Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[53]. Le "patriotisme" andalou vers 1200 : la Risala d’al-Shaqundi

Texte intégral

1On donnera pour conclusion à ce recueil de textes un passage de la Risala fi fadl al-Andalus, ou "Eloge d'al-Andalus", rédigé vers 1200 par un lettré andalou, al-Shaqundi, à la suite d'une controverse qui, lors d'une session littéraire tenue dans le "salon" (madjlis) du gouverneur almohade de Ceuta, l'avait opposé à un lettré nord-africain qui vantait l'excellence du Maghreb et de ses habitants. Ce texte exprime clairement le sentiment de supériorité culturelle développé par les Andalous face à leurs voisins maghrébins, et aide à comprendre l'impatience souvent ressentie par l'opinion andalouse durant les périodes de soumission à un pouvoir maghrébin. A mon avis, cependant, ce "patriotisme" ne débouche pas vraiment sur une revendication d'autonomisme politique, le contexte culturel dans lequel vivaient les Andalous du XIIe siècle ne leur ayant pas permis de développer un véritable "sentiment national".

2Un compétiteur a troublé mon calme et ma quiétude. Je dus donc sortir de mon naturel, malgré moi, répugnant à la colère et à l'orgueil. Un compétiteur, dis-je, conteste la supériorité d'al-Andalus, voulant rompre l'accord unanime et alléguer ce que les yeux ni les oreilles ne sauraient accepter. Quiconque, en effet, voit et entend, ne peut admettre pareille chose et se laisser égarer par celui qui erre dans de tels sentiers. Cet homme qui veut accorder la supériorité au Maghreb sur l'Andalus, veut donc préférer à la main droite la main gauche et affirmer que la nuit est plus brillante que le jour ! O surprise ! Comment peut-il comparer aux pointes des lances les ferrures de leurs manches et frapper le roc avec du verre ?

3… Où s'en est allé ton esprit ? Comment ta perspicacité a-t-elle rétrogradé ? La 'asabiya ("chauvinisme", esprit de clan ou de groupe) s'est-elle emparée de ton coeur au point que tu ne tiennes aucun compte des lumières de tes yeux et de ton intelligence ? Tu as allégué que les princes (muluk) étaient issus de chez vous ; mais sache qu’ils l'ont été aussi de chez nous. Nous illustrons la pensée du poète ;

4"Un jour nous est défavorable, un autre favorable.

5"Un jour nous sommes dans l'affliction, un autre dans la joie".

6Si vous pouvez revendiquer le siège de la royauté dans tout le Maghreb, grâce au califat des Banu 'Abd al-Mu'min, puisse Dieu le perpétuer ! Nous avons eu celui des Qurayshites dont un des leurs, de la dynastie orientale, a dit :

7"Je suis d'une famille généreuse et puissante,

8"Dont les représentants ont façonné de leur pied le haut des chaires ?

9"Califes dans l'Islam, chefs au temps de l'idolâtrie,

10"C'est auprès d'eux que sont toutes gloires et vers eux qu'elles affluent."

11Et un autre de la dynastie occidentale :

12"Ne sommes-nous pas les Banu Marwan, de quelque façon que la fortune se modifie pour nous, ou que la roue du destin tourne à notre égard ?

13"Lorsque l'un de nos nouveaux-nés voit le jour, la terre pousse des chants d'alégresse et les chaires vibrent de joie”.

14Durant leurs règnes, ont vécu des hommes remarquables et des poètes célèbres dans l’univers, et dont les mérites sont plus durables sur les feuilles du temps que les colliers au cou des colombes :

15"Leur renommée a suivi la marche du soleil dans tous les pays et la course des vents sur les continents et les mers."

16Leurs rois n'ont cessé de se succéder, comme l'a dit un poète :

17"Le califat chez vous n'a cessé d’être pourvu de califes se succédant,

18"Semblables au collier dont les perles précieuses sont disposées avec ordre."

19Jusqu'au moment où Dieu décréta leur dispersion et la chute de leur royaume. Ils s'en sont allés et leur pouvoir avec eux. Ils ont disparu et leurs traces se sont effacées :

20"Durant leur vie, ils étaient la beauté de cette terre ; et après la mort, ils restent la parure des livres et des biographies.'

21Combien d'actions généreuses ils ont accomplies ! Combien de fautes ils ont pardonnées !

22"L'homme après sa mort n'est qu'un sujet de conversation. Sois donc l'objet d'un bel entretien pour celui qui sait observer.”

23Au nombre des gloires de leur royaume était al-Mansur b. Abi 'Amir. Quelle intelligence servait celui qui en pays chrétien a porté la guerre jusqu'à la mer verte (l'Océan), sans laisser aucun prisonnier musulman en territoire ennemi, ne cessant d'être un combattant, digne de l'armée d'Héraclius et ferme comme Alexandre. Lorsqu’il mourut, on inscrivit sur son tombeau :

24"Les traces qu'il a laissées sur la terre t'apprendront son histoire, comme si tu le voyais de tes yeux.

25"Par Allah ! Le temps n'en amènera jamais de semblable, ni personne qui, comme lui, défende nos frontières."

26Si tous les souverains andalous connus sous le nom de muluk al-tawa'if rivalisèrent pour atteindre à la civilisation la plus parfaite, je distinguerai spécialement parmi les autres les Banu 'Abbad. Comme l'a dit Dieu très haut : "Dans eux deux, il y a des fruits, des palmiers et des grenades" [Coran, LV, 68, à propos des jardins du Paradis]. Les jours s'écoulaient pour eux comme des fêtes. Ils avaient encore plus de penchant pour les belles-lettres que les Banu Hamdan d'Alep. Ces princes, leurs enfants, leurs vizirs, occupaient la première place dans l'art de la poésie et de la prose et s'occupaient avec une égale ardeur des diverses branches de la science. Leurs hauts faits sont notoires, leur histoire est célèbre. Ils ont laissé à la postérité le souvenir d'actions illustres et parfaites que répètent sans cesse la haute société et les gens du commun.

27Par Dieu ! Il faut que tu me nommes ceux dont vous vous enorgueillissez avant cette dynastie issue de la prédication du Mahdi [= les souverains almohades]. Est-ce du hadjib Sukkut [souverain berbère de Ceuta à la fin de l'époque des taifas], de Salih al-Barghawati [fondateur d'un mouvement hérétique au Maroc au Ville siècle] et de Yusuf b. Tashfin, lequel, sans l'intervention d’Ibn 'Abbad auprès des poètes andalous pour qu'ils fissent son panégyrique, n’aurait fait l'objet d'aucune mention de leur part et n'aurait vu aucune considération attachée à son empire. Lorsqu'enfin les poètes eurent chanté ses louanges, grâce à l'intercession d'al-Mu'tamid b. 'Abbad, et que ce dernier lui eut demandé s'il saisissait ce qu'ils venaient de dire, le calife répondit : "Je ne sais, mais ils demandent du pain".

28Quand Yusuf eut pris congé d'al-Mu'tamid pour se rendre dans la capitale de son royaume, ce dernier lui écrivit une lettre où se trouvaient ces vers :

29"Vous vous êtes éloigné de nous : notre coeur ne s'est point rasséréné, tellement nous eussions désiré vous voir ; nos yeux ne se sont point séchés.

30"Nos jours ont changé depuis que nous vous avons perdu. Ils sont devenus noirs, alors que nos nuits passées en votre compagnie étaient lumineuses (= blanches)".

31Lorsqu'on eût lu ces deux vers à Yusuf b. Tashfin, il dit à son secrétaire : "Il nous demande des esclaves blanches et d’autres noires ? -Non, maître, dit ce dernier, il a voulu dire que ses nuits passées auprès du prince des croyants étaient des jours, parce que les nuits qui s’écoulent dans la joie sont qualifiées de blanches. Au contraire, les jours qu'il a vécus après votre départ ont été des nuits, car les jours passés dans la tristesse sont des nuits noires. -Par Dieu ! c’est excellent, dit Yusuf. Tu lui écriras, en réponse, que nos larmes coulent en pensant à lui et que notre tête nous fait mal à cause de son éloignement."

32Plut à Dieu qu"Abbas b. al-Ahnaf [poète de l'époque abbasside] fut encore en vie pour qu'il apprît de cet homme supérieur (Yusuf Tashfin) la finesse de la passion :

33"Chaque fois que tu verras un mulet mis à la tête d'une troupe d'ânes, ne désapprouve pas la chose : ils sont bien appareillés".

34

35Si tu désires tirer gloire des chevaliers et faire rivaliser les braves de mérite, ceux qui ont vécu au temps d'al-Mansur b. Abi 'Amir et des Muluk altawa'if (rois de taifas), ont laissé une histoire célèbre et des hauts faits notoires.

36Il te suffit, pour ce qui est des héros de notre époque, de ce que tu as entendu dire de l'Emir Abu 'Abd Allah b. Mardanish [41*, 42*], lequel repoussait, un jour, les troupes chrétiennes et perçait leurs rangs de droite et de gauche, en récitant ce vers :

37"Je reviens à la charge sur l'escadron (ennemi), sans me soucier si je trouverai la mort dans cette rencontre ou dans une autre"

38Un jour qu'il donnait la chasse à un détachement de chrétiens, il renversa et mit à mort un grand nombre des leurs et se comporta si vaillamment que lui-même en fut étonné, il dit alors à un vieillard de ses familiers, que sa science des choses de la guerre avait rendu célèbre : "Que penses-tu de ce que tu viens de voir ? - Si le sultan [almoravide] t'avait vu, répondit le vieillard, il aurait augmenté la pension qui t’est servie par le Trésor, et conféré une dignité supérieure. Se trouve-t-il un chef d'armée qui déploie une pareille hardiesse et s'expose ainsi à la mort pour exterminer ses ennemis ? - Laisse donc, reprit l'Emir, je ne mourrai pas deux fois, et lorsque je mourrai, peu m'importeront ceux qui me survivront.

39Tel est aussi le général Abu 'Abd Allah b. Qadis [chef militaire andalou d’époque almohade], célèbre par son courage, par les combats qu'il livra aux Chrétiens et les dures épreuves qu'il leur fit subir, à tel point qu'il leur inspirait le plus grand effroi et les obligeait à reconnaître son mérite. C'est ainsi que l'un d'eux disait à son cheval, lorsqu’il le menait boire et que la bête refusait d'avancer : "Qu'as-tu donc ? Aurais-tu aperçu Ibn Qadis dans l'eau ?" Voici un rang bien illustre et une supériorité que les ennemis eux-mêmes ont attestée.

40Une personne digne de foi m’a raconté qu'étant sorti de l'armée à la tête d'un simple détachement de cavaliers dans le but de faire une incursion sur les territoires chrétiens, ce général tomba sur un important rassemblement de troupes ennemies. Déployant alors tous ses efforts pour leur échapper et rejoindre le gros de l'armée, il soutint le combat, aidé de ses compagnons, tout en battant en retraite. A un certain moment, un cheval ayant entraîné dans sa chute l'un des soldats de l'émir et s'étant enfui, le cavalier désarçonné cria à son chef de le secourir. "Attends", dit celui-ci. Puis, ayant aperçu un cavalier chrétien qui s'était écarté des siens, Ibn Qadis commanda au musulman de courir vers ce chrétien et de prendre son cheval. Là dessus, il chargea le soldat ennemi, le jeta à bas et dit à son compagnon d'enfourcher sa monture. L'homme obéit et eut la vie sauve. Nombreux sont de pareils faits ; mais je ne t'en ai rapporté que quelques-uns entre mille (litt. : je ne t'ai rapporté que quelques graviers du Mont Thabir).

41Pour ce qui est de la magnanimité et des hautes vertus, je vais te raconter une anecdote contemporaine dont tu seras émerveillé. Une inimitié excessive s'était développée entre Abu Bakr b. Zuhr [médecin sévillan connu des Latins sous le nom d'"Avenzoar", cité dans le document 48*] et le savant Abu Bakr b. al-Djadd [cité dans le document 45*], issue de leur compétition dans la science, le rang, la fortune, les nombreux domaines. Un jour, Ibn Zuhr parla de son adversaire dans une réunion d'amis, et dit : "Cet homme nous a causé le plus grave tort et n'a cessé de nous calomnier auprès de l'Emir des Croyants et dans la haute société comme dans le peuple". Un homme du commun qui se trouvait là dit alors à Ibn Zuhr : "Je te rappelle que tu possèdes contre lui un acte judiciaire susceptible de donner matière à litige, et dans une circonstance qui lui serait extrêmement pénible. Si tu l'attaquais en cette affaire, tu lui ferais le plus grand mal". Ibn Zuhr sortit alors, montrant une vive irritation et de la répulsion pour un tel procédé. "Un homme tel que moi, dit-il à son intendant, se vengera-t-il d'un ennemi à l'instar des misérables et des vauriens ? je vais mettre Ibn al-Djadd à l'abri des difficultés sur ce point". Et il ordonna qu'on lui portât l'acte : "Par Dieu, ajouta-t-il ensuite, je ne désire pas, en faisant ainsi, me réconcilier avec lui. l'hostilité qu'il me témoigne vient de la jalousie qu’il nourrit à mon égard, et je demande à Dieu qu'il la perpétue car elle est liée aux bienfaits que Dieu répand constamment sur moi".

D'après A. LUYA, "La Risala d'al-Shaqundi", Hespéris, 1er trimestre 1936, tome XXII, fasc. 1, pp. 146-147 et 164-166.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search