Version classiqueVersion mobile

Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès

 | 
Michel Rubellin

Avant-propos

Pierre Guichard

Texte intégral

1Ce livre, où ont été rassemblés des contributions et articles consacrés à l’histoire de l’Église au haut et au « moyen » Moyen Âge, et plus particulièrement à celle de Lyon, est, à mes yeux et, j’en suis sûr, à ceux de tous les médiévistes de notre centre de recherche, davantage qu’un ouvrage scientifique. Sans doute est-il d’abord destiné à présenter à un public que nous espérons plus vaste que celui des revues spécialisées les dossiers que Michel Rubellin, certainement l’un des meilleurs connaisseurs en France de l’histoire religieuse du monde carolingien, a ouverts avec bonheur. Denyse Riche dira plus loin la façon dont il a su renouveler divers problèmes touchant à cette époque et à d’autres plus tardives, comme ce qui a trait à Valdès et aux origines du valdéisme dans le contexte lyonnais.

2Mais nous voudrions aussi en publiant cet ouvrage apporter à son auteur le témoignage amical du regret que nous avons de le voir partir à la retraite. Les fonctions que j’exerce-encore pour très peu de temps-de directeur de l’UMR 5648 me donnent l’occasion d’écrire ces quelques lignes d’avant-propos, et je suis heureux de lui exprimer cette amitié au nom de notre groupe d’enseignants et de chercheurs.

3Peut-être me permettrai-je de dire, de façon plus personnelle, qu’en nous reportant quelques décennies en arrière les premiers travaux de Michel Rubellin contenus dans ce dixième volume de notre Collection d'histoire et d’archéologie médiévales évoquent pour moi nos communs débuts à (’université de Lyon, où nous avons tous deux préparé l’agrégation en 1964, et où je l’ai suivi de peu sur un poste d’enseignant. Il y était assistant depuis 1970, après quelques années passées dans le secondaire à Annecy et à la Martinière de Lyon. On ne m’en voudra pas d’évoquer avec un peu de nostalgie cette époque agitée de l’histoire d’une université, dont le grand événement fut la partition Lyon 2-Lyon 3 en 1973.

4Je ne surprendrai aucun d’entre nous et aucun de ceux qui, plus largement, le connaissent dans notre monde universitaire, en rappelant qu’il a été, pendant de nombreuses années, véritablement l’âme du petit groupe de médiévistes que nous avons constitué dès lors à Lyon 2, au rythme des séminaires qui nous amenaient à nous retrouver régulièrement, avec quelques collègues de Besançon, Grenoble, Saint-Étienne et Lyon 3, autour de Marcel Pacaut. Ce ne sont pas seulement les liens anciens que j’ai avec lui qui me font écrire cela, mais la vive conscience du rôle qu’ont joué dans notre vie d’universitaires sa gentillesse toujours attentive, sa très grande disponibilité, ainsi que l’amitié avec laquelle Marie-France et Michel Rubellin ont si souvent su nous accueillir dans leur maison de Poleymieux.

5Les enseignants de l’ancienne UER de géographie-histoire, ceux de notre actuelle faculté, les nombreux étudiants qui pendant plus de trois décennies ont bénéficié de son enseignement, savent quelle a été sa constante et, on peut le dire je crois sans exagération, exemplaire présence à l’université. Les colloques auxquels il a participé, les rencontres de La Bussière, les années qu’il a passées au jury du CAPES l’ont aussi fait vivement apprécier de nombreux collègues dans d’autres enceintes que celle de notre université.

6Après le départ à la retraite de Marcel Pacaut qui vient de nous quitter, et dont il était très proche, ceux de Marcelle Reynaud, de Marie-Thérèse Lorcin, de Jacques Rossiaud, il était à l’Université Lyon 2 le plus ancien enseignant d’histoire de notre section de Moyen Âge, place après tout peu enviable, où il ne souhaitait sans doute pas s’éterniser puisqu’il me la laisse maintenant pour quelque temps. Avec l’arrivée de nouveaux collègues, avec la constitution d’une importante UMR consacrée au Moyen Âge, la configuration du groupe des enseignants et chercheurs médiévistes de Lyon 2 a depuis une dizaine d’années sensiblement changé, ainsi que l’ambiance d’une section et d’une faculté où jusqu’aux années quatre-vingt dix nous avions parfois un peu trop l’impression de « vieillir ensemble », et qui s’est notablement accrue et rajeunie.

7Tout autant que moi, sans doute, il s’est réjoui de cette évolution, compte tenu de la qualité des collègues qui nous ont rejoints et de l’atmosphère de sympathie qui a continué à régner entre nous. Un deuil particulièrement douloureux ne l’a pas empêché de rester aussi disponible et amical qu’auparavant et sans doute l’un des principaux responsables de la cohérence du groupe assez nombreux d’historiens du Moyen Âge que rassemble maintenant un centre devenu l’un des plus importants de France dans cette discipline.

8Cette publication est le résultat d’une idée commune à tous les membres de l’UMR. Plusieurs d’entre nous y ont participé à des degrés divers, mais il n’est que juste de souligner que Denyse Riche s’est particulièrement investie dans sa mise en forme définitive. Je lui laisse maintenant la parole pour une introduction davantage en rapport avec son contenu que les quelques lignes qui précèdent. Pour conclure cet avant-propos, je remercierai l’auteur des articles et contributions qui composent ce livre d’avoir accepté la tâche toujours un peu ingrate de revenir sur certains d’entre eux afin d’améliorer la cohérence de l’ensemble, et d’avoir contribué à la réunion des illustrations qui en accompagnent la partie centrale. Ce livre ne referme évidemment pas les dossiers dont s’est occupé Michel Rubellin. Sur quelques-uns d’entre eux, des programmes existent, comme le volume sur le diocèse de Lyon de la Gallia pontificia dont il est le coordinateur, ou commencent à se mettre en place, comme le projet d’édition et traduction des œuvres d’Agobard dans le cadre des Sources Chrétiennes (CNRS-Lyon). Je voudrais lui dire, au nom de tous ceux que je représente ici, à quel point nous souhaitons qu’en participant à ces projets, ou plus quotidiennement en nous apportant simplement sa présence, l’amitié souriante et l’humour auxquels il nous a habitués, il continue à être le plus souvent possible l’un des nôtres.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search