Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[37]. Un grand centre d'industrie et de commerce : Almería à l'époque almoravide

Texte intégral

1Les notices relatives à al-Andalus du Kitab al-Rawd al-mi'tar, ouvrage historico-géographique d'Abu Abd Allah Muhammad b.’Abd al-Mun'im ALHIMYARI, auteur maghrébin dont l'identité est mal connue mais qui vécut vraisemblablement aux XIIIe-XIVe s., ont été éditées et traduites par Lévi-Provençal (La péninsule ibérique au Moyen Age). Elles s'appuient la plupart du temps sur des témoignages d'auteurs plus anciens comme al-Bakri ou al-Idrisi.

2Le texte consacré à Almería donne une bonne idée de la structure urbaine et des activités économiques du principal port d'al-Andalus, fondé au Xe siècle par le calife 'Abd al-Rahman III non loin de la ville plus ancienne de Pechina (Badjdjana) qui se dépeuple à son profit dès le début du XIe siècle, devenu à cette dernière époque la capitale de l'un des Etats de taifas issus du démembrement du califat, d'abord sous les émirs esclavons Khayran (1012-1028) et Zuhayr (1028-1038), puis sous la dynastie des Banu Sumadih (16*), et resté une métropole provinciale importante sous les Almoravides. La ville connaît ensuite un déclin relatif causé sans doute en partie par son occupation par les Castillans entre 1148 et 1157, avant de redevenir un centre assez actif à partir de la fin du XIIIe siècle dans l'émirat nasride de Grenade. On pourra trouver un plan d'Almería à l'époque musulmane dans /Histoire de l'Espagne musulmane d'E. LEVI PROVENÇAL (T. III : Le siècle du califat de Cordoue, Paris, 1967, p. 345).

3Lévi-Provençal a rétabli à leur place, dans le texte du Rawd al-mi'tar, plusieurs passages qui figuraient dans la description initiale d'Idrisi copiée, mais quelque-peu abrégée, par al-Himyari dans une grande partie de sa notice ; c'est cette version corrigée qui est donné ci-dessous.

4C'est aujourd'hui le plus renommé des ports d'al-Andalus et le plus peuplé ; c'est aussi l'une des cités du pays les plus belles et les plus connues. Elle est protégée par une ligne de fortifications très solides, qui fut bâtie par l'Emir des Croyants 'Abd al-Rahman III. Son faubourg, connu sous le nom d'al-Musalla (l'"Oratoire"), est entouré d'un rempart de terre (turab), qui fut élevé par Khayran l'amiride ; il amena dans ce faubourg l'eau d'une source voisine au moyen d'une canalisation. Muhammad b. Sumadih continua ensuite cette canalisation jusqu'à la mosquée cathédrale d'Almería, dans l'intérieur de la ville proprement dite, et l'alimenta avec la même eau. Celle-ci ne coule directement que dans la partie inférieure de la citadelle (qasaba) ; c'est au moyen de roues hydrauliques qu'on l'élève dans la partie haute.

5Le fleuve de Pechina (Badjdjana) sert à l'irrigation des jardins d'Almeria. La mer est au sud de la ville. La citadelle est située au nord : c'est une forteresse solide et inexpugnable, qui s'étend en direction est-ouest ; elle a une porte Sud qui donne accès vers la ville, et qui est séparée par une distance de deux cent quatre vingts coudées du début de la rampe à forte pente qui y mène.

6Une autre porte, à l’est, occupe un saillant dans le rempart de la ville. Le faubourg est contigu aux escarpements de l’Alcazaba (al-qasaba). Cette porte Est est plus facile à atteindre d'en bas que la porte Sud. La largeur du chemin de ronde sur le rempart qui entoure la citadelle est de cinq empans. Le port d'Almería est un port d'été, et ses bassins de l'est et de l'ouest sont bien abrités.

7Almería était à l'époque des Almoravides une métropole de l'Islam. On y trouvait alors les spécimens les plus remarquables de toutes les productions de l'artisanat. Elle possédait, pour le tissage de la soie, huit cents ateliers (tiraz) : on y fabriquait des tissus tels que les soies brochées (hulal), les brocards (dibadj), le siglaton, l'isbahani (façon Ispahan), le djurdjani (à la façon du Djurdjan, sur la Caspienne), des rideaux à bandes verticales, des étoffes à damiers, le tissu appelé tabis (attabi) et celui appelé fakhir (éclatant), en somme toutes sortes d'étoffes de soie.

8Auparavant, on fabriquait également à Almería toutes les variétés d'ustensiles de cuivre et de fer. On y trouvait en abondance et à un très bas prix, les fruits provenant de sa vallée. Cette vallée, qui prend son nom de Pechina (Wadi Badjdjana) et qui est à quatre milles d'Almeria, était parsemée de jardins, de vergers et de moulins ; tous ses produits et ses fruits étaient apportés à Almería. Le port de cette ville était fréquenté par des navires de commerce venant d'Alexandrie et de Syrie. Il n'y avait pas, dans l'ensemble d'al-Andalus, de population comptant d'aussi grandes fortunes, plus adonnée à l'industrie et aux commerces divers et sachant mieux bénéficier des fluctuations des cours et du stockage.

9Le site d'Almeria est constitué par deux collines séparées par un ravin couvert de maisons. Sur l'une des deux collines se dresse la citadelle (al-qasaba), réputée pour sa forte position ; sur la seconde, qu'on appelle Djabal Laham, s'étend le faubourg (rabad) de la ville. La ligne de remparts enferme à la fois la ville proprement dite et le faubourg. De nombreuses portes y sont percées. Almería possède aussi dans la partie occidentale un grand faubourg (rabad) populeux qu'on appelle le faubourg d'al-Hawd ("le Bassin") : entouré d'un rempart propre, il renferme des bazars (suq/s), des maisons, des entrepôts-hôtelleries (funduq/s) et des bains (hammam/s).

10En somme, Almería était une grande ville, pourvue de nombreuses ressources. Les voyageurs y affluaient, sa population était riche : aucune ne possédait plus qu’elle de capitaux disponibles, ne comptait de fortunes plus considérables. Le nombre de ses entrepôts-hôtelleries (funduq/s), enregistrés par le bureau du fisc (diwan) en vue de l’impôt appelé ta’tib [taxe sur la propriété bâtie imposée en al-Andalus par les Almoravides à partir de 1125], était de neuf cent soixante-dix. Les ateliers de tissage, comme on l'a dit plus haut, y étaient très nombreux.

11L'emplacement sur lequel Almería est située est entouré sur tous ses côtés de roches amoncelées et de blocs de pierre dure et aux arêtes vives. La terre y est si rare qu'on croirait qu'on l’a passée au crible pour n'en conserver de propos délibéré que les cailloux. Elle était tombée [à l'époque d'al-Idrisi] au pouvoir des Chrétiens, qui défigurèrent ses beautés, emmenèrent ses habitants en captivité et ruinèrent ses édifices.

D'après E. LEVI-PROVENCAL, La péninsule ibérique au Moyen Age d'après le Kitab ar-rawd al-mi'tar d'Ibn 'Abd al-Mun'im al-Himyari, Leyde, E.J. Brill, 1938, pp. 221-223 (d'après la traduction française).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search