Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[45]. Les dissensions sociales à Béja et la prise de la ville par les chrétiens en 1172

Texte intégral

1Le Bayan de l'historien marocain de la fin du XIIIe-début XIVe s. IBN'IDHARI al-Marrakushi consacre de nombreuses pages aux vicissitudes de la ville de Béja, dans la partie occidentale d'al-Andalus, sous le règne du second calife almohade, Abu Ya'qub Yusuf (1163-1184). Elles illustrent bien, tout d'abord, la méthode de l'auteur de la chronique la plus complète sur l'histoire de l'Occident musulman, qui consiste à reproduire le plus fidèlement possible, en les résumant quelque peu si nécessaire, des chroniques antérieures, en l'occurrence celle de l'Andalou contemporain des événements Ibn Sahib al-Sala (44*). Le passage qu'a utilisé Ibn 'Idhari correspond à une partie perdue du Mann bi'l-Imama, si bien que c'est par le seul Bayan que nous sont connus les faits rapportés. Il est évident que l'auteur marocain, qui indique clairement l'origine de son récit, suit de près la source andalouse. On a vu qu'il procédait de façon identique pour le récit relatif à Valence à l'époque du Cid, emprunté à Ibn 'Alqama (29*). Cette retranscription fidèle de sources le plus souvent expressément et scrupuleusement indiquées est l'un de aspects les plus intéressants de l'historiographie arabe médiévale.

2Représentatif de l'historiographie habituelle par la méthode suivie, le passage proposé l'est moins par son contenu. Les chroniques relatives aux époques almoravide et almohade, comme celles qui concernent les époques antérieures, se limitent le plus souvent à un exposé des événements politiques et militaires très centré sur la personne du prince et la "grande histoire" de la période. Deux facteurs ont incité Ibn Sahib al-Sala, et Ibn 'Idhari qui l'a suivi de très près, à relater avec quelque détail l'histoire, mouvementée il est vrai, d'une ville moyenne d'al-Andalus dans les années 1170-1180 : d'une part le fait que le calife Abu Ya'qub Yusuf se soit penché sur son cas et ait pris des dispositions pour assurer son repeuplement, d'autre part surtout l'origine même d'Ibn Sahib al-Sala, qui avait, ainsi que cela ressort de son récit, des attaches familiales dans cette ville où il était sans doute né. On constate dans le texte que sa famille fut directement impliquée dans une situation locale tendue et troublée qu'il rend partiellement responsable de la prise de la ville par les chrétiens en 1172.

3Béja, au Portugal actuel, était le centre d'une province (kura) de l'Andalus omeyyade, mais n'avait pas joué de rôle politique à l'époque des taifas, et les sources n'en parlent guère jusqu'à l'époque de l'effondrement du régime almoravide dans la péninsule. Elle est alors (1144-1145) gouvernée par un personnage dont les antécédents ne sont pas connus, et dont on peut penser qu'il est un chef militaire andalou au service des Almoravides, Abu Muhammad Sidray b. Wazir. Il se rallie d'abord au chef sufi Ibn Qasi qui a proclamé dans l'Algarve la révolte contre le régime almoravide (52*), puis aux Almohades lorsque ceux-ci interviennent dans la péninsule (1147), mais non sans retournements et épisodes compliqués jusqu'à sa soumission définitive en 1150. Il jouit ensuite de la faveur du gouvernement almohade, et exerce d'importantes fonctions dans la partie occidentale d'al-Andalus (on sait qu'il est pendant un certain temps gouverneur de Silves et de l'Algarve). Encore en vie en 1172 d'après le texte qui suit, il doit mourir peu après, car il disparaît des sources, où ne sont plus mentionnés que ses fils, qui continuent à jouer un rôle notable dans l'armée et l'administration almohades jusqu'à la chute du régime en al-Andalus. A Béja même, cet Ibn Wazir avait cependant été remplacé par des gouverneurs berbères, ainsi qu'on le voit dans le texte.

4Du côté chrétien, l'adversaire le plus dangereux du califat almohade dans la partie occidentale de la péninsule est le roi de Portugal Alphonse Ier Henri ou "Enríquez" (Ibn al-Rink), fils des "fondateurs" de ce pays, Henri de Bourgogne et Thérèse, fille d'Alphonse VI. Il a pris le titre de roi à partir de 1139, et règne jusqu'en 1185. Ayant solidement installé ce nouveau pouvoir royal, reconnu par la papauté en 1143, dans le noyau primitif du "comté de Portugal" (Porto) et autour de Coïmbra, sa capitale, il poursuit activement la Reconquête dans le secteur occidental, s'emparant de Santarem, et surtout de Lisbonne à la faveur de la crise post-almoravide, et avec l'aide d'une flotte de croisés anglo-flamands partis pour la Terre Sainte dans le cadre de la seconde croisade (1147). Plus au sud, les Portugais prennent même temporairement Qasr Abi Danis (Alcacer do Sal) en 1160, toujours avec une aide anglaise (dès 1151 l'évêque de Lisbonne est allé prêcher en Angleterre une croisade contre les musulmans de la péninsule).

5La période suivante est marquée par l'action d'un chevalier portugais, Geraldo Sempavor, c'est à dire "Sans peur", une sorte d'aventurier que l'on a parfois comparé au Cid et qui mène sur la frontière une action semi-autonome, réussissant à conquérir, dans les années 1165-1169, plusieurs places (Trujillo, Evora, Cáceres, Serpa, Montánchez). En 1169, il parvient à entrer dans Badajoz, mais les musulmans résistent dans la citadelle (qasaba) ; il fait appel pour les réduire à son seigneur, le roi de Portugal. Cela entraîne une vigoureuse réaction du roi de León, Ferdinand II (1157-1188), qui ne semblait pas s'être inquiété jusque là de ces succès portugais, et l'établissement d'une alliance (qui sera relativement durable) entre les Almohades et les Léonais, alliance qui oblige les Portugais à abandonner leurs prétentions sur Badajoz et la moyenne vallée du Guadiana. L'alliance entre Ferdinand II et le califat est réaffirmée en 1170 lors d'une entrevue à Zallaqa, près de Badajoz, entre le roi de León et le sayyid Abu Sa'id 'Uthman, l'un des frères du calife Yusuf, entrevue à laquelle participe l'Andalou Sidray b. Wazir.

6Les hauts-faits de Giraldo Sempavor dans la partie occidentale de la péninsule furent favorisés durant cette période par le fait que la plus grande partie des efforts militaires engagés par le pouvoir almohade en al-Andalus sont, entre 1160 environ et 1172, concentrés dans les régions orientales, théâtre d'une guerre acharnée contre le "roi" de Murcie, l’émir andalou Ibn Mardanish (42* et 44*), dont la résistance ne cesse qu’à sa mort, suivie par le ralliement de ses fils aux Almohades (la même année 1172). Comme les Banu Wazir et quelques autres familles andalouses (ainsi les Banu 'Azzun, au sujet desquels on peut voir /Encyclopédie de l'Islam., 2ème éd. t. III, p. 794, art. : "Ibn Ghalbun"), les Banu Mardanish jouiront dès lors de la faveur du calife almohade Abu Ya'qub Yusuf (qui épousera même une fille d’Ibn Mardanish), et conserveront des fonctions administratives et militaires importantes (Yusuf b. Mardanish, frère du défunt émir de Murcie, est par exemple maintenu au gouvernement de Valence (qu’il exerçait antérieurement) jusqu'à sa mort en 1186.

7C’est dans ce contexte politico-militaire compliqué, et à la fin de cette période, que se situe la conquête de Béja par Geraldo Sempavor, en août 1172, après deux années où les sources ne mentionnent plus d'action audacieuse de sa part. Le texte apporte des indications intéressantes sur l'atmosphère tendue qui règne alors dans la ville, où la "mauvaise administration" du gouverneur berbère ’Umar b. Sahnun semble s'être exercée à l'encontre des éléments distingués (a'yan) de la société andalouse locale, auquels appartient la famille d'Ibn Sahib al-Sala. Il est malheureusement difficile de savoir si les abus imputés au gouverneur et à ses partisans ne sont que des malversations occasionnelles dont se rendent coupables des personnages que les circonstances ont portés aux postes de responsabilité, ou s’ils traduisent des clivages socio-économiques plus profonds dans la société urbaine andalouse. La ville prise, le roi de Portugal, qui se rend compte qu'il ne pourra pas la défendre, l'abandonne. Huici, dans son Historia política del imperio almohade pense qu'il est alors conscient du fait que les Almohades, ayant réalisé l'unité d'al-Andalus avec le ralliement des Banu Mardanish, sont capables de reporter tout leur effort sur la zone occidentale et se sait incapable de leur résister. C'est ce qui l'amènerait à faire au calife des offres de paix en 1173-74 ; toujours pour Huici, ce serait cette paix entre les Almohades et les Portugais qui aurait incité Giraldo Sempavor, désormais sans possibilités de coups de main sur la frontière et privé de moyens d'existence, à venir proposer ses services au calife avec une troupe de quelque 300 hommes (engagés dans l'armée califale, Giraldo et les siens seront finalement suspectés d'intelligence avec le roi de Portugal, déportés au Maroc et exécutés). Les mêmes circonstances générales-paix avec le Portugal et le León-incitèrent le calife à tenter le repeuplement de Béja, entreprise hasardeuse et difficile, dans un pays dépeuplé par la situation de guerre qui avait prévalu durant les années précédentes, longuement racontée dans les passages suivants du Bayan.

8La tentative sera interrompue dès 1177-1178 par la reprise des hostilités, qui provoque un nouvel abandon de la ville, définitif semble-t-il. En dépit de la puissance apparente du califat, et de l'importance des efforts politico-militaires engagés dans la défense d'al-Andalus, la société andalouse, sur laquelle le texte jette quelque lumière, semble manquer des moyens humains et peut-être des ressorts psychologiques qui en auraient permis le succès. Les trois dernières décennies du siècle correspondent pourtant à l'apogée du régime almohade, (fin du règne d'Abu Ya'qub Yusuf, puis à partir de 1184 son fils Abu Yusuf Ya'qub al-Mansur, qui remporte sur les chrétiens la grande victoire d'Alarcos en 1195). S'il subit des échecs, comme l'humiliante et meurtrière débandade de la grande armée avec laquelle Abu Ya'qub Yusuf est venu assiéger Santarem en 1184, le califat, dont le siège se trouve à cette époque souvent à Séville, où Yusuf Ier réside par exemple durant les années 1173-1176, obtient aussi des succès notables, grâce auxquels il stabilise la situation à la frontière léonaise et portugaise. Il réoccupe plusieurs places, comme Cáceres ou Qasr Abi Danis, qui ne seront reprises définitivement par les chrétiens qu'au XIIIe siècle et menace à plusieurs reprises le territoire léonais et castillan. Les succès militaires almohades, qui culminent avec la victoire d'Alarcos, ne donneront cependant qu'un répit à ces régions dont toute présence musulmane se trouvera définitivement balayée lors de la grande reconquête du second quart du XIIIe siècle.

9Le texte apporte, sur le fonctionnement de la société et des institutions d'une ville moyenne à l'époque almohade, quelques précisions qu'il n'est pas habituel de trouver dans les chroniques andalouses. Il apporte aussi quelques indications sur les éléments aristocratiques andalous intégrés aux cadres dirigeants de l'empire almohade, et sur les relations qu'ils entretiennent avec le calife d'une part, avec la société provinciale dont ils sont issus d'autre part.

10Cette année là (578 = d'août 1172 à août 1173), les chrétiens s'emparèrent par surprise la ville (madina) de Béja, (en entrant) par la tour qui jouxte la porte de la citadelle (qasaba), appelée par les habitants Tour du Bain. Cela arriva à cause de l'impéritie de 'Umar b. Sahnun, de son insouciance pour les affaires et l'état de la ville, de son peu de vigilance pour les sentinelles, et du fait qu'il avait "mangé" les salaires qui leur étaient assignés pour résider dans les tours de la citadelle et de la ville. Il y avait dans ladite tour une sentinelle qui recevait, pour veiller chaque nuit, un qirat (demi-dirhem) en monnaie. ('Umar b. Sahnun) le lui avait pris, laissant la tour sans sentinelle...

11La cause de tout cela fut que, lorsque Sidray b. Wazir fut destitué du gouvernement de Béja et de tout le pays de l'Occident (Gharb) d’al-Andalus, il eut pour successeurs comme gouverneurs des hafiz/s almohades, dont chacun administra selon ses possibilités. Le plus distingué d'entre eux fut 'Umar b. Timsalit al-Tinmali. Durant son séjour, il y eut entre l’aristocratie (a'yan) et la populace (sufal) de la ville des querelles et des dissensions relativement à ce dont ils étaient constitués, jadis et aujourd'hui en eau et en air ( ?). Ils s'acharnèrent les uns contre les autres, avec une hostilité si patente que certains de leurs notables finirent par être emprisonnés à Séville, et qu'Ibn Timsalit fut destitué pour son manque d’attention à ces problèmes. On leur donna alors pour gouverneur un talib berbère peu intelligent appelé Umar b. Sahnun, qui était de petite taille et de petite tête, avait la barbe clairsemée et boitait. Il ne comprenait rien et on ne le comprenait pas. Avec lui, c'est l'étoile la plus néfaste et la plus grande calamité dont on ait entendu parler qui entrèrent dans la ville. Il se laissa approcher par des gens de rien (sufal) dont ils s'entoura et auxquels il donna un rang préférentiel dans son "salon" (madjlis), ce pourquoi il fut détesté par le peuple ('amma) et par l'aristocratie (khassa) qui refusèrent d'entretenir des relations avec lui...

12Ce 'Umar b. Sahnun prit pour vizir et compagnon de veillées et de réunions un paysan (badawi) du bas peuple (sufal) de Béja qu'il encouragea à verser le sang, à s'emparer des biens des gens sans motifs et à châtier du fouet pour le moindre motif. Il trouva en cela l'appui du cadi de la ville 'Umar b. Zarqadj, qui était un homme instable et inconstant qui approuva ses injustices et violences à l'encontre des gens. S'adjoignit à ce cadi un groupe de mauvais sujets abusivement constitués en témoins (shu'ud) menteurs, qui témoignaient pour lui conformément à ses désirs mauvais et dévoyés et rédigeaient des actes remplis de mensonges et de tromperies qui lui reconnaissaient de prétendus droits fondés sur le témoignage de deux imbéciles. Il en référait à l'Emir des Croyants et lui disait : "Un tel et un tel sont en relations avec les hypocrites (al-munafiqun) si la justice du calife (ne met pas fin à leurs agissements”. Puis 'Umar b. Sahnun commença avec ses compagnons à prendre part à ces affaires avec le conseil des libertins et des plus mauvais sujets. Il fit tuer injustement et par haine le vertueux faqih Abu Dja'far b. al-Ansari, et avec lui, de façon scandaleuse, plusieurs habitants de la ville pour satisfaire ses désirs. Il rédigea de faux documents sur son cas, l'accusant d’avoir fomenté la rébellion et voulu détrôner l'imam (le calife). Ces faux actes arrivèrent à Séville où étaient venus aussi des proches du faqih Ibn al-Ansari victime de cette injustice. Le calife interrogea Abu Bakr b. al-Djadd [illustre faqih sévillan] sur les gens de Béja et sur leur situation, et celui-ci l’informa de ce qu'il savait de leur fait, et justifia ledit Ibn al-Ansari de ce qu'on lui imputait...

13A la suite de cette entrevue, vinrent des personnes justes et véridiques qui, interrogées, démentirent le cadi et ses témoins. L'imam le destitua et corrigea ce qui était faux et condamnable. Abu Muhammad b. Wazir éleva auprès du calife la demande suivante : "J'ai à Béja des parents par alliance qui sont les Banu Sahib al-Sala et les Banu al-Ansari, et je voudrais qu'on les autorise à quitter Béja pour Séville". Ils sortirent donc de la ville avec ce qui était le moins encombrant de ce qu'ils possédaient, et entrèrent à Séville le jeudi 25 djumada II de l'année 567 (23 février 1172).

14Cette situation ne dura que six mois et sept jours, avant que Dieu ne châtie Ibn Sahnun, le cadi et les faux témoins. La prise de la ville eut lieu en muharram de 568 (août-sept. 1172), et lorsque la nouvelle en parvint à l'Emir des Croyants, Sidray b. Wazir lui dit : "On a vendu Béja pour un qirat". Le calife lui demanda : "Qu’est ce que cela signifie ?". Il lui expliqua l'affaire d'Ibn Sahnun, comment il avait pris le salaire de la sentinelle de la tour et ce qu’il avait fait. L'Emir des croyants ordonna de le tuer, mais il s'enfuit et ne put être retrouvé [l'auteur a expliqué plus haut qu'il avait réussi à s'enfuir lors de la prise de Béja par les chrétiens]. Il ne devait mourir que lorsque Dieu le châtia avec l'éléphantiasis. Lorsque le maudit Ibn al-Rink prit Béja et entra dans la ville, il vit son étendue et se rendit compte qu'il ne pourrait la défendre à cause de sa dimension. Il l'évacua et la brûla, rasa ses murs et captura ses habitants, jusqu'à ce que Dieu les libère de la captivité par le rachat ; beaucoup d'entre eux allèrent à Marrakech et en d'autres lieux, demandant secours aux gens chez qui ils trouvèrent de la compassion, de la sympathie et des dons, et se rétablirent après avoir été dispersés...

15En l'an 569 (août 1173-août 1174) eut lieu l'arrivée à Séville du cruel étranger (al 'ildj al-taghiya) Giraldo, qui avait pris par surprise la ville de Béja ainsi que d'autres châteaux (husun) et villes (mudun), et livré au désert ce qui était cultivé et peuplé. Il était qa'id d'Ibn al-Rink et chef de son armée. Il vint avec ses compagnons les "adalids'' [al-adilla', cavaliers légers coureurs de pays], dans la résidence du calife (hadrat al-khalifa) de Séville, soumis et obéissant, pour être un esclave à son service et faire du mal à ses coreligionnaires chrétiens...

IBN 'IDHARI AL-MARRAKUSHI, al-Bayan al-Mughrib, (partie relative à l'époque almoravide et almohade), éd. A. HUICI MIRANDA, avec la collab. de M. ben Tawit et Μ. I. al-Kittani, Tetouan, 1963, pp. 101-103 ; trad. esp. dans Ambrosio HUICI MIRANDA, Colección de crónicas árabes de la Reconquista, vol. II : al-Bayan al Mugrib fi ijtisar ajbar muluk al-Andalus wa al-Magrib por Ibn 'Idari al-Marrakusi, Los Almohades, tomo I (traducción española), Tétouan, Editora Marroqui, 1953, pp. 8-13.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search