Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[38]. Inscriptions arabo-musulmanes d’Almeria (première moitié du xiie siècle)

Texte intégral

1Les inscriptions arabes retrouvées dans la péninsule et répertoriées ne sont pas très nombreuses, bien qu'elles aient attiré l'attention des collectionneurs et des érudits dès le milieu du XIXe siècle. En 1931, E. LEVI-PROVENCAL publiait celles qui étaient alors connues dans ses Inscriptions arabes d'Espagne. L'ensemble le plus important est celui d'Almería, ville où l’on utilisait, à l'époque musulmane, des stèles funéraires en marbre provenant des carrières de Macael, dans la proche Sierra de los Filabres, et où bon nombre des inscriptions de ce genre retrouvées au siècle dernier au hasard de travaux d'urbanisme ont été conservées car elles intéressaient particulièrement les collectionneurs du fait de la bonne qualité du matériau dans lequel elles avaient été réalisées. Conservées actuellement dans diverses collections espagnoles et dans celle de l'Hispanic Society of America, elles ont fait l'objet en 1964 d'une publication d'ensemble de l'épi graphiste M. OCANA JIMENEZ, qui en a rassemblé quelque 120 dans son Repertorio de inscripciones árabes de Almería.

2On propose ci-dessous quelques exemples de ces inscriptions, datées de la première moitié du XIIe siècle, époque où la prospérité de la ville, sous le gouvernement almoravide, semble avoir atteint son apogée. Le n °33 correspond à une fondation pieuse (constitution de biens de mainmorte pour l'entretien d'un cimetière et d'une mosquée) par un habitant d'Almeria, avec l'autorisation du cadi de la ville Abu 'Abd allah Muhammad b. Yahya b. 'Abd Allah b. Zakariyya', appelé aussi " Ibn al-Farra" qui nous est connu par les sources écrites et dont on sait qu'il mourut martyr en combattant les chrétiens lors de la célébre défaite musulmane de Cutanda, dans la Marche supérieure, où une importante armée almoravide dirigée par le gouverneur de Séville Ibn Ta'ayasht, frère du souverain 'Ali b. Yusuf, fut écrasée par le roi d'Aragon Alphonse le Batailleur en juin 1120.

3Toutes les autres inscriptions sont funéraires, et répètent les mêmes formules, principalement coraniques, insistant sur la foi en l'unicité de Dieu, en la mission prophétique de Mahomet, et sur l'espérance de salut. Il est intéressant de relever la qualité des défunts : personnages revendiquant des nisbas ou ethniques tribaux (al-Azdi) ou dénotant une origine géographique plus ou moins proche (d'Adra, dans les dépendances d'Almeria, de Játiva ou d'Alexandrie), marchands, femme de l'ancienne famille princière des Banu Sumadih.

4no 32 : Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux ; qu'Allah bénisse notre seigneur Muhammad et les siens. La mort est la fin des êtres créés, et c'est vers elle que vont toutes les créatures. Louange à Allah seigneur des Mondes [Coran, XXXV, 5]. Cette tombe est celle de Muhammad b. Ahmad b. Khurtum al-Azdi. Il est mort-que la miséricorde de Dieu soit sur lui !-dans la journée du jeudi, quatre nuits écoulées de Djumada I de l'an 510 (jeudi 14 septembre 1116), témoignant en ce qui concerne Allah de ce qu'il témoigne de Lui-même et de ce que témoignent de Lui Ses anges et Ses créatures dotées de science, qu’il est Dieu, non sujet au sommeil ni affecté par les imaginations, ni... et que Muhammad -qu’Allah le bénisse et le sauve !- est Son prophète, qu'il a choisi, pour la mission, de la plus noble origine, et il l'a envoyé avec la direction et la religion de vérité, pour la faire prévaloir sur la religion en entier, en dépit de l'aversion des associateurs [Coran, IX, 33 ou LXI, 9]

5no 33 : Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux ; qu'Allah bénisse notre seigneur Muhammad et les siens. Muhammad b. 'Atiq b. Ya'mur a construit ces trois boutiques (hawanit) sur l’ordre du faqih et qadi Abu 'Abd Allah Muhammad b. Yahya -qu'Allah l'assiste- et a établi leur revenu comme waqf pour réparer ce qui s'y détériorera ; avec l'excédent qu'il y aura après cela, on payera un salaire à qui aura à sa charge le nettoyage et l'entretien du cimetière qui se trouve au nord [de ces boutiques]. S'il y a encore un excédent, on le dépensera pour l'amélioration de la mosquée située au nord des boutiques, et du puits, selon ce qui sera nécessaire... et de seaux pour le puits, et de récipients pour les ablutions des fidèles, si Dieu le veut. Il s'agit de la mosquée qu'a édifiée ledit Ibn Ya'mur. Dieu demandera des comptes à qui changera ce qui a été disposé, et le châtiera. Fait au début de Muharram de l'an 514 (début d’avril 1120). Ouvrage de Mu'ammal.

6no 34 :... Que la vie immédiate ne vous trompe point et que le trompeur ne vous trompe point sur Allah (fin de Coran, XXXV, 5). Cette tombe est celle de Khayal, mère du fils du ra'is Muhammad b. Ma’n b. Sumadih que la miséricorde d'Allah soit sur elle et sur lui !. Elle est morte dans la journée du dimanche, onze nuits restantes de la lune de Safar de l'an 515 ( ?) (dimanche 8 mai 1121 ?)... La miséricorde et la grâce d'Allah soient sur elle !

7no 35 : Au nom d'Allah, le bienfaiteur miséricordieux... Loué soit Allah, héritier des cieux et de ce qu'ils contiennent, de la terre et de tout ce qui s'y trouve, cette tombe est celle d'Ahmad b. al-Husayn b. Tahir al-'Adhri. Il est mort la veille du lundi, dix neuf jours écoulés de Ramadan al-mu'azzam de l'an 516 (nuit du dimanche 19 au lundi 20 novembre 1122). (Je confesse)... que Muhammad-Allah le bénisse et le sauve !-est son prophète, qu'il a choisi, pour la mission, de la plus noble origine, et il l'a envoyé avec la direction et la religion de vérité, pour la faire prévaloir sur la religion [en entier, en dépit de l'aversion des Associateurs] (Coran, IX, 33 ou LXI, 9)

8no 37 : ... (Héritier... de la terre) et de tout ce qui s'y trouve, qui y fera revenir tout ce qu'il y a créé, qui a établi la mort comme fin de toutes les créatures et comme chemin des premiers et des derniers, et s'est réservé pour Lui-même la permanence. Il n'y a pas d'autre dieu que lui, le Seigneur des Mondes ! Cette tombe est celle du marchand ... b. Halif al-Iskandarani (d'Alexandrie). Il est mort-que la miséricorde de Dieu soit sur lui !-le matin du vendredi 19 de la lune de Radjab al-fard de l'an 519 (vendredi 21 août 1125), en témoignant de ce qu'il n'y a pas d'autre dieu qu'Allah, unique, sans associé ; que Muhammad est son serviteur et son envoyé, et que la promesse d'Allah est vérité. Que la vie immédiate ne vous trompe point et que le Trompeur ne vous trompe point sur Allah (Coran, XXXV, 5).

9no 51 : Au nom d'Allah, le clément, le miséricordieux... Hommes ! La promesse d'Allah est vérité. Que la vie immédiate ne vous trompe point et que le Trompeur ne vous trompe point sur Allah (Coran, XXXV, 5). Cette tombe est celle du marchand Abu Ahmad... b. 'Abd al-Rahman..., connu sous le nom d'al-Dhayyal ( ?)... Et qu'Allah rappellera ceux qui sont dans les sépulcres (Coran, ΧΧΠ, 7). C'est en professant (ces vérités) qu'il a vécu, qu’il est mort, et qu’il reviendra à la vie après la mort (seconde décade du Vie s. H./troisième décade du XIIe s. J.-C.).

10no 63 : Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux... La mort est la fin des créatures. Loué soit Allah, Seigneur des Mondes, qui se réserve pour lui-même la permanence et l'unicité ; Allah, Seigneur des Mondes ! Cette tombe est celle du marchand Abu-l-Hasan Adam b. 'Umar al-Shatibi (de Játiva) -qu'Allah ait pitié de lui !-. Il est mort la veille du dimanche, au milieu de dhu'l-Qa'da de l'an 527 (nuit du samedi 16 au dimanche 17 septembre 1133), en confessant qu'il n'y a pas d'autre dieu qu'Allah, unique et sans associé, et que Muhammad est son serviteur qu'il a envoyé avec la direction et la religion de la vérité, pour la faire prévaloir sur la religion en entier, en dépit de l'aversion des associateurs (Coran, IX, 33, ou LXI, 9)

11Que le monde ne te séduise pas, car tu dois l'abandonner. Tu es bien obligé de le quitter

12Quand bien même tu aurais (une mort) qui te ferait pardonner tes péchés ; sinon, tu dois te repentir.

13Qu'Allah ait pitié du dévôt qui s'arrête devant cette tombe et demande pour le défunt le pardon et la miséricorde.... Hommes ! La promesse d'Allah est vérité. Que la vie immédiate ne vous trompe point et que le Trompeur ne vous trompe point sur Allah (Coran, XXXV, 5). C'est selon ces vérités qu'il est mort et qu'il revivra après la mort.

D'après M. OCANA JIMENEZ, Repertorio de inscripciones árabes de Almería, Madrid-Grenade, 1964, pp. 27-36, 49, 61-62.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search