Cf. aussi l’étude et le catalogue des sculptures réalisés par A. Roquet-Hoffet dans la publication éditée par le Musée Historique de Lyon (Hôtel Gadagne), Mémoire d’une abbaye disparue. Saint-Martin de Savigny, Lyon, 1997, p. 27-115.

11 En particulier dans les ouvrages de H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 193-199 et de H. Bitsch, Das Erzstift Lyon zwischen Frankreich und dem Reich im Hohenmittelalter, op. cit., p. 111-148 (très bon chapitre sur la « Politique territoriale de l’abbaye de Savigny », et très utile carte hors-texte des possessions de Savigny au XIIe siècle).

12 P.-R. Gaussin a d’abord consacré son D.E.S. à L’Abbaye de Savigny, seigneur féodal, Lyon, 1945, travail repris et prolongé ensuite dans deux publications : « L’influence des abbayes bénédictines du diocèse de Lyon au Moyen Âge, I, Les dépendances de l’abbaye de Saint-Martin de Savigny », Albums du crocodile, Lyon, 1955 ; « De la seigneurie rurale à la baronnie : l’abbaye de Savigny en Lyonnais », Le Moyen Âge, LXI, 1955, p. 139-176.

13 La dernière édition de cet important document est donnée dans Corpus consueludinum monasticarum, t. I, Siegburg, 1963, p. 496.

14 À la fin du XVe siècle, le grand prieur Benoît Maillard, sans produire de document précis, écrit dans sa chronique que l’abbaye de Savigny a été fondée au temps de Charlemagne, on ne sait par qui. Il ajoute que généralement c’est l’empereur lui-même qui est tenu pour le fondateur.

15 Selon A. Bernard, deux chartes du cartulaire se situeraient dans cette période : en 825 (charte no 16) et en 832 (charte no 18) : mais ces datations n’ont rien d’assuré, loin de là.

16 Ce n’est qu’en 976 que le roi de Bourgogne Conrad accorde l’immunité à Savigny. Son diplôme ne comporte aucune référence à un privilège antérieur, comme c’est la règle en pareil cas. Cf. infra.

17 Le diplôme impérial pour Savigny - dont on n’a pas l’original - a été publié de nombreuses fois depuis le XVIe siècle. Il figure en dernière position dans la vingtaine de documents ajoutés au cartulaire proprement dit dans l’édition de A. Bernard (t. I, p. 545-547). Longtemps considéré comme faux, il a été authentifié de façon tout à fait convaincante par son dernier (et meilleur) éditeur, Th. Schieffer, Diplom. Karol., III, Munich, 1966, p. 282-283.

18 Diplôme de Louis le Bègue (878) dans G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyon d’après la bulle du pape Sergius III et les diplômes carolingiens », Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1925, p. 33-35 ; diplôme de Charles le Gros (885), M.G.H., Diplom. reg. Germ, ex stirpe Karol., II/l, Munich, 1936, p. 195-197 ; diplômes de Louis l’Aveugle (892 ; 895-901) dans R. Poupardin, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), Paris, 1920, p. 52-54 ; 72-74. Aucun de ces documents ne nous est parvenu en original.

19 La plus ancienne copie (XIVe siècle) de cette bulle dont l’original n’existe plus a été publiée par G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyon d’après la bulle du pape Sergius III et les diplômes carolingiens », art. cit., p. 37-38.

20 Selon H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 165-166, de 901 à 924, le titre comtal de Lyon est aux mains des ducs d’Aquitaine ; il passe ensuite, jusque dans les années 960 dans celles des ducs de Bourgogne. E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles », Le Moyen Âge, LVIII, 1952, p. 221-252, donne une liste très légèrement différente.

21 C’est dans ce privilège que Burchard indique que Badin a été nommé par son prédécesseur l’archevêque Guy : cf. A. Bernard éd., Cartulaire de l'abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, op. cit., t. I, no 38, p. 35-36 ; désignation de Gausmar ibid., no 126, p. 87.

22 Mention de cette destruction dans le privilège de Burchard Ier cité à la note précédente.

23 A. Bernard éd., Cartulaire de l'abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l'abbaye d’Ainay, op. cit., t. I, no 428, p. 231-232.

24 Ibid., no 127, p. 88-90.

25 Les grandes lignes de cette histoire sont retracées par R. Fédou, dans A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, op. cit., p. 70-76.

26 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 139-145.

27 Sur l’histoire du Beaujolais cf. M. Méras, Le Beaujolais au Moyen Age, Villefranche, 1956, rééd. 1979.

28 D. Riche, L'Ordre de Cluny à la fin du Moyen Age, « Le Vieux Pays Clunisien », XIIe-XVe siècle, Saint-Étienne, 2000, p. 111-112, souligne la très inégale répartition des implantations clunisiennes dans le diocèse de Lyon au XIe siècle : nombreuses dans le nord-est en liaison avec les deux importants monastères de Nantua et Gigny, elles sont en revanche beaucoup plus rares dans le sud et l’ouest, là où les abbayes anciennes de l’Ile-Barbe, Ainay et Savigny, ainsi que l’Église de Lyon sont très solidement installées.

29 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, op. cit., t. I, no 581, p. 285-288.

30 Ibid., no 632, p. 308-309.

31 On ne perçoit pas en effet clairement les raisons pour lesquelles les Clunisiens s’abstiennent d’intervenir alors. Y a-t-il un lien avec le refus d’Odilon d’accepter l’archevêché de Lyon pour dénouer la crise politico-religieuse consécutive à la mort de l’archevêque Burchard II en 1033 et à celle de son demi-frère le roi de Bourgogne Rodolphe III ?

32 L’expression est de R. Fédou, dans A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, op. cit., p. 74.

33 Le texte de cet accord ne nous est pas parvenu. On sait simplement par une mention d'une charte du cartulaire de Savigny que l’archevêque Humbert II et le comte Artaud ont tenu un plaid ensemble à cette date à Tassin : cf. infra, « Lyon du XIe au XIIIe siècle : des transformations tardives », p. 359-422.

34 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l'abbaye d'Ainay, op. cit., t. I, no 802, p. 419-420.

35 Ibid., t. I, no 900, 903, 904, 905, p. 475, 478-482.

36 La sentence portée à la cour de l’archevêque dont il va être question indique que la mère de la femme d’Étienne de Varennes avait d’abord épousé un certain Hugues, puis qu’elle avait été séparée de lui, parce qu’elle avait commis un adultère avec un parent de celui-ci, ce qui ne l’avait pas empêchée d’épouser Itier de Bully, alors que Hugues était encore en vie. Cela rendait ce second mariage nul et privait les enfants qui en étaient issus (en l’occurrence la femme d’Étienne de Varennes) de tout droit à la succession paternelle.

37 Il s’agit de Ponce de Lay, petit-fils d’Aymon de Lay dont il vient d’être question. C’est lui qui fit rédiger le cartulaire.

38 La présence du sire de Beaujeu, en l’occurrence Guichard III, est mentionnée dans la bulle de Pascal II (charte 900 du cartulaire).

39 Cf. P.-R. Gaussin, « De la seigneurie rurale à la baronnie : l’abbaye de Savigny en Lyonnais », art. cit., p. 150-152.

40 Ibid., p. 152-156.

41 Pinay, Saint-Marcel-de-Félines, Longessaigne, Essertines, Roziers, Affoux, HauteRivoire, Panissières, Saint-Clément-des-Places, Violay, Villechenève, Saint-Julien-surBibost, Saint-Martin de Periculis, A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d'Ainay, op. cit., t. I, no 430, p. 233.

42 Amanzy, Chessy, Le Breuil, Sarcey, Saint-Germain-sur-L’Arbresle.

43 C’est probablement le cas de Courzieu, L’Arbresle, Montrottier, Sain-Bel, Tarare.

44 Pour s’en tenir au Lyonnais et au Forez : Amas, Denicé (tous deux, Rhône, cant, de Villefranche-sur-Saône), Marcilly-le-Châtel (Loire, cant, de Boën), Marcy-sur-Anse (Rhône, cant. d’Anse), Mornant (Rhône, chef-lieu de cant.), Noailly (Loire, cant, de Saint-Haon-le-Châtel), Randans (Loire, commune de Feurs), Saint-Didier-au-Mont-d’Or (Rhône, cant. de Limonest), Salt-en-Donzy (Loire, cant. de Feurs), Savigneux (Loire, cant. Montbrison), Ternand (Rhône, cant. Le Bois-d’Oingt), tous les onze dans le diocèse de Lyon ; Saint-Nizier-d’Azergues (Rhône, cant. de Lamure) dans le diocèse de Mâcon.

45 Ainsi à Mornant, où les moines de Savigny se sont installés avant 978 : le prieur appelé d’abord obédiencier, outre les redevances foncières qu’il perçoit sur les terres données aux moines, lève à Mornant les droits de marché donnés aux moines en 984 (A. Bernard éd., Cartulaire de l'abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, op. cit., t. I, no 335, p. 201), y détient la justice et exerce le patronage sur cinq églises paroissiales voisines : Saint-Maurice-sur-Dargoire, Chassagny, Comas, Duerne et Saint-Nazaire (cette dernière église ayant cessé d’être paroissiale au XIIIe siècle, comme l’indique le pouillé mentionné supra, n. 2).

46 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, op. cit., t. I, no 805, p. 421-422.

47 Les exemples sont très nombreux. On a signalé plus haut Guy, fils d'Itier de Bully.

48 A. Bernard éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d'Ainay, op. cit., t. I, no 936, p. 503.

49 Ibid., no 906, p. 482-484.

50 Sur ce conflit et sa conclusion, cf. infra, « Lyon du XIe au XIIIe siècle : des transformations tardives », p. 359-422.

51 Le chapitre de Lyon avait élu en 1163 à la mort de l’archevêque Heraclius, un des siens, Dreux de Beauvoir. Alexandre III refusa ce choix d’un partisan de Frédéric Barberousse et lui substitua en 1165 Guichard, alors abbé de Pontigny. Cf. infra, « Au temps où Valdès n’était pas hérétique : hypothèses sur le rôle de Valdès à Lyon (1170-1183) », Inventer l’hérésie ? Discours polémiques et pouvoirs avant l'Inquisition, M. Zerner (dir.), p. 193-218 (ici p. 455-478).

52 Sur tous ces événements, cf. les histoires du Lyonnais citées supra, n. 2.

53 Peut-être en tant que détenteur du droit de garde, dont il n’était pas question dans l’acte de 1202 ?

54 Dans son testament en 1226, Renaud de Forez prévoit des legs importants pour réparer les dégâts commis par sa faute durant cette guerre : 300 sous pour les habitants de Montrottier, 20 livres pour ceux de Savigny, 30 livres pour ceux de Montbloy et des villages alentour « qui ont perdu leur blé à cause de nous », A.D. Rhône, 10 G 1001 (7), éd. M.-C. Guigue, Obituarium Lugdunensis Ecclesiae, Lyon, 1867, p. 204.

55 Sur cette affaire, cf. B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l'Empire. Les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne du milieu du XIIe au milieu du XIVe siècle, op. cit., p. 272-275, qui rétablit la chronologie de ce conflit.

56 Par exemple, en 1251, Dalmace de Saint-Symphorien engage pour 200 livres viennois au prieur de Montrottier un curtil sis à Haute-Rivoire et des biens qu’il possédait à proximité de Montrottier ; la même année, Hugues de Mauvoisin fait de même pour 60 livres viennois auprès du même prieur pour un bien voisin de celui de Dalmace de Saint-Symphorien ; sept ans plus tard, ce même Hugues de Mauvoisin finit par vendre au prieur tout ce qu’il avait à Montrottier pour 200 livres viennois, A.D. Rhône, 1 H 419, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 473, p. 598-600 ; no 474, p. 600-601 ; t. II, no 543, p. 57-58. Décidément impécunieux, Hugues, en 1261, reprend en fief de Savigny, cette fois, pour 165 livres viennois, ce qu’il tenait à Chamousset, Longessaigne, Haute-Rivoire, etc., A.D. Rhône, 1 H 253, ibid., t. II, no 595, p. 137-138.

57 En 1262, Étienne d’Oingt vend à Girinus, chamarier de Savigny, tout ce qu’il tient en fief de Savigny à Sain-Bel pour 60 livres viennois, A.D. Rhône, 1 H 72, ibid., t. II, no 507, p. 139.

58 Les exemples sont très nombreux. Contentons-nous de citer les deux frères Geoffroy et Josserand de Chanzé qui reconnaissent en 1265 pour la somme de 50 livres viennois tenir en fief leur grange de Chanzé ; Guillaume de Bully, en 1280, pour tout ce qu’il possède à Bully (sauf le château), Sarcey, Les Olmes, et L’Arbresle, A.D. Rhône 1 H 252, ibid., t. II, no 635, p. 203-205 ; no 762, p. 434-435 ; Guigue et Aynard de Thorigny, en 1259, pour la somme de 27 livres viennois reprennent en fief tout ce qu’ils ont entre Longessaigne et Châtillon d'Azergues, A.D. Rhône, 1 H 253, ibid., t. II, no 558, p. 81-82, etc.

59 A. BERNARD éd., Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d'Ainay, op. cit., t. I, no 956 et 957, p. 535-536 ; A. D. Rhône, 1 H 11, éd. M.-C. GUIGUE, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. II, no 704, p. 331-332 ; 760, p. 432-433.

60 D. Cateland-Devos, « L’abbaye de Savigny : plan et architecture des édifices », art. cit., p. 143-144.

61 Sur cette affaire, cf. G. Guigue, « Une lettre du cardinal Hugues de Saint-Cher (4 juin 1248) », Bulletin philologique et historique (jusqu'à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1904, p. 46-63.

Notes de fin

* Texte remanié et développé d’une conférence donnée le 4 décembre 1999 à Savigny dans le cadre d’une manifestation organisée par l'Association des Amis du Musée de Savigny.

Table des illustrations

Légende Abbaye de SavignyChapiteau d’angle, lion et entrelacs (XIe siècle)H. : 33 cm ; I. : 24 cmMusée de Savigny, inv. SM 74
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Abbaye de SavignyChapiteau de colonne engagée :Tentation du Christ (1ère moitié du XIIe siècle) : la partie antérieure du corps du démon (quadrupède ailé au corps recouvert décailles), à droite, a été brisée. Proviendrait du carré du transept de l’église abbatiale.H. : 60 cm ; I. : 65 cmMusée de Savigny, inv. SM 3
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Abbaye de SavignyChapiteau : incrédulité de saint Thomas (2e moitié du XIIe siècle)H. : 60 cm ; I. 52 cmMusée Gadagne Inv. 43.310Inscription sur le bord du médaillon : OFFERO TE... PALPATE VIDETE SALUTEM V(EST)RI SALVATRIX
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Abbaye de SavignyChapiteau archaïsant à décor de fougère (fin XIIe-début XIIIe siècle).H. : 25 cm ; I. : 25 cmMusée Gadagne Inv. 91.8.13
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Chapiteau archaïsant à décor de feuilles stylisées (fin XIIe-début XIIIe siècle)H. : 25 cm, I. : 26 cmMusée Gadagne Inv. 91.89.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Abbaye de SavignyChapiteau d’angle : le roi Salomon (2e moitié du XIIe siècle)Inscription sur l'abaque : REX SALOMONProviendrait peut-être du portail de l’église abbatiale.H. : 59 cm ; I. : 46 cmMusée de Savigny, inv. SM 4
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Abbaye de SavignyFragment de plaque de chancel à entrelacs.Seconde moitié du IXe ou début du Xe siècleMusée GadagneInv. 91.8.36.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19209/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search