Version classiqueVersion mobile

Les Mots de la nation

 | 
Sylvianne Rémi-Giraud
, 
Pierre Rétat

Les mots dans l'histoire

Peuple et nation dans le Contrat Social de J.-J. Rousseau : une conception « française » de la nation ?

Étude de sociologie interactionniste des catégories de la pensée politique

Alban Bouvier

Texte intégral

1Notre but est de poser non pas tant un problème de lexicologie politique que de sociologie des catégories politiques à partir des indices linguistiques de celles-ci, en articulant des recherches sociologiques et pragmatiques autour de thèmes « cognitivistes ». Notre objet sera constitué par l’étude de la nature des catégories désignées dans le Contrat social de J.-J. Rousseau par les mots de peuple et de nation.

Deux conceptions de la nation : française, allemande ? Archéologie des idées et sociologie cognitive

  • 1 Sur la diversité générale des interprétations historiques, voir J.-J. Tatin-Gourier (1989).
  • 2 Pour la mise en évidence idéaltypique de ces deux conceptions et de leur logique interne, voir A. (...)
  • 3 Sur la conception contractualiste de la nation chez Sieyès, voir A. Renaut, 1991, p. 33. Sur le ra (...)

2L’héritage de la pensée rousseauiste est divers et souvent contradictoire : tantôt, par exemple, on voit en Rousseau un des précurseurs du totalitarisme, tantôt on l’inscrit au contraire dans la tradition libérale1. Et on attribue communément ces interprétations divergentes aux contradictions internes à la pensée même de Rousseau. Concernant l’histoire de la notion de nation, Rousseau semble cependant davantage échapper à cette herméneutique dissonante. On oppose en effet souvent, au niveau de l’histoire générale de la notion, une conception dite française de la nation, de type rationaliste et universaliste, fondée sur l’idée de contrat, et une conception dite allemande, beaucoup plus romantique et historicisée2 : on oppose donc deux notions ou deux catégories de nation. Dans ce contexte, Rousseau apparaît tout naturellement comme l’un des artisans de l’élaboration de la première de ces conceptions. Alain Renaut a récemment contesté la pertinence de cette opposition radicale entre les deux conceptions, assez largement vulgarisée, en montrant comment Fichte, par exemple, si traditionnellement perçu comme l’un des hérauts de la conception « allemande », ne peut être dit sans excès le défenseur de cette dernière, même dans les fameux Discours à la nation allemande de 1807. Nous voudrions quant à nous montrer, à notre tour et réciproquement, comment Rousseau ne peut être dit sans abus le défenseur de la conception « française ». On trouve aussi chez lui des éléments « romantiques », ce qui, à la réflexion, à vrai dire, ne surprend guère ; reste cependant à expliquer pourquoi la lecture des révolutionnaires (par exemple celle de Sieyès3) a pu être purement rationaliste et universaliste. A. Renaut dit, plus généralement, que « l’archéologie de ce dédoublement, inscrit en réalité au sein de chacune des deux cultures, allemande et française, reste en grande partie à écrire » (1991, p. 36). Nous voudrions soutenir l’idée que cette archéologie pourrait prendre, au moins pour une part, la forme d’une sociologie que nous appellerons, à la suite de Raymond Boudon, « cognitive » (1990, p. 14-15) ; il s’agira dès lors de chercher à dégager quelques-uns des mécanismes à la fois cognitifs et linguistiques qui peuvent être à la source de cette interprétation à notre sens erronée, en tout cas unilatérale et partielle et qui tend à faire de l’œuvre de Rousseau l’origine même de la catégorie universaliste et rationaliste de nation.

3Nous commencerons par situer notre interrogation dans le contexte plus général de la sociologie des catégories avant d’analyser l’usage rousseauiste des mots peuple et nation. Il va de soi que le problème particulier que nous avons choisi de traiter nous conduit à ne retenir des notions que nous nous proposons d’étudier que les aspects pertinents pour notre propos. La notion de peuple, en particulier, ou peut-être les notions diverses désignées par le mot de peuple, occupent une place si centrale dans le Contrat social que leur étude complète conduirait pratiquement à une interprétation d’ensemble de l’œuvre, ce qui dépasse évidemment les limites d’une brève contribution.

Sociologie des catégories et a priori de la communication

Les limites de la sociologie des catégories de Durkheim et Mauss

  • 4 Voir E. Durkheim et M. Mauss (1969), E. Durkheim (1960) et S. Collins (1994).
  • 5 Ce déplacement supposait en même temps une lecture psychologiste de Kant puisque celui-ci ne cherc (...)

4On redécouvre actuellement le programme de sociologie de la connaissance formulé par Durkheim et Mauss. Il prenait, pour une grande part, la forme d’une sociologie des catégories4. Il s’agissait de déplacer la réflexion kantienne sur les « formes » et les catégories les plus générales de notre esprit, comme le temps, l’espace, la causalité, en montrant que ces catégories ne sont pas intemporelles comme Kant l’avait cru mais qu’elles ont une histoire et même – c’est l’aspect le plus sociologiste du programme – qu’elles sont étroitement dépendantes de la structure de la société5. Ce programme prendra plus tard chez Mauss une forme plus modérée en devenant simple histoire sociale des catégories. En même temps, il s’étendra de l’étude des catégories de la connaissance à l’étude des catégories morales, comme la notion de personne (M. Mauss, 1978).

  • 6 Voir notamment É. Benveniste, 1966 et 1974. Sur l’étude des catégories, il faudrait encore au moin (...)
  • 7 Exception remarquable de Weber dont l’étude de la notion de Beruf, à la fois conceptuelle et lexic (...)

5Des perspectives en partie indépendantes, comme celle de Lucien Febvre et d’Émile Benveniste, ont convergé vers cette entreprise, en étendant encore le domaine vers l’étude du vocabulaire et des catégories politiques6. La place de l’analyse linguistique y devient centrale alors que chez Durkheim et Mauss, elle était reconnue dans son principe mais laissée de côté dans les faits. Les recherches de Durkheim et de Mauss révélaient d’ailleurs d’une autre façon leurs limites en ce qu’elles étudiaient plus des états successifs de notions que la façon dont celles-ci se sont transformées par des discours et ont été acceptées par leurs lecteurs. Et cette limitation tenait de façon plus générale à la conception de la sociologie que se faisaient ces auteurs comme analyse moins de l’action sociale que des faits sociaux résultant de celle-ci. Ce sont donc plutôt des traditions sociologiques rivales de celle de Durkheim, comme celle de Tarde en France ou celle de Weber et Simmel en Allemagne, qui sont aptes à intégrer l’analyse de discours. Ce sont d’ailleurs ces traditions, de type « actionniste » (Boudon, 1992, p. 23), comme on dit parfois en sociologie, et même interactionniste, que l’analyse conversationnelle a redécouvertes récemment. Mais, en général, ces perspectives se sont peu intéressées, quant à elles, à l’étude des catégories7.

A priori de la communication et « erreurs de catégories ». Pragmatique et sociologie interactionniste de la connaissance

  • 8 Grice distingue quatre maximes avec des variantes. Nous n’avons pas à nous préoccuper ici des effo (...)

6C’est aussi en se situant dans la tradition de Weber et de Simmel que R. Boudon a cherché dans un livre récent à rénover la sociologie de la connaissance. Le problème de la catégorisation n’y occupe comme tel qu’une assez faible place (et nous ne faisons donc que développer un versant parmi d’autres d’un programme plus général) mais le cadre alors dressé pour son analyse est suffisant pour notre propos. En prolongeant librement certaines analyses de Simmel – d’inspiration kantienne comme celles de Durkheim et Mauss – sur les a priori qui organisent l’expérience, R. Boudon met en évidence certains a priori implicites de la communication (1990, chap. 8). Même si R. Boudon n’en dit rien, des convergences évidentes peuvent être trouvées avec les analyses célèbres de l’un des fondateurs de la pragmatique, H. P. Grice, elles-mêmes encore développées dans un cadre kantien, sur les principes qui règlent notre interprétation des énoncés les plus divers (H. P. Grice, 1979). Boudon note ainsi que « le locuteur et l’interlocuteur […] utilisent normalement l’a priori selon lequel, dans un même raisonnement, le sens des mots peut être supposé constant d’une proposition à l’autre » (1990, p. 319), a priori qui rappelle la maxime de modalité de Grice : « Soyez clair » (ou encore, plus spécifiquement : « Évitez d’être ambigu » (1979, p. 61)). Un autre a priori de la communication, que Grice appelle la maxime de quantité, enjoint de dire tout ce qui est nécessaire pour être compris et rien que ce qui est nécessaire ; une de ses conséquences est évidemment que si l’on change le sens d’un mot d’une façon qui risque de ne pas s’apercevoir, on doit en faire explicitement mention8.

  • 9 Voir G. Ryle (1978) La référence est chez R. Boudon (1990, p. 322-324). Ce que Ryle entend précisé (...)

7Mais R. Boudon dégage aussi un a priori plus particulier, sorte de variante de la maxime de modalité mais dont il n’y a pas de réel équivalent chez ce philosophe du langage qu’est H. P. Grice : « les notions et les concepts qui apparaissent dans une argumentation sont perçus comme appartenant à ce que j’appellerai des types déterminés » (1990, p. 321). L’a priori consiste donc ici à supposer constant non pas tant le sens des mots que le type de concepts ou de catégories utilisés (et dont les mots ne sont que les indices). D’où l’existence de ce qu’on pourrait appeler, en empruntant l’expression à Ryle, des « erreurs de catégories »9, si l’a priori est transgressé, c’est-à-dire si un auteur change de type de catégories sans le préciser ouvertement, en transgressant donc la maxime de quantité.

  • 10 Si l’on excepte Max Weber qui n’a eu aucune influence connue sur ces recherches et qui ne se souci (...)
  • 11 Boudon (1990, p. 325 et suiv.) renvoie lui-même à Wittgenstein. Manifestement les analyses les plu (...)

8R. Boudon pense à divers types possibles de catégories, sans chercher à être systématique. Nous nous tiendrons à une distinction, aujourd’hui classique, entre deux types de catégories. Des catégories à bords francs et nets, d’un côté, comme le sont des catégories de type aristotélicien (une espèce appartient ou n’appartient pas à un genre et elle se distingue des autres espèces par sa différence spécifique). Des catégories floues, de l’autre, comme le sont souvent les catégories communes ou encore les idéaltypes wébériens (Weber, 1965, spécialement p. 171-176). Les catégories floues sont gradualisées (on peut y appartenir plus ou moins : pour le sens commun, quoique pas pour le zoologiste, le moineau est quand même plus typiquement ou plus « prototypiquement » un oiseau que l’autruche ou le pingouin) et l’espace qui sépare les différentes catégories n’est pas discontinu, comme dans le type de catégorie aristotélicien mais continu (on peut n’appartenir vraiment à aucune catégorie mais un peu à plusieurs d’entre elles). C’est Eleanor Rosch qui a repéré de la façon la plus claire ce type de catégorisation10 et qui lui a donné de nombreux prolongements dans une « théorie des prototypes » (Rosch E. et Lloyd B. B., 1978), en prolongeant manifestement les analyses de Wittgenstein sur les jeux de langage11.

9Une « erreur de catégorie » peut consister à prendre pour une catégorie de type aristotélicien une catégorie de type wittgensteinien ou inversement, à la faveur, par exemple, de la transgression de la maxime de modalité (variante Boudon : en principe on ne doit pas changer de type de catégorie dans une argumentation) et de la maxime de quantité correspondante (si on change de type de catégorie, on doit le préciser).

10Notre hypothèse sera, dans un premier temps, qu’un phénomène de ce type s’est produit concernant la réception de la pensée rousseauiste sur le problème qui nous intéresse, c’est-à-dire qu’une « erreur de catégorie » a été commise : la catégorie de peuple, tout spécialement – mais on verra son lien étroit avec celle de nation – aurait été prise pour une catégorie à bords francs et nets alors qu’il y a de bonnes raisons de penser que c’est en réalité une catégorie « floue » ou, plus exactement, graduelle. C’est cette catégorisation erronée qui engendrerait une lecture « française », universaliste et révolutionnaire de la conception rousseauiste de la nation.

  • 12 Ce principe est également très généralement partagé par les historiens de la philosophie et des sc (...)
  • 13 Voir la fin de notre contribution pour une interprétation plus fine.

11Nous serons cependant conduit à rectifier légèrement ce jugement en nous demandant la raison pour laquelle Rousseau aurait été amené à changer de type de catégories, c’est-à-dire à transgresser la maxime de modalité ; le postulat de rationalité, que R. Boudon pose comme un des principes fondamentaux d’une sociologie qui se fixe pour objectif de comprendre les phénomènes, commande de supposer l’interlocuteur rationnel et donc de chercher une raison à toute contradiction apparente (1992, p. 29 et suiv.)12. L’une des raisons pour lesquelles Rousseau aurait changé de type de catégorie pourrait être, grossièrement exprimée13, que Rousseau se serait adressé à des auditoires différents dans le même texte et que ce qui serait erreur de catégorie pour certains pourrait ne pas l’être tout à fait pour d’autres : la dualité des catégorisations correspondrait ainsi à une dualité des auditoires.

La catégorie de peuple dans le Contrat social : type aristotélicien ou type wittgensteinien ?

Quelques passages non problématiques

  • 14 Les chapitres II, 7 et II, 8 sont particulièrement instructifs à cet égard : le titre du chapitre (...)
  • 15 Sur le rôle des sèmes dans la cohésion textuelle, voir en particulier F. Rastier (1987).

12Un premier ensemble de passages suggère une conception de la nation et du peuple qui ne pose pas problème en tant que telle du point de vue du type de catégories en question (lequel reste indéterminé) ; ces textes ont le mérite d’établir des liens étroits entre les deux notions ainsi qu’avec la notion de patrie puisque les trois termes peuvent être substitués l’un à l’autre dans des phrases successives sans qu’on ait le sentiment d’une rupture du fil conducteur et donc d’une discontinuité thématique14. Cette cohésion montre même que ces termes ont ce qu’on pourrait appeler un noyau « sémique » commun15.

  • 16 Elle peut être « opulente » (par. 5 : « La monarchie ne convient donc qu’aux nations opulentes », (...)
  • 17 III, 8, p. 415, nation étant remplacé par États : « La monarchie ne convient donc qu’aux nations o (...)

13On voit d’emblée, au demeurant, dans ces passages, que la nation rousseauiste a une histoire et qu’elle ne se constitue donc nullement par de simples actes d’adhésion volontaire ; au point qu’à se fonder sur ces seuls passages, on renverserait à peu près complètement la représentation que l’on se fait habituellement de Rousseau et qu’il apparaîtrait presque comme un précurseur, dans la tradition française, de la conception dite « romantique » ou, du moins, historiciste. Rousseau évoque ainsi les « premiers temps des nations » (III, 8, p. 426) et les « pères des nations » (II, 7, p. 383) contraints « de tout temps » (id.) « à recourir à l’intervention du ciel » (id.) et cette historicité est même son trait caractéristique par rapport à ce que Rousseau appelle peuple dans les mêmes passages. La nation est en effet présentée comme un groupement d’individus qui ont entre eux une histoire commune et des « mœurs » en commun (IV, 7, p. 458), même si elle est descriptible en termes assez prosaïques16 et que lorsqu’on évoque la grandeur d’une nation, il s’agit simplement du nombre de ses habitants17.

  • 18 Voir par exemple III, 15 : « L’attiédissement de l’amour de la patrie, l’activité de l’intérêt pri (...)
  • 19 II, 10 : « On peut mesurer un corps politique de deux manières : savoir par l’étendue du territoir (...)

14Si l’on utilise la même méthode intuitive pour caractériser sommairement le contenu de sens du mot peuple dans les contextes où il semble interchangeable avec le mot nation, on dira qu’un groupement est appelé peuple quand on l’envisage dans ses rapports avec la liberté et les contraintes qu’on oppose à celles-ci : un peuple obéit ou veut la liberté, il est docile ou indiscipliné, etc… Rousseau écrit ainsi : « Les Peuples ainsi que les hommes ne sont dociles que dans leur jeunesse, ils deviennent incorrigibles en vieillissant » (II, 8, p. 385), « [un peuple] peut se rendre libre tant qu’il n’est que barbare, mais il ne le peut plus quand le ressort civil est usé » (II, 8, p. 385). Le peuple c’est, d’ailleurs, tantôt le groupement dans sa totalité, tantôt les gouvernés par rapport à leur « chef » (par exemple II, 9, p. 387). C’est probablement à une extension de ce sens-là qu’on peut rattacher des occurrences où le peuple, c’est simplement le bas-peuple18. Si l’on résume l’essentiel de ce que nous venons de voir, nation et peuple, et d’ailleurs patrie semblent, dans ces contextes, applicables exactement aux mêmes groupements, simplement envisagés sous des rapports différents. Il existe, cependant, d’autres occurrences où le sens du mot peuple est encore plus pauvre et où il signifie simplement la « population19 » de telle sorte que le mot semble tout près de pouvoir désigner l’élément le plus pauvre du noyau commun à toutes les notions précédentes. Mais le point important est que les différentes notions désignées par le mot peuple semblent aisément rattachables entre elles au point qu’elles peuvent être considérées comme des variations d’une même notion, que nous appellerons « peuple 1 » (ou, pour fixer les idées : « peuple-nation »).

Le problème

  • 20 Nous avons utilisé Michel Launay (1977), ainsi que Ars combinatoria (sans date).

15Mais les mots peuple et nation sont très inégalement représentés dans le Contrat social : respectivement 264 occurrences contre 1720. La notion de nation, au sens rousseauiste du terme, n’occupe donc pas, apparemment, une grande place dans le Contrat social. C’est pourtant loin d’être si simple, vu les rapports étroits qu’entretiennent les contenus de sens des deux mots au point qu’il semble impossible d’étudier de façon un peu élaborée le sens du mot nation sans renvoyer au sens du mot peuple, quoique la réciproque soit nettement moins vraie vu le déséquilibre numérique des occurrences. C’est donc vers le mot peuple qu’il convient de se tourner. Or un certain nombre d’autres occurrences du mot suggèrent une notion très différente de la précédente et d’une façon telle qu’on doit se demander quels sont exactement leurs rapports. C’est ici que surgit réellement notre problème : a-t-on à faire à deux notions tout à fait distinctes, de telle sorte qu’un peuple 1 et donc une nation pourrait ne pas du tout être un peuple 2 ou bien un peuple 1 (et donc une nation) est-il, au contraire, toujours un peu, même très peu, un peuple 2 ?

16Le problème peut être encore formulé de la manière suivante : la nouvelle catégorie de peuple, dans ces nouvelles occurrences, peut-elle être décrite en termes de conditions nécessaires et suffisantes, de telle sorte qu’un groupement donné sera absolument un peuple ou bien qu’il ne le sera pas du tout, de même que, dans les classifications de type aristotélicien, un individu appartient ou n’appartient pas à une espèce ? La catégorie de peuple doit-elle être au contraire décrite en termes gradualisés, de telle façon qu’on pourra dire d’un groupement d’hommes qu’il est « plus ou moins » un peuple et de telle sorte qu’on aura aussi des peuples en quelque sorte idéaltypiques ou, comme on dirait à la suite de Eleanor Rosch, « prototypiques » ?

Une catégorie « aristotélicienne » ? Peuples et non-peuples

  • 21 On pourrait croire qu’il n’y a un « chef », à strictement parler, que dans les Républiques qui cho (...)

17Des textes confortent sans aucune ambiguïté apparente l’attribution de cette notion de peuple au premier type de catégories. Ainsi en est-il des passages qui opposent absolument cet autre sens du mot au sens que nous avons vu antérieurement : « Que des hommes épars soient successivement asservis à un seul […], je ne vois là qu’un maître et des esclaves, je n’y vois point un peuple et son chef ; c’est si l’on veut une agrégation, mais non pas une association » (I, 5, p. 359). Selon ce genre de passage, les peuples au sens 1 (et les nations) ne sont pas du tout des peuples en ce sens 2. La mention du peuple et de son chef, dans la citation, ne doit pas leurrer : la seule association qui existe est celle qui est instituée par le pacte social et qui repose sur une adhésion rationnelle et volontaire : c’est là seulement qu’il y a un peuple et un chef21 ; les nations historiques ne sont, elles, que des agrégats : en ce sens nouveau du mot peuple (pour fixer les idées, nous parlerons de « peuple-contrat » pour ce sens 2), on ne peut plus dire, comme on le pouvait plus haut, que ces nations sont des peuples : il n’y a plus que des esclaves soumis à leur maître.

  • 22 Le seul fait de promettre d’obéir est également considéré par Rousseau comme l’aliénation complète (...)
  • 23 Cette substitution de nation à peuple (au sens 2) a pu être favorisée par le fait que Rousseau sub (...)

18Le trait définitoire du peuple est alors très clairement la liberté de ses membres et Rousseau se fait de celle-ci une conception beaucoup plus radicale que dans les textes évoqués précédemment : la liberté, c’est « l’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite » (I, 8, p. 365). Cela exclut donc assurément tous les despotismes, pourtant très fréquents dans les nations historiques. Mais, en vertu de ce principe, le seul fait même d’élire des députés dissout le peuple puisque des individus devraient alors obéir à des lois décidées par d’autres qu’eux-mêmes : « à l’instant qu’un Peuple se donne des Représentants, il n’est plus libre ; il n’est plus » (III, 15, p. 431)22. C’est cet antiparlementarisme bien connu qui fait encore condamner cette très vieille nation historique qu’est l’Angleterre : « Le peuple anglais pense être libre ; il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement ; sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien » (III, 15, p. 430). Cette catégorisation de la notion de peuple est aussi celle qui a nourri la conception universaliste et rationaliste de la nation à la faveur d’une substitution sémantique, le mot nation prenant les attributs du peuple rousseauiste (en ce sens 223.) Dans cette conception la nationalité tend alors à se résorber purement et simplement dans la citoyenneté (A. Renaut, 1991, p. 34).

Une catégorie « wittgensteinienne » ? Des peuples plus ou moins « prototypiques »

  • 24 Pareto, de tous les grands classique de la sociologie le plus sensible aux phénomènes linguistique (...)

19Pourtant d’autres passages suggèrent de façon incontestablement beaucoup moins nette et de manière en général plutôt indirecte, à de rares exceptions près, un autre type d’organisation catégoriale, de telle sorte que si on considère que le type de catégorie en jeu est graduel, on peut intégrer le sens précédent de la notion de peuple (le sens 1 : peuple-nation). Plusieurs types d’éléments suggèrent cette interprétation : certains sont extérieurs au Contrat social comme les Considérations sur le gouvernement de Pologne qui prescrivent des représentants, apparemment en contradiction avec ce que dit Rousseau ici. Mais d’autres sont constitués par des textes mêmes du Contrat social. Ainsi Rousseau écrit-il du peuple anglais : « Je n’ai pas lu que le titre de Cives ait jamais été donné aux sujets d’aucun Prince, pas même anciennement aux Macédoniens, ni de nos jours aux Anglais, quoique plus près de la liberté que tous les autres » (I, 6, note, p. 361 ; nous soulignons). Il semble y avoir, à la fin de cet énoncé, une franche contradiction avec le jugement précédent sur les Anglais et qui impliquait que la liberté n’était pas susceptible de degrés. En décrivant l’histoire de Rome, donnée comme exemple prototypique de peuple au sens 2 (« peuple-contrat »), Rousseau parle, d’autre part, de « véritable époque de la naissance de la République » (III, 10, p. 421, note) par opposition à une époque antérieure de Rome, puis, dans le même contexte, de « vrai gouvernement » et de « véritable démocratie » (p. 422, note), ce qui suggère qu’il y a eu des gouvernements (et des démocraties) qui n’étaient pas vraiment des gouvernements (respectivement : des démocraties) tout en l’étant quand même un peu (par exemple la Rome archaïque). Toutes ces expressions imposent une conception gradualiste des catégories en question, les mots vrai et véritable y jouant en quelque sorte le rôle d’indices linguistiques de prototypie24. Rousseau poursuit d’ailleurs en montrant que c’est progressivement que la République romaine s’est construite : « L’expulsion des Tarquins fut la véritable époque de la naissance de la République. Mais elle ne prit pas d’abord une forme constante, parce qu’on ne fit que la moitié de l’ouvrage en n’abolissant pas le patriarcat » (id. p. 421).

20Notons toutefois que cette représentation progressive et gradualiste, qui exclut la discontinuité, n’exclut pas l’existence de seuils : on peut être tout près de la vraie liberté sans y être encore tout à fait, un peuple peut se construire sans être encore un vrai peuple, le corps politique peut se dégrader sans être encore vraiment dissous.

  • 25 II, 7, p. 381.

21Mais ce qui conforte l’hypothèse alternative d’une catégorisation gradualiste, c’est, de façon générale, le fait que Rousseau prend des exemples historiques, presque toujours pourtant défectueux d’un côté ou de l’autre, c’est-à-dire pense alors certains peuples 1 (certaines nations historiques) comme des exemples de peuples 2 (« peuples-contrat »). C’est particulièrement manifeste lorsque Rousseau prend des exemples de législateurs, censés proposer des lois aux peuples (II, 8, p. 385). Ils apparaissent très explicitement comme de simples approximations du législateur-type et Rousseau insiste lui-même sur l’irréalisme de la définition qu’il donne du législateur (« Il faudrait des dieux pour donner des lois aux hommes25 »).

Le réseau notionnel de « peuple » : une double catégorisation généralisée dans le Contrat social

  • 26 « Cette personne publique qui se forme ainsi par l’union de toutes les autres prenait autrefois le (...)
  • 27 Ou leur « sème » commun.

22Cette notion de peuple (peuple 2 ou « peuple-contrat ») appartient à un réseau de notions très serré, de telle manière qu’on peut s’attendre à retrouver ce double type de catégorisation, l’une très explicite, l’autre nettement plus effacée, à propos de ces notions. Au chapitre 6 du livre I, ainsi, Rousseau donne la définition de ce qu’est un peuple en référence à la notion de corps politique. Les individus qui ont contracté ensemble forment un « corps politique » ou une « République » dont ils sont désormais les membres26 ; Rousseau poursuit : « à l’égard des associés ils prennent collectivement le nom de peuple » (I, 6, p. 362 – les italiques sont de Rousseau). Le même corps politique est appelé sous d’autres rapports État, Souverain ou Puissance de telle sorte que la notion de corps politique paraît le noyau commun à toutes ces notions27.

  • 28 On pourrait aussi poursuivre l’analyse du réseau notionnel vers la notion de loi (la législation, (...)

23Selon le premier type de catégories, il y a donc des nations qui ne sont pas du tout des corps politiques. Au chapitre 1 du livre II, Rousseau écrit : « à l’instant qu’il y a un maître, il n’y a plus de Souverain et dès lors le corps politique est détruit28 » (II, 1, p. 369). Selon le second type de catégorisation, au contraire, une nation sera toujours, en quelque manière, quoique peut-être parfois en un sens très faible du terme, un corps politique. Et d’autres passages confirment cette interprétation gradualiste ; ainsi, Rousseau écrit-il du corps politique : « Le corps politique, aussi bien que le corps de l’homme, commence à mourir dès sa naissance et porte en lui-même les causes de sa destruction » (III, 11, p. 424). Le temps du passage de vie à trépas n’est donc plus l’instant mais la longue durée.

  • 29 C’est le cas aussi dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les homme (...)

24Il faudrait confirmer de façon systématique l’hypothèse de ce double type de catégorisation. Contentons-nous de relire de cette même manière la double temporalisation qui existe dans le Contrat social concernant le passage de l’état de nature à l’état civil : la catégorisation discontinue conduit nécessairement à penser le passage d’un état, par exemple celui de non-peuple à celui de peuple de façon instantanée ; de fait, on retrouve ailleurs que dans le court texte que nous avons cité un peu plus haut (« à l’instant […] le corps politique est détruit ») cette représentation instantanéiste du passage ; au chapitre 6 du livre I, d’abord, au moment où le pacte social fait un peuple : « À l’instant, au lieu de la personne particulière de chaque contractant, cet acte d’association produit un corps moral et collectif » (p. 361). De même, au chapitre 8 du même livre, le passage de l’état de nature à l’état civil par le pacte social est caractérisé comme un « instant heureux » (p. 364). C’est certainement dans ce chapitre, d’ailleurs, que le caractère discontinu des catégories est le plus frappant : il n’est nullement fait mention des nations historiques mais puisque seul le contrat social constitue un peuple au sens 2 en faisant passer à l’« état civil », cela veut dire que ces nations ne sont, elles, qu’état de nature, l’individu qui en fait partie n’étant qu’« animal stupide et borné », tandis que le citoyen, lui, est « un être intelligent et un homme » (p. 364). Il n’y a, dans ces nations, ni moralité, ni droits, ni devoirs… Et ce sont ces passages, assurément, qui suggèrent le plus une lecture révolutionnaire de Rousseau. Toute la temporalité des livres II, III, IV, à quelques exceptions près, semble pensée au contraire sur le mode de la durée29.

Catégorisation wittgensteinienne et postulat de rationalité

  • 30 Notons bien que seul ce type de catégorisation autorise à concevoir les catégories rousseauistes c (...)
  • 31 C’est ainsi probablement qu’il faut comprendre ce passage pseudo-tautologique : « Avant donc que d (...)

25La catégorisation gradualiste, « wittgensteinienne », peu apparente dans le Contrat social mais, malgré tout, nous semble-t-il, présente, a un privilège sur la précédente, comme nous avons eu l’occasion de le suggérer : c’est qu’elle peut intégrer celle-ci comme un caslimite dans la mesure où elle peut reconnaître l’existence sinon de discontinuités, ce qui serait contradictoire, du moins de seuils. Elle doit donc être considérée comme correspondant davantage à l’intention de l’auteur, si on adopte dans l’interprétation le principe de rationalité, lequel postule que l’auteur ne se contredit pas30. Il suffit, mais il est nécessaire alors, de rétablir un certain nombre d’indices linguistiques de cette prototypie : les nations historiques ne sont pas des « vrais » peuples au sens 2 (« peuples-contrat ») mais ce sont quand même un peu des peuples, de telle sorte que la distinction des deux sens de peuple perd sa légitimité : un « peuple 1 » (« peuple-nation »), c’est toujours un peu, même très peu, un « peuple 2 » (« peuple-contrat »). De même, les nations historiques ne sont jamais au niveau du « vrai » état civil mais elles sont quand même « un peu » à l’état civil, elles n’ont pas une « vraie » moralité, ni un « vrai » droit et de « vrais » devoirs mais elles possèdent néanmoins, à un plus ou moins faible degré, moralité, droits et devoirs ; les hommes n’y sont pas vraiment hommes ni vraiment libres mais ils le sont tout de même plus ou moins et parfois, comme les Anglais, plus que moins. La conception rationaliste s’estompe sans disparaître : on peut envisager, et même on doit pouvoir concevoir, un peuple auquel chaque individu adhérerait librement et dont il forgerait lui-même les lois mais c’est nécessairement et comme naturellement sur fond de communauté historique (le pacte social constitue la nation en vrai peuple mais pas la nation en nation31.)

Deux types de catégorisation pour deux types de « voix ». Voix dissonantes et erreurs de catégories

26Reste à expliquer pourquoi Rousseau use alternativement de ce double type de catégorisation qui induit inévitablement des « effets de sens » opposés, quoique hiérarchisés puisque la catégorisation discontinue est nettement plus prégnante. Là encore, si on applique à Rousseau, malgré sa réputation de contradiction, le même principe de rationalité, on doit trouver des raisons à cette dualité de catégorisation et si Rousseau paraît davantage contradictoire que d’autres auteurs, c’est peut-être simplement que ces raisons sont davantage implicites. Nous en envisagerons successivement deux.

Progression textuelle et double type de catégorisation

27C’est un fait bien connu qu’il est parfois plus pédagogique de développer progressivement le contenu d’une notion, de telle sorte que le sens que l’on donne au mot qui la désigne n’est plus le même à la fin de son propos qu’au début de celui-ci, sans qu’on puisse dire dès lors qu’il y ait contradiction autre qu’apparente. Certains linguistes (par exemple B. Combettes, 1983) et certains psychologues du discours (par exemple T. A. Van Dijk et W. Kintsch, 1983) ont cependant attiré l’attention sur les micromécanismes discursifs (rappels, anticipations, etc.) nécessaires pour qu’un discours progresse sans qu’on ait le sentiment ni d’une rupture de cohésion ni d’une trop grande redondance – équilibre qu’il n’est pas toujours facile d’atteindre.

  • 32 De même au début de III, 1, par. 2 et 3, Rousseau fait le lien entre l’objet du livre II et celui (...)

28Rousseau recourt très manifestement à ces principes dans certains passages du Contrat social. Ainsi voit-on Rousseau ménager très explicitement la progression, par exemple au début du chapitre 6 du livre II : « Par le pacte social nous avons donné l’existence et la vie au corps politique : il s’agit maintenant de lui donner le mouvement et la volonté par la législation32 » (p. 378). Même souci explicite de la progression au début du livre III pour établir le lien avec le livre précédent. Et un passage du Contrat social manifeste que Rousseau a une claire conscience de ne pas toujours pouvoir échapper à l’impression de contradiction qui peut résulter de l’introduction d’une nouvelle notion si les mots manquent pour la désigner : « Lecteurs attentifs, ne vous pressez pas, je vous prie, de m’accuser ici de contradiction. Je n’ai pu l’éviter dans les termes, vu la pauvreté de la langue ; mais attendez » (II, 4, p. 373, note). Dans le langage de Grice, on dirait que Rousseau reconnaît ici qu’il n’a pu respecter toujours la maxime de modalité. Ce qui est vrai de l’introduction d’un nouveau sens ne peut-il l’être de l’introduction d’un nouveau type de catégorie ?

29On pourrait penser que l’hypothèse fonctionne assez bien pour les notions de peuple et de nation dans la mesure où la conception universaliste et radicale est très prégnante dans le livre I, alors qu’on n’y voit pas du tout la conception historiciste (en dehors de quelques occurrences dans les chapitre 2 et 4 du livre I, qui passent assez inaperçues parce que le propos des chapitres est ailleurs), tandis que les livres II, III et IV abondent en exemples de nations historiques, l’essentiel du livre IV étant même consacré à l’analyse de l’exemple du peuple romain. La conception gradualiste serait ainsi globalement introduite après coup et elle modulerait la conception précédente, discontinuiste. Rousseau aurait commencé par établir des concepts-limites en les présentant d’abord comme discontinus avant de montrer les différents degrés qui conduisent jusqu’à cette limite interprétée dès lors comme un simple seuil sur un continuum. Ce qui gênerait la reconnaissance de cette progression, c’est que hormis la répartition des types de catégorisation plutôt dans tel livre que dans tel autre, il n’y en a guère d’indices, entre autres linguistiques.

30Cependant cette hypothèse d’une progression tacite ne fonctionne que partiellement car s’il y a concentration d’énoncés radicaux avec inversement peu d’énoncés gradualisés dans le premier livre, on trouve quand même la catégorisation discontinue, aristotélicienne, disséminée dans tout l’ouvrage. Ainsi est-ce vers la fin du livre III qu’on lit, à propos de l’impossibilité de principe qu’il y ait des représentants cette formule strictement discontinuiste : « la volonté ne se représente point : elle est la même, ou elle est autre ; il n’y a point de milieu » (III, 15, p. 429).

Polyphonie et double type de catégorisation. La voix du philosophe et la voix du citoyen de Genève. L’oreille philosophique et l’oreille « nationale » de chaque lecteur

  • 33 Chapitre 8. O. Ducrot dit très clairement qu’il s’agit d’une généralisation d’une notion empruntée (...)
  • 34 Pour une synthèse très pédagogique sur tous ces problèmes, voir D. Maingueneau (1987 et 1990). Et (...)

31Si l’hypothèse de la simple progression textuelle est insuffisante, on peut forger l’hypothèse d’une structure polyphonique de l’œuvre, c’est-à-dire supposer que l’auteur parle en quelque sorte par diverses « voix », c’est-à-dire, pour reprendre une distinction de O. Ducrot, que l’auteur se diversifie en différents « énonciateurs » (1984)33 en raison du contexte d’énonciation34. Une interprétation de type polyphonique a, du reste, déjà été proposée sur d’autres œuvres de Rousseau en dehors même des œuvres dites littéraires, par exemple sur le Discours sur les sciences et les arts (Léo Strauss, 1984, spécialement p. 73-74), bien avant la fine conceptualisation de Ducrot. On peut montrer aussi qu’elle vaut pour le Contrat social quoique les indices linguistiques en soient, comme dans le cas de la progressivité, fort effacés. C’est donc d’une polyphonie implicite qu’il faut parler.

32Le Contrat social est un traité. Son titre complet est Du Contrat social ou Principes du Droit politique ; la première page de l’ouvrage est un « Avertissement » de la main de Rousseau, qui commence ainsi : « Ce petit traité est extrait d’un ouvrage plus étendu… » (p. 349). Rousseau parle donc en savant ou en philosophe. Mais Rousseau se présente aussi comme « citoyen de Genève » ; c’est sur la page de garde ; l’ouvrage est écrit « par J.-J. Rousseau, citoyen de Genève » (p. 347) ; et le début du livre I poursuit :

Né citoyen d’un État libre, et membre du souverain […], le droit d’y voter suffit pour m’imposer le devoir de m’en instruire. Heureux, toutes les fois que je médite sur les Gouvernements, de trouver toujours dans mes recherches de nouvelles raisons d’aimer celui de mon pays (p. 351).

33Il y a donc en quelque sorte deux énonciateurs : le philosophe et le citoyen de Genève (donc d’une nation et d’un peuple particuliers). Ce que confirme le fait que Rousseau use parfois d’énoncés qui ne sont ni descriptifs ni explicatifs, comme il siérait à un traité de philosophie du droit, mais qui sont tantôt des exhortations, tantôt des condamnations, ce qui est plutôt dans le style du discours politique. Rousseau prend ainsi très directement à partie les peuples et leurs membres : « Peuples libres, souvenez-vous de cette maxime : on peut acquérir la liberté ; mais on ne la recouvre jamais » (II, 8, p. 385) et plus loin : « Pour vous, peuples modernes, vous n’avez point d’esclaves, mais vous l’êtes ; vous payez leur liberté de la vôtre » (III, 15, p. 431).

34On pourrait dire ainsi que Rousseau s’adresse, avec deux « voix » différentes, à deux types de publics ou d’auditoires, celui des savants et des philosophes, d’un côté, celui des différents peuples, de l’autre. Mais on peut aussi penser, plus finement peut-être, que Rousseau s’adresse, en chaque individu, à celui qui est nécessairement plus ou moins philosophe s’il le lit, mais aussi à celui qui, en même temps, appartient nécessairement aussi à une nation, elle même plus ou moins libre et plus ou moins esclave.

35Quelle relation établir entre les différents types de catégorisation et ces différentes voix ? Nous nous contenterons de formuler une hypothèse, qui ne s’impose pas absolument mais qui nous semble rendre compte du phénomène à expliquer : la voix du Rousseau philosophe s’adressant à l’oreille philosophique de tout lecteur du Contrat pourrait être celle qui formule des catégorisations de type graduel puisque ce type de catégorisation semble plus intégratif que le précédent.

36Mais ce type de catégorisation s’adresse aussi à celui qui, outre qu’il est peu ou prou philosophe, appartient encore en même temps à un peuple jeune, un peuple qui peut encore devenir libre ou plus libre et pour lequel on peut envisager une progression vers la liberté, au lecteur corse par exemple :

Il est encore en Europe un pays capable de législation ; c’est l’Isle de Corse. La valeur et la constance avec laquelle ce brave peuple a su recouvrer et défendre sa liberté, mériterait bien que quelque homme sage lui apprit à la conserver » (II, 10, p. 391).

  • 35 Si l’on peut imaginer une troisième voix et un troisième énonciateur (le Rousseau législateur à cô (...)
  • 36 Voir le Projet Je constitution pour la Corse et les Considérations sur le Gouvernement de Pologne.

37Le message sera entendu des patriotes corses qui verront en Rousseau cet homme sage, c’est-à-dire dans le citoyen de Genève un législateur potentiel. Comme il sera entendu des Polonais. Aux uns et aux autres et à leur demande expresse, Rousseau pourra faire entendre davantage sa « voix » de citoyen devenu législateur35, capable de proposer un modèle politique adapté au degré de liberté qui leur est accessible et conforme à leurs traditions nationales36.

  • 37 Voir Émile, Livre I. Pour l’analyse du discours politique d’un héritier hétérodoxe de Rousseau mai (...)
  • * Je remercie Jean-Marie Beyssade, Raymond Boudon et François Chazel ainsi que les membres du groupe (...)

38Au lecteur peu ou prou philosophe des peuples qui ont déjà subi longtemps le joug des mauvaises lois, des pseudo-lois, Rousseau tient en revanche quelque chose comme un double discours, avec deux voix qui ne peuvent être, d’une certaine manière, que dissonantes et qui sont, surtout, d’une force très inégale : le philosophe a certes droit à la voix et au style du traité mais « l’esclave » n’a droit, lui, qu’à la voix et au ton de l’indignation et de la condamnation parce que pour ces vieilles nations, il n’y a pas à ménager de progression : pour ces pays, il est trop tard et le temps de la liberté politique est définitivement passé. Et cette voix-là est plus forte que toutes les autres et couvre presque complètement leur son et le type de catégorisation qu’elles proposent. La radicalité de la conceptualisation n’a ainsi rien de révolutionnaire. Elle vise au contraire à détourner les peuples trop vieux ou mal vieillis de tout projet politique, décidément anachronique. Reste un projet purement moral et bien connu, que Rousseau livre la même année dans l’Émile : il est trop tard pour faire des citoyens ; le temps est venu de faire des hommes37*.

Bibliographie

Bibliographie

Authier-Revuz J., 1982 – « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l’autre dans le discours », DRLAV, no 26, p. 91-151, dans Parret H. (éd.), Le Sens et ses hétérogénéités, Paris, Éd. du CNRS (réédition 1991).

Benveniste É., 1966 – « Civilisation. Contribution à l’histoire du mot » dans Hommage à Lucien Febvre, 1954, réédité dans Problèmes de linguistique générale, I, Paris, Gallimard, p. 336-345.

Benveniste É., 1974 – « Deux modèles linguistiques de la cité », dans Problèmes de linguistique générale, II, Paris, Gallimard, p. 272-280 (1re édition 1970).

Boudon, R., 1990 – L’Art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses, Paris, Fayard.

Boudon, R. (éd.), 1992 – Traité de sociologie, Paris, PUF.

Bouvier A., 1994 – « La catégorisation de l’action dans les argumentations politiques (Étude de sociologie cognitive) », L’année sociologique, 44, p. 177-209.

Collins S., 1994 – « Remarques sur l’origine philosophique des catégories chez Mauss et Durkheim », Raisons pratiques no 5, L’enquête sur les catégories. De Durkheim à Sacks.

Combettes B., 1983 – Pour une grammaire textuelle. La progression thématique, Bruxelles, Paris, A. De Bœck-Duculot.

Cossutta F., 1989 – Eléments pour la lecture des textes philosophiques, Paris, Bordas.

Dubois D. (éd.), 1991 – Sémantique et cognition. Catégories, prototypes, typicalité, Paris, Éd. du CNRS.

Ducrot O., 1984 – Le Dire et le Dit, Paris, Minuit.

Durkheim É., 1960 – Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF (1re édition 1912).

Durkheim É., Mauss M., 1969 – « De quelques formes primitives de classification. Contribution à l’étude des représentations collectives », rééd. dans Durkheim E., Journal sociologique, Paris, PUF (1re édition 1901-1902).

Ferry L., Renaut A., 1985 – Philosophie politique T. 3,. Des droits de l’homme à l’idée républicaine, Paris, PUF.

Grice H. P., 1979 – « Logique et conversation », Communications no 30, p. 57-72 (1re édition 1975).

Jacques F., 1978 – Préface à G. Ryle.

Kerbrat-orecchioni C., 1986 – L’Implicite, Paris, Colin.

Kleiber G., 1990 – La Sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris, PUF.

Launay M., 1977 – Le Vocabulaire politique de Jean-Jacques Rousseau, Genève, Slatkine.

Maingueneau D., 1987 – Nouvelles tendances en analyse du discours, Paris, Hachette.

Maingueneau D., 1990 – Pragmatique pour le discours littéraire, Paris, Bordas.

Mauss M., 1978 – « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne, celle de “moi” » dans Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, p. 331-362 (1re édition 1938).

Pareto V., 1968 – Traité de sociologie générale, Genève, Droz (1re édition 1916).

Rastier F., 1987 – Sémantique interprétative, Paris, PUF.

Renaut A., 1991 – « Logiques de la nation », dans Delannoi G. et Taguieff P.-A. (éd.), Théories du nationalisme. Nation, nationalité, ethnicité, Paris, Éditions Kimé, p. 29-46.

Rosch E., Lloyd B. B., 1978 – Cognition and Categorization, New York, Lawrence Erlbaum Ass. Pub.

Rousseau J.-J., 1964 – Du contrat social ou Principes du droit politique, Œuvres complètes, T. 3, Paris, Gallimard, Pléiade (1re édition 1762).

Ryle G., 1978 – La Notion d’esprit, Paris, Payot (1re édition 1949).

Sperber D., Wilson D., 1989 – La Pertinence, Paris, Minuit (1re édition 1986).

Stark W., 1962 – The fundamental forms of social thought, Londres, Routledge et Kegan Paul.

Strauss L., 1984 – « L’intention de Rousseau », dans Pensée de Rousseau, Paris, Seuil (1re édition 1947).

Tatin-Gourier J.-J., 1989 – Le Contrat social en question. Échos et interprétations du Contrat social de 1762 à la Révolution, Lille, PUL.

Van Dijk T. A., Kintsch W., 1983 – Strategies of discourse comprehension, New York, Academic Press.

Weber M., 1964 – L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon (1re édition 1904).

Weber M., 1965 – « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociale », dans Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, p. 117-201 (1re édition 1904).

Notes

1 Sur la diversité générale des interprétations historiques, voir J.-J. Tatin-Gourier (1989).

2 Pour la mise en évidence idéaltypique de ces deux conceptions et de leur logique interne, voir A. Renaut (1991). La distinction entre la conception de la nation fondée sur le droit du sol et inscrite dans le droit français et une conception fondée sur le droit du sang, inscrite dans le droit allemand, est nettement réductrice par rapport à la distinction précédente (A. Renaut, 1991, p. 36, no 1).

3 Sur la conception contractualiste de la nation chez Sieyès, voir A. Renaut, 1991, p. 33. Sur le rapport de Sieyès à Rousseau, voir aussi L. Ferry et A. Renaut (1985, p. 91-96).

4 Voir E. Durkheim et M. Mauss (1969), E. Durkheim (1960) et S. Collins (1994).

5 Ce déplacement supposait en même temps une lecture psychologiste de Kant puisque celui-ci ne cherchait pas à décrire le mode de fonctionnement de l’esprit (programme qui aurait été psychologique) mais à dégager quelle structure de l’esprit était a priori requise pour qu’une mathématique et une physique certaines soient possibles (Kant appelle « transcendantale » une telle recherche des fondements).

6 Voir notamment É. Benveniste, 1966 et 1974. Sur l’étude des catégories, il faudrait encore au moins citer les travaux de J.-P. Vernant, dans la continuité de L. Gernet et d’I. Meyerson et ceux de Werner Stark (en particulier 1962), dans l’héritage de Weber et Dilthey.

7 Exception remarquable de Weber dont l’étude de la notion de Beruf, à la fois conceptuelle et lexicale, est exemplaire (1964, p. 83-90, notes 1 à 3) et de W. Stark (voir plus haut).

8 Grice distingue quatre maximes avec des variantes. Nous n’avons pas à nous préoccuper ici des efforts faits pour diversifier davantage ces maximes ou, inversement, pour les ramener à l’unité. Voir d’un côté C. Kerbrat-Orecchioni (1986), de l’autre D. Sperber et D. Wilson (1989).

9 Voir G. Ryle (1978) La référence est chez R. Boudon (1990, p. 322-324). Ce que Ryle entend précisément par là n’est toutefois pas très clair : voir F. Jacques (1978, p. XI).

10 Si l’on excepte Max Weber qui n’a eu aucune influence connue sur ces recherches et qui ne se souciait du reste pas de psychologie mais d’épistémologie.

11 Boudon (1990, p. 325 et suiv.) renvoie lui-même à Wittgenstein. Manifestement les analyses les plus célèbres de Wittgenstein (comme l’analyse du mot jeu) ne relèveraient cependant pas du modèle prototypique. Pour une confrontation E. Rosch / Wittgenstein et une évaluation critique de l’intérêt de ces recherches, voir G. Kleiber (1990) ; voir aussi D. Dubois (1991).

12 Ce principe est également très généralement partagé par les historiens de la philosophie et des sciences.

13 Voir la fin de notre contribution pour une interprétation plus fine.

14 Les chapitres II, 7 et II, 8 sont particulièrement instructifs à cet égard : le titre du chapitre II, 8 est « du peuple » (toutes les italiques sont de nous dans cette note et dans les suivantes, sauf précision), mais les reprises, par substitution, de peuple sont souvent nation ; ainsi si le par. 1 parle du peuple (« le sage instituteur ne commence pas par rédiger de bonnes lois en elles-mêmes mais il examine auparavant si le peuple auquel il les destine est propre à les supporter »), le par. 2 enchaîne sur les nations (« mille nations ont brillé sur la terre ») et poursuit avec peuple (« Les peuples ainsi que les hommes ne sont dociles que dans leur jeunesse ») (p. 384-5). La suite du chapitre fait alterner constamment peuple et nation. Et au chapitre précédent (II, 7), on trouve même le mot peuple en relation de substitution non seulement avec nation mais aussi avec patrie ; si le premier paragraphe commence ainsi : « Pour découvrir les meilleures règles de société qui conviennent aux nations » (p. 381) et que le par. 3 poursuit : « Celui qui ose entreprendre d’instituer un peuple… » (id), au par. 5, lorsque Rousseau prend un exemple, il écrit en effet : « Quand Lycurgue donna des lois à sa patrie […] » (p. 382).

15 Sur le rôle des sèmes dans la cohésion textuelle, voir en particulier F. Rastier (1987).

16 Elle peut être « opulente » (par. 5 : « La monarchie ne convient donc qu’aux nations opulentes », III, 8, p. 415), on se soucie de son bien-être (« Il faut moins regarder au repos apparent, et à la tranquillité des chefs qu’au bien-être des nations entières et surtout des États les plus nombreux », III, 9, Note, p. 420).

17 III, 8, p. 415, nation étant remplacé par États : « La monarchie ne convient donc qu’aux nations opulentes, l’Aristocratie aux États médiocres en richesse ainsi qu’en grandeur, la Démocratie aux États petits et pauvres ».
La patrie, elle, est plutôt caractérisée par l’idée de défense du territoire en période de guerre : il s’agit de « porter les armes pour la patrie » (IV, 4, p. 448), de « combattre […] pour la patrie » (II, 4, p. 375), et donc toujours finalement du « salut » de celle-ci : « l’on ne doit jamais arrêter le pouvoir sacré des lois que quand il s’agit du salut de la patrie » (IV, 6, p. 456, à propos de la dictature).

18 Voir par exemple III, 15 : « L’attiédissement de l’amour de la patrie, l’activité de l’intérêt privé, l’immensité des États, les conquêtes, l’abus du gouvernement ont fait imaginer la voie des députés ou représentants du peuple dans les assemblées de la nation. C’est ce qu’en certains pays on ose appeler le tiers État » (p. 429). Rousseau parle ailleurs du « malheureux peuple » (II, 9, p. 387), et encore de la « langue du peuple » (II, 7, p. 383).

19 II, 10 : « On peut mesurer un corps politique de deux manières : savoir par l’étendue du territoire, et par le nombre du peuple » (p. 388).

20 Nous avons utilisé Michel Launay (1977), ainsi que Ars combinatoria (sans date).

21 On pourrait croire qu’il n’y a un « chef », à strictement parler, que dans les Républiques qui choisissent de se donner un roi comme instrument de l’exécutif, comme d’autres se donnent une aristocratie et d’autres enfin se constituent en démocratie (dans ce dernier cas, le peuple est à la fois celui qui fait les lois, ce qui définit de façon générale la République et que le Contrat social légitime sous ses diverses formes, et celui qui veille à leur exécution, ce qui fait spécifiquement de la République une démocratie) : voir III, Chapitres 3 à 6. En fait, « à proprement parler il n’y a point de Gouvernement simple. Il faut qu’un chef unique ait des magistrats subalternes ; il faut qu’un Gouvernement populaire ait un chef » (chapitre 7, « Des Gouvernements mixtes », p. 413).

22 Le seul fait de promettre d’obéir est également considéré par Rousseau comme l’aliénation complète de sa liberté : « Si donc le peuple promet simplement d’obéir, il se dissout par cet acte, il perd sa qualité de peuple » (II, 1, p. 369).

23 Cette substitution de nation à peuple (au sens 2) a pu être favorisée par le fait que Rousseau substitue lui-même facilement l’un à l’autre nation et peuple (au sens 1), comme nous l’avons montré plus haut. On voit clairement sur cet exemple que l’histoire des catégories ne se confond pas avec l’histoire du lexique (l’histoire de la notion de nation n’est pas purement et simplement l’histoire du mot nation).

24 Pareto, de tous les grands classique de la sociologie le plus sensible aux phénomènes linguistiques, avait bien perçu le rôle de ce genre de mots ; mais il y voyait un moyen purement rhétorique de voiler les contradictions ou de réduire les dissonances. Voir Pareto 1968, § 1561-1563, p. 904-905.

25 II, 7, p. 381.

26 « Cette personne publique qui se forme ainsi par l’union de toutes les autres prenait autrefois le nom de Ciré, et prend maintenant celui de République ou de corps politique » (I, 6, p. 362 – les italiques sont de Rousseau).

27 Ou leur « sème » commun.

28 On pourrait aussi poursuivre l’analyse du réseau notionnel vers la notion de loi (la législation, donc le fait de faire des lois, donne « le mouvement et la volonté » au corps politique, le pacte social lui ayant « donné l’existence et la vie », II, 6, p. 378). On retrouve la catégorisation discontinue (loi / non-loi) : « Toute loi que le Peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi » (111, 15, p. 430) ; et, en conséquence, l’énoncé presque explicite, un peu plus loin, que la plupart des nations ne sont pas des peuples : « en examinant bien les choses on trouverait que très peu de nations ont des lois » (III, 15, p. 430).

29 C’est le cas aussi dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes…

30 Notons bien que seul ce type de catégorisation autorise à concevoir les catégories rousseauistes comme des idéaltypes…

31 C’est ainsi probablement qu’il faut comprendre ce passage pseudo-tautologique : « Avant donc que d’examiner l’acte par lequel un peuple élit un roi, il serait bon d’examiner l’acte par lequel un peuple est un peuple » (I, 5, p. 359), c’est-à-dire l’acte par lequel un peuple au sens 1 (une nation) est un peuple au sens 2. Sur ces « tautologies », voir F. Rastier, 1987, p. 142-150.

32 De même au début de III, 1, par. 2 et 3, Rousseau fait le lien entre l’objet du livre II et celui du livre III.

33 Chapitre 8. O. Ducrot dit très clairement qu’il s’agit d’une généralisation d’une notion empruntée à Bakthine (p. 171). Voir aussi J. Authier-Revuz (1982).

34 Pour une synthèse très pédagogique sur tous ces problèmes, voir D. Maingueneau (1987 et 1990). Et pour une application de modèles voisins au discours philosophique, voir F. Cossutta (1989).

35 Si l’on peut imaginer une troisième voix et un troisième énonciateur (le Rousseau législateur à côté du Rousseau philosophe et du Rousseau citoyen, il n’est pas nécessaire de la supposer pour rendre le texte cohérent).

36 Voir le Projet Je constitution pour la Corse et les Considérations sur le Gouvernement de Pologne.

37 Voir Émile, Livre I. Pour l’analyse du discours politique d’un héritier hétérodoxe de Rousseau mais liant thèmes nationalistes et thèmes romantiques (le député français Ph. Seguin), nous nous permettons de renvoyer à Alban Bouvier (1994).

Notes de fin

* Je remercie Jean-Marie Beyssade, Raymond Boudon et François Chazel ainsi que les membres du groupe de Lexicologie politique de Lyon 2 pour leurs observations précieuses sur des versions antérieures de ce texte.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search