Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

Patrie, peuple, nation dans les gazettes de 1785

Claude Labrosse

Texte intégral

1Le texte d’une gazette ne se présente pas comme un discours suivi et cohérent qui développerait un sujet unique. Il s’agit plutôt du rassemblement, de la juxtaposition d’énoncés de nature et de provenances diverses : publications d’ordonnances royales, comptes rendus de séances des parlements, lettres ou bulletins de correspondants divers, extraits d’autres gazettes et de mémoires politiques, réflexions ou observations du rédacteur du journal. Ce sont autant d’instances d’énonciation différentes, souvent filtrées et redisposées dans le « montage » de la livraison.

  • 1 La Gazelle de Leyde (GL), d’Amsterdam (GA), d’Utrecht (GU), de La Haye (GLH), Le Courrier du Bas-R (...)

2Lorsqu’on entreprend d’interroger une sélection de gazettes1, cette complexité s’accroît encore du fait que ces périodiques se situent différemment et même conflictuellement dans un même contexte historique. Si à propos du litige concernant l’Escaut, les gazettes de Hollande défendent la position des Provinces-Unies face aux prétentions autrichiennes, certaines restent par ailleurs encore attachées à la fonction stadhoudérienne, tandis que d’autres militent plus volontiers pour les droits des parlements provinciaux et s’engagent parfois dans la lutte qui oppose les régents en place à une partie de la bourgeoisie pour la gestion des villes. Parmi les gazettes d’Allemagne, le Courrier du Bas-Rhin, publié à Clèves, s’en prend directement aux gazettes républicaines des Provinces-Unies et poursuit une controverse acerbe avec la Gazette de Leyde.

3C’est dans ces textes et ce contexte-là qu’il faut essayer de suivre les mots Patrie, Peuple et Nation, alors que ces journaux nous entretiennent bi-hebdomadairement des tensions internes qui déchirent les Provinces-Unies, de la possible intervention des troupes impériales dans les Pays-Bas, de la révolte des Valaques de Transylvanie, des nombreux litiges qui opposent la Grande-Bretagne et les États-Unis, des rivalités anglo-espagnoles en Amérique centrale, d’un projet de traité de commerce entre l’Irlande et l’Angleterre, du changement des ministres à Constantinople et des querelles russo-turques à propos des populations de la Crimée ou du Caucase.

4Pour appréhender ces trois termes, on peut convenir de se placer successivement sur deux plans qui du fait de leur généralité permettent, semble-t-il, d’analyser à la fois les usages du langage et les fonctions d’une gazette. On peut admettre d’abord qu’il faut pouvoir désigner des choses, nommer des objets, décrire des états, relater ce qui se passe – Voltaire dans l’Encyclopédie définit la gazette comme « la relation des affaires publiques » – afin de faire savoir, d’informer. Le langage est alors plutôt statique, il essaie de fixer les « choses » comme les traits d’une image sur une plaque photographique. Ce faisant, la gazette, comme le langage, analyse, pense, réfléchit. Les mots participent alors à des configurations plus dynamiques (interprétations, controverses, polémiques) où les termes parfois se retournent, où leur sens peut dériver. On dit alors communément que le lexique se politise.

  • 2 Dissertation sur la nature du peuple (1755), Dissertation sur le vieux mot de Patrie. Voir Jean Fa (...)
  • 3 « Mot collectif dont on fait usage pour exprimer une quantité considérable de peuple, qui habite u (...)

5Avant d’hypostasier ces trois mots en des objets qu’ils désigneraient, et dont nous tenterions de voir en quoi et comment ils « consistent », consultons brièvement l’Encyclopédie pour avoir idée de leur teneur vers le milieu du 18e siècle. Les articles patrie et peuple, rédigés tous deux par le chevalier de Jaucourt et inspirés des dissertations de l’abbé C. F. Coyer2, sont de petits discours sur des questions fondamentales où l’on remonte à l’Antiquité, où l’on parle de démocratie, de démagogie, de vertu politique et du clivage qui sépare la « masse » du « peuple » des artisans et des financiers. C’est opportunément qu’ils sont classés dans la rubrique « gouvernement politique ». Le terme nation en revanche, dont la définition semble avoir été empruntée aux dictionnaires de Furetière et de Trévoux3, semble dépourvu de signification politique et se trouve simplement placé dans la section de l’histoire moderne.

6Patrie désigne un principe, une valeur supérieure qui exige fidélité, vertu, amour. Elle se donne moins sous forme de propositions que sous l’espèce d’un Être, d’une personne métaphysique, sans laquelle, le groupe, en dépit de son existence physique, ne serait fondé ni en durée, ni en sens, ni en valeur. C’est une réserve symbolique de référence, une source et un ensemble d’émotions communes, le trésor ontologique du groupe.

L’amour de la patrie dont nous sommes pénétrés n’est point refroidi […] nous avons agi fidèlement envers la patrie. (G2P, 08-02, lettre du Stadhouder aux États généraux)
Mes amis si vous êtes de vrais amis de la patrie, sacrifiez-lui vos haines, vos ressentiments, votre amour de la domination, de l’élévation, du lucre […] Contentez-vous de l’honneur qui vous revient de vos vertus, de votre zèle, de votre amour véritable pour la patrie. (G2P, 05-03, Lettre d’un correspondant genevois)

7Cette personne aimée, cet objet de sacrifice connaît souffrances et malheurs. Elle peut être bafouée et doit être défendue.

Lord Mountgarret (Dublin) ne peut s’empêcher d’élever la voix en faveur de la patrie si maltraitée par une pareille mesure. (CBR, 25-06, à propos du traité de commerce avec l’Angleterre)
Que toute la République offre l’image d’un camp. Que tous les citoyens se familiarisent avec les armes qui doivent servir à la défense de la patrie. (GA, 18-01, au sujet de la « milice nationale »)

8La patrie est une origine, une sorte de matrice d’où l’on vient et où l’on retourne.

Les papiers qui […] annonçaient le retour volontaire des États-Unis d’Amérique dans le sein de la Mère-Patrie continuent sur le même ton (GL, 10-08)
Nous avons vu hier 12 déserteurs autrichiens, français de nation. [Ils] vont profiter de l’amnistie pour retourner dans leur Patrie. (CA, 03-05)

9Mais l’âme du groupe affirmée dans le mot patrie est aussi le fondement, la raison d’être intime du corps politique. Le patriotisme est l’attachement à des « choses » communes : le Roi, l’État, le bien général mais aussi l’union, la liberté, les droits du citoyen.

L’amour de la Patrie gravé dans le cœur des Français, les rend avides de tout ce qui concerne le Roi ou l’État. (CA, 04-01)
Nous ne désirons rien avec plus de zèle que de voir renaître dans la Patrie parmi tous les habitants cette harmonie et union sans lesquelles le danger imminent d’une guerre… (GLH, 07-02, lettre du stadhouder) C’est en vrai citoyen que je parle, j’ai le droit de dire mon avis et je crois me montrer l’ami sincère de ma Patrie en avançant que… (CBR, 04-03, citation du Courrier de l’Escaut)

10Si la patrie n’a pas de structure juridique et de forme institutionnelle, elle a en revanche ses figures, ses symboles, ses illustrations, ses manifestations. On invoque les « Pères de la Patrie » (les États Généraux des Provinces-Unies). On rappelle « les précautions de nos ancêtres qui veillèrent avec tant de sagesse sur la gloire et la sûreté de la Patrie » (GLH, 25-04). On qualifie Franklin « d’illustre patriote » (GC, No xcii). On souligne la « carrière patriotique » du pasteur Van der Kemp, cet « écrivain patriote » (GA, 04-03) La revue annuelle des volontaires irlandais est une cérémonie patriotique :

Nous avons eu ce lundi dernier le spectacle le plus flatteur pour les bons patriotes et les vrais amis de l’Irlande : la revue des volontaires fut magnifique, la beauté des corps surpassa l’attente des partisans les plus chauds de cette institution. La cavalerie parada suivant son usage […] les manœuvres furent universellement admirées. (CBR, 29-06)

11Mais il n’est pas certain que cette valeur soit stable ou même universelle. Elle pourrait ne convenir qu’à l’espace de l’Europe. Son sens varierait selon les lieux, en fonction des critères de l’économie. « Passé le Tropique, il n’est plus de Patrie, [l’européen] ne reconnaît que celle qui peut lui fournir le moyen de s’enrichir. » (GL, 07-066, et CBR, 11-06, à propos du monopole du commerce colonial).

12En résumé, on pourrait dire que le champ offert par le mot Patrie est relativement cohérent.

  • Un noyau affectif et métaphysique, l’être premier, primitif même du groupe avec ses figures symboliques (Père, Mère, Ancêtres) et ses rituels.
  • Une esquisse de sécularisation politique de ce substrat où se profilent et peut-être se fondent les idées d’union, de bien commun, de liberté, de citoyenneté.
  • Une dimension plus « dramatique » liée à la menace, à la défense, au sacrifice.

13Si le mot Patrie relève plutôt du domaine affectif et mémoriel et de l’optatif comme le montrent souvent les verbes qui l’accompagnent, le terme Peuple s’applique mieux, au contraire, à un réel, à un donné (il y a des groupes humains qui couvrent la surface de la terre). Il renvoie à un objet diversifié et multiple ayant une présence et des modes d’existence concrets.

14C’est un groupe qui porte un nom dont on se sert aussi pour désigner un territoire (« le peuple de Bosnie »). Dans l’Encyclopédie le mot natchez appartient à la rubrique géographie. On a pu dire que ces noms servaient parfois à « remplir les vides d’une carte » (M. Duchet, 1974, p. 27). On trouvera donc dans les gazettes des Mosquitos, des Tartares, des Valaques, des Monténégrins, des Turcs, tout autant que des Américains, des Irlandais et des Hollandais. Une description sommaire pourra accompagner ces noms offrant les éléments d’une localisation géographique et parfois une caractérisation sommaire ou stéréotypée :

Les Monténégrins […] ce peuple d’assassins, cette nation rustique et guerrière. (CA, 06-04)
Les Legbis ou Abasis, peuple entièrement indépendant et habitant entre le Caucase et la Mer Noire. (GLH, 17-10)
Les Américains […] ce peuple sobre et puissant. (CBR, 11-10)

15S’il est en révolte ou en mouvement le ou un Peuple pourra présenter le caractère d’une altérité radicale et dangereuse. Barbare s’il est d’ailleurs comme les Valaques de Transylvanie, appelés « Bandits », « rebelles », « brigands », « troupe effrénée et féroce » (GL, 18-01, et 04-02), « cannibales et furieux » (G2P, 29-001) ; « barbares » que « la douceur n’est pas capable de ramener à l’humanité et à la raison » (GL, 28-011). « Populace » ou « Canaille » s’il est d’ici. Ainsi à propos des émeutes londoniennes contre la taxe sur les boutiques :

Le peuple est indigné […] pour se venger il fit sur plus de 10 effigies qui le [Pitt] représentaient ce qu’il n’avait pu faire sur sa personne […] [il] aurait été pendu s’il était tombé entre les mains de la populace. (GA, 28-06)

16Ce mot désigne ainsi une sorte d’élément naturel (on dit aussi « Les natifs, les naturels », GL, 27-05 pour les Mosquitos) qui a le pouvoir de multiplier, de se répandre, d’occuper l’espace : masse indéterminée, faite d’énergie, de nombre, de mouvement (sédition, émeute, révolte), comme une matière vivante, diverse et puissante. S’il s’agit de populations nomades comme les Tartares ou les Arabes on parlera de hordes – ce mot venu du Mongol et qui désigne à la fois le camp et la Cour (« Les hordes vagabondes de l’Arabie » GL, 11-03), ou encore de « Peuplades » – ces « inondations de gens » selon la glose du dictionnaire de Trévoux – un terme que GC (supplément 28-10) applique aux tribus indiennes d’Amérique.

17Le peuple peut être aussi un milieu où des phénomènes fermentent et se propagent. (« répandre parmi le peuple des notions inflammatoires tendant à l’insubordination et à la révolte », GL, 21-10, et GC, 28-10). Ce genre de représentation se tisse encore bien que sous une forme apaisée dans cette courte relation des fêtes populaires qui marquent l’anniversaire du prince d’Orange.

On sait que la multitude infinie des charpentiers, matelots et autres ouvriers employés dans les chantiers de l’État […] aurait pu dans le désordre de la débauche former des attroupements tumultueux […] on vit sortir un nombre d’environ 1500 ouvriers, au temps ordinaire de 5 heures du soir […] sans signe d’inquiétude et de désobéissance. Ils ont défilé avec la plus grande décence. Chacun chez soi, lorsque ci-devant à pareil jour, toute la ville retentissait de leur joie bruyante et souvent importune. (GA, 11-03)

18Selon une acception largement répandue au 18e siècle, le mot au singulier et au pluriel s’applique au grand nombre de la population. Il désigne l’ensemble des gouvernés, cette partie majeure du collectif national qui ne participe pas à la gestion des affaires (F. Weil, 1973, p. 25-33) mais peut se percevoir comme un tout.

Nous avons fait tous nos efforts pour établir la fidélité de tous les peuples qui nous sont soumis, sans aucune distinction de leur état, de leur nation ou de leur religion. (GA, 04-01, Ordonnance de Joseph II) Tout le peuple demande que… (GC, lxi et lxxiii)

19C’est surtout dans les gazettes néerlandaises et dans les extraits empruntés aux journaux politiques anglais que le mot Peuple se leste d’un contenu plus politique. La G2P (29-10) rapporte un appel du Gazeteer où il est question des « sentiments politiques du peuple » et le correspondant londonien du CA (28-06) s’interroge à propos des États-Unis sur le procès qui fait qu’un peuple parvient à la maturité politique :

M. de Montesquieu a dit que la vertu est le soutien des Républiques, il entend par vertu le courage, le désintéressement et les autres inclinations au bien auxquelles nous porte l’oubli des intérêts particuliers et l’attachement aux intérêts publics. Ces différentes qualités peuvent-elles caractériser un peuple chez lequel les lois n’ont été que faiblement en vigueur ?

20C’est du peuple que procèdent la souveraineté et l’autorité. Il est la source du pouvoir, « les régens […] en ont appelé aux lois fondamentales par lesquelles toute leur autorité émane du peuple » (GA, 15-03). S’assembler, délibérer sur des contrats fondamentaux, déléguer (nommer des représentants) sont des droits inaliénables. A propos de la situation en Irlande, on trouve rappelé dans GLH (03-01) le « droit imprescriptible du peuple de s’assembler et de délibérer sur des objets constitutionnels », tandis que GA (15-03) cite ce texte du docteur Price :

Toute autorité civile étant dérivée du peuple et violée aussitôt qu’elle est exercée d’autre manière […] ce n’est pas assez de dire qu’il a droit de demander la réforme des abus : il a incontestablement le droit d’exiger. Et comme il a ce droit, il doit avoir aussi le droit de s’assembler afin de l’exercer et d’établir des délégués.

21Le terme peut aussi s’inscrire dans une perspective économique : « Chaque puissance s’appliquera à faire fleurir son commerce, le seul moyen de rendre les peuples heureux et les potentats utiles à la société générale » (GA, 26-07, à propos d’un projet de Confédération germanique). Et la GC (13-10) se fait l’écho de l’opinion de ceux qui pensent que « la diminution des droits (d’entrée aux barrières de Paris) ferait qu’en se privant moins, le peuple consommerait davantage. »

22Le spectre de sens du mot peuple est donc très largement ouvert sur la géographie, l’information pré-ethnologique, le domaine politique et économique.

23Comme Peuple, le mot Nation peut à l’aide d’adjectifs appropriés servir à désigner le groupe : « La nation hollandaise », « La nation Hongroise » (GL), « La nation irlandaise » (GC), « les nations indiennes, les nations asiatiques » (GA, 27-07). Certaines expressions courantes y ajoutent l’idée d’appartenance, « Des capitaines de bâtiments, anglais de nation… » (CA, 11-01), « Douze déserteurs autrichiens, français de nation… » (CA, 03-05)

24Comme un peuple, une nation peut faire l’objet d’une esquisse de description. Voici celle – appelée aussi « détails authentiques sur le peuple » – que GA (211-011) propose des Valaques :

Les séditieux de Transylvanie sont des Valaques descendants de colonies romaines, établies en Dacie, la plus grande partie de religion grecque et formant une population de 670 000 âmes suivant les derniers dénombrements. Tous ces gens-là sont d’une constitution robuste et d’une taille avantageuse. Ils ne démentent pas le sang romain dont ils sont issus quoiqu’ils aient été soumis au joug le plus accablant du gouvernement féodal. C’étaient de vrais esclaves sans propriétés et sans aucun droit. Ils étaient tellement opprimés par leurs seigneurs fonciers que pour y suffire, ils étaient obligés de condamner leurs femmes aux travaux de l’agriculture. Depuis quelques temps on avait aperçu certains mouvements parmi cette nation…

25Lorsqu’il s’agit des relations diplomatiques qui sont en fait le premier souci des gazettes, les termes utilisés sont le plus souvent le nom des États (France, Angleterre) et le mot puissance(s) est plus largement utilisé que nation.

26L’objet désigné par nation a cependant une consistance relativement forte. Plus que les deux autres termes étudiés, il implique une idée d’organisation, une capacité de constitution. Vis-à-vis du monde extérieur son mode d’organisation fondamental est le pouvoir de se mobiliser contre un ennemi, l’institution d’une armée, la conception d’une défense. Le correspondant à La Haye du CA (07-10) écrit :

On n’aperçoit dans la nation aucun symptôme de crainte. On remarque seulement l’activité avec laquelle on travaille de toutes parts à se mettre en état de repousser une attaque subite.
Si cette nation [les Provinces-Unies] avait 50 000 hommes de troupes disciplinées… (G2P, 01-02)

27Vis-à-vis d’elle-même, la nation pourra, en ces mêmes provinces, s’ordonner selon le modèle de la « représentation ». L’expression « représentants de la nation » revient souvent dans les journaux de Hollande. La GC (CI) parle des « suffrages de la nation » et le CBR (22-01) rappelle aussi que la nation s’est prononcée unanimement pour le Stadhouder par « ses magistrats qui sont ses représentants ».

28Si la Patrie ressemble un peu à un être surnaturel qui exige sacrifice et amour, la Nation serait plutôt une personne pensante, un être plus intellectuel qu’affectif, capable de croire, mais aussi d’opiner et de juger, susceptible d’être trompé, éclairé, instruit.

Le gros de la Nation irlandaise opine que ce système [le projet de commerce] soit entièrement rejeté. (GC, lxvi)
Pourquoi faire croire à la Nation que le Prince a donné ces ordres… (CBR, 07-09)
La nation est trop convaincue de l’injustice de la querelle qu’on lui a suscitée […], elle est trop sensible à la conservation de ses droits pour… (GU, 20-05)

29Dans G2P (16-04), un bulletin venu de Madrid propose des tableaux « afin que la Nation puisse être instruite des progrès que fait son commerce des Indes ».

30La personne « Nation » est aussi une entité juridique et économique : ensemble de « choses » possédées, gérées, échangées (avantages, intérêts, alliances, influence) qui lui permet de s’affirmer et auxquelles elle peut aussi s’intégrer.

Aussitôt qu’elle [l’affaire avec l’Autriche] sera terminée, l’alliance entre la France et la République sera immédiatement reprise et probablement arrêtée : ce qui rendra à la nation toute la prépondérance qu’elle avait au dehors. (GLH, 28-09)
Rien ne paraîtrait plus désirable […] qu’une liberté générale qui affranchissant de toute espèce d’entraves la circulation des productions et des marchandises de différents pays semblerait de toutes les nations n’en faire plus qu’une pour la commerce. (CBR, 15-07, Extrait des registres du Conseil d’État)

31Si le peuple est un nombre plutôt indéterminé, la nation semble être dénombrable, la G2P (21-05) rapporte les propositions de Hertzberg pour « le dénombrement le plus juste d’une nation ».

32Ce que désigne le mot Nation a une remarquable capacité à occuper l’espace de la langue. Les usages de l’adjectif national sont plus nombreux que ceux de patriotique ou de populaire. On trouve ainsi l’honneur national, le parlement national, le congrès national, les manufactures nationales, les charges nationales, la richesse nationale, l’orgueil national, l’amour-propre national, l’animosité nationale, la banque nationale, la milice nationale, les compagnies nationales, la dette nationale, le crédit national, le commerce national, l’inquiétude nationale, les affaires nationales, les rodomontade nationales, etc.

33Susceptible d’être organisé, pensé, dénombré, l’objet désigné par nation semble plus proche de l’abstraction, de la spéculation même que ce qu’impliquent Patrie et Peuple. Il s’agirait de nommer ainsi un type de formation socio-historique relativement récent, une création politico-économique organisable, maîtrisable, gouvernable, constituée de rationalités différentes et associables (le nombre, le calcul, l’économique, l’organisation militaire, la relation formelle entre le représenté et le représentant) et qui pourrait trouver sa place dans la perspective tracée par Max Weber (1964).

34Ces trois mots désignent chacun des modes d’existence ou des principes d’unité des collectifs humains. Patrie insiste plus sur le caractère transcendant de cette unité. Peuple l’envisagerait plus sous l’angle physique, spatial, énergétique. Nation plutôt comme une construction inséparable de formes juridiques et politiques telles que les constitutions.

35En essayant de se concevoir comme uni tout groupe humain est confronté à l’expérience de l’altérité et à celle de la division. Les termes qui servent à le désigner peuvent alors se trouver pris dans les conflits qui opposent des forces politiques ou sociales. Suivant la position ou l’engagement de celui qui parle, la Patrie ou le Patriotisme pourront se concevoir comme l’harmonie et l’union conservées ou reconstruites autour de la personne d’un souverain ou comme un attachement aux magistrats et aux droits des citoyens.

36« Des magistrats respectables qui marchent sur les traces de ceux, qui en d’autres provinces se signalent par leur patriotisme et leur véritable attachement à la liberté civile… », lit-on dans GA (08-07). Et la même gazette (04-03) cite ce passage d’un ouvrage du pasteur Van der Kemp :

Tant qu’il me restera un souffle de vie […] je regarderai comme un devoir d’arrêter mes regards sur ma patrie cruellement opprimée, de continuer à défendre inébranlablement la liberté et les droits de mes citoyens…

37Les mots patriote(s) ou patriotique seront employés comme armes par les factions en présence. La GA qui se définit comme gazette patriotique accapare le terme en parlant de « zèle », de « mesures », de « système », de « fermentation » (21-01), de « parti » (15-03) patriotiques, tandis que CBR tourne la chose en dérision en nommant ses adversaires « le parti qui se dit patriotique » (17-09) ou encore « cette cabale qui sous le nom de parti patriotique trouble, ruine et déshonore les Provinces-Unies » (03-08). La GC (xciii) fera même état « d’un petit nombre de furieux attaqués de la rage patriotique ». Le champ d’application du mot se trouve ainsi rétréci, ce qu’indique bien le terme « parti » utilisé par les deux camps. La force de la polémique dégrade le sens du terme, en ôtant toute transcendance à ce qu’il désigne.

38Dans les clivages qui déchirent le champ politique des Provinces-Unies, le peuple n’est plus qu’un acteur parmi d’autres. « Nos dissensions continuent entre le peuple, les magistrats et le stadhouder […] Le parti populaire à Amersfort a demandé le secours du Prince contre les magistrats », peut-on lire dans CA (29-09). Le CBR (13-04) prend plaisir à souligner ce désordre :

La bourgeoisie s’élève contre la bourgeoisie ; une partie du Conseil contre l’autre : celle-ci reconnaît l’autorité supérieure des États de la Province ; celle-là la décline : après avoir mis le peuple en jeu pour le soustraire à l’influence stadhouderienne, la pluralité (la majorité) voudrait se rendre aussi indépendante de l’influence populaire en recourant pour cet effet au pouvoir militaire et au pouvoir des États.

39Dans ce contexte, l’idée de peuple pourra se trouver partagée. Les gazettes républicaines distingueront un peuple raisonnable plutôt bourgeois et un peuple turbulent plutôt populace pour relater les manifestations orangistes. À propos des troubles survenus dans leur cité les bourgeois d’Amersfort diront,

Ce n’est pas une populace insensée qui hurlant dans les rues et se permettant des excès criminels demande des choses injustes à des régens, c’est un peuple paisible qui demande de rentrer dans ses droits naturels. (GA, 13-09)

40C’est sans doute ce même peuple que le CBR (07-09) appelle « la partie turbulente » excitée par les régents pour combattre le Stadhouder. Avec son ironie coutumière, cette feuille antirépublicaine présente une version différente des événements (CBR, 13-03).

Ces Augustes souverains [les régents], écrit-elle, qui ne voulaient pas dépendre d’un Stadhouder auront désormais le plaisir d’être nommés, montés, démontés, sellés, bridés au gré d’un peuple inconstant et volage […] Il leur sera doux de ramper sous la multitude.

41Chaque partenaire retourne le terme à sa façon : le peuple paisible des uns devient la multitude inconstante des autres et le peuple dévoué au Prince peut devenir une populace insensée.

42Le CBR (26-10) publie d’ailleurs une lettre de Hollande qui, en critiquant le discours des gazettes républicaines essaie de rendre compte de cette transformation.

Nos gazetiers, peut-on lire, vous diront que toute cette multitude qui s’empresse à témoigner au Chef de l’État que la Nation n’est pas à son égard dans les sentiments qu’on lui prête, n’est que le rebut de la Nation : mais si par là ces écrivains entendent la Populace ou ce qu’on nomme la lie du peuple, il est premièrement faux que cette multitude ne soit composée que de la populace. On y voit, on y remarque nombre de cette bonne bourgeoisie […] D’ailleurs chacun a ses manières et ses façons de faire connaître les mouvements de son cœur. Le bas peuple ne le fait jamais qu’avec plus ou moins de bruit ; il voudrait que toute la terre connût ses sentiments et ses désirs. Les personnes d’une classe plus élevée et qui ont appris à modérer leurs épanchements, à les cacher, à les dissimuler ou à les réprimer évitent les clameurs et tout ce qui fait du bruit : ils font paraître leurs sentiments par d’autres voies et de ce nombre on peut compter les habiles plumes qui nous donnent des écrits […]
Mais Populace soit. Que pourrait-on en inférer ? Si la Populace Hollandaise seule témoignait des sentiments d’estime, de respect, de gratitude pour le Chef de l’État et de la Constitution actuelle, c’est que les sentiments de vertu et de reconnaissance se seraient uniquement conservés dans la Populace.

43Le sens du terme populace se retourne selon une logique qui associe le contenu du mot, à l’idée de Nation, à celle de bourgeoisie, à la conception du stathoudérat. L’analyse du contenu de Peuple permet d’écarter le sens péjoratif de Populace. Le pouvoir d’extériorisation (le bruit), le caractère immédiat de l’émotion, sont des traits distinctifs que le peuple ne partage avec aucune autre classe. C’est ce qui fait la vertu (la force), l’authenticité du sentiment de reconnaissance qui l’attache au prince, de sorte que « ce qu’on nomme la lie du peuple » peut devenir le conservatoire d’un comportement politique qui fonde la conception monarchiste du gouvernement.

44Dans la dynamique de l’usage les mots peuvent ainsi être partagés entre des énonciations conflictuelles qui parviennent à décomposer – à analyser – l’objet qu’ils désignent. Remarquons seulement que dans notre corpus, ce procès a plus cours avec Patrie et Peuple qu’avec Nation.

45Une autre dynamique de l’usage fait que, non seulement les sens de ces trois termes ont tendance à se recouvrir partiellement, mais que du fait même de ces interférences ils peuvent contribuer à dessiner les nervures d’un discours ou à esquisser des logiques de pensée comme on vient déjà de le voir dans cette correspondance du CBR. En voici un autre exemple. Dans son supplément du 21 janvier 1785, GL achève une série d’observations sur le litige qui oppose l’Autriche aux Provinces-Unies. Son rédacteur (Jean Luzac) développe la réflexion suivante :

Il n’en est pas de même d’une guerre injuste faite à un royaume et de celle faite à une République. Dans le premier cas l’injustice s’adresse plus au monarque qu’à la Nation et de nouveaux intérêts, de nouvelles relations, de nouveaux ministres en opèrent aisément l’oubli. Lorsqu’une République est injustement attaquée, c’est le peuple qui sent le tort qu’on lui fait : le ressentiment se communique de proche en proche : il pénètre toute la masse, il se transmet de Père en fils. Il ne meurt point, mais se perpétue avec l’existence même de la Nation. Cette observation, vraie pour toutes les Républiques, l’est surtout à l’égard des Provinces-Unies, la Nation hollandaise est éloignée par son tempérament et par ses mœurs de l’esprit de conquête, du désir de dominer […] Mais en revanche, elle est opiniâtre cette Nation à maintenir ses droits : et elle ne pardonne pas aisément à ceux qui tentent de les violer […] Louis xiv [déclara] à notre République la guerre la plus injuste dont un Roi se soit rendu coupable. Qu’en résulta-t-il ? Une haine invétérée […] Les conquêtes furent restituées […] mais la haine nationale resta […] La Grande-Bretagne éprouve aujourd’hui et éprouvera longtemps la vérité de cette observation que nous faisons sur le caractère de nos compatriotes.

46La mémoire d’une nation se forme dans la masse même du peuple. Mémoire populaire et caractère national s’associent pour constituer sinon un agent réel de l’histoire, du moins un principe de compréhension des relations entre les puissances de l’Europe. Les principes de la causalité historique ne résideraient pas seulement dans les intérêts et les calculs des princes et des dynasties mais aussi dans ce que contiennent et expriment solidairement les termes Peuple et Nation.

47Ce genre d’enquête conduirait naturellement à des réflexions sur le langage et sur le politique. Nous nous en tiendrons pour finir à un constat d’ensemble. Vers la fin de l’Ancien Régime le mot Nation se charge de sens. Il sert à concevoir un nouveau type de phénomène politique, une nouvelle catégorie historique ; et cela du fait, semble-t-il, de sa capacité à désigner des procès d’abstraction, d’organisation, de rationalisation. Il nommerait plutôt une idée, une « chose » à concevoir, un phénomène en train de se construire, une de ces « spéculations » sans doute dont le Journal Politique National, adversaire de la Révolution dira bientôt (1789) que le peuple avait tendance à en abuser. Mais on peut déjà reconnaître l’efficacité du terme, sa capacité à donner forme et visibilité à des phénomènes économiques, moraux, intellectuels et aussi à des événements passés et présents, centrés surtout alors sur la Grande-Bretagne et les Provinces-Unies, sur l’activité des parlements et les problèmes de la représentation politique. Cette tendance à l’abstraction, déjà marquée chez Montesquieu (A. Eskénazi, 1979), est tempérée par une faculté d’intégrer une partie du patrimoine de sens de Peuple et de Patrie. Ce pouvoir d’attraction en fait la cheville ouvrière de nouveaux paradigmes politiques.

Bibliographie

Bibliographie

Duchet Μ., 1974 – Anthropologie et Histoire, Paris, Maspéro.

Eskenazi A., 1979 – « “Peuple” et “Nation” dans L’Esprit des loix. Quelques remarques d’un lexicologue », dans Études sur le 18e siècle, Université de Clermont 2, Publications de la Faculté des lettres, p. 41-57.

Weber M., 1964 – L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Weil F., 1973 – « La notion de peuple et ses synonymes de 1715 à 1755 dans les textes non-littéraires », dans Images du peuple au 18e siècle, Paris, A. Colin.

Notes

1 La Gazelle de Leyde (GL), d’Amsterdam (GA), d’Utrecht (GU), de La Haye (GLH), Le Courrier du Bas-Rhin (CBR), La Gazette des Deux-Ponts (G2P), La Gazette de Cologne (GC) et le Courrier d’Avignon (CA).

2 Dissertation sur la nature du peuple (1755), Dissertation sur le vieux mot de Patrie. Voir Jean Fabre dans Images du peuple au 18e siècle. A. Colin, 1973, p. 11-24.

3 « Mot collectif dont on fait usage pour exprimer une quantité considérable de peuple, qui habite une certaine étendue de pays, renfermée dans certaines limites et qui obéit au même gouvernement ».

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search