Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[35]. La disparition des communautés mozarabes : l'expédition d'Alphonse le Batailleur en Andalousie en 1126 et ses conséquences

Texte intégral

1Dans ses Recherches, Dozy a proposé un texte reconstitué à partir de deux auteurs tardifs, l'homme politique et historien grenadin Ibn al-Khatib (m. 1374), et le rédacteur inconnu du Hulal al-mawshiyya, achevé à Grenade à la fin du XIVe siècle. Tous les deux ayant suivi de près la chronique perdue d'Ibn al-Sayrafi qui avait, vers le milieu du XIIe siècle, rédigé une histoire des Almoravides (sous le régime desquels il avait été secrétaire), l'historien et arabisant hollandais avait tenté de retrouver le texte originel ou un texte s'en rapprochant. Ce passage fournit une sorte de raccourci de l'histoire des mozarabes de Grenade depuis la conquête du Ville siècle jusqu'à leur amenuisement décisif sous les régimes almoravide et almohade. La coexistence relativement pacifique de communautés restées fidèles à la foi chrétienne avec les musulmans -d'origine arabo-berbère ou indigènes convertis-ne s'était pas faite sans tensions au cours des premiers siècles de l'Islam andalou. Il restait cependant, à l’époque califale, un nombre sans doute notable de chrétiens, dont il n'est malheureusement guère possible d'évaluer l'importance relative. Selon R.W BULLIET ('Conversion to Islam in the medieval period. An essay in quantitative history, Cambridge, Mass., Harvard U.P., 1979), c'est seulement dans le cours du Xe siècle que les musulmans seraient devenus majoritaires en al-Andalus, l'amoindrissement ultérieur des communautés mozarabes semblant ensuite assez rapide, jusqu'à leur disparition pratiquement complète au XIIe siècle.

2La seule ville reconquise où subsistait une importante communauté mozarabe est Tolède, dont l'occupation chrétienne est antérieure à la fin du XIe siècle (Reyna PASTOR DE TOGNERI, "Problèmes d'assimilation d'une minorité : les mozarabes de Tolède, de 1085 à la fin du XIIIe siècle", Annales E.S.C., 1970, pp. 351-390). A Valence, il semble que les mozarabes représentaient encore vers la même époque une minorité significative (29*). Mais on n'en trouve pas de traces documentaires lors de la reconquête de la ville au XIIIe siècle, non plus que dans les villes reconquises depuis le milieu du XIIe siècle, sauf peut-être dans l'actuel Portugal qui n'a pas encore été bien étudié de ce point de vue. Le renforcement réciproque de l'esprit de guerre sainte, et l'attitude plus intransigeante du régime almoravide jouèrent certainement un rôle dans cette évolution, comme on le voit dans le texte arabe qui suit. A Grenade, les chrétiens durent encore souffrir de l’intégrisme almohade en ce qui concernait les tributaires, et des guerres entre les Almohades et Ibn Mardanish (42*, 44*). Le texte fait allusion à la grande défaite subie par l'armée de ce dernier et de son beau-père et allié ibn Hamushk à al-Sabika, banlieue de Grenade, en 1162, après laquelle la répression dut s'abattre sur les habitants chrétiens et les Juifs qui avaient aidé quelques mois plus tôt le souverain levantin hostile aux Almohades à s'emparer de la ville. On pourra replacer les textes qui suivent dans leur contexte précis avec l'article de Vincent LAGARDERE, "Communautés mozarabes et pouvoir almoravide en 519 H/1125 en Andalus", Studia Islamica, LXVII, 1988, pp. 99-119. J'ai abordé le problème des mozarabes dans l'Espagne musulmane dans ma contribution à l'Histoire des Espagnols, dir. par B. Bennassar, t. I, pp. 70-81, mais on n'y trouvera que de très brèves indications sur les XIe-XIIe s. (p. 80).

A. Rébellion et expulsion des mozarabes de Grenade

3Quand les musulmans se furent établis dans cette noble province, et que l’émir Abu-l-Khattar y eut assigné des demeures aux tribus arabes de la Syrie, en leur donnant la troisième partie des produits des terres des (chrétiens) soumis au pacte (mu'ahadun), ces tribus s’y fixèrent au milieu des chrétiens qui cultivaient la terre et habitaient les villages (qura) sous des chefs de leur religion...

4Ces chrétiens avaient une célèbre église à deux portées de flèche de la ville (de Grenade), vis-à-vis de la porte d’Elvira... (qui) était unique par la beauté de sa construction et de ses ornements ; mais l'émir Yusuf b. Tashfin, cédant à Tardent désir des fuqaha', qui avaient donné une fatwa dans ce sens, ordonna de la détruire. Ibn al-Sayrafi dit à ce sujet que les Grenadins allèrent la détruire le lundi, dernier jour de djumada II de Tannée 492 (23 mai 1099). Elle fut démolie de fond en comble, et chacun emporta quelque chose des débris et de ce qui servait au culte.

5Sous le règne des Almoravides, lorsque les armes du roi Ibn Rudmir, l'ennemi de Dieu, étaient encore victorieuses-l'Eternel, comme on sait, anéantit plus tard sa puissance lors de la bataille de Fraga-, les (chrétiens) soumis au pacte de cette province conçurent l’espoir d'assouvir leur rancune et de s'ériger en maîtres du pays. S'adressant donc à Ibn Rudmir, ils lui envoyèrent lettres sur lettres et messagers sur messagers, pour le prier de s'apprêter et pour l'exciter à venir à Grenade ; puis, voyant qu'il hésitait, ils lui firent présenter un registre qui contenait les noms de douze mille de leurs meilleurs guerriers... Ils tâchèrent aussi d’exciter sa cupidité en lui décrivant toutes les excellentes choses que Ton trouve à Grenade et qui en font le plus beau pays du monde ; ils lui parlèrent de sa grande Vega, de ses productions, de son froment, de son orge, de son lin, de son abondance en soie, en vignes, en oliviers, en fruits de tout genre... Ils ajoutèrent que cette province bénie, une fois conquise, serait pour lui un point de départ pour en conquérir d'autres...

6[Suit le très long récit de l'expédition d'Alphonse le Batailleur qui, parti en novembre 1125 de Saragosse, passe par la région levantine, et gagne l'Andalousie pour y effectuer me longue pérégrination armée jalonnée de combats avec des forces musulmanes qu'il réussit à battre, mais qui ne lui permettent pas de s'attaquer à Grenade ; de nombreux mozarabes du Levant et de la région de Grenade se sont joints à l'armée, mais le soulèvement espéré n'a pas lieu, et à la fin de 1126 le souverain doit ramener ses troupes en Aragon, suivi de nombreux mozarabes].

7Lorsque les musulmans se furent aperçus, par suite de ce qui s'était passé, de la trahison de leurs voisins, les (chrétiens) soumis au pacte, ils furent aussi inquiets qu'irrités, et pendant qu'ils prenaient toutes sortes de précautions, le cadi Abu-l-Walid b. Rushd crut faire une oeuvre méritoire en se chargeant de se rendre en Afrique. Il alla donc trouver l'émir 'Ali b. Yusuf b. Tasfin dans sa capitale de Marrakech pour lui exposer quel était l'état des choses en al-Andalus. Il lui raconta par quelles tribulations les musulmans de ce pays avaient passé par suite du crime des chrétiens soumis au pacte qui avaient appelé les Rum, et il dit que ces chrétiens avaient par là rompu le traité (al-'ahd) et qu'ils avaient perdu le droit d’être protégés ("étaient sortis de la protection, dhimma"). Puis il donna une fatwa selon laquelle les coupables, au cas où on voudrait leur appliquer la peine la moins grave, devaient être exilés de leur pays. Son avis fut adopté, et il parut dans ce sens un édit de l'émir. Dans le mois de ramadan de cette année (sept.-oct. 1126), beaucoup de chrétiens furent donc transportés en Afrique. Les uns, repoussés partout, périrent en route ; les autres se dispersèrent de tous côtés. Cependant plusieurs chrétiens restèrent à Grenade, et grâce à la protection que leur accordaient certains gouvernants, ils redevinrent riches et opulents ; mais dans l'année 557 (1162) il se livra une bataille dans laquelle ils furent exterminés presque tous. Il n'en reste aujourd'hui qu'une petite troupe, laquelle est accoutumée depuis longtemps au mépris et à l'humiliation. Dieu veuille donner à la fin le triomphe à ses serviteurs !

Traduction de R. DOZY, Recherches sur l'histoire et la littérature de l’Espagne pendant le Moyen Age, 3e éd., tome I, Paris-Leyde, 1881, pp. 350-361, d'après un texte arabe reconstitué à partir d’Ibn al-Khatib et du Hulal al-Mawshiya, qui figure dans l'appendice XXVIII, à la fin du même ouvrage.

B. Charte de franchises accordés en 1226 par Alphonse le Batailleur aux mozarabes qu'il a ramenés d'Andalousie pour les installer en Aragon

8Au nom du Christ et de sa grâce. Moi, Alphonse, empereur par la grâce de Dieu : je vous fais cette charte de donation et de liberté (ingenuitas), à vous, tous les chrétiens mozarabes que j'ai soustraits du pouvoir des Sarrasins, avec l'aide de Dieu, et amenés en terre chrétienne. Pour le nom du Christ et par amour pour moi, vous avez laissé vos maisons et vos biens et êtes venus avec moi peupler mes terres. C'est donc volontiers et spontanément que, pour l'amour de Dieu et de la sainte Chrétienté (Christianitas), je vous donne de bons fueros sur toute ma terre, que vous vous installiez ingénus, libres et bancs vous et vos fils, et toute votre descendance et postérité, et tous les autres hommes qui peupleront avec vous, autant que vous aurez pu peupler et travailler et mettre en valeur (examplare) dans les villes (villas) et les territoires (terminos) que je vous donnerai ou confirmerai (mandavero). Et vous, mozarabes, vous ne donnerez pas de leude sur toutes mes terres pour tous les marchés que vous y ferez, et ne serez tenus envers moi à aucune expédition militaire (hoste nec cavalcata) contre les chrétiens, ni vous ni votre postérité. Vous aurez tous vos jugements à votre porte comme toutes les autres populations d'autres terres [=étrangères ? allusion au régime juridique particulier des Francos ?], Et si le jugement (rendu) ne vous satisfait pas, et que je ne sois pas dans ces terres (qui vous auront été concédées), vous aurez un délai jusqu'à ce que j'y vienne, et que le jugement se fasse devant moi. Que tous les autres jugements entre vous se fassent selon votre droit et usage ancien. Que vous (puissiez) aller et venir où vous voudrez par toutes mes terres, librement et en sécurité avec vos biens, et que nul ne vous force (à quoi que ce soit) ni ne vous fasse de tort. Celui qui le ferait, qu'il paye mille maravédis (d'amende) (et in illo captale cum novena ?).

9Je vous concède toute cette donation selon ce qui est écrit ci-dessus, et je vous confirme ce que vous possédez librement, fermement et sûrement, pour vous et vos enfants, et toute votre descendance et votre postérité. Sauf la fidélité que vous me devez, et à toute ma postérité pour tous les siècles des siècles, amen.

10Charte faite au mois de juin de l’ère 1164, dans la ville appelée Alfaro où fut faite cette charte. Moi régnant par la grâce de Dieu en Castille, à Pampelune, en Aragon, en Sobrarbe et Ribagorza et dans le territoire de Saragosse. L'évêque Etienne à Huesca, l'évêque Etienne à Saragosse, l’évêque Raymond à Roda, l’évêque Sanche à Pampelune, un autre évêque Sanche à Calahorra. Le Comte du Perche à Tudela. Don Gaston à Uncastillo.

11Moi, Sanche, sur l'ordre de mon seigneur le roi, j'ai écrit cette charte et ai fait de ma main ce signe.

Francisco Javier SIMONET, Historia de los mozárabes de Espana, Madrid, 1903 (rééd. Amsterdam Oriental Press, 1967), appendice XI, pp. 824-825).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search