Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[52]. La contestation idéologico-politique : l'essor du mouvement sufi en al-Andalus aux époques almoravide et almohade

Texte intégral

1Des tendances mystiques se sont développées très tôt dans l'Islam, souvent en contradiction avec les aspects officiels d'un Islam majoritairement légaliste. Comme ailleurs, les mystiques musulmans recherchent dans le détachement du monde et l'ascétisme (zuhd) le ravissement extatique et le contact avec Dieu, et s'efforcent de trouver des "voies" (tariqa/s) ou méthodes pour y parvenir. Les expériences mystiques sont généralement vécues dans des communautés groupées autour d'un chef ou d'un maître (shaykh) qui mène ses disciples (muridun), à travers plusieurs degrés d'états intérieurs (maqamat) à l'union avec Dieu. Ceux qui suivaient ce mode de vie étaient appelés sufi/s, que l'on traduit généralement par "mystiques". A la fin du XIe siècle et au début du XIIe, le grand penseur oriental al-Ghazali (1*) propose une doctrine qui s'efforce d'intégrer l'amour mystique revendiqué par les tendances sufies dans le cadre d'une religion qui reste respectueuse des pratiques traditionnelles et ne verse pas dans le panthéisme, alors que les sufis extrémistes négligeaient les premières et tendaient vers le second. Ce faisant "il régénéra vraiment l’Islam, réalisant en son oeuvre la synthèse des éléments traditionalistes, rationalistes et mystiques" (H. MASSE).

2Cette régénération de l'Islam, une partie de l'opinion dans l'Occident musulman avait cru la trouver dans le renforcement malikite qui se produit au XIe siècle, et participe de la réaction contre le chiisme triomphant de l'époque précédente (les succès du califat fatimide). A l'extrême ouest du monde musulman, naît et se développe alors le mouvement almoravide qui, parti du Sahara occidental, étend dans la deuxième moitié du siècle sa domination au Maroc et à une bonne partie de l'Algérie actuelle, puis à l'Espagne. Le régime almoravide à ses débuts trouve l'appui de l’opinion andalouse qui le pense capable de sauver le pays de la menace chrétienne, et des fuqaha' malikites qui l'inspirent et dont il exprime les idéaux (30*). Certains secteurs, que ne satisfait pas le juridisme stérilisant de la doctrine officielle, cependant, sont gagnés par la diffusion des tendances et des mouvements mystiques qui prennent appui, intellectuellement, sur la pénétration des idées de Ghazali. C'est ainsi qu'apparaissent dans le sud d'al-Andalus des groupes d'adhérents aux doctrines sufies, bien que les fuqaha' et le pouvoir se soient efforcés de limiter leur diffusion en proscrivant les oeuvres de Ghazali dont l'Ihya' 'ulum al-din ("Vivification des sciences de la religion"), est brûlée publiquement à Cordoue devant la porte de la mosquée en 1109, à l'instigation du cadi de la ville Ibn Hamdin.

3Mais ces mesures répressives n'empêchèrent pas la progression des tendances sufies. On sait qu'en 1141, sur dénonciation du cadi d'Almería, le pouvoir almoravide donna l'ordre d'appréhender trois chefs de mouvements suffis qui étaient en train de prendre une tournure politique : les deux principaux étaient Abu-l-'Abbas b. al-'Arif qui exerçait son activité dans la région d'Almeria, et Abu-l-Hakam b. Barradjan, qui vivait à Séville, était la personnalité la plus respectée du mouvement, et s'était, disent certaines sources, fait reconnaître comme "imam", c'est à dire comme chef religieux et politique d'une communauté qui ne reconnaissait déjà plus l'autorité du souverain almoravide, dans 130 localités. Ils furent tous deux amenés à Marrakech devant 'Ali b. Yusuf b. Tashfin. Ses prétentions à l'imamat entraînèrent l'incarcération d'Ibn Barradjan qui mourut très peu de temps après. Le sort d'Ibn al-'Arif est plus incertain : il semble qu'il ait été libéré, mais soit décédé également lors de son retour en al-Andalus, peut-être empoisonné par son ennemi, le cadi d'Almeria Ibn al-Aswad. On possède des fragments de la correspondance échangée entre les chefs du sufisme andalou à cette époque, dont on trouvera des passages ci-dessous.

4Outre Séville et Almería, un troisième foyer du sufisme andalou est l'Algarve, où se développe à la même époque le mouvement dirigé par Ibn Qasi, sur lequel on possède davantage de renseignements du fait des importants développements politiques qu'il allait connaître durant la crise qui marque la transition de l'époque almoravide à l'époque almohade. Le second texte proposé est le récit, fait par Ibn al-Abbar, de la prédication d'ibn Qasi, de la fondation du mouvement des Muridin, et du début de la révolte de 1144, la première qui ait éclaté en al-Andalus contre le régime almoravide. Il s'agit d'un mouvement qui associe le sufisme à une prédication politique d'aspect messianique de type "mahdiste". Devant les proportions que prenait une révolte qui rencontrait de nombreuses adhésions, le gouverneur almoravide de Séville, Yahya b. Ghaniya (41*), dut venir en personne combattre la rébellion, mais l'effondrement du régime au Maroc et les révoltes qui éclatèrent à Cordoue et dans d'autres villes dès le début de 1145 l'obligèrent à quitter l'Algarve où le mouvement put continuer à se développer, de façon d'ailleurs très confuse, et non sans rivalités entre ses chefs. A la même époque, triomphait au Maroc le mouvement almohade, victorieux du régime almoravide, et qui reposait sur des bases intellectuelles identiques à l'origine. Dès l'automne 1145, ne parvenant pas à contrôler une situation totalement anarchique dans l'ouest d'al-Andalus, Ibn Qasi fit appel au calife almohade 'Abd al-Mu'min dont il alla reconnaître l'autorité à Marrakech. Une armée almohade débarqua en al-Andalus en 1147, mais l'extension du pouvoir almohade ne se fit que lentement. Entre temps, Ibn Qasi était revenu s'établir à Silves, mais avait dû en partager le gouvernement avec un autre chef des Muridin. Durant les confuses rivalités qui marquent cette phase de "secondes taifas", il répudie l'autorité almohade, fait appel à l'aide du roi de Coïmbra Alfonso Enrlquez, et est finalement tué par les siens en 1151.

5Le dernier texte est tiré de l'une des biographies des sufis andalous qui font l’objet du Ruh al-quds du grand mystique Ibn 'Arabi. Né à Murcie en 1165, venu à Séville avec ses parents en 1172, il reçut son éducation dans cette ville, et c'est des sufis de la région sévillane, qu'il a connus dans sa jeunesse, qu’il trace les portraits dans le Ruh al-quds. Il quitta l’Espagne en 1201, et passa le reste de sa vie en Orient, jusqu'à sa mort à Damas en 1240, défendant une doctrine de monisme panthéiste d'après laquelle tous les êtres sont des aspects de la réalité unique de Dieu.

6Sur les aspects historiques de l'évolution des tendances sufies en al-Andalus, on pourra voir, en français, le bon article de Vincent LAGARDERE "La tariqa et la révolte des Muridun en 539/144 en Andalus", Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 35,1983, pp. 157-170 ; aussi : Josef DREHER, " L'imamat d'Ibn Qasi à Mértola (automne 1144-été 1145) : légitimité d'une domination soufie ?", Mélanges de l'Institut Dominicain d'Etudes Orientales du Caire (MIDEO), 18, 1988, pp. 195-209. Je laisse de côté ici les aspects philosophiques et théologiques du sufisme andalou, qui a donné lieu à de nombreuses publications.

A. Extraits de lettres du sufi d'Almería Ibn al-'Arif à son maître Ibn Barradjan de Séville

7A l'éminent juriste Abu-l-Hakam, mon Grand maître-que Dieu l'assiste toujours-(de la part) de celui qui estime à sa juste valeur ce qu’il lui doit et qui a pour lui une piété toute filiale, Ahmad b. Muhammad b. Muhammad...

8L'essentiel pour moi revenait à ceci : j'avais besoin en ce monde d'un homme savant et vertueux qui me prenne fermement en main, comme un père strict et sage le fait pour son fils, ne laissant point passer une négligence de ma part sans m'en corriger par le fouet, autant que ma santé et mon corps pourrait en supporter, et cela jusqu'à ce que je devienne membre des salikin (ascètes) ; Dieu fera alors ce qu'il voudra. Je suis en effet comme un enfant ou une femme, qui ne se corrige que sous (la direction d'un tuteur).

9Seigneur (Dieu), réalise en ce shaykh, mon imam et mon Grand maître, l'union de la vérité de son existence et de l’existence en lui de la vérité de Ta connaissance et de Ta familiarité. Fais de lui l'imam de ceux qui montrent les voies de la purification de l'âme et de ceux qui déterminent les chemins du salut ; bénis-le et bénis par lui (les autres) selon la bénédiction qui commence à Mahomet et finit à lui.

10Je désirais recevoir une lettre de ce shaykh qui est l'unique à mes yeux et le Guide à qui je témoigne soumission de foi (taslim), et voici que me parviennent de lui des souhaits, une lettre, l'assurance de son amour et de son affection : toutes choses qui ne sont en comparaison de ce que je demandais à Dieu-gloire à son nom-que des signes et non la réalité elle-même. J'espérais en effet qu'il me fasse pressentir, par quelque allusion, sa vie de connaissance et sa ligne de conduite...

11Seigneur, il n'y a rien de plus stupéfiant que le cas d'un faible qui n'a pas d'excuse ! Seigneur, couvre de ton voile l'homme ivre, à l'excès, de l'amour de ce monde et réellement mort à la vision contemplative de l'autre monde ! Tu es le seul qui puisses prendre en charge celui qui ne trouve en ses sens que passions dont U est l'esclave. Si tout ce qu'il y a en Toi de bonté l'attire irrésistiblement vers Toi, chasse alors ce qu'il y a en lui de mauvais...

Paul NWYA ; "Note sur quelques fragments inédits de la correspondance d'Ibn al-'Arif avec Ibn Barradjan", Hespéris, XLIII, 1956, pp. 219-221.

B. Le débutde la révolte de l'agitateur, mystique Ibn Qasi dans l'Algarve à la fin de l'époque almoravide

12Ahmad b. al-Husayn b. Qasi, Abu-l-Qasim : Ce fut le premier des révoltés en al-Andalus lors de la crise du régime almoravide. Il était d'origine indigène (rumi), et venait de la campagne de Silves. Il avait commencé sa carrière dans les affaires makhzéniennes (al-a'mal al-makhzaniya), puis il embrassa la vie ascétique (zuhd), à ce qu'il prétendait, vendit ses biens et en distribua le produit en aumônes, et voyagea à travers le pays. Il rencontra Abu-l'Abbas b. al-'Arif à Almería, avant que ce dernier ne soit emmené à Marrakech, puis il revint dans sa qarya. Il s'orienta en apparence vers la lecture (= dans un but d'enseignement) des ouvrages d'Abu Hamid al-Ghazali, réunissant des adeptes qu'il excitait à la fitna, et appelait en secret à la révolte Puis il se posa en mahdi (revendiqua la guidance) en séduisant son public par des faux prodiges, et se fit appeler Imam. Il fut recherché et se cacha, mais l'on appréhenda un groupe de ses compagnons qui furent emmenés à Séville.

13Au début de l'année 539 (commence en juillet 1144), il ordonna à ses partisans, (appelés) les "muridin", depuis le lieu où il s'était caché, d’aller, avec Muhammad b. Yahya al-Shaltisi (= originaire de Saltés), connu sous le nom d"'Ibn al-Qabila", qu'il appelait "L’Elu" parce qu'il avait l'exclusivité de toute sa secrétairerie et était informé de toutes ses affaires, mais qu'il devait tuer par la suite, au château (qal'a) de Mertola, qui est l'un des châteaux forts (qila' al-mani'a) de l'Algarve (Gharb al-Andalus), et de le prendre par surprise, au moment qu'il leur prescrivit de cette année de l'effondrement du pouvoir lamtunien (=almoravide) du fait de la mort de leur émir Tashfin au mois de ramadan (fin mars 1145). Ils se dissimulèrent dans le faubourg (rabad), au nombre de soixante dix, et s'emparèrent (de la forteresse) à l'aube de la nuit du jeudi 12 de safar de cette année (14 août 1144), après avoir tué les gardiens des portes de la Qal'a. Ils proclamèrent alors la da'wa (invocation, prétention à l'imamat) d'Ibn Qasi, et s'y maintinrent jusqu'à ce qu'il les rejoigne à la nouvelle lune du mois de rabi'I, avec un nombre important de muridin dont le cri de ralliement (mot d'ordre, signe) était al-takbir wa-l-tahlil. Il se dirigea vers la qasaba (de la qal'a) et s'installa dans son qasr (palais). Puis il commmença à s'adresser aux personnalités de la région pour les inciter trompeusement à la fitna (sédition)... et un grand nombre d'entre eux l'écoutèrent favorablement. Les premiers (à répondre) furent les gens d'Evora, puis ceux de Silves.

IBN AL-ABBAR, al-Hulla al-siyara', éd. Husayn Mu'nis, Le Caire, 1963, II, pp. 197-199.

C. Un sufi sévillan à la fin du XIIe siècle d'après Ibn 'Arabi

14Abu Muhammad 'Abd Allah b. Qatan : Cet homme avait une profonde compréhension du Coran. Il était irréprochable et disait la vérité sans crainte. Même les souverains n'étaient pas à l'abri de ses condamnations sévères, et il imposait la vérité à tous sans exception. Il lui importait peu de s'exposer au danger d'une exécution en dénonçant les méfaits et les actes illégaux des sultans. Il eut de nombreuses confrontations avec eux, trop longues pour être rapportées ici. Il ne parlait qu'en citant le Coran et ne lisait pas d'autre livre. Je l'entendis dire une fois à Cordoue : "Pauvres gens que les auteurs de livres et de recueils, leur compte sera d'autant plus long (au Jour du Jugement) ! Ce qu'il y a dans le Livre d'Allah et dans les hadiths ne leur suffit donc pas ?"

15Il prenait toujours soin de ses compagnons bien qu'il fût dans la gêne et ne pût souvent réunir deux dirhams.

16Le Sultan décida un jour de le faire exécuter. Les gardes s'emparèrent de lui et l'amenèrent devant le vizir. Le shaykh lui dit : "O oppresseur ! O ennemi d'Allah ! O ennemi de ta propre âme ! De quoi m'accuse-t-on ?” Le vizir répondit : "Allah t'a mis en mon pouvoir et demain tu ne seras plus en vie." Le shaykh lui dit alors : "Tu ne peux certes pas avancer un terme fixé, ni repousser ce qui est déterminé. Tout cela n'aura pas lieu, et par Allah ! c'est moi qui assisterai à tes funérailles !''.Le vizir ordonna à ses gardes de jeter le shaykh en prison pour qu'il y reste jusqu'à ce que le Sultan décide son exécution. D resta enfermé cette nuit-là, puis il fut relâché. Il dit à ce sujet : "Le croyant est toujours en prison (en ce monde), et cette maison n'est qu’une de ses cellules !".

17Le lendemain, le Sultan apprit par le vizir le comportement du shaykh ainsi que ses propos et il ordonna qu'on le fasse comparaître devant lui. D vit alors un homme d’un extérieur méprisable, quelqu'un dont personne ne se soucie et à qui nul des gens de ce monde ne veut du bien, tout cela parce qu'il dit la vérité et montre aux gens leurs fautes et leur corruption. Après qu'il eut interrogé le shaykh sur son nom et son origine, il lui demanda s'il avait préservé sa croyance en l'Unité [le tawhid almohade]. Sur quoi le shaykh lui récita des passages du Coran et lui en expliqua le sens. Le Sultan en fut si impressionné qu'il s'ouvrit à lui et commença à lui parler des affaires de son gouvernement. Il demanda ainsi au shaykh ce qu'il pensait de son royaume. A cela le shaykh éclata de rire. "Pourquoi ris-tu ?" demanda le Sultan. "Tu appelles royaume cette folie dans laquelle tu es et tu te donnes le nom de roi ! Tu ressembles plutôt à celui dont Allah dit : Il y avait derrière eux un roi qui s'emparait de tous les bateaux, lequel roi est maintenant rétribué et brûle en Enfer. Quant à toi, eh bien tu n'es qu'un homme pour lequel on pétrit un pain et auquel on dit :’Mange-le !'". Le shaykh devint alors cinglant dans sa condamnation, laissant aller son courroux contre tout ce qui lui causait de l'aversion, et cela en présence des ministres et des juristes. Le Sultan resta silencieux, rempli de honte. "Voici un homme, dit-il enfin, qui parle avec justesse. O 'Abd Allah, prends place parmi nous !" Le shaykh répondit : "Jamais ! Car il y a ici des biens usurpés et le palais que tu habites a été acquis par le mensonge, et si je n'y avais pas été forcé, je n'aurais jamais mis les pieds ici. Qu'Allah me préserve de toi et de tes pareils !" Le sultan ordonna ensuite qu'on lui fasse des présents et qu'on lui pardonne. Le shaykh refusa les dons, accepta le pardon et s'en alla. Le Sultan exigea alors que les présents fussent remis à sa famille. Peu après, le vizir mourut ; al-Qattan assista à ses funérailles en disant : "Mon serment a été accompli."

IBN 'ARABI, Les Soufis d'Andalousie, traduit de l’arabe par R. W. J. Austin, version française par Gérard Lecomte, Paris, Sindbad (Coll. "Tradition islamique"), pp. 123-125.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search