Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Quatrième partie. Al-Andalus sous le pouvoir almoravide : durcissement de la tension entre Islam et chrétienté

[29]. Les musulmans de la région valencienne entre le Cid et les Almoravides (1094)

Texte intégral

1Le passage du Bayan al-Mughrib du chroniqueur marocain Ibn 'ldhari (fin XIIIe-début XIVe s.) relatif à l'occupation de Valence par le Cid dans les années 1087-1094 présente un intérêt particulier. Il suit en effet fidèlement une chronique locale antérieure perdue, rédigée par un Valencien contemporain, Ibn 'Alqama, qui s'intitulait : "L'exposition claire sur la calamité accablante", et était consacrée aux événements de cette période particulièrement douloureuse pour les musulmans de Valence. Une grande partie de ce texte nous a été au moins en substance conservée par l'utilisation qu'en ont faite aussi bien l’historien Ibn 'Idhari que, vers la même époque (fin du XIIIe siècle), les rédacteurs de la Première Chronique Générale castillane. Les deux textes consacrent de très longs développements à l'action du Cid à Valence, et s'inspirent largement de la chronique d'Ibn 'Alqama. La commune dérivation des deux chroniques arabe et castillane du texte valencien primitif a été très bien démontrée par la mise en parallèle des parties coïncidentes des deux textes faite par Lévi-Provençal dans son article sur "La prise de Valence par le Cid" (cf. référence du texte ci-dessous).

2Le chef castillan dont l'histoire et la légende ont consacré la célébrité par le nom de Cid (probablement sayyid, seigneur), s'impose à Valence à partir du début de 1087 (on peut voir en français l'introduction de l'ouvrage de M. de EPALZA et S. GUELLOUZ, Le Cid : personnage historique et littéraire, Paris, 1983). Il se présente en protecteur de l'émir al-Qadir, ancien souverain de Tolède qu'Alphonse VI de Castille a l'année précédente imposé aux Valenciens après avoir obtenu de lui la cession du royaume de Tolède. A la même époque, les Almoravides entrent dans la péninsule et stoppent l'avance castillane à la bataille de Zallaqa ou Sagrajas en octobre 1086 (voir V. LAGARDERE, Le Vendredi de Zallaqa, Paris, 1990). Le Cid peut, sans guère d'opposition, imposer aux petites taifas de la partie nord-est d'al-Andalus (Valence, Denia-Tortosa-Lérida, Albarracín, Alpuente, et même au souverain hudide de Saragosse qui l'avait initialement accueilli et pris à son service) le paiement de tributs qui lui permettent d'entretenir la forte armée avec laquelle il les "protège".

3En 1092, les Valenciens se révoltent, profitant de circonstances extérieures favorables (les rois de Castille et d’Aragon, alliés au comte de Barcelone et ayant obtenu le concours d’une flotte pisano-génoise, attaquent les territoires soumis au Cid, obligeant celui-ci à quitter Valence). Ils tuent l’émir al-Qadir, et remettent le gouvernement au cadi de la ville, Ibn Djahhaf. Valence reconnaît alors en principe la souveraineté de l’émir almoravide Yusuf b. Tashfin qui, au cours des trois années précédentes, a occupé les royaumes de taifas d’Andalousie et de la partie occidentale de la péninsule en éliminant les souverains des taifas. Mais les Almoravides, bien qu’ils aient pris possession de Murcie, et même de Játiva dans le sud de la région Valencienne, n’ont pas les moyens d’envoyer à Valence autre chose qu’une garnison symbolique et le Cid, l’offensive chrétienne contre lui ayant échoué, peut revenir rétablir son pouvoir sur Valence et la région orientale sans être sérieusement inquiété du côté musulman. Il lui fallut tout de même un an et demi (de novembre 1092 à juin 1094) pour parvenir à s'imposer de nouveau à Valence, contre laquelle il mène une guerre d'intensité variable, entrecoupée de trèves passées avec un pouvoir valencien où prédominent alternativement les "réalistes", partisans d'accommodements au moins temporaires avec les chrétiens, représentés par Ibn Djahhaf, et ceux d'une résistance plus ferme, fondée sur l’espoir d'un secours almoravide décisif, dirigés par une autre famille de juristes valenciens, les Banu Wadjib.

4Favorisé par l'incapacité du régime almoravide à organiser une expédition suffisante pour venir sauver Valence (une première tentative dans l'été 1093 a échoué piteusement devant la résolution des chrétiens et les mauvaises conditions climatiques), le Cid finit par prendre la ville en juin 1094 après un très dur siège d'environ neuf mois. En dépit de ses promesses de conserver la vie sauve à Ibn Djahhaf et leurs coutumes et libertés aux Valenciens, il fait brûler l'ancien cadi et impose aux habitants un régime marqué par des mesures de plus en plus répressives, constituant dans la région Valencienne, de 1094 à sa mort en 1099, un curieux Etat chrétien en terre musulmane où l'on peut voir, toutes proportions gardées, l'esprit de croisade en moins et en dépit de son caractère éphémère, une sorte de préfiguration des Etats croisés qui vont se constituer en Orient à peine quelques mois plus tard (Antioche prise en 1098, Jérusalem en 1099).

5C'est à cette phase de l'histoire de Valence sous la domination du Cid que se rapporte le texte proposé ci-dessous, qui se situe en août 1094 au moment où les Almoravides sont enfin parvenus à mettre sur pied une seconde expédition, arrivée cependant trop tard pour empêcher la prise de la ville (qui a eu lieu deux mois plus tôt). Il met en scène pratiquement tous les protagonistes des événements complexes de cette époque particulièrement troublée : en premier lieu les Valenciens apeurés et soumis à la tyrannie du chef chrétien qui profite des événements pour leur extorquer le plus d'argent possible. La somme de 200.000 mithqal/s ou dinars d'or, même s'il s'agit de pièces dévaluées, paraît considérable (en 1090, l'émir de Valence versait au Cid un tribut annuel de 52.000 dinars). Les mesures prises par le Cid pour empêcher toute surprise de la part des musulmans montrent bien que sauf exceptions, les chrétiens ne trouvent guère d'appui dans l’opinion Valencienne (contrairement à l'idée parfois présentée d’un prétendu "parti mudéjar" d'esprit "national hispanique", favorable à l'alliance avec les chrétiens contre les Almoravides "africains"). Une autre composante de la population urbaine est l'élément mozarabe, dont l'importance est difficile à évaluer, mais qui semble constituer encore un groupe citadin non négligeable mentionné à plusieurs reprises dans la chronique d'Ibn 'Alqama.

6On constate l'importance du rôle des Juifs, qui ont, durant toutes les périodes du Moyen Age hispanique, constitué les intermédiaires presque obligés entre chrétiens et musulmans dans la mesure où ils maîtrisent souvent les langues des deux communautés. Les musulmans valenciens étant dès cette époque totalement ou largement arabisés linguistiquement, les chrétiens ont besoin d'un interprète pour communiquer avec eux ; toute l'administration de la ville et de l'Etat Valencien repose sur une documentation en arabe, et l'on est obligé de recourir à des Juifs, vraisemblablement valenciens et en tout cas arabisés, pour faire fonctionner ces rouages administratifs et sans doute surtout fiscaux en se passant des musulmans.

7Interviennent aussi dans le récit du chroniqueur arabe les petits souverains des taifas du nord-est d'al-Andalus. Ils ont été protégés de l'intervention almoravide, qui a éliminé les souverains du sud, par la présence "protectrice" du Cid à Valence. Par solidarité islamique, sans doute poussés aussi par leurs "opinions publiques", et désireux de se garantir en cas de victoire (attendue) des Almoravides, ils ne peuvent se soustraire à l'obligation de venir renforcer l'armée musulmane. L'énumération des derniers princes des taifas de ces régions, avec leurs laqabs/s ronflants dont l'auteur souligne la vanité, apporte des précisions intéressantes sur l'identité des derniers dynastes de ces petits royaumes orientaux, dépossédés eux aussi quelques années plus tard lorsque les Almoravides auront repris Valence (1102). Le texte mentionne aussi des gouverneurs, que les circonstances ont sans doute rendus pratiquement indépendants, de localités levantines comme Jérica et Segorbe, husun situés un peu au nord de Valence, dans l'actuelle province de Castellón.

8On entrevoit enfin, bien que l'auteur soit assez discret à cet égard, la médiocrité de l'armée almoravide, organisme étatique vraisemblablement trop lourd, trop composite, et apparemment sous les ordres d'un commandement assez peu efficace ou dépassé par l'instrument inefficace qui lui a été confié. Parvenue sous les murs de Valence (Mislata et l'acequia de Favara se trouvent dans l'aire actuellement urbanisée), l'armée se laisse désorganiser et ridiculiser par une ruse du chef chrétien, et apparemment se retire sans combattre, Ibn 'Idhari gardant un silence pudique sur les circonstances précises de son départ.

9Les tourments s’abattirent sur eux (les Valenciens) après le commencement du mois de Sha'ban (août-sept. 1094) : en effet, la nouvelle arriva que les forces ('asakir) musulmanes s’étaient concentrées à Murcie. Les Rum répandirent alors ce bruit : "Si la colonne musulmane (=almoravide) vient nous attaquer, nous passerons par l’épée les habitants de Valence". Puis passa le crieur public (du Cid) : "quiconque sera trouvé en possession de quelque outil de fer, nous déclarerons licites la saisie de ses biens et son meurtre !" Les habitants firent dès lors le nécessaire pour se disculper ; ils livrèrent jusqu'aux aiguilles et aux clous qu'ils détenaient et, pleins d'effroi et de crainte, ils apportèrent tout le fer qu’Us pouvaient avoir à la porte du palais gouvernemental (qasr). Le lendemain le crieur proclama l'ordre de se rendre au bord de la mer, afin de traîner sur le rivage les galères qui étaient à flot. Quand tous les habitants furent rassemblés, l'interprète (al-mutardjim), accompagné des chefs chrétiens, vint les trouver et opéra un tri parmi eux, renvoyant vers la ville les timides, et mettant à part pour les bannir ceux de tempérament énergique. On crut qu'ils avaient été tués, et leurs maisons furent plongées dans le deuil.

10Les choses restèrent en l'état durant le mois de ramadan (sept.-oct 1094). Le camp militaire (mahalla) de l'émir Muhammad b. Tashfin, le fils du frère de l'Emir des musulmans (amir al-muslimin), était alors établi à proximité de la ville. C’était l’ensemble des forces almoravides et sahariennes et des armées andalouses qui se trouvaient alors rassemblées sous le commandement de l'émir 'Abd Allah. Elles furent rejointes par Ta'yid al-Dawla, prince (sahib) de Lérida, Saiyid al-Dawla de Tortosa, Husam al-Dawla de Shant Bariya (=Santa Maria ou Albarracin) et Nizam al-Dawla d'Alpuente ; mais leurs actes ne justifièrent pas leurs noms honorifiques (laqab/s). Al-Shanyati de la Marche (al-Thaghr) arriva aussi, ainsi qu'Ibn Yasin, seigneur (sahib) de Segorbe, Ibn Yamlul seigneur (sahib) de Hisn al-Ashraf ("Le château des nobles", Jérica) et d'autres encore. La lune du début du mois de shawwal fit son apparition (14 octobre 1094), et les musulmans firent la prière (de la fête de la Rupture du jeûne à Manzil 'Ata' (act. Mislata), près du canal des Hawwara [saqiyat Hawwara, l'un des grands canaux d'irrigation de la huerta de Valence, act. canal de Favara], Les chrétiens tributaires [al-nasara al-mu'ahadun, c'est à dire les mozarabes] qui se trouvaient dans la ville cherchaient à se concilier la sympathie des musulmans qui s'y trouvaient car ils n’avaient aucun doute sur la victoire des leurs.

11Le 8 shawwal (21 octobre) le maudit (Cid) fit répandre la nouvelle qu'Ibn Rudmir [le roi d'Aragon] arrivait avec des troupes pour le secourir. Usant d'un stratagème, il fit sortir un groupe de chrétiens avec l'ordre d'occuper les assiégeants musulmans en lançant contre eux des escarmouches et de leur faire croire qu'il se trouvait lui-même à leur tête. Quant à lui, il sortit par un autre quartier de la ville, et les adversaires qu'il rencontra prirent la fuite devant lui. Il se dirigea alors vers le camp, où sa cavalerie fit irruption ; les appels au secours parvinrent à l'émir Muhammmad, et il revint vers le camp, pour s'apercevoir que les gens (les musulmans) l’avaient abandonné et que les tentes étaient livrées au pillage. L'ennemi (chrétien), occupé à faire du butin, ne s'occupa pas de poursuivre les fugitifs. Puis (le Cid) rentra dans la ville et fit ordonner par son crieur le rassemblement des musulmans au qasr. Quand ils furent tous arrivés, il sortit vers eux, les considéra attentivement, et leur parla longuement des Almoravides et de leur grande quantité de troupes qui leur avaient si peu servi. Il se mit à évoquer sa propre bienveillance, puis, gonflé d'orgueil, il leur dit : "Veillez à me remettre 700.000 mithqal/s (dinars) ; sinon je vous ferai tous périr en vous livrant aux épées de mes soldats !". Puis il s'en fut, laissant les musulmans enfermés dans le qasr, et on les conduisit en prison, entourés de chrétiens en armes. Voyant venir la mort, ils restèrent consternés et sans paroles. Puis le vizir juif (du Cid) vint les trouver pour leur dire : "Je n'ai pas cessé d'apaiser mon seigneur jusqu'à obtenir de lui pour vous un rabais jusqu'à 200.000 mithqal/s ! dépéchez-vous de les payer et rachetez ainsi vos vies. Ils recueillirent la somme au prorata de leurs fortunes, mais restèrent encore plus, étroitement prisonniers.

12Le Juif -que Dieu le maudisse !-fit alors subir aux musulmans les plus cruelles vexations, et ses coreligionnaires s'acharnèrent contre l'Islam, dont les fidèles arrivèrent au comble de l'humiliation. Ce fut parmi les Juifs que furent alors choisis les agents du fisc (al-umana' al-muwakallun), les fonctionnaires (mutasarrifun), les rédacteurs d'actes (ashab al-rusum), et les employés des services (khuddam) terrestres et maritimes. Le vizir juif s'installa dans les fonctions de préfet de la ville (sahib al-madina), procédant à des arrestations et condamnant les gens à des peines de bâton et de fouet. Chaque musulman eut désormais à ses trousses un sbire qui sortait chaque matin avec lui pour lui faire apporter quelque chose (aux caisses du maître de la ville), sous peine de fouet ou de torture. Cette situation dura un certain temps : Il n'y a de force qu’en Dieu, l'Elevé, le Magnifique.

Trad. d'après E. LEVI-PROVENCAL, "La prise de Valence par le Cid", in : Islam d'Occident, Paris, G.P. Maisonneuve, 1948, pp. 223-225 ; texte arabe dans E. LEVI PROVENCAL et E. GARCIA GOMEZ, "La toma de Valencia por el Cid", Al-Andalus, ΧΠΙ, 1948, pp. 124-127 ; autre trad. esp. dans IBN’IDHARI, al-Bayan al-Mughrib : nuevos fragmentos almorávides y almohades, trad. par A. HUICI MIRANDA, Valence, Anubar, 1963, pp. 94-100.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search