Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[30]. La culture andalouse sous les Almoravides

Texte intégral

1Ce texte est extrait du Mu'djib, chronique rédigée à l'époque almohade par 'Abd al-Wahid al-Marrakushi, auteur marocain né en 1185, qui fréquenta les milieux gouvernementaux, vécut plusieurs années en al-Andalus dans les deux premières décennies du XIIIe siècle, puis se rendit vers 1220 en Orient où il semble bien être resté et avoir, aux environs de 1225, rédigé son ouvrage, une histoire des Almohades précédée d'un long rappel historique sur les époques antérieures, taifas et Almoravides (il en existe une traduction française par E. FAGNAN, Histoire des Almohades, Alger, 1893). On cite souvent les indications qu'il fournit sur l'intégration, dès l'époque de Yusuf b. Tashfin, des secrétaires et lettrés andalous qui avaient servi les souverains des taifas à l'organisation étatique almoravide, et sur la rigidité dogmatique du régime lamtunien, qui s'aggrave sous le second émir de la dynastie, 'Ali b. Yusuf b. Tashfin (11071143), présenté comme totalement soumis à l'influence paralysante des fuqaha' malikites. L" autodafé" de l'Ihya' 'ulum al-din ou "Vivification des sciences de la religion" du grand théologien oriental al-Ghazali (cf. 1*), qui eut lieu en 1109 devant la porte de la Grande Mosquée de Cordoue, à la demande des fuqaha' andalous, est un des témoignages les plus souvent cités de l"'obscurantisme" almoravide. Le cadi Abu 'Abd Allah Muhammad b. 'Ali b. Hamdin, cible du poème satirique cité dans le texte, appartenait à une grande famille cordouane, les Banu Hamdin, concurrente des Banu Rushd pour l'exercice de la judicature suprême de la ville. Il fut cadi de 529 à 532 et de 536 à 539 (1134/35-1137/38, 1141/42-1144/45). A l'issue de la seconde de ces deux périodes, il assuma le pouvoir politique à Cordoue lors de la crise " post-almoravide" (41*).

2Comme d’autres textes (par exemple 26*), le Mu'djib donne aux émirs almoravides leur titre exact d'Amir al-Muslimin (Emir des Musulmans), titre qui leur avait été reconnu par l'Amir al-Mu'minin (Emir des Croyants ou calife) abbasside (sur ce point important on peut voir E. LEVI-PROVENCAL, "Le titre souverain des Almoravides et sa légitimation par le califat 'abbaside", Arabica, 2, 1955, pp. 265-280, et plus brièvement V. LAGARDERE, "Abu Bakr b. al-Arabi, grand cadi de Séville", Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 40, 1985, aux pp. 96-97).

3Sur l’esprit de guerre sainte (djihad) en al-Andalus à cette époque : D. URVOY, "Sur l'évolution de la notion de gihad dans l'Espagne musulmane", Mélanges de la Casa de Velázquez, IX, 1973, pp. 335-371.

4Les personnages les plus savants de la péninsule dans tous les domaines s'attachèrent à l’Emir des Musulmans, à tel point que sa capitale (hadra) ressemblait à celle des Abbassides au début de leur empire. Et l'on vit se réunir autour de lui et de son fils (une pléiade) de secrétaires (kuttab) distingués et de champions de l'éloquence comme il ne s'en est réuni en aucun siècle. Parmi ceux qui exercèrent le secrétariat pour l'Emir des Musulmans Yusuf, figure le secrétaire d'al-Mu'tamid 'ala Allah, Abu Bakr, connu sous le nom d'Ibn al-Qasira, homme disert et possesseur du sceptre de l'éloquence, qui suivait les chemins des Anciens dans le choix de phrases éloquentes et d'idées saines sans s'emmêler dans la prose rimée, excepté ce que l'on trouve dans ses lettres et qu'on lui pardonne sans qu'il le demande. J'ai vu les lettres qu'il avait écrites au nom d'al-Mu'tamid, qui démontrent ce que j'ai dit ; mais il n'en reste rien dans ma mémoire. Après cet Abu Bakr, son secrétaire ou celui de son fils fut l’illustre vizir Abu Muhammad 'Abd al-Madjid b. 'Abdun ; ce que nous avons dit antérieurement de ses qualités nous dispense de le répéter ici. Avant d'être le secrétaire de deux (souverains), il l'avait été de l'émir Sir b. Abi Bakr b. Tashfin, celui qui a pris Séville à al-Mu'tamid 'ala Allah, et ne cessa pas d'être son secrétaire jusqu'à ce qu'il passe au service de l’Emir des Musulmans à la demande de ce dernier [suit une longue lettre écrite à Yusuf b. Tashfin à l'occasion de la prise de Santarem par le général almoravide Sir].

5Parmi les lettres confraternelles figure celle qu'il écrivit à Abu 'Abd Allah b. Abi-1- Khisal [célèbre secrétaire andalou, frère du personnage dont la notice biographique, rédigée par Ibn al-'Abbar, figure dans le document 9* B] pour lui demander son amour et implorer l'affection de sa fraternité [texte de la lettre, qui commence ainsi : "Je suis, à l'égard de ma colonne la plus grande-que Dieu perpétue son élévation-comme l’étranger épuisé de fatigue et qu'accueille la vallée de Tihama..."]

6Le vizir Abu 'Abd Allah lui répondit par une lettre comme on n'en a jamais écrit de semblable ; il y atteint le summum de la nouveauté, bien qu'il y ait en elle un peu d'affectation...

7L'Emir des Musulmans Yusuf continua, comme nous l'avons exposé, dans la même situation, préférant guerroyer et abattre les rois chrétiens (Rum), dans son désir de ce qui pouvait bénéficier à l'état de la péninsule. Son fils 'Ali b. Yusuf b. Tashfin lui succéda au pouvoir ; il porta le même laqab d'Emir des Musulmans (Amir al-Muslimin) que son père, et appela ses partisans "Almoravides” (al-murabitun), suivant les principes qui avaient été ceux de son père : privilégier la guerre sainte, effrayer l'ennemi et défendre le pays. Sa conduite, et ses intentions étaient bonnes, il avait l'âme noble, était éloigné de l'injustice, et l'on pouvait le compter au nombre des ascètes et des ermites plutôt qu'au nombre des rois et des dominateurs. Il recherchait passionnément la compagnie des docteurs en droit et sciences religieuses (ahl al-fiqh wa'l-din), et ne prenait aucune décision dans ses Etats (mamlaka) sans demander conseil aux fuqaha' ; lorsqu’il nommait un cadi, il lui imposait comme condition de ne juger aucune affaire et de ne prononcer aucune sentence, quelle que soit son importance, en dehors de la présence de quatre fuqaha'.

8Ceux-ci atteignirent de son temps une position élevée, comme ils n'en avaient pas connue depuis la conquête d'al-Andalus, et ils se maintinrent dans cette situation, où ils se voyaient déférer les affaires des musulmans et où on leur confiait la décision dans les jugements petits ou grands, pendant tout son règne. Leur prépondérance s'accrut donc, ainsi que je l'ai dit ; les personnalités recouraient à eux, et de ce fait leur richesse s'accrut et leurs gains augmentèrent. A ce sujet, Abu Dja'far Ahmad b. Muhammad, connu sous le nom d'al-Banni (ou Batti), de la ville de Jaén dans la péninsule d'al-Andalus a dit :

9• Gens d’hypocrisie, vous avez acquis votre réputation
comme le loup qui se faufile dans les ténèbres du soir.
• Grâce à l'école de Malik vous dominez le monde,
et vous vous êtes réparti la richesse grâce à Ibn al-Qasim
[disciple de Malik].
• Vous avez chevauché des montures grises avec Ashab,
et le monde s'est teint pour vous de la couleur d'Asbagh
[jeux de mots sur les noms de deux disciples de Malik, qui
proviennent de racines signifiant "être gris" et "se
teindre”].

10Par ces vers, cet Abu Dja'far se référait précisément au cadi Abu'Abd Allah Muhammad b. Hamdin, cadi de Cordoue, auquel il fait allusion. Par la suite, il devait faire clairement la satire de ce dernier avec un poème qui commence ainsi :

11• O Dadjdjal [sorte d'Antéchrist de l'eschatologie musulmane],
c'est le moment de ton apparition,
ô soleil, brille en Occident ;
• Ibn Hamdin veut qu'on aille le solliciter,
mais ses dons sont plus éloignés que les étoiles.
• Si on lui demande une consultation, il se frotte le derrière
pour assurer sa prétention à remonter à Taghlib.

12et se poursuit avec d'autres vers semblables. Le cadi Abu 'Abd Allah b. Hamdin se rattachait en effet à (la tribu arabe) de Taghlib, fille de (la tribu) de Wa'il.

13On ne pouvait approcher l'Emir des Musulmans, et l'on n'avait de crédit auprès de lui, que si l'on était versé dans la science des dérivations (furu'= la jurisprudence), à savoir les furu' selon l'école de Malik. A cette époque, les ouvrages de ce madhhab (rite ou école) se répandirent, et l'on n’agit plus que d’après ses sentences en laissant de côté tout le reste, avec une telle exagération que l'on oublia l’étude du Livre de Dieu et des traditions de son Envoyé (hadith rasul Allah), et qu'aucune célébrité de ce temps ne s'est véritablement préoccupée de ces deux derniers sujets. On effrayait alors les gens avec l'accusation d'infidélité contre tous ceux qui montraient un intérêt pour les sciences du kalam (théologie scolastique) ; les fuqaha' confirmèrent auprès de l'Emir des Musulmans le caractère abominable de la science du kalam, l’hostilité envers ses adeptes et le refus de contacts avec ceux qui y adhéraient en quoi que ce soit, car il s'agissait d'une innovation (bid'a) en matière religieuse, dont la plus grande part pouvait conduire à la perturbation des dogmes, et autres assertions de ce genre, jusqu'à ce que la haine de la science du kalam et de ses partisans ait été consolidée dans son esprit. On envoyait à tout moment de sa part des lettres dans le pays pour renforcer l'interdiction de s'y consacrer en quoi que ce soit, et pour menacer ceux chez qui l'on trouverait quelque livre à ce sujet.

14Lorsque les ouvrages d'Abu Hamid al-Ghazali arrivèrent en Occident, L'Emir des Musulmans ordonna de les brûler, et ajouta de graves menaces de peine de mort et de confiscation des biens contre ceux chez qui l'on en trouverait, et il fut très énergique sur ce point. Il ne cessa pas, depuis le début de son gouvernement, de faire appel aux meilleurs kuttab de la péninsule d'al-Andalus, et employa à cela beaucoup d'efforts, jusqu'à en réunir autour de lui (un groupe) tel qu'aucun souverain n'en avait réuni. Ainsi Abu-l-Qasim b. al-Djadd, connu sous le nom d'al-Adjdab, d'une grande éloquence ; Abu Bakr Muhammad b. Muhammad, connu sous le nom d’Ibn al-Qabturna ; Abu 'Abd Allah Muhammad b. Abi-l-Khisal et son frère Abu Marwan, et Abu Muhammad 'Abd al-Madjid b. 'Abdun, déjà cité, ainsi que d'autres qu’il serait long d'énumérer. Celui qui atteignit auprès de lui la position la plus éminente fut Abu 'Abd Allah b. Abi-l-Khisal, et avec raison, car il fut le dernier des (grands) secrétaires, et le seul à qui parvint la science de l’adab (belles lettres) ; il possédait en outre la science du Coran et des traditions (hadith), ainsi que celle des traces du passé, et tout ce qui se rapporte à ces sciences.

15(Je veux pour preuve) de ce que je dis à son sujet-que Dieu soit miséricordieux pour lui-les passages de la lettre qu’il écrivit, en réponse à celle de l'un de ses collègues qui lui était parvenue, et dans laquelle ce dernier sollicitait de lui quelques mots. Ce correspondant était Abu-l-Hasan 'Ali b. Bassam, l'auteur de la Dhakhira [suit le texte de la lettre].

Abu Muhammad 'Abd al-Wahid AL-MARRAKUSHI, Kitab al-Mu'djib (Lo admirable en el resumen de las noticias del Magrib), trad. esp. par A. HUICI MIRANDA, Tetouan, Editera Marroquí, 1955 (vol. IV de la "Colección de crónicas árabes de la Reconquista"), pp. 119-131 ; texte arabe publ. par R. DOZY, The history of the Almohades, Leyde, 1881 (réimpr., Amsterdam, 1968), pp. 115-124.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search