Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Chronologies dynastiques

Texte intégral

1Emirs musulmans et souverains normands en Sicile :

2Kalbites : Abu 1-Futuh Yusuf Thiqat al-Dawla (989-998) ; Dja'far b. Yusuf Tadj al-Dawla (998-1019) ; Ahmad b. Yusuf "al-Akhal" (1019-1036) ; al-Hasan b. Yusuf "al-Samsam" (1036-v. 1053) ; partage de l'île entre plusieurs émirs(cf. doc. 6*).

3Conquête normande (1061-1091) ; Roger Ier (m. en 1101) ; régence d'Adélaïde pour Simon (m. en 1105), puis Roger II (majorité en 1112-1154) ; Guillaume Ier (1154-1166) ; Guillaume II (1166-1189) ; Tancrède (1189-1194).

4Principales taifas andalouses du XIe siècle :

5Dates indicatives. Sur les autres petites dynasties cf. chapitre II de la première partie, et doc. 12*, 17*, 18*, 58*.

6CORDOUE : de 1009 ("Révolution de Cordoue") à 1016 : divers Omeyyades se disputent le califat.

71016-1023 : les Hammudides (tiennent Ceuta et Málaga) se font reconnaître comme califes :'Ali al-Nasir (1016-1018) ; son frère al-Qasim al-Ma'mun (1018-1021) ; le fils du premier, Yahya b. 'Ali al-Mu'tali (1021-1023), révolté contre son oncle. Al-Qasim al-Ma'mun revient quelques mois à Cordoue en 1023, mais est finalement chassé par les Cordouans, puis tué par son neveu Yahya b. 'Ali qui avait conservé Málaga (cf. infra).

81023-1031 : échec des tentatives pour rétablir un calife omeyyade à Cordoue.

91031-1070 (Banu Djahwar) : Djahwar b. Muhammad b. Djahwar (1031-(1031-1043) ; Muhammad b. Djahwar (1043-1064) ; 'Abd al-Malik et 'Abd al-Rahman, fils du précédent (de 1064 à l'annexion de Cordoue par les Abbadides en 1069).

10MALAGA (Hammudides, cf. supra) : 'Ali al-Nasir (1016-1018) ; ses fils Idris et Yahya b. 'Ali. Ce dernier, reconnu comme calife à Cordoue sous le laqab d'al-Mu'tali entre 1021 et 1023, continue ensuite à gouverner Málaga et Ceuta jusqu'à sa mort en 1035 ; son frère Idris b. 'Ali al-Muta'ayad (1035-1039) ; ensuite d'autres membres de la même branche. Après 1035, se constitue à ALGESIRAS un pouvoir hammudide séparé, aux mains des fils d'al-Qasim al-Ma'mun. Les Hammudides entretiennent à Málaga (et Algésiras) la fiction d'un califat jusqu'à l'annexion d'Algésiras par les Abbadides de Séville et de Màlaga par les Zirides de Grenade (1059-1060).

11SEVILLE (Banu 'Abbad) : le cadi Muhammad b. Isma'il (1023-1042) ; 'Abbad b. Muhammad al-Mu'tadid (1042-1069) ; Muhammad b. 'Abbad al-Mu'tamid (1069 - dépossédé en 1091 par les Almoravides).

12GRENADE (Zirides) : Zawi b. Ziri (1012-1019) ; Habbus b. Maksan b. Ziri (1019-1038) ; Badis b. Habbus (1038-1073) ;'Abd Allah b. Buluggin b. Badis (1073 - dépossédé en 1090 par les Almoravides).

13TOLEDE (Zannunides ou Dhu l-Nunides) : des troubles de Cordoue à une date incertaine (vers 1020 ou plus tard), conseil local dirigé par le cadi Ya'ish b.

14Muhammad ; Isma'il b. Dhi l-Nun ( ?-1043) ; Yahya b. Isma'il al-Ma'mm (1043-(1043-1075) ; Yahya b. Isma’il b. Yahya al-Qadir (1075 - cède la ville à Alphonse VI de Castille en 1085).

15BADAJOZ (Aftasides) : le gouverneur esclavon Sabur (1012-1022) ; 'Abd Allah b. al-Aftas al-Mansur (1022-1045) ; Muhammad b.’Abd Allah al-Muzqffar (1045-10687) ;’Umar b. Muhammad al-Mutawakkil (1068 ? - dépossédé et tué par les Almoravides en 1094).

16SARAGOSSE (Tudjibides jusqu'en 1039, puis Hudides) ; al-Mundhir (I) b. Yahya (1017-1023) ; Yahya b. al-Mundhir al-Muzaffar (1023-1029) ; al-Mundhir (Π) b. Yahya (1029-1039) ; tué par son cousin'Abd Allah b. al-Hakam (1039), lui-même chassé par Sulayman b. Hud al-Musta'in (1039-1046) ; Ahmad b. Sulayman al-Muqtadir (1046-1081) ; Yusuf b. Ahmad al-Mu'tamin (1081-1085) ; Ahmad b. Yusuf al-Musta'in (1086-1110) ;’Abd al-Malik b. Ahmad 'Imad alDawla (1110) ; occupation almoravide (1110).

17VALENCE (Amirides jusqu'en 1065, puis de 1075 à 1086) : les Esclavons Mubarak et Muzaffar (1010-1017) ;'Abd al-'Aziz b. 'Abd al-Rahman (Sanchuelo) b. al-Mansur b. Abi 'Amir al-Mansur (1021-1060) ;'Abd al-Malik b. 'Abd al'Aziz Nizam al-Dawla, al-Muzqffar (1060-1065) ; Valence annexée par alMa'mun de Tolède (1065-1075) ; le wazir Abu Bakr b.’Abd al-'Aziz, frère de 'Abd al-'Aziz al-Muzaffar (1075-1085) ; TJthman b. 'Abi Bakr (1085) ; Yahya al-Qadir de Tolède (1086-1092) ; le cadi Ibn Djahhaf (1092-1094) ; le Cid et les chrétiens (1094-1102).

18DENIA (Esclavons amirides jusqu'en 1076, puis Hudides) : Mudjahid al-'Amiri (1010-1044) ;'Ali b. Mudjahid 'Iqbal al-Dawla (1044-1076) ; annexion par al-Muqtadir de Saragosse (1076-1081) ; son fils le hadjib al-Mundhir Iqbal al-Dawla (1081-1091) ; Sulayman b. al-Mundhir Sayyid al-Dawla (de 1091 à l'occupation de la ville par les Almoravides en 1092).

19ALMERIA (Banu Sumadih après 1041) : les Esclavons Khayran (1012-1028) et Zuhayr (1028-1038) ; reconnaissance de la souveraineté de 'Abd al-'Aziz al-Mansur de Valence (1038-1041) ; Ma'n b. Sumadih (1041-1051) ; Muhammad b. Ma'n al-Mu'tasim (1051-1091) ; Ahmad b. Muhammad Mu'izz al-Dawla (1091) ; occupation almoravide (1091).

20MURCIE (Banu Tahir jusqu'en 1078) : dépend d'Almería jusqu'en 1038, puis des Amirides de Valence jusqu'en 1065 ; en fait Ahmad b. Tahir ( ?-1063) ; son fils Mohammad (1063-1078) ; occupation Abbadide ; usurpation d'Ibn 'Ammar (7*, 22*), évincé par Ibn Rashiq (1081-1088) ; occupation almoravide (1091).

21Emirs ou sultans almoravides :

22Yusuf b. Tashfin (v. 1070-1106) ;'Ali b. Yusuf (1106-1142) ; Tashfin b. 'Ali (1142-mars 1145) ; Ibrahim b. Tashfin (quelques semaines de 1145) ; déposé au profit de son oncle, Ishaq b. 'Ali (de 1145 à la prise de Marrakech par les Almohades en 1147).

23Taifas post-almoravides ("secondes taifas") :

24Révoltes anti-almoravides en al-Andalus. Principaux chefs : le soufi Ibn Qasi dans l'Algarve (1144-1151), le cadi Ibn Hamdin à Cordoue (janv.-déc. 1145), Sidray b. Wazir à Béja, 'Ali b. Maymun à Cadix, Abu'l-Ghamr b. 'Azzun à Jérez et Ronda, ces derniers se soumettant assez vite aux Almohades, de même qu'Ahmad b. Milhan à Guadix (1145 ?-1131).

25Grenade, soulevée début 1145 contre les Almoravides, est réoccupée par eux avant la fin de l'année. Ils s'y maintiennent jusqu'à la conquête de la ville par les Almohades en 1155.

26Levant : le cadi Ibn'Abd al’Aziz à Valence, et Ibn al-Hadjdj à Murcie (printemps-automne 1145) ; Sayf al-Dawla b Hud (fin 1145-janvier 1146) ; Ibn 'Iyad (1146-1147) ; Ibn Mardanish (1147-1172).

27Baléares (Almoravides Banu Ghaniya) : Muhammad b. 'Ali b. Ghaniya, gouverneur depuis 1142-43, puis émir (1145=1151-52) ; Ishaq b. Muhammad (1151-52=1184-85) ; division entre ses fils : Muhammad (II) rallié aux Almohades ; son frère 'Abd Allah s'impose finalement (de 1187 à la conquête almohade de 1202) ; à la même époque, épopée maghrébine de deux autres fils de Ishaq, 'Ali (m.en 1188-89) et Yahya (m. en 1235).

28Califes almohades :

29'Abd al-Mu'min b. 'Ali successeur du Mahdi Ibn Tumart en 1130, règne à Marrakech (1147-1163) ; Abu Ya'qub Yusuf b. 'Abd al-Mu’min (1163-1184) ; Abu Yusuf Ya'qub b. Yusuf al-Mansur (1184-1199) ; Muhammad b. Ya'qub al-Nasir(1199-1213).

Quelques définitions et problèmes de vocabulaire

30amir : voir infra "émirat".

31arabe : le terme, appliqué à l'origine aux habitants de la péninsule arabique, a pris une connotation plus linguistique et culturelle qu'ethnique. Peuvent être considérés comme arabes les peuples arabisés dans leur langue et leur culture. En ce sens on peut parler des "Arabes d'Espagne" ou d'al-Andalus. On évitera la confusion trop courante entre "arabe" et "musulman" (les Iraniens sont des musulmans non arabes, alors que les chrétiens de Syrie et du Liban sont arabes).

32armée : en ar. djund ; il semble que les armées des Etats de l'Occident musulman aux XIe-XIIe s. soient principalement composées de contingents entretenus par des soldes. Les concessions foncières ou fiscales (infra) paraissent moins développées qu'en Orient (problème de la militarisation -"féodalisation" ?- des systèmes socio-politiques médiévaux).

33bay'a : reconnaissance de l'autorité souveraine, nécessaire à la légitimité de celle-ci. Cette bay'a ou "serment d'allégeance" est prêtée par les milieux dirigeants et la population à l'avénement d'un nouveau calife ou émir, en général déjà désigné comme héritier présomptif ou wali al-'ahd du vivant de son prédécesseur (17*, 18*, et passim).

34bayt al-mal : trésor public.

35Berbères : populations indigènes du Maghreb. L’usage de la langue berbère est encore largement répandu dans le Maghreb des XIe-XIIe siècles. Des Berbères se sont établis en nombre important en Espagne à l'époque de la conquête du Ville siècle ; ils ont dû s'arabiser assez vite. D'autres, berbérophones à leur arrivée, sont venus servir dans l'armée comme mercenaires à la fin du califat, et fondent les taifas berbères (voir le ch. II de la première partie). L'élément dirigeant et la principale force militaire des empires almoravide, puis almohade, est enfin constitué de Berbères maghrébins, primitivement berbérophones (respectivement sahariens Sanhadja-Lamtuna et Masmuda de l'Atlas),

36cadi : juge rendant les sentences selon le droit traditionnel, fondé en principe sur le Coran et la tradition (sunna des hadith relatifs à Mahomet). En fait, dans le droit malikite, les cadis utilisent les grands traités juridiques d'époque abbasside (Muwatt' du Médinois Malik, Mudawwana du Kairouanais Sahnun). Dans les grandes villes andalouses médiévales, le cadi d'une capitale, nommé par le pouvoir politique, jouit d'un grand prestige. Il contrôle les juges secondaires de la ville et les cadis hiérarchiquement inférieurs des localités qui dépendent de la capitale (15*,28B*, 31*,41* et passim).

37califat : pouvoir du calife ou Etat dirigé par un calife. Les sunnites, n'admettent en principe qu'un seul calife (appelé aussi imam) ou chef suprême de la communauté musulmane (Umma). En fait, il y a au Xe siècle plusieurs califats (voir le ch. I de la première partie). Après 1031 et la disparition du califat à Cordoue, la fiction du califat hammudide de Málaga (voir le ch. II de la première partie) ne dure que jusqu'au milieu du XIe siècle ; il n'y a plus ensuite de califat en Occident jusqu'aux Almohades. Tous les autres pouvoirs sont des émirats,

38chiisme : "secte" qui revendique le califat (imamat) pour la descendance du Prophète (pour les sunnites le calife doit seulement être comme ce dernier de la tribu arabe de Kuraysh).

39concessions (foncières ou fiscales) (= iqta'/s, inzal/s : 27*, et supra "armée") : quelques indications sur ce problème dans mes Musulmans de Valence, pp. 367-374.

40datation selon l'ère hispanique : en avance de 38 ans sur la datation chrétienne habituelle (1068 de l'Ere = 1030).

41dawla : dynastie, régime, Etat.

42dhimmi : soumis au régime de dhimma (protection) qui est celui des chrétiens et des juifs ("Gens du Livre" en raison des éléments de révélation divine qu'ils ont reçus avant les musulmans) dans le droit musulman.

43djihad : guerre sainte (obligation non pas personnelle comme la prière, le jeûne du Ramadan, etc.., mais collective),

44djund : voir "armée".

45émirat : pouvoir politique autonome sans prétention califale (généralement caractérisé par l'hérédité dynastique et la perception des impôts). Sur le problème de la légitimation, voir le ch. II de la 1ère partie et le document 20*.

46Esclavons (=Slaves, Saqaliba) : esclaves et affranchis de race blanche importés originellement des pays slaves, souvent en fait d'Europe occidentale, généralement eunuques, utilisés massivement comme domestiques du palais, fonctionnaires et militaires à la fin du califat. Ils jouent un rôle politique important au début des taifas (ch. II, 12*, 16*, 19*, 20*).

47Espagne : on peut employer le terme d"'Espagne", dans la mesure où le mot latin Hispania avait cet usage, pour désigner l'ensemble de la péninsule (y compris le Portugal actuel) jusqu'à la fin du Moyen Age. Ce n’est qu'à partir de cette époque qu’"Espagne" s’oppose à "Portugal" pour désigner l'ensemble des territoires constituant l'Etat espagnol actuel. Pour la partie islamisée de l"'Espagne" entre le Ville et le XVe siècle, on peut préférer al-Andalus -qu'utilisaient les Arabes du Moyen Age-à "Espagne musulmane". Mais il y a en français ambiguïté de l'adjectif "andalou" : "relatif à al-Andalus" ou "concernant l'Andalousie (actuelle)".

48faqih (pl. fuqaha') : spécialiste du fiqh ou droit musulman ; le terme de 'alim, pl. 'ulama', qui signifie littéralement "savant" (spécialiste de la science ou 'ilm) a pratiquement le même sens, et l’un et l'autre terme (le second francisé en "uléma") s'appliquent aux "théologiens et juristes" ou "docteurs". Dans l'Islam traditionnel, ces ulémas jouent un rôle fondamental de transmetteurs et d'interprètes de la loi et du droit, qui reposent sur le Coran (révélation divine) et le hadith, ce dernier étant constitué par l’ensemble des traditions relatives au Prophète (1*, 9B*, 28*).

49fata : principalement sous le califat de Cordoue, domestique ou officier du palais de rang élevé (en général eunuque).

50fatimide : relatif à la dynastie des califes chiites qui régnent au Caire aux XIe XIIe siècles.

51fatwa : consultation donnée par un juriste (faqih) sur un point de droit public ou privé ; le titre de mufti est donné à un faqih-conseiller. En al-Andalus, le cadi (juge) a auprès de lui un conseil de juristes-conseillers (shura).

52fitna : division, rupture de l'unité (du fait de révoltes),

53hadjib : en al-Andalus, "chambellan", ou "premier ministre".

54hafiz : spécialiste en hadith (tradition de Mahomet).

55Hammudides : dynastie ayant revendiqué le califat à Cordoue et Málaga au XIe siècle. Cf les chronologies dynastiques.

56hisba : magistrature de l'inspection du marché (31*, 49*, 50*).

57hisn : château, localité fortifiée (9*, 47*).

58imam : d'une racine qui signifie "marcher en tête" ; le terme peut aussi bien être synonyme de calife que désigner le desservant d’une mosquée, directeur de la prière.

59impôts : le système fiscal dans l'Islam traditionnel est en principe constitué de la dîme coranique, (zakat) due par les musulmans, de la djizya ou "capitation" payée par les dhimmi (chrétiens et juifs), et d'un impôt foncier ou kharadj payé par la majorité des terres sans considération de l'appartenance religieuse de leurs propriétaires. La façon dont ces principes généraux sont concrètement appliqués en Espagne et en Sicile nous reste très largement inconnue, le problème des impôts illégaux ou abusifs est l'un des plus constamment posés dans l'Islam médiéval (21C*, 32*· 42* et passim).

60iqta' : voir "concessions".

61irrigation : 8*, 46*.

62juifs : ils sont, à toute époque, relativement nombreux dans l'Espagne musulmane ; ils jouent un rôle économique, culturel, et même politique, comme en témoigne l'importance des deux vizirs juifs Banu Nagrella (Naghralla) dans l’histoire des Zirides de Grenade (29*, 39*).

63katib : secrétaire ; les kultab lettrés sont les principaux rouages de l'administration des Etats musulmans médiévaux (cf par ex. 30*).

64khutba : sermon prononcé lors de la prière publique du vendredi à la grande mosquée. On y proclame le nom du souverain reconnu par la communauté locale.

65laqab : surnom, plus particulièrement "de souveraineté" utilisé par les califes et les émirs (cf. l'introduction, et 20*).

66madina : ville.

67malikisme : l'une des quatre écoles juridiques (ou "rites”) entre lesquels se partagent les sunnites ; le malikisme, fondé par le docteur médinois Malik à la fin du Ville siècle, prédomine en Epagne et au Maghreb,

68mancus : nom du dinar dans certaines régions de la Chrétienté,

69mithqal : autre nom du dinar ou monnaie d'or.

70monnaie : le monde musulman médiéval utilise des dinars d'or et des dirhems d'argent (de 4,25 et 2,95 gr. en principe).

71mozarabes : chrétiens ayant subsisté dans l'Espagne musulmane ; encore nombreux au Xe siècle ; leur importance diminue ensuite, surtout sans doute au XIIe où ils sont victimes du durcissement réciproque de la Chrétienté et de l'Islam (29*, 35*).

72qa’id : chef militaire, "général", officier en charge d'une place ou d'une citadelle (pl. quwwad).

73qarya : village, zone rurale habitée (pl.qura).

74risala : lettre, (peut être une pièce littéraire ; pl. rasa'il).

75shaykh (pl. shuyukh) : "ancien", notable, savant.

76sufisme : mysticisme, le plus souvent associé à l'ascétisme (zuhd).

77sultan : jusqu'au XIe s., a le sens de "pouvoir central" plutôt que selui de "prince" ; se personnalise par la suite.

78sunnisme : doctrine suivie par la majorité des musulmans, correspondant à une sorte d'"orthodoxie" entre les "déviations" que sont le kharidjisme et surtout le chiisme (supra).

79wali : gouverneur (nommé et révoqué, par opposition à l'amir).

80wazir : "ministre" (27*).

81zakat : dîme coranique (cf. impôts).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search