Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[49]. Le marché urbain : mesures et mesureurs du souk de Málaga au début du xiiie siècle d'après al-Saqati

Texte intégral

1Le Kitab fi adab al-hisba ("Livre de la bonne gestion de la hisba") d'Abu 'Abd Allah Muhammad AL-SAQATI al-Malaqi est, quant à la vie quotidienne du marché urbain (suq), le plus détaillé et le plus précis des "traités de hisba" andalous qui nous soient parvenus. On sait que le contrôle du marché était la fonction la plus importante dévolue au fonctionnaire urbain chargé de cette hisba et appelé muhtasib (ou, en al-Andalus, sahib al-suq, c'est à dire "responsable du marché"). De l’auteur, on ne connaît pratiquement que le nom. Son identité et surtout sa chronologie ont fait l'objet d'hypothèses diverses. L'étude la plus récente à ce sujet est celle que Pedro CHALMETA a donnée en introduction à sa traduction du Kitab fi-adab al-hisba dans les volumes XXXII et XXXIII (1967-1968) de la revue Al-Andalus. Des indices fournis par sa nisba (al-Malaqi) et par le texte lui-même, on peut déduire qu'il s'agissait d'un juriste (faqih) ayant vécu à Málaga et y ayant exercé lui-même la fonction de muhtasib.

2Il semble bien qu'il faille le situer à l'époque almohade, probablement dans le premier quart du XIIIe siècle ; son traité est vraisemblablement issu de notes prises par l'un de ses disciples.

3Destiné surtout à fournir une sorte de répertoire des multiples fraudes dont se rendaient coupables les commerçants et divers agents des opérations et transactions qui se faisaient sur le marché d’une grande ville comme Málaga, ce traité fournit un tableau extrêmement vivant de l’activité journalière du suq. On donne ci-dessous, en conservant les titres et la numérotation des paragraphes adoptés par P. Chalmeta, la plus grande partie du chapitre consacré aux mesureurs de grains et de liquides et aux mesures utilisées, pour lesquelles on peut proposer, d'après le même auteur, les équivalences suivantes, qui ne valent que pour Málaga à l'époque considérée, car on a le témoignage de valeurs différentes pour les mêmes appellations à d'autres époques et en d'autres villes (LEVI-PROVENCAL, Hist. Esp. mus., III, pp. 246-249) :

4uqiya ("once"), poids correspondant à 20 dirhems de 1,5 gr = 30 gr.

5ratl (ou ritl), correspondant à une "livre" qui pèse 16 uqiya/s = 480 gr (pour le blé) ; mais on trouvait plus couramment en al-Andalus un ritl équivalent à 504 gr.

6rub' (arrobe) ou quart de quintar = vaut 12 kgs de froment.

7qadah ou "boisseau", de 30 à 34 ratl/s, mesure qui correspond à 14 à 16 kgs

8quand il s'agit de froment, des qadah/s de capacité différente existant pour d'autres céréales.

9thumn ou "huitième" (de rub'), mesure utilisée pour les liquides ; le thumn d'huile pèse 2,25 ratl/s, soit un peu plus de 1125 gr., pour une capacité de 122,28 cl., mais on constate qu'il existe des thumn/s différents pour le miel, le vinaigre, le lait. Le texte de Saqati fait état de mesures de cuivre, et laisse supposer qu’il en existait en d'autres matières, par exemple en céramique vernissée, théoriquement estampillées par l'autorité (LEVI-PROVENCAL, Ibid., p. 248).

1025. Equivalence des qadah/s :

11Les mesureurs (kayyalin) connaissent parfaitement les diverses sortes de grains du fait de leur grande expérience et pratique dans leur manipulation et ils n'ignorent rien du rendement au poids de la mesure. Le qadah de froment équivaut à 30 ratl/s, bien que l'on en trouve de 32, 33 et 34. Le qadah d'orge et celui de seigle correspondent à un poids d'un rub', bien qu'il puisse y en avoir de poids inférieur. Le qadah de sorgho équivaut à celui de froment.

1226. Comment on "gonfle" la mesure :

13Lorsque l’acheteur promet aux mesureurs de leur payer un meilleur salaire pour qu'ils lui donnent bonne mesure, ils font en sorte que le blé dont le rendement au poids est médiocre en fournisse un meilleur, pour y parvenir, le mesureur qui s'assied pour effectuer la mesure le fait sur les genoux et la plante des pieds. Il prend le blé avec le qadah, en en prenant davantage (que le contenu normal), et le redresse brusquement en faisant reposer presque toute sa base sur ses cuisses et sur la pente du tas de grains. Il attire le blé à lui avec les mains en passant les bras et les mains sur la mesure, dans laquelle le blé se tasse par rapport à la situation initiale et se comprime avec cette opération manuelle.

14Ensuite il retire les cuisses de dessous le qadah, qu'il pose sur sa base en le secouant pour que le grain descende à l'intérieur, atteignant le rendement au poids qui lui convient.

1527. Nonnes de mesure :

16Lorsque le mesureur veut au contraire être juste, il s'assied comme indiqué, mais il pose le qadah sur sa base et y verse calmement le grain. Lorsqu'il est plein, il le soulève doucement et le vide ensuite. Une autre façon consiste à prendre le grain sans hâte avec la mesure, et à la redresser doucement au dessus du tas proche des genoux, mais sans la poser en aucune façon sur ceux-ci. Il peut encore se pencher sur le qadah pour attirer le blé avec les mains, mais sans les passer dessus, en remplissant petit à petit, mais toujours sans secouer la mesure ni tasser le grain à l'intérieur ; il soulève doucement le qadah et le vide de la même manière.

1728. Comment "diminuer'' la mesure :

18Lorsqu'on se propose de mesurer au minimum, on procède de même que pour la mesure juste, mais on verse rapidement le blé dans la mesure que l'on soulève et que l'on vide avant d'être arrivé à la quantité établie.

1929. Comment diminuer la capacité des mesures pour les liquides :

20Il existe aussi des fraudeurs-avec leurs astuces spécifiques-parmi les mesureurs de liquides. L'une d'entre elles consiste, pour tromper, à verser d'un seul coup dans le récipient sans laisser de temps de repos, et à vider immédiatement la mesure insuffisamment remplie. Souvent ils inclinent la mesure vers le côté où se trouve la personne pour qui ils mesurent en lui faisant croire que cette façon de la placer est juste et habituelle, alors qu'elle y perd. Un autre "truc" consiste à enfoncer vers l'intérieur le fond et les côtés des mesures de cuivre. On fait ensuite croire qu'elles ont été cabossées, ou fabriquées de cette façon, alors que ces bosses produisent une diminution de volume. Une autre tromperie consiste à garnir le fond des mesures qui ne sont pas en cuivre d'une mince couche de figue sèche, ou d’un produit semblable, ou d'un enduit de plâtre, ou de cire fondue, pour les diminuer. On fait la même chose avec les mesures de cuivre lorsqu'on ne peut pas les enfoncer comme je l'ai dit, spécialement avec celles qui ont une bouche étroite.

2130. Le recours à l’amin pour connaître la juste capacité des mesures :

22Le muhtasib doit inspecter ces mesureurs de grains et de liquides avec l'aide d'un mesureur honnête employé comme son agent (muqaddam) parmi eux. Il apprendra de lui, avec l'attention et l'expérience, les trucs, fraudes et tromperies qu'ils pratiquent à l'encontre des musulmans. Le muhtasib pèsera ce que contient la mesure qu'il utilise comme modèle pour les vérifications. Le poids obtenu lui servira de norme et de référence pour vérifier ce que mesurent ces mesureurs. De cette façon, personne ne pourra frauder ni augmenter le poids à la mesure, surtout après qu'on leur aura imposé des mesures d'une arrobe (rub' ou quart de quintal, soit environ 12 kgs de blé) à embouchure prismatique, avec les bords limés à l'extérieur, et sans aucune ajouture à l'intérieur.

2331. Poids des mesures :

24Sur tout cela, il a été fait une formule type servant de modèle pour toutes les mesures, étant entendu que l'usage actuel à Málaga est que le qadah de coriandre sec, pur et bon pèse 11 ratl/s de 16 uqiya/s, chacune de 20 dirhems imamites d'argent. Le thumn (huitième de rub') utilisé à Málaga pour mesurer, lorsqu'il s'agit de bon miel andalou, pèse normalement 3,5 ratl/s ; le bon miel marocain, 3 ratl/s et 6 uqiya/s à 3,25 ratl/s ; le thumn_d'huile 2,25 ratl/s et celui de vinaigre 3 ratl/s moins un quart ; celui de lait de brebis 3,25 ratl/s, alors que celui de lait de chèvre pèse 3 ratl/s et 3 uqiya/s. Conformément à cette liste, et selon ce qu'il aura constaté de ses yeux, le fonctionnaire chargé de la hisba procèdera contre ceux qui s’écarteront de ces normes. Si Dieu le veut.

D'après la traduction espagnole de P. CHALMETA GENDRON, "El "Kitab fi adab al-hisba" (Libro del buen gobierno del zoco) de al-Saqati", Al-Andalus, XXXII, 1967, pp. 381-385.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search