Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Deuxième partie. L'église de Lyon à l'époque carolingienne

Lyon aux temps carolingiens1

Texte intégral

  • 1 Le texte présenté ici est une version largement remaniée, mise à jour et pourvue d’un appareil crit (...)

1Lorsque dans les années trente du VIIIe siècle, les hommes du nord et du nord-est de la Gaule, conduits par Charles Martel, descendirent vers les régions méridionales, ils entrèrent dans un monde où la civilisation urbaine de l’Antiquité romaine n’avait pas tout à fait disparu. Un monde qu’ils connaissaient mal, qui les impressionnait peut-être, mais dont ils percevaient dans l’immédiat la richesse potentielle, ce qui les dispensait de chercher à le comprendre. Un monde où, à côté des grands domaines, la ville était demeurée un élément indispensable de l’organisation sociale.

  • 1 Cf. A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et (...)
  • 2 Cf. infra, p. 145.

2Mais cette ville - et c’est l’exemple de Lyon qui va nous retenir ici - quelle est-elle en ce début du VIIIe siècle ? C’est avant tout une héritière. Une héritière qui a conscience de sa grandeur passée de civitas romaine. Même si, dès la fin du IIIe siècle, elle s’était rétractée à l’intérieur d’une enceinte réduite1, Lyon gardait encore, cinq siècles plus tard, les traces monumentales visibles de ce passé ; elle en conservait aussi la mémoire. On sait parfaitement, encore au milieu du IXe siècle, attribuer à l’époque de Trajan le forum (Fourvière) qui venait de s’écrouler2. Certes, le rôle politique et administratif de la cité s’était considérablement amenuisé, par étapes. Sa fonction - éphémère - de co-capitale du royaume burgonde, n’avait pas résisté à la première mainmise franque sur la région deux siècles plus tôt. Mais l’héritage était aussi d’une autre nature : il était religieux. La ville, c’était, depuis l’implantation du christianisme, la résidence de l’évêque, devenu aussi le defensor civitatis ; c’était également - du moins à ses portes - le séjour privilégié des morts auprès de saints tombeaux abrités dans de grandes basiliques, comme celles de Saint-Just ou de Saint-Irénée. Face à ces deux composantes essentielles, le passé romain, le présent chrétien, les autres fonctions de la ville (lieu de marché et d’échanges) apparaissent secondaires.

  • 3 Pour l’ensemble de la période traitée ici, cf. A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, t. I, Des o (...)

3Enfin la situation géographique, sinon le site, de Lyon, dont toute une tradition historico-géographique, souvent peu soucieuse de références à des contingences historiques précises, a voulu faire un atout intemporel et éternel, fait que la ville, au début du VIIIe siècle, se situe à la confluence d’intérêts et d’appétits opposés, dont les plus vigoureux à long terme viennent du nord. C’est par leur intervention que Lyon, jusque-là plutôt tournée vers le sud, se trouve intégrée, malgré elle au départ, dans la vaste construction carolingienne, dont elle tente ensuite de maintenir certains traits dans le monde recomposé qui s’édifie sur son échec. On l’aura compris, c’est donc en trois temps chronologiques de durée inégale que s’organise l’histoire de Lyon du VIIIe au Xe siècle3.

Lyon au VIIIe siècle : une ville marginale et rebelle ?

Une période mal connue

  • 4 L’inventaire et l’examen critique de cette documentation concernant avant tout l'histoire religieus (...)
  • 5 Vita sancti Boniti episcopi Arverni, M.G.H., S.R.M., VI, p. 110-139 ; elle fut écrite par un moine (...)
  • 6 Frédegaire, Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations), texte latin éd. J.M. Wall (...)
  • 7 P.L., 123, c. 122.

4Bien peu de textes parlent de Lyon au VIIIe siècle, ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu de la pénurie documentaire générale de l’époque. De plus, pour trois raisons au moins, il faut utiliser les maigres renseignements qu’ils nous donnent avec précaution4. En premier lieu, parce que certains d’entre eux, rédigés dans des régions plus ou moins éloignées de Lyon, ne mentionnent la ville que comme cadre ou décor d’événements dont le centre de gravité est ailleurs. Ainsi la Vita de saint Bonnet évêque de Clermont, rédigée en Auvergne peu après sa mort, évoque Lyon au début du VIIIe siècle uniquement parce que le saint évêque y séjournait à la fin de sa vie, qu’il y mourut en 706, et que les Clermontois eurent ensuite beaucoup de mal à arracher sa dépouille aux Lyonnais5. Deuxième motif de prudence dans l’exploitation de certaines de ces sources : une certaine forme de partialité. C’est le cas de la continuation de la Chronique dite de Frédégaire qui est le seul document signalant les premiers contacts entre Charles Martel et Lyon. Or, on sait que les chapitres concernant cette période ont été écrits dans l’entourage du Carolingien - milieu manifestement hostile aux habitants du sud de la Gaule - pour exalter, sinon justifier, son action dans cette partie du Regnum Francorum6. Enfin, il faut prendre garde à l’anachronisme. N’oublions pas, en effet, que certains textes ont été rédigés plus d’un siècle après les événements qu’ils rapportent, et que, de ce fait, leurs auteurs ont connu directement ou indirectement la renovatio conduite par Charlemagne et l’amorce de sa dislocation. Comment cela n’aurait-il pu influencer un Adon de Vienne († 875), par exemple, quand il traite dans sa Chronique des dévastations des années 730 dans la région lyonnaise7 ?

  • 8 Sur le VIIIe siècle lyonnais, cf. H. Müller, « Die Kirche von Lyon im Karolingerreich. Studien zur (...)

5En gardant à l’esprit ces préalables méthodologiques, on constate que les maigres et rares indications fournies par la documentation écrite sur l’histoire de Lyon au VIIIe siècle ne concernent que deux points : la première moitié du siècle seulement, la seconde étant presque complètement occultée, et la place de la ville dans le contexte des transformations politiques que connaît alors le monde franc. Rien de précis en revanche sur son évolution interne, que seul le rapport adressé par l’évêque Leidrade à Charlemagne vers 810-812 permet d’entrevoir. Il y brosse en effet à l’empereur un tableau très sombre de l’état dans lequel il a trouvé Lyon lors de sa prise de possession du siège épiscopal vers 800. Tout cela conduit à n’avancer que de simples hypothèses sur le VIIIe siècle lyonnais, que l’on peut toutefois ordonner en trois étapes8.

À l’écart des premières entreprises carolingiennes ?

  • 9 Et non Clovis III - fils de Clotaire III et éphémère roi d’Austrasie en 675-676 - comme cela est di (...)
  • 10 Cf. A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 424-4 (...)
  • 11 La Vita sancti Boniti, loc. cit., p. 130 mentionne ce conflit, sans donner le nom du duc qui s’oppo (...)

6Jusqu’en 733, d’abord, la ville suit les destinées assez troublées de la Bourgogne qui échappe alors peu à peu à l’autorité franque. L’évêque Goduinus (688-706/710), le dernier évêque précarolingien de Lyon sur lequel on ait quelques renseignements, entretient encore, semble-t-il, des relations avec les rois mérovingiens de Bourgogne à la fin du VIIe siècle : il apparaît en effet dans quelques chartes de Thierry Ill, Clovis IV9 et Childebert III, dont l’authenticité n’est cependant pas toujours assurée10. Ces bonnes relations seraient-elles la raison du conflit qui l’oppose au début du siècle suivant, à Lyon, à un duc, dont on a supposé qu’il pourrait être Drogo, fils aîné de Pépin de Herstal ? Si oui, cela voudrait dire que le maire du Palais cherchait dès ce moment à étendre son influence en Bourgogne11. Mais dans ce cas, l’entreprise ne dut guère être concluante, puisqu’il n’y a plus aucune trace d’une intervention pippinide dans la région avant les expéditions de Charles Martel de 733 et 736.

  • 12 Gesta episcoporum Autissiodorensium, I, 26, M.G.H., SS, XIII, p. 394. Cf. A. Coville, Recherches su (...)

7En attendant, l’obscurité s’épaissit sur la région. De la nuit documentaire on voit seulement émerger une tentative de constitution de principauté ecclésiastique, qui semble se dessiner à partir des années 715-717. Savaricus, qui cumule les évêchés d’Auxerre et d’Orléans (712-718) place sous son autorité le Nivernais, le Tonnerrois, l’Avallonnais, et meurt en tentant de s’emparer de Lyon. Son successeur, Hainmarus (718-731) chercha à poursuivre la même politique, mais il fut éliminé par Charles Martel12.

Des envahisseurs venus du nord

  • 13 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations), op. cit., p. 218-219.
  • 14 Ibid., p. 222-223.
  • 15 Ibid., p. 250-251. Cf. M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d’une r (...)

8Deuxième temps de l’histoire lyonnaise au VIIIe siècle, l’intégration forcée et difficile dans le monde carolingien. On sait que Charles Martel voulut profiter de sa victoire sur les Arabes à Poitiers en 732 pour étendre son pouvoir sur les régions méridionales de Gaule. Les Francs avaient en effet disparu depuis longtemps de l’Aquitaine comme de la Bourgogne du Sud et de la Provence. Concrètement, cela signifiait une véritable conquête avec distribution de terres à des fidèles du maire du Palais venus du nord. En 733, Charles Martel fit une première descente en Bourgogne. « Il livra la région gauloise de Lyon à ses fidèles », dit le Pseudo-Frédégaire13. Cette mainmise brutale ne fut sûrement pas acceptée puisque Charles Martel dut redescendre en Bourgogne et en Provence trois ans plus tard, en 736. Il est question, cette fois, de la soumission de Lyon, où le maire du Palais établit des judices, avant de s’en retourner avec un important butin14. Mais les troubles ne cessèrent pas pour autant : en 739 puis en 767 des révoltes locales obligèrent des armées franques à occuper temporairement la Bourgogne. La région fut aussi impliquée, malgré elle cette fois, dans divers soulèvements nés ailleurs, principalement celui du duc d’Aquitaine Waïfre - toujours contre Pépin le Bref-, dont l’allié, le comte d’Auvergne Hilpingus, dévasta le Lyonnais en 76115. Nous sommes donc là dans une région (et une ville ?) rebelle d’abord à l’emprise conquérante des premiers Carolingiens, avant d’en être la victime.

  • 16 Encore que l’apparition de la légende noire d’un Charles Martel précipité en enfer pour avoir spoli (...)

9Aussi est-ce bien dans les modalités de l’installation de ces conquérants - c’est ainsi qu’ils devaient très probablement être perçus sur place - et dans la résistance qu’elle engendra qu’il faut chercher la cause essentielle des ruines attestées tant à Lyon que dans la région à la fin du VIIIe siècle, bien plus que dans les destructions causées par les raids sarrasins remontant la vallée du Rhône. C’est pourtant à eux qu’on les a longtemps attribuées sur la foi du seul témoignage fort vague et postérieur de plus d’un siècle d’Adon de Vienne, sans doute pour ne pas porter atteinte à l’image forgée ultérieurement de Carolingiens défenseurs de la chrétienté et protecteurs des églises16. Certes, il est vraisemblable que les Sarrasins aient semé la désolation lors de la grande expédition qui les conduisit notamment à Autun, qu’ils brûlèrent en 725 ou 731. Mais aucun texte contemporain ne mentionne à cette occasion un sort semblable pour Lyon, et il est certain d’autre part qu’ils ne s’installèrent pas à demeure dans la région. En admettant même qu’ils aient détruit les églises de Lyon, et qu’ils aient mené à nouveau un raid jusqu’à Lyon en 737, ils ne peuvent donc être tenus pour responsables de la ruine persistante de ces églises à la fin du VIIIe siècle, telle que la décrit, en 810-812, l’évêque Leidrade. De même, on ne peut leur imputer la lacune évidente de la liste épiscopale : un seul évêque, Madalbertus, sur lequel nous ne savons rien, est cité sur le siège de Lyon entre 712 et 769. Ces deux faits, en revanche, sont très vraisemblablement la conséquence de la politique de spoliation amorcée par Charles Martel et poursuivie probablement par Pépin le Bref, puis Charlemagne jusqu’à la fin du VIIIe siècle, au détriment surtout des églises locales, et au profit des aristocrates francs. L’entretien, voire la reconstruction des lieux de culte importaient en effet bien moins à ces derniers que l’exploitation, à leur profit exclusif, des biens qui en dépendaient.

Une ville oubliée ?

  • 17 Cf. G.G. Dept, « Le mot clusas et les diplômes carolingiens », Mélanges H. Pirenne, t. I, Bruxelles (...)

10Enfin, pendant la deuxième moitié du siècle, alors qu’elle était désormais intégrée, de gré ou de force, dans un monde carolingien en pleine expansion, la ville de Lyon se trouva progressivement marginalisée à l’intérieur de ce vaste ensemble. Jusque vers 750, en effet, elle était restée un lieu de passage fréquenté par ceux qui, venant du nord ou de l’ouest, se rendaient en Italie en empruntant la route du Mont-Cenis. Ainsi, saint Bonnet quand il va de Clermont à Rome, ou Pépin le Bref en compagnie du pape Étienne IV lors de sa première expédition en Italie en 754-755. Puis, après cette date, et au moment où les Carolingiens, conquérants de plus en plus attirés par les pays méridionaux, donnent un essor nouveau aux relations avec l’Italie, Lyon n’est plus signalé comme étape fréquentée sur ce chemin : Charlemagne n’y passe à aucune de ses cinq descentes outre-monts. La raison en est très vraisemblablement que la route dite du Mont-Cenis perd alors, pour un temps, de son importance (éboulement, profil trop accentué...) au profit de celle du Grand-Saint-Bernard. C’est désormais par le Valais - et non plus par Lyon - qu’on accède aux cluses alpines17. Le silence s’abat alors sur la ville pendant les trente premières années du règne de Charlemagne. Tout au plus sait-on qu’il y eut à nouveau un évêque nommé Adon (769-797 ?) sur lequel on n’a pratiquement aucune information.

11La mainmise carolingienne a donc été durement ressentie à Lyon, et c’est sur l’image d’une ville en ruine et à l’écart des grands axes de communication que se clôt le VIIIe siècle lyonnais.

Lyon, ville carolingienne modèle ? (v. 800 – v. 830)

12Cette sombre vision s’efface brusquement au tout début du siècle suivant. En une trentaine d’années tout se passe comme si Lyon, faisant une réapparition soudaine dans le monde carolingien avec un visage nouveau, était appelé dorénavant à y tenir une place importante. Et ce n’est pas là une illusion qui serait due à une documentation désormais moins lacunaire. Une transformation réelle, ou en tout cas voulue, s’est bien produite. Le rapport de l’évêque Leidrade à Charlemagne signalé plus haut en fait foi. Certes, ce texte a pu, de par sa nature même, enjoliver la réalité. Mais si on le confronte aux données récentes de l’archéologie, et si on le complète par ce que nous apprennent, souvent incidemment, les lettres et traités d’Agobard, successeur de Leidrade, on s’aperçoit à l’évidence de la réalité du changement intervenu à Lyon en ce début du IXe siècle. Mais ce changement, qui transforma la ville et ses structures internes, et qui réactiva ses fonctions, il fut manifestement imposé de l’extérieur.

Une rénovation imposée

La volonté de Charlemagne

  • 18 On ne sait que très peu de choses sur cet évêque Adon. Il assista au concile romain de 769 dont il (...)
  • 19 Sur l’adoptianisme, cf. M. Rubellin, « Hérésie et parenté en Occident (fin VIIIe – début IXe siècle (...)
  • 20 Cette translation des reliques de saint Cyprien et du chef de saint Pantaléon est mentionnée dans l (...)

13Lyon ne fut en effet ni l’initiatrice, ni l’artisan de sa propre renovatio. Ordonnée par Charlemagne, celle-ci fut conduite sur place par des évêques étrangers à la région. En désignant à la fin de 797 un de ses proches conseillers, Leidrade, comme évêque de Lyon, le futur empereur manifestait sa volonté d’y imposer ses vues. Pourquoi cet intérêt si soudain pour une ville exsangue, et qu’il ignorait depuis son avènement ? Pas seulement parce que, l’évêque Adon étant mort, il fallait lui trouver un successeur18. Il y avait en fait deux raisons beaucoup plus profondes. Il était d’abord normal que Charlemagne, voulant - après quelques réticences- redonner consistance aux anciennes provinces ecclésiastiques, ait été particulièrement attentif au sort de leurs métropoles, au nombre desquelles était Lyon. Mais le contexte régional, au sens large, a dû être aussi déterminant. En l’occurrence, les difficultés rencontrées dans la lutte contre l’hérésie adoptianiste19. On sait que celle-ci, née dans les milieux mozarabes de Tolède, avait gagné la Catalogne carolingienne depuis 785. Elle y avait trouvé en la personne de Félix, évêque d’Urgel, un propagandiste redoutable. Les condamnations portées en 792 et 794 n’avaient eu aucun effet, et le mouvement prenait de l’ampleur. Peut-être n’a-t-on pas assez souligné la coïncidence entre la nomination de Leidrade à Lyon et la mission de lutte contre cette hérésie en Septimanie, dont il fut chargé, peut-être en compagnie de Théodulphe d’Orléans. En effet, en confiant au même personnage ces deux tâches, Charlemagne montrait clairement qu’il voulait faire de Lyon une sorte d’avant-poste de l’orthodoxie chrétienne et de l’idéologie carolingienne aux portes de ces régions méridionales qu’il connaissait mal et dont il se méfiait. En accordant en 806 à l’Église de Lyon les reliques de saint Cyprien et de divers martyrs africains, qu’il avait fait chercher en Afrique du Nord, Charlemagne consacrait solennellement la place nouvelle qu’il reconnaissait à la ville, et marquait l’estime dans laquelle il tenait le pasteur qu’il y avait nommé20.

Les agents de l’entreprise : Leidrade et Agobard

  • 21 Cf. A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 294-2 (...)
  • 22 L’ouvrage de E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werke, Cologne-Vienne, 1969, permet (...)

14Ce programme ambitieux, ce furent les deux premiers évêques « carolingiens » de Lyon, Leidrade (797-816)21 et Agobard (816-840)22 qui furent chargés de le mener à bien. Pour l’essentiel, c’était chose faite vers 830.

  • 23 M.G.H., SS, I, p. 110. L’éditeur a appelé un peu abusivement ces quelques notes Annales Lugdunenses
  • 24 E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werke, op. cit., p. 24-27.

15Hormis le fait qu’ils agirent dans un contexte général bien différent, un certain nombre de traits séparaient les deux évêques. Leur origine géographique en premier lieu. On sait que Leidrade, né en 743-745, était Bavarois, tandis qu’Agobard, dont la date de naissance demeure inconnue, venait probablement de Septimanie. Si on a longtemps voulu en faire un Espagnol, c’est uniquement sur la base de courtes notes portées dans la marge d’un manuscrit lyonnais de Bède, attribuées à tort à Agobard23. Son dernier biographe, E. Boshof, a clairement démontré qu’elles avaient sans doute pour auteur un clerc lyonnais écrivant après 841, et qu’elles ne concernaient que très partiellement Agobard24.

  • 25 Leidrade avait d’abord envoyé à Charlemagne un traité d’ordre général sur le baptême, dont les déve (...)
  • 26 P.L., 99, c. 884-886. Le terme soror employé par Leidrade pour s’adresser à sa correspondante ne se (...)

16Incontestablement lettrés l’un et l’autre, produits et acteurs, à une génération d’écart, de la renovatio carolingienne, les deux hommes diffèrent ensuite par l’œuvre écrite qu’ils nous ont laissée. Elle est assez mince en ce qui concerne Leidrade. Nous n’avons en effet conservé de lui que quatre textes, dont trois, adressés à Charlemagne, ont une teinture quasi administrative : deux d’entre eux (un traité et une lettre) sont des réponses à l’enquête lancée par le souverain sur le baptême en 811-8 1 225, et le troisième est le célèbre rapport sur sa gestion de l’Église de Lyon (cf. infra). Quant au quatrième, c’est une lettre de consolation adressée à une femme chrétienne frappée par la perte de son fils et de son frère26. La production littéraire d’Agobard est beaucoup plus considérable (vingt-six titres) et beaucoup plus variée dans les thèmes abordés.

Les oeuvres d’Agobard

On dispose aujourd’hui de deux ouvrages permettant une connaissance rigoureuse d’Agobard et de ses écrits : une excellente édition critique de son oeuvre (L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), Turnhout, 1981) et une très solide étude due à un historien allemand (E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werke, Cologne, 1969).

Vingt-six traités ou lettres et un poème peuvent être attribués avec une quasi-certitude à l’évêque de Lyon. Ils sont adressés aux fidèles et aux clercs du diocèse, à l'empereur et à certains grands de sa cour, ou encore à d’autres évêques (Barnard de Vienne, Nibridius et Barthélemy de Narbonne). Cinq thèmes principaux y sont abordés :
- La pastorale (exposé de la foi catholique, les devoirs des clercs, la dénonciation de certaines superstitions à propos de l’origine de la grêle et du tonnerre ainsi que des épizooties, ou encore de manifestations suspectes sur certaines tombes, etc.).
- Les questions dogmatiques (contre l’adoptianisme ; contre le culte des images).
- Les questions liturgiques (sur la réforme du chant liturgique ; contre les innovations d’Amalaire).

- Les rapports avec les juifs de Lyon (sur la nécessité de baptiser leurs esclaves païens ; sur certaines de leurs pratiques religieuses ; sur le danger que courent les chrétiens à les fréquenter ; contre les privilèges que l’empereur abusé, selon lui, leur a concédés).
- L’unité indispensable de la société chrétienne (contre la diversité des lois ; contre la division de l’Empire ; pour justifier l’action menée contre Louis le Pieux en 822, 830 et surtout 833). Ce thème est capital dans l’œuvre d’Agobard : il est le sujet principal de neuf de ses ouvrages, et est présent en filigrane dans tous les autres.

  • 27 Alcuin, Lettres no 10 (790), 165 (janvier 799), 194 (19 mars 800), 207 (26 juin 800), 208 (printemp (...)
  • 28 Théodulphe parle de Leidrade en des termes très élogieux dans un long poème, Paraenesis ad judices, (...)
  • 29 Alcuin ferait allusion à une première mission (en 798) dans deux lettres aux moines et aux fidèles (...)

17Leur carrière, enfin, oppose les deux prélats. Leidrade fut d’abord clerc de l’Église de Freising ; on le retrouve ensuite, en 782, dans le petit groupe de ceux qui, autour de Charlemagne, inspirent le programme de renovatio de l’Occident, et qui forment ce qu’on appelle - un peu abusivement - l’école du Palais. Il y côtoie surtout Alcuin qui, dans plusieurs lettres, l’appelle son “compagnon”, son “très cher ami”, son “fils”27. Mais aussi Théodulphe d’Orléans28 ou Benoît d’Aniane en compagnie duquel il effectua une ou deux missions en Septimanie en 798-80029. Ce n’est que vers la fin de sa vie, comme pour couronner sa carrière, qu’il reçut la charge de l’Église de Lyon. Agobard, en revanche, ne semble avoir connu que la Narbonnaise et l’entourage de Leidrade à Lyon avant de lui succéder. Il accède à l’épiscopat dans la force de l’âge. Il n’entra que plus tard en contact avec les clercs qui guidaient Louis le Pieux, et prit rang pour un temps parmi eux, avant de s’opposer violemment, à partir de 830, aux nouvelles orientations de l’action impériale.

  • 30 Adon de Vienne, Chronique, op. cit., c. 129. E. Boshof, ErzbischofAgobard von Lyon. Leben und Werke (...)

18Mais davantage de points communs rapprochent les deux hommes. Tous deux étaient sans aucune attache initiale avec le milieu local, voire régional. Ils éprouvèrent de ce fait quelques difficultés à s’imposer à Lyon. Leidrade, désigné par Charlemagne dès la fin de 797 pour occuper le siège de Lyon, n’en prit effectivement possession qu’en 799-800. Ce décalage n’est pas seulement dû aux (ou à la) missions qu’il effectua alors en Septimanie. Adon de Vienne nous indique dans sa Chronique ce qui pourrait bien en être la raison essentielle : l’évêque de Lyon, Adon, étant mort (en 797 ?) son neveu Hilduin, bien que n’étant pas évêque lui-même, lui succéda quelque temps, avant de se retirer au monastère des îles de Lérins30. Cela pourrait signifier simplement que la nomination de Leidrade venait perturber le népotisme local, et que l’évêque choisi par Charlemagne ne put s’installer à Lyon qu’après en avoir évincé le neveu de son prédécesseur.

  • 31 E. Boshof, ibid., p. 31-37 ; cf. infra.

19Agobard rencontra, lui aussi, quelques obstacles pour accéder au siège épiscopal lyonnais. Ils sont difficiles à cerner exactement compte tenu de l’imprécision et des contradictions des quatre textes qui en font état. Réexaminés de façon critique, notamment par E. Boshof, ce que ces sources permettent de suggérer est parfois en discordance avec les interprétations traditionnelles31. On peut seulement affirmer que Leidrade, âgé et malade, voulait abandonner sa charge épiscopale pour se retirer au monastère de Saint-Médard de Soissons. La mort de Charlemagne lui fournit l’occasion de réaliser ce projet. Mais, comme il était inquiet pour la survie de son œuvre à Lyon, il désigna pour lui succéder son plus proche collaborateur le chorévêque (pris ici au sens d’auxiliaire) Agobard, auquel il fit conférer l’onction épiscopale. Cette procédure, jugée contraire aux canons, suscita l’opposition d’un certain nombre d’évêques. Il dut y avoir alors une situation assez confuse à Lyon, jusqu’à ce que Louis le Pieux et le concile d’Aix-la-Chapelle d’août 816 reconnaissent Agobard comme évêque de Lyon. Leidrade était sans doute mort à cette date.

20Mais en fait, ce qui, en dernière analyse, assure une véritable continuité entre les deux « fondateurs » du Lyon carolingien, sinon médiéval, c’est que tous deux, appartenant avec une génération d’écart au petit cercle des évêques réformateurs, se sentent pareillement investis de la même mission à laquelle ils ne sauraient se dérober, à savoir contribuer à l’édification ici-bas de la cité de Dieu, gage du salut éternel. Cela voulait d’abord dire pour eux implanter, consolider et défendre à Lyon, le modèle de cité élaboré dans l’entourage de Charlemagne vers 800. Quelles furent les transformations qui en résultèrent pour Lyon ?

Une ville nouvelle ?

La permanence du cadre topographique

  • 32 Pour ne citer que les travaux de synthèse : J.-F. Reynaud, Lugdunum christianum. Lyon du IVe au VII (...)
  • 33 L’événement est mentionné dans les Annales Lugdunenses, loc. cit. (supra, n. 20), p. 111.
  • 34 On ne peut guère aller plus loin dans la connaissance topographique de la ville carolingienne, sauf (...)

21Si les textes (le Rapport de Leidrade notamment) nous donnent quelques informations sur les constructions monumentales de la ville, ils ne nous aident guère pour la connaissance de sa topographie. Heureusement, à la faveur des grands travaux (construction du métro, de parkings souterrains, voire d’ensembles immobiliers) qui se sont multipliés à Lyon depuis quelques décennies dans des zones archéologiquement sensibles, les archéologues ont pu, dans des conditions difficiles parfois, ouvrir un certain nombre de chantiers de fouilles. Les résultats de leurs travaux, régulièrement publiés, ont fait progresser notre connaissance de la ville à l’époque carolingienne32. Il apparaît alors que ce n’est pas dans une modification ou une extension de son implantation topographique qu’il faut rechercher la nouveauté du Lyon carolingien. Le cadre général de la ville reste en effet inchangé au début du IXe siècle. Mis à part le noyau de peuplement autour des anciennes basiliques funéraires de Saint-Just et Saint-Irénée, les hauteurs (Fourvière, les pentes de la Croix-Rousse, jadis occupées par les Gallo-Romains) demeurent désertées et en dehors de l’enceinte urbaine. C’est pourquoi l’écroulement du mur de soutènement du vieux forum de Trajan (Fourvière) signalé en 84033 ne fut pas ressenti comme une catastrophe, la zone concernée était abandonnée depuis longtemps, et sa vocation de carrière de pierres taillées se trouvait ainsi confirmée. Le Lyon carolingien, c’est toujours - et d’abord - l’agglomération blottie sur la rive droite de la Saône au pied de la colline de Fourvière, depuis Saint-Paul au nord jusqu’à Saint-Laurent de Choulans au sud. Ce sont aussi, entre Rhône et Saône, dans la Presqu’île aux contours toujours incertains, de rares habitants qui se serrent autour du monastère Saint-Pierre et de l’église Saint-Nizier au nord, mais aussi à l’emplacement actuel des Célestins, tandis que, vers le sud, l’abbaye d’Ainay et l’église Saint-Michel demeurent isolées dans la zone parfois inondée du confluent34. Au total, un espace urbain d’une quarantaine d’hectares, dont on ne peut, faute de documentation, estimer la densité de peuplement, et donc connaître le chiffre de la population.

Une ville unie derrière son évêque ?

  • 35 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, M.G.H., S.R.G., I, p. 2 ; Agobard, De iniusticiis, éd (...)
  • 36 Cf. infra le rapport de Leidrade à Charlemagne.

22Cette ville, c’est d’abord le lieu de résidence de l’évêque. À partir de Leidrade, celui-ci y revendique la totalité du pouvoir. Certes, un praefectus (ou duc ?) de Lyon est bien signalé en 818. Il s’appelle Bertmund, et on le retrouve avec le titre de comte (comes noster, dit Agobard) en 826-82835. Mais c’est en Lyonnais et non à Lyon qu’il exerce son autorité. Il aurait peut-être délégué un vicomte dans la ville, mais sans pouvoir réel apparent. En tout cas, signe manifeste de la prééminence de l’évêque, c’est ce dernier (Leidrade en l’occurrence) et non le comte, qui prépare un palais pour recevoir le souverain au cas où il viendrait à Lyon36. Malheureusement, aucun document ne permet de saisir concrètement le fonctionnement de ce pouvoir. Tout ce qu’on peut dire avec certitude, à la lecture des œuvres d’Agobard notamment, c’est qu’il est conçu comme une autorité très « carolingienne », c’est-à-dire à la fois temporelle et spirituelle, reflet de celle dévolue à l’empereur. Comment, autrement, l’évêque pourrait-il bâtir à Lyon la cité de Dieu ?

  • 37 Adversus legem Gundobaldi, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum (...)

23Cette conception suppose la vision d’une cité tout entière rassemblée derrière son pasteur qui la guide vers le salut. Il ne saurait y avoir aucune faille dans cette unanimité, ni aucune discordance avec le reste de l’Empire chrétien. Agobard fut très sensible, pour sa ville, à cette double obligation d’unité. D’une part, en effet, il demanda à Louis le Pieux vers 817 de placer désormais les Lyonnais sous les mêmes règles juridiques que les Francs. Un grand pas vers l’unité se trouverait ainsi accompli et, de plus, les habitants de Lyon ne seraient plus soumis aux procédures (le duel judiciaire par exemple), qu’il jugeait barbares, de la loi Gombette37.

  • 38 Deux sont adressées à Louis le Pieux ; deux à des personnages importants de la cour ; une à Nibridi (...)
  • 39 Il la combat néanmoins, et prouve dans le De iudaicis superstitionibus et erroribus, éd. L. Van Ack (...)
  • 40 Agobard dénonce en termes assez vifs les menaces proférées à son encontre par le magister ludaeorum(...)
  • 41 Ce privilège figure parmi les Formulae imperiales, recueil constitué très vraisemblablement avant 8 (...)
  • 42 Dans le De cavendo convictu et societate iudaica, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omni (...)
  • 43 Contra praeceptum impium de baptismo manciporum judaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis o (...)
  • 44 Cf. B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental (430-1096), Paris, 1960.

24D’autre part, il se dressa violemment contre la communauté juive de Lyon. Cinq de ses lettres des années 823-828 sont consacrées à cette question38. Les juifs semblent alors nombreux et actifs dans la ville. S’il est possible qu’ils vivent dans un secteur urbain déterminé, du moins ne relève-t-on aucune ségrégation à leur encontre. Des rapports étroits existent au contraire entre eux et les chrétiens (repas en commun, serviteurs chrétiens employés par des juifs, etc..). Ce que leur reproche Agobard, ce n’est pas leur puissance économique, dont on reparlera, ni même, à y bien considérer, leur foi en tant que telle39. C’est avant tout le statut particulier qu’ils ont obtenu de Louis le Pieux vers 825, et qui les soustrait à son autorité, qui met l’évêque en fureur. Les juifs de Lyon ne dépendaient plus désormais que d’un magister judaeorum installé sur place, Evrard, probablement père du comte Bertmund40. De plus, par le privilège impérial accordé à David, Joseph et aux autres juifs de Lyon, ceux-ci sont placés sous la protection de l’empereur, et exonérés de tout péage pour leur activité commerciale ; en outre, en cas de litige entre un juif et un chrétien, le demandeur quel qu’il soit devra produire trois témoins juifs et trois témoins chrétiens41. Ils peuvent faire travailler des chrétiens (sauf le dimanche et les jours de fête), et on leur a reconnu le droit de faire construire de nouvelles synagogues42. Personne ne pourra enfin baptiser leurs esclaves païens s’ils s’y opposent43. Ce qui est inadmissible pour Agobard, c’est que ce statut situe les juifs de Lyon à part (à côté ou au-dessus) du reste de la population de la ville, et brise donc son unité. À ses yeux, ils sont devenus les diviseurs de la cité, c’est-à-dire les agents de sa subversion. Il dit à plusieurs reprises que l’empereur n’a pu prendre de telles mesures et/ou qu’il a été trompé par son entourage. Il lui demanda donc avec insistance, et apparemment sans succès, de les rapporter. D’autre part, sur place, il prêcha à ses ouailles le refus de tout contact avec la communauté juive à laquelle il reprochait de s’être mise en dehors de la cité de Dieu qui ne connaît, elle, que l’unité. C’est là le sens profond de cet antijudaïsme lyonnais si étonnant dans le contexte du début du IXe siècle44.

Une ville de clercs

  • 45 J. Pourrat, L’Antique école de Leidrade, Lyon, 1899 ; R. Fédou, « Le Moyen Âge : de Leidrade à Gers (...)
  • 46 De Antiphonario, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuat (...)

25Il est évident que, dans cette ville qui doit être unie sous la conduite de son évêque, les clercs sont appelés à jouer un grand rôle. Mais des clercs dorénavant plus capables et plus dignes. On reconnaît là une des préoccupations majeures de Charlemagne, que l’on trouve reprise dès le début du rapport de Leidrade. Ce dernier présente l’action qu’il a menée à Lyon à ce propos sur deux plans. D’abord, il s’est attaché à élever le niveau « technique » et intellectuel des clercs de façon à les rendre aptes à assurer des cérémonies liturgiques impeccables. il a créé à cet effet deux écoles celle des chantres, où on apprendra à chanter selon le rite du Palais, et celle des lecteurs où on s’initiera à la lecture et à la compréhension des textes sacrés. Leidrade avait ainsi jeté les bases de ce qui fut l’armature scolaire de la ville jusqu’au XIIIe siècle45. Ces écoles obtinrent des résultats, surtout celle des chantres. Ce succès eut même des effets pervers, aux dires d’Agobard. Vers 835-838, il dénonce en effet, chez les diacres lyonnais, la propension à accorder trop d’importance à la beauté de la voix au détriment de l’attention portée au sens spirituel des textes46.

L’œuvre de Leidrade à Lyon

Nommé évêque de Lyon par Charlemagne en 797/798, Leidrade lui adresse, vers 810-811, un bilan de son action dans lequel il fait ressortir l’état désastreux dans lequel il a trouvé l'Église de Lyon à son arrivée dans la ville. Le texte de ce rapport dont l'original n’a pas été conservé a été très souvent édité sous des formes diverses depuis le XVIe siècle. Il nous est connu à travers une quadruple tradition comportant chacune interpolations et variantes, et dont aucune n'est antérieure au XIIe siècle. La première est issue de l'abbaye de moniales Saint-Pierre de Lyon1 ; la seconde, dont le plus ancien témoin n’est pas manuscrit mais imprimé, a été éditée par G. Paradin à la fin du XVIe siècle, et se rattache à l’église cathédrale de Lyon2 ; quant à la troisième, elle provient, sous forme d’un vidimus du XVe siècle de l’abbaye de l’Ile-Barbe3. Enfin, dans les manuscrits du P. Chifflet, on trouve un texte de ce rapport établi, selon cet auteur, d’après un manuscrit conservé encore à son époque au monastère Saint-Pierre de Lyon et un autre, aujourd’hui inconnu, provenant de Saint-Rambert-en-Forez4. A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, après un examen rigoureux (p. 266-283) de ces trois textes, a reconstitué ce qui pouvait être l'état primitif de ce document capital, dont il a donné (p. 283-287) une édition expurgée de toute interpolation (en faveur notamment de l’abbaye de Saint-Pierre ou de celle de l’Ile-Barbe) et sur laquelle est fondée la traduction intégrale ci-après. Tel quel, ce texte pose un certain nombre de problèmes, notamment quant à sa composition. Il n’en livre pas moins des informations capitales sur la ville de Lyon au début du IXe siècle et les débuts de la reconstruction carolingienne.

1. Ms de la fin du XIIe, A.D. Rhône, éd M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, t. I, Lyon, 1885, p. 5, n. 7.
2. G.Paradin, Mémoires de l'histoire de Lyon, Lyon, 1573, p. 99-101.

Au très grand Charles, empereur, Leidrade, évêque de Lyon, salut. Mon seigneur, très glorieux, inébranlable et auguste empereur, je supplie la clémence de votre grandeur d’écouter avec un visage très bienveillant mon bref et modeste rapport, afin que ce qui s’y trouve puisse être connu de votre si juste prudence, et que le but de ma requête soit rappelé à votre clémence naturelle5.

Jadis, à moi, le plus petit de tous vos serviteurs, vous avez voulu confier le gouvernement de l'Église de Lyon, alors que j’étais incapable et indigne de cette charge. Mais vous qui ne faites pas attention aux mérites des hommes, mais n’écoutez que votre bonté habituelle, vous avez agi avec moi comme il a plu à votre ineffable bienveillance, sans que ma propre valeur y ait été pour quoi que ce soit. Ensuite vous m’avez envoyé prendre la tête de ladite Église, vous avez bien voulu me signaler certaines négligences dont on savait qu’elles s'y pratiquaient. C’est pourquoi vous avez daigné m’avertir d'avoir à appliquer tout le soin de ma sollicitude à les corriger, et à éviter qu’elles ne puissent se reproduire. Cette Église était, en effet, démunie et beaucoup de biens tant à l’intérieur qu’à l'extérieur, dans ses offices comme dans ses édifices et ses autres fonctions ecclésiastiques.

Daignez donc entendre ce que moi, votre très humble serviteur, j’ai fait, avec l’aide de Dieu et la vôtre, après mon arrivée ici... Après avoir reçu, selon votre ordre, l'Église susdite, je me suis activement employé, dans la mesure des forces de ma petitesse, à faire en sorte de pouvoir disposer de clercs pour la célébration des offices, comme il semble que cela se produise déjà largement avec l’aide de Dieu. Pour cela, il a plu à votre piété de m’attribuer, à ma demande, un clerc de l'Église de Metz, par lequel, avec l’aide de Dieu et votre appui, l’ordo psallendi a été instauré dans l'Église de Lyon. Ainsi, dans la mesure de mes forces, tout ce que l’ordo réclame pour la célébration de l’office divin, est observé selon le rite du sacré Palais. J'ai maintenant des écoles de chantres, dont les élèves sont formés de façon à pouvoir en former d’autres. J’ai aussi des écoles de lecteurs, qui non seulement s'exercent aux lectures des offices, mais qui, dans la méditation des livres divins, récoltent les fruits de la compréhension spirituelle. Certains d’entre eux peuvent déjà accéder en partie au sens spirituel des Évangiles. D’autres y ajoutent le livre des Apôtres et la plupart arrivent à comprendre le livre des Prophètes. De même pour les livres de Salomon, des Psaumes et de Job. Dans cette même Église, j’ai travaillé autant que j’ai pu à faire recopier des livres. De même, je me suis occupé des vêtements sacerdotaux et des objets nécessaires au culte.

3. Bibliothèque Municipale de Lyon, ms 1488.
4. C'est cette version du rapport qui a été éditée dans les M.G.H., Ep., IV, p. 542.
5. Leidrade fait sans doute allusion à sa demande d'être déchargé, pour raison de santé, de sa fonction épiscopale.

En ce qui concerne la restauration des églises, je n'ai cessé de m'y consacrer autant que j’ai pu. J’ai ainsi recouvert à neuf la grande église de cette cité dédiée à saint Jean-Baptiste, et j’ai relevé en partie ses murs de clôture. De même, j’ai réparé à neuf le toit de l'église Saint-Étienne. J'ai aussi réédifié l’église Saint-Nizier, ainsi que l'église Sainte-Marie6. En plus des réparations effectuées dans les monastères, j’ai restauré les maisons épiscopales : parmi elles, une qui était pratiquement en ruine, et que j’ai fait couvrir. J'en ai reconstruit une autre avec une terrasse, doublant ainsi sa superficie : je l'ai préparée à votre intention pour vous y recevoir, si vous venez dans la région. J'ai édifié en outre un cloître pour les clercs dans lequel, maintenant, ils vivent tous en une même maison. Dans cette même ville, j’ai reconstruit d’autres églises. J’ai recouvert à neuf une église, où fut un monastère en l'honneur de sainte Eulalie, maintenant dédiée à saint Georges, et j’ai relevé en partie son mur d’enceinte depuis les fondations. Une autre, en l’honneur de saint Paul, a été de nouveau couverte, j’ai restauré à partir des fondations les églises et la maison du monastère de jeunes filles dédié à saint Pierre. Trente-deux moniales y vivent maintenant selon la règle. J'ai restauré aussi le monastère de l’Ile-Barbe, au milieu de la Saône, et dédié à saint Martin : on a réparé la toiture à neuf et relevé des parties du mur d’enceinte depuis les fondations. Là vivent maintenant quatre-vingt-dix moines selon la règle.

6. Deux identifications possibles : soit l'église de l’hôpital fondé au VIe siècle, et situé sur la rive droite de la Saône au sud de la collégiale Saint-Paul ; appelée plus tard Notre-Dame de la Saônerie, elle a disparu aujourd’hui ; soit une
église Sainte-Marie sur la rive gauche de la Saône, qui aurait accueilli au XIe siècle des chanoines de Saint-Ruf et connue dès lors sous le nom de Notre-Dame de la Platière.

  • 47 Il avait été actif dans la période précédente. Cf. E.A. Lowe, Codices Lugdunenses antiquissimi. Le (...)
  • 48 Une étude d’ensemble (constitution, composition, utilisation, dispersion...) sur la bibliothèque ai (...)

26Mais il ne suffisait pas de transmettre des techniques et un savoir. Encore fallait-il pouvoir disposer, en quantité suffisante, de textes exempts de fautes. C’est pourquoi Leidrade redonne vie au scriptorium de Lyon47. À en juger par le nombre de manuscrits du IXe siècle d’origine très probablement lyonnaise qui subsistent encore à la Bibliothèque Municipale de Lyon et dans diverses bibliothèques européennes, on peut être sûr que les copistes ne durent pas chômer48. La liste de ces manuscrits (dont certains portent encore les ex libris de Leidrade et d’Agobard) et l’inventaire des citations repérées dans les œuvres d’Agobard ou du diacre Florus, permettent de se faire une idée des œuvres réunies à ce moment à Lyon : des textes scripturaires (notamment un bel évangéliaire), mais aussi et surtout les Pères de l’Église y tiennent une place essentielle, et parmi eux saint Augustin, dont il semble bien que toutes les œuvres alors connues aient été présentes dans la bibliothèque de l’église cathédrale.

  • 49 M.G.H., Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Fabariensis, p. 257, 259. Indice, peut-être (...)
  • 50 Ces deux « chapitres » sont très mal connus. Saint-Georges aurait succédé au monastère féminin de S (...)

27Ces clercs plus compétents, il faut aussi qu’ils mènent une vie irréprochable. Pour ce faire, Leidrade, puis Agobard introduisirent à Lyon la réforme canoniale voulue par Charlemagne et renouvelée par Louis le Pieux au concile d’Aix-la-Chapelle en 816. C’est ainsi que cinq chapitres de chanoines sont signalés à Lyon au début du IXe siècle, tant dans le fragment d’inventaire (ou bref) des biens de l’Église de Lyon joint au rapport de Leidrade, que dans le Livre des Confraternités de Reichenau (v. 830) qui recense les membres des abbayes et des chapitres en association de prières avec le célèbre monastère du lac de Constance49. D’abord le chapitre Saint-Étienne (ou chapitre cathédral, qui prendra bientôt le vocable de Saint-Jean), qui compte entre 52 et 68 chanoines placés directement sous l’autorité de l’évêque. Puis ceux de Saint-Just (25 chanoines) et de Saint-Paul (de 24 à 27 chanoines) à la tête desquels se trouvent deux chorévêques, auxiliaires immédiats de l’évêque. Enfin les chapitres de Saint-Nizier (20 chanoines) et Saint-Georges (19 chanoines), dirigés chacun par un abbé, dont on ne sait quels étaient les liens avec le chef de l’Église lyonnaise50. Au total environ 150 clercs, sûrement gagnés au départ à l’idéal de la renovatio.

  • 51 De Insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum C (...)
  • 52 Adversum dogma Felicis, ibid., p. 73-109, notamment p. 74-76.

28Il ne faut pas, cependant, se faire trop d’illusions sur l’efficacité immédiate de ces réformes. Aux dires d’Agobard, en effet, les clercs lyonnais restaient de piètres prédicateurs, et leurs ouailles préféraient les sermons de la synagogue51. Leur doctrine aussi ne semble pas inébranlable : on découvrit après sa mort à Lyon, où il avait été exilé après avoir abjuré à nouveau ses hérésies en 800, que Félix d’Urgel, qui n’avait en fait rien renié de ses erreurs, avait réussi à les faire partager par certains d’entre eux52.

  • 53 Cf. infra, « L’histoire de l’Ile-Barbe (Ve-Xe siècle) », p. 265-275.
  • 54 Cf. infra, « L’abbaye de Saint-Martin d’Ainay », p. 277-294.

29Malgré tout, c’est sur les clercs séculiers, bien plus que sur les moines, que les évêques de Lyon s’appuient pour mener à bien leur programme de réformes. Dans la ville, seul le monastère de Saint-Pierre fut réformé et restauré par Leidrade, et comptait trente-deux moniales. On peut y ajouter le monastère suburbain de l’Ile-Barbe, très ancien établissement, dont les liens avec l’Église de Lyon sont étroits. Leidrade fit refaire les toits et certains murs de ses bâtiments, qui abritaient alors quatre-vingt-dix moines, et fut sans doute à l’origine de sa réforme par un disciple de Benoît d’Aniane53. Rien en revanche pour Ainay, dont l’existence dès ce moment est très vraisemblable, bien qu’elle ne soit attestée par aucun texte54. Il apparaît bien alors que, pour les réformateurs lyonnais du début du IXe siècle, la ville n’est pas le champ d’action des moines.

  • 55 Sur les conséquences de la réforme canoniale pour la topographie urbaine, cf. Y. Esquieu, Autour de (...)

30Enfin, ces clercs mieux formés et mieux encadrés doivent pouvoir exercer le ministère de la prière et de la louange de Dieu dans des édifices qui en soient dignes. À ce sujet, ni Leidrade, ni Agobard ne semblent avoir construit de nouveaux lieux de culte. En revanche, le premier a, il y insiste beaucoup dans son rapport, restauré un grand nombre de ruines. Il a notamment fait refaire la toiture des cinq principales églises de la ville et relevé les murs de l’abbaye Saint-Pierre. Par ailleurs, la création des chapitres de chanoines a dû s’inscrire dans la topographie urbaine. La vie commune qu’ils instauraient supposait en effet des installations (réfectoire, dortoir, cloître) exigeant une importante emprise au sol55. Cela a sans nul doute modifié le paysage urbain de la ville de la rive droite de la Saône, et donc, compte tenu de la topographie, rejeté toute possibilité d’expansion future de la ville sur la rive gauche. En une trentaine d’années, les changements ont donc été considérables à Lyon même. Ils ont forcément affecté aussi les relations de la ville avec l’extérieur, c’est-à-dire, en un certain sens, ses fonctions.

La prépondérance des fonctions culturelles et religieuses

31Au début du IXe siècle, le rayonnement de Lyon sur un environnement plus ou moins étendu est perceptible, à des degrés divers, dans trois domaines économique, religieux et intellectuel.

Un rayonnement économique encore limité

  • 56 Et en particulier rien ne permet de considérer comme allant de soi, ainsi que le fait B. Gauthiez, (...)
  • 57 J.-P. Devroey, « Mansi absi : indices de crise ou de croissance de l’économie rurale du haut Moyen (...)

32C’est d’abord la fonction économique de la ville qui paraît réactivée de deux façons. En premier lieu, Lyon est devenu (ou redevenu ?) le centre qui draine les ressources de la région environnante, dont on ne peut toutefois définir précisément les contours. Ces ressources sont en effet indispensables pour faire face aux besoins engendrés par le rétablissement d’un pouvoir actif dans la cité, l’entretien de clercs plus nombreux et le relèvement des ruines. C’est donc l’Église lyonnaise, seule autorité et seule ordonnatrice des dépenses dans la ville, qui dut promouvoir cette transformation et en profiter. Cela suppose qu’elle ait pu recouvrer les biens fonciers dont les spoliations du VIIIe siècle l’avaient privée. Or, on n’a aucune mention de telles restitutions au début du IXe siècle. En revanche, le fragment d’inventaire dressé par Leidrade montre, au moins quantitativement, qu’un certain patrimoine a bien été récupéré. Il ne comporte malheureusement aucune précision géographique56. Son analyse permet de faire trois observations. Premièrement, ne sont mentionnées que des “colonges” (ou tenures) sur lesquelles devaient peser des redevances dont on ignore le poids ; cela semble écarter un système domanial du type de la villa. Deuxièmement, pour les colonges qui dépendent des seuls établissements lyonnais, le pourcentage des vacances ne paraît pas anormal par rapport à ce que nous apprennent les grands polyptyques contemporains57. Enfin, il y a une très forte disproportion quantitative et qualitative dans la répartition des tenures en faveur de l’évêque et de ses deux chorévêques. Elle traduit bien leur rôle prépondérant dans la conduite de la cité.

Répartition des biens de l’Église de Lyon au début du IXe siècle

On trouve à la suite de trois manuscrits du rapport de Leidrade à Charlemagne un début d’inventaire récapitulatif (ou bref) des colonges (ou tenures) tenues par l’Église de Lyon. Ce document fut très probablement rédigé sur ordre de Leidrade en application d’instructions de Charlemagne de 806 ou807.

L’évêque Leidrade dispose pour son usage de 727 colonges exploitées et de 3 vacantes, le (chor)évêque Amalbertus a 30 colonges exploitées et 17 vacantes ; le (chor)évêque Agobard, 64 exploitées et 4 vacantes. Il y a dans la maison de Saint-Étienne 52 clercs qui ont en bénéfice 83 colonges exploitées et 50 vacantes ; il y a 24 chanoines à Saint-Paul qui ont en bénéfice 22 colonges exploitées et 21 vacantes, et il y a là 12 pauvres qui reçoivent le tiers desdits biens. Pour l’hôpital Saint-Romain, il y a 22 colonges exploitées et 10 vacantes ; 6 exploitées et 2 vacantes pour l’hôpital Saint-Genis. Le monastère de moniales de Saint-Pierre dispose de 188 colonges exploitées et de 47 vacantes ; pour le monastère de l’Ile-Barbe, il y a 145 colonges exploitées et 53 vacantes, et pour celui de Saint-Rambert, 43 colonges vacantes.

(Texte latin établi par A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon (450-800), op. cit., p. 287-288).

Cet inventaire est incomplet. Il ne mentionne pas, en particulier, les chapitres de Saint-Just et de Saint-Irénée. Il ne peut donc servir à une analyse complète des possessions de l'Église de Lyon. Les deux tableaux ci-dessous peuvent faciliter les comparaisons.

Leidrade et ses auxiliaires

Nombre total de colonges

Colonges occupées

Colonges vides

 % de colonges vides

Leidrade

760

727

33

4,3 %

Amalbertus

47

30

17

36,2 %

Agobard

68

64

4

5,9 %

Total

875

821

54

6,2 %

Les deux chapitres urbains mentionnés dans le Bref

Chapitre cathédral

123

83

50

40,7 %

Chapitre Saint-Paul

43

22

21

48,8 %

Total

166

105

71

42,8 %

  • 58 De insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum C (...)

33Le commerce retrouve par ailleurs sa place à Lyon, que ce soit le commerce local ou le grand commerce. Grâce à Agobard, qui s’emporte contre les juifs qui voulaient le faire déplacer du samedi à un autre jour de la semaine, on sait qu’il y a à Lyon un marché hebdomadaire, fréquenté par des gens dont certains, parce qu’ils habitaient trop loin, ne rentraient que le lendemain chez eux58. Nous trouvons ici l’indication d’une aire d’influence normale pour ce type de marché d’approvisionnement urbain.

  • 59 Ch. Verlinden, « À propos de la place des juifs dans l’économie de l’Europe occidentale aux IXe et (...)
  • 60 De insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum C (...)
  • 61 Ibid., p. 194.
  • 62 Rappelons que les spécialistes ne sont pas d’accord sur l’identité, le rôle, les itinéraires, voire (...)

34Lyon fait aussi sa réapparition dans le grand commerce occidental. C’est maintenant une étape importante sur la route, fréquentée depuis peu, par laquelle, depuis l’Europe orientale jusqu’à l’Espagne musulmane via Verdun et le couloir rhodanien, sont acheminés des troupeaux d’esclaves. Agobard, dans ses diatribes contre les juifs, nous permet de saisir l’aspect lyonnais de ce trafic. Celui-ci est aux mains, à Lyon, de marchands juifs qui ont reçu de Louis le Pieux l’autorisation de vendre des esclaves païens dans tout l’Empire. En fait, il semble bien qu’ils ne font que convoyer jusqu’à Arles la marchandise humaine venue de Verdun et au-delà. Ils la remettent à leurs homologues arlésiens qui continuent le voyage vers l’Espagne59. Les esclaves sont parfois chrétiens. Agobard rappelle qu’il a exhorté dans un sermon ses auditeurs à ne pas vendre de chrétiens aux juifs, de peur qu’ils ne les revendent comme esclaves en Espagne60 ; il raconte aussi l’histoire de ce chrétien enlevé très jeune par un juif de Lyon qui l’avait vendu comme esclave en Espagne. Vingt-quatre ans après, il avait réussi à s’enfuir de Cordoue pour se réfugier à Arles61. Ces cas sont sûrement exceptionnels, et la masse des esclaves qui passaient par Lyon étaient des slaves païens razziés sur les marges orientales du monde franc. C’était donc, en fait, un commerce de transit ne nécessitant à Lyon que des entrepôts pour que les caravanes d’esclaves puissent faire halte, et qui ne mettait pas en jeu les ressources de la ville ou de la région. Mais s’il est vrai que venait se greffer sur cette route (à Arles ? à Marseille ? à Narbonne ?) le commerce transméditerranéen des juifs Rahdanites, alors s’ouvraient pour Lyon de larges horizons. C’est peut-être bien par cette voie, et non par les cluses alpines dont Lyon n’est pas encore redevenu un débouché normal, qu’arrivaient d’Orient dans cette ville les denrées de luxe que les marchands juifs lyonnais faisaient ensuite parvenir à la cour impériale62.

35En fin de compte, malgré une certaine reprise, ces activités économiques n’étaient guère en mesure d’assurer l’essor de Lyon. Compte tenu de la faiblesse de la productivité agricole, les ponctions faites dans les campagnes devaient tout juste couvrir les dépenses, souvent improductives, faites par la ville. Quant au commerce, il est, ainsi qu’on vient de le voir, comme plaqué sur elle.

Un centre religieux

36Il en va autrement avec la fonction religieuse. Quelque peu mise à mal à Lyon par les troubles du VIIIe siècle, elle renaît avec beaucoup d’éclat, et revêt un triple aspect : institutionnel, dogmatique et liturgique.

  • 63 De insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum C (...)
  • 64 De grandine et tonitruis, ibid., p. 3-15. Agobard dénonce chez certaines de ses ouailles la croyanc (...)
  • 65 De privilegio et iure sacerdotii, ibid., p. 53-69, notamment p. 62.

37En premier lieu, Lyon redevient le chef-lieu effectif d’un vaste diocèse, qui s’étend du Forez au Jura et du Roannais aux portes du Velay. L’évêque y manifeste à nouveau sa présence et son autorité. Pas partout, certes. Mais on voit par exemple Agobard se rendre à Nantua pour y régler un différend entre les moines63 ; ou encore, découvrir, en parcourant la campagne, d’étranges superstitions qu’il tente, non sans mal, d’extirper64. Et c’est parce qu’il veut assurer un meilleur contrôle de l’évêque, et donc de la ville, sur l’ensemble de son diocèse, qu’il s’élève contre la pratique des « clercs domestiques » ordonnés à la demande d’un puissant, et qui demeurent davantage au service de celui-ci qu’à celui de l’Église65. Avec la restructuration de l’Église par les Carolingiens, Lyon voit d’autre part son rôle de métropole reprendre consistance. L’influence de la ville peut s’étendre sur une province ecclésiastique qui, outre celui de Lyon, comprend les diocèses d’Autun, Mâcon, Chalon-sur-Saône et Langres. Pour le moment, cependant, cela se traduit surtout par le titre d’archevêque, qu’Agobard fut le premier prélat lyonnais à porter.

  • 66 Adversum dogma Felicis, ibid., p. 73-111.
  • 67 De picturis et imaginibus, ibid., p. 151-181. C. Charlier, « Les manuscrits personnels de Florus de (...)

38Au cours de ces années, Lyon fut impliqué dans les deux grandes querelles dogmatiques que connut alors le monde carolingien, preuve supplémentaire de sa nouvelle importance. En ce qui concerne l’adoptianisme, c’est en raison de la part très importante que Leidrade avait prise dans sa résorption en Septimanie, qu’on lui confia la garde à Lyon de Félix d’Urgel. On a vu que son abjuration n’avait été que de façade. C’est pourquoi au lendemain de la mort de l’hérétique à Lyon, Agobard ajouta sa propre réfutation à celles déjà écrites par Alcuin et Paulin d’Aquilée vingt ans auparavant. Ce fut son premier grand traité66. Par ailleurs lorsque, en 825, le problème du culte des images ressurgit, Louis le Pieux demanda entre autres à Agobard de rédiger sur la question un rapport préparatoire au concile qui devait se réunir à Paris. Son texte, assez rapidement ficelé, se montre si hostile aux images, qu’on lui en a parfois contesté - à tort semble-t-il - la paternité67.

  • 68 De antiphonario, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuat (...)

39Lyon rayonne aussi dans le domaine liturgique. Leidrade se montra soucieux de réformer les usages locaux en la matière en leur substituant le rite romain que Charlemagne voulait imposer à tout l’Empire. C’est pourquoi il fit venir à Lyon un clerc de l’Église de Metz où ce rite était suivi exactement. Puis Agobard, aidé par le diacre Florus, expurgea l’antiphonaire romain de tout ce qui ne venait pas directement de l’Écriture68. C’est aux cérémonies réglées par cette liturgie que venaient assister ceux qui, venant au marché du samedi, restaient à Lyon pour prendre part aux offices du soir, voire du lendemain dimanche.

Un foyer de culture

  • 69 Lettre de Claude de Turin à Dructeramnus abbé de Saint-Chaffre du Monastier (ou de Solignac ?), Ep. (...)
  • 70 E.A. Lowe, Codices Lugdunenses antiquissimi. Le scriptorium de Lyon, la plus ancienne école calligr (...)
  • 71 Dom J. Dubois, G. Renaud, Edition pratique des martyrologes de Bède, de l’Anonyme lyonnais et de Fl (...)
  • 72 Cf. infra, « L’histoire de l’Ile-Barbe (Ve-Xe siècle) », p. 265-275.
  • 73 J.-R Bouhot, « Le manuscrit d’Angers, B.M. 277 (268) et l’opuscule De spe et timore d’Agobard de Ly (...)

40Grâce, enfin, à son scriptorium, et à la présence de quelques puissants esprits comme Agobard ou Florus, la réputation intellectuelle de Lyon s’établit assez vite. On savait qu’on pouvait y trouver une bibliothèque très fournie, et déjà des clercs venaient de loin y travailler : l’espagnol Claude de Turin, par exemple, qui vers 811, commence à rédiger auprès de Leidrade un commentaire sur la Genèse69. D’autre part, des rapports intellectuels étroits se nouaient entre Lyon et d’autres grandes régions de culture du monde franc : avec la Narbonnaise et l’Espagne chrétienne d’abord. C’est ainsi qu’on a relevé une certaine parenté entre l’écriture « wisigothique » et l’écriture en usage à Lyon au début du IXe siècle70 ; de même les mentions de saints espagnols sont particulièrement nombreuses dans le martyrologe rédigé à Lyon vers 80671 ; de même encore Benoît d’Aniane aurait peut-être apporté de Septimanie quelques manuscrits au monastère suburbain de l’Ile-Barbe72. C’est l’évêque Ebbon de Reims, aussi, qui demande à Agobard de lui composer un ouvrage (De spe et timore) qui puisse nourrir sa méditation au cours de ses longs voyages73.

41Il n’a donc fallu qu’une trentaine d’années pour modifier profondément le visage de Lyon, et cette promotion de la ville dans le monde carolingien se traduit par le fait qu’elle fut choisie (avec Mayence, Paris et Toulouse) pour y tenir un des grands conciles réformateurs de 829 (en 813, pour la réunion d’assemblées analogues, c’est à Chalon-sur-Saône, et non à Lyon, qu’avaient été convoqués les prélats de la région). Vers 830, on retrouve donc à Lyon trois éléments constitutifs essentiels de la ville carolingienne : une image, celle de la cité rassemblée derrière son pasteur, représentation terrestre de la cité de Dieu ; une structure interne qui réserve le pouvoir à l’évêque et aux clercs ; une fonction religieuse prédominante avec, subsidiairement, une activité économique qui fait de la ville un simple lieu de consommation et de transit de ressources venant du dehors.

Consolidation et évolution du modèle carolingien (v. 830-fin du Xe siècle)

42À partir de 830-835, un net changement est perceptible à Lyon. Pas tellement dans la physionomie de la ville, qui ne dut guère évoluer jusqu’au début du XIe siècle, même si le terme de burgus que l’on rencontre à partir du milieu du IXe siècle pour désigner la partie de l’agglomération comprise entre Rhône et Saône suggère une plus forte concentration humaine à cet endroit. Ce qui change, c’est bien plus le fait que, dans ce cadre presque immuable, on ne paraît plus chercher à parfaire la construction d’un modèle de ville, mais seulement à défendre ce qui a déjà été - tardivement - implanté et accompli. Et cela, parce qu’on perçoit plus tôt et avec plus d’acuité à Lyon qu’ailleurs, semble-t-il, les premiers signes de la désagrégation carolingienne. Avec plus ou moins de succès, on va donc lutter ici contre l’éclatement de l’Empire unitaire, s’efforcer de maintenir la fonction religieuse et intellectuelle de la ville, tandis que l’archevêque parvient à renforcer son pouvoir sur la cité. À la fin du Xe siècle, Lyon aura ainsi préservé pour une bonne part son visage de ville carolingienne, dans un environnement régional qui avait davantage évolué.

Lyon et la fin de l'unité carolingienne

  • 74 Amolon, Liber contra Iudaeos, P.L., 116, c. 141-184, s’inspire très fortement du De Iudaicis supers (...)

43Ce n’est pas le problème de l’unité interne de la ville qui est en cause. Là, rien ne paraît changé, au moins au départ. Le successeur d’Agobard, Amolon (841-852), et Florus continuent à dénoncer, par exemple, la communauté juive de Lyon, toujours accusée de diviser la cité74. Mais ensuite, le silence des sources sur cette question peut faire penser qu’elle a dû perdre progressivement tout intérêt.

Le combat d’Agobard

  • 75 La part prise par Agobard dans ces événements se lit bien dans quatre textes (selon l’édition de L.(...)
  • 76 M.G.H., Conc., II/2, p. 768-782.

44Ce sont les atteintes au principe de l’unité d’ensemble du monde carolingien qui ont provoqué ici une cassure. Agobard ne put en effet admettre que Louis le Pieux revint après 829 sur les principes arrêtés en 817 pour sa succession. On le retrouve donc au premier rang de ceux qui, en 830 et surtout en 833, soutinrent la révolte des fils de l’empereur contre leur père. Il joua un rôle déterminant dans la déposition de ce dernier à Compiègne en 83375. Il était dès lors normal que, Louis le Pieux ayant retrouvé son trône l’année suivante, l’archevêque de Lyon ait été à son tour évincé de sa charge lors de l’assemblée de Thionville de 835. Il se réfugia en Italie auprès du fils aîné de l’empereur, Lothaire, qui avait conduit la révolte de 833. Le siège de Lyon fut alors confié au célèbre liturgiste Amalaire, qui rencontra dès son arrivée dans la ville une très vive opposition du clergé resté fidèle à Agobard et conduit par Florus. Celui-ci obtint du synode de Quierzy (838) la condamnation des innovations liturgiques d’Amalaire76. Comme, de plus, Lothaire s’était, au même moment, réconcilié avec son père, Agobard fut réintégré dans ses fonctions en 838-839, pour peu de temps toutefois, puisqu’il mourut en 840.

La succession des souverainetés

  • 77 Florus, Querela de divisione imperii, M.G.H., Poetae latini, II, p. 559-562.
  • 78 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafsc (...)

45Ce combat pour l’unité, principe essentiel de l’idéal carolingien, avait donc provoqué de sérieux troubles. Et pourtant, avant 840, les partages effectifs de l’Empire n’avaient pas encore eu lieu. Quand, après cette date, ils se produisirent, il n’y eut pas de protestation lyonnaise, hormis la célèbre plainte de Florus sur la division du monde carolingien77. Comme si, Agobard étant mort, la défense du principe unitaire n’intéressait plus ses successeurs. Lyon se trouva désormais pris, jusqu’au milieu du Xe siècle, dans une véritable valse des souverainetés78, sans que cela ne provoque sur place de protestation. Bien plus, certains archevêques participèrent au pouvoir de ces souverains qui incarnaient la division de la société chrétienne. Ainsi Rémy (852-875) qui fut archichapelain du roi Charles de Provence ; Aurélien (875-895) qui figure au premier rang de ceux qui conférèrent la royauté au duc Boson lors de l’assemblée de Mantaille (879), et qui, peut-être, le sacra à Lyon. Alwala (895-906) fut précepteur du jeune Louis, fils de Boson. Quant aux deux Burchard - Burchard Ier (949-957/959) et Burchard II (979-v. 1030/1031) - ils appartenaient tous deux à la famille royale de Bourgogne, et le second fut archichancelier de son demi-frère Rodolphe III. Que de chemin parcouru depuis la révolte d’Agobard contre le projet de division de l’Empire !

La souveraineté à Lyon aux IXe et Xe siècles

Après la mort de Louis le Pieux, Lyon se trouve inclus successivement dans les royaumes suivants :
- Le royaume de Lothaire Ier, empereur, de 843 à 855.
- Le premier royaume de Provence, sous Charles de Provence, fils du précédent, de 855 à 863.
- Le royaume de Lotharingie, sous Lothaire II, frère du précédent, de 863 à 869.
- Le royaume de Francie Occidentale, sous Charles le Chauve (de 870 à 877), oncle des précédents, puis sous son fils Louis le Bègue (de 877 à 879).
- Le deuxième royaume de Provence, fondé par Boson (roi non carolingien), de 879 à 880.
- Le royaume de Francie Occidentale, sous Carloman, fils de Louis le Bègue, de 880 à 884.
- L’Empire réunifié par Charles le Gros, de 885 à 887.
- Le deuxième royaume de Provence, rétabli pour Louis l’Aveugle, fils de Boson (de 890 à 928), puis Hugues d'Arles (de 928 à 930).
- Le royaume des Francs, sous Raoul (de 930 à 936) et Louis IV (de 936 à 942).
- Le royaume de Bourgogne Transjurane, théoriquement à partir de 933, pas avant 942 en réalité, sous Conrad le Pacifique (942-993) et Rodolphe III (993-1032).
- L’Empire à partir de 1032.

  • 79 Cf. R. Poupardin, Le Royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), Paris, 1901, p. 32.

46Il semble cependant que l’éclatement du monde carolingien n’ait pas servi la promotion politique de la ville de Lyon. Elle ne fut jamais la capitale des nouveaux royaumes (royaume de Provence, puis royaume de Bourgogne), et seul Charles de Provence choisit de s’y faire inhumer en 863 (à l’abbaye Saint-Pierre)79. Deux raisons à cela : une situation géographique trop excentrée et un site difficile à défendre. Les souverains ne faisaient guère qu’y passer, préférant souvent résider à Vienne. On le verra, cela a sans doute permis à l’archevêque de maintenir plus commodément son autorité sur la ville. L’idéal unitaire paraît donc s’évanouir assez tôt à Lyon.

Le maintien de la fonction ecclésiastique et religieuse

47À l’opposé, la place de la ville dans les structures ecclésiastiques et ses fonctions religieuses et intellectuelles, caractéristiques d’une cité épiscopale carolingienne, se maintiennent après 830. Très nettement jusqu’en 860, de façon moins précise ensuite en raison de l'indigence documentaire du Xe siècle.

La confirmation de la fonction métropolitaine

  • 80 Cf. J.B. Martin, Conciles et bullaire du diocèse de Lyon des origines à la réunion du Lyonnais à la (...)
  • 81 L’enjeu est à la fois ecclésiastique - Aurélien veut affirmer son pouvoir de métropolitain face aux (...)

48La restauration des métropoles ecclésiastiques n’eut d’effet visible à Lyon qu’après 840. Elle se traduisit de deux façons. En premier lieu, les archevêques réunirent désormais davantage de conciles provinciaux. On a gardé la trace d’une bonne douzaine de ces assemblées entre 855 et 99480. Très souvent elles sont ouvertes à des évêques des provinces voisines, plutôt méridionales (Vienne, Tarentaise ou Arles). L’influence de l’archevêque de Lyon dépasse ainsi les frontières de la province ecclésiastique, partagée il est vrai depuis la fin du IXe siècle entre les royaumes de France et de Provence, puis de Bourgogne (les quatre diocèses suffragants de Lyon se trouvent désormais dans le premier, et le siège métropolitain dans le second). D’autre part, les prélats lyonnais interviennent davantage dans les diocèses suffragants, notamment à l’occasion des élections épiscopales ainsi Aurélien à Langres en 880-881, puis en 88981.

Le renforcement de la spécificité liturgique

49Lyon demeure un centre liturgique important, au moins du vivant de Florus, qui rédige alors, entre autres, un commentaire de la messe et un martyrologe. Mais surtout, le séjour d’Amalaire à Lyon entre 835 et 838, après la déposition d’Agobard, évoqué plus haut fut l’occasion d’un très vif débat dans lequel la - jeune - tradition liturgique lyonnaise eut à s’affirmer. Dès son installation, le nouveau venu avait convoqué le clergé de la ville à la cathédrale. Là, trois jours durant, il avait exposé ses propres conceptions liturgiques, qui faisaient largement appel aux interprétations symboliques, et prônaient un alignement sans réserve sur les usages romains. Il s’attira de ce fait les foudres de Florus, qui lui rappela fermement la position lyonnaise établie par Agobard et lui-même : en matière liturgique, seul est licite le recours à l’Écriture sainte, à l’exclusion de toute allégorie ou symbole, et le respect de la pratique romaine n’est possible que si elle observe cette condition. On a vu qu’après trois ans de résistance sans doute acharnée, Florus fit condamner les idées d’Amalaire au synode de Quierzy (838).

50Cette lutte, qui ne semble pas avoir eu d’équivalent dans les autres Églises du monde franc, montre bien, en tout cas, l’importance toute carolingienne qu’on attachait ici à la liturgie. Si on ne rencontre pas à Lyon de débat analogue avant le XIIe siècle, il n’en reste pas moins que la spécificité liturgique apparue au IXe siècle a été à l’origine de ce qui a constitué le rite lyonnais.

  • 82 Dom J. Dubois, G. Renaud, Le martyrologe d’Adon, ses deux familles, ses trois recensions. Texte et (...)
  • 83 Cf. J. Rossiaud, « Les rituels de la fête civique à Lyon (XIIe-XVe siècle) », Riti e rituali nette (...)

51En dehors de tout contexte conflictuel, mais célébrant au contraire l’unité de la ville rassemblée autour des saints fondateurs de son Église, Adon de Vienne mentionne dans son martyrologe la grande célébration liturgique qui se déroule à Lyon le 2 juin, jour anniversaire des martyrs de 177 (Blandine, Pothin, et leurs compagnons) auxquels il consacre une fort longue notice. Ce jour-là, dit-il, tous les cives de la ville descendent la rivière (ce ne peut être que la Saône) en chantant des hymnes et des cantiques et assistent à la messe dans l’église des Apôtres (Saint-Nizier), où les cendres des martyrs sont conservées. Il ajoute que ce jour est appelé selon une ancienne tradition jour des Miracles82. C’est là la première mention textuelle de cette fête majeure dans la tradition médiévale lyonnaise, qu’on appela plus tard fête des Merveilles, et qui fut détournée de son sens commémoratif initial, avant de disparaître à la fin du XIVe siècle83. On ne sait à quand remonte son instauration. Le fait qu’elle ne soit pas mentionnée dans les martyrologes d’origine lyonnaise (l’Anonyme lyonnais de 806 ca, et celui de Florus, autour de 837) utilisés par Adon en 855-860 pourrait plaider en faveur d’une date relativement récente. Cela cadrerait assez bien avec cet idéal d’unité tant recherché par Agobard ou son successeur Amolon, ou encore Florus.

Le combat contre les innovations dogmatiques

  • 84 Sur cette question, il suffira de renvoyer aux pages de J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims (8 (...)

52La résistance à toute nouveauté en matière doctrinale fut aussi, pour les Lyonnais, une façon de préserver les principes carolingiens. On le voit bien dans la querelle du prédestinatianisme qui secoua l’Église franque entre 848 et 86084. La part qu’ils y prirent est doublement significative. C’est d’abord le fait en lui-même : l’Église de Lyon qui se dresse, au nom de la pureté dogmatique qu’elle est sûre de maintenir, contre celle de Reims et contre les clercs du Palais de Charles le Chauve qu’elle accuse d’avoir failli à leur mission. Il y a là un curieux renversement géographique : une Église méridionale, tardivement ralliée à la renovatio carolingienne, donnant, au nom de la fidélité à la tradition, une leçon d’orthodoxie à ceux qui, dans les régions septentrionales, berceau de l’idéal carolingien, sont les plus proches conseillers d’un souverain petit-fils de Charlemagne.

L’Église de Lyon et le Prédestinatianisme

La querelle à propos de la prédestination, seul grand débat dogmatique né dans l'Église carolingienne au IXe siècle, se déroula entre 840 et 860 environ. Elle connut deux phases, et l’Église de Lyon, principalement sous la plume de Florus, ne fut vraiment mêlée qu'à la seconde.
- De 840 à 850 environ : Gottschalk, moine saxon au tempérament assez indiscipliné, qui était passé du monastère de Fulda à celui d’Orbais (diocèse de Soissons) et avait erré un certain temps entre la Germanie et l'Italie, avait tenté de reprendre le problème de la prédestination, dont on ne parlait plus en Occident depuis le début du VIe siècle. Insatisfait des réponses qu'il trouvait dans saint Augustin, il en vint à professer une doctrine assez peu orthodoxe de la double prédestination (au bien ; au mal). Elle parut aussitôt suspecte à ses supérieurs (Raban Maur notamment) qui le firent condamner aux conciles de Mayence (848) et de Quierzy (849). On brûla ses écrits, et il fut enfermé dans le monastère d'Hautvilliers, près de Reims. À ce stade, la querelle restait de portée très limitée. On en eut quelques échos à Lyon : l’archevêque Amolon condamna de façon assez modérée les thèses de Gottschalk.
- De 850 à 860 environ : Hincmar, archevêque de Reims, désormais responsable de la garde de Gottschalk, donna, par maladresse, une ampleur considérable à cette affaire, dans laquelle l’Église de Lyon se trouva très vite impliquée à fond :
1. Il rédigea d’abord une réfutation très maladroite et à la limite de l'orthodoxie, des idées de Gottschalk, en utilisant un traité réputé apocryphe de saint Augustin (l'Hypognosticon).
2. Sans avoir encore connaissance de cet écrit d’Flincmar, l’Église de Lyon, en la personne de l’archevêque Amolon (ou de Florus ?), sollicité peut-être par Gottschalk (ou par Hincmar ?), condamne de façon assez modérée en 850-851 les idées de ce dernier dans l'Epistula ad Godescalcum (P.L., 116, c. 84-96).
3. Vivement critiqué pour avoir utilisé l'Hypognosticon, Hincmar sollicita l’avis et l’appui de clercs réputés pour leur science. L’un d’eux, Jean Scot Érigène, publia un ouvrage, le De praedestinatione, qui suscita une vive opposition dans l’Église franque, et une réponse violemment hostile, Liber adversus cuiusdam vanissimi hominis qui cognominatur loannes ineptias (P.L., 119, c. 101-250), écrite fin 851 au nom de l’Église de Lyon par Florus, qui ne pouvait admettre la méthode trop dialectique de Jean Scot.
4. Conscient de son erreur, Hincmar voulut se concilier l’Église de Lyon, dont il connaissait la richesse en matière de manuscrits augustiniens. Mais le dossier (trois lettres : une d’Hincmar, une de Pardulus évêque de Laon et une de Raban Maur) qu’il lui fit parvenir, vers la fin de 851, provoqua la colère de l’archevêque Rémy et de Florus qui répliquèrent par le Liber de tribus epistolis (P.L., 121, c. 985-1068).
Désormais, la querelle se ramena, pour l'essentiel, à un conflit entre Hincmar et l'Église de Lyon, celle-ci reprochant à l’archevêque de Reims sa méconnaissance et son incompréhension des textes augustiniens. C’est ainsi qu’en réponse aux quatre chapitres sur la grâce présentés par Hincmar au concile de Quierzy de 853, Florus et Rémy rédigèrent un nouveau traité au titre parlant : De tenenda immobiliter Scripturae veritate (P.L., 121, c. 1083-1134).
Ces critiques furent renouvelées notamment au concile de Valence (855) présidé par Rémy de Lyon, qui condamna solennellement en six canons les positions d’Hincmar. Celui-ci y répondit par un nouveau traité. Le conflit cessa après un dernier constat de désaccord entre les Lyonnais et l’archevêque de Reims (concile de Tusey 860).
En ce qui concerne Lyon, cette affaire fait apparaître deux faits importants :
- La richesse de la bibliothèque de l'Église lyonnaise, bien connue semble-t-il dans le monde franc, notamment pour les œuvres de saint Augustin qu'elle recelait.
- Le très grand « conservatisme » dogmatique de cette Église, hostile à tout ce qui pourrait paraître une interprétation nouvelle des textes scripturaires ou patristiques.

53D’autre part, dans leur argumentation, les Lyonnais manifestent un grand souci de continuité, jugeant que le dogme ne peut reposer que sur l’Écriture éclairée par les Pères de l’Église. C’est pourquoi il leur paraît inconcevable et inadmissible que, dans leurs écrits sur la prédestination, Hincmar de Reims puisse s’appuyer sur un traité manifestement apocryphe de saint Augustin, ou que Jean Scot Érigène recoure davantage à la dialectique qu’à la tradition.

54Certes, après 860 et jusqu’à la fin du Xe siècle, il n’y a plus de controverses dogmatiques en Occident. On ne peut donc être sûr que le « conservatisme » doctrinal décelé à Lyon s’y soit effectivement maintenu. C’est toutefois plus que probable, compte tenu de l’attitude ultérieure de cette Église.

Le maintien de la fonction intellectuelle

  • 85 Lettre de Florus à Eldrad (entre 828 et 840), M.G.H., Ep., V, p. 340-343. Florus joint d’autre part (...)
  • 86 Wandalbert, Lettre à Otricus, M.G.H., Poetae latini, II, p. 569-571. Cf. Dom J. Dubois, « Le martyr (...)
  • 87 Syrus, Vita Maioli, P.L., 133, c. 748.
  • 88 Odilon de Cluny, Vita Maioli, P.L., 142, c. 948.

55L’activité intellectuelle que Leidrade puis Agobard avaient ranimée et développée se maintient après 830. La richesse de la ville en manuscrits attire toujours des clercs étrangers. Adon, par exemple, séjourne ici avant son élévation au siège épiscopal de Vienne (860), et y rédige, on l’a vu, un martyrologe à partir de ceux déjà élaborés par Florus. De même, on consulte les clercs lyonnais sur des questions délicates. C’est ainsi qu’Eldrad, abbé de Novalèse, envoie à Florus un psautier, afin qu’il le corrige en le collationnant avec les versions les plus autorisées, dont il connaissait l’existence à Lyon85. De même, Wandalbert de Prüm emprunte au même Florus une large part de son martyrologe pour rédiger une version métrique de ce texte qu’il publie en 848, et il lui demande des éclaircissements à cette occasion. Il en profite pour louer sa très grande science dans la connaissance des Écritures et la richesse de sa bibliothèque86. C’est probablement aussi parce qu’il savait l’abondance ici des textes augustiniens - peu nombreux en comparaison dans les bibliothèques du nord de la Gaule - qu’Hincmar communiqua pour avis à l’Église de Lyon le dossier sur le prédestinatianisme. On a vu qu’il dut s’en repentir. Par la suite, les témoignages se raréfient, ce qui n’est guère étonnant pour le Xe siècle. Il faut cependant signaler que le jeune Maïeul, futur abbé de Cluny, vint à Lyon, attiré par la réputation d’un certain Antoine qui lui enseigna (peut-être à l’Ile-Barbe) les arts libéraux vers 925-93087. À cette occasion, on qualifie Lyon de « mère et nourrice de la philosophie »88. Même si cette expression est davantage destinée à glorifier l’illustre élève qu’à exalter le prestige de la ville, elle n’en atteste pas moins le maintien d’une activité pédagogique à Lyon durant le saeculum obscurum.

Florus de Lyon

La biographie de ce personnage qui joua un rôle considérable dans la vie de l'Église de Lyon entre 825 et 860 environ reste très obscure. Né sans doute à la fin du VIIIe siècle, il grandit probablement au sein de cette Église que Leidrade, puis Agobard, venaient de restaurer. Ordonné diacre, il le resta sa vie durant. À partir de 825/826, il collabora étroitement avec les archevêques Agobard, Amolon et Rémy, au nom desquels il a sans doute rédigé - ou du moins préparé les matériaux nécessaires à leur rédaction - un certain nombre de textes. Il a été mêlé de très près à tous les combats qu’ils ont livrés. Durant l’exil du premier, il resta à Lyon et prit la tête de l’opposition contre Amalaire. Aux côtés des deux autres, il participa très activement à la querelle qui opposa l’Église de Lyon à Hincmar de Reims à propos du prédestinatianisme. Il dut mourir autour de 8601
Son œuvre, que l'on devine considérable, demeure aujourd’hui mal connue. Seul un nombre relativement restreint de textes peut lui être immédiatement attribué. Mais il ne se passe d’années sans qu’on repère dans les bibliothèques d'Europe des fragments de manuscrits dont on lui attribue la paternité. D'autant plus que les travaux de C. Chartier2, notamment, ont permis de mettre en lumière la méthode de travail de Florus : elle apparaît nettement sur le folio d’un manuscrit de saint Augustin (De perfectione iustitiae hominis) ayant appartenu à Leidrade. Le texte primitif est entrecoupé de signes servant à isoler un passage qui sera utilisé pour un commentaire (ici, celui de l'Épître de saint Paul à Philémon). À l’intérieur de cet « isolat », deux signes intermédiaires permettent d'indiquer une phrase à supprimer et à remplacer par ce qui a été rajouté en marge par Florus. La ponctuation du texte a été revue également.

1. Il manque aujourd'hui un ouvrage d'ensemble sur Florus Une première synthèse partielle, qui s'intéresse avant tout au rôle (et aux écrits) de Florus concernant la lutte contre Amalaire et la querelle de la prédestination est parue récemment, K. Zechiel-Eckes, Florus von Lyon als Kirchenpolitiker und Publizist. Studien zur Persönlichkeit eines karolingischen « Inlellekluellen » am Beispiel des Auseinandersetzung mit Amalrius (835-838) und des Prädestinationsstreits (851-855), Stuttgart, 1999.

Ces annotations, qu’on rencontre dans un grand nombre de manuscrits, peuvent permettre de supposer qu’ils se trouvaient à Lyon à l'époque de Florus. D’autre part, la présence de citations ainsi préparées dans des œuvres attribuées jusqu’alors à d'autres auteurs (Agobard, Amolon, Rémy) a conduit certains (C. Charlier surtout) à les restituer à Florus. Il ne faut pas être trop systématique en la matière, Florus ayant pu jouer souvent un simple rôle de secrétaire repérant les matériaux nécessaires à l’élaboration d'une œuvre, mais non de rédacteur de l’ensemble de cette œuvre.
Les œuvres qui peuvent lui être sûrement attribuées traitent de cinq thèmes principaux3 :
-La liturgie : ce sont avant tout des écrits dirigés contre Amalaire et ses innovations en la matière (deux traités sont traditionnellement attribués à Agobard, le De divina psalmodia et le Liber contra libros IV Amalarii, cf. supra) ; également un martyrologe dont on connaît deux versions, qui complète un texte lyonnais de 806, et servit de base à ceux d'Adon et d'Usuard, eux-mêmes sources directes du martyrologe romain ; enfin une Expositio missae, ou commentaire de la messe.
- Les collections canoniques, au nombre de trois (une sur les élections épiscopales et deux plus spécialement dirigées contre les juifs).
- Les questions dogmatiques : plusieurs lettres et traités écrits seul ou en collaboration, à propos du prédestinatianisme.
- L’exégèse : six commentaires de l’Écriture, et notamment la très importante Expositio epistolarum sancti Pauli, attribuée longtemps à Bède le Vénérable, explication des Épîtres de saint Paul à l'aide d’extraits de saint Augustin. Un manuscrit (l’original sans doute) de cette œuvre est conservé à la Bibliothèque Municipale de Lyon.
- La poésie : une vingtaine de poèmes, à peu près tous d'inspiration religieuse. Parmi eux, le texte célèbre déplorant la division de l’Empire.

2. C. Charlier, « Les manuscrits personnels de Florus de Lyon et son activité littéraire », Mélanges E. Podechard, Lyon, 1945, p. 71-84.
3. Cf. F. Brunhölzl, Histoire de la littérature latine du Moyen Âge, t. I/2, Les Temps carolingiens, Turnhout, 1991, p. 177-188, qui donne les références des éditions disponibles.

Une fonction économique occultée

  • 89 Supra, n. 17.
  • 90 Annales de Saint-Bertin, M.G.H. in usum scholarum, p. 140. Jean VIII vient en Gaule chercher des se (...)
  • 91 Odon de Cluny, Vie de saint Géraud d’Aurillac, II, 21, P.L., 133. Pour les sept voyages qu'il fit à (...)

56On ne dispose plus d’indications sur l’activité économique de la ville après le milieu du IXe siècle. On ne sait pas, en particulier, ce qu’il advint du trafic des esclaves ; silence également sur la communauté juive. Tout ce que l’on peut entrevoir, c’est une possible reprise à terme des relations avec l’Italie. La voie du Mont-Cenis a en effet été rouverte au IXe siècle par le tracé du Petit Mont-Cenis89, et par ailleurs on voit des voyageurs illustres passer à nouveau par Lyon (le pape Jean VIII en 87890, ou le comte Géraud d’Aurillac lors de ses pèlerinages à Rome à la fin du siècle91)· Certes, cette réouverture fut assez vite compromise par les raids sur les cluses alpines que menèrent dans les années 920-942 surtout les bandes sarrasines installées à demeure en Provence (au Freinet) depuis la fin du IXe siècle. La route du Mont-Cenis fut ainsi abandonnée une fois encore après la destruction de Novalèse, et l’essentiel du trafic intra-alpin dut être reporté vers des passages plus septentrionaux. Cependant, l’expulsion des Sarrasins du Freinet en 972 pouvait laisser entrevoir le retour de relations plus faciles avec l’Italie. Encore fallait-il qu’il y eût des raisons autres que simplement géographiques pour inciter les marchands à passer par la ville.

57On pressent donc, non seulement que les fonctions caractéristiques de la ville carolingienne ont été maintenues à Lyon jusqu’à la fin du Xe siècle, mais on constate, de plus, qu’elles ont parfois été utilisées, au IXe siècle au moins, pour défendre contre des héritiers (souverains, clercs palatins) accusés de l’avoir trahi, l’idéal carolingien primitif. Il y a là comme une sorte d’intégrisme dont il faudra se souvenir pour comprendre l’attitude lyonnaise face à certaines évolutions ultérieures.

Le renforcement du pouvoir de l’archevêque sur la ville

58Reste l’élément le plus important pour la préservation de ce qui a été entrepris à Lyon au début du IXe siècle, à savoir le pouvoir de l’archevêque sur la ville. Plusieurs indices permettent d’affirmer qu’il s’est non seulement maintenu, mais même renforcé. Toujours sans concurrent dans la cité, les prélats lyonnais exercent leur autorité grâce à une certaine puissance temporelle, et avec l’aide de clercs mieux organisés.

L'absence de pouvoir concurrent dans la ville

59Ce n’étaient sûrement pas les souverains des royaumes successifs dans lesquels Lyon s’est trouvée incluse qui auraient pu ou voulu contrecarrer le pouvoir de l’archevêque sur la ville. D’une manière générale, leur autorité s’affaiblit très vite - ils sont bien incapables par exemple de s’opposer aux invasions hongroises qui détruisent les abbayes de Savigny et de l’Ile-Barbe entre 934 et 949 - et d’autre part, on l’a vu, Lyon ne les intéressait guère à cause de sa situation géographique, et aussi parce que les biens du fisc royal étaient peu denses dans la région. Seule la désignation au Xe siècle de deux membres de la famille royale de Bourgogne, Burchard Ier et Burchard II, comme archevêques de Lyon, semble indiquer une volonté d’intervenir dans la cité.

  • 92 E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles », Le Moyen Âge, 58, 1952, p (...)

60Quant aux comtes, dont on a entrevu l’existence avant 830, il est certain qu’ils prennent alors plus de relief. Même si l’incertitude subsiste sur l’identité de tel ou tel, on a pu en dresser une liste pratiquement ininterrompue jusqu’en 95292. De plus, à certaines périodes, ils prennent le titre de duc (dux) ou de marquis (marchio) entre 844 et 900, quand la région lyonnaise se retrouve, par suite de partages successoraux, en position de marche dans des royaumes où l’autorité royale n’est pas encore totalement évanouie. Mais pour autant, quel que soit le titre de ceux qui sont sensés détenir l’autorité publique dans la région, ils continuent à n’exercer aucun pouvoir dans la ville. Ils s’en désintéressent pour trois raisons au moins. D’abord parce que, étrangers à la région, et tenant toujours plusieurs comtés à la fois, le Lyonnais (et donc Lyon) ne constitue jamais le centre de gravité de leur puissance : pour les uns c’est l’Auvergne ou l’Aquitaine, pour les autres c’est la Bourgogne. Ensuite, parce que dans cette région frontière, donc difficile à tenir, les biens du fisc encore à la disposition des comtes ont très vite été aliénés. Enfin, les profits à attendre d’une éventuelle exploitation du ban sur la ville ne devaient pas être bien tentants, compte tenu de la nature de sa population (des clercs avant tout, ne pouvant relever de toute façon de la justice comtale) et de la faiblesse de ses activités économiques.

Les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles

Leur liste est difficile à établir avec certitude, surtout pour le Xe siècle. On suivra ici celle donnée par H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, Cologne, 1968, p. 101 et 165-166. - Bertmund, praefectus, mentionné en 818, 828-829.
- Warin, comte, duc, marquis, 830-843 environ.
- Matfrid, comte, 843-844.
- Girard (de Vienne), duc, mentionné en 856-870.
- Boson, duc, 870-879 ; se proclame roi de Provence en 879.
- Siwald ( ?), comte, mentionné en 879.
- Bernard Plantevelue, comte, marquis, mentionné en 880 et 885 ; certains l’identifient à Bernard d’Auvergne (père de Guillaume le Pieux et mort en 886) ; d’autres (E. Fournial notamment) à Bernard de Gothie (mort en 900).
- Hugues (le Noir ?, fils de Richard le Justicier, duc de Bourgogne), comte, mentionné en 900.
- Guillaume le Pieux (duc d'Aquitaine, comte d’Auvergne), comte, 901-918.
- Guillaume le Jeune (neveu du précédent), comte, 918-926.
- Hugues d’Arles (roi d’Italie après 928) exerce les fonctions comtales en Lyonnais dès 924, avant même la mort de Guillaume le Jeune, et encore en 933 ?
- Hugues le Noir (duc de Bourgogne), comte mentionné de 939 à 952.
- Aucun comte de Lyon mentionné entre 952 et 970-980 où apparaît la dynastie comtale indigène des Artaud.

  • 93 H. Gerner, ibid., p. 139-145.
  • 94 Ibid., p. 143.

61Mais le désintérêt de l’autorité comtale pour la ville risque d’être remis en question avec l’émergence vers 970-980, en la personne d’Artaud, d'une nouvelle lignée de comtes, peut-être issue elle-même (comme la famille vicomtale des Guichard, Guigue, Bertmund qui réapparaît au Xe siècle) de la descendance de Bertmund, comte de Lyon au début du IXe siècle93. Il y a là une vraie rupture dans l’histoire de la ville. Dorénavant, l’archevêque risque de trouver sur son chemin un personnage originaire de la région, dans une partie de laquelle (le Forez) sont concentrés ses biens, et qui s’est arrogé le titre comtal. De plus, il a un pied dans la cité, étant en relation étroite avec le chapitre Saint-Irénée chez qui était établie la nécropole familiale94. Si rien n’a encore changé vers l’an mil, les affrontements ultérieurs sont aisément prévisibles.

Des archevêques mal connus

  • 95 Ibid., p. 78-94.
  • 96 Il donne à Cluny en 945 des bien sis « au-dessus du burgus de la cité de Lyon, au nord de la Saône  (...)
  • 97 Il confirme aux chapitres Saint-Just – Saint-Irénée la dîme dans divers lieux proches de leurs égli (...)
  • 98 En 944, au concile de Toumus, il prit la défense de l’abbaye Saint-Philibert contre le duc de Bourg (...)
  • 99 F. Weigle éd., Die Briefe des Bischofs Rather von Verona, M.G.H., Die Briefe der deutschen Kaiserze (...)
  • 100 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafsc (...)

62Jusqu’à la fin du Xe siècle, les archevêques sont donc les seuls à avoir le pouvoir dans la ville. Ce sont des hommes très différents des deux fondateurs du Lyon carolingien. Après Rémy Ier, on ne trouve plus de théologien ou de liturgiste, mais plutôt des prélats préoccupés de la préservation du patrimoine de leur Église, n’hésitant pas à solliciter des souverains de la fin du IXe siècle confirmation et restitution de biens. Ainsi Aurélien, qui fut archidiacre d’Autun puis abbé d’Ainay avant de succéder à Rémy Ier, dont le souci de consolidation du temporel de son Église et les interventions dans la vie politique de la région (cf. supra son rôle dans l’accession de Boson à la couronne de Provence en 879) n’en firent pas un archevêque indigne pour autant95. On ne sait rien ou presque de ses successeurs de la première moitié du Xe siècle, à une exception près, Guy Ier, archevêque de 928 à 949, pour lequel on dispose d’une documentation un peu moins indigente. On ignore son origine, mais on sait qu’il possède personnellement des biens à Lyon et aux environs96 ; il s’occupe de son diocèse, portant une grande attention aux communautés canoniales et monastiques97 ; il intervient dans sa province ecclésiastique, dans laquelle il apparaît comme le protecteur des monastères face aux appétits des grands laïcs98 ; enfin, il est connu en Italie, puisque, en 936-939, Rathier de Vérone lui adresse son Praeloquia99. Quant aux deux Burchard, membres de la famille royale de Bourgogne, ils ne semblent pas avoir démérité100.

Les archevêques de Lyon aux IXe et Xe siècles

Trois listes épiscopales, toutes postérieures à la fin du VIIIe siècle, permettent, outre bien entendu les documents qui mentionnent tel ou tel d’entre eux, d'établir sans trop d’incertitude la succession des prélats lyonnais à partir de Leidrade. L’examen critique de ces documents, dont on reprend ci-dessous les éléments essentiels, a été fort bien conduit par A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit, p. 242-248.
-La liste transcrite sur un feuillet de garde d’un évangéliaire sans doute copié à Lyon au VIIIe siècle, et passé à Autun avant la fin du IXe siècle. Elle donne le nom des 48 premiers évêques de Pothin à Amolon. Elle a très probablement été rédigée en bloc au début du IXe siècle sous l’épiscopat de Leidrade, les noms de ses deux successeurs Agobard et Amolon ayant été ajoutés ensuite1.
-La liste donnée par Hugues de Flavigny dans sa Chronique universelle (fin XIe-début XIIe siècle). Elle reprend la liste précédente, la prolonge jusqu’à l’archevêque Hugues de Die, contemporain de la rédaction de l’ouvrage, et ajoute quelques annotations pour tel ou tel évêque. Elle est assez sûre, Hugues de Flavigny ayant été en rapport étroit avec l’Église de Lyon2.
-La liste située en tête du manuscrit de l’obituaire de l’Église de Lyon du début du XIIIe siècle, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque de Bologne 3. Elle comporte les mêmes noms que les deux précédentes et poursuit l'énumération des archevêques jusqu’à Jean Bellesmains (1183-1193). Plus tard on y ajouta les onze évêques du XIIIe siècle, jusqu'à Louis de Villars (1302-1308). Cette liste comporte elle aussi des annotations
- Leidrede (798-816)
- Agobard (816-840)
- Amolon (841-852)
- Rémy Ier (852-875)
- Aurélien (875-895)
- Argrinus, chassé du siège épiscopal de Langres, aurait peut-être occupé un temps celui de Lyon après la mort d’Aurélien.
- Alwala (895/901-906)
- Bernard (906)
- Austerius (906-915/919)
- Rémy II (915/919-925)
- Anschericus (926-928)
- Guy (928-948)
- Burchard Ier, fils de Rodolphe II roi de Bourgogne, frère de Conrad le Pacifique (949- 957/959)
- Amblard (959-978)
- Burchard II, fils de Conrad le Pacifique, demi-frère de Rodolphe III (978-1030/1031)

1. Fac-similé et édition de cette liste dans M-C. et G. Guigue, Obituaire de l'Église primatiale de Lyon, Lyon, 1902, p. 110
2. Texte de cette liste dans M.G.H., SS, VIII, p. 321.
3. Ms 925, f. 125. Cette liste a été éditée par M.-C. et G. Guigue, Obituaire de l’Église primatiale de Lyon, op. cit., p. 111, et par Condamin et Vanel, Martyrologe de la sainte Église de Lyon, Lyon, 1902, p. 129.

Les bases de l’autorité archiépiscopale sur la ville

  • 101 Le diplôme de Louis le Bègue de 878 est publié par G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’ (...)
  • 102 Cf. infra, « Monastères et évêques dans le diocèse de Lyon aux IXe et Xe siècles », p. 245-263.
  • 103 G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyon d’après la bulle du pape Sergius III (...)
  • 104 Ainsi M. David, Le Patrimoine foncier de l’Église de Lyon de 984 à 1267. Contribution à une étude d (...)
  • 105 Cf. l’analyse critique très détaillée et précise de ce document par H. Gerner, Lyon im Frühmittelal (...)

63Deux éléments, l’un juridique, l’autre matériel, concourent à l’autorité des archevêques sur la cité. Par les privilèges d’immunité obtenus notamment en 878 et 885, ils ont reçu la confirmation de l’état de fait établi à Lyon au début du IXe siècle101. Pour autant, cela ne leur a pas conféré le titre comtal, comme on l’a parfois dit pour le Xe siècle, et on ne connaît pas davantage les modalités concrètes de l’exercice de leur pouvoir. Quant à leur puissance temporelle, encore confondue avec celle de l’Église de Lyon, même si elle découle surtout de la possession de biens extérieurs à la ville, elle conditionne néanmoins leur capacité à y exercer le pouvoir. L’évaluation de son importance est encore sujette à discussion. Il est incontestable que, dans la seconde moitié du IXe siècle, les archevêques Rémy et Aurélien ont bénéficié de la part des souverains carolingiens de nombreuses restitutions. Une vingtaine de diplômes royaux ou impériaux en font foi102. Ils concernent souvent des possessions sises hors de la région, et une bulle du pape Sergius III vient confirmer les biens de l’Église lyonnaise en 910103. D’autre part, on sait maintenant avec certitude que l’inventaire des biens de l’Église de Lyon attribué à Burchard II et daté de 984, qui a longtemps servi à démontrer sa puissance à la fin du Xe siècle104, est inhautentique : dans sa forme actuelle il est constitué d’une série d’ajouts faits aux XIe et XIIe siècles à un texte original difficile à isoler105. Tel qu’il est, cependant, ce document livre deux informations qui semblent attester l’appauvrissement de l’Église de Lyon au Xe siècle. Son préambule, d’abord, incontestablement de Burchard II, fait état de la désolation causée par les barbares (souvenir probable des invasions hongroises), mais aussi de la rapacité et de la fureur intestines (rabies civilis, intestina rapacitas). Simple figure de style ou reflet d’une situation réelle, résultat de la mise en route en Lyonnais de la mutation féodale, poussant les petits sires à accroître leur puissance au détriment d’une Église aux possessions nombreuses mais mal structurées ? Autre indice semblant confirmer cette dernière hypothèse on ne retrouve aucune des possessions récupérées par l’Église de Lyon au IXe siècle dans cet inventaire.

  • 106 Cf. infra « Monastères et évêques dans le diocèse de Lyon aux IXe et Xe siècles », p. 245-263.

64Mais trois remarques viennent corriger cette impression d’affaiblissement. En premier lieu, l’Église de Lyon reçoit encore quelques donations au Xe siècle. Deuxièmement, on peut se demander pourquoi, si elle se trouvait dans un tel dénuement, deux membres de la famille royale de Bourgogne auraient été placés à sa tête au Xe siècle. Troisièmement, les grands monastères urbains et suburbains continuent à constituer pour l’archevêque des relais sur lesquels il exerce toujours un contrôle, même s’il est moins étroit qu’au siècle précédent106. Or, il semble bien que ces établissements (Savigny et Ainay notamment) aient réussi à rassembler à la fin du Xe siècle un temporel assez concentré.

Des auxiliaires plus efficaces ?

  • 107 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafsc (...)

65On perçoit une double évolution dans l’entourage des archevêques lyonnais entre le IXe et le Xe siècle. En premier lieu, les chorévêques, dont on a vu qu’ils devaient jouer le rôle d’évêques auxiliaires et/ou être placés à la tête des chapitres urbains, se maintiennent à Lyon jusque vers la fin du IXe siècle, les deux derniers connus étant Auduin, cité entre 830 et 868 et Leuboin entre 873 et 889. Puis plus aucune mention de chorévêques à Lyon après cette date. Probablement parce que les arguments développés contre eux - la crainte qu’ils n’acquièrent trop d’indépendance - par une partie du clergé de Gaule ont été écoutés ici107.

  • 108 Odo, premier doyen mentionné, G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon, t. I, Paris (...)
  • 109 A D. Rhône, 12 G 470 : pièce insérée dans une procédure du XVe siècle, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire (...)

66D’un autre côté, les chapitres créés au début du IXe siècle évoluent. Améliorant leur organisation interne, ils peuvent mieux seconder l’archevêque dans l’exercice de son autorité tant spirituelle que temporelle. L’obituaire de la cathédrale Saint-Jean et le cartulaire de l’abbaye de Savigny permettent de repérer l’apparition de nouveaux dignitaires dans ce chapitre. À sa tête, dès 912, le doyen qui dut prendre la place de l’abbé qui subsiste cependant, mais sans rôle important. Également l’archidiacre, le précenteur, qui dirige le chant liturgique, mentionnés tous deux en 967-978, ou encore le custode, dont le rôle s’apparente alors à celui du sacristain108. Mais si ces personnages émergent de la documentation, on ne les voit pas encore vraiment à l’action, sauf comme souscripteurs de quelques rares chartes épiscopales. De son côté, les chapitres Saint-Just - Saint-Irénée, qui entretiennent toujours des liens privilégiés avec celui de la cathédrale, et chez qui les archevêques élisent sépulture jusqu’au début du Xe siècle, sont restaurés en 868 par le chorévêque Auduin, sous l’autorité de l’archevêque Rémy : on reconstitue en partie leur temporel et on fixe le nombre de leurs membres : vingt au total, dont quatorze pour l’église Saint-Just et six pour l’église Saint-Irénée109.

  • 110 L’expression est de G. Duby, paraphrasant en quelque sorte Pierre le Vénérable qui décrivait le Clu (...)

67Ainsi, deux siècles après leur implantation dans une ville probablement réduite à peu de chose, une bonne partie des principes carolingiens subsistent encore à Lyon. Certes, l’idéal d’unité qu’on y avait si fortement défendu dans les années 830-840 s’est vite évanoui devant la réalité de la division de l’Occident. Mais les fonctions religieuses et culturelles se sont maintenues sans toutefois se développer au-delà de ce qui avait été établi au début du IXe siècle. Surtout, la ville est restée sous la seule autorité de son archevêque. Cela a été possible, semble-t-il, grâce à l’absence, jusqu’à la fin du Xe siècle, de tout pouvoir concurrent non seulement dans la ville, mais aussi dans la région : pas de princes territoriaux en Lyonnais, pas d’aristocratie locale suffisamment puissante pour menacer vraiment la prééminence de l’Église de Lyon consolidée par les liens qu’elle continue à avoir avec les monastères de la ville et des environs. En fin de compte, c’est bien « l’inconsistant pays lyonnais »110 qui a permis aux structures carolingiennes de se maintenir dans la ville de Lyon.

Notes

1 Cf. A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Âge, Le Coteau, 1990, p. 229-232.

2 Cf. infra, p. 145.

3 Pour l’ensemble de la période traitée ici, cf. A. Kleinclausz (dir.), Histoire de Lyon, t. I, Des origines à 1595, Lyon, 1939 ; H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, Cologne, 1968 ; A. Latreille (dir.), Histoire de Lyon et du Lyonnais, Toulouse, 1975 ; J. Gadille (dir.), Le Diocèse de Lyon, Paris, 1983.

4 L’inventaire et l’examen critique de cette documentation concernant avant tout l'histoire religieuse de la ville ont été présentés il y a longtemps déjà par A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), Paris, 1928, p. 239-296. Ces pages ont conservé toute leur valeur aujourd’hui.

5 Vita sancti Boniti episcopi Arverni, M.G.H., S.R.M., VI, p. 110-139 ; elle fut écrite par un moine de l’abbaye de Manglieu.

6 Frédegaire, Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations), texte latin éd. J.M. Wallace-Hadrill, trad, et notes O. Devillers, J. Meyers, Tumhout, 2001, p. 218-219, 222-223.

7 P.L., 123, c. 122.

8 Sur le VIIIe siècle lyonnais, cf. H. Müller, « Die Kirche von Lyon im Karolingerreich. Studien zur Bischofsliste des 8. und 9. Jahrhunderts », Historisches Jahrhuch, 107, 1987, p. 225-253, notamment p. 229-242.

9 Et non Clovis III - fils de Clotaire III et éphémère roi d’Austrasie en 675-676 - comme cela est dit très souvent : cf. S. Lebecq, Les Origines franques (Ve-IXe siècle), Paris, 1990, (Nouvelle histoire de la France médiévale, 1), p. 175, et tableau généalogique p. 286-287.

10 Cf. A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 424-428. L’histoire locale a surtout retenu de son épiscopat l'accord conclu avec le roi Clovis IV entre 690 et 694 : celui-ci donnait à l’Église de Lyon le fisc royal de Villeurbanne, et recevait en échange de cette dernière la villa de Nassigny en Berry.

11 La Vita sancti Boniti, loc. cit., p. 130 mentionne ce conflit, sans donner le nom du duc qui s’oppose à l’évêque, ni le motif du différend. La seule considération qui guide l’hagiographe, c’est de montrer la grande aptitude de Bonnet, alors présent à Lyon, à régler pacifiquement ce genre d’affrontement. Ce Drogo, qui serait mort vers 708, est appelé dux Burgundionum dans les Annales Metteuses priores, S.R.M., X, p. 16. Cf. A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 425 ; S. Lebecq, Les Origines franques (Ve-IXe siècle), op. cit., p. 181-182.

12 Gesta episcoporum Autissiodorensium, I, 26, M.G.H., SS, XIII, p. 394. Cf. A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 524 ; M. Chaume, Les Origines du duché de Bourgogne, t. I, Histoire politique, Dijon, 1925, p. 38 sq. ; P. Geary, Le Monde mérovingien. Naissance de la France, Paris, 1988, p. 242-243.

13 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens (Livre IV et Continuations), op. cit., p. 218-219.

14 Ibid., p. 222-223.

15 Ibid., p. 250-251. Cf. M. Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781). Naissance d’une région, Paris, 1979, p. 124.

16 Encore que l’apparition de la légende noire d’un Charles Martel précipité en enfer pour avoir spolié les biens d’Église soit à peu près contemporaine de l’œuvre d’Adon. On sait en effet qu’attribué à Eucher évêque d’Orléans († 738), ce récit visionnaire inclus dans la Lettre des évêques de la province de Reims à Louis le Germanique (858), M.G.H., Cap., II, p. 432-433, est en fait l’œuvre d’Hincmar de Reims, ainsi que l’a établi J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims (845-882), t. I, Genève, 1975, p. 323.

17 Cf. G.G. Dept, « Le mot clusas et les diplômes carolingiens », Mélanges H. Pirenne, t. I, Bruxelles, 1926, p. 89-98, ici p. 93-94 ; P. Duparc, « Les cluses et la frontière des Alpes », Bibliothèque de l'École des Chartes, CIX, 1951, p. 5-31, notamment p. 10-13. Sur la route dite du Mont-Cenis : M.A. de Lavis-Trafford, « Études sur les voies transalpines dans la région du Mont-Cenis depuis l’Antiquité jusqu’au début du XIIIe siècle », Bulletin philologique et historique..., 1961, p. 62-91, ici p. 81-88 ; J. Favre, « Le chemin du Petit Mont-Cenis », Le Mont-Cenis et sa région, Actes du colloque de Lanslebourg-Suse de 1975, Chambéry, s.d., p. 173-187.

18 On ne sait que très peu de choses sur cet évêque Adon. Il assista au concile romain de 769 dont il souscrivit les actes, M.G.H., Conc., II/l, p. 75. Selon son homonyme et notre seul informateur - peu précis en l’occurrence-, Adon de Vienne, Chronique, P.L., 123, c. 129, son épiscopat aurait pris fin (en 797 ?) après le concile de Francfort de 794. Cf. A. Coville, Recherches sur l’histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 431-433 ; H. Müller, « Die Kirche von Lyon im Karolingerreich. Studien zur Bischofsliste des 8. und 9. Jahrhunderts », art. cit., p. 238-242.

19 Sur l’adoptianisme, cf. M. Rubellin, « Hérésie et parenté en Occident (fin VIIIe – début IXe siècle) », Cahiers d’Histoire, XXV, 1980-2, p. 115-147 (ici p. 69-102).

20 Cette translation des reliques de saint Cyprien et du chef de saint Pantaléon est mentionnée dans la première recension du martyrologe de Floras (avant 837) au 17 juillet, jour de la commémoration des martyrs scillitains, Dom J. Dubois, G. Renaud, Édition pratique des martyrologes de Bède, de l'Anonyme lyonnais et de Florus, Paris, 1976, p. 129 ; également dans la Chronique d’Adon de Vienne, P.L., 123, c. 132, ainsi que dans son martyrologe, à la date du 14 septembre, ibid., c. 354-356. Elle est célébrée aussi dans un poème, sans doute de Florus, M.G.H., Poetae latini, II, p. 544-546. En 877, Charles le Chauve fit transférer les reliques de saint Cyprien dans la chapelle de son palais de Compiègne.

21 Cf. A. Coville, Recherches sur l'histoire de Lyon du Ve au IXe siècle (450-800), op. cit., p. 294-296. H. Favier, Essai historique sur Leidrade, archevêque de Lyon (740 ?-816/817), Lyon, 1898, est à utiliser avec précaution.

22 L’ouvrage de E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werke, Cologne-Vienne, 1969, permet d’éviter de recourir aux études précédentes concernant ce personnage, qui donnent souvent dans l’hagiographie ou l’anachronisme. Cf. infra, « Agobard ou la passion de l'unité », p. 179-221.

23 M.G.H., SS, I, p. 110. L’éditeur a appelé un peu abusivement ces quelques notes Annales Lugdunenses.

24 E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werke, op. cit., p. 24-27.

25 Leidrade avait d’abord envoyé à Charlemagne un traité d’ordre général sur le baptême, dont les développements ne se coulaient pas vraiment dans le cadre du questionnaire adressé par le souverain aux métropolitains (P.L., 99, c. 853-872) ; à la demande de ce dernier il lui précisa dans une lettre ce que signifiait pour lui le renoncement à Satan (ibid., c. 873-884) ; cf J.P. Bouhot, « Explications du rituel baptismal à l’époque carolingienne », Revue des Études augustiniennes, XXIV, 1978, p. 278-301, notamment p. 287 ; M. Rubellin « Entrée dans la vie, entrée dans la chrétienté, entrée dans la société : autour du baptême à l’époque carolingienne », Les Entrées dans la vie. Initiations et apprentissages, Annales de l’Est, 34, 1982, p. 31-51 (ici p. 31-51).

26 P.L., 99, c. 884-886. Le terme soror employé par Leidrade pour s’adresser à sa correspondante ne semble pas renvoyer ici à un lien de parenté chamelle, contrairement à ce qui est dit d’ordinaire à propos de cette lettre.

27 Alcuin, Lettres no 10 (790), 165 (janvier 799), 194 (19 mars 800), 207 (26 juin 800), 208 (printemps-été 800) à Am de Salzbourg, M.G.H., Ep., IV, p. 36, 267-268, 343-346 ; no 137 (798 ca) aux moines de Gothie, ibid., p. 210-216.

28 Théodulphe parle de Leidrade en des termes très élogieux dans un long poème, Paraenesis ad judices, M.G.H., Poetae latini, I, p. 493-517, dans lequel il raconte la tournée d’inspection qu’ils ont effectuée ensemble en Septimanie et Provence. Ce texte, non daté et muet sur les problèmes religieux liés à l’adoptianisme, a été présenté comme le récit d’une mission conduite par les deux hommes en 798 pour combattre sur place les tenants de cette doctrine. E. Magnou-Nortier, « La mission financière de Théodulf en Gaule méridionale d'après le Contra iudices », Papauté, Monachisme et Théories politiques, t. I, Le pouvoir et l'institution ecclésiale. Etudes d'histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, Lyon, 1994, p. 89-110, propose de rapporter ce texte aux années 780, et de le considérer comme un rapport (sous une forme certes inhabituelle) de missi envoyés par le roi, en dehors de tout contexte de lutte contre l’hérésie. La participation de Théodulphe à celle-ci n’est donc nullement assurée.

29 Alcuin ferait allusion à une première mission (en 798) dans deux lettres aux moines et aux fidèles de Gothie, no 137 et 138, M.G.H., Ep., IV, p. 210-220 ; puis à une deuxième (799/800) dans trois autres lettres no 207 et 208 à Am de Salzbourg (supra, n. 24), n201 (mai-juin 800) à Leidrade, Nibridius et Benoît d’Aniane, ibid., p. 333-334. Mais il se peut très bien qu’il n’y ait eu qu’un seul voyage de Leidrade, cf. W. Heil, « Der Adoptianismus, Alkuin und Spanien », Karl der Grosse, t. II, Das geistige Leben, Düsseldorf, 1965, p. 95-158, notamment p. 106-107.

30 Adon de Vienne, Chronique, op. cit., c. 129. E. Boshof, ErzbischofAgobard von Lyon. Leben und Werke, op. cit., p. 20-24.

31 E. Boshof, ibid., p. 31-37 ; cf. infra.

32 Pour ne citer que les travaux de synthèse : J.-F. Reynaud, Lugdunum christianum. Lyon du IVe au VIIIe siècle : topographie, nécropoles et édifices religieux, Paris, 1998 (DAF, 69), qui reprend l’essentiel de ses nombreuses publications antérieures, et qui malgré son titre, donne des éclairages sur les temps carolingiens ; F. Villedieu (dir.), Lyon Saint-Jean, les fouilles de l’avenue Adolphe-Max, Lyon, 1990 (DARA, 3) ; C. Arlaud et alii, Lyon Saint-Jean, les fouilles de l'îlot Tramassac, Lyon, 1994 (DARA, 10) ; C. Arlaud (dir.), Lyon, les dessous de la Presqu'île, Bourse, République, Célestins, Terreaux, Lyon, 2000 (DARA, 20).

33 L’événement est mentionné dans les Annales Lugdunenses, loc. cit. (supra, n. 20), p. 111.

34 On ne peut guère aller plus loin dans la connaissance topographique de la ville carolingienne, sauf à se lancer, comme le fait par exemple B. Gauthiez, « La topographie de Lyon au Moyen Âge », Archéologie du Midi médiéval, 12, 1994, p. 3-38, notamment p. 3-15, dans des reconstitutions dont les fondements méthodologiques et documentaires demeurent quelque peu hasardés semble-t-il.

35 Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, M.G.H., S.R.G., I, p. 2 ; Agobard, De iniusticiis, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 226.

36 Cf. infra le rapport de Leidrade à Charlemagne.

37 Adversus legem Gundobaldi, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 19-28 ; De divinis sententiis contra iudicium Dei, ibid., p. 31-49.

38 Deux sont adressées à Louis le Pieux ; deux à des personnages importants de la cour ; une à Nibridius archevêque de Narbonne.

39 Il la combat néanmoins, et prouve dans le De iudaicis superstitionibus et erroribus, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 199-216, qu’en compagnie de Barnard de Vienne et Faof de Chalon-sur-Saône il adresse à Louis le Pieux, qu’il connaît un certain nombre de textes juifs, en particulier les Toledoth Yeshu, sorte de parodie des Évangiles.

40 Agobard dénonce en termes assez vifs les menaces proférées à son encontre par le magister ludaeorum qui se flatte d’avoir l’appui total de l’empereur, Contra praeceptum impium de baptismo manciporum judaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 185-188, ici p. 188 ; dans le De insolentia ludaeorum, ibid., p. 191-195, Agobard accuse, p. 192, le magister ludaeorum Evrard d'avoir profité de son absence de Lyon pour organiser avec les missi présents dans la ville une véritable persécution contre les chrétiens, etc.

41 Ce privilège figure parmi les Formulae imperiales, recueil constitué très vraisemblablement avant 825, M.G.H., Formulae, 31, p. 310.

42 Dans le De cavendo convictu et societate iudaica, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 231-234, qu’il adresse à Nibridius archevêque de Narbonne, Agobard dénonce une fois de plus les dangers que courent à ses yeux les chrétiens qui fréquentent les juifs : outre le non-respect du dimanche, la débauche est principalement visée. Sur la construction des synagogues. De insolentia ludaeorum, loc. cit., p. 194.

43 Contra praeceptum impium de baptismo manciporum judaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., supra, p. 185.

44 Cf. B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental (430-1096), Paris, 1960.

45 J. Pourrat, L’Antique école de Leidrade, Lyon, 1899 ; R. Fédou, « Le Moyen Âge : de Leidrade à Gerson », dans G. Avanzini (dir.), Éducation et pédagogie à Lyon de l'Antiquité à nos jours, Lyon, 1993, p. 20-24.

46 De Antiphonario, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 337-351.

47 Il avait été actif dans la période précédente. Cf. E.A. Lowe, Codices Lugdunenses antiquissimi. Le scriptorium de Lyon, la plus ancienne école calligraphique de France, Lyon, 1924.

48 Une étude d’ensemble (constitution, composition, utilisation, dispersion...) sur la bibliothèque ainsi constituée à Lyon au IXe siècle et rassemblant les nombreux et très érudits travaux partiels des spécialistes - paléographes, codicologues, patristiciens, exégètes, liturgistes... - (notamment à propos des manuscrits utilisés par Florus de Lyon, cf. infra) rendrait les plus grands services.

49 M.G.H., Libri confraternitatum Sancti Galli, Augiensis, Fabariensis, p. 257, 259. Indice, peut-être, de la hiérarchie entre les deux chapitres, Agericus, mentionné à la tête de celui de Saint-Just est qualifié d’episcopus, tandis que Audinus est chorepiscopus à Saint-Paul.

50 Ces deux « chapitres » sont très mal connus. Saint-Georges aurait succédé au monastère féminin de Sainte-Eulalie transféré au VIIe siècle dans la Presqu’île à Saint-Pierre, avant de devenir, au XIIe siècle, une commanderie d’Hospitaliers. Quant à Saint-Nizier (= basilique des Saints-Apôtres), sa qualité de chapitre disparaît sans doute très vite, et ce n’est qu’au début du XIVe siècle qu’un chapitre de chanoines y est à nouveau institué.

51 De Insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LU), op. cit., p. 194.

52 Adversum dogma Felicis, ibid., p. 73-109, notamment p. 74-76.

53 Cf. infra, « L’histoire de l’Ile-Barbe (Ve-Xe siècle) », p. 265-275.

54 Cf. infra, « L’abbaye de Saint-Martin d’Ainay », p. 277-294.

55 Sur les conséquences de la réforme canoniale pour la topographie urbaine, cf. Y. Esquieu, Autour de nos cathédrales. Quartiers canoniaux du sillon rhodanien et du littoral méditerranéen, Paris, 1992 (Monographie du CRA, 8).

56 Et en particulier rien ne permet de considérer comme allant de soi, ainsi que le fait B. Gauthiez, « La topographie de Lyon au Moyen Âge », art. cit., p. 15, que les colonges attribuées à l’archevêque, aux chorévêques, aux chapitres et aux établissements urbains se trouvaient nécessairement à l’intérieur du périmètre de la ville, et que, partant de là, on peut, entre autres, évaluer la population de la cité.

57 J.-P. Devroey, « Mansi absi : indices de crise ou de croissance de l’économie rurale du haut Moyen Âge ? », Le Moyen Age, 82, 1976, p. 421-451.

58 De insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 194.

59 Ch. Verlinden, « À propos de la place des juifs dans l’économie de l’Europe occidentale aux IXe et Xe siècles. Agobard de Lyon et l’historiographie arabe », Storiografia e storia. Studi in onore de Eugenio Dupré-Theseider, t. I, Rome, 1974, p. 21-37, souligne l’importance de ce commerce et la part prépondérante qu’y auraient tenu les marchands juifs, et s’élève (p. 24, n. 14), avec raison semble-t-il, contre l’interprétation pour le moins sollicitée de B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental (430-1096), op. cit., p. 24, qui a tendance à la minimiser très fortement, en considérant que les juifs auxquels Agobard voudrait interdire l’achat d’esclaves chrétiens ou l’emploi de chrétiens comme domestiques seraient en fait de grands propriétaires recourant à une main-d'œuvre servile pour exploiter leurs domaines.

60 De insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 192-193.

61 Ibid., p. 194.

62 Rappelons que les spécialistes ne sont pas d’accord sur l’identité, le rôle, les itinéraires, voire l’existence des marchands juifs Rahdanites mentionnés par le géographe arabe Ibn Khordadbeh au IXe siècle.

63 De insolentia Iudaeorum, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 192.

64 De grandine et tonitruis, ibid., p. 3-15. Agobard dénonce chez certaines de ses ouailles la croyance selon laquelle des individus appelés tempestaires auraient le pouvoir de provoquer la grêle et le tonnerre et remettraient à des personnages venus d’une contrée nommée Magonie dans des vaisseaux aériens le produit des récoltes ainsi gâtées. Pour éviter de telles catastrophes, les paysans versaient aux tempestaires une part de leur récolte ; en revanche, ils ne payaient pas la dîme. Agobard dit avoir, au cours d’un déplacement, sauvé du lynchage cinq malheureux pris pour des tempestaires par la population.

65 De privilegio et iure sacerdotii, ibid., p. 53-69, notamment p. 62.

66 Adversum dogma Felicis, ibid., p. 73-111.

67 De picturis et imaginibus, ibid., p. 151-181. C. Charlier, « Les manuscrits personnels de Florus de Lyon et son activité littéraire », Mélanges E. Podechard, Lyon, 1945, p. 80, attribue cette œuvre à Florus de Lyon ; P. Bellet, « El Liber de imaginibus sanctorum bajo el nombre de Agobardo de Lyon obra de Claudio de Turin », Analecta sacra Tarraconensia, 26, 1955, p. 151-194, désigne comme auteur Claude évêque de Turin, farouche adversaire des images. Les arguments de l'un et de l’autre ont été longuement discutés et réfutés par E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werke, op. cit., p. 139-158, qui penche très fortement pour l’hypothèse d’une rédaction faite par un clerc de l’entourage d’Agobard - pas Florus - resté anonyme. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. XXIV-XXXIII, rouvre le dossier et maintient finalement l'attribution traditionnelle à Agobard.

68 De antiphonario, éd. L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 337-351. Cf. M. Huglo, « Les remaniements de l’antiphonaire grégorien au IXe siècle : Hélisachar, Agobard, Amalaire », Culto cristiano. Politico imperiale carolingia, Convegni del Centro di studi sulla spiritualità, XVIII, Todi, 1979, p. 87-119, notamment p. 102-113.

69 Lettre de Claude de Turin à Dructeramnus abbé de Saint-Chaffre du Monastier (ou de Solignac ?), Ep., IV, p. 592.

70 E.A. Lowe, Codices Lugdunenses antiquissimi. Le scriptorium de Lyon, la plus ancienne école calligraphique de France, op. cit., p. 39, 48 ; C. Charlier, « Note sur les origines de l’écriture dite de Luxeuil », Revue Bénédictine, 58, 1948, p. 149-157.

71 Dom J. Dubois, G. Renaud, Edition pratique des martyrologes de Bède, de l’Anonyme lyonnais et de Florus, op. cit.

72 Cf. infra, « L’histoire de l’Ile-Barbe (Ve-Xe siècle) », p. 265-275.

73 J.-R Bouhot, « Le manuscrit d’Angers, B.M. 277 (268) et l’opuscule De spe et timore d’Agobard de Lyon », Revue des Études Augustiniennes, 31, 1985, p. 227-241, a reconnu dans un manuscrit conservé à Angers le texte presque complet (lacune in fine) de cette œuvre d’Agobard, dont on ne connaissait jusqu’alors que le début (lettre-préface adressée à Ebbon de Reims et première phrase de l’œuvre proprement dite incluses dans le ms Paris, BNF, lat 2853, f. 208v-212). L. Van Acker, Agobardi Lugdunensis opera omnia (Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis, LII), op. cit., p. 429-454, a publié l’intégralité de cet opuscule.

74 Amolon, Liber contra Iudaeos, P.L., 116, c. 141-184, s’inspire très fortement du De Iudaicis superstitionibus et erroris d’Agobard.

75 La part prise par Agobard dans ces événements se lit bien dans quatre textes (selon l’édition de L. Van Acker, qui a modifié les titres traditionnels) : De privilegio apostolicae sedis (p. 303-306), Liber apologeticus I et II (p. 309-312, 315-319), Cartula de Ludovici imperatoris poenitentia (p. 323-324). Il faut lui retirer la paternité, qui lui avait été longtemps attribuée, de la lettre adressée par le pape Grégoire IV aux évêques de Gaule, M.G.H., Ep., V, p. 228-232.

76 M.G.H., Conc., II/2, p. 768-782.

77 Florus, Querela de divisione imperii, M.G.H., Poetae latini, II, p. 559-562.

78 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit. ; E. Fournial, « La souveraineté du Lyonnais au Xe siècle », Le Moyen Âge, 62, 1956, p. 413-452.

79 Cf. R. Poupardin, Le Royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), Paris, 1901, p. 32.

80 Cf. J.B. Martin, Conciles et bullaire du diocèse de Lyon des origines à la réunion du Lyonnais à la France en 1312, Lyon, 1905.

81 L’enjeu est à la fois ecclésiastique - Aurélien veut affirmer son pouvoir de métropolitain face aux interventions de son collègue l’archevêque de Reims - et politique - rivalité des Robertiens et des Carolingiens. Cf. H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 87-94 ; R. Folz, « L’évêché de Langres dans les rivalités politiques de la fin du IXe siècle », Aux origines d’une seigneurie ecclésiastique, Langres et ses évêques, VIIIe-XIe siècle. Actes du Colloque de Langres-Ellwangen 1985, Langres, 1986, p. 115-130.

82 Dom J. Dubois, G. Renaud, Le martyrologe d’Adon, ses deux familles, ses trois recensions. Texte et commentaire, Paris, 1984, p. 182. Adon ajoute que le lieu où les martyrs ont souffert s’appelle Athanaco (Ainay) et qu’ils sont pour cette raison appelés Athanences. On sait que cette mention alimenta, avec d’autres, la polémique sur le lieu du martyre, cf. infra, « L’abbaye de Saint-Martin d’Ainay », p. 277-294.

83 Cf. J. Rossiaud, « Les rituels de la fête civique à Lyon (XIIe-XVe siècle) », Riti e rituali nette società medievali, Atti della Settimana di Erice, éd. J. Chiffoleau, L. Martines et A. Paravicini Bagliani, Spolète, 1994.

84 Sur cette question, il suffira de renvoyer aux pages de J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims (845-882), t. I, Genève, 1975, p. 115-279.

85 Lettre de Florus à Eldrad (entre 828 et 840), M.G.H., Ep., V, p. 340-343. Florus joint d’autre part un poème au psautier révisé qu’il retourne à FJdrad. Carmen ad Hyldradem, Poetae latini, II, p. 549-550.

86 Wandalbert, Lettre à Otricus, M.G.H., Poetae latini, II, p. 569-571. Cf. Dom J. Dubois, « Le martyrologe métrique de Wandelbert. Ses sources, son originalité, son influence sur le martyrologe d’Usuard », Analecta Bollandiana, 79, 1961, p. 257-295.

87 Syrus, Vita Maioli, P.L., 133, c. 748.

88 Odilon de Cluny, Vita Maioli, P.L., 142, c. 948.

89 Supra, n. 17.

90 Annales de Saint-Bertin, M.G.H. in usum scholarum, p. 140. Jean VIII vient en Gaule chercher des secours contre les Sarrasins qui menacent Rome. Il emprunta la voie maritime jusqu’à Arles, puis par le Rhône parvient à Lyon après le 15 mai 878. Après avoir tenu concile à Troyes en septembre, il regagna l’Italie en passant par la route des Alpes, mais en évitant Lyon. Cf. R. Fédou, Les papes du Moyen Age à Lyon, Lyon, 1988, p. 31-32.

91 Odon de Cluny, Vie de saint Géraud d’Aurillac, II, 21, P.L., 133. Pour les sept voyages qu'il fit à Rome entre 885 et 900, Géraud passait généralement par Lyon, mais aussi par la route plus méridionale par Vienne, Die, Gap et le Mont-Genèvre, cf. Ch. Lauranson-Rosaz, L'Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle. La fin du monde antique ?, Le Puy-en-Velay, 1987, p. 285-290.

92 E. Fournial, « Recherches sur les comtes de Lyon aux IXe et Xe siècles », Le Moyen Âge, 58, 1952, p. 221-252 ; H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 103-119.

93 H. Gerner, ibid., p. 139-145.

94 Ibid., p. 143.

95 Ibid., p. 78-94.

96 Il donne à Cluny en 945 des bien sis « au-dessus du burgus de la cité de Lyon, au nord de la Saône », Recueil des chartes de Cluny (802-1300), éd. A. Bernard et A. Bruel, 6 vol., Paris 1876-1903 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France, lère série : Histoire politique), t. I, no 670.

97 Il confirme aux chapitres Saint-Just – Saint-Irénée la dîme dans divers lieux proches de leurs églises, A.D. Rhône, 12 G 511, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, t. I, 1885, no 4, p. 8-9 ; il installe Badin comme abbé de Savigny après les destructions dues aux invasions hongroises, A. Bernard éd., Cartulaire de l'abbaye de Savigny, t. I, Paris, 1853, no 38, p. 36.

98 En 944, au concile de Toumus, il prit la défense de l’abbaye Saint-Philibert contre le duc de Bourgogne, qui voulait y imposer un abbé, Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio..., t. 18, Florence-Venise, 1759-1798, c. 403-404.

99 F. Weigle éd., Die Briefe des Bischofs Rather von Verona, M.G.H., Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, I, Weimar, 1949, p. 20-21. Cette lettre d’envoi est aussi adressée à Sobbon archevêque de Vienne, Godescalc, évêque du Puy, et Aurelius évêque. D’autre part, le même recueil de lettres de Rathier montre qu’il avait envoyé son ouvrage à d’autres évêques, ce qui peut relativiser un peu la renommée de Guy.

100 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 146-149, 153-164. Rappelons que Burchard II était aussi archichancelier du royaume de Bourgogne et abbé de Saint-Maurice d’Agaune.

101 Le diplôme de Louis le Bègue de 878 est publié par G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyon d’après la bulle du pape Sergius III et les diplômes carolingiens », Bulletin philologique et historique..., 1925, p. 33-35 ; celui de Charles le Gros de 885 dans M.G.H., Diplom. reg. Germ, ex stirpe Karol., II/1, p. 195-197.

102 Cf. infra, « Monastères et évêques dans le diocèse de Lyon aux IXe et Xe siècles », p. 245-263.

103 G. Guigue, « Les possessions territoriales de l’Église de Lyon d’après la bulle du pape Sergius III et les diplômes carolingiens », art. cit., p. 13-45. Le texte de la bulle se trouve p. 37-38.

104 Ainsi M. David, Le Patrimoine foncier de l’Église de Lyon de 984 à 1267. Contribution à une étude de la féodalité dans le Lyonnais, Lyon, 1942.

105 Cf. l’analyse critique très détaillée et précise de ce document par H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 366-382.

106 Cf. infra « Monastères et évêques dans le diocèse de Lyon aux IXe et Xe siècles », p. 245-263.

107 H. Gerner, Lyon im Frühmittelalter. Studien zur Geschichte der Stadt, des Erzbistums und der Grafschaft im 9. und 10. Jahrhundert, op. cit., p. 95-100. On sait que c’est Hincmar qui était le plus virulent contre les chorévêques, dont il contestait la validité des ordinations qu’ils célébraient, cf. J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims (845-882), op. cit., t. I, p. 50.

108 Odo, premier doyen mentionné, G. Guigue, J. Laurent, Obituaires de la province de Lyon, t. I, Paris, 1951, p. 87 ; en 967, Étienne, premier archidiacre connu, Recueil des chartes de Cluny (802-1300), éd. A. Bernard et A. Bruel, op. cit., t. II, no 1227, p. 308 ; Loup, chantre, en 945, G. Guigue, J. Laurent, ibid., p. 113 ; Eugendus, précenteur, en 967, Recueil des chartes de Cluny (802-1300), op. cit., t. II, no 1227, p. 308 ; Ingelradus, custode, G. Guigue, J. Laurent, ibid., p. 130.

109 A D. Rhône, 12 G 470 : pièce insérée dans une procédure du XVe siècle, éd. M.-C. Guigue, Cartulaire Lyonnais, op. cit., t. I, no 3, p. 6-8.

110 L’expression est de G. Duby, paraphrasant en quelque sorte Pierre le Vénérable qui décrivait le Clunisois comme un « pays sans roi, sans duc et sans prince ».

Notes de fin

1 Le texte présenté ici est une version largement remaniée, mise à jour et pourvue d’un appareil critique du livre II, chapitres II et III, de A. Pelletier, J. Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon des origines à nos jours, t. I, Antiquité et Moyen Âge, Le Coteau, 1990, p. 281-301 (avec l’autorisation des Éditions Minerva).

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search