Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Deuxième partie. L'église de Lyon à l'époque carolingienne

Monastères et évêques dans le diocèse de Lyon aux ixe et xe siècles1

Texte intégral

  • 1 Article paru sous le même titre dans L'Église du IXe au XIe siècle (Histoire médiévale et archéolog (...)

1S’intéresser au fonctionnement des structures institutionnelles de l’Église aux IXe et Xe siècles, c’est d’abord se poser la question de l’impact réel des réformes voulues par les premiers carolingiens, dont on sait qu’elles se heurtèrent très vite à des réalités contraignantes diverses selon les régions de l’Empire, dont on sait aussi qu’elles subirent le contrecoup de l’échec du rêve carolingien.

2Le diocèse de Lyon peut constituer un bon champ d’observation pour mener cette réflexion. De par sa situation géographique d’abord, à la charnière du nord et du sud de l’Empire. Mais aussi parce qu’on sait qu’il y a eu là une volonté délibérée et poursuivie assez longtemps d’appliquer les grands principes de la renovatio carolingienne.

3Choisir enfin de centrer l’étude sur les rapports entre évêques et monastères, c’est étudier l’évolution des relations entre les deux types d’institutions qui structurent alors le diocèse, avant qu’elles ne soient intégrées dans des ensembles hiérarchisés mis en place à partir du XIe siècle (ordres religieux, hiérarchie épiscopale). C’est aussi, d’une certaine manière, essayer de réfléchir sur la genèse du mouvement réformateur du XIe siècle.

Géographie monastique du diocèse de Lyon aux IXe et Xe siècles

Le cadre

  • 1 Cf. Dom J. Dubois, « La carte des diocèses de France avant la Révolution », Annales E.S.C., 1965, p (...)

4Le diocèse de Lyon fait partie, avec ceux de Besançon, Langres, Autun, Clermont, Bourges, Poitiers, Limoges..., de la dizaine des très vastes diocèses de la Gaule médiane1. Il prend en écharpe le couloir Saône-Rhône, depuis les monts du Forez au sud-ouest, jusqu’aux contreforts du Jura, au delà de Saint-Claude, au nord-est ; depuis Louhans en Bresse, au nord, jusqu’aux confins du Velay au sud.

Monastères du diocèse de Lyon (IXe-Xe siècles)

  • 2 Cf. les chapitres de R. Fédou dans J. Gadille (dir.), Le diocèse de Lyon, Paris, 1983, p. 51-75 ; H (...)

5Par ailleurs, Lyon est la métropole d’une province ecclésiastique qui comprend, outre le diocèse de Lyon, ceux de Mâcon, Autun, Chalon-sur-Saône et Langres. On sait aussi que cette ville fut un des tout premiers foyers du christianisme en Gaule (cf. les martyrs de 177). Elle fut également un centre très important de la renovatio carolingienne sous les épiscopats de Leidrade (797-816), Agobard (816-840), Amolon (841-852) et Rémy Ier (852-875). Le diacre Florus, collaborateur d’Agobard et d’Amolon, qui participa très activement à de nombreux débats et querelles (liturgiques, contre Amalaire ; théologiques, dans l’affaire du prédestinatianisme), contribua largement au rayonnement culturel et intellectuel de la cité2.

  • 3 Outre H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt. des Erzbistums und der (...)
  • 4 C’est alors seulement qu’émerge la famille comtale de Forez qui entend s’affirmer aussi en Lyonnais (...)

6En ce qui concerne enfin la situation politique du diocèse, il fut d’abord compris dans le lot de Lothaire Ier en 843. À la mort de celui-ci en 855, il se retrouva dans la part de Charles de Provence 855-863). (Ensuite, Lothaire II s’en empara (863-869). Rattaché un temps au royaume de Francie occidentale (869-879), il fut un des points d’appui essentiels de la tentative d’usurpation de Boson, proclamé roi de Provence à Mantaille en 879. Après un bref retour sous l’autorité de souverains carolingiens (Carloman, de 880 à 884, puis Charles le Gros, de 885 à 888), le diocèse de Lyon se retrouva dans le royaume de Provence rétabli pour Louis l’Aveugle, fils de Boson (890-928). Puis, après une période indécise, ce royaume fut réuni à celui de Bourgogne transjurane, pour former ce qu’on appela plus tard le royaume d’Arles, et qui conserva son individualité jusqu’à son rattachement à l’Empire à la mort de Rodolphe III en 10323. Bien qu’aucun de ces souverains n’ait détenu de pouvoirs réels importants dans le diocèse de Lyon, il ne s’y forma pas non plus de principauté territoriale consistante avant la fin du Xe siècle4.

Chronologie des fondations monastiques

Les fondations pré-carolingiennes

  • 5 H. Gerner, ibid., p. 200-210 ; A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (4 (...)
  • 6 H. Gerner, ibid., p. 211-220 ; A. Coville, ibid., p. 513-515 ; A. Chagny, La basilique Saint-Martin (...)
  • 7 H. Gerner, ibid., p. 221-226 ; A. Coville, ibid., p. 517-520 ; J. Picot, L’abbaye Saint-Pierre de L (...)

7Six monastères ont été fondés avant l’époque carolingienne, à des dates la plupart du temps incertaines. Trois d’entre eux se trouvent à Lyon ou aux environs immédiats : L’Ile-Barbe, monastère d’hommes établi dans une île de la Saône à environ cinq kilomètres en amont de Lyon. Peut-être remonte-t-il à la première moitié du Ve siècle5 ; Ainay, autre monastère d’hommes construit dans la zone indécise du confluent Saône-Rhône, à une date difficile à établir avec certitude, mais qui pourrait se situer également au Ve siècle6 ; enfin, l’abbaye de moniales de Saint-Pierre, au pied de la colline de la Croix-Rousse, entre Rhône et Saône, née d’un probable transfert, au VIIe siècle, d’un établissement plus ancien (Sainte-Eulalie) établi en aval sur la rive droite de la Saône7.

  • 8 H. Gerner, ibid., p. 227-237 ; G. Moyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon ( (...)
  • 9 H. Gerner, ibid., p. 251-252 ; Dom J. Dubois, « Moines et monastères du Bugey », Le Bugey, XLIX, 19 (...)
  • 10 Par un diplôme d’immunité de Pépin le Bref de 757, M.G.H., Diplom. Karol., I, p. 13. Cf. H. Gerner,(...)

8Trois autres monastères ont été fondés dans les zones montagneuses de Test et du nord-est du diocèse : Condat, le célèbre établissement du Jura (appelé par la suite Saint-Oyend, puis Saint-Claude), fondé par saint Romain vers 4358 ; Saint-Rambert-de-Joux, aux origines légendaires, mais existant à peu près sûrement à la fin du VIIe siècle9. Nantua enfin, attesté au milieu du VIIIe siècle10.

Les fondations des IXe et Xe siècles

  • 11 H. Gerner, ibid., p. 193-199 ; P.-R. Gaussin, « De la seigneurie rurale à la baronnie : l'abbaye de (...)
  • 12 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (802-1300), éd. A. Bernard et A. Bruel, 6 vol., Paris 1876 (...)

9On en dénombre cinq. Deux dans la partie ouest du diocèse : Savigny, près de l’important carrefour de L’Arbresle. Ce monastère d’hommes, qui joua un rôle considérable dans l’histoire régionale, est mentionné pour la première fois dans la Notifia de servitio monasteriomm de 819, et est très probablement de fondation carolingienne11. Quant à Ambierle, au nord-ouest de Roanne, tout près de la frontière du diocèse, cette maison apparaît pour la première fois dans un diplôme de Louis l’Aveugle de 90212.

  • 13 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafsc (...)
  • 14 H. Raquin, « La fondation de l’abbaye de Saint-Benoît (Ain) », Le Bugey, 1976, p. 101-106 ; Dom J. (...)
  • 15 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafsc (...)

10Enfin, trois monastères apparaissent au IXe siècle dans l’est : Ambronay, établi en 803 par Barnard sur la route de Lyon à Genève13 ; Saint-Benoît-de-Cessieu, près du Rhône, fondé en 859 par Aurélien, alors abbé d’Ainay et plus tard archevêque de Lyon14 ; Gigny, que Bemon, déjà abbé de Baume et futur fondateur de Cluny, institua à la fin du IXe siècle (vers 888-890)15.

11Ce rapide survol géo-historique permet de mettre en évidence deux faits importants, qui sont aussi deux déséquilibres. Le premier est géographique : six monastères sur onze se trouvent sur les marges orientales du diocèse, tandis que l’ouest, pourtant anciennement christianisé, n’en compte que deux. D’autre part, et là l’inégalité de répartition est chronologique, toutes les fondations ont eu lieu avant la fin du IXe siècle.

Des monastères royaux aux monastères épiscopaux

  • 16 Sur cette question de la protection royale, voir les travaux de J. Semmler, et notamment « Traditio (...)

12Dans leurs rapports avec les pouvoirs extérieurs, les monastères du diocèse de Lyon connaissent deux statuts successifs entre le début du IXe et le début du XIe siècle. Placés d’abord directement ou indirectement sous l’autorité des souverains carolingiens, ils se retrouvent pour la plupart sous celle des archevêques à partir du milieu du IXe siècle. En soi, cela n’a rien d’original16. Ce qui l’est peut-être davantage, c’est la relative précocité de ce changement, et certaines modalités de la tutelle épiscopale.

Le contrôle royal (première moitié du IXe siècle)

13Trois indices montrent nettement que les réformes monastiques voulues par Charlemagne puis surtout par Louis le Pieux furent bien appliquées ici :

    • 17 Le texte de ce rapport a été reconstitué à partir des copies subsistantes par A. Coville, Recherche (...)

    Le célèbre rapport adressé vers 810 à Charlemagne par l’évêque de Lyon Leidrade, dans lequel celui-ci dresse le bilan de son action dans le diocèse que l’empereur lui avait confié une dizaine d’années auparavant. Il lui signale notamment qu’il a restauré trois monastères : Saint-Pierre où vivent désormais 32 moniales, l’Ile-Barbe et Saint-Rambert qui comptent maintenant respectivement 90 et 56 moines. Il précise aussi que cette restauration concerne tant les bâtiments que la vie monastique proprement dite17.

    • 18 Smaragde, Vita Benedicti, M.G.H., SS, XV, p. 205.
    • 19 Chronique de Saint-Claude, éd. U. Robert, Bibliothèque de l’École des Chartes, XLI, 1880, p. 566.

    Les bonnes relations nouées par Leidrade avec Benoît d’Aniane lors d’une tournée de remise en ordre en Septimanie peuvent expliquer la venue à peu près certaine du grand réformateur au monastère de l’Ile-Barbe18 ; de même, le plus fidèle disciple de Benoît - et son biographe -, Smaragde est un des deux missi venus inspecter l’abbaye de Saint-Claude en 82019.

    • 20 Corpus Consuetudinum Monasticarum, dir. K. Hallinger, t. I, Siegburg, 1963, p. 494-496.

    D’autre part, trois établissements « lyonnais » figurent sur la Notitia de servitio monasteriorum de 819 : Saint-Claude, Nantua et Savigny20. On sait que ce document recense les monastères réputés alors royaux.

  • 21 On ne sait rien sur Ainay jusqu’au milieu du IXe siècle (cf. infra). On fait état pour Ambronay d’u (...)

14Cela signifie donc que sur les huit monastères attestés à la mort de Louis le Pieux, trois sont sûrement royaux et trois autres, restaurés ou réformés sur ordre du souverain, sont placés sous sa protection. Des renseignements précis manquent sur les deux derniers21.

  • 22 Diplôme de Louis le Pieux pour l’Ile-Barbe (816), Grande Pancarte ou Cartulaire de l'Ile-Barbe, éd.(...)
  • 23 Diplôme de Pépin le Bref pour Nantua (757), M.G.H., Diplom. Karol., I, p. 13 ; confirmation de l’im (...)
  • 24 Monachi Nantuacensis monasterii nostrae retulerunt celsitudini, quod a quibusdam peregrinis abbatib (...)

15On ne dispose que de très peu d’indications sur les effets de la tutelle royale. Elle a pu procurer quelques avantages. Ainsi, l’Ile-Barbe, Nantua et Saint-Claude ont-ils bénéficié de privilèges d’exemption de tonlieu22. Pour les deux premiers établissements il faut ajouter aussi une concession d’immunité23. Mais tout cela était sans aucun doute largement compensé par les inconvénients bien connus de la mainmise royale, notamment l’installation d’abbés laïques. Certes, il n’en est pas fait mention de manière explicite, mais c’est sans doute d’eux dont parle Lothaire Ier, quand, comme pris de remords, il déplore les déprédations commises à Nantua par des abbés « étrangers »24.

  • 25 E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles », art. cit., p. 222-223 ; H (...)
  • 26 La nomination de Rémy par Lothaire Ier est attestée par la formule ob... Remigii devotissimum famul (...)
  • 27 Aux deux diplômes signalés à la note précédente concernant divers biens en Lyonnais, Escuens, Porto (...)

16Cet « aveu » de Lothaire traduit en fait la volonté du souverain de renforcer son contrôle sur une région qui lui était toujours apparue essentielle, parce que limitrophe du royaume de Charles le Chauve. Dans ce but, il y avait déjà détaché, peut-être dès 844, un de ses plus proches fidèles, le comte palatin Girard, pour qui il avait recréé le Ducatus Lugdunensis25. Certes, la conférence de Meersen de 851, qui avait rétabli de façon plus solide le régime de la fraternité entre les trois fils de Louis le Pieux, semblait faire s’éloigner de nouveaux affrontements. Néanmoins, profitant de la mort de l’archevêque Amolon au début de 852, Lothaire compléta le dispositif mis en place avec la nomination de Girard : il désigna comme nouvel archevêque de Lyon Rémy, un autre de ses fidèles26, et lui donna aussitôt les moyens d’exercer une véritable autorité sur place en restituant ou en transférant à l’Église de Lyon de nombreux biens, dont les monastères de Nantua et de Savigny27.

17Il ne s’agissait donc là aucunement de la part de Lothaire Ier d’un quelconque abandon ou de preuves de faiblesse. Bien au contraire. C’était pour lui, dans le cadre des structures politiques et sociales existantes, le moyen le plus efficace de rendre plus présente l’autorité royale dans une région « sensible », en recourant à des fidèles pourvus d'honores suffisamment consistants. Mais cela supposait le maintien d’un pouvoir central assez fort. Or ce ne fut guère le cas dans la région, après la mort de Lothaire Ier. Pour autant, cela ne remit pas en cause, à terme, l’autorité que les archevêques venaient de se faire reconnaître sur les monastères.

L’extension du contrôle épiscopal (milieu IXe-début XIe siècle)

  • 28 Ce n’est pas le lieu ici d’argumenter pour étayer cette affirmation d’ensemble qui va à l’encontre (...)

18Durant près d’un siècle et demi, l’Église de Lyon parvint à consolider sa puissance28, grâce notamment à une emprise - maintenue et étendue - sur les monastères du diocèse. Il est certain qu’elle fut servie en cela par la faiblesse des structures politiques régionales : pas de pouvoir royal effectif, aucun lignage aristocratique local assez puissant jusqu’à la fin du Xe siècle.

  • 29 Diplôme de Louis le Bègue (878) dans G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyon (...)

19En 852, Lothaire Ier avait placé Nantua et Savigny sous l’autorité de l’archevêque Rémy. Les successeurs de celui-ci, Aurélien (876-895) notamment, obtinrent de plusieurs souverains de la fin du IXe siècle, et du pape Sergius III en 910 des diplômes de confirmation de biens pour leur Église, au premier rang desquels figuraient les monastères29.

20Le tableau ci-dessous indique les mentions des divers établissements dans les diplômes en question :

21Cette récapitulation appelle quelques remarques :

  • Nantua et Savigny, données dès 852, sont les deux seuls établissements à figurer dans tous les diplômes.

    • 30 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafsc (...)

    Pour les autres, on n’a aucun acte de donation particulier. On les voit entrer dans le patrimoine de l’Église de Lyon à la faveur des confirmations générales de biens. Pour certains on peut faire quelques hypothèses. Pour Ainay par exemple. Cette abbaye fut restaurée par l’abbé Aurélien en 859. Devenu archevêque de Lyon en 876, celui-ci semble avoir continué à y exercer l’autorité abbatiale30. On peut penser qu’à l’avènement de Louis l’Aveugle, dont il avait été le précepteur, il voulut faire transformer le lien personnel qui unissait Ainay au siège de Lyon en lien « institutionnel ».

    • 31 L’original de ce diplôme, le plus ancien document conservé aujourd’hui aux A.D. du Rhône, 10 G 3125 (...)
    • 32 Grande Pancarte ou Cartulaire de l’IleBarbe, éd. Charpin-Feugerolles (Comte de) et G. Guigue, op. c (...)

    Trois monastères ne figurent dans aucune confirmation : l’Ile-Barbe, Saint-Pierre de Lyon et Ambierle. Pourtant les deux premiers sont situés à Lyon ou aux environs immédiats. Pour l’Ile-Barbe, cela ne signifie pas forcément que l’archevêque n’y exerçait aucun droit. En effet, en 861, le roi Charles de Provence confirmait les privilèges accordés jadis par Louis le Pieux au monastère, à savoir l’immunité et l’exemption de tonlieu ; il rappelait aussi l’obligation pour les moines de verser à l’archevêque de Lyon un cens annuel d’une livre d’argent, ce qui les rendait quittes de toute autre redevance à son égard ; il reconnaissait enfin la liberté d’élection de l’abbé par les moines, la consécration de l’élu ne pouvant toutefois être faite que par le prélat lyonnais31. Ces dispositions se retrouvent un siècle plus tard, en 971, dans un diplôme du roi Conrad le Pacifique32. Ce statut particulier, qui garantit à l’archevêque un droit de regard évident sur la vie du monastère, sans pour autant qu’il soit en sa possession, pourrait être une preuve de l’ancienneté de celui-ci.

  • 33 M.G.H., Diplom. Karol., III, p. 415-416.
  • 34 L’abbesse Alatrude attestée en 957 est la sœur d’Artaud, premier de sa lignée à porter le titre de (...)

22En ce qui concerne l’abbaye de Saint-Pierre de Lyon, on est obligé d’en rester au stade des hypothèses. En effet, nous n’avons aucun document la concernant entre 830 et 957, hormis une donation faite par Lothaire II le 18 mai 863 en mémoire notamment de son frère Charles de Provence qui venait d’y être inhumé33. Ce dernier fait semble bien signifier que le monastère est alors considéré comme royal. Le fut-il encore au siècle suivant, et serait-ce en tant que bien du fisc qu’il se serait retrouvé dans la deuxième moitié du Xe siècle aux mains de la première dynastie comtale indigène34 ? L’hypothèse est très fragile, j’en conviens.

  • 35 Supra, n. 12.
  • 36 Confirmation de Louis IV : P. Lauer, Recueil des actes de Louis IV roi de France (936-954), Paris, (...)

23Quant au troisième absent, Ambierle, il semble avoir échappé dès l’origine aux archevêques de Lyon. Cédé par Louis l’Aveugle à ses fidèles Bernard et Teutbert en 90235, il figure ensuite dès 939 dans les dépendances de Cluny36.

  • 37 Cette bulle de Sergius II (Jaffé, t. II, suppl., 2593a) est perdue. Celle de Léon IX est le plus an (...)

24— La présence - tardive - d’Ambronay et de Gigny, dans la liste des biens de l’Église de Lyon au début du Xe siècle, pourrait mettre en évidence l’échec - momentané - du recours précoce à la protection apostolique. En effet, une bulle du pape Léon IX du 30 avril 1050/1051 confirmant les privilèges d’Ambronay déclare renouveler ceux par lesquels le pape Sergius II (844-847) aurait soumis l’abbaye au siège apostolique37. Les effets de cette protection, si elle a vraiment été accordée au milieu du IXe siècle - ce qui est pour le moins hypothétique - ont dû cesser assez vite, puisqu’en 910 Sergius III considère l’abbaye comme appartenant à l’Église de Lyon. La protection apostolique n’aurait alors été vraiment effective qu’à partir du milieu du XIe siècle.

  • 38 La bulle de Formose, P.L., 129, c. 845-846, est de novembre 895. L’archevêque Aurélien est mort le (...)
  • 39 Supra, n. 30 ; Aurélien est signalé comme abbé de Saint-Claude dans l’obituaire de cette abbaye : G (...)
  • 40 Sur les débuts de Bemon, cf. G. Moyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve(...)
  • 41 Cf. les pages de G. Moyse dans R. Locatelli (et alii), L’abbaye de Baume-les-Messieurs, Dole, 1978, (...)

25Le cas de Gigny, fondé vers 888-890, est apparemment plus explicite. Tout se passe comme si son fondateur, Bernon, avait voulu éviter l’ingérence de l’archevêque de Lyon, Aurélien, dans le nouveau monastère établi sur ses biens propres. Peut-être profita-t-il de la vacance du siège lyonnais à la mort de ce dernier pour se rendre à Rome et solliciter du pape Formose un privilège par lequel Gigny, offert à saint Pierre, se trouvait placé sous le droit et la ditio de Rome, tandis que la liberté d’élection de l’abbé était garantie38. Je serais tenté de voir dans cette démarche la méfiance de Bernon vis-à-vis de prélats lyonnais qui exerçaient de façon très étroite leur contrôle sur certaines abbayes diocésaines : Aurélien n’avait-il pas cumulé, outre sa charge épiscopale, les fonctions abbatiales à Ainay et Saint-Claude39 ? Pour Bernon, ces pratiques devaient constituer un obstacle majeur à un retour strict à la règle de saint Benoît revisitée par Benoît d’Aniane, fondement de son entreprise réformatrice40. Quoi qu’il en soit, la protection apostolique ne dura guère, puisqu’en 910 on retrouve Gigny parmi les possessions de l’Église de Lyon confirmées par Sergius III. Serait-ce la conséquence de difficultés rencontrées par Bernon dans ses monastères jurassiens (Gigny et Baume) ? Ou encore de la fondation tout à fait contemporaine de Cluny accaparant le même Bernon, qui aurait permis à l’archevêque Austerius de faire ajouter Gigny à la liste des monastères épiscopaux ? Il est impossible de le dire avec certitude41. C’est ensuite le silence sur Gigny jusqu’en 1075.

26Au début du Xe siècle, l’archevêque de Lyon a réussi à faire reconnaître son autorité sur les principales abbayes de son diocèse. Reste à savoir maintenant en quoi elle consistait, et comment il l’exerçait.

L’exercice de l’autorité épiscopale sur les monastères

  • 42 Édités tous deux - avec des datations de chartes parfois approximatives - par A. Bernard, Cartulair (...)

27Deux points sont à envisager ici : les modalités de la tutelle épiscopale d’une part, ses effets d’autre part. Mais dans un cas comme dans l’autre, le caractère très lacunaire de la documentation (il ne nous reste que deux cartulaires couvrant le Xe siècle, ceux de Savigny et d’Ainay42) conduira à relativiser nos conclusions.

28La réalité de la tutelle épiscopale s’observe à travers deux faits : la nomination des abbés et la référence faite à l’autorité de l’évêque dans certaines chartes. S’agissant des élections abbatiales, on peut distinguer trois phases :

  • Jusqu’à la fin du IXe siècle on voit, comme cela a été dit plus haut, certains archevêques, Rémy Ier et Aurélien, exercer eux-mêmes la fonction d’abbés dans certains monastères du diocèse : Saint-Benoît-de-Cessieu, Saint-Claude, Ainay.

    • 43 Dans le privilège par lequel il accorde la libre élection de l’abbé (Cartulaire de l’abbaye de Savi (...)

    Puis, dans la première moitié du Xe siècle, les archevêques, s’ils ne sont plus eux-mêmes à la tête des monastères, n’en contrôlent pas moins étroitement la désignation de leurs supérieurs, du moins à Savigny, où l’on voit les abbés Badin, avant 948, et Gausmar, en 957, désignés respectivement par les archevêques Guy (928-948) et Burchard Ier (949-957/959)43.

    • 44 Privilège de Conrad 1er de Bourgogne de 971, supra, n. 32. Huit ans plus tard, l’archevêque Burchar (...)
    • 45 Conrad Ier accorde à Savigny, en même temps que l’immunité, la même clause qu’à l’Ile-Barbe, Cartul (...)

    Enfin, après 970, les prélats lyonnais ont dû intervenir moins directement dans la nomination des abbés. Mais ils s’en tiennent fermement à leur droit exclusif de confirmation et de consécration de l’élu. Ainsi à l'Ile-Barbe44 ou à Savigny45. On pourrait voir dans cette évolution la volonté tant des rois de Bourgogne que des archevêques de Lyon de s’assurer l’appui des grands monastères puissants dans l’ouest lyonnais, pour faire pièce aux prétentions de la toute nouvelle dynastie comtale de Forez.

  • 46 Petit cartulaire d’Ainay, éd. A. Bernard, op. cit., no 21, p. 566-567 ; 47, p. 588-589 ; 67, p. 603 (...)

29Un autre indice atteste la présence de l’autorité épiscopale dans certaines abbayes, Ainay en l’occurrence. C’est ce type de mention que l’on retrouve à peu de choses près dans une dizaine de chartes entre 980 et 1015 :...sacrosancte Dei ecclesie que est constructa in insula que Athanacus vocatur... ubi domnus Raynaldus abbas sub regimine domni archipraesulis Buhorchardipreesse videtur...46

30Ainsi, même si les modalités d’intervention des archevêques auprès des monastères du diocèse semblent - quand on peut les appréhender - moins directes à la fin du Xe siècle, elles ne leur en conservent pas moins un droit de regard important, au moment même où, dans des diocèses voisins, de grandes maisons comme Cluny ou Fleury-sur-Loire cherchent justement à secouer la tutelle de leur ordinaire. Il semblerait bien, d’autre part, qu’au cours du Xe siècle les prélats lyonnais aient concentré leurs interventions sur les monastères les plus proches du siège épiscopal. Comme s’ils avaient renoncé - volontairement ou contraints - à maintenir leur contrôle sur les établissements des marges orientales du diocèse dans lesquels ils intervenaient fréquemment, on l’a vu, au IXe siècle.

  • 47 Cartulaire de l’abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit., t. I, no 428 et 429, p. 231-232.
  • 48 Spoliations et restitutions nous étant connues par les mêmes chartes, il n’est pas possible de déce (...)
  • 49 Par exemple les biens sis dans la vallée de l’Azergues que Burchard II donne à Savigny en mars 1000 (...)

31Quels ont été les effets de cette autorité épiscopale pour les abbayes sur lesquelles elle pesait ? Ils sont assez difficiles à mesurer, compte tenu des sources disponibles. On peut toutefois penser qu’ils ont d’abord été négatifs. On entrevoit dans les cartulaires des usurpations de biens perpétrées par les prélats lyonnais, jusqu’à Burchard II (978-1030/1031), au détriment de Savigny notamment47. Mais, outre que ces spoliations paraissent avoir été peu nombreuses, certaines d’entre elles firent l’objet de restitutions à partir de la fin du Xe siècle48. À cela il faut ajouter quelques donations, en petit nombre également49. Mais là n’est pas l’essentiel. Il semble bien, en effet, que face aux appétits d’une petite aristocratie besogneuse et face à la montée de la nouvelle dynastie forézienne dans l’ouest du diocèse à la fin du Xe siècle, les monastères avaient sans doute tout intérêt à se placer sous l’aile de la seule véritable puissance de la région, à savoir l'Église de Lyon. Et cette protection fut sans doute efficace, puisque leur temporel ne semble pas sérieusement entamé à la fin du Xe siècle, au contraire. Dans ces conditions, on peut se demander si le modèle clunisien tout proche, qui cherche très tôt à s’affranchir de l’ingérence épiscopale, était susceptible d’exercer un quelconque attrait sur les établissements lyonnais.

L’impact du modèle clunisien dans le diocèse de Lyon au Xe siècle

  • 50 Pour ne citer que les auteurs les plus récents, H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Ges (...)

32Se fondant justement sur la proximité géographique de Cluny et sur quelques documents (des donations surtout), l’historiographie lyonnaise et clunisienne traditionnelle insiste sur les excellentes relations ayant existé entre l’Église de Lyon et le grand monastère bourguignon dès le Xe siècle50. Il me semble que cette affirmation mérite d’être nuancée, ne serait-ce que parce qu’elle est peu compatible avec une constatation d’évidence : seulement trois monastères du diocèse de Lyon (Ambierle, Nantua, Gigny) ont d’une façon ou d’une autre rejoint la familia clunisienne aux Xe et XIe siècles ; trois monastères qui ne figurent pas alors (sauf Nantua ?) parmi les plus importants. En revanche aucun de ceux qui comptent vraiment et sur lesquels nous avons vu l’archevêque exercer un certain pouvoir (Saint-Claude, et surtout l’Ile-Barbe, Savigny ou Ainay) ne semble les avoir suivis.

33S’agissant de l’influence de Cluny, il faut en fait distinguer soigneusement deux choses me semble-t-il : d’une part la reconnaissance par les clercs comme par les laïcs du diocèse de la grande valeur spirituelle de l’expérience clunisienne, qui peut se traduire concrètement par des donations de biens sis dans le diocèse de Lyon ; d’autre part la volonté d’introduire, par divers moyens, les principes réformateurs de Cluny dans la vie monastique de ce diocèse. Les deux démarches ne coexistent pas forcément.

Les donations à Cluny dans le diocèse de Lyon

34À la lecture des chartes de Cluny, on se rend compte que les fidèles lyonnais ont été généreux avec Cluny. Il n’est pas question de faire ici l’inventaire détaillé de leurs libéralités. Je me contenterai d’en distinguer trois types selon l’identité des donateurs :

    • 51 H. Gerner, ibid., p. 281-283.

    Les grands laïcs (Hugues d’Arles, les rois de Bourgogne...) donnent au monastère des biens du fisc, notamment en Dombes. Ces donations ressemblent fort à des précaires : occupées par des fidèles de ces grands personnages, elles ne viennent entre les mains de Cluny qu’à la fin du Xe ou au début du XIe siècle51.

    • 52 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (802-1300), éd. A. Bernard et A. Bruel, op. cit., t. I, no(...)
    • 53 Ibid, t. Il, no 1227, p. 307-308.
    • 54 Ibid., t. II, no 1450, p. 503-506.

    Les archevêques de Lyon : leur générosité ne semble pas excessive. Deux mentions de donations indiscutables seulement au Xe siècle : en 945, les exécuteurs testamentaires de l’archevêque Guy Ier donnent une vigne sise à Serin près de Lyon52 ; en 967, Burchard Ier fait don de sa part de l’église Saint-Jean de Chaveyriat53. Quant à l’archevêque Amblard, les biens qu’il donne à Cluny ne sont pas situés dans le diocèse de Lyon, mais en Auvergne54.

  • Les laïcs : leurs libéralités en faveur de Cluny sont nombreuses, et leur répartition géographique est très révélatrice. Elles sont plutôt concentrées en Dombes, où la présence des grandes abbayes lyonnaises (sauf l’Ile-Barbe) est très réduite. En revanche, assez peu de choses en Forez ou dans l’ouest et le sud lyonnais, largement dominés par Ainay, Savigny ou l’Église de Lyon.

35Il n’est donc pas question de nier l’importance des donations à Cluny dans le diocèse de Lyon. Mais il faut souligner qu’elles sont localisées surtout dans des zones où les anciens établissements étaient peu présents. En revanche, Cluny ne parvient pas à mordre de façon significative sur le patrimoine de ceux-ci.

Les réticences lyonnaises face à la réforme clunisienne

36Elles paraissent bien visibles à travers trois indices :

  • 55 Cf. le tableau récapitulatif établi par J. Hourlier, Saint Odilon abbé de Cluny, Louvain, 1964, p.  (...)
  • 56 Taluyers, Rhône, cant. Montant ; Pouilly-les-Feurs, Loire, cant. Feurs ; Arthun, Loire, cant. Boën- (...)

37— Le réseau des prieurés clunisiens tel qu’il apparaît à travers les privilèges et confirmations de biens obtenus par Cluny entre la fin du Xe et le milieu du XIe siècle55 : Cluny possède alors dans le diocèse de Lyon un monasterium, Ambierle, et sept cellae : Taluyers, Pouilly-les-Feurs, Arthun, Savigneux, Chaveyriat, Limas et Saint-Pierre-de-Chandieu56. Un chiffre qui peut paraître assez élevé certes, mais là n’est pas le plus important. C’est encore une fois la répartition géographique de ces implantations priorales qui est intéressante, puisqu’on retrouve à peu près la môme configuration que celle qui vient d’être évoquée à propos des donations de biens : pour la plupart, ces prieurés sont hors des zones d’influence majeure des grands monastères lyonnais et de l’Église de Lyon. Tout se passe comme si ces éventuels foyers de rayonnement monastiques que pouvaient constituer à terme ces prieurés clunisiens étaient bien admis dans le diocèse, à condition qu’ils n’empiètent pas sur le domaine des anciens établissements religieux.

  • 57 Cartulaire de l’abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit, t. I, no 581, p. 284-287.
  • 58 Cf. J. Leclercq, F. Vandenbroucke, L. Bouyer, La spiritualité du Moyen Âge (Histoire de la spiritua (...)

38— L’échec, dans la première moitié du XIe siècle, de l’introduction de la réforme clunisienne dans les monastères lyonnais. Le cas de Savigny est particulièrement éclairant à cet égard. Deux élections abbatiales attestent la volonté d’Odilon d’intervenir dans cette maison. En premier lieu, celle de l’abbé Durand en 100757. Son procès-verbal comporte un prologue de style nouveau. On ne se contente plus de rappeler de façon très stéréotypée les devoirs des pasteurs, mais on insiste plutôt sur le rôle du Christ qui doit leur servir de modèle ; la tonalité d’ensemble est assez nettement clunisienne58. Par ailleurs Odilon assistait à cette élection en compagnie des abbés de l’Ile-Barbe, d’Ainay et de Saint-Chef (diocèse de Vienne) : ils formaient l’entourage de l’archevêque Burchard II. Mais rien ne permet de mesurer la part exacte de l’abbé de Cluny dans la désignation du moine Durand à la tête de son abbaye.

  • 59 Cartulaire de l'abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit., t. I, no 632, p. 308-309.
  • 60 Cf. Jotsald, Vita Odilonis, SS, XV, p. 818.
  • 61 Jaffé, no 5845.
  • 62 P.L, 148, c. 667.

39Les choses changent une dizaine d’années plus tard, vers 1018, pour l’élection du successeur de Durand59. Les moines de Savigny n’ayant pu se mettre d’accord entre eux, ni avec l’archevêque, celui-ci les adressa à l’abbé de Cluny. Selon une procédure classique, préludant en général à la réforme du monastère concerné et à son intégration dans le monde clunisien, Odilon désigna comme nouvel abbé de Savigny un moine de Cluny, Lier. Cette fois, l’ingérence de Cluny n’est pas niable. Mais fut-elle profonde ? Il est permis d’en douter, puisqu’à la mort d’Itier en 1044, les moines de Savigny choisirent leur nouvel abbé parmi les leurs et que l’abbaye ne conserva aucun lien avec le monastère bourguignon. En fin de compte, seul Nantua fut probablement réformé par Odilon60, mais fut confirmé pour la première fois à Cluny par Pascal II en 110061. Quant à Gigny, nous savons seulement qu’en 1075 Grégoire VII la range dans les possessions clunisiennes62. Aucun autre monastère lyonnais ne fut touché par le mouvement clunisien.

  • 63 Cf. J.-F. Lemarignier, « L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne », A Clun (...)

40— Enfin, l’attitude de l’archevêque de Lyon lors du grand débat du concile d’Anse de 1025 à propos de l’exemption clunisienne. Les faits sont bien connus63, et il est inutile de les reprendre en détail. Je remarquerai simplement que, dans le conflit qui opposa alors l’évêque Gauzlin de Mâcon à l’abbé Odilon à propos des ordinations de moines de Cluny que ce dernier avait fait célébrer par l’archevêque de Vienne, l’archevêque de Lyon prit résolument parti pour son suffragant et contre l’abbé de Cluny. C’est-à-dire qu’il entendait défendre le principe de l’autorité de l’ordinaire sur les monastères de son diocèse, principe qu’en ce qui les concernait, les prélats lyonnais avaient, nous l’avons vu, réussi jusque-là à défendre.

41Quatre remarques pour conclure :

  • Fervents défenseurs des principes de la renovatio carolingienne qu’ils veulent appliquer dans leur diocèse dès le début du IXe siècle, les archevêques de Lyon ont affirmé leur autorité sur les monastères diocésains, d’abord comme représentants du souverain, puis, à la faveur de la crise du pouvoir carolingien, comme évêques.

  • Leur tutelle, sans doute forte à la fin du IXe siècle, au point de rendre inopérant tout recours de tel ou tel monastère à la protection apostolique, s’est manifestement restreinte au cours du Xe siècle. Ou plutôt elle s’est recentrée géographiquement sur les établissements proches de Lyon, en même temps qu’elle se faisait moins directe.

  • L’absence de tout pouvoir régional concurrent, au moins jusqu’à la fin du Xe siècle, a permis le maintien de ces rapports auxquels les deux parties trouvaient un avantage : évident pour les archevêques, mais aussi pour les monastères qui trouvaient en ceux-ci une protection sans doute efficace contre les tentatives d’empiétement probables de la petite aristocratie locale. Et cela d’autant plus que les prélats lyonnais ne semblent pas avoir abusé de leur pouvoir. C’est en quelque sorte le système carolingien qui perdure ici au début du XIe siècle.

  • Dans ces conditions, tout ce qui pouvait remettre en question cet équilibre ne devait guère présenter d’attrait. Ainsi, Cluny. Si on semble avoir eu dans le diocèse de Lyon beaucoup de considération pour la valeur spirituelle des Clunisiens, le modèle qu’ils proposaient pour le statut des monastères ne fit pas recette ici, sauf pour des établissements (3) situés sur les marges du diocèse. Il était trop incompatible, en effet, avec des traditions carolingiennes toujours vivaces.

La Manécanterie, réfectoire des chanoines de la cathédrale Saint-Jean de
Lyon jusqu’à la fin du XIVe siècle.
Décor de la façade ouest (rapporté sur le bâtiment carolingien ?) :
extrémité sud de l’arcature (XIIe siècle ?).
Le personnage dans la niche de droite pourrait représenter l'astronomie.

L’abbaye de l’Ile-Barbe au début du XVIIe siècle : église abbatiale Saint-Martin et Saint-Loup vue de la rive droite de la Saône.
Dessin de Martellange (1616), B.N.F.

L’Ile-Barbe aujourd'hui : chapelle Notre-Dame (1ere moitié du XIIe siècle ?) vue de la rive gauche de la Saône.

Notes

1 Cf. Dom J. Dubois, « La carte des diocèses de France avant la Révolution », Annales E.S.C., 1965, p. 680-691.

2 Cf. les chapitres de R. Fédou dans J. Gadille (dir.), Le diocèse de Lyon, Paris, 1983, p. 51-75 ; H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, Cologne, 1968 ; E. Boshof, Agobard von Lyon. Leben und Werk, Cologne-Vienne, 1969 ; H. Muller, « Die Kirche von Lyon im Karolingerreich. Studien zur Bischofsliste des 8. und 9. Jahrhunderts », Historisches Jahrbuch, 1987, p. 225-253.

3 Outre H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt. des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit. (tableaux commodes p. 101-102, 165-166), cf. E. Fournial, « La souveraineté en Lyonnais au Xe siècle », Le Moyen Âge. LXII, 1956, p. 413-452 ; R. Poupardin, Le royaume de Bourgogne (888-1038). Étude sur les origines du royaume d’Arles. Paris, 1907 ; les chapitres de R. Fédou dans A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, 1974, p. 61-72 ; les chapitres de M. Rubellin dans G. Garrier (dir.), Le Rhône et Lyon de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, 1987 p. 88-114.

4 C’est alors seulement qu’émerge la famille comtale de Forez qui entend s’affirmer aussi en Lyonnais : cf. H. Gerner, ibid., p. 139-145 ; E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles », Le Moyen Âge, LV1II, 1952, p. 221-252.

5 H. Gerner, ibid., p. 200-210 ; A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, p. 508-513 ; J. Picot, La seigneurie de l'Ile-Barbe. Des origines à 1312, Lyon, 1952.

6 H. Gerner, ibid., p. 211-220 ; A. Coville, ibid., p. 513-515 ; A. Chagny, La basilique Saint-Martin d’Ainay et ses annexes. Étude historique et archéologique, Lyon, 1935, p. 11-24.

7 H. Gerner, ibid., p. 221-226 ; A. Coville, ibid., p. 517-520 ; J. Picot, L’abbaye Saint-Pierre de Lyon, Paris, 1970.

8 H. Gerner, ibid., p. 227-237 ; G. Moyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècle) », Bibliothèque de l’École des Chartes, CXXXI, 1973, notamment p. 56-70.

9 H. Gerner, ibid., p. 251-252 ; Dom J. Dubois, « Moines et monastères du Bugey », Le Bugey, XLIX, 1962, p. 7-12.

10 Par un diplôme d’immunité de Pépin le Bref de 757, M.G.H., Diplom. Karol., I, p. 13. Cf. H. Gerner, ibid., p. 238-247 et Dom J. Dubois, ibid.

11 H. Gerner, ibid., p. 193-199 ; P.-R. Gaussin, « De la seigneurie rurale à la baronnie : l'abbaye de Savigny en Lyonnais », Le Moyen Âge, LXI, 1955, p. 139-176, notamment p. 139-140.

12 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (802-1300), éd. A. Bernard et A. Bruel, 6 vol., Paris 1876-1903 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France, 1ère série : Histoire politique), t. I, no 78.

13 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 252-254 ; Dom J. Dubois, « Moines et monastères du Bugey », art. cit., p. 12-15.

14 H. Raquin, « La fondation de l’abbaye de Saint-Benoît (Ain) », Le Bugey, 1976, p. 101-106 ; Dom J. Dubois, ibid.

15 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 248-250 ; G. Moyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècle) », art. cit., p. 433-438.

16 Sur cette question de la protection royale, voir les travaux de J. Semmler, et notamment « Traditio und Königsschutz. Studien zur Geschichte der königlichen monasteria », Zeitschrift des Savigny-Stiftungfur Rechtsgeschchichte, kanon. Abteilung, t. XLV, 1959, p. 1-33.

17 Le texte de ce rapport a été reconstitué à partir des copies subsistantes par A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 285-286 ; autre édition assez proche donnée par les M.G.H., Ep. Karol. Aevi, II, p. 542.

18 Smaragde, Vita Benedicti, M.G.H., SS, XV, p. 205.

19 Chronique de Saint-Claude, éd. U. Robert, Bibliothèque de l’École des Chartes, XLI, 1880, p. 566.

20 Corpus Consuetudinum Monasticarum, dir. K. Hallinger, t. I, Siegburg, 1963, p. 494-496.

21 On ne sait rien sur Ainay jusqu’au milieu du IXe siècle (cf. infra). On fait état pour Ambronay d’une bulle du pape Sergius II (844-847) confirmant les « privilèges » du monastère. Mais ce document n’est connu que par une allusion contenue dans une autre bulle postérieure de deux siècles : celle de Léon IX du 30 avril 1050 soumettant l’abbaye à la juridiction directe de Rome (original aux A.D. Ain, H 88). L’authenticité du privilège de Sergius II est bien loin d’être démontrée !

22 Diplôme de Louis le Pieux pour l’Ile-Barbe (816), Grande Pancarte ou Cartulaire de l'Ile-Barbe, éd. Charpin-Feugerolles (Comte de) et G. Guigue, t. I, Montbrison, 1923, p. 219-220 ; pour Saint-Oyend en 820 (renouvelle les privilèges de Charlemagne et Pépin le Bref), P. Benoît, Histoire de l’abbaye et de la Terre de Saint-Claude, t. I, Montreuil-sur-Mer, 1890, p. 637 ; pour Nantua en 825-829, Petit cartulaire de Nantua, éd. J. C. Brossard, Bourg-en-Bresse, 1889, p. 85.

23 Diplôme de Pépin le Bref pour Nantua (757), M.G.H., Diplom. Karol., I, p. 13 ; confirmation de l’immunité pour l’Ile-Barbe par Charles de Provence en 861, Recueil des actes des rois de Provence (855-928), éd. R. Poupardin, Paris, 1920, p. 16-18. Sur ce dernier diplôme, infra, n. 31.

24 Monachi Nantuacensis monasterii nostrae retulerunt celsitudini, quod a quibusdam peregrinis abbatibus aliunde venientibus res ecclesiae illorum... sive expoliabantur propriisque in usibus consumabantur... (Diplôme de Lothaire Ier, 842-852), M.G.H., Diplom. Karol., III, p. 273 ; T. Schieffer, « Die Urkunden Lothars I. fur Lyon », Archivfür Diplomatik, t. IX-X, 1963-1964, p. 32, a montré que ce diplôme, accordant aux moines la liberté d’élection de l’abbé, longtemps considéré comme faux, ne l’était pas en totalité, notamment en ce qui concerne la dénonciation ci-dessus.

25 E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles », art. cit., p. 222-223 ; H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 40-48.

26 La nomination de Rémy par Lothaire Ier est attestée par la formule ob... Remigii devotissimum famulatum, cui curam ac regimen eiusdem ecclesiae commissam habemus... utilisée dans deux diplômes de restitution de biens (852), M.G.H., Diplom. Karol., III, p. 285 et 286.

27 Aux deux diplômes signalés à la note précédente concernant divers biens en Lyonnais, Escuens, Portois, ajouter une troisième restitution d’une villa en Viennois et de deux églises en Lyonnais, faite à la demande de Girard désigné ici comme comes et marchio, ibid., p. 287. Donation de Nantua (25 juin 852), ibid., p. 276-277 ; de Savigny (12 septembre 852), ibid., p. 282-283.

28 Ce n’est pas le lieu ici d’argumenter pour étayer cette affirmation d’ensemble qui va à l’encontre de ce que dit l’historiographie lyonnaise traditionnelle. Cette révision a déjà été entreprise par H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit. Je me permets de renvoyer aussi aux pages que j’ai consacrées à ce problème dans Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Age, dir. A. Pelletier et J. Rossiaud, éd. Horvath, Roanne, 1990 (ici p. 133-177).

29 Diplôme de Louis le Bègue (878) dans G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyon d’après la bulle du pape Sergius III et les diplômes carolingiens », Bulletin philologique et historique..., 1925, p. 33-35 ; de Charles le Gros (885), M.G.H., Diplom. reg. Germ, ex stirpe Karol., II/1, p. 195-197 ; de Louis l’Aveugle (892), Recueil des actes des rois de Provence (855-928), éd. R. Poupardin, op. cit., p. 52-54 ; de Louis l’Aveugle (895-901), ibid., p. 72-74. La plus ancienne copie (XIVe siècle) de la bulle de Sergius III, dont l’original n’existe plus, a été publiée par G. Guigue, dans l’article mentionné ci-dessus p. 37-38.

30 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 212-213 ; A. Chagny, La basilique Saint-Martin d’Ainay et ses annexes. Étude historique et archéologique, op. cit., p. 25-26.

31 L’original de ce diplôme, le plus ancien document conservé aujourd’hui aux A.D. du Rhône, 10 G 3125, a été retrouvé de façon fortuite dans les combles de la cathédrale Saint-Jean de Lyon à l’occasion de travaux effectués au début de la guerre de 1914-1918. Cf. G. Guigue, « Documents des archives de la cathédrale de Lyon récemment découverts. La trouvaille, un diplôme original de Charles de Provence », Bibliothèque de l’École des Chartes, LXXVI, 1915, p. 532-544.

32 Grande Pancarte ou Cartulaire de l’IleBarbe, éd. Charpin-Feugerolles (Comte de) et G. Guigue, op. cit., p. 224-228.

33 M.G.H., Diplom. Karol., III, p. 415-416.

34 L’abbesse Alatrude attestée en 957 est la sœur d’Artaud, premier de sa lignée à porter le titre de comte de Forez ; Asseline, abbesse en 988, appartient à la même famille : cf. J. Picot, L’abbaye Saint-Pierre de Lyon, op. cit., p. 25-26.

35 Supra, n. 12.

36 Confirmation de Louis IV : P. Lauer, Recueil des actes de Louis IV roi de France (936-954), Paris, 1914, p. 32.

37 Cette bulle de Sergius II (Jaffé, t. II, suppl., 2593a) est perdue. Celle de Léon IX est le plus ancien document conservé aux A.D. de l’Ain, H 88.

38 La bulle de Formose, P.L., 129, c. 845-846, est de novembre 895. L’archevêque Aurélien est mort le 4 juillet précédent.

39 Supra, n. 30 ; Aurélien est signalé comme abbé de Saint-Claude dans l’obituaire de cette abbaye : G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la Province de Lyon, t. I, Paris, 1951, p. 298. Avant lui, Rémy Ier est mentionné comme abbé de Saint-Claude dans un diplôme (par ailleurs assez largement interpolé) de Lothaire Ier de 854, délivré à la demande de Remigius sanctae Lugdunensis Ecclesiae venerabilis archiepiscopus et abbas monasterii sancti Eugendi, qui ad praesens regere et gubernare videtur..., Diplom. Karol., III, p. 303. Enfin, la Chronique de Saint-Claude (supra, n. 19) fait figurer ces deux archevêques dans la liste abbatiale.

40 Sur les débuts de Bemon, cf. G. Moyse, « Les origines du monachisme dans le diocèse de Besançon (Ve-Xe siècle) », art. cit. ; M. Pacaut, L’Ordre de Cluny, Paris, 1986, p. 63-65.

41 Cf. les pages de G. Moyse dans R. Locatelli (et alii), L’abbaye de Baume-les-Messieurs, Dole, 1978, p. 24-34.

42 Édités tous deux - avec des datations de chartes parfois approximatives - par A. Bernard, Cartulaire de l’abbaye de Savigny, suivi du Petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, 2 vol., Paris, 1853.

43 Dans le privilège par lequel il accorde la libre élection de l’abbé (Cartulaire de l’abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit., t. I, no 38, p. 35-36), Burchard Ier rappelle que l’abbé Badin a été désigné par son prédécesseur, Guy ; malgré ce privilège, c’est bien l’archevêque qui, en 957, nomme le successeur de Badin, Gausmar, ibid., no 126, p. 87.

44 Privilège de Conrad 1er de Bourgogne de 971, supra, n. 32. Huit ans plus tard, l’archevêque Burchard II confirmant l’abbé Hildebert, rappelle ses droits, M.-C. Guigue éd., Cartulaire Lyonnais, t. I, Lyon, 1885, no 7, p. 13.

45 Conrad Ier accorde à Savigny, en même temps que l’immunité, la même clause qu’à l’Ile-Barbe, Cartulaire de l'abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit., t. I, no 127, p. 88-91. À l’occasion de l’élection de l’abbé Hugues en 984, Burchard II reconnaît implicitement ces dispositions.

46 Petit cartulaire d’Ainay, éd. A. Bernard, op. cit., no 21, p. 566-567 ; 47, p. 588-589 ; 67, p. 603-604 ; 76, p. 610-611 ; 83, p. 615-616 ; 103, p. 630 ; 133, p. 652-653 ; 147, p. 663-664 ; 178, p. 684-685 ; 181, p. 687-688. Toutes ces chartes mentionnent l’archevêque Burchard II, sauf le no 76 qui place l’abbaye sous l’autorité de son prédécesseur Amblard.

47 Cartulaire de l’abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit., t. I, no 428 et 429, p. 231-232.

48 Spoliations et restitutions nous étant connues par les mêmes chartes, il n’est pas possible de déceler les usurpations définitives.

49 Par exemple les biens sis dans la vallée de l’Azergues que Burchard II donne à Savigny en mars 1000, Cartulaire de l’abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit., t. I, no 438, p. 238-239.

50 Pour ne citer que les auteurs les plus récents, H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 169 ; R. Fédou dans A. Latreille (dir.) Histoire de Lyon et du Lyonnais, op. cit., p. 71.

51 H. Gerner, ibid., p. 281-283.

52 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (802-1300), éd. A. Bernard et A. Bruel, op. cit., t. I, no 670, p. 623-624.

53 Ibid, t. Il, no 1227, p. 307-308.

54 Ibid., t. II, no 1450, p. 503-506.

55 Cf. le tableau récapitulatif établi par J. Hourlier, Saint Odilon abbé de Cluny, Louvain, 1964, p. 212-213, à partir des bulles de Grégoire V, Victor II et Étienne IX. Il faut se méfier en revanche des identifications très souvent fautives données par G. de Valous, Le domaine de l'abbaye de Cluny aux Xe et XIe siècles, Paris, 1923.

56 Taluyers, Rhône, cant. Montant ; Pouilly-les-Feurs, Loire, cant. Feurs ; Arthun, Loire, cant. Boën-sur-Lignon ; Savigneux, Ain, cant. Saint-Trivier-sur-Moignans ; Chaveyriat, Ain, cant. Châtillon-sur-Chalaronne ; Limas, Rhône, cne Limas, cant, et arr. Villefranche-sur-Saône ; Saint-Pierre-de-Chandieu, Rhône, cant. Saint-Symphorien-d’Ozon.

57 Cartulaire de l’abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit, t. I, no 581, p. 284-287.

58 Cf. J. Leclercq, F. Vandenbroucke, L. Bouyer, La spiritualité du Moyen Âge (Histoire de la spiritualité chrétienne, t. II), Paris, 1961, p. 139-140.

59 Cartulaire de l'abbaye de Savigny, éd. A. Bernard, op. cit., t. I, no 632, p. 308-309.

60 Cf. Jotsald, Vita Odilonis, SS, XV, p. 818.

61 Jaffé, no 5845.

62 P.L, 148, c. 667.

63 Cf. J.-F. Lemarignier, « L’exemption monastique et les origines de la réforme grégorienne », A Cluny. Congrès scientifique en l’honneur des saints Abbés Odon et Odilon. 9-11 juillet 1949, Dijon, 1950, p. 325-326 ; G. de Valous, Le monachisme clunisien des origines au XVe siècle, t. II, 2e éd., Paris, 1970, p. 130-159 ; M. Pacaut, L’Ordre de Cluny, op. cit., p. 130-131.

Notes de fin

1 Article paru sous le même titre dans L'Église du IXe au XIe siècle (Histoire médiévale et archéologie), CAHMER, no 3, 1991, p. 77-93.

Table des illustrations

Légende Monastères du diocèse de Lyon (IXe-Xe siècles)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende La Manécanterie, réfectoire des chanoines de la cathédrale Saint-Jean deLyon jusqu’à la fin du XIVe siècle.Décor de la façade ouest (rapporté sur le bâtiment carolingien ?) :extrémité sud de l’arcature (XIIe siècle ?).Le personnage dans la niche de droite pourrait représenter l'astronomie.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende L’abbaye de l’Ile-Barbe au début du XVIIe siècle : église abbatiale Saint-Martin et Saint-Loup vue de la rive droite de la Saône.Dessin de Martellange (1616), B.N.F.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19200/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende L’Ile-Barbe aujourd'hui : chapelle Notre-Dame (1ere moitié du XIIe siècle ?) vue de la rive gauche de la Saône.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19200/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search