Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[34]. Accords de capitulation passes entre les musulmans de Tudela et le roi d’Aragon Alphonse le Batailleur en 1119

Texte intégral

1Tudela était une place forte frontalière de fondation musulmane qui défendait depuis le début du IXe siècle l'accès occidental, par la haute vallée de l'Ebre, à la "Marche Supérieure", c'est à dire la vaste province musulmane du nord-est d'al-Andalus dont l'axe était le même cours de l'Ebre et la capitale Saragosse. Au XIe siècle, la ville avait fait partie de la taifa dirigée successivement par les dynasties des Tudjibides et des Hudides. En 1010, les Almoravides ont annexé l'Etat hudide, mais ils ne parviennent que peu de temps à se maintenir dans me région menacée par la vigoureuse activité "reconquérante" du grand souverain aragonais Alphonse le Batailleur (1104-1134). Les rois d'Aragon du XIe siècle, Ramire Ier, tué en 1063 en combattant les musulmans, puis Sanche Ramirez (1063-1094) et son fils Pierre Ier (1094-1104) avaient lutté avec énergie pour sortir des vallées pyrénennes où les enfermaient les places musulmanes de la bordure montagneuse. Après une longue période de combats obscurs, Huesca, la seconde ville de la région, mais la plus exposée au pied même des Pyrénées, avait été prise dès 1096. En décembre 1118, mal défendue par les Almoravides, attaquée par une véritable "croisade" à laquelle collaborent de nombreux seigneurs du Midi de la France et assiégée pendant plusieurs mois avec un grand luxe d'appareils et de machines (tours mobiles et catapultes) Saragosse tombe à son tour, entraînant rapidement la chute de plusieurs autres villes de la région, dont Tudela en février 1119.

2A Tudela comme à Saragosse, la prise de possession de la ville intervient à la suite d'une capitulation qui garantit aux musulmans sinon leur maintien à l'intérieur de l'enceinte de la madina, dont l'occupation par les chrétiens est prévue à l'issue d'un délai relativement bref, du moins la conservation de l'essentiel de leurs biens meubles et immeubles, de leur religion et de leur droit propre (zuna, açuna, c'est à dire la sunna ou tradition juridique islamique). De ces traités de capitulation des villes aragonaises prises à la fin du XIe et au début du XIIe siècle, dont on peut supposer qu’il existait initialement une version arabe et une version latine, on n'a conservé que celui de Tudela, et dans une version latine dont l'interprétation n'est pas toujours aisée, en particulier dans tout le début du texte où l'identité des autorités musulmanes qui négocient le traité au nom de la population de la ville est loin d'être évidente. On peut penser qu'interviennent la principale autorité morale de la ville, le cadi, les juristes (faqih/s) de son entourage, et des responsables civils dont certains paraissent porter le titre de wazir (alguazil), que Ton trouve aussi dans la capitulation plus tardive de Tortosa (1148). Il est très difficile de savoir qui sont les autres personnages qui apparaissent, et en particulier ce que représente le mot alfabili, où Ton a voulu voir le nom d'un chef local ou un titre, mais qui, de la façon dont il est employé dans le texte, me paraît désigner plutôt la communauté musulmane dans son ensemble.

3Les "franchises" accordées aux musulmans (moros) de Tudela paraissent étendues. En fait, l'application pratique de mesures comme celles qui sont prévues en matière de justice dans les conflits entre chrétiens et musulmans, ou les assurances données en ce qui concerne les autorités non musulmanes auxquelles seraient soumis les musulmans de Tudela, durent être très vite lettre morte. Les Mudéjars (musulmans sous domination chrétienne) conserveront sans doute en Aragon un statut relativement tolérant, mais ne tarderont pas à apparaître, selon une évolution dont les modalités nous échappent largement, comme une minorité socialement et politiquement dominée par l’élément chrétien, encore que relativement nombreuse et mieux intégrée au système socioéconomique que cela ne sera le cas dans d'autres régions conquises antérieurement (Tolède) ou par la suite (Tortosa, Valence). Sur la catégorie particulière des exaricos (xarico dans le texte), voir le commentaire du document 14*.

4Alphonse 1er le Batailleur (1104-1134), frère et successeur de Pierre Ier, est le type même du souverain "reconquérant". Il bataille durement pendant tout son règne contre les musulmans, poursuivant tenacement l’occupation de la vallée de l'Ebre, dont il rêve de faire une base de départ pour une croisade en Orient, et entreprenant même l’étonnante expédition de 1225-1226 au cours de laquelle il entraîne, à travers le Levant valencien, une armée jusqu'en Andalousie où il prétend appuyer un soulèvement des mozarabes de la région de Grenade (35*). A sa mort à la suite de la bataille de Fraga en 1134 (36 *), il lègue ses Etats aux ordres militaires, seuls capables dans son esprit de poursuivre son oeuvre de croisade, par un testament qui ne sera pas réalisé, mais ouvre une situation de crise dont l’issue n’est trouvée que dans l’union catalano-aragonaise de 1137.

5Mais il ambitionne en même temps de dominer l'Espagne chrétienne, profitant des circonstances favorables ouvertes par la crise castillane qui suit la mort d'Alphonse VI en 1109 après celle du prince héritier Sanche, tué l'année précédente à U clés en combattant les musulmans. Ayant épousé presque aussitôt (fin 1109) Urraca, l’une des deux filles d'Alphonse VI, le souverain aragonais accède à la souveraineté castellano-léonaise et porte en conséquence le titre léonais d'Imperator ("de toute l’Espagne"), signe de la suprématie politique sur la péninsule revendiquée par les rois de León. Mais on sait qu’en réalité l'union castellano-aragonaise ainsi réalisée s'abîma dans une longue crise due à la mésentente des deux époux et au particularisme de toute une fraction de l'aristocratie castillane et léonaise qui acceptait mal un roi aragonais. C'est finalement la séparation politique de l'Aragon d'une part, et de l'ensemble castellano-léonais d'autre part, qui prévaut à nouveau avec l’accession au pouvoir en Castille d'Alphonse VII, fils d'Urraca et de son premier mari, Raymond de Bourgogne (1126). Mais en dehors de ces prétentions manquées à la domination de la Castille et du León, Alphonse le Batailleur est aussi roi de Navarre, dont la couronne est passée à la dynastie aragonaise sous Sanche Ramirez en 1076, la séparation dynastique entre les deux royaumes n'intervenant à nouveau qu'après la mort du Batailleur. C'est l'ensemble des moyens que lui apporte la possession de ces couronnes, et l'influence aragonaise dans le midi de la France, que le dernier grand souverain du royaume d'Aragon met au service de sa progression aux dépens de l'Islam andalou.

6Voici la charte que fît le roi-empereur (rex-imperator) Alphonse, fils du roi Sanche-que Dieu a béni-avec l'alcudi [pour "alcadi" ?] de Tudela, les algalifos [de khalifa, au sens de "vicaire" ou "lieutenant" ?], les alforques [a été interprété comme désignant des "agents fiscaux", du verbe faraqa qui peut avoir le sens de "répartir les contributions”] et les notables musulmans (bonos moros) de Tudela, ainsi que (l ?) alfabili. Il a confirmé les alcudes et les alfaques dans leurs juridictions (alfaquias) et les alguaziles dans leurs alguazilias, et autorisé les musulmans à rester dans les maisons qu'ils ont à l'intérieur (de l'enceinte) pendant un an ; l'année écoulée, ils devront s'en aller dans les faubourgs avec leurs biens meubles, leurs femmes et leurs enfants. La mosquée principale restera entre leurs mains jusqu'à leur départ. Il les maintiendra dans la possession de leurs propriétés à Tudela et où que ce soit dans les localités des alentours (in villas de foras)·, ils les tiendront sous réserve du paiement de la dîme (decima), soit un pour dix. Si (un musulman) veut vendre des biens lui appartenant, ou les engager, nul ne pourra s'y opposer ni l'en empêcher. Celui qui voudra quitter Tudela pour aller soit en terre musulmane (ad terram de moros), soit ailleurs, qu’il soit libre d’aller en sécurité avec ses femmes, ses enfants et tous ses biens, par eau et par terre, quand il voudra, de jour et de nuit.

7(Les musulmans) conserveront leur droit et leurs affaires relèveront de leur alcudi et de leurs alguaziles (cadi et wazir/s), comme cela se faisait à l'époque musulmane. En cas de procès (plainte) entre un musulman et un chrétien ou un chrétien et un musulman, l'alcudi des musulmans jugera son (coreligionnaire) selon sa loi (zunam) et l'alcudi des chrétiens le sien selon son droit (foro). Aucun chrétien ne pourra contraindre un musulman sans disposition (correspondante) du droit musulman (alçuna). S'il suspecte un musulman de vol ou de fornication (fornicio), ou de quelque crime relevant de la justice, qu'il ne prenne contre lui que les témoignages de bons musulmans (moros fideles), et non celui d'un chrétien. Et si le musulman est suspect de cacher un musulman ennemi (moro guerrero), on ne perquisitionnera chez lui que devant témoins ; si le cas est prouvé et qu'il y ait des témoins, on ne perquisitionnera que chez lui et non chez son voisin. On ne placera les musulmans que sous l'autorité de notables chrétiens qui soient de bons chrétiens, religieux, fiables, de bonne naissance et sans mauvaises intentions.

8On ne convoquera pas de force un musulman à la guerre, ni contre les musulmans, ni contre les chrétiens. Aucun chrétien n’entrera de force dans la maison ni dans le jardin d'un musulman. Si un musulman a des droits contre un chrétien (si cadierit jura ad illo moro contra christianum), il ne pourra réclamer en droit que ce qui pourrait l'être à un musulman selon sa loi (suam zunam). Celui qui voudra rester dans son jardin et son almunia [de l'ar. munya, propriété d'agrément extra-urbaine] hors de l’alcudina ( ?) qu’il n'en soit pas empêché. Aucun musulman ne sera soumis à azofra (corvée), ni lui-même ni un animal lui appartenant. On ne donnera pas autorité à un juif sur les musulmans, ni sur leurs obligations (nec super lures faciendas de illos moros que habent, nullam sennoriam). Aucun chrétien ne pourra intenter d'action contre les autorités (majorales) constituées à l'époque musulmane. Et que cette autorité et pouvoir sur les musulmans soit aux mains (de l' ?) Alfabili ou du musulman que (l' ?) Alfabili aura choisi. Et qu'ils (les musulmans ou Alfabili) élisent ( ?) les alcudes (cadis), et les maintiennent honorablement dans les honneurs (dignités ou biens ?) qu’ils avaient à l’époque musulmane (et quod levent illos alcudes, et teneant in lures honores quales habebant in tempus de moros honorablement).

9On ne laissera entrer dans Tudela que cinq marchands chrétiens, qui résideront dans les fondouks (alfondecas). Le bétail des musulmans, avec les gardiens, ira en sécurité sur la terre du roi ; on prendra l’azudium ( ?) des ovins selon les dispositions de l'azuna des musulmans. Et lorsque les musulmans se seront établis dans leurs faubourgs, les chrétiens ne les empêcheront pas de traverser Tudela et d'utiliser le pont pour se rendre à leurs propriétés. Personne ne les empêchera d'avoir des armes. Si les Almoravides modifiaient le statut des Mozarabes, les chrétiens n'en feront pas autant aux musulmans de Tudela (non si non tornasent illos christianos ad illos moros de Tutela). Si un musulman donne sa terre à cultiver à des musulmans, et que son tenancier (xariko) n’a pu la travailler, il pourra prélever le quint du jardin et de la vigne. Aucun chrétien ne laissera un juif acheter un captif musulman, ni un musulman. Au cas où un juif injurierait un musulman en paroles ou en actes, qu'il soit durement châtié (ad illo moro ?).

10Le roi-empereur Alphonse a ratifié (afidiavit) cette charte, s'engageant à en respecter la teneur et l'esprit, et à la faire observer par ses hommes. Et il a fait ratifier à tous ses barons ces accords et ces (tulumentos), et leur a fait jurer qu'ils les observeraient et accompliraient à la lettre. Ils ont juré au nom de Dieu, et sur le fils de Sainte Marie, et par tous les saints, le roi Alphonse et tous ses barons. Voici ceux qui ont juré : Azenar Azenariz, Exemen Fortuniones de Lehet, Fortunio Garcez Caxal, Enneco Galindez de Sos, Sanz Joannes de Oxacastro, D. Garcia Crespo, Lop Lopiz de Calahorra, le justicia Petro Xemenez, Eximen Blasco, Galin Garcez de Sancta Cruce, Tizon de Montsono, Lop Garcez de Stella, Garcia Lopez de Lerin, Lop Sanz de Ezaire, Lop Arcez Pelegrin. Charte faite l'ère 1158 au Puy de Sancz, au mois de mars. Signe de l'empereur + Alphonse

Texte latin dans Tomas MUNOZ Y ROMERO, Colección de fueros municipales y carias pueblas de los reinos de Castilla, León, Corona de Aragón y Navarra, Madrid, 1970 (reprod. de l’éd. de 1847), pp. 415-417 ; trad. fr. partielle dans M. MOLLAT et R. VANSTENBERGEN, Le Moyen Age, t. II des "Recueils de textes d'histoire publ. par L. Gothier et A. Troux, Liège-Paris, 1961, d'après Ch. VERLINDEN, L'esclavage dans l’Europe Médiévale, 1.1, Péninsule ibérique, France, Bruges, 1955, pp. 175-177, n. 240.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search