Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Cinquième partie. Le fragile apogée du xiie siècle : contradictions politico-idéologiques et puissance apparente de l'empire almohade

[42]. Les impôts illégaux et la monnaie dans l'Etat levantin de l'émir de Murcie Ibn Mardanish (1147-1172)

Texte intégral

1L'un des épisodes les moins bien connus de l'histoire andalouse du XIIe siècle est celui de la domination politique de la partie orientale de l'Espagne musulmane par un chef militaire qui réussit, à la faveur de la crise post-almoravide des années 1145-1147, à établir son pouvoir sur les villes de la côte méditerranéenne, principalement Valence et Murcie, dont il fait sa capitale (les Banu Mardanish exerçaient antérieurement des fonctions de gouvernement local dans la zone de marche militaire de Fraga-Lérida : voir supra 36 et 41). L'émirat de ce Muhammad b. Sa'd b. Mardanish dure de 1147 à 1172. On ne sait presque rien de son histoire intérieure, car aucune chronique à son sujet ne nous a été conservée s'il en a existé. Il est permis de penser que ce pouvoir local s'appuya, au moins pendant ses premières années, sur une opinion andalouse fidèle au sunnisme malikite, et globalement méfiante à l'égard du pouvoir almohade hétérodoxe qui réussissait progressivement à étendre son autorité aux régions orientales et centrales. Pendant une première période, d'ailleurs, ce régime d’Ibn Mardanish est protégé du contact direct avec les Almohades par des sortes d'" Etats tampon", comme le pouvoir "fossile" des Almoravides de Grenade, qui parvient à se maintenir jusqu'en 1155.

2Lorsque la menace almohade se fit plus précise, Ibn Mardanish semble avoir cherché à se maintenir au pouvoir en prenant l'offensive. A partir de 1159-1160, lui-même et son beau-père, Ibn Hamushk, qui s'est taillé une sorte de fief personnel à Segura et dans la sierra qui dépend de cette ville, se lancent dans des raids audacieux en Andalousie. La première ville conquise est Jaén, qu'Ibn Hamushk annexe à ses possessions et qui est ensuite gouvernée et défendue pour son compte par Abu Dja'far al-Waqqashi, le fils du célèbre cadi de Talavera qui négocie avec le Cid la reddition de Valence en 1094 (supra 23* et 29*). Les deux chefs Andalous réussissent à s'emparer temporairement de plusieurs villes d'Andalousie, réoccupées non sans peine par les Almohades, qui attaquent ensuite les territoires d'Ibn Mardanish et d’Ibn Hamushk. Ce dernier finit par se soumettre en 1169, alors qu'Ibn Mardanish résiste jusqu'à sa mort en 1172, après quoi ses fils acceptent de reconnaître l'autorité almohade.

3On sait qu'Ibn Mardanish entretient de bons rapports avec les souverains chrétiens du nord ; les chroniqueurs chrétiens l'appellent le "roi Lope", et font son éloge. Il s'accommode semble-t-il facilement de la conquête d’Almería par les Castillans et de celle de Tortosa et Lérida par les Catalans (11*), et recrute ensuite de nombreux soldats chez les chrétiens, avec lesquels il mène la lutte contre les Almohades. L'entretien de ces troupes de mercenaires dut l'obliger à lever des impôts particulièrement lourds, qui le rendirent très impopulaire ; les sources arabes, toutes postérieures et pro-almohades, ont construit autour de lui une sorte de "légende noire", qui le dépeint comme le type même du "mauvais souverain", adonné à tous les vices, impie et vendu aux chrétiens, et auteur de multiples actes de cruauté (il fait par exemple noyer dans l'Albufera de Valence les deux fils qu'il a eus de la fille d'Ibn Hamushk, lorsque celui-ci se soumet aux Almohades, arracher les yeux à des rebelles, etc..). On a conservé une très grande quantité de belles monnaies d'or frappées à son nom à Murcie et à Valence, qui présentent des légendes particulièrement originales, affirmant l'unité de la communauté musulmane (l'émir y est dit "se cramponner au cable de Dieu") et témoignant du rattachement de principe du pouvoir d'Ibn Mardanish au califat abbasside de Bagdad, ce qui ne se trouve pas antérieurement de façon aussi nette dans la numismatique andalouse, et correspond certainement à une revendication de légitimité sunnite face à la menace almohade. Le texte qui suit, extrait de l'Ihata, volumineux dictionnaire de personnages relatifs à l'histoire de Grenade du grand lettré et vizir grenadin du XIVe siècle Ibn al-Khatib, a été récemment traduit par M. de Epalza et Ma J. Rubiera. Il dénonce, dans une anecdote où il est difficile de démêler le fond de vérité de l'invention démonstrative, l'accumulation des impôts illégaux qui pesaient sur les sujets d'Ibn Mardanish dans la seconde partie de son règne.

A. Les tribulation fiscales d’un sujet d’Ibn Mardanish

4Un historien digne de foi m'a raconté qu'il se trouvait à Jaén avec le vizir Abu Dja'far al-Waqqashi, lorsqu'arriva un habitant de Murcie que le vizir connaissait et qu'il interrogea sur la situation d'Ibn Mardanish et sur sa conduite. L’homme répondit : "Je vais t'informer de l’oppression et de l'injustice des ses gouverneurs (ou fonctionnaires : 'ummal)", et conta l’histoire suivante :

5"Un sujet (ra'iya) d'Ibn Mardanish, qui était de Játiva et s'appelait Muhammad b. 'Abd al-Rahman, possédait dans les environs de cette ville une petite exploitation (duway'a) dont il vivait, mais dont les impôts (lazim) dépassaient les revenus ; il les paya jusqu'à tomber dans la pauvreté, et s'enfuit à Murcie alors qu'Ibn Mardanish avait ordonné de confisquer pour le trésor (makhzan) les biens des sujets qui fuiraient devant l'ennemi [peu clair ; Epalza-Rubiera suggèrent que le non paiement de l’impôt, servant à payer les troupes, est assimilé à une désertion ?]. L'homme de Játiva racontait :

6"Lorsque je suis arrivé à Murcie, ayant fui ma patrie, je me suis employé dans la construction, et je suis arrivé à rassembler deux mithqals sa'adiens [sans doute des pièces d'or frappées à Murcie et Valence, où figure le nom de Muhammad b. Sa'd b. Mardanish]. Un jour, en passant par le souk, je rencontrai des gens de Játiva qui étaient de mes parents et leur demandai des nouvelles de mes fils et de ma femme ; ils me dirent qu'ils allaient bien, ce qui me remplit de joie ; je m'enquis aussi de ma petite exploitation, et ils me dirent qu'elle était en possession de mes fils, ce que je les invitai à célébrer la nuit même dans ma maison. J'achetai de la viande et des boissons, et nous passâmes la nuit à jouer du tambourin. Le matin, on frappa avec force à la porte. Je demandai qui c'était, et l'on me répondit : "Je suis le receveur chargé de la qabala des fêtes : tu dois payer car hier vous avez joué du tambourin ; donne-moi la taxe des noces que vous avez célébrées". Je lui dis que nous n'avions célébré aucune noce, mais il ne me crut pas et m'emmena en prison, d'où il ne me libéra que lorsque je lui eus donné l'un des mithqals que j'avais gagnés.

7"De retour chez moi, on me dit qu'Un Tel de Játiva venait d'arriver ; je m'en allai lui demander des nouvelles de mes fils, et il me dit qu'il les avait laissés en prison, qu'on leur avait pris ma petite exploitation (pour l'affecter) au registre fiscal [le texte porte rasm al-djabâlî, traduit hypothétiquement par Epalza-Rubiera : "registre des terres de montagne", qui n'a guère de sens ; ne peut-il pas s'agir d’une erreur d'écriture d'un mot en rapport avec les impôts, djibâya ?]. Je revins chez moi avec mes parents, et leur racontai ce qui s’était passé. Nous passâmes ensemble la nuit à pleurer, et le matin suivant, on frappa à la porte. Je sortis pour (m'entendre) dire : "Je suis l'agent chargé des (taxes sur les) héritages ; nous avons été informé que vous aviez passé la nuit à pleurer, que vous aviez donc perdu quelqu'un de vos proches et allez hériter de tout ce qu’il a laissé". Je lui dis : "Par Dieu, je ne pleure que sur moi-même” ; mais il ne me crut pas et m'emmena en prison ; je lui remis le second mithqal et revins chez moi.

8"Ensuite, je me dirigeai vers la porte du Pont, pour laver mes vêtements salis par la prison. Je traversai le fleuve et les donnai à une femme qui lavait les vêtements, après les avoir quittés. Elle me donna une cape rustique (zunnar) pour que je m'en revête. Mais alors que je me trouvais dans cette situation, voilà que passe l'eunuque du qa'id (officier en charge d'une forteresse) d'Ibn Mardanish, qui menait soixante montagnards, vêtus de zunnar/s ; me voyant habillé de la même façon qu'eux, il ordonna de m’emmener à la corvée (sukhra) et au service au château de Monteagudo ( ?) [lecture de hisn masqut, "château détruit", supposé erroné, proposée par Epalza-Rubiera] pendant dix jours ; je restai les dix jours ; je pleurai et me plaignis au qa'id jusqu'à ce qu'il ait pitié de moi et me libére.

9Je revins en direction de Murcie, et à la porte de la ville on me demanda mon nom. Je répondis : "Muhammad b. 'Abd al-Rahman de Játiva". Le garde (shurti) se saisit de moi et m'emmena au receveur d'impôts (qabid) de la Porte du Pont. Ils dirent : "Celui-ci est l'un de ceux que j'ai inscrits comme propriétaires de tels joyaux pour tant et tant de dinars". Je lui dis : "Par Dieu ! Je ne suis qu'un homme de Játiva. Mon nom doit coïncider avec celui (de cet homme), et je lui racontai ce qui m'était arrivé ; tout en riant de moi, il eut pitié et ordonna de me relâcher, et je suis venu ensuite jusqu'ici"

D'après la traduction donnée dans M. de EPALZA et M. J. RUBIERA, "La sofra (sujra) en el Sharq al-Andalus antes de la conquista catalano-aragonesa", Sharq al-Andalus (Alicante), 3, 1986, pp. 33-37 ; (texte arabe dans IBN ALΚΗΑΊΊΒ, Ihata fi akhbar Gharnata, éd. M. A. 'Inan, II, Le Caire, 1974, pp. 124-126).

B. Un dinar d'Ibn Mardanish

10Face I :

  • Légende centrale : "Il n'y a de divinité qu'Allah ; Muhammad est l'envoyé d'Allah/Se cramponne au cable de Dieu, l'émir Abu 'Abd Allah Muhammad b. Sa'd, que Dieu l'aide” [Coran, II, 103, trad. Hamidullah].
  • Légende marginale : "Au nom de Dieu : quiconque recherche une religion autre que l'Islam, (cela) ne sera pas accepté de lui et il sera, dans la (vie) dernière, parmi les Perdants" [Coran, ΠΙ, 85 ; c'est la légende habituelle des monnaies almoravides].

11Face II :

  • Légende centrale : "L'Imam Abu 'Abd Allah Muhammad al-Muqtafi li amri-Llah, Emir des Croyants, l'Abbasside" [al-Muqtafi, calife de Bagdad de 1136 à 1160].
  • Légende marginale : "Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux ; ce dinar a été frappé à Murcie en l'an 553" [L'année 355 commence en février 1158 et finit en janvier 1159].

F. CODERA, Tratado de numismática arábigo-española, Madrid,1879, pp. 211-212, et JJ. RODRIGUEZ LORENTE, Numismática de la Murcia musulmana, Madrid, 1984, pp. 60-61.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search