Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[47]. "Château" et communauté rurale dans l'Espagne musulmane du xiie siècle : les textes et l'archéologie

Texte intégral

1Les nombreux "châteaux", désignés par le terme de hisn (plur. husun) signalés par les géographes arabes ayant décrit al-Andalus, mentionnés à l'occasion dans des chroniques musulmanes ou chrétiennes (dans ce cas comme des castra), et dont l'occupation, à l'époque de la Reconquête, garantit aux occupants chrétiens le contrôle du pays, ne sont généralement pas des " châteaux-forts" de type "féodal", dont ils n'ont ni la morphologie ni la fonction. Il s'agit plutôt d'enceintes refuges ou de villages fortifiés où la fonction de commandement existe sans doute, au moins dans certains cas, mais ne semble pas prédominante. Les vestiges de beaucoup de ces "châteaux" existent encore, et peuvent être étudiés archéologiquement. L'ouvrage récent d'André BAZZANA, Patrice CRESSIER et Pierre GUICHARD, Les châteaux ruraux d'al-Andalus : histoire et archéologie des husun du Sud-Est de l'Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 1988, présente le résultat de prospections et de sondages effectués sur divers sites castraux musulmans de l'Espagne orientale, confrontés aux données documentaires, et conclut à l'étroite association du hisn et d'une communauté rurale plus forte et plus autonome par rapport à l'aristocratie étatique ou foncière qu'on ne l'a souvent supposé.

2On n'a encore exploité que très peu de sources susceptibles de nous renseigner sur la situation fiscale, administrative, sociale et économique des campagnes andalouses, la perspective des textes utilisés jusqu'à présent étant principalement urbaine, et la bibliographie "classique" concernant l'Espagne musulmane restant assez décevante sur ces problèmes. L'ouvrage cité ci-dessus fait le bilan de recherches principalement archéologiques menées sur ce thème depuis une quinzaine d'années dans le cadre d'équipes du C.N.R.S. liées à la Casa de Velázquez de Madrid et à l'Université Lyon 2. Dans ma thèse (Les Musulmans de Valence et la Reconquête, Institut Français de Damas, 1990), j’ai tenté d’utiliser dans le même but la documentation chrétienne de l’époque de la Reconquête. Ces approches qui ne reposent pas fondamentalement sur les sources arabes traditionnellement utilisées, insuffisantes à cet égard, sont en voie d’être complétées de façon très prometteuse par l’étude systématique des recueils de fatwa/s ou consultations juridiques rendues par des fuqaha' (ou ulémas) andalous sur les questions les plus diverses, et concernant aussi bien la société rurale que la société urbaine. E. AMAR, "Consultations juridiques des faqihs du Maghreb", Archives Marocaines, XII, 1908, avait publié un certain nombre d’analyses de ces fatwas. Hady Roger IDRIS avait utilisé cette abondante littérature pour en tirer des informations relatives aux modalités du mariage en al-Andalus ("Le mariage en Occident musulman d’après un choix de fatwas médiévales extraites du Mi'yar d’al-Wansharisi", Studia Islamica, 32, 1970, pp. 156-167). Mais ces premières tentatives n’avaient guère été poursuivies, jusqu'aux travaux récents de Vincent LAGARDERE (voir références aux documents ci-dessous), qui a donné de nombreuses analyses de ces fatwa/s dans divers travaux, et prépare un ouvrage sur les paysans de l’Occident musulman largement basé sur le dépouillement de cette documentation. Une première sélection de traductions de ces fatwas devant être prochainement publiée, je n’en donne ici qu’un exemple, qui montrera tout l’intérêt que peut présenter l’utilisation de tels textes.

3Certains deviennent particulièrement éclairants confrontés aux résultats de travaux comme ceux qui ont été évoqués précédemment. Ainsi une consultation d’Abu-l-Walid b. Rushd (il s'agit du grand-père du juriste et philosophe du même nom que les Latins ont appelé Averroès), cadi de Cordoue à l'époque almoravide (35* A), confirme-t-elle de façon remarquable les schémas d'occupation du sol par les communautés rurales andalouses que nous avons pour notre part proposés dans l'ouvrage sur les Châteaux ruraux (et dans plusieurs travaux antérieurs), et l'existence même de ces fortes communautés solidaires, qui sont assises sur un territoire où se dispersent des villages ou qura (cf. le document précédent, no 46*). Elles contrôlent une enceinte refuge (hisn), aucun pouvoir à caractère "seigneurial" ne s’exerçant sur ce territoire ni sur le "château" qui en constitue le centre défensif. Le centre religieux est une mosquée dont il revient à la communauté dans son ensemble de déterminer l'emplacement (B).

4On propose ci-dessous en premier lieu (A) des textes-arabes et latins-de nature diverse prouvant documentairement l'existence du hisn ou castrum de Montornés, sur les hauteurs qui dominent la plaine côtière à quelques kilomètres au nord de l’actuelle Castellón de la Plana (sur le territoire municipal de Benicasim) de la fin du XIe siècle à l'époque de la Reconquête. Ce "château" est d'abord attesté par l'Historia Roderici, chronique latine des exploits du Cid qui doit dater du début du XIIe siècle, et qui relate dans les passages cités (concernant les années 1094 et 1097), des opérations menées conjointement par le Cid et par le roi Pierre Ier d'Aragon, allié du chef castillan, mais qui a occupé à cette époque pour son propre compte quelques positions dans l'actuelle province de Castellón. Le même "château" de Montornés apparaît ensuite dans le récit que fait Ibn al-Abbar d'un épisode de la crise post-almoravide à Valence. L'ancien cadi Ibn 'Abd al-'Aziz, auquel les Valenciens ont confié le gouvernement de leur ville lors de l'effondrement du régime almoravide au début de 1145 (41*), est renversé par l'armée, et son vizir, qui est le père du voyageur valencien Ibn Djubayr, est emprisonné quelque temps à Montornés. La même place fortifiée est mentionnée dans un texte d'Idrisi (m. après 1160) complémentaire à sa célébre Géographie, plus sèchement énumératif, mais plus riche en toponymes, dont la partie andalouse a été publiée récemment (texte intitulé : Uns al-muhadj wa rawd al-furadj).

5Le castrum de Montornés et son territoire sont, dès 1181, donnés par anticipation à l'ordre du Temple par le roi Alphonse II d'Aragon, et enfin, lors de la conquête du XIIIe siècle, constitués en seigneurie au profit d'un de ses fonctionnaires, par le roi Jacques Ier oublieux de cette première donation. La population musulmane abandonne le territoire quelques années plus tard (lors de la grande révolte des musulmans Valenciens en 1248). Le site (voir le dessin D, réalisé à partir d'une photographie aérienne publiée par André BAZZANA dans B. VINCENT, "La Casa de Velázquez à Madrid". Archéologia, no 135, oct. 1979) est alors abandonné, à l'exclusion d'une construction seigneuriale résidentielle édifiée très probablement à l'époque chrétienne à l'intérieur de l'ancien hisn musulman, qui semble n'avoir été constitué antérieurement que d'une enceinte refuge (a) et d’un village castrai lui-même défendu par sa propre enceinte (v), chacun de ces deux ensembles étant doté d'une vaste citerne (1 et 2). Ces conclusions, appuyées sur l'étude, en prospection aérienne et au sol, des vestiges subsistants, mériteraient évidemment d'être vérifiées et complétées par la fouille.

6Dans les documents B et C, on présente un bref passage de la Géographie d'al-Idrisi évoquant sommairement le hisn côtier de Peníscola, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tortosa, avec les qura (plur. de qarya), villages ou hameaux de son territoire, et l'analyse de la fatwa d'Ibn Rushd évoquée plus haut, qui montre de façon plus précise le fonctionnement de l'ensemble hisn/qura en période de crise. On confrontera ces documents textuels à l'organisation concrète d'un terroir castrai de la région Valencienne, celui de Sumacárcel dans la région d’Alcira, telle que la géographie historique permet de la reconstituer (E). On y retrouve clairement l'association du hisn en situation topographique élevée, et des qura qui occupent le territoire utile d'une communauté rurale (sur Sumacárcel, qui a fait l'objet d'une prospection systématique, voir l’ouvrage indiqué sur les Châteaux ruraux, pp. 96-98 et 294-295 et autres références données dans l'index).

A. Références documentaires au hisn/castrum de Montornés (Benicasim, Castellón) de la fin du XIe siècle à la Reconquête

71094 : Pierre (Ier d’Aragon), cependant, descendit directement vers les régions maritimes, au lieu appelé Mons Ornes (Montornés), alors que Rodrigue, sorti de la ville de Valence, le rejoignait à Burriana ; ils

eurent en ce lieu une entrevue, et s’entendirent entre eux pour conclure une paix très solide.

81097 : Le roi Pierre et Rodrigue revinrent à Valence avec leur armée en louant Dieu. Mais ils ne restèrent que peu de jours dans la ville : ils en sortirent en effet ensemble pour se diriger vers le castrum de Montornés (Montem Ornes), qui était rebelle au roi et qui faisait partie de son territoire. Ils y parvinrent ensemble et l’assiégèrent continuellement jusqu'à ce que, vigoureusement attaqué, il soit pris pour le compte du roi.

Historia Roderici, par. 64 et 66, in : Ramón MENENDEZ PIDAL, La España del Cid, 7e éd., Madrid, 1969, t. II, pp. 963 et 965.

9Novembre 1145 : Les gens de la marche (thaghr) se saisirent alors d'Abu Dja'far Ahmad b. Djubayr -le père du lettré et ascète Abu-l-Husayn-et l'emmenèrent enchaîné au hisn de Mutarnish, l'un des refuges les mieux fortifiés (min amna' ma'aqil) de Valence, où il fut emprisonné jusqu'à ce qu'il se rachète pour 3000 dinars, en plus des livres et des objets précieux qui lui avaient été ravis ; il fut alors libéré, et s’en alla à Játiva où il se fixa.

IBN AL-ABBAR, al-Hullat al-siyara', éd. Husayn Mu'nis, Le Caire, 1963, II, p. 224.

10Vers 1160 ? : Les distances de la kura de Burriana : De Valence à la ville (madina) de Murbitar (Murviedro, act. Sagonte), il y a 15 milles ; de Murviedro à la ville de Burriana, il y a 16 milles ; entre Burriana et le château (hisn) de Montomés (Mutarnash), il y a 6 milles.

AL-IDRISI, Los caminos de al-Andalus en el siglo XII según el "Uns al-muyay wa-rawd al-furay", éd et trad.par Jassim Abid Mizal, Madrid, 1989, pp. 94-95.

1118 juillet 1181 : Le roi d'Aragon et comte de Barcelone Alphonse (II), donne à l'ordre du Temple le château de Montornés (castrum de Mont Tornes), lorsqu'il aura été conquis par les chrétiens, avec tous ses territoires incultes et cultivés, plaines et montagnes, pâturages, eaux et bois et tous les usages et péages qui y sont attachés.

Aurea L. JAVIERRE MUR, Privilegios reales de la orden de Montesa en la Edad Media, Madrid, Junta Técnica de Archivos, Bibliotecas y Museos, s. d., document no 7 [Catalogue des documents du Temple à l'Archivo Historico Nacional de Madrid].

1223 décembre 1242 : Le roi Jacques Ier d'Aragon donne à son notaire Pedro Sánchez, en fief selon la coutume de Barcelone, le castrum de Monte Tornesio, qui est en face de Castellon de Burriana... avec les limites et territoires que ce castrum possédait du temps de Sarrasins, les prés, pâturages, herbes, eaux, montagnes, plaines, bois, fours, moulins, hommes et femmes qui habitent et habiteront dans ce château et son territoire, avec les albergues, questias, droits et appartenances, part de dîme, droits de pêche ; le roi se retient dans ce castrum et ses fortifications la potestas et le droit de paix et de guerre selon la coutume de Barcelone.

Ambrosio HUICI MIRANDA et María Desamparados CABANES PECOURT, Documentos de Jaime I de Aragón, II, 1237-1250, Valence, Anubar, 1976, document no 360.

B. Fatwa d'Ibn Rushd (m. en 1126) concernant un hisn et les localités rurales (qura) de son territoire (analyse)

13Les habitants de quatorze villages (qura) de l'Andalus oriental faisaient la prière du vendredi dans une vieille grande mosquée située dans la qarya centrale (de leur territoire), qu'ils avaient édifiée à cet effet. Les troubles (fitna) les obligent à se réfugier dans le hisn dominant ces villages et à faire la prière dans sa mosquée. Après le retour de la paix, revenus dans leurs villages, certains veulent faire la prière dans la mosquée de la qarya la plus importante, proche du hisn, qui comporte 30 maisons, d'autres dans l'ancienne mosquée située dans la qarya la plus centrale, cette dernière ne comptant que 12 maisons. Ibn Rushd donne raison aux premiers.

Fatwa résumée par Vincent LAGARDERE, "La haute judicature à l'époque almoravide en al-Andalus", Al-Qantara (Madrid), VII, 1986, p. 153, et Le vendredi de Zallaqa, Paris, 1989, p. 137.

C. Le "château" de Peñíscola et les qura de son territoire d'après al-Idrisi

14(C'est un) hisn solidement fortifié et bien peuplé situé sur le rivage, qui possède des villages (qura), des cultures, et de l'eau en abondance.

EDRISI, Description de l'Afrique et de l'Espagne, éd. et trad. R. DOZY et MJ. DE GOEJE, rééd. Leyde, 1968, p. 232 de la trad.

D. Vestiges archéologiques du hisn/castrum de Montornés

15Dessin d'après photographie aérienne Casa de Velázquez-A Bazzana-A. Humbert, dans P. GUICHARD, "Habitats fortifiés de la région Valencienne", in : Habitats fortifiés et organisation de l'espace en Méditerranée médiévale, Lyon, Travaux de la Maison de l'Orient, 1963, p. 89, et Les Musulmans de Valence et la Reconquête, Institut Français de Damas, 1990,I, document no 11. Les vestiges du hisn/castrum musulman s'étendent sur un hectare environ, et sont situés à une forte altitude relative, sur une hauteur de 440 m dominant la plaine côtière de Castellón (voir le commentaire ci-dessus).

E. Le hisn de Sumacárcel et les qura de son territoire

16Le territoire dépendant du hisn/castrum de Sumacárcel occupait un élargissement de la vallée du Jùcar, à une trentaine de kilomètres en amont d'Alcira. Il s'étendait sur environ 70 km2, correspondant à huit communes (municipios) actuelles, qui ne représentent qu'une partie des anciennes qura (alquerías) qui dépendaient de la fortification centrale, quatre ou cinq autres ayant disparu. Le hisn, vaste enceinte enfermant un habitat, était situé sur une hauteur rocheuse bien défendue à 180 m d'altitude, les qura se dispersant en contrebas dans la vallée entre 30 et 50 m (A. BAZZANA, P. CRESSIER, P. GUICHARD, Les châteaux ruraux d'al-Andalus, Madrid, Casa de Velázquez, 1988, p. 272).

Table des illustrations

Légende 47
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 48A
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19074/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 48 B
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19074/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 390k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search