Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[40]. Ibn Quzman et le problème de la poésie populaire au xiie siècle

Texte intégral

1L'extrait en prose ci-dessous est tiré d'un chapitre du Mughrib d'Ibn Sa'id, Tune des grandes anthologies historico-littéraires qui constituent un ensemble de sources important pour l'histoire andalouse. Ibn Sa'id appartenait à une puissante famille connue depuis le XIe siècle, et ayant exercé une prépondérance qui semble avoir été quasi "seigneuriale" sur la ville et la région d'Alcalá la Real, dans l'actuelle province de Jaén, que Ton appelait à l'époque Qal’a Bani Sa'id, "le château des Banu Sa'id". L'"auteur" de ce livre, qui vit au XIIIe siècle (m. 1284), n'a fait en réalité que mettre la dernière main à un ouvrage qui avait été commandé par son grand-père à un lettré du nom d'al-Hidjari, et continué par son père. L'ouvrage intègre, comme on le voit dans le passage qui suit, des éléments empruntés à des anthologies antérieures du même genre : les Qala'id al-'iqyan d'al-Fath b. Khaqan (m. 1137) et la Dhakhira d'Ibn Bassam (m. 1148). Les notices présentées concernent une famille, sans doute d'origine indigène (vu son gentilice de "Guzman"), dont le premier représentant cité (m. en 1114) a vécu sous les taifas, et été katib du souverain de Badajoz, alors que le second, son neveu, est le célèbre poète "populaire" Ibn Quzman (après 1086-1160), qui vit à l'époque almoravide et au début de l’époque almohade.

2Avec la poésie et le personnage d'Ibn Quzman, on touche à l'un des problèmes les plus passionnément discutés de l'histoire littéraire de l'Espagne musulmane, celui de la nature profonde et des conditions d'apparition de nouvelles formes poétiques parallèlement à la qasida traditionnelle. Cette dernière obéissait à des règles rigides qui ne lui permettaient pas d'évoluer (22). Mais à côté d'elle se développent de nouvelles formes de poésies strophiques, composées de vers plus courts et dont la métrique est très différente de celle de la qasida. La plus ancienne est la muwashshaha, qui serait apparue vers la fin du IXe siècle en al-Andalus, et dont un certain nombre (minoritaire par rapport à l'ensemble des exemplaires connus) comportent une strophe finale ou khardja rédigée en langue vulgaire (romane), alors que les strophes précédentes sont en arabe classique (ou en hébreu, la poésie judéo-andalouse connaissant la même évolution). C'est surtout cette muwashshaha qui a fait couler des flots d'encre, et suscité d'interminables polémiques sur le rôle qu'a pu jouer dans son apparition une poésie antérieure de tradition indigène qui aurait fourni non seulement les vers finaux, mais aussi le modèle strophique et une métrique nouvelle que la poésie arabe traditionnelle ignorait.

3Plus tardivement, mais toujours en al-Andalus, vers le début du XIIe siècle selon certains auteurs, on voit apparaître assez brusquement le zadjal, également strophique, mais rédigé, lui, en arabe vulgaire, c'est à dire dans le "dialecte" andalou d'usage courant, et non dans la langue classique des lettrés qui était encore celle du "corps" de la muwashshaha. Le plus grand "zadjaliste" andalou, et en fait le premier véritablement connu (bien qu'il semble faire lui-même allusion à des oeuvres du même genre plus anciennes), est Ibn Quzman "al-Asghar", personnage qui, bien qu'appartenant à une famille ayant fait partie du milieu aristocratique cordouan (mais peut-être en difficulté à son époque), semble avoir mené la vie d'un poète à la recherche d'amours (masculines aussi bien que féminines), de fêtes et de beuveries, et surtout de mécènes disposés à payer ses panégyriques intéressés. Le second poème proposé ci dessous (en B) fut par exemple composé à l'occasion du voyage à la cour de Marrakech d'un membre de l’influente famille de juristes des Banu Hamdin, qui disputait la fonction de cadi de Cordoue à celle des Banu Rushd, et fait l'éloge à la fois d'Ibn Hamdin et du souverain almoravide.

4L'aspect "picaresque" de la poésie d'ibn Quzman et le caractère "populaire" de la langue qu'il utilise l'ont fait interpréter par beaucoup d'auteurs comme le représentant par excellence de l'esprit "hispanique", " l'incarnation de l'un des archétypes de l'homo hispanus", l'autre étant Ibn Hazm (SANCHEZ ALBORNOZ), "une protestation contre la tyrannie spirituelle des Almoravides" (H. TERRASSE) ; un représentant, en somme, d'une identité andalouse attachée à ses racines indigènes et hispaniques, regimbant contre la tutelle africaine imposée à l'Espagne musulmane, et créant un nouveau mode d'expression conforme au génie indigène et en rupture avec la tradition orientale "étrangère" et artificielle. On notera qu'il s'agit là d'une interprétation inspirée par l'idéologie " traditionnaliste" dominante dans tout un secteur de l’historiographie andalouse (voir sur ce point l'introduction à mes Structures sociales "orientales" et "occidentales" dans l'Espagne musulmane,), qu'il ne convient pas d'accepter sans précautions, même s'il s'est agi longtemps d'une sorte de version "officielle", présentée en particulier par le maître des études " quzmaniennes", le grand arabisant Emilio GARCIA GOMEZ qui a admirablement traduit le diwan des poésies de cet auteur.

5Aussi bien l'interprétation que l'on peut donner du personnage d'Ibn Quzman que la façon d'envisager l'évolution de la poésie arabe en al-Andalus sont très différentes chez des auteurs plus récents comme V. CANTARINO ou F. CORRIENTE (voir par exemple l'introduction de ce dernier à sa traduction du Cancionero ârabe d'Ibn Quzman). On peut extraire de cette introduction le jugement suivant, relatif à la langue populaire des poèmes d'Ibn Quzman : "Le Cancionero d'Ibn Quzman, présenté par certains comme une preuve de la longue permanence du bilinguisme généralisé (en al-Andalus), nous paraît, d'un point de vue plus impartial, indiquer plutôt qu'à cette époque le souvenir et la compréhension de quelques phrases et termes mozarabes (ne) se maintenaient encore (que) comme une sorte de touche de grâce folklorique, dans quelques secteurs de la population andalouse, commme c’est encore le cas aujourd'hui chez nous de certains latinismes, ou chez les Marocains arabophones de quelques mots berbères" (p. 20). Corriente, qui est l'un des meilleurs arabisants espagnols actuels, n'accepte pas la théorie de l'origine indigène de la poésie strophique arabe, et en particulier du zadjal (diffusé dans tout le monde arabe), et minimise la rupture entre la poésie classique traditionnelle et les nouvelles formes "populaires", dont nous ne saisissons que l'émergence au moment où elles commencent à être acceptée par la littérature "culte", et non pas les véritables origines.

A. La famille des Bani Quzman d'après Ibn Sa'id

6La famille des Banu Quzman :

7Al-Hidjari a fait l'éloge de cette famille (bayt), parmi les familles de Cordoue, et indiqué que ses membres n'ont pas cessé d'être des vizirs, des savants ou des chefs.

8Abu Bakr Muhammad al-Akbar ("l’Aîné") b. 'Abd al-Malik b. 'Isa b. Quzman al-Qurtubi :

9Ibn Bassani déclare qu’al-Mutawakkil, prince (sahib) de Badajoz, fut le premier à l’employer comme secrétaire (katib). Il a fait la louange de sa famille et de sa propre personne. Il cite de lui textuellement une longue épître sans aucun profit, et des vers qu'il est préférable de laisser de côté au lieu de les reproduire. L'auteur des Qala'id (Ibn Khaqan) a fait son éloge en disant que la fin de sa vie fut embrumée par des soucis, que le cadi Ibn Hamdin se conduisit mal à son égard, et que le naturel de cet Ibn Quzman était difficile : il eut à souffrir de son mauvais caractère, qui fut la cause de sa longue disgrâce. Ibn Khaqan ne cite de lui que ces vers :

10"Ils ont monté des chevaux impétueux comme des torrents et ils ont fixé à l'extrémité de leurs lances des fers aussi brillants que de limpides pierreries.

11Ils ont dominé les bas-fonds dans le tumulte de leur avance, au moyen de leurs armes, demeurées pourtant sur leurs épaules".

12Abu Bakr Muhammad b. 'Isa b. 'Abd al-Malik b. 'Isa b. Quzman al-Asghar ("le plus jeune") :

13L'imam des zadjalistes d'al-Andalus. On citera dans les ahdab des spécimens de son admirable production, qui fourniront le témoignage de sa prééminence dans ce genre. Al-Hidjari a déclaré qu'au début de sa carrière littéraire, ce personnage s'occupait à versifier en langue flexionnelle, mais il se rendit compte qu'il n'arriverait pas à égaler les poètes d'élite de son temps, tels Ibn Khafadja et d'autres. Il se tourna alors vers un genre dans lequel personne ne pourrait se mêler à lui. C'est ainsi qu'il devint l'imam des poètes de zadjal/s composés dans la langue vulgaire d'al-Andalus.

14Parmi ces vers composés suivant le mode de la langue flexionnelle, citons ceux-ci, qu'il récita alors qu'ayant dansé dans un salon où l'on buvait, il éteignit en agitant ses manches le flambeau qui éclairait la réunion :

15"O vous qui êtes dans ce salon éminent par l’élite qui s'y trouve rassemblée, je n'ai point vacillé ; c'est seulement le vin qui m'a fait vaciller.

16Si j'ai éteint le flambeau qui éclaire votre salle, chacun de ceux que cette salle abrite n'est-il pas lui-même un flambeau éclairant ?"

17Et ceux-ci, sur Yahya b. Ghaniya l'Almoravide, sultan d'al-Andalus :

18"Par Allah, quel admirable spectacle que Yahya quand il tient sous son bras, pour en frapper ses ennemis, un faisceau de lances blanches et noires, qui est aussi comme un serpent à la piqure mortelle ;

19Quand la colère jaillit en lui comme la flamme du briquet, quand il noircit alors l'éclat laiteux de son sabre tranchant du sang de ses victimes,

20Il a une attitude au combat telle que son tourbillon transforme le ciel en eau bienfaisante pour la terre ; or, terre et ciel forment tous deux les éléments d'un bon horoscope."

Passage du Mughrib fi hula-l-Maghrib, d'IBN SA'ID, d'après la traduction Evariste LEVI-PROVENCAL, "Du nouveau sur Ibn Quzman", Al-Andalus, 9, 1944, pp. 364-366.

B. Deux fragments de zadjal/s

21"Petite bouche, douce salive,
Ciel garanti pour qui la baise

22Pourquoi, trop sûr de lui, m'a-t-il abandonné ?
Pourquoi veut-il briser mon coeur ?
Humilié je suis, mes seigneurs, tant
M'ont humilié sa bouche et ses yeux

23Mon ami, mon aimé, n'est qu'un (être) humain
Mais à sa vue ma couleur change.
Tout ce qu'il veut il l'a de moi :
S'il veut mes yeux je les arrache.

24"Si la Péninsule est encore peuplée,
C'est grâce à Dieu et à l'astre des Lamtuna
(A lui) longue vie, sans peine ni fatigue
Dans un bonheur que rien ne trouble.
Cest un Etat doré que par sa gloire il a construit,
Et contre des richesses acheté des éloges.
Al-Andalus t'aime et moi aussi,
Et je ne crois pas que tu trompes les espérances.

25Mais celui qui t’aime plus et plus encore,
Beaucoup plus que n'importe qui,
C'est Ibn Hamdin, doux comme le miel,
Noble s'il en fut et de noble ascendance...

D’après la traduction Federico CORRIENTE du Cancionero hispanoárabe d'IBN QUZMAN, Madrid, Editora Nacional, 1984, extraits des poèmes 36 (strophes 0, 1, 2), et 38 (strophes 16, 18, 19).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search