Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[36]. Succès et revers de la guerre sainte sur la frontière : victoire de Fraga (1134) et échec devant Tolède (1139)

Texte intégral

1La défaite du roi d'Aragon Alphonse le Batailleur devant Fraga, suivie de peu par sa mort en septembre 1134, et l'attaque manquée de Tolède par l'armée almoravide en 1139, en réponse au siège qu'Alphonse VII de Castille León était venu mettre devant la place forte d'Oreja (act. Colmenar de Oreja, au sud de la prov. de Madrid et sur la rive droite du Tage, à une soixantaine de kilomètres à l'est de Tolède), sont des épisodes célèbres de la guerre de frontière que se livrent musulmans et chrétiens à l'époque almoravide.

2La victoire de Fraga, alors assiégée par Alphonse le Batailleur, et secourue par une armée constituée de contingents venus d'Andalousie et du Levant, est remportée par des chefs almoravides, mais aussi par le gouverneur andalou de Lérida, 'Abd Allah b. 'Iyad. Lors de la crise post-almoravide de 1145-1147, ce personnage jouera un rôle important dans la région levantine où il appuiera la tentative de Sayf al-Dawla b. Hud et exercera même le pouvoir en son nom propre pendant quelques mois (à partir de février 1146) après la mort de ce dernier, avant d'être tué lui-même dans une bataille contre les chrétiens en août 1147 (voir sur ces événements compliqués l'exposé sur ce moment de l'histoire d'al-Andalus que je donne dans le premier volume de ma thèse sur Les Musulmans de Valence et la Reconquête,/, Institut Français de Damas, 1990, pp. 101-124). Le gouverneur de Fraga, qui n'apparaît pas dans le texte d'Ibn al-Athir, est aussi un andalou, Sa'd b. Mardanish, père du célèbre Muhammad b. Sa'd b. Mardanish qui succédera à Ibn’lyad en 1147 et exercera le pouvoir à Valence et Murcie jusqu'en 1172 (41*). Il y a là un groupe de "militaires" andalous dont la situation exacte par rapport au pouvoir almoravide (simples gouverneurs ou sortes de "seigneurs" locaux) reste mal connue, mais dont l'influence ultérieure montre que la distinction que l'on fait quelquefois entre des fonctions militaires entièrement dévolues aux Maghrébins, et des fonctions civiles (charges de secrétariat, magistratures, occupées essentiellement par des Andalous), doit être nuancée, du moins pour les régions frontalières où le régime almoravide semble avoir conservé des gouvernorats militaires indigènes.

3Le principal chef almoravide intervenant à Fraga est l'un des meilleurs généraux de l'époque, Yahya b. Ghaniya, lui aussi un personnage très important dans l'histoire de la fin de la dynastie lamtunienne. Petit-fils du second souverain 'Ali b. Yusuf, il est alors gouverneur de Valence et du Sharq al-Andalus, mais sera un peu plus tard promu à une sorte de gouvernorat général d’al-Andalus à Séville. En tant que tel, il devra faire face aux soulèvements qui éclatent dans la péninsule lors de l'effondrement du régime (41). Malgré son énergie et ses qualités militaires, il ne parviendra pas à les surmonter, et mourra en 1148 replié dans Grenade, où des éléments almoravides se maintiendront encore jusqu'en 1155.

4Le récit de l'historien oriental Ibn al-Athir est, dans l'ensemble et, en dépit d'une légère erreur de date, sans doute assez fiable, jusque dans l'image qu'il donne du roi-croisé Alphonse le Batailleur ; c'était d'ailleurs, sur la bataille de Fraga, la principale source connue jusqu'à ce que le grand arabisant et historien Ambrosio Huici Miranda exploite les données apportées par les passages, antérieurement inédits, du Bayan al-Mughrib relatifs à cette époque, qui apportent des détails intéressants, dont la présence à Fraga de Sa'd b. Mardanish, mais ne modifient pas l'essentiel des événements. Le siège et la conquête d'Oreja, sur la frontière de Tolède (avril-octobre 1139), par le roi-empereur Alphonse VII (1126-1157), et l'envoi sans résultats d'une armée de secours dirigée par les mêmes chefs que ceux qui sont intervenus à Fraga (Zubayr b. 'Amr et Yahya b. Ghaniya), est un épisode plus obscur que ne mentionne qu'incidemment, du côté musulman, une chronique d'époque almohade, le Nazm al-Djuman d'Ibn al-Qattan. Antérieurement à la publication de cette dernière, on ne possédait que le récit très détaillé, mais dont le caractère dramatique et quasi-merveilleux est évident, de la Chronica Adefonsi Imperatoris. Le texte est sans doute plus intéressant pour l'étude de la mentalité des chrétiens et pour ce qu'il nous apprend sur la façon dont ils se représentaient les musulmans que pour l'exactitude des faits eux-mêmes, qui paraissent semi-légendaires (sur les deux textes proposés : HUICI, Historia musulmana de Valencia, Valence, 1970, III, pp.88-91 et 97-98).

5Sur les relations entre chrétiens et musulmans sur la frontière castillane, voir l’article de Jean GAUTIER DALCHE, "Islam et Chrétienté en Espagne au XIIe siècle, contribution à l'étude de la notion de frontière", Hespéris, XLVII, 1959, pp. 183-217.

A. Les musulmans vainqueurs d'Alphonse le Batailleur à Fraga (19 juillet 1134)

6Ibn Rudmir assiège Fraga ; sa défaite et sa mort :

7C'est en 529 (oct. 1134-oct. 1135) que fut assiégée Fraga, dans l'Est d’al-Andalus, par Ibn Rudmir le Franc (al-Farandji, Alphonse le Batailleur). L'émir Tashfin b. 'Ali b. Yusuf, qui résidait à Cordoue et gouvernait l'Andalus au nom de son père, expédia de cette ville contre Fraga une troupe de deux mille cavaliers, commandés par Zubayr b. 'Amr le Lamtunien et bien approvisionnés en vivres. Yahya b. Ghaniya, l'émir (amir) bien connu, émir de Murcie et de Valence dans le Levant (Sharq) d'al-Andalus, pour le compte de l'Emir des Musulmans'Ali b. Yusuf, mit également sur pied cinq cents cavaliers, et de son côté, 'Abd Allah b. 'Iyad, gouverneur (sahib) de la ville de Lérida, en équipa deux cents. Chacun de ces groupes amena ses vivres, et après avoir opéré leur jonction, ils arrivèrent bientôt en vue de Fraga. Zubayr se tenait en arrière, précédé du convoi de vivres en avant duquel était Ibn Ghaniya, qui suivait Ibn 'Iyad, dont la bravoure personnelle, aussi bien que celle de ses hommes, était notoire.

8Ibn Rudmir, qui était à la tête de 12.000 cavaliers, ne ressentit que du mépris en voyant arriver cette troupe de musulmans, et dit aux siens : "Allez donc recevoir le cadeau que viennent apporter ces infidèles !" N'obéissant qu'à son orgueil, il se borna à envoyer en avant un fort détachement, qui, quand il fut à distance, fut chargé par Ibn 'Iyad et vit ses lignes rompues et fortement bousculées. Une mêlée s'ensuivit, et Ibn Rudmir en personne s'avança avec toutes ses troupes, pleinement confiant dans leur nombre et leur bravoure. Mais alors Ibn Ghaniya chargea à son tour, tandis qu'Ibn 'Iyad continuait à leur faire face, et une lutte acharnée jeta sur le carreau nombre de chrétiens. A ce moment même une sortie en masse fut faite par les habitants de Fraga : hommes et femmes, jeunes et vieux, se jetèrent sur les tentes chrétiennes, les hommes tuant tout ce qu'ils rencontraient et les femmes s'ocupant de piller, de sorte qu'ils emportèrent dans la ville tous les vivres, approvisionnements et armes sur lesquels ils mirent la main. D'autre part Zubayr, à son tour, se précipita avec ses troupes sur le champ de bataille, si bien qu’Ibn Rudmir dut fuir après avoir perdu la plupart de ses soldats, et se jeta dans Saragosse. Vingt jours après, il mourait du chagrin et de la honte de sa défaite.

9Nul prince chrétien n'avait plus que lui de courage, d'ardeur à incessamment combattre les musulmans, de force de résistance. Il dormait avec sa cuirasse et sans matelas ; et comme un jour on lui demandait pourquoi il ne couchait pas avec les filles des chefs musulmans qu'il avait faites prisonnières : "Un véritable soldat, dit-il, ne doit vivre qu'avec les hommes, et non avec les femmes !" Dieu, par sa mort, permit aux fidèles de respirer et ne les laissa plus exposés à ses coups.

Trad. E. FAGNAN du Kamil d'IBN AL-ATHIR, "Annales du Maghreb et de l'Espagne", Revue Africaine, no 240, 1er trimestre 1901, pp. 72-74 et p. 553 dans le livre du même titre publié à Alger en 1901, d'après l'édition Tornberg. Le texte arabe se trouve aussi dans l'éd. du Caire, vol. 8, p. 351).

B. Conduite chevaleresque des chefs almoravides devant Tolède (11391

10La treizième année de l'empire de l'Empereur Alphonse, ce dernier, voyant que Dieu lui avait donné la tranquillité de toutes part du côté de ses ennemis, ayant pris l'avis de ses conseillers particuliers, ordonna à ses deux principaux chefs, Guterio Fernandi et son frère Roderico Fernandi, qui était le principal des alcaydes de Tolède, de se mettre à la tête de leurs chevaliers et de tous les chevaliers et fantassins qui se trouvaient à Tolède et dans toutes les villes qui sont au delà de la Sierra, et de tous les habitants de toute l'Extrematura pour aller assiéger le château (castellum) appelé Oreja (Aurelia), ce qui fut fait au mois d’avril.

11L'Empereur ayant ensuite rassemblé les chevaliers de toute la Galice et des pays de León et de Castille, accompagné de grandes foules de fantassins, alla (lui-même) à Oreja, dont le château fut entouré de forces considérables. Mais à l'intérieur, dans la garnison du château, se trouvait le chef déjà mentionné du nom d'Ali, qui avait tué les chrétiens et les chefs qui avaient péri en Trassiera, à la tête d'un grand nombre de fantassins, d’archers et de cavaliers Moabites et Agarènes. Le château était très fort et bien garni de toutes sortes d'armes et de balistes. L'Empereur, de son côté, ordonna à ses artisans de construire des machines et de nombreux engins pour combattre le château, et il ordonna de placer des gardes sur la rive du fleuve afin de les réduire par la soif (ut siti eos perderent), et il ordonna de planter une vigne sur un lieu où les Sarrasins puisaient de l’eau en secret.

12Lorsque les rois Azuel (Al-Zubayr b. 'Umar al-Lamtuni) de Cordoue, Abenzeta, de Séville et Abengania (Yahya b. Ghaniya), chef de la milice de Valence, apprirent que l'empereur assiégeait Oreja, ils furent attristés et très troublés. Ils convoquèrent alors les autres rois, princes et chefs, toute la cavalerie (totam militiam) et tous les fantassins (pedites) de la terre des Agarènes, et une grande multitude (de guerriers) des îles de la mer. Il reçurent aussi l'aide d'une autre grande armée de Moabites et d'Arabes que leur envoya le roi Texufin du Maroc, auxquels s'étaient adjoints une grande foule de fantassins appelés azecuti, suivis d'un grand nombre de chameaux chargés de farine et de toutes sortes d'aliments. Le nombre des cavaliers était de près de 30.000, et celui des fantassins et des archers était infini.

13Ayant levé le camp depuis Cordoue, ils empruntèrent la route royale qui mène à Tolède, et parvinrent aux puits d'Algodor, où ils firent leur camp. Ils installèrent d’importantes embuscades bien cachées (pour attaquer les chrétiens par surprise), où ils laissèrent Abengania, roi de Valence, avec toute ses troupes, et ils leur dirent : "Si l'empereur vient nous attaquer, vous, par l'autre côté montez au camp (d'Oreja, castra), tuez au fil de l'épée tous les guerriers (qui le défendent), mettez le feu aux tentes et garnissez le château (d'Oreja, castellum) de cavaliers et de fantassins, d'armes et des provisions de bouche qui sont avec nous sur les chameaux, et d'eau. Ensuite rejoignez-nous là où vous saurez que nous serons. Nous allons à Tolède, et là nous attendrons pour combattre l'Empereur.

14Mais les espions de l'Empereur vinrent le trouver au camp et l'informèrent des décisions et des actions des Sarrasins en présence de tous ses magnats, princes et chefs. Inspirés par Dieu, (ils décidèrent) de ne pas aller attaquer les Sarrasins, mais de les attendre au camp jusqu'à ce qu'ils aient perdu le château.

15L'immense armée des Moabites et des Agarènes s'avança jusqu'à Tolède et attaqua (le château) de San Servando ; mais ses grandes tours ne furent pas touchées. Ils détruisirent cependant une tour de vigie qui se trouvait en avant (du château), où périrent quatre chrétiens ; beaucoup d'entre eux (les musulmans) allèrent jusqu'à Azecha, mais ils n'y causèrent pas de dommages. Ensuite, ils se mirent à détruire les vignes et les arbres (autour de Tolède). Mais dans la cité se trouvait l'Impératrice Doña Berenguela, avec une grande foule de chevaliers, d'archers et de fantassins qui se tenaient sur les portes, les tours et les murs de la ville et la gardaient. Voyant cela (les dommages causés par les musulmans), l’Impératrice envoya des messagers aux rois des Moabites pour leur dire : "Moi, l’Impératrice, femme de l'Empereur, je vous dis : Ne voyez-vous pas que vous combattez contre moi qui suis une femme, ce qui n'est pas à votre honneur ? Si vous voulez combattre, allez à Oreja et combattez l’Empereur qui vous attend en armes, avec des épées prêtes". Entendant cela, les rois, princes et chefs, et toute l'armée, levèrent les yeux et virent l'impératrice assise sur le trône royal, en un lieu bien visible sur la plus haute tour, que dans notre langue on appelle "alcazar", parée comme il convenait à la femme de l'Empereur ; et autour d’elle un grand nombre d'honnêtes femmes chantant en s'accompagnant de tambourins, de cithares, de cymbales et de psautiers.

16Alors les rois, princes et chefs et toute l'armée, furent à la fois étonnés et remplis de honte. S'étant inclinés devant l'Impératrice, ils se retirèrent sans causer d'autres dommages et rentrèrent dans leur pays après avoir rassemblé leurs embûches, sans honneur ni victoire.

Chronica Adefonsi Imperatoris, édition Luis SANCHEZ BELDA, Madrid, 1950, pp. 113-117 ; trad. partielle du texte latin dans Cl. SANCHEZ ALBORNOZ, La Espana musulmane segun los autores islamitas y cristianos medievales, 3e éd., Madrid, 1973, II, pp. 237-238.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search