Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[43]. Traite de paix conclu pour dix ans entre l'émir almoravide de Majorque et la république de Gènes (1181)

Texte intégral

1Dans le recueil de traités de paix et de commerce entre Etats musulmans et chrétiens de Méditerranée occidentale au Moyen Age édité par Mas Latrie, sont publiés deux traités entre les émirs almoravides Banu Ghaniya de Majorque et la république de Gênes. Le premier, daté de 1181, est donné dans ses deux versions, latine et arabe (en traduction), le second, de 1188, dans sa version latine, seule conservée. Ce dernier (pp. 113-115 du recueil) contient davantage de renseignements d'ordre commercial, et stipule en particulier l'établissement d'un "fondouk" (fundicum), avec four et moulin, et une église à l'usage des Génois, dans les Etats de l'émir de Majorque. Des traités semblables furent conclus avec les Pisans (voir sur le traité de 1184 MAS LATRIE, pp. 55 et 367-373). On sait qu'antérieurement les villes italiennes avaient conclu des accords analogues avec l'émir de Murcie Ibn Mardanish, mais on n'en a pas conservé les textes. Le premier document, reproduit ci-dessous, se présente comme un traité de non-agression, qui ne concerne que les relations politiques et militaires, mais il est intéressant par sa formulation, la titulature donnée au second émir de Majorque, Abu Ibrahim Ishaq b. Ghaniya (vers 1152-1184), successeur et peut-être assassin de son frère 'Abd Allah, désigné par le titre particulièrement modeste de faqih (juriste). On notera les formules impliquant les deux religions.

2Au nom du Dieu clément et miséricordieux. Que Dieu soit propice à tous les prophètes et leur accorde le salut !

3Traité de pacification, et conventions réciproques arrêtées, avec la bénédiction de Dieu et son assistance, et ratifiées sous les auspices favorables, entre le très-illustre alfaqui Abu Ibrahim Ishaq, fils de Muhammad, fils de 'Ali - que Dieu lui conserve longtemps la puissance et lui accorde de glorieuses victoires !-et l’illustre ambassadeur Rodoan de Moro -que Dieu lui fasse la grâce de faire ce qui est agréable à sa divine majesté- ; ledit ambassadeur stipulant au nom de l'archevêque, des grands et illustres consuls, et des sénateurs et notables de Gênes, investis de l'autorité pour lier et délier, et de tous les autres citoyens de ladite ville, grands et petits-que Dieu, dans sa bonté, perpétue leur gloire !-, et arrivé ici de par eux, à la date des présentes, chargé de leurs pouvoirs et de la traduction qui en a été faite à Gênes. Par lesdites lettres, il appert qu'ils lui ont donné pleins pouvoirs et l'ont constitué leur représentant, à l'effet de stipuler le présent traité...

41. Le très illustre alfaqui Abu Ibrahim Ishaq, fils de Muhammad, fils de 'Ali-que Dieu lui accorde son secours et son assistance ! -promet à l'illustre ambassadeur Rodoan de Moro et à ses commettants susdits... qu'aucun des habitants de ses Etats, de Majorque, Minorque, Ibiza et Fomentera -que Dieu daigne les garder !-, ne portera aucun dommage, soit par terre, soit par mer, au territoire de Gênes, qui s'étend depuis Nice jusqu’à Corvo [près de la Spezzia], et qu'aucun de ses gens, de ceux qui seront sur ses galères et de ses gens de guerre, ne commettra aucune hostilité contre qui que ce soit des habitants des lieux appartenant à ladite république...

52. De son côté aussi, l'illustre ambassadeur susnommé, Rodoan de Moro, au nom de ses commettants susdits... promet qu'aucun d'eux ni de leurs employés et de leurs gens de guerre embarqués sur leurs galères ou d'autres bâtiments, ne fera aucun tort par terre ni par mer, en quelque manière que ce soit, aux quatre îles de Majorque, Minorque, Ibiza et Fomentera, ni à leurs habitants, et que lesdits habitants n'éprouveront de leur part aucune violence ou dommage.

6Les deux parties contractantes ont promis d'exécuter les susdites conventions avec une égale et parfaite réciprocité dans leurs Etats respectifs, conformément aux stipulations du présent traité...

74. Il a été pareillement convenu, et le susdit ambassadeur Rodoan de Moro -que Dieu lui accorde les moyens de faire ce qui est agréable à sa divine volonté !- a consenti à ladite clause, tant pour lui que pour ses commettants, que si quelqu'un des habitants des Etats de Gênes, s'étant embarqué sur un bâtiment des nations ennemies des quatre îles-que Dieu les garde-et qui sont en état de guerre avec elles, vient à être pris, les habitants desdites îles agiront envers lui comme envers leurs ennemis.

85. De son côté, le très illustre alfaqui Abu Ibrahim, fils de Muhammad... leur promet que, dans le cas où un de leurs vaisseaux viendrait à périr dans les eaux de l'une des quatre îles, personne ne s'appropriera rien de ce que la mer jetterait sur le rivage ; s'ils veulent louer des hommes pour retirer ce qui se trouvera dans la mer, ils en auront toute liberté.

9Le très illustre alfaqui Abu Ibrahim... et l'illustre ambassadeur Rodoan de Moro... ont fixé à cette trève et à ces conventions stipulées entre eux et présentement ratifiées, le terne de dix années consécutives, à commencer à l'époque des présentes, savoir : du mois de Safar, correspondant au mois de Juin de l'année 577, pour que cela soit le fondement d'une union et le lien d'une alliance entre les deux parties.

10Le très illustre alfaqui... ainsi que l'ambassadeur Rodoan de Moro... se sont garanti réciproquement, en se frappant dans la main et en jurant au nom de Dieu, l'observation fidèle du présent traité et l'exécution la plus scrupuleuse desdites conventions... Ils ont pris à témoin Dieu, le meilleur des témoins, sur tout le contenu du présent écrit, et se sont garanti réciproquement, par les engagements regardés dans toute croyance et toute religion comme les plus forts et les plus obligatoires, que les stipulations de la présente pacification sont faites de bonne foi... C'est Dieu qui est le juge de ce que nous disons, il est témoin de tout ce que dessus et le garant de notre fidélité à exécuter le tout de la manière la plus convenable. Louanges soient rendues à Dieu, le maître des mondes ! Le présent écrit a été fait double.

11Toutes choses dépendent de l'ordre de Dieu ; qu'il soit exalté et honoré ! [cette dernière invocation, écrite en gros caractères entrelacés, forme le "seing" ou signature de l'émir de Majorque].

Traduction par S. de Sacy de l'original arabe conservé aux Archives de Turin, publiée dans ; MAS LATRIE, Traités de paix et de commerce... avec les Arabes de l'Afrique septentrionale au Moyen Age, Paris, 1866, pp. 109-113.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search