Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[39]. Lettre d’un commerçant juif d'Almería (1138)

Texte intégral

1L'importance des documents juifs de la Geniza du Caire, papiers de toute sorte datés des Xe-XIIe siècles, entassés à cette époque dans une annexe (sorte de débarras), ultérieurement murée, d'une synagogue et découverts au XIXe siècle, est considérable. Ce fonds, dispersé actuellement entre divers musées et bibliothèques d'Europe et des Etats-Unis, comprend entre autres de nombreuses lettres de marchands appartenant aux communautés juives du monde méditerranéen de l'époque, et entretenant en particulier des relations avec l'Occident musulman, Ifriqiya, Sicile, Maghreb central et occidental et al-Andalus. L'exploitation de ces textes, rédigés en hébreu, en arabe, en arabe transcrit en caractères hébraïques, nécessite des connaissances paléographiques et linguistiques peu communes. C'est au grand historien S. D. GOITEIN, dans les quatre volumes de sa monumentale Mediterranean Society et dans de nombreux articles, que l'on doit surtout l'étude de ces documents, qui éclairent d'un jour très neuf non seulement la société et l'économie de l'Egypte fatimide, mais bien plus largement celles d'une grande partie du monde musulman de l'époque, en particulier dans ses zones méditerranéennes.

2Cette lettre, écrite à l'époque almoravide par un marchand juif résidant à ce moment en al-Andalus à son coreligionnaire et collègue, l'oriental, Abu Sa'id Halfon b. Nethanel, alors à Tlemcen, est intéressante à plusieurs titres. Elle évoque l'activité commerciale du grand port d'Almería. Deux des principales productions qui y étaient négociées étaient la soie, dans ses diverses qualités, et le cuivre brut ou travaillé (37), mais on y trouvait aussi évidemment des épices et produits végétaux de toute sorte importés d'Orient. C'est le seul port andalou apparaissant dans les documents de la Geniza comme ayant entretenu des relations directes et régulières avec Alexandrie. Les prix sont exprimés en mithqals, c'est à dire en dinars d'or, dont on constate qu'ils peuvent être soit de l'ancienne monnaie hammudide (les souverains à prétentions califales ayant régné à Ceuta et Málaga de la chute du califat de Cordoue aux années 1057-1058), soit de la monnaie almoravide.

3Les deux correspondants appartiennent à l'élite de la société juive méditerranéenne de leur temps ; ce sont non seulement de riches commerçants, mais aussi des lettrés, qui sont en rapport avec les intellectuels juifs les plus éminents de l'époque, comme le grand philosophe, savant et poète judéo-andalou Judah ha-Lévi (vers 1080-1143), mentionné dans la lettre comme devant recevoir une somme de 150 mithqals, somme importante (selon Goitein elle permettait à une famille d'aisance moyenne de vivre pendant six ans), qui correspond sans doute au montant d'un investissement commercial réalisé dans le cadre d'une association avec le grand marchand qu'était Halfon b. Nethanel (il apparaît à plusieurs reprises dans la documentation de la Geniza). On sait cependant que les relations entre ces personnages étaient également littéraires, car aussi bien le dernier cité que l'auteur même de la lettre, Isaac b. Baruch, sont connus comme dédicataires de poèmes composés par Judah ha-Lévi.

4Goitein signale que le préambule ampoulé de la lettre, en prose rimée, est caractéristique du raffinement littéraire de la culture andalouse (judéo-andalouse en l'occurrence).

5On connaît par ailleurs l'importance de l'élément juif dans l'Espagne musulmane. Particulièrement significatif à cet égard est le rôle prépondérant joué dans les années 1050-1065 environ à Grenade, sous l'émir Badis (1038-1073), par les vizirs juifs Samuel (ou Isma'il) b. Nagrela, puis son fils Yusuf, ce dernier étant finalement tué dans une émeute anti-juive suscitée par ses ennemis (on peut lire en français : Roger ARNALDEZ, "Controverse d'Ibn Hazm contre Ibn Nagrila le Juif, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 13-14, 1973, pp. 41-48).

6Mon très élevé maître et mon très haut soutien, mon plus sûr recours, ressource très abondante et aide très généreuse, et le meilleur présent que m'ait fait le destin, puisse Dieu le très haut prolonger votre vie et combler vos espérances. C'est la considération que j’ai pour votre valeur et mon admiration pour votre grandeur qui me dictent ces lignes. Puisse Dieu vous protéger et oter de votre chemin tous les obstacles.

7J'ai reçu votre lettre estimée, apportée par Abu Jacob b. al-Naghira, mon maître et votre admirateur-que Dieu le garde-dans laquelle vous me demandez de vous payer 20 1/2 mithqals. J'exécuterai vos instructions.

8J'écris cette lettre le dimanche, dernier jour de Tammuz. Il y a quatre jours, j'ai reçu de Tlemcen, avec Abu Jacob b. al-Minna... -puisse Dieu le garder et le consoler-[100] 1/2 et 1/3 de mithqals pour le cuivre poli. Vous dites dans votre lettre que je devrais envoyer 150 mithqals sur la somme reçue de Tlemcen ; mais 100 seulement sont arrivés. Quoi qu'il en soit, j'exécuterai vos ordres, et contribuerai moi même à cette somme pour l'envoyer à R. Judah b. Ghiyath, mon plus haut soutien-que Dieu le garde-qui l'expédiera à R. Judah, le Lévi, mon plus haut soutien-puisse sa situation honorée être permanente.

9Je vous ai déjà fait savoir que j'ai reçu les 100 mithqals que vous avez envoyés de Fès, avec ordre d'acheter de la soie pour un prix raisonnable. J’en ai donc acheté pour 50 mithqals ; mais lorsque, à l'approche de l'époque où les navires prennent la mer, il m'est apparu que vous passeriez le reste de l'été en Espagne [au lieu de retourner directement du Maghreb en Egypte], j’ai renoncé à poursuivre les achats : je n'ai pas acheté et j'ai laissé l'argent. Mais entre le moment où j'ai acheté et aujourd'hui, le mithqal a perdu une part de sa valeur et les marchandises sont maintenant plus chères, à savoir ;

10• Soie khazadj apprêtée (peeled) [de qualité inférieure] ? mithqals.

11 [Khazadj] de première classe 5 ; 6 le meilleur ; aujourd'hui à 4

12• [Soie] très grossière 3-2 1/2

13• Soie khazz [de qualité supérieure] 9 1/2-9

14Quant à l'argent à verser pour la soie, on peut payer seulement le tiers (du prix) dans la monnaie actuelle ; la différence entre le mithqal courant et le mithqal hammudide est d'un thumani (1/8).

15• Bon cuivre poli (burnished) 8

16• Cuivre fondu (cast) 7

17• Bonne cire de Fès 8 1/2 pour 100 livres

18• Poivre 27-25 pour 100 livres

19(trois lignes abîmées)

20Les 20 1/2 mithqals seront payés par moi à Abu Jacob sur l'excédent qui me restera. Avec le revenu des épices j'achèterai de la soie khazaj pure, ainsi que vous l'avez ordonné, si Dieu le veut...

21Je dois vous informer qu’un temps a été fixé (=le prix du marché annoncé) pour la vente du myrobolan. J’en ai vendu une demi-livre pour 1/2 mithqal ; puis j'ai vu que vous aviez fixé son prix à 1 1/2 mithqal la livre, et j'ai renoncé à en vendre davantage que cette demi-livre. Le turpeth (sorte d'émétique) vaut aujourd'hui 1 mithqal les 2 livres.

22Un jour après l'achèvement de cette lettre, il est arrivé d'Alexandrie un navire en route depuis 65 jours. Des marchands musulmans qui avaient voyagé à son bord ont dit qu'ils avaient laissé derrière eux deux navires prêts à appareiller pour Almería. Mais ils n'ont pas vu les navires venant d'Espagne, et n'ont pas d'informations à leur sujet. Ma meilleure et plus affectueuse considération à mon plus haut soutien ; que la miséricorde de Dieu soit sur lui. J'ai versé à Abu Jacob les 20 1/2 mithqals comme vous l'avez ordonné. Salut ("Paix").

23De l'admirateur de son mérite-que Dieu l'exalte-Isaac, fils de Baruch, qu'il repose en paix,

24A l'illustre marchand, le noble et généreux ancien Abu Sa'id ha-Lévi, fils de Nethanel ha-Lévi, que son âme reste attachée au ballot de la vie.

S.D. GOITEIN, Letters of Medieval Jewish Traders, translated from the arabic with introduction and notes by-, Princeton University Press, 1973, pp. 259-263 (d’après la traduction anglaise).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search