Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

Les voyageurs et la nation corse dans les années 1760

Simone Carpentari Messina

Texte intégral

  • 1 « Ce n’est pas une nation, ce ne sont pas des rebelles, c’est une troisième nature indéfinissable. (...)

1Patrie, Nation, Liberté sont les trois mots clés de la révolte de la Corse contre Gênes. La rébellion de l’île qui dure, de façon intermittente, depuis 1729 devient, à partir de l’élection de Pascal Paoli au généralat (1755) une véritable lutte d’indépendance contre une domination coloniale (F. Venturi, 1987). Paoli s’attache à unir les Corses – clans, régions, groupes sociaux – et à jeter les bases d’un « gouvernement populaire ». De 1764, quand Paoli ayant dominé tous ses adversaires s’impose véritablement, à 1769, date de la reddition de la Corse à la France, les succès remportés contre Gênes, l’organisation d’un embryon d’État moderne et, dans un deuxième temps, la lutte dramatique du « peuple le plus petit du monde » contre « le plus grand monarque de la terre » attirent l’attention de l’opinion européenne sur un pays parfaitement inconnu jusque-là. On ne peut plus confondre ces « vaillants insulaires », ces « patriotes » avec de vulgaires « rebelles », des « mutins » ; on prend passionnément parti sur la question corse. La Corse propose alors à l’Europe une véritable énigme ; les situations qu’elle offre, les questions qu’elle pose ne sont pas prévues par les catégories mentales du temps, l’affaire corse ne ressemble à rien d’existant, elle est, à cette date, l’inédit absolu dans le panorama européen. L’abbé Galiani, ambassadeur de Naples à Paris, écrit à son ministre : « Non sono né una nazione né ribelli, sono una terza natura indefinibile1. »

2On se propose ici d’examiner la façon dont les contemporains rendent compte de cette « nature indéfinissable » de la Corse de Paoli, dans le but d’apporter une contribution à l’analyse des modalités de constitution de la polysémie du mot nation dans le derniers tiers du 18e siècle, de 1760 à la veille de la Révolution française. Partant du principe – énoncé par Maurice Tournier – que les mots sont habités par l’histoire, il convient d’analyser la prolifération des signifiés de nation en liaison avec l’émergence de réalités politiques nouvelles. De ce point de vue, l’affaire corse présente un intérêt particulier. Elle anticipe, d’une certaine manière, des événements qui auront une importance décisive pour la constitution de l’idée moderne de nation, comme l’indépendance des colonies anglaises d’Amérique, elle donne lieu à une campagne d’opinion comparable aux mouvements de soutien des nationalités du 19e siècle, elle sera sentie, vingt ans plus tard, comme annonciatrice de l’égalité révolutionnaire. Enfin, elle est à l’origine d’un grand nombre d’ouvrages qui témoignent de la naissance de conceptions nouvelles de la nation et qui permettent d’étudier les emplois du mot nation sur une synchronie courte, dans un lieu et un temps concrets.

  • 2 Textes corses : déclarations, proclamations, manifestes, le plus souvent en italien, lettres de Pa (...)
  • 3 Relation de Ciste Je Corse, Journal d’un voyage Jans cette isle, et Mémoires Je Pascal Paoli. enri (...)

3Dans cette abondante production de textes2, on a sélectionné deux œuvres qui ont paru les plus aptes à rendre compte de l’inédit corse, dans la perspective qui intéresse ici : An Account of Corsica ; The Journal of a Tour to That Island, de James Boswell, un voyageur britannique, et l’Histoire de l’isle de Corse, d’un voyageur d’un type particulier, le marquis de Pommereul, officier d’artillerie français actif dans les deux campagnes de Corse de 1768 et 1769. Le livre de Boswell eut quatre éditions successives en 1768, deux éditions en 1769, et fut immédiatement traduit en de nombreuses langues ; deux traductions françaises parurent en 17693 au moment de la conquête de l’île par la France. Il constitua l’ouvrage de référence par excellence sur la Corse. Le livre de Pommereul est plus tardif, il fut publié en 1779 mais, si l’on en croit l’auteur, il avait été rédigé immédiatement après les événements, en 1770.

4Les deux auteurs ont en commun une très grande ouverture d’esprit, une disponibilité à l’autre – exceptionnelle, en particulier, chez les militaires français – que l’on pourrait peut-être expliquer par leur appartenance à des communautés rebelles au joug d’un pouvoir centralisateur, l’un est Écossais, l’autre Breton. À des degrés divers, ils sont animés de sympathie à l’égard de la résistance corse à la « tyrannie » génoise.

  • 4 Voir lettre de Saliceti à Buttafoco (1790) : « C’était un roman dans la servitude générale de l’Eu (...)
  • 5 « Quoique né sujet d’un monarque, il a formé le dessein dangereux de parler d’un peuple ennemi de (...)

5Au reste, Boswell et Pommereul sont profondément différents. À l’époque de son voyage en Corse (1765), Boswell est un débutant à l’idéologie floue, peu au fait des questions politiques. L’enthousiasme qui le saisit dans l’île, son admiration pour Paoli relèvent d’une grande ingénuité. Ses textes se présentent comme un ensemble complexe mêlant récit de voyage, documentation, écrit de propagande, utopie, confession personnelle. L’exaltation de la liberté, la description des modalités d’organisation d’un État démocratique coexistent avec le mythe d’un héros civilisateur, avec le rêve d’une société des origines, simple, pauvre et frugale, et une tendance à magnifier la réalité corse. Mais c’est précisément le caractère empirique de la découverte de la Corse qui constitue l’intérêt de l’ouvrage. À la différence de la plupart des intellectuels qui visitent la Corse à la même époque, Boswell n’applique aucune grille de lecture préétablie. L’élan qui le projette vers une réalité en rupture avec l’univers européen lui permet de capter ce qu’il y a d’inédit dans la situation corse, de comprendre le « roman4 » qui se déroule sur l’île. Pommereul, en revanche, entreprend systématiquement, une fois l’affaire corse terminée, une Histoire de l’isle de Corse qui donne une vue synthétique des destinées de l’île et s’attache à faire connaître tous les aspects de la réalité corse, dans la perspective concrète de son accession à la paix française. Il manifeste un souci certain d’impartialité, s’efforçant d’éviter préjugés et erreurs, de décrire au plus près de la réalité, sans craindre d’énoncer des « vérités hardies5 » ; on ne peut douter de son honnêteté intellectuelle. Il n’en a pas moins des idées bien arrêtées sur les questions de politique et d’économie ; sa grille de lecture est celle d’un homme éclairé du 18e siècle partisan d’une monarchie réformiste. Il est hostile au « gouvernement de la multitude » (ii, p. 212) et il dénonce les dessous des cartes de la politique de Paoli. Fermement convaincu de 1’utilité pour la Corse de son rattachement à la France, il prône une politique d’intégration des Corses à la France et de modernisation de l’économie inspirée des principes physiocratiques.

6Compte tenu de ces différences – auxquelles s’ajoute la différence de langue – les deux textes ne se prêtent pas au même type d’analyse. Soumis à l’expérience, relevant dans le désordre, avec une curiosité insatiable, les signes les plus typiques de la différence corse, Boswell livre une profusion d’indices sur l’affleurement de nouvelles réalités politiques par-delà les intentions et la volonté même des principaux acteurs de l’affaire corse. Il a donc paru intéressant de soumettre ses textes foisonnants à un examen portant sur quelques notions considérées comme constitutives de l’idée moderne de nation, telle qu’elle se développe à partir de 1789 (J. Y. Guiomar, 1974) : la notion de spécificité nationale (qui apparaît dès le Projet de constitution pour la Corse et les Considérations sur le gouvernement de Pologne de Rousseau) ; les notions d’unité et de volonté commune, de participation des citoyens au pouvoir politique, d’égalité, présentes chez Rousseau et caractéristiques de la conception révolutionnaire de la nation, de même que l’idée d’un État conçu pour la paix (J. Y. Guiomar, 1974). En revanche, l’Histoire de l’isle de Corse a un intérêt d’ordre essentiellement lexicologique, on peut y observer le processus selon lequel les mots sont investis par l’agressivité de l’histoire contemporaine. Le vocabulaire classique de l’auteur, appelé à rendre compte d’une réalité totalement étrangère aux catégories sociales et politiques d’ancien régime, s’engage sur un terrain non balisé dans lequel il est sournoisement déplacé par rapport à ses référents d’origine. On y observe, en particulier, l’évolution du sens des mots nation et patrie qui entraîne celle des mots de leur champ sémantique, les adjectifs national, patriotique, le substantif patriote.

Boswell et l’énigme corse

7« Chaque nation a son caractère particulier ; c’est une espèce de proverbe que de dire, léger comme un Français, jaloux comme un Italien, [etc.] », lit-on à l’article nation de l’Encyclopédie – « les Corses sont remuants, vindicatifs et belliqueux », ajoute l’article corse ! Ce point de vue est celui de la plupart des observateurs de la réalité corse. Ainsi, Pommereul note les traits caractéristiques du peuple corse et définit « la nature de cette nation » (i, p. 265) : « peuple à demi barbare » (ii, p. 78), « inconstant et indompté » (i, p. 123), « accoutumé de tout temps à l’insubordination » (ii, p. 97) ; « nation toute guerrière » (i, p. 255), « ombrageuse » (ii, p. 60), d’« humeur inconstante » (ii, p. 31). Le point de vue de Boswell est bien différent. Il a du peuple corse une connaissance plus intime que celle d’aucun autre voyageur. En rupture – provisoire – avec l’Europe et sa civilisation, il est animé d’un élan rousseauiste que renforcent les conditions mêmes du voyage qu’il entreprend ; l’absence de routes, d’auberges, l’amène à se mêler intimement à la vie des Corses qu’il a le souci de comprendre en profondeur. Il saisit la spécificité d’une atmosphère et de valeurs morales et sociales sur lesquelles il porte un regard entièrement neuf et qu’il donne comme alternatives aux valeurs européennes. Ainsi, il loue la vie chaste et la morale sévère des Corses au point de justifier la vengeance d’honneur ; il voit dans la religion particulière de l’île, dans la superstition, dans la revendication d’autonomie par rapport à l’institution de l’Église, un trait fondamental de la spécificité corse. Pascal Paoli, législateur éclairé, nouveau Lycurgue, lui apparaît comme le chef charismatique qui incarne l’inaliénable caractère national ; tout est corse chez lui, de sa manière de se vêtir, à son comportement, si différent de celui des chefs d’État européens, à sa religion, proche de celle du peuple, à son souci de préserver les traditions de la société corse au moment même où il s’efforce d’introduire une législation moderne. Enfin, les comparaisons de la Corse avec les peuples de l’antiquité et les peuples modernes qui se sont illustrés par leur esprit de liberté – Suisses, Hollandais, Anglais – donnent droit de cité sur la scène internationale à la diversité corse qui acquiert la dignité de caractère proprement national.

8La Corse de Boswell, d’autre part, n’est pas cet assemblage souvent décrit de cantons hostiles, fermés sur eux-mêmes, dans lesquels vivent des populations étrangères les unes aux autres. Il impose la vision d’un territoire unitaire et proclame l’union de la Corse sous le gouvernement de Paoli, minimisant les difficultés rencontrées par ce dernier pour grouper tous les Corses autour de lui et montrant ceux-ci animés du désir de parfaire la communauté et d’en assurer la survie. Le Journal présente le peuple armé pour la défense de sa liberté, l’union sacrée des villages, femmes et prêtres combattant aussi bien que les hommes. Les personnages les plus divers sont animés du souci de se comporter de manière « just useful or honourable for Corsica » (Journal, p. 47). Le peuple corse, tel que le voit Boswell, constitue une communauté unie autour d’objectifs déterminés : lutte contre Gênes, refus de se soumettre à toute puissance étrangère quelle qu’elle soit, soif d’indépendance et de liberté ; il manifeste une unité spirituelle qui est déjà celle de la nation moderne (un écho affaibli de cette cohésion apparaît dans l’emploi du mot nation chez Pommereul).

9Par delà l’union contre l’oppresseur génois, l’unité corse est également participation de tous les Corses au pouvoir politique. Boswell ne cède pas à la facilité, commune à la plupart des contemporains, d’assimiler Paoli à Pierre le Grand ; le général tient son pouvoir du peuple : « He was intirely dependent upon the people, elected by them, and answerable to them for his conduct » (Account, p. 134). Il n’a pour but que de former une nation fibre, « a free nation » (Account, p. 134) ; son gouvernement est « a compleat and well ordered democracy » (Account, p. 153) dans laquelle le corps social tout entier dispose de la souveraineté :

From the Podestà and Padri del Comune, up to the supreme council, there is a gradual progression of power, flowing from the people, which they can resume and dispose at their pleasure, at the end of every year. (Account, p. 153)

10Boswell illustre, en outre, la fermeté de la revendication de pouvoir politique de la part du peuple corse par l’opposition résolue — quoique vaine en définitive — de la Consulte à la possibilité donnée au gouvernement de suspendre les propositions de loi qu’elle aurait élaborées (Account, p. 149). La nation corse, telle du moins que nous la présente l’Account, est donc une communauté politique exerçant sa souveraineté par le moyen d’institutions expressément constituées ; on voit ainsi s’ébaucher la signification institutionnelle que prendra le terme nation à partir de 1789.

11Tous les observateurs de la Corse au 18e siècle sont sensibles à une étonnante particularité de cette société, l’égalitarisme ; ils n’y voient, en général, qu’un trait caractéristique d’un pays pauvre et primitif ; c’est le point de vue de Pommereul qui propose un modèle de développement inégalitaire comme remède à la misère de l’île. Boswell est le seul à percevoir la réalité d’une société dans laquelle l’égalité n’est pas une donnée de nature mais une conquête chèrement défendue contre le pouvoir des classes supérieures. Il note que la révolte contre Gênes a été essentiellement le fait des paysans, les classes possédantes ayant beaucoup à perdre n’ont pas pris une part active à la lutte. L’objectif populaire, d’ailleurs, était double : être délivrés à la fois de « the distant tyranny of the republick » et de « the more intimate oppression of their feudal lords » (Account, p. 158). Il recueille à ce propos un témoignage significatif :

This [l’oppression des seigneurs] was become so grievous, that a very sensible Corsican owned me, that supposing the republick had abandoned its pretensions over Corsica, so that the peasants should not have been obliged to rise against the Genoese, they would have risen against the signors. (Account, p. 158).

12Pour Boswell, comme pour son interlocuteur, il est évident que les paysans ne consentiront jamais à se soumettre de nouveau au pouvoir des seigneurs. Boswell peut donc apprécier, dans certaines mesures prises par Paoli, comme la limitation du pouvoir des juridictions féodales, le poids respectif de la sagesse d’un habile législateur et du conditionnement de celui-ci par la pression populaire (Account, p. 160). C’est faire preuve d’une exceptionnelle sensibilité à l’émergence des masses populaires dans l’histoire de l’Europe contemporaine. C’est aussi donner de la communauté politique que constitue la nation une définition à la fois plus précise et plus restreinte : la nation est une société égalitaire de citoyens dans laquelle les privilégiés n’ont pas leur place. Il ne faut pas demander à Boswell une réflexion sur les contradictions évidentes entre l’exaltation, dans le Journal, de l’indéfectible unité de tous les Corses autour du « grand Timonier » et la conception égalitaire de la nation que révèle l’enquête plus objective de l’Account ; plus tard, d’ailleurs, l’ambiguïté dérivant de ces apories se révélera constitutive de l’idée de nation.

13Le « petit monument à la liberté » (État de la Corse, préface) qu’a voulu ériger Boswell en vient, d’une certaine manière, à poser les prémisses du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Toute idée d’une quelconque légitimité de la domination génoise est exclue de ses textes. Les Corses luttent pour leur liberté et n’ont pas à être justifiés car la liberté est un droit naturel :

Let Corsica have been the property of the Phenicians, the Etruscans […] and at length a conquest of Genoa, still we must have recourse to the plain and fundamental principle, that the Corsicans are men, and have a right to liberty, which, if usurped by any power whatever, they have at all times a just title to vindicate (Account, p. 70).

14Nation libre, la Corse de Paoli est également une nation pacifique. Boswell insiste sur la métamorphose de ce peuple autrefois « rude and feroucious » (Journal, p. 74) et sur le souci du général d’œuvrer « for the permanent felicity of the state » (Account, p. 158). La comparaison de la Corse avec les républiques antiques – un des clichés du discours de l’époque sur la Corse – permet de cerner la modernité de la conception de la nation que Boswell voit naître en Corse. Au voyageur qui croit le flatter par une comparaison entre Rome et la Corse, le général déclare :

He said the greatest happiness was not in glory but in goodness ; and that Penn in his American colony, where he had established a people in quiet and contentment, was happier than Alexander the Great after destroying multitudes at the conquest of Thebes (Journal, p. 80).

15À la différence des citoyens de Sparte, les Corses, selon Boswell, jouissent de tous les biens de la vie : « They are men as well as citizens ; and when once they shall have intirely freed themselves from the Genoese, I cannot imagine a country more happy » (Account, p. 162). La nation corse est faite d’individus adhérant pleinement et librement à une communauté qui répond à leur besoin de justice, d’égalité et de bonheur. En ce sens, elle correspond au passage d’un État conçu pour la guerre à un État conçu pour la paix et à la valorisation de la société civile et des droits de l’homme qui caractérisent l’émergence de la nation moderne (J. Y. Guiomar, 1974).

16Dire de Boswell qu’il voit naître en Corse les prémices de la nation révolutionnaire serait lui attribuer une perspicacité qu’il ne pouvait posséder. Ce qu’il voit, c’est « a people actually fighting for liberty and forming themselves […] into a flourishing and independent state » (Journal, p. 1), il entend le faire connaître et intéresser l’opinion publique anglaise en sa faveur. Mais la tension du désir et de l’imagination vers ce qui est posé comme radicalement « autre » – « a place which no body else had seen […] what was to be seen no where else » (Journal, p. 1) — font de l’Account et du Journal des textes ouverts à tous les possibles de la situation corse, des lieux privilégiés où repérer l’émergence du nouveau.

Pommereul et la nation corse

17Le marquis de Pommereul, à la différence de Boswell, n’entend pas se laisser duper par le « machiavélisme » de Paoli ; il dénonce son adresse à « séduire les esprits », à manipuler l’opinion, son habileté à « faire croire à la nation qu’elle seule régn[e] » (ii, p. 5) ; il voit en lui moins un représentant du peuple que le véritable « souverain de son pays », « maître de la vie de ses concitoyens devenus ses sujets » (ii, p. 4). On ne cherchera donc pas dans l’Histoire de l’isle de Corse quelque indication que ce soit sur l’émergence d’une conception nouvelle de la nation ; en revanche, on peut légitimement se demander dans quelle mesure le vocabulaire de Pommereul est susceptible de rendre compte d’une réalité sociale et politique si éloignée – quoi qu’il en soit des approximations de Boswell – de l’univers monarchique français qui lui fournit ses référents.

  • 6 Souligné par moi ; il en sera de même dans toutes les citations.

18Indépendamment du collectif les Corses – employé avec un sens ethnique et dans les narrations d’événements militaires où il désigne les hommes engagés dans des actions concrètes – la communauté corse est désignée par les deux mots peuple et nation. Peuple désigne le groupe humain doté de traits distinctifs ; au pluriel, il met l’accent moins sur la totalité que sur le nombre, d’où une plus grande fréquence d’emploi pour évoquer des situations de désordre, d’anarchie ; peuple se dégrade en populace quand il désigne une partie des Corses, il s’oppose alors à chefs, nobles et caporali. Très fréquent dans le premier volume de l’ouvrage, qui relate l’histoire de la Corse jusqu’à l’affirmation de Paoli comme chef incontesté, peuple tend à s’effacer, dans le second volume consacré au gouvernement de Paoli, au profit de nation qui met très fortement l’accent sur le caractère collectif du groupement humain. La nation apparaît douée d’une individualité, d’une personnalité, c’est, en quelque sorte, un être intellectuel : elle est « consternée6 » (Discours préliminaire), « découragée par la conquête » (i, p. 251), « tremblante pour sa liberté » (ii, p. 43), elle « s’étonn[e] elle-même de la tranquillité et du bonheur dont elle jouit pendant quelques années » (ii, p. 245). Elle manifeste en outre une unité d’intérêts, de volonté, elle est l’ensemble de « tous les Corses réunis pour le soutien de la même cause » (Mémoire corse de 1766, ii, p. 101) :

Les chefs corses […] firent au nom de la nation les mêmes demandes qui avaient été faites précédemment (i, p. 160).
C’était la nation entière qui s’opposait à ses ennemis et non pas une portion d’elle-même choisie pour la défense du tout, ainsi que cela se pratique actuellement dans toute l’Europe (ii, p. 131).

19On est frappé, d’autre part, par la fréquence d’emploi du terme dans le second volume, bien supérieure à celle que l’on attendrait dans un texte classique. On constate donc une très nette valorisation du signifié collectif de nation. La nation est une personnalité de premier plan, protagoniste de l’histoire corse au même titre que le général Paoli, dont elle est l’interlocuteur privilégié.

  • 7 Voir la remarque de Pommereul à propos de « macchia », traduit par le néologisme « makis » « dont (...)

20En historien scrupuleux, Pommereul est amené à citer un certain nombre de textes de Pascal Paoli ou du Conseil Général de Corse. Le français offrant le terme nation pour traduire l’italien nazione, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à un mot nouveau7. Mais que penser de l’adéquation du mot de la langue classique nation, à une situation dans laquelle les représentants élus du peuple corse demandent au roi de France de préserver « les droits, les prérogatives, la liberté et l’indépendance de la nation corse » (Résolution du Conseil Général de Corse, octobre 1764, I, p. 96) ? Ou de cette citation du Mémoire corse envoyé à la cour de France en 1766 : les Corses ne feront aucun accommodement avec la république de Gênes « à moins que préliminairement elle n’ait abandonné et remis aux mains de la nation le peu de places qui lui restent dans l’isle et qu’elle n’ait solennellement reconnu son indépendance et sa souveraineté » (ii, p. 99) ?

21Sous la plume de Pommereul lui-même, le « vieux mot » nation se trouve pris dans des combinatoires sémantiques de plus en plus originales à mesure que progresse l’organisation d’un État corse démocratique. Au fil des siècles et des années, on voit la nation « s’assemble[r] » (ii, p. 175), « nommer des, généraux » (i, p. 197), des magistrats (ii, p. 4) auxquels elle « confie une part d’autorité » (i, p. 254) et qui sont tenus de « [faire] approuver [leurs décisions] par la nation » (ii, p. 5). « Une assemblée générale de la nation décide »

que Gênes ne pourrait jamais, sans le consentement de la nation, exiger d’elle d’autres impôts que celui de vingt sols par feu […] et que douze principaux Corses gouverneraient l’isle conjointement avec le représentant de la république (ii, p. 53-54).

22La consulte prie Paoli « de continuer à entretenir entre [les Français] et les Corses une parfaite correspondance, dont cependant la liberté ni les droits de la nation ne puissent souffrir » (ii, p. 74).

23Dans des expressions comme « les terres de la nation », « le territoire de la nation », vocabulaire classique et vocabulaire des patriotes corses se superposent. « Le territoire de la nation », dont une Résolution du Conseil Général de Corse interdit l’entrée aux troupes du roi de France (i, p. 95), est certes une « étendue de pays, renfermée dans de certaines limites » et « occupée par une quantité considérable de peuple » – conformément à la signification classique du mot – mais c’est avant tout l’espace dans lequel se réalise la volonté d’indépendance et la souveraineté de la nation corse unie contre l’oppresseur. « Les terres de la nation » ont été conquises par les armes – par la « nation armée » – et se définissent en opposition aux villes côtières tenues par les Génois ou les Français ; elles se sont progressivement accrues grâce au courage des patriotes et au « talent [de Paoli à] profiter de la plus petite mésintelligence pour faire tomber aux mains de la nation tout ce qui ne lui était pas encore soumis » (ii, p. 56).

24Tout ce qui relève de la nation est défini par l’adjectif national, au premier chef l’organe institutionnel par lequel s’exerce la souveraineté corse, « le gouvernement national [qui] prenait dans les mains de Paoli un tel caractère de stabilité qu’il en imposa aux Génois » (ii, p. 29). Ce « gouvernement national des Corses » (ii, p. 69) se dote progressivement d’une série d’appareils d’État et d’« établissements patriotiques » (ii, p. 70) : une monnaie, un système de taxes, une armée, une marine, une université, une imprimerie.

25On voit que la maîtrise du mot nation échappe, en quelque sorte, au marquis de Pommereul. À son insu – car, à la différence de Boswell, à aucun moment il n’adhère à l’idéologie de Paoli – le référent de nation s’est déplacé, sous la pression d’une réalité politique entièrement nouvelle. Trois composantes fondamentales constituent le référent corse de nation : unité et volonté générale (il faut remarquer que la nation n’est pas une donnée naturelle, on y adhère volontairement : « une grande partie des habitants des villes génoises demande à être déclarés membres de la nation et bons citoyens », ii, p. 78) ; souveraineté du corps social sur lui-même ; caractère institutionnel, la nation n’ayant de réalité que par la représentation.

26Quant au mot patrie que les philosophes des Lumières ont fait tomber en désuétude, il s’ouvre à une nouvelle vie en Corse. La devise corse « Patrie et Liberté » est à l’origine un cri de guerre contre Gênes. Pommereul analyse la façon dont Paoli en fait un outil politique au service d’une idéologie de combat pour la liberté, contre toute mainmise étrangère sur l’île et, corrélativement d’une idéologie d’unité et de fraternité, qui transcende en fait la situation réelle d’un pays moins uni que ne le prétend Boswell – l’attitude à l’égard de la France ne devait pas tarder à le prouver :

Il parla de la nécessité de se réunir contre l’ennemi commun : il fit retentir les mots de patrie, de liberté (ii, p. 18)
Il fallait échauffer les esprits et semer le fanatisme de la haine contre la république (ii, p. 32)
Il a rempli tous les Corses de grandes idées de liberté, leur a inspiré le plus grand éloignement pour toute espèce de domination étrangère (ii, p. 59).

  • 8 Rousseau, Considérations sur le gouvernement de Pologne : « faire de l’amour de la patrie la passi (...)

27Dans la Corse de Paoli, le mot patrie est chargé d’émotion et de sacralité. Comme, plus tard, la patrie sans-culotte, la patrie corse, est « une instance d’amour et de vérité » (J. Y. Guiomar, 1974). Le patriotisme est à la fois attachement à la liberté et aux droits du citoyen, et liens affectifs unissant entre eux tous les membres de la communauté nationale et ceux-ci à l’île de Corse, la patrie territoriale. « Véritable amour de la liberté et de la patrie, dégagé de tout intérêt personnel » (ii, p. 118), c’est le premier sentiment et la « passion dominante8 » qui parle directement au cœur du « véritable Corse » (I, p. 164), étouffant tout autre attachement. L’amour de la patrie passe avant les sentiments « naturels », Gafforio n’hésite pas à attaquer le château de Corte sur les murailles duquel les Génois ont exposé son propre fils : « La voix de la patrie parlait à ce père, il n’entendit qu’elle, et fut sourd au cri de la nature » (i, p. 256). Il passe avant le sentiment religieux ; Paoli, approuvé par une consulte générale de la nation, confisque les objets précieux des églises et transfère à l’État les dîmes payées aux évêques, en raison « des pressants besoins de la patrie » (ii, p. 80). Boswell rapporte l’argument que font valoir les Corses, il faut payer des troupes car :

  • 9 Souligné par moi. Traduction anglaise, p. 172 : « An army which defends their liberty, their life, (...)

Una truppa che difende la libertà, la vita, l’onore e la patria, dalla più iniqua di tutte le oppressioni, è più sacra, venerabile e pia, di quella di una crociata9 (Account, p. 170).

28Ce sont les actes patriotiques qui font exister la patrie. Pommereul donne un grand relief aux mesures par lesquelles le gouvernement de Paoli entend honorer le courage et la mémoire des « guerriers qui s’étaient illustrés au service de la patrie », en particulier l’ordre donné aux prêtres de rappeler en chaire les héros de la lutte pour la liberté : « Cet hommage éclatant rendu aux services, à la valeur, à l’amour de la patrie, était un encouragement pour les descendants des héros dont ils célébraient les vertus » (ii, p. 137-8).

29Les petites patries locales, sources des particularismes traditionnels ayant été effacées par Paoli, la patrie corse est solidement ancrée dans le territoire de Pile. Enclose dans ses frontières naturelles, unie contre l’ennemi séculaire – bientôt relayé par la France – elle développe un « esprit patriotique » qu’en paraphrasant Rousseau on pourrait définir comme cet « esprit exclusif qui nous fait reconnaître comme ennemi tout autre que nos concitoyens » ; aussi bien, à la différence du patriote d’ancien régime dévoué à son souverain ou du patriote des Lumières qui est « rempli des droits du genre humain », le patriote corse est celui qui est « armé contre la république » (i, p. 258).

30Les deux mots patrie et nation apparaissent comme étroitement imbriqués dans le texte de Pommereul. On a vu, par exemple, que les institutions du « gouvernement national » sont des « établissements patriotiques » ; dans le « gouvernement national », les principales charges de l’État sont « les prix des services rendus à la patrie » (i, p. 198) ; Buttafoco est considéré comme « un traître à la patrie » pour avoir « cherché à s’élever sur les ruines du gouvernement national » (ii, p. 68). Ce sont les deux faces d’une même réalité ; la patrie en est le noyau affectif et, en quelque sorte viscéral, la nation, la réalisation politique et institutionnelle.

31An Account of Corsica ; The Journal of a Tour to that Island et l’Histoire de l’isle de Corse rendent compte de manière indubitable, quoique très différemment, du surgissement, à partir des années 1760, d’une constellation complexe, parcourue de contradictions, de contenus inédits – sociaux, politiques et affectifs – de l’idée de « nation ». L’affaire corse fait proliférer les référents du mot nation : spécificité nationale, inséparable de l’idée de caractère exclusif de la communauté et de son lien avec un territoire ; union et volonté commune projetant le groupe humain vers des objectifs déterminés ; liberté, conçue à la fois comme indépendance par rapport à l’étranger et comme participation des citoyens au pouvoir politique ; dimension institutionnelle, dans la mesure où la souveraineté des citoyens ne peut s’exercer que par le moyen d’un « gouvernement national » ; égalité définissant les rapports à l’intérieur du groupe par exclusion des privilégiés de la communauté ; valorisation de la société civile ; dimension affective et, à la limite, caractère « sacré » de la nation. On distingue aisément, dans cette profusion, l’amorce des signifiés de nation qui apparaîtront à partir de 1789 de manière, d’ailleurs, non moins foisonnante car, du peuple révolutionnaire qui se substitue au monarque à la « Grande Nation » conquérante, de Danton à Robespierre et aux sans-culottes, la Révolution française met en œuvre plus d’une conception de la nation (J. Y. Guiomar, 1974).

Bibliographie

Bibliographie

Boswell J., 1769 – État de la Corse, suivi d’un voyage dans l’isle et de mémoires de Pascal Paoli […] traduit de l’anglais et de l’italien par M. S.D.C. [Seigneux de Correvon], Lausanne, François Grasset.

Boswell J., 1929 – The Journal of a Tour to Corsica, éd. S.C. Roberts, Cambridge, Cambridge University Press.

Boswell J., 1987 – An Account of Corsica, dans VIVIES J. (éd.), James Boswell et la Corse. Édition critique d’An Account of Corsica (1768), microfiches Lille-Thèses, Université de Lille 3 (édité désormais sous le titre État de la Corse, Paris, CNRS, 1992).

Guiomar J. Y., 1974 – L’Idéologie nationale. Nation, représentation, propriété, Éditions Champ libre.

Pommereul F.R.J. de, 1779 — Histoire de l’isle de Corse, Berne, Société typographique.

Venturi F., 1987 – « Patria e Libérta : la rivoluzione di Corsica », dans Settecento riformatore, vol. V, t. 1, p. 3-220.

Notes

1 « Ce n’est pas une nation, ce ne sont pas des rebelles, c’est une troisième nature indéfinissable. » Lettre au ministre napolitain Tanucci, citée dans F. Venturi, 1987, p. 129 ; souligné par moi.

2 Textes corses : déclarations, proclamations, manifestes, le plus souvent en italien, lettres de Pascal Paoli ; gazettes ; textes théoriques dont la plupart sont en italien : projets de constitution, essais politiques ; textes de militaires français en service commandé en Corse ; textes de voyageurs britanniques, véritables « inventeurs » du voyage en Corse.

3 Relation de Ciste Je Corse, Journal d’un voyage Jans cette isle, et Mémoires Je Pascal Paoli. enrichie d’une nouvelle et très exacte carte Je la Corse, par James Boswell, traduit de l’anglais sur la deuxième édition, par J.P.I. Du Bois, La Haye, F. Staatman, 1769 ; État de la Corse suivi d’un voyage dans l’isle et des Mémoires de Pascal Paoli, par M. James Boswell […] traduit de l’anglais et de l’italien par M. S.D.C. [Seigneux de Correvon], Lausanne, François Grasset, 1769.

4 Voir lettre de Saliceti à Buttafoco (1790) : « C’était un roman dans la servitude générale de l’Europe, et alors de telles idées devaient passer pour des rêves », cité dans F. Venturi, « Nota introduttiva » à « Pascal Paoli » dans Illuministi italiani., vol. 46, t. VII de La letteratura italiana. Storia e testi, Milano-Napoli, Ricciardi.

5 « Quoique né sujet d’un monarque, il a formé le dessein dangereux de parler d’un peuple ennemi de la tyrannie ; il a dû dire des vérités hardies, parce que son sujet l’exigeait. […] Il a vu, il a habité le pays qu’il décrit ; il a vécu avec les hommes qu’il peint », Discours préliminaire, p. 2.

6 Souligné par moi ; il en sera de même dans toutes les citations.

7 Voir la remarque de Pommereul à propos de « macchia », traduit par le néologisme « makis » « dont la nécessité a forcé de se servir en Corse, et que faute d’un synonyme dans notre langue j’emploie ici » (i, p. 227).

8 Rousseau, Considérations sur le gouvernement de Pologne : « faire de l’amour de la patrie la passion dominante », p. 964.

9 Souligné par moi. Traduction anglaise, p. 172 : « An army which defends their liberty, their life, their honour and their country, from the most injust of all oppressions, is more sacred, more venerable, more pious than that of a croisade ». La traduction française de l’Account, par Seigneux de Correvon, État de la Corse, reprend le mot « patrie », p. 118.

Auteur

Université Lumière Lyon 2. CNRS-UMR 5611 – Littérature, Idéologies, Représentations (18e-19e siècles).

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search