Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Deuxième partie. L'église de Lyon à l'époque carolingienne

Les monastères du diocèse de Lyon : le poids de l’héritage carolingien

Texte intégral

1Si Lyon a abrité dans ses murs au IIe siècle une des toutes premières communautés chrétiennes de Gaule, ce n’est pas elle, on le sait, qui a accueilli les plus anciennes expériences monastiques d’Occident. Néanmoins, dès le milieu du Ve siècle, deux abbayes, dans la filiation l’une de l’autre, - celle des Monts du Jura (appelée plus tard Saint-Oyend, puis Saint-Claude), puis celle de l’Ile-Barbe - combinant des influences lériniennes et martiniennes ont vu le jour à l’intérieur du vaste diocèse de Lyon. Elles ont été rejointes, à une date qu’il est impossible de fixer avec précision, mais en tout cas au début du IXe siècle au plus tard, par les monastères de Saint-Rambert-en-Bugey, de Nantua, de Saint-Pierre de Lyon (moniales), d’Ainay et de Savigny. C’est aussi à ce moment que toutes adoptent la règle bénédictine revue par Benoît d’Aniane.

2Ces sept abbayes, avec les réseaux de dépendances et de prieurés qu’elles établirent au cours des siècles, ont constitué l’armature monastique du diocèse pour toute la période médiévale et même au-delà, n’accueillant guère, sauf exception (Nantua), le grand courant de réforme clunisien, et ne laissant qu’une place somme toute réduite aux fondations nouvelles (on ne rencontre pas, par exemple, d’abbayes cisterciennes importantes dans l’archevêché de Lyon).

3Il y a là une spécificité dont les cinq études suivantes ont cherché à rendre partiellement compte. La première tente de montrer le poids des structures mises en place à l’époque carolingienne ; les quatre monographies suivantes, qui ne visent en aucune manière à constituer des histoires complètes de chaque abbaye, mettent plus particulièrement l’accent sur deux points : le développement de ces abbayes comme puissance régionale (Savigny), ou encore l’imaginaire de leurs origines (Saint-Rambert, l’Ile-Barbe, Ainay).

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search