Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[31]. Les rapports du cadi et du pouvoir d'après Ibn 'Abdun (vers 1100)

Texte intégral

1Le traité de hisba ("police du marché") de Muhammad b. Ahmad IBN 'ABDUN al-Tudjibi, auteur dont on sait seulement qu'il vivait à Séville au début du règne de l'émir de taifa de cette ville al-Mu'tamid (1069-1091), et qu'il fut encore contemporain du début de la domination almoravide en al-Andalus (deux précisions qu'il donne dans son livre), a été édité et traduit par Lévi-Provençal. La perspective d'Ibn 'Abdun est sensiblement plus large que celle d'al-Saqati (49-50*), bien que son objet principal ait été de composer, comme le fera ce dernier un bon siècle plus tard, un "manuel de hisba". Il consacre en effet toute une première partie à l'ensemble des fonctions du gouvernement d'une grande ville comme Séville. Celle-ci apparaissait déjà, dès la fin de l'époque des taifas et du fait de la prépondérance politique acquise par les souverains abbadides, comme la capitale de toutes les régions méridionales d'al-Andalus. Cette évolution ne fit que se confirmer sous les Almoravides, qui en firent leur principal centre de pouvoir dans la péninsule, où elle tend à faire office de capitale andalouse doublant Marrakech, la capitale maghrébine. Le gouverneur de Séville, quand le souverain lui-même n'y réside pas, tend à jouer le rôle d'une sorte de gouverneur général d'al-Andalus. Les indications que donne Ibn 'Abdun sur le gouvernement urbain sont donc en fait, par la force des choses, révélatrices des conceptions du pouvoir et de son organisation dans ce qui tend à être Tune des capitales politiques de l’Islam occidental, à l'époque où s'impose en al-Andalus et au Maghreb le régime nouveau imposé par le triomphe du mouvement almoravide.

2Ibn 'Abdun consacre sans doute l'essentiel de son traité aux fonctions urbaines à proprement parler : le cadi et les magistrats secondaires, le préfet de la ville (sahib al-madina), le muhtasib (chargé de la hisba), mais il traite aussi dans les chapitres introductifs des fonctions de gouvernement en général : d'abord le "prince" ou ra'is (mais aussi sultan), que Ton peut sans doute assimiler, à l'époque où il écrit, au gouverneur almoravide, sinon au souverain lui-même. De ce ra'is, il dit qu'il constitue "Taxe du groupe social et comme le point central d'une circonférence, laquelle ne forme une ligne parfaite, harmonieuse et sans défaut qu'autant que son centre est fixe et inamovible". Il développe très clairement l'idée, qui caractérise à cette époque aussi bien le sultanat seldjoukide que le régime almoravide, selon laquelle l'opinion des docteurs (fuqaha') doit guider la conduite du pouvoir politique. Il consacre par ailleurs une section au "vizir du gouvernement" (wazir al-sultan), qu'il envisage aussi essentiellement sous l'angle des rapports qu'il doit entretenir avec le cadi, représentant du groupe des juristes et hommes de religion. La conception du pouvoir que développe Ibn 'Abdun reste sans doute très théorique, et sa vision d'un sultan se pliant en définitive aux souhaits de la classe des fuqaha', et d'un vizir respectueux et quasi subordonné à l'autorité morale et religieuse du cadi, relève en partie de l'utopie. Peut-être pas autant qu'on serait incliné à le penser, cependant, car cet idéal des juristes andalous sera en fait assez bien réalisé, non sans dommages, semble-t-il, pour la solidité du régime, à l'époque du second souverain almoravide, 'Ali b. Yusuf b. Tashfin, toujours présenté comme exagérément soumis à l'influence des docteurs malikites (30). On notera à ce sujet que l'éducation reçue par ce dernier à Ceuta, où il semble avoir résidé principalement avant son accession au pouvoir à 22 ans en 1106, est considérée comme très marquée d'influences andalouses.

3Section concernant le vizir du gouvernement (wazir al-sultan) :

4Le cadi -qu'Allah l’assiste !- doit pouvoir convoquer à tout moment le vizir du gouvernement (wazir al-dawla) et lui prescrire de se présenter à lui matin et soir. Ce vizir doit être soumis au contrôle du cadi et garder à son égard une attitude déférente, dans le but d'empêcher qu'il ne propose au sultan quelque mesure préjudiciable aux Musulmans. Le cadi délibérera avec (le vizir) des affaires en instance, avant que celui-ci ne commence à en entretenir le sultan. Si ce dernier saisit le vizir d'une affaire, celui-ci aura à en informer le cadi, afin qu'il lui donne son avis. Les fréquentes visites que le vizir fera au cadi lui permettront de remédier à la rudesse de caractère du sultan.

5Si le cadi se rend compte que le vizir est un personnage à double face, il se prémunira contre lui et conseillera son remplacement au sultan, ses mauvaises intentions ne pouvant nuire qu'à lui-même et à celui qui utilise ses services. Si le vizir est au contraire un homme sensé, intelligent, craignant Dieu Puissant et Grand, il se conformera aux conseils du cadi ; quand il lui rendra visite, il le mettra au courant de ce qui se sera dit au conseil du gouvernement (madjlis alsultan) et des nouvelles qu'il y aura apprises. Le cadi lui fera alors des recommandations, afin qu'il conseille adroitement le prince (ra’is) et lui propose une heureuse solution de l’affaire en instance, au moment où son avis sera demandé au conseil du gouvernement ; il l'engagera également à différer éventuellement sa réponse, de façon qu'il puisse examiner la question avec le cadi et que celui-ci lui dicte ce qu’il aura à dire ; ou bien encore il répondra qu'il désire, avant de donner son avis, solliciter celui du cadi. Si la solution proposée par le prince est bonne, le vizir n'aura qu'à la ratifier ; s'il en est autrement, il lui donnera son avis avec déférence et lui proposera de prendre également celui du cadi : l'un et l'autre, cadi et vizir, se seront préalablement mis d'accord sur une réponse et un avis uniques. Le cadi aura de cette façon l'occasion d'intervenir auprès du prince, certaines fois pour lui adresser des admonitions, d'autres fois pour le mettre en garde contre une décision mauvaise et l'impopularité qu'elle lui vaudrait, d'autres fois enfin pour lui inspirer l'amour du bien et lui exposer les avantages moraux qui en découlent. Le cadi finira ainsi, en le conseillant avec tact, par le faire renoncer à sa mauvaise ligne de conduite politique. Du cadi dépendra alors le bon gouvernement du prince (ra'is), le bonheur des sujets et du pays, le vizir servant d’intermédiaire entre le cadi et le prince. D'un bon accord entre l'un et l'autre résulteront du bien pour l’Etat (dawla) et du bien pour ce monde et l'autre.

6Le vizir doit prescrire aux responsables de l'administration (’ummal) et aux agents du fisc (al-mutasarrifin), ainsi qu'aux estimateurs (khurras), aux percepteurs (qubbad) et autres (agents de l'Etat) de ne pas outrepasser les limites assignées à leur fonction, et de ne commettre ni abus de pouvoir, ni violence, ni iniquité. Il doit lui-même s'efforcer d’être bienveillant pour eux, de mériter leurs éloges, et de faire en sorte qu'ils soient persuadés qu'il administre avec justice et a le bien pour objectif. Si l'un de ses subordonnés commet un abus de pouvoir ou enfreint les consignes qu'il a reçues, il ne devra pas manquer de le blâmer, de lui marquer son mépris et sa désapprobation. De même en ce qui concerne les agents subalternes (al-a'wan), celui d'entre eux qui méritera une sanction se la verra infliger ; il recevra en même temps un témoignage de vive réprobation.

7Le cadi doit pouvoir, à l’occasion et dans un but politique, simuler quelque maladie et s’excuser, et, en même temps, charger le vizir de suggérer au sultan de venir lui rendre visite ; tout le monde ainsi pourra se rendre compte de ce déplacement, et le prestige du cadi augmentera encore aux yeux de la population (al-nas) et de la classe dirigeante (ahl al-dawla). Au cas où le cadi s'aperçoit qu'un vizir cherche à lui faire du tort ou le jalouse, il n'a qu'à aller le trouver chez lui et s'employer à tomber d'accord avec lui sur quelque question qu'il aura pu, par subterfuge, examiner à l'avance : il pourra ainsi l'amadouer et l'obliger à mettre un terme à sa médisance et à sa jalousie ; alors l'inimitié se transformera en amitié, cette démarche du cadi auprès du vizir en question ne pourra qu'être au reste suivie d'une visite au magistrat. Cette initiative du cadi ne saurait d'ailleurs paraître déplacée à quelqu'un de sensé, d'intelligent et de capable : je veux dire par là que le cadi, lorsqu'il apprend que du mal se prépare contre lui, doit écarter ce mal de lui-même, en employant des moyens détournés et de bonnes manières. Si au contraire il se rend compte qu’il s'agit de bien pour lui-même, il n'a qu'à, de même façon, attirer le bien vers sa personne.

D'après E. LEVI-PROVENCAL, Séville musulmane au début du XIIe siècle : le traité d'Ibn 'Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers, Paris, G.P. Maisonneuve, 1947, pp. 29-33 (texte arabe in : Documents inédits sur la vie sociale et économique en Occident musulman au Moyen Age, publiés par E. Lévi-Provençal. Première série : Trois traités hispaniques de hisba. Le Caire, Institut Français d'Archéologie Orientale, 1955, pp. 14-15).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search