Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[46]. Accord sur les eaux d'irrigation entre les communautés rurales des villages de Bartiliana et Lubros, près de Guadix (1187)

Texte intégral

1Cet accord concernant les eaux d’irrigation, passé entre deux villages de la région de Guadix en 1187, en pleine époque almohade, est un cas exceptionnel de "document d'archives" arabe conservé pour l'époque musulmane. Il nous est parvenu à travers une copie sur parchemin de la fin du XIIIe siècle, établie à l'époque du royaume nasride de Grenade (dans laquelle est indiqué le mauvais état du document original qui a obligé le copiste à laisser des passages en blanc, portés comme des lacunes dans la traduction ci-dessous) ; cette copie, utilisée sans doute par les habitants des localités concernées ou des propriétaires fonciers comme preuve de leurs droits d'irrigation, s'est trouvée à son tour, vraisemblablement pour les mêmes raisons, intégrée à un fonds documentaire seigneurial chrétien exceptionnellement conservé après la Reconquête du XVe siècle, et déposé actuellement à l'Archivo Histórico Nacional de Madrid. Ce document est le plus ancien du petit lot arabe de ce fonds, et, exception faite d'un très petit nombre de documents aragonais, l'un des très rares documents arabes andalous datant d'une époque aussi reculée.

2Les villageois des deux villages ou qura (pl. de qarya, qui a donné alquería en castillan) concernées, règlent m litige concernant des eaux d'irrigation en faisant appel à une "commission d'experts" ou d'arbitres. On ne voit apparaître aucune autre autorité que les notables ou "anciens" (shaykh/s) des deux localités, et les témoins qui signent à la fin de l'acte (dont on peu se demander s'il s'agit des "témoins instrumentaires" ou shu'ud 'udul de la pratique notariale et judiciaire islamique, ou simplement de témoins garantissant l'accord, peut-être les membres de la commission d'arbitrage). On observera que, contrairement aux "villageois" mentionnés dans l'énoncé des personnages qui représentent les parties contractantes, tous ces témoins figurant à la fin de l'acte portent des nisbas tribales arabes (al-'Azdi, al-'Uqayli, etc..), ce qui paraît dénoter une catégorie sociale plus aristocratique, peut-être urbaine.

3L'acte est en dernier lieu validé par le cadi de Guadix, qui exerce aussi sa juridiction sur les districts ruraux (a'mal) situés dans la dépendance de cette ville (madina).

4La propriété et la gestion communautaires de l'eau d’irrigation par les collectivités rurales se retrouvent dans des fatwa/s (consultations juridiques) d'époque almoravide dont les analyses ont été publiées par Vincent LAGARDERE. Voir son Vendredi de Zallaqa, Paris, 1989, p. 148 : les habitants d'une qarya s'opposent à l'appropriation de l'eau d'une saqiya irriguant leurs terres par l'un des leurs qui, se prévalant de ses rapports avec le pouvoir (sultan), a détourné une partie de cette eau pour l'alimentation d'un moulin. Le texte précise de façon très intéressante que tous les habitants de la qarya sont des "cousins" (banu 'amm), ce qui suppose que la qarya est habitée par un groupe gentilice (sur ce dernier problème, et sur l'importance de la toponymie gentilice ou "clanique" dans certaines régions d’al-Andalus, je renverrai à mes Structures sociales "orientales" et "occidentales" dans l'Espagne musulmane, Paris, 1977, pp. 328-341).

5Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux ! que Dieu bénisse notre seigneur Muhammad et les siens.

6Ceux dont les noms suivent, qui sont des gens (ahl) de la qarya de Bartillana, l'une des qura (pl. de qarya) du secteur (zawiya) de Guadix, à savoir : le shaykh Abu Dja'far Ahmad b. al-As'ad ; le shaykh Abu-l-Hasan 'Ali b. (lacune) al-Qawshi ; Nazar b. al-Rasul ;'Ali b. Marwan ; Yusuf b. Ahmad b. Ya'dun ; Abu Ishaq Ibrahim b. Hafiz ; Abu Dja'far Ahmad Halul, étaient en litige avec les personnes citées ci-dessous, qui sont des gens de la qarya de Lubros, l'une des qura de la montagne de la ville précitée, à savoir le shaykh Abu 'Abd Allah Muhammad b. Ghalib b. Zakariyya' ; Abu Tammam Ghalib b. (lacune) b. 'Ali b. Muhammad b. Matrush ; Abu 'Abd Allah Muhammad b. Radja ; Abu 'Abd Allah Muhammad (lacune) ; Abu Dja'far Ahmad b. Sayd al-Nas.

7Le litige portait sur l’ensemble des sources et résurgences qui coulent dans les Prés des Noirs (Murudj al-Sawdan), au sud de Shulayr [la Sierra Nevada ou Djabal Shulayr] et près de Qabr al-'lldj (Sépulture de l'Ane), et au sud de la route de Grenade.

8Les gens de Lubros affirmaient que ces sources et résurgences faisaient partie de leurs droits et propriétés et devaient être employées uniquement pour arroser les cultures de leur qarya, (alors que) les gens de Bartillana prétendaient contre ceux de Lubros qu'ils possédaient seuls l'eau de ces sources et résurgences parce qu'elle s’écoulait par la saqiya (canalisation) descendant alimenter leur qarya et qu'ils avaient... (lacune d'un tiers de ligne)... pour cela leur saqiya depuis les temps anciens. Les gens de Lubros répliquaient que c'étaient eux qui avaient fait à neuf ladite saqiya dans le passé, du côté occidental, car leur qarya s'étendait au delà, et qu'ils n'avaient pas été informés de ce qu’on les en avait dépouillés avant qu’on leur présente maintenant une réclamation provenant du fait que l’eau coulait près...(lacune)...

9Les gens de bon conseil et des voisins associés à eux dans l'usage de cette eau (leur ayant conseillé) de faire voir les sources et résurgences par un commission d'experts (djama'a min ahl al-basar), ils demandèrent à ces experts leur opinion sur tout cela et sollicitèrent d’eux une sentence permettant d’en finir avec le procès.

10(Les experts) s'attachèrent à résoudre le cas de la saqiya qui avait été faite pour amener la totalité de l'eau au territoire (nahiya) de Bartillana (ou : "dont toute l'eau coulait vers le territoire de Bartillana"), et trouvèrent prudent et avisé d'indiquer aux parties qu'il était opportun de faire la paix et de les y inviter pour leur plus grande tranquillité. Les litigants répondirent favorablement à cette demande, car ils virent que le règlement, pour eux et pour leurs voisins et associés... (lacune)... la paix.

11Ils réglèrent donc ce litige sur les bases suivantes : les gens de Bartillana remettraient à ceux de Lubros la source qui s'écoule par un cours (ruisseau ou ravin) qui se trouve sur le côté occidental de ce lieu, dans la première des sources du même côté, avec toutes les autres sorties d'eau qui se trouvent en dessous de celle-ci et s'écoulent dans ledit cours (ou ruisseau), lequel traverse la route mentionnée, jusqu'à se déverser entièrement dans la saqiya des gens de Lubros.

12Les gens de Lubros remettraient à ceux de Bartillana les sources qui se trouvent du côté oriental de la zone mentionnée, et les autres points d'eau qui s'écoulent entièrement dans leur saqiya. Chaque partie prit possession de ce que lui remettait l'autre partie, chacune ayant l’exclusivité (de sa part) avec ses voisins et associés, selon l'ordre de leur association en cette matière, et suivant les tours (d'irrigation) habituels chez eux.

13Ils conclurent cet accord selon ce qui a été écrit, et à condition que les gens de Bartillana n'élèveraient pas le barradjul qu'ils prétendaient avoir élevé jadis, à proximité de la source citée en premier lieu, car s'ils l'élèvent maintenant, c'est vers lui que s’écoule l'eau de ladite source, ce qui annule le droit qu'y ont les gens de Lubros. Ils convinrent donc d'abandonner leur droit sur ce point, et de ne rien réclamer à ce sujet, car les gens de Lubros ne leur donneraient pas raison.

14Chacune des parties en litige approuva cet accord pour elle-même et ses voisins, à cause de la convenance et prudence qu’ils y virent, et pour mettre fin aux discussions et aux haines et malveillances qui en résultent.

15Ils étaient informés de la valeur et de la portée de tout cela. Et en donnent témoignage par leurs personnes ceux qui furent avec eux dans cette affaire, et dont les noms sont consignés sur ce document ; ils ont entendu tout cela d'eux ; et ils les connaissent de vue et de nom.

16Fait dans la seconde dizaine de rabi' I de l'an 583 (20-30 mai 1187).

17'Abd Allah b. 'Ali b. Farhun al-'Azdi a témoigné ; 'Abd Allah b. 'Abd al-Wahhab Mafuz al-'Uqayli a témoigné ; Muhammad b. 'Abd Allah b. Sulayman al-Qaysi a témoigné ; Ahmad b. Sarradj b. Muhammad b. Abi Hawsh al-Azdi a témoigné ; Muhammad b. Ahmad b. 'Ali al-Ghasani a témoigné.

18Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux, que la bénédiction de Dieu soit sur Muhammad…

19Devant le cadi de la ville de Guadix et de ses districts (a'mal), le shaykh, faqih et khatib (prédicateur) Abu Dja'far Ahmad b. Ziyad-que Dieu lui accorde son assistance-fut apporté le contrat écrit ci-dessus, selon sa teneur et son contenu, dans son intégralité et conformément à ce qui est obligatoire.

20On lui a demandé-que Dieu l'aide-de donner témoignage de cela par lui-même pour la garantie de l’acte. Ce à quoi il répondit conformément à ses obligations, donnant témoignage par lui-même en son tribunal de ladite cité, dans la seconde dizaine de rabi' I de l'an 583 (20-30 mai 1187).

A. GONZALEZ PALENCIA, "Documentos árabes del Cenete", Al-Andalus, 5, 1940, pp. 321-327 (texte arabe et trad. castillane).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search