Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[44]. L'affermissement du régime almohade en al-Andalus : la tentative de transfert de la capitale de Séville à Cordoue en 1162

Texte intégral

1Les Almohades ne triomphent que lentement de la situation politique et militaire confuse qui s’était instaurée dans la partie musulmane de la péninsule à la suite de l'effondrement du régime almoravide en al-Andalus en 1144-1145. Ayant pris pied en Andalousie méridonale et dans l'Algarve dès l'été 1147 (donc très peu de temps après la liquidation des derniers restes du pouvoir almoravide qui résistent à Marrakech jusqu'à la prise de la ville en mars 1147), il leur faut lutter contre les dernières forces almoravides qui se maintiennent encore plusieurs années en divers lieux d'Andalousie, et particulièrement à Grenade, rallier ou éliminer les pouvoirs locaux qui ont ressurgi avec la destruction du pouvoir central légitime, et se soucier de la défense de l'Islam andalou contre les chrétiens. A la conjonction de ces deux oppositions à la progression almohade - pouvoirs locaux et force militaire des chrétiens-se trouve l'action du souverain de Murcie et de la zone orientale d'al-Andalus, Muhammad b. Mardanish (42*), ancien chef militaire du djund andalou à la fin de l'époque almoravide, que les circonstances troublées des années 1145-1147 ont constitué en émir indépendant de tout le Sharq al-Andalus à partir du milieu de 1147.

2Durant les premières années de son règne, ses Etats ne se trouvent pas au contact direct des territoires soumis aux Almohades, du fait de l'existence de pouvoirs locaux neutres ou hostiles aux Almohades dans la zone intermédiaire de l'Andalousie orientale. Mais cette "zone-tampon" s'amenuise progressivement : en 1151 le petit "seigneur" de Guadix, Ibn Milhan, fait sa soumission au régime almohade (et va résider à Marrakech) ; une autre puissante famille, celle des Banu Sa'id d'Alcalá la Real semble s'être divisée entre partisans et adversaires des Almohades ; les Almoravides de Grenade rendent la ville en 1155 ; dans l'été 1157, une grande expédition almohade reconquiert Almería, occupée par les Castillans depuis 1147, et les chasse aussi de Baeza et Ubeda, places qu'ils occupaient dans la région de Jaén. Ibn Mardanish a alors vainement apporté son aide militaire à Alphonse VII de Castille pour la défense d’Almería.

3On peut penser que c'est cette menace de plus en plus proche des Almohades qui poussa alors l'émir de Murcie à d'audacieuses actions offensives contre une Andalousie en voie de ralliement au régime almohade : en 1159-1161, profitant de la concentration de la plus grande partie des forces almohades au Maghreb pour la conquête de l'Ifriqiya, Ibn Mardanish et son beau-père, Ibn Hamushk, un aventurier qui s’était taillé une sorte de "seigneurie" personnelle à Segura et dans les montagnes qui dépendent de cette ville, attaquèrent et prirent d'abord Jaén grâce à l'aide d'importants contingents chrétiens avec lesquels l'émir de Murcie avait considérablement renforcé son armée. Dans les mois suivants les deux chefs, utilisant toujours d'abondantes forces chrétiennes, se lancèrent dans des raids audacieux contre diverses villes andalouses -la plus orientale étant Carmona-, dont ils réussirent à s'emparer. Leur action fut favorisée par des complicités anti-almohades locales. L'aide des Juifs de Grenade, que le régime almohade avait contraints à une islamisation de façade, leur permit par exemple d'occuper cette ville, mais la garnison almohade put se maintenir dans la citadelle (qasaba). Séville et Cordoue sont alors attaquées, et les campagnes environnant cette dernière durement ravagées par les troupes levantines et les mercenaires chrétiens qui les accompagnaient.

4A partir de 1161, l'Ifriqiya ayant été soumise, le calife 'Abd al-Mu'min put reporter tout l'effort militaire almohade vers la péninsule. Sous l'autorité suprême de deux de ses fils, les sayyid/s (titre décorant les membres de la dynastie régnante) Abu Ya'qub Yusuf et Abu Sa'id 'Uthman, et le commandement militaire effectif de l'un des meilleurs chefs de l'armée, le shaykh (titre inférieur qui désigne les membres des autres familles dirigeantes) Abu Ya'qub Yusuf b. Sulayman al-Tinmalali, la situation est progressivement rétablie, l'un des moments importants de ce rétablissement étant la grande victoire almohade d'al-Sabika, remportée devant Grenade sur l'armée d'Ibn Mardanish et Ibn Hamushk (juillet 1162). Grenade sauvée, c'est ensuite contre Jaén que se portent les efforts du commandement almohade dans la péninsule, et le gros de l'armée almohade vient assiéger la ville, énergiquement défendue par les forces d'Ibn Hamushk. C'est dans ce contexte politico-militaire qu'il faut situer le passage suivant du Mann bil-Imama d'IBN SAHIB AL-SALA, fonctionnaire andalou au service du régime almohade, dont la chronique fournit une histoire détaillée du pouvoir almohade entre 1159 et 1174. L'auteur nous dit lui-même dans son texte avoir été à ce moment là en poste à Séville.

5L'événement important relaté ici est la décision du calife 'Abd al-Mu'min, qui se trouve à Marrakech, capitale de l'empire, de transférer à Cordoue les services centraux du gouvernement et de l'administration de la péninsule, installés jusqu'alors à Séville. Il est possible que l'un des motifs de cette décision ait été de rapprocher le siège central des autorités almohades en al-Andalus de la zone orientale qui allait devenir le théâtre principal des opérations militaires destinées à la conquête des territoires soumis à Ibn Mardanish. Mais le texte évoque aussi des raisons idéologiques et historiques, avec le rappel du prestige ancien de Cordoue comme capitale califale. Dès cette époque, le régime almohade semble se concevoir lui-même comme constitué principalement par deux ensembles historiquement distincts, même s'ils sont unis politiquement, le Maghreb extrême et l'Andalus, avec chacun leur capitale. La tentative n'aura en fait pas de suite. En effet, le sayyid Abu Ya'qub Yusuf, rappelé par son père à Marrakech pour y être reconnu officiellement comme "prince héritier" ('wali al-’ahd) en remplacement de son frère Muhammad ainsi "destitué" (cf. allusion dans le texte) en raison de sa propension à l'ivrognerie, succède peu après à 'Abd al-Mu'min mort en mai 1163, et rend à Séville le rôle de capitale du pouvoir almohade en al-Andalus qu'elle allait conserver jusqu'à l'effondrement du régime.

6Le texte fait assez bien apparaître les principaux organismes de ce pouvoir, au premier rang desquels on trouve le ou les représentants directs du calife, pris parmi les sayyid/s de sa proche parenté (fils ou frères), assistés de hauts responsables. Ceux-ci peuvent être des chefs de l'armée comme le shaykh Abu Ya'qub Yusuf b. Sulayman al-Tinmalali, nisba ou ethnique qui évoque son appartenance à l'aristocratie fondatrice du mouvement almohade : il s'agissait en effet de l'un des premiers compagnons du Mahdi Ibn Tumart, appartenant à la tribu de Tinmal (tribu masmudienne sur le territoire de laquelle le fondateur du mouvement avait commencé sa prédication) et qui avait fait partie du conseil des Cinquante, l'une des bases de la première organisation almohade. Il peut s'agir aussi de civils : ainsi le chef de toute l’organisation administrative et fiscale almohade établie en al-Andalus, chargé en conséquence d'effectuer le transfert des services centraux de Séville à Cordoue, Abu Ishaq Barraz b. Muhammad al-Masufi. Il s'agit encore d’un Berbère, qui a appartenu aux cadres d'origine saharienne de l'empire almoravide, mais dont la tribu, les Masufa, s'est séparée du groupe dominant des Lamtuna un peu avant la chute du régime almoravide pour se rallier aux Almohades. Intégré à l'aristocratie dirigeante almohade, il occupe donc un poste élevé, mais non militaire, en al-Andalus.

7Au dessous de ces hauts personnages d'origine maghrébine, un nombre sans doute relativement important de fonctionnaires des services centraux qui sont essentiellement des kuttab (plur. de katib : secrétaire) et des masharif (plur. de mushrif : agent fiscal). C'est à ce groupe de responsables des bureaux, dont les secteurs fiscaux forment déjà un ensemble appelé dans le texte "makhzen", qu'appartient Ibn Sahib al-Sala. Ils sont avant tout chargés de transmettre les ordres du pouvoir, d'effectuer la liaison avec lui, et de percevoir, dans les territoires soumis récemment aux Almohades (et donc arrachés au pouvoir des mauvais musulmans ou "hypocrites", munafiqun) des impôts qui sont censés, compte tenu du rigorisme primitif des Almohades en la matière, être essentiellement composés de dîmes ("aumône légale" ou zakat). Tout indique, dans les renseignements épars qu'il fournit çà et là, qu'il s'agit principalement d'Andalous.

8Une autre catégorie reconnue officiellement et dotée de pensions, apparemment inscrites conjointement à celles des éléments militaires sur des registres considérés comme étant principalement ceux où l'on consigne les soldes de l’armée, est celle des tulba (plur. de talib, étymologiquement : "celui qui recherche la science"). Ce sont les "intellectuels", ulémas ou fuqaha', lettrés et docteurs en sciences juridico-religieuses, qui ont officiellement adhéré à l'"unitarisme" (tawhid) almohade et, ainsi ralliés à la doctrine (semi-hérétique) sur laquelle se fonde le régime, ont accepté de s'en faire les soutiens et les propagandistes dans un milieu religieux et intellectuel andalou a priori hostile à l'almohadisme en raison de son attachement traditionnel à l'école juridico-religieuse malikite. Au total une organisation relativement complexe et centralisée, dont on notera le caractère étatique.

9Les deux sayyid/s illustres déjà cités reçoivent l'ordre excellent ('aziz) de s'installer à Cordoue, d'y établir le gouvernement (al-awamir) et les années (al-asakir), et de s'occuper de sa région.

10Alors qu'ils étaient comme je l'ai dit à proximité de Jaén en train d'assiéger la ville, ils reçurent l'ordre excellent de s'installer à Cordoue, pour que cette dernière soit le siège du gouvernement en al-Andalus, comme lorsqu'elle était la capitale traditionnelle des Banu Umayya, étant donné qu'elle se trouvait au centre d'al-Andalus. La direction des affaires administratives (ashghal al-a'mal) devait s'y fixer de façon à être à la portée de ceux qui venaient de leur région.

11Abu Ishaq Barraz b. Muhammad al-Masufi, conformément à l'ordre excellent, vint s'installer à l'intérieur de la ville ; il convoqua les secrétaires (kuttab) et agents fiscaux (masharif) de Séville et sa région. Vinrent alors à Cordoue Abu-l-Qasim b. 'Asakir, Abu Bakr al-Murani et Abu Bakr al-Hassar. Ils quittèrent Séville pour Cordoue avec plusieurs secrétaires connus, qui étaient parmi les notabilités (a'yan) de Séville et de sa région. Je faisais moi-même partie du groupe des secrétaires désignés pour cette opération, mais je démissionnai et me retirai, (laissant) effectuer le déplacement à d'autres agents chargés de l'administration du makhzen (amwal al-makhzan) du pays conquis et enlevé aux hypocrites et des dîmes légales (zakawat) et charges fiscales (fara'id).

12(Abu Ishaq) vint à eux à leur arrivée et les logea dans les maisons destinées à leur résidence. Il les combla d'attentions, les éleva et les entoura de considération, les pourvut de vivres et les mit à la tête des fonctions qu’ils devaient exercer. Cordoue prospéra après sa désolation et se remit de sa tristesse dans la révolte et de son désespoir. Les gens et les secrétaires (kuttab) s'en tinrent à cet espoir et eurent à coeur de s'activer à leurs tâches.

13Abu Ishaq donna, comme de coutume, de bons conseils à tous les départements administratifs (makhazin) dans Cordoue et à l'extérieur et dans toutes les régions soumises aux Almohades. Il choisit, pour l'administration de Séville, qui, parmi ses compagnons, lui inspirait le plus de confiance et d'amitié, et ne cessa pas dans son gouvernement de conseiller et de travailler, brillant durant toute sa vie d'une lumière comparable à celle du matin, jusqu'à ce qu'il mourut à Cordoue après ces événements, en l'an 559 (nov. 1163-nov. 1164) d'une maladie de goutte chronique.

14Revenons au récit de l'arrivée des deux sayyid/s à Cordoue : les deux illustres sayyid/s Abu Ya'qub et Abu Sa'id, fils de l'Emir des Croyants (Amir al-Mu'minin) rentrèrent de leur expédition victorieuse le matin du 12 shawwal 557 (26 sept. 1162), en compagnie de feu le shaykh Abu Ya'qub, conformément à l’ordre déjà cité.

15Tous les gens de Cordoue sortirent à leur rencontre, et je fus l’un de ceux qui allèrent recevoir leur bénédiction, avec la délégation des secrétaires de Séville déjà cités, à la porte du pont qui touche à la campagne et par où passe la route de Jaén. Les familles distinguées (a'yan) qui étaient restées à Cordoue après la révolte sortirent avec les Sévillans pour les recevoir avec les badauds (spectateurs) de Cordoue. Le nombre des habitants [il s'agit sans doute des notables] de Cordoue était de 82 hommes, car ils avaient abandonné la ville pendant la révolte pour se réfugier à la campagne, à cause du dépeuplement et de la fuite qui se produisirent dans sa région et sa campagne...

16Les deux sayyid/s et le shaykh Abu Ya'qub s'installèrent (donc) à Cordoue et ordonnèrent de reconstruire ses palais (qusur), de la repeupler et de protéger ses frontières (thugur). Ils amenèrent des maçons, des architectes et des ouvriers pour la reconstruction et remise en état des palais et des maisons de ses quartiers. On édifia et l'on améliora l'état (de la ville). C’est l'architecte Ahmad b. Basuh qui en fut chargé et y répara tout ce qui y était détruit ; les habitants s'y transportèrent dans le plus bref délai ; l'espoir y revint et sa situation s'améliora grandement...

17Les deux sayyid/s illustres favorisèrent les tulba (plur. de talib, docteurs en sciences religieuses) cordouans et confirmèrent leurs noms sur les registres militaires (zimam al-'askariya) pour (le versement) des soldes, recrutèrent des soldats qu'ils firent venir de toutes parts pour qu'ils viennent habiter (à Cordoue). Il firent reparaître la prospérité et la civilisation ('umran) dans ses environs ; la sécurité s'affermit, le pays fut à nouveau habité, et la situation de révolte (fitna) cessa avec le rétablissement dans la ville du triomphe et de la paix.

18Le sayyid illustre Abu Ya'qub resta à Cordoue avec son frère Abu Sa'id depuis son arrivée déjà mentionnée jusqu'au début de muharram de l'année 558 (à partir du 10 déc. 1162). Lui arriva (alors) une heureuse convocation émanant de la capitale (Marrakech) et lui ordonnant de s'y rendre. Il sortit de Cordoue et fit route pour Séville où il arriva le mercredi 10 muharram 558 (19 déc. 1162). N'y étant resté que cinq jours, il parvint à la capitale selon ce que Dieu-qu'il soit exalté !- avait décidé pour que le pouvoir (amr) lui revienne de préférence à un autre, du fait de la destitution de celui qui fut destitué, de l’accord du pouvoir élevé et des Almohades -que Dieu les exalte !-sur sa désignation à l'imamat, et de leur décision de l’élever au califat, comme je l'expliquerai plus loin.

19Le sayyid Abu Sa'id resta à Cordoue comme on le lui avait ordonné, intensifiant son repeuplement, la mettant en bon état et y ranimant l'activité. On édicta des ordres supérieurs pour qu'elle soit habitée, occupée, améliorée et en sécurité, conformément aux dispositions prises dans l'harmonie qui régnait entre les deux frères lorsqu'ils se trouvaient ensemble (à Cordoue), ouvertement et publiquement, du fait de leurs vertus et de la noblesse de leur caractère.

IBN SAHIB AL-SALA, Al-Mann bi'l-Imama, trad. A. HUICI MIRANDA, Valence, Anubar, 1969, pp. 48-51 ; texte arabe dans l'édition 'Abd al-Hadi al-Tazi, Beyrouth, 1964, pp. 203-207.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search