Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Deuxième partie. L'église de Lyon à l'époque carolingienne

L’histoire de l’Ile-barbe (ve-xe siècle)1

Texte intégral

  • 1 Article paru sous le même titre dans Mémoire de pierres. Abbaye de l'Ile-Barbe, Musée Historique de (...)
  • 1 Le premier historien de l’Ile-Barbe a été un de ses dignitaires au XVIIe siècle, C. Le Laboureur, L (...)

1L’abbaye de l'Ile-Barbe est très probablement le plus vieil établissement monastique de la région lyonnaise, et aussi un des plus anciens de toute la Gaule. Sa longue histoire peut se diviser en quatre grandes périodes : les siècles assez obscurs des origines (Ve-VIIIe siècle), la restauration des temps carolingiens (IXe-Xe siècles), le temps de la puissance (XIe-milieu XIIIe siècle) et enfin une longue décadence (fin XIIIe-fin XVIIIe siècle)1.

L’obscurité des premiers siècles (Ve-VIIIe siècle)

  • 2 Voir surtout A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450800), Paris, 192 (...)

2Faute de recherches archéologiques récentes et d’une documentation écrite suffisante et sûre, les premiers siècles de l’existence de l’abbaye demeurent mal connus2. Il faut par ailleurs faire la part entre le réel ou le vraisemblable et l’imaginaire, entre ce que quelques rares textes à peu près contemporains (des Vies de saints pour l’essentiel) nous apprennent sur l’abbaye, et ce que d’autres, rédigés souvent beaucoup plus tard, nous révèlent d’un légendaire ancré dans ce passé lointain. L’historien, aujourd’hui, prend en compte ces deux approches. Il ne considère plus la seconde, élaborée à l’Ile-Barbe à partir du XIe probablement, comme un simple tissu de légendes ou de racontars sans intérêt. Il s’en sert au contraire à la fois pour compléter sa connaissance des faits, l’imaginaire prenant presque toujours appui sur une réalité qu’il transforme et extrapole, et pour tenter de comprendre les représentations mentales qui avaient cours beaucoup plus tard au monastère.

Les faits

3La maigre documentation dont on dispose permet de mettre en évidence quatre faits.

— L’ancienneté de l’abbaye

  • 3 Grégoire de Tours, In gloria confessor um, XX, M.G.H., S.R.M., I, p. 761.
  • 4 P.L., 50, c. 1213.

4Elle ressort d’un passage de la vie de Maxime, disciple de saint Martin de Tours3. L’hagiographe, Grégoire de Tours, nous apprend que Maxime vint séjourner au monastère de l’Ile-Barbe. En quittant l’Ile, sa barque s’enfonça dans l’eau et il faillit se noyer. Mais miraculeusement l’Évangile, le calice et la patène qu’il portait attachés au cou ne furent aucunement mouillés. Maxime alla ensuite fonder un monastère à Chinon. Cette brève mention permet donc d’affirmer que le monastère existait en tout cas au début du Ve siècle (saint Martin est mort en 397), ce qui en fait bien un des plus anciens de Gaule, si on considère que Ligugé, fondé par saint Martin en 360, fut le premier. On a voulu préciser davantage (vers 440) la date du séjour de Maxime à l’Ile en se fondant sur une lettre d’Eucher au prêtre Philon4 dans laquelle l’évêque de Lyon dresse un vibrant éloge de Maxime qu’il qualifie d'abbé de l’Ile-Barbe, et dont il dit qu’il lui confie souvent d’importantes missions dans son diocèse. Mais cette lettre est apocryphe.

  • 5 Cf. J.-F. Reynaud, « Le monastère de l’Ile-Barbe et le bourg de Saint-Rambert », art. cit., p. 50.

5Il faut aussi ajouter que le monastère ne s’installa pas dans un lieu désert. Des vestiges gallo-romains et paléochrétiens ont été mis au jour au XIXe siècle, attestant une occupation ancienne du site et de ses environs5.

— La forme de vie monastique

  • 6 Loup figure le 25 septembre, Dom J. Dubois et G. Renaud, Édition pratique des martyrologes de Bède, (...)
  • 7 Vie de saint Lubin, M.G.H., A.A., IV/2, p. 74-75. Cette Vie, longtemps attribuée à Venance Fortunat (...)
  • 8 Vie de saint Loup, Acta Sanctorum, Septembre, t. VII, p. 75. Cf. A. Coville, Recherches sur l'histo (...)

6Elle s’inspire très vraisemblablement de deux modèles : celui des monastères martiniens (le séjour de Maxime qui vient d’être évoqué est un indice assez probant), puis celui de Lérins, qui juxtaposait cénobitisme et anachorétisme. Cette dernière caractéristique est assez bien illustrée par la carrière probable de Loup, évêque de Lyon vers 538, et qui est réputé avoir été enterré dans l’Ile. Si on en croit en effet les martyrologes élaborés à Lyon au IXe siècle6 Loup aurait d’abord été anachorète ; le futur évêque de Chartres, Lubin, de retour de Lérins, aurait passé cinq ans auprès de lui, et aurait défendu le monastère (dont le nom n’est pas précisé dans sa Vie) où il était installé contre les Francs qui cherchaient alors à s’emparer du royaume burgonde7. Ce n’est qu’un texte encore plus tardif, la Vie de saint Loup, qui situe le lieu de sa retraite : « près des murailles de Lyon, là où le cours de la Saône se divise en plusieurs bras »8, ce qui peut très bien correspondre à l'Ile-Barbe.

  • 9 Ce changement est mentionné dans la Notice de fondation de File-Barbe et dans les passages interpol (...)

7Un autre trait lérinien - la pluralité des églises et chapelles dans le même monastère - pourrait se déduire d’un éventuel changement de vocable de l’abbaye. En effet, si aucun texte antérieur au IXe siècle ne mentionne le saint patron de l’Ile-Barbe, d’autres, assez largement postérieurs, parlent d’une dédicace primitive à saint André et aux Apôtres, ce qui n’est pas du tout invraisemblable9 : un des plus anciens prieurés de l’Ile-Barbe était Saint-André d'Occiacum, devenu à la fin du XIIe siècle Saint-Rambert-sur-Loire, une chapelle Saint-André semble avoir existé très anciennement dans l’Ile, et enfin il ne faut pas oublier les dédicaces, anciennes, à saint André à Vienne (Saint-André-le-Haut et Saint-André-le-Bas). Puis, au début de l’époque carolingienne, le monastère serait passé sous l’invocation de saint Martin. Cela pourrait en fait s’expliquer par l’existence primitive de deux églises, la plus ancienne ayant été dédiée à saint André, et l’autre, plus récente, à saint Martin, suivant en cela un schéma assez lérinien. Puis, le monastère se développant et l’église Saint-André de par sa situation topographique à la pointe nord de Elle ne pouvant être agrandie, ce serait Saint-Martin - auquel on ajouta bien plus tard le vocable de Saint-Loup - qui serait devenu l’église principale du monastère.

8Ainsi placé au confluent des influences martiniennes et méridionales, l’Ile-Barbe a pu servir de relais pour leur diffusion vers d’autres monastères.

— Le rayonnement de l’Ile-Barbe

  • 10 F. Martine éd. et trad., Vie des Pères du Jura, (coll. « Sources chrétiennes », 142), Paris, 1968, (...)

9En dehors des relations très anciennes avec Saint-Martin de Tours ou Lérins qui viennent d’être évoquées, il est très probable que l’Ile-Barbe joua un rôle important dans la fondation, vers 435, du monastère de Condat, aujourd’hui Saint-Claude. Il faut pour cela admettre que le monastère Lugdunensis Interamnis dont parle la Vie des Pères du Jura, où Romain, le fondateur, séjourna avant de mettre son projet à exécution, et d’où il emporta divers manuscrits, est bien l’Ile-Barbe, ce qui est tout à fait possible10.

  • 11 Vie des abbés d’Agaune, M.G.H., S.R.M., III, p. 333. Ce sont les martyrologes du IXe siècle qui ind (...)

10Avec Saint-Maurice d’Agaune (devenu Saint-Maurice-en-Valais), les certitudes sont plus grandes. Hymnemodus, qui fonda ou réforma le monastère au début du VIe siècle, fit très probablement appel pour le seconder dans cette tâche à Ambroise, alors abbé de l’Ile-Barbe. Celui-ci devint le second abbé de ce prestigieux monastère après la mort d’Hymnemodus11. Ainsi se confirme le rôle joué par l’Ile-Barbe dans la diffusion d’un monachisme dont on a souligné ci-dessus le caractère « ancien », à la fois martinien et lérinien.

— L’Ile-Barbe dans les troubles politiques du VIIe siècle

  • 12 Acta sancti Aunemundi, Acta Sanctorum, Septembre, t. VII, p. 696. Il s’agit d’un recueil composite, (...)

11Le monastère fut sans doute impliqué dans la résistance qu’opposèrent, dans la deuxième moitié du VIIe siècle, la région lyonnaise et une partie de la Bourgogne aux tentatives d’extension vers le sud du pouvoir franc. Deux symboles de ce rôle : vers 658, la reine Bathilde, qui gouvernait la Neustrie et la Bourgogne au nom du jeune Clotaire III, fit assassiner le comte de Lyon, puis son frère Ennemond alors évêque de la ville. Elle les jugeait trop puissants. Ennemond ayant été tué à Chalon, son corps fut placé sur un bateau qui descendit la Saône jusqu’à Lyon. Le cortège s’arrêta à l’Ile-Barbe, où les moines honorèrent dignement et longuement la dépouille mortelle de l’évêque12.

  • 13 Adon, Chronica, P.L., 123, c. 417.

12Quelques années plus tard, le maire du Palais Ebroïn reprit ces velléités d’expansion vers le sud, se heurtant aux grands de la région (Léger évêque d’Autun fut sa victime la plus célèbre). Le souvenir des atrocités commises resta vif très longtemps après la mort d’Ebroïn. Au IXe siècle, Adon raconte qu’un personnage, à qui Ebroïn avait fait crever les yeux, était venu se réfugier à l’Ile-Barbe. Une nuit, s’étant installé au bord de la Saône pour prier, il entendit des clameurs poussées par des mariniers sur la rivière. S’étant enquis de ce qui se passait, on lui répondit que c’était le corps d’Ebroïn que l’on emportait en enfer pour qu’il y expie ses crimes13. Cette anecdote célèbre montre en tout cas que l’Ile-Barbe avait pu servir de refuge à des ennemis du maire du Palais et pouvait être considérée comme un centre de l’opposition à ses ambitions.

  • 14 Vie de saint Bonnet, M.G.H., S.R.M., VI, p. 130-131.

13Peut-être peut-on rattacher à ce rôle politique de l’abbaye le séjour qu’y fit à l’extrême fin du VIIe et au début du VIIIe siècle Bonnet, évêque de Clermont, qui avait décidé de se rendre à Rome. Lors de cette halte, en effet, en plus de quelques miracles, il réconcilia le duc des Bourguignons et l’évêque de Lyon Goduinus14.

14Certes, ce qui précède peut paraître bien mince et relever parfois plus de l’hypothèse que de l’affirmation. Il n’empêche que dans le désert documentaire du haut Moyen Âge, cela peut suffire à établir l’importance de l’Ile-Barbe non seulement dans la région lyonnaise, mais aussi dans le sud-est de la Gaule.

Le légendaire

15Développé en couches successives à partir du XIe siècle, il vise à affirmer pour l’Ile-Barbe une triple ancienneté.

— L’ancienneté de la fondation

  • 15 C. Le Laboureur, Les masures de l’Abbaye royale de l'isle Barbe lez Lyon, op. cit., en tête du t. I (...)

16Les moines de l’Ile-Barbe en sont conscients. Mais ils ont voulu établir qu’elle remontait aux premiers temps du christianisme dans la région lyonnaise en construisant, selon un schéma classique, une filiation directe entre les premiers évêques et martyrs de Lyon et leur abbaye. Une liste d’abbés, des origines jusqu’à la fin du XVe siècle, dont il ne reste plus que la copie publiée par C. Le Laboureur15, affirme ainsi qu’un certain Pérégrin, contemporain de saint Irénée, serait venu se réfugier dans le « désert » de l’Ile-Barbe pour échapper à la persécution qui sévissait alors à Lyon. Il aurait été ainsi l’initiateur de la vie érémitique sur l’Ile. Quant à la vie monastique, elle aurait commencé avec celui que la liste considère comme le premier abbé, Dorothée, tout à fait inconnu par ailleurs, qu’il faudrait alors situer vers le milieu du IIIe siècle.

  • 16 Ibid., p. 5-7. C. Le Laboureur rejette en termes très vifs l’authenticité de ce texte.

17Un autre document est encore plus ambitieux, puisqu’il entend faire remonter la fondation de l’Ile-Barbe aux temps apostoliques : il s’agit d’une notice de la création du monastère, dont on connaît trois versions recopiées ou éditées aux XVIe et XVIIe siècles16. Elle fait de Longin, le centurion romain ayant percé le flanc du Christ sur la croix, le fondateur de l’abbaye. Patronage certes prestigieux, mais dont on ne voit pas très bien d’où les moines l’ont tiré, et qui fut remis en cause à l’abbaye même, en tout cas au XVIIe siècle.

— Ancienneté et prestige des reliques

  • 17 L’authenticité de cette coupe n’était sans doute pas admise par tous (pas par C. Le Laboureur en to (...)

18Ils sont soulignés par la notice dont il vient d’être question, ainsi que par quelques Vies de saints tardives et des mentions dans les livres liturgiques utilisés à l’abbaye. Ainsi l’Ile-Barbe s’enorgueillit-elle de posséder le tombeau de saint Longin, mais aussi celui de sainte Anne, la mère de la Vierge, dont le corps aurait été apporté là par ce même Longin. Ce serait encore à lui que l’abbaye serait redevable de la coupe utilisée par le Christ lors de la Cène, qui constitua jusqu’au sac de l’abbaye en 1562 un des joyaux du trésor de l’abbaye17. Quoi qu’il en soit, en dehors de quelques autres reliques (Loup, le chef de saint Florent apporté par la Saône), l’Ile-Barbe pouvait présenter au visiteur une collection de reliques insignes, touchant de près le Christ lui-même.

— Ancienneté du patrimoine

  • 18 Charpin-Feugerolles (Comte de) et G. Guigue éd., Grande Pancarte ou Cartulaire de l’Ile-Barbe, t. I (...)

19Les moines ont voulu la prouver en rédigeant de faux actes. Ainsi en est-il de la charte de Clovis II, dont nous ne possédons qu’un vidimus de 1494, par laquelle le roi confirme une donation faite par son père Dagobert et en ajoute d’autres, toutes situées en Tricastin18. Ce faux manifeste a pu être rédigé au Xe siècle, pour appuyer une demande de confirmation générale de biens présentée au roi de Bourgogne Conrad le Pacifique.

La restauration carolingienne (IXe - Xe siècles)

20À partir du IXe siècle, l’histoire du monastère s’éclaircit davantage. Les temps carolingiens sont marqués ici par trois aspects importants.

— La restauration du monastère

  • 19 A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 286.
  • 20 M.G.H., Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Fabariensis, éd. Piper, p. 258.

21Au cours du VIIIe siècle, l’Ile-Barbe dut, comme le reste du diocèse de Lyon, beaucoup souffrir des conséquences des spoliations qui s’y étaient développées depuis la première descente de Charles Martel en 733. Une restauration à la fois matérielle et spirituelle fut entreprise au début du IXe siècle à l’initiative de l’évêque de Lyon Leidrade. Vers 810, celui-ci adressa à Charlemagne un rapport sur son activité à Lyon. Ce texte célèbre garda toujours une grande importance aux yeux des moines de l’Ile, puisqu’une copie, agrémentée il est vrai de deux interpolations concernant le monastère et dont il sera question plus loin, était conservée dans leurs archives. Dans le texte primitif tel que l’a reconstitué A. Coville, Leidrade indique qu’il a fait refaire les toits de l’abbaye et relever certains murs ; désormais, 90 moines pouvaient y vivre19. Quelques années plus tard, ils sont 101, si on en croit le Livre des Confraternités de l’abbaye de Reichenau avec laquelle l’Ile-Barbe avait conclu une fraternité de prières20.

  • 21 Ardo Smaragde, Vie de saint Benoit d'Aniane, M.G.H., SS, XV, p. 209 et 219.

22Leidrade veilla aussi à la restauration spirituelle du monastère. C’est lui qui demanda à son ami Benoît d’Aniane d’envoyer à l’Ile une vingtaine de moines, dont Campio qui en devint l’abbé, pour mener à bien cette tâche21. C’est alors que la règle de saint Benoît dut être introduite à l’Ile-Barbe, et que la bibliothèque du monastère s’enrichit de manuscrits. On comprend alors pourquoi Charlemagne, au nom de qui tout ce travail était fait, laissa ici un grand souvenir.

— La consolidation du patrimoine

  • 22 A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 288.
  • 23 Charpin-Feugerolles (Comte de) et G. Guigue éd., Grande Pancarte ou Cartulaire de l’Ile-Barbe, op. (...)

23Aucun document ne nous donne l’état du patrimoine de l’Ile-Barbe au IXe siècle, si ce n’est le Brefjoint au rapport de Leidrade qui indique que l’abbaye possédait 105 colonges (tenures) cultivées et 53 en friches, mais sans aucune précision géographique22. Il est probable que, vers 935, l’abbaye, comme celle de Savigny, souffrit des invasions hongroises, qui durent entraîner des destructions de bâtiments et la ruine temporaire de certaines possessions. Il faut alors attendre 971 et le diplôme de confirmation des biens et privilèges accordé par Conrad, roi de Bourgogne, pour se faire une idée de l’importance et de la localisation du patrimoine de l’abbaye23.

Abbaye de l’Ile-Barbe
Bas-relief à décor animalier : griffon
H. : 27 cm ; L. : 49 cm
Musée Gadagne, inv. 95.11, 1

Abbaye de l’Ile-Barbe
Soffite à cupule quadrilobée (XIe siècle)
L. : 63 cm ; I. : 45 cm
Musée Gadagne, inv. 53 1227

Abbaye de l'Ile-Barbe
Bas-relief à décor animalier : ours
H. : 27 cm ; L. : 42 cm
Musée Gadagne, inv. 95.7

  • 24 Ibid., p. 226-227.

24Il apparaît distribué en trois grandes zones : une proche, en Dombes, autour de Montanay, Vimy (aujourd’hui Neuville-sur-Saône), Rillieux, etc. ; une deuxième, plus éloignée, sur la Loire, autour de Saint-André d'Occiacum (aujourd’hui Saint-Rambert-sur-Loire), Cleppé, Firminy, etc. ; une troisième, beaucoup plus excentrée, en Tricastin, autour de Bollène, et en Gapençais. Sept ans plus tard, l’abbé Heldebert parvenait par un échange de biens avec l’abbaye de Savigny, à renforcer les positions ligériennes de l’Ile-Barbe24.

— Un statut à part parmi les monastères du diocèse de Lyon ?

  • 25 Ibid., p. 219-220. L’original est perdu, il s’agit d’un vidimus de 1494.
  • 26 Ibid., p. 220-221. Il s’agit d'une copie effectuée au Xe siècle probablement.
  • 27 Ibid., p. 222-223 (vidimus de 1494). L’original de ce diplôme, muni de son sceau, est le plus ancie (...)
  • 28 A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 281,286 n (...)
  • 29 M.-C. Guigue éd., Cartulaire Lyonnais, t. I, Lyon, 1885, p. 12-14.

25Dès le début du IXe siècle, l’Ile-Barbe, comme d’autres monastères du diocèse, a bénéficié de privilèges accordés par les souverains carolingiens, souvent à la demande des évêques de Lyon. Ainsi, le 11 novembre 815, Louis le Pieux lui accorde une exemption de tonlieu pour trois bateaux naviguant sur le Rhône, la Saône et le Doubs25. Le même jour, il lui délivre aussi un diplôme d’immunité, qui porte que les moines auront la liberté d’élire leur abbé, mais qu’ils devront ensuite le présenter à l’archevêque de Lyon pour la consécration abbatiale ; enfin l’Ile-Barbe sera redevable à l’Église de Lyon d’une livre d’argent par an et de rien d’autre26. Puis, à partir du milieu du IXe siècle, face à la division qui semblait s’installer dans le monde carolingien, l’Église de Lyon chercha à consolider son pouvoir, notamment en faisant reconnaître par les souverains (de Lothaire à Louis l’Aveugle), voire le pape (Sergius III en 910), son autorité sur les monastères du diocèse. Or à la différence de la plupart des autres établissements monastiques du diocèse, l’Ile-Barbe ne figure sur aucun de ces diplômes impériaux ou royaux. Bien mieux, en 861, elle obtient de Charles de Provence, qui déclare renouveler les privilèges accordés par son père, son grand-père et son aïeul, la confirmation de son immunité et de sa relative indépendance vis-à-vis de l’Église lyonnaise27. Et de fait, il semble bien qu’au Xe siècle, l’archevêque de Lyon ne s’immisce pas dans la vie du monastère, comme il le fait par exemple à Ainay ou à Savigny. Mais peut-être des velléités d’intervention épiscopale se firent jour dans les années 970. Elles expliqueraient deux choses. D’abord l’insertion à ce moment dans le rapport de Leidrade d’une longue interpolation visant à démontrer que de toute ancienneté les évêques de Lyon auraient reconnu aux abbés de l’Ile-Barbe de larges pouvoirs et une grande indépendance, et que par conséquent tout changement de cet état de fait au détriment de l’abbaye serait inadmissible. Selon ce texte, en effet, les évêques Eucher, Loup et Genès auraient jadis accordé aux abbés de l’Ile-Barbe le pouvoir de lier et de délier, ils les auraient chargés de veiller à l’orthodoxie de la foi dans le diocèse et enfin, ils leur auraient reconnu le droit d’administrer le diocèse durant la vacance du siège épiscopal, ce qui constitue un ensemble de concessions assez ahurissant et relève bien sûr de l’imaginaire. Quant aux rois, ils auraient depuis toujours confirmé les biens de l’abbaye, interdisant à quiconque d’empêcher leur accroissement28. D’autre part, le renouvellement des privilèges de l'abbaye et la confirmation de ses biens sollicitée par l’abbé Heldebert auprès du roi Conrad en 971 au début de son abbatiat, et dont il a été question ci-dessus, répondrait au même souci de se protéger contre des empiétements éventuels de l’Église de Lyon, dont huit ans plus tard - l’archevêque est alors Burchard II - l’abbé obtient la reconnaissance des privilèges de son monastère29.

Abbaye de l’Ile-Barbe
Fragment de frise : Annonciation, l'Archange Gabriel
H. : 59 cm ; I. : 30 cm
Musée Gadagne
Inv
G. 40.411

Abbaye de l'Ile-Barbe
Le sacrifice d'Abraham (Pilier d'Abraham)
H. : 107 cm ; I. 49 cm
Musée Gadagne, Inv. 42.509

26À la fin du Xe siècle, l’Ile-Barbe était donc sans doute un monastère assez puissant, relativement indépendant et conscient de son antiquité. On peut supposer que sous l’abbatiat d’Heldebert, qui a laissé un souvenir durable à l’abbaye, la qualité de la vie spirituelle ne devait pas laisser à désirer. Autant d’éléments qui ne devaient guère rendre attrayant à l'Ile-Barbe le modèle clunisien alors en plein essor.

Le clocher-porche de l’abbaye d’Ainay avant les travaux de restauration du XIXe siècle, (estampe aquarellée)
Londres, 1828, A.B. Clayton
Musée Gadagne, inv. 55.73.1

Notes

1 Le premier historien de l’Ile-Barbe a été un de ses dignitaires au XVIIe siècle, C. Le Laboureur, Les masures de l’Abbaye royale de l’isle Barbe lez Lyon, 1665, (nouvelle édition en trois volumes par M.-C. et G. Guigue, Lyon, 1887-1895). Malgré ses défauts, cet ouvrage reste indispensable car il publie de nombreuses pièces. Pour les ouvrages modernes, voir L. Niepce, L'Ile-Barbe. Son ancienne abbaye et le bourg de Saint-Rambert, Lyon, 1890, qui se contente de démarquer Le Laboureur ; M.M. Bouquet, « L’abbaye de l'Ile-Barbe, des origines à la sécularisation », Positions de thèses de l'Ecole des Chartes, Paris, 1938, p. 13-21 ; J. Picot, La Seigneurie de l’abbaye de l’Ile-Barbe, Lyon, 1953 ; Id., Ile-Barbe, D.H.G.E., XXV, 1995, c. 811-817 ; J.-F. Reynaud, « Le monastère de l’Ile-Barbe et le bourg de Saint-Rambert », Saint Rambert, un culte régional depuis l’époque mérovingienne. Histoire et archéologie, (Monographie du CRA, 14), Paris, 1995, p. 49-60.

2 Voir surtout A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450800), Paris, 1928, p. 508-515 ; H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, Cologne, 1968, p. 200-210.

3 Grégoire de Tours, In gloria confessor um, XX, M.G.H., S.R.M., I, p. 761.

4 P.L., 50, c. 1213.

5 Cf. J.-F. Reynaud, « Le monastère de l’Ile-Barbe et le bourg de Saint-Rambert », art. cit., p. 50.

6 Loup figure le 25 septembre, Dom J. Dubois et G. Renaud, Édition pratique des martyrologes de Bède, de l’Anonyme lyonnais et de Florus, Paris, 1976, p. 177.

7 Vie de saint Lubin, M.G.H., A.A., IV/2, p. 74-75. Cette Vie, longtemps attribuée à Venance Fortunat, a en fait été rédigée au IXe siècle.

8 Vie de saint Loup, Acta Sanctorum, Septembre, t. VII, p. 75. Cf. A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 316-317.

9 Ce changement est mentionné dans la Notice de fondation de File-Barbe et dans les passages interpolés du Rapport de Leidrade à Charlemagne dont il sera question plus loin. E. Ewig, « Der Petrus und Apostelkult in spätrömischen und frankischen Gallien », Zeitschrift fur Kirchengeschichte, 1960, p. 231, admet parfaitement cette dédicace primitive.

10 F. Martine éd. et trad., Vie des Pères du Jura, (coll. « Sources chrétiennes », 142), Paris, 1968, p. 250-252. Interamnis renvoie à l’idée de confluent, de situation entre deux eaux. Au premier abord, ce qualificatif conviendrait mieux à Saint-Martin d’Ainay, le confluent du Rhône et de la Saône se faisant alors dans ces parages. Mais rien n’atteste l’existence d’Ainay avant le IXe siècle. Cette question a été largement débattue. A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 514 ; A. Chagny, La basilique Saint-Martin d’Ainay et ses annexes, Lyon, 1935, p. 23 ; H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschqft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 211 sont plutôt partisans de la solution Ainay, tandis que F. Prinz, Frühes Mönchtum in Frankreich, Munich, 1965, p. 67-68, penche pour File-Barbe. Enfin, certains pensent que Lugdunensis Interamnis pourrait désigner la ville de Lyon dans son ensemble.

11 Vie des abbés d’Agaune, M.G.H., S.R.M., III, p. 333. Ce sont les martyrologes du IXe siècle qui indiquent la qualité d’abbé de l’Ile-Barbe d’Ambroise : Dom J. Dubois et G. Renaud, Edition pratique des martyrologes de Bède, de l’Anonyme lyonnais et de Florus, op. cit., p. 200.

12 Acta sancti Aunemundi, Acta Sanctorum, Septembre, t. VII, p. 696. Il s’agit d’un recueil composite, dont certains passages ont pu être écrits au VIIIe siècle.

13 Adon, Chronica, P.L., 123, c. 417.

14 Vie de saint Bonnet, M.G.H., S.R.M., VI, p. 130-131.

15 C. Le Laboureur, Les masures de l’Abbaye royale de l'isle Barbe lez Lyon, op. cit., en tête du t. I, pages non numérotées. Jusqu’à une date fort récente, cette liste a été admise sans discussion par les historiens de l’Ile-Barbe.

16 Ibid., p. 5-7. C. Le Laboureur rejette en termes très vifs l’authenticité de ce texte.

17 L’authenticité de cette coupe n’était sans doute pas admise par tous (pas par C. Le Laboureur en tout cas). En effet, la notice de fondation citée ci-dessus est largement consacrée à la démontrer en mettant en avant le témoignage d’un évêque grec venu à l’Ile pour la vénérer.

18 Charpin-Feugerolles (Comte de) et G. Guigue éd., Grande Pancarte ou Cartulaire de l’Ile-Barbe, t. I, Montbrison, 1923, p. 217-218.

19 A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 286.

20 M.G.H., Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Fabariensis, éd. Piper, p. 258.

21 Ardo Smaragde, Vie de saint Benoit d'Aniane, M.G.H., SS, XV, p. 209 et 219.

22 A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 288.

23 Charpin-Feugerolles (Comte de) et G. Guigue éd., Grande Pancarte ou Cartulaire de l’Ile-Barbe, op. cit., p. 224-226.

24 Ibid., p. 226-227.

25 Ibid., p. 219-220. L’original est perdu, il s’agit d’un vidimus de 1494.

26 Ibid., p. 220-221. Il s’agit d'une copie effectuée au Xe siècle probablement.

27 Ibid., p. 222-223 (vidimus de 1494). L’original de ce diplôme, muni de son sceau, est le plus ancien document conservé aujourd’hui aux Archives Départementales du Rhône (10 G 3125). Il a été découvert fortuitement dans les combles de la cathédrale Saint-Jean de Lyon lors de travaux effectués au début de la guerre de 1914-1918.

28 A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 281,286 n. 12,511-512.

29 M.-C. Guigue éd., Cartulaire Lyonnais, t. I, Lyon, 1885, p. 12-14.

Notes de fin

1 Article paru sous le même titre dans Mémoire de pierres. Abbaye de l'Ile-Barbe, Musée Historique de Lyon (Hôtel de Gadagne), Lyon, 1995, p. 17-23.

Table des illustrations

Légende Abbaye de l’Ile-BarbeBas-relief à décor animalier : griffonH. : 27 cm ; L. : 49 cmMusée Gadagne, inv. 95.11, 1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Abbaye de l’Ile-BarbeSoffite à cupule quadrilobée (XIe siècle)L. : 63 cm ; I. : 45 cmMusée Gadagne, inv. 53 1227
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Abbaye de l'Ile-BarbeBas-relief à décor animalier : oursH. : 27 cm ; L. : 42 cmMusée Gadagne, inv. 95.7
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19203/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Abbaye de l’Ile-BarbeFragment de frise : Annonciation, l'Archange GabrielH. : 59 cm ; I. : 30 cmMusée GadagneInv G. 40.411
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19203/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Abbaye de l'Ile-BarbeLe sacrifice d'Abraham (Pilier d'Abraham)H. : 107 cm ; I. 49 cmMusée Gadagne, Inv. 42.509
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19203/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Le clocher-porche de l’abbaye d’Ainay avant les travaux de restauration du XIXe siècle, (estampe aquarellée)Londres, 1828, A.B. ClaytonMusée Gadagne, inv. 55.73.1
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19203/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 493k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search