Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[48]. Grands travaux d'époque almohade a Séville et à Badajoz

Texte intégral

1L'importance acquise par Séville à l'époque des taifas s'accrut encore sous les "empires hispano-maghrébins", la ville tendant à devenir, surtout à l'époque almohade, une sorte de seconde capitale, résidence du souverain durant les séjours de celui-ci dans la péninsule. La ville semble avoir connu à partir de l'époque de la taifa abbadide une croissance importante, qui nécessite au XIIe siècle la construction d'une vaste enceinte, probablement en grande partie almohade, dont d'importants secteurs édifiés en banchées de béton ou pisé (tabiya ou tapial) sont encore visibles, bien que très restaurés, dans la partie nord de la ville). Cette enceinte incluait intra muros une étendue de quelque 200 hectares ou davantage (187 d'après L. Torres Balbás, 283 d'après A. Almagro), ce qui pourrait représenter une population d'environ 60 à 100.000 âmes si l’on adopte le chiffre d'environ 350 habitants à l'hectare proposé généralement pour les villes andalouses d'après les travaux de L. Torres Balbás. Il semble cependant qu'une bonne partie de cet espace n’ait pas été construit, ce qui obligerait à réduire ces chiffres (A).

2C'est le second calife almohade, Abu Ya'qub Yusuf (1163-1184), qui fit entreprendre à partir de 1171 de grands travaux d'aménagement dans sa capitale andalouse : construction de quais de pierre pour protéger la ville des crues du Guadalquivir, édification d'un pont de bateaux unissant la ville au faubourg de Triana, sur la rive droite du fleuve (destiné à faciliter aussi bien le passage des Sévillans que celui des troupes), création d'un nouvel arsenal dans la zone portuaire, travaux d'adduction d'eau à la ville et aux palais, extension de la zone palatine largement réaménagée, avec en particulier la création de grands jardins plantés d'oliviers et d'arbres variés, principalement des arbres fruitiers. Cette vaste zone de palais et jardins dite de la Buhayra (lagune ou lac), qui s'étendait au sud-est de la ville, au delà de la "Porte de Djahwar", sur les rives du Tagarete (sans doute anciennement marécageuses, comme une bonne part des zones urbanisées et aménagées au XIIe siècle), fut utilisée comme résidence califale pendant toute l'époque almohade, mais disparut en grande partie au bas-Moyen Age, ne laissant subsister que l'actuel Alcázar, où fut aménagé au XIVe siècle le beau palais mudéjar de Pierre 1er de Castille. D'importants travaux se poursuivirent jusque dans les premières décennies du XIIIe siècle : ce n'est en effet qu'en 1220-1221 que l'on commença la construction de la fameuse 'Tour de l'Or" encore existante, construite en pierre de taille et de plan dodécagonal, qui constitue une avancée vers le fleuve de la zone des palais et était destinée à surveiller et protéger la zone portuaire et le pont de bateaux jeté sur le Guadalquivir.

3Les nouveaux aménagements urbains almohades entraînèrent un déplacement du centre de gravité de la ville vers le sud. L’ancienne mosquée dite "d'Ibn 'Adabbas", située au centre de la ville, étant par ailleurs devenue trop petite, ce déplacement fut consacré par la mise en chantier de la nouvelle grande mosquée almohade, construite pour l'essentiel sous le même calife Abu Ya'qub Yusuf, mais terminée seulement sous son fils Abu Yusuf Ya'qub al-Mansur (1184-1199), sous lequel fut édifié le minaret, l'actuelle "Giralda". Après la victoire d'Alarcos, en 1195, al-Mansur fit fabriquer les trois boules de métal, recouvert de feuilles d'or pour une valeur de 7000 mithqals, qui surmontaient cette dernière construction. On connaît assez bien les étapes de l'édification de la mosquée et du minaret par les chroniques almohades, en particulier le Mann bi'l-imama d'Ibn Sahib al-Sala, qui mentionne le nom des principaux responsables de leur construction, parmi lesquels l'architecte Ibn Basuh (44*), et pendant un temps le célèbre médecin sévillan Abu Bakr b. 'Abd al-Malik b. Zuhr (l"'Avenzoar" des Latins) (53*). Autour de la nouvelle grande mosquée, les califes firent aménager des souks et une qaysariya, édifice fermé destiné à abriter les commerces de luxe, qui doublèrent également les anciennes zones commerciales situées au centre de la ville, autour de l'ancienne mosquée principale.

4Quelques parties de l'ancienne Grande Mosquée almohade, transformée en cathédrale après la Reconquête et largement reconstruite aux XVe et XVIe siècles, et la "Giralda" qui conserve, sauf dans sa partie supérieure, l'essentiel de la structure et de l'ornementation de l'ancien minaret (B), donnent une idée de la richesse des monuments almohades de Séville. Le trait le plus caractéristique est le beau décor tapissant "losangé" de la Giralda (C), très semblable à ceux des grands minarets almohades du Maroc (la Kutubiya de Marrakech, la tour Hasan de Rabat), décor qui réussit à associer de façon très heureuse un certain esprit "géométrique" berbère à la richesse un peu exubérante de l'art andalou tel qu'il se manifestait dans la partie de la mosquée de Cordoue édifiée par al-Hakam II ou dans la Aljafería de Saragosse (24*). Dans ces décors, les formes de détail empruntées au répertoire andalou (arcs polylobés et entrecroisés) sont rigoureusement structurées en une répétition de losanges, de façon à réaliser l'une des meilleures réussites de l'art "hispano-mauresque".

5Dans le reste d'al-Andalus, les Almohades, continuant probablement des entreprises almoravides, semblent surtout avoir réalisé des travaux destinés à renforcer la défense des villes les plus exposées à la menace chrétienne. Il faut probablement leur attribuer les parties encore existantes de l'enceinte de Cordoue, présentant comme à Séville un avant mur ou "barbacane" doublant le mur principal en avant de celui-ci. L'un des meilleurs exemples d'ensemble fortifié almohade, construit pour l'essentiel à l'époque du calife Abu Ya'qub Yusuf, est celui de la citadelle ou Alcazaba (qasaba) de Badajoz, ville particulièrement menacée, en particulier par les Portugais dans les années 1170 (voir le commentaire du document 45*), et ultérieurement par les Léonais qui finissent par la prendre en 1229. Cette puissante enceinte (D) présente plusieurs des particularités de la construction militaire de l'Occident musulman au XIIe siècle : barbacane (retrouvée en fouille), portes fortement protégées, tours "extérieures" (albarranas) lancées en avant de l'enceinte mais reliées à celle-ci par un double mur, et une tour de plan polygonal de même inspiration que la "Tour de l'Or" de Séville (la tour albarrana dite "d'Espantaperros"). C'est certainement vers la même époque qu'est édifiée l'enceinte de la ville frontalière de Cáceres, également en Extrémadure, dont la conception est très proche de celle de la qasaba de Badajoz. L'une et l'autre sont construites principalement selon la technique du tapial caractéristique des fortifications andalouses et marocaines de cette époque.

A. Séville musulmane au début du XIIIe siècle :

61 : Guadalquivir ; 2 : Tagarete ; 3 : Triana ; 4 : ancienne mosquée principale (dite d'Ibn 'Adabbas) ; 5 : ancienne qaysariya ; 6 : Grande mosquée almohade ; 7 : palais gouvernoral (qasr) d'époque omeyyade ; 8 : zone de palais et jardins des XIe-XIIIe siècles encore existante ; 9 : Tour de l'Or ; 10 : Buhayra,· hachurés : ports et arsenaux le long du fleuve, et zone intra muros ayant le mieux conservé le tracé des rues remontant à l'époque musulmane ; pointillé : lagunes correspondant à l'ancien cours du fleuve (d'après Antonio ALMAGRO, " Planimetria de las ciudades hispano-musulmanas", Al-Qantara (Madrid), VIII, 1987, p. 428 ; voir aussi les indications fournies dans J. BOSCH VILA, La Sevilla islámica (712-1248), Séville, 2e éd„ 1984, pp. 189-318).

B. Minarets almohades :

7Photographie de la Giralda (J. SOURDEL-THOMINE et B. SPULER, Die Kunst des Islam, Propylâen Verlag, Berlin, 1973, n'238) ; Giralda de Séville et minaret de la mosquée Hasan de Rabat (d'après L. GOLVIN, Essai sur l'architecture religieuse musulmane, t. 1, Généralités, Paris, Klincksieck, 1970, p. 277).

C. Détail du décor de la Giralda :

8Construction en brique ; entrecroisement d'arcatures décoratives produisant la répétition de formes "losangées" ; arcs polylobés centraux légèrement lambrequinés (L. TORRES BALBAS, Arte almohade, arte nazarí, arte mudéjar, Madrid, Plus. Ultra, 1949. p. 54).

D. Plan de l'Alcazaba de Badajoz :

91 et 2 : portes ; 5 : tours albarranas ; 7 : tour octogonale d"'Espantaperros" ; 10 : emplacement de la mosquée ; 11 : restes de barbacane retrouvés en fouille (repris de L. Torres Balbás dans A. HUICI MIRANDA, Historia política del imperio almohade, Tétouan, Editora Marroquí, 1956,1, p. 236).

Table des illustrations

Légende 48C
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende 48 D
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 446k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search