Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[28]. La biographie du cadi de Grenade ‘Isa b. Sahl et les rapports des fuqaha' avec l’emir 'Abd Allah en 1088-1089

Texte intégral

1L'importance des juristes (que l'on désigne par les termes de 'ulama' ou ulémas, qui est le pluriel du mot 'alim, "savant", et de fuqaha', pluriel de faqih, "juriste") dans la vie culturelle et dans l'organisation socio-politique musulmane médiévale est considérable, et sans doute particulièrement en al-Andalus où s'impose dès le IXe siècle la prépondérance d'une doctrine ou école juridique unique, le malikisme, particulièrement favorable au développement du rôle des docteurs, conservateurs de la tradition et de la jurisprudence. Il existe à ce sujet plusieurs ouvrages et articles en français, parmi lesquels on peut citer le livre de Dominique URVOY sur Le monde des ulémas andalous du V/XIe au VII/XIIIe siècle, Genève, 1978 celui d’Abdel Magid TURKI sur les Théologiens et juristes de l'Espagne musulmane, Paris, 1982, et les travaux de Vincent LAGARDERE consacrés aux docteurs de l'époque almoravide ("Abu Bakr b. al-'Arabi, grand cadi de Séville", Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, 40,1985, pp. 91-102 ; "La haute judicature à l'époque almoravide en Andalus", Al-Qantara, Madrid, 7, 1986, pp. 135-228, reproduit en partie dans son récent Vendredi de Zallaqa, Paris, 1989). On n'oubliera pas que la culture des "intellectuels" andalous de ce temps est fondamentalement juridico-religieuse. Un personnage comme le cadi de Talavera du XIe siècle al-Waqqashi, que Sa'id de Tolède inclut dans sa liste des "mathématiciens" est, à nos yeux et à ceux de ses concitoyens, d'abord un juriste (23*). Il en va de même d'un "philosophe" de la dimension d'Ibn Rushd (cet aspect est bien souligné par J. LANGHADE et D. MALLET dans "Droit et philosophie au XIIe siècle dans al-Andalus : Averroès (Ibn Rushd)", Revue de l'Occident Musulman et de la Méditerranée, 40, 1985, pp. 103-121).

2On n'insistera pas ici sur ce rôle culturel des juristes, bien traité dans la plupart des travaux qui viennent d'être cités, ou sur leur rôle social, mis en évidence par les analyses des fatwas/ ou consultations juridiques émises par ces juristes que V. Lagardère a insérées dans ses travaux. J'ai cru utile, en revanche, de rappeler leur rôle politique, et de rapprocher la notice biographique consacrée par Ibn Bashkuwal au juriste du XIe siècle Ibn Sahl d'un passage des Mémoires de l'émir 'Abd Allah de Grenade qui fait allusion au même personnage. Ibn Bashkuwal, lui même juriste du XIIe siècle, était issu d'une famille (probablement d'origine indigène, compte tenu de son nom : "fils de Pascual") de la région Valencienne, mais vécut et enseigna surtout à Cordoue, où il mourut en 1183. Il est l'auteur de La Sila ("Suite"), l'un des grands dictionnaires biographiques de savants rédigés en al-Andalus, qui a l'ambition de continuer (d'où son titre) le modèle du genre, l'"Histoire des savants d'al-Andalus" (Ta'rikh ulama' al-Andalus) du Cordouan Ibn al-Faradi (mort en 1013).

3La notice, de longueur moyenne, est composée selon le schéma habituel : le nom le plus complet possible, l'origine et le lieu de résidence figurent en tête, les dates de naissance et de mort à la fin. Entre les deux sont indiqués les principaux maîtres, les activités et les ouvrages, et le cas échéant les disciples du juriste considéré. Ibn Bashkuwal mentionne l'oeuvre majeure d'Ibn Sahl, son important recueil de nawazil ou réponses à des consultations juridiques, intitulé Ahkam al-kubra, conservé mais non encore édité, et donne de brèves indications sur une carrière juridique assez classique et quelque peu besogneuse, dont il est intéressant de noter qu'elle eut une phase marocaine. Le couronnement de celle-ci fut une nomination comme cadi de Grenade, que les Mémoires de l'émir 'Abd Allah présentent comme le fruit d'une manoeuvre ourdie par un autre juriste influent, Abu Dja'far Ahmad al-Qulay'i, qui, d'après la notice biographique d'Ibn Bashkuwal avait été le maître d'Ibn Sahl, et dont on sait par ailleurs qu'il exerça aussi la fonction de cadi à Grenade à la même époque (sur Ibn Sahl et sa carrière, on peut voir : Thami AZEMMOURI, "Les Nawazil d'Ibn Sahl" Hespéris-Tamuda, XIV, 1973, pp. 9-21). J'ai demandé conseil à Alfred-Louis DE PREMARE pour l'interprétation du passage du texte d'Ibn Bashkuwal faisant une mention du ra'y (opinion personnelle), qui me paraissait un peu surprenante s’agissant d’un juriste malikite généralement considéré comme des plus conservateurs.

4Cette nomination d'Ibn Sahl eut lieu, d'après l'émir 'Abd Allah, après la seconde intervention en al-Andalus de Yusuf b. Tash fin en 1088, et l'échec du siège de la forteresse chrétienne d'Aledo, dans la région murcienne, par les forces conjuguées des rois des taifas et du souverain almoravide, et sous la direction de ce dernier. Celui-ci a été irrité par cet échec, dont il rend responsables la désunion des princes andalous et leurs réactions molles et dispersées face aux chrétiens, quand ils ne s'agit pas d'une complicité avec eux. Les dissensions entre souverains ont été patentes lors de la campagne, entre autres l'opposition entre l'émir de Grenade et son frère, Tamim, qui a le gouvernement de Málaga. La situation de l’émir est de plus en plus fragile face à une opinion publique très critique vis-à-vis de l'attitude des rois des taifas, entraînée par l'attitude presque ouvertement hostile de nombreux fuqaha' influents comme al-Qulay'i, qui avait fait partie de la première ambassade envoyée par les souverains de taifas à Yusuf b. Tashfin en 1085 pour lui demander de venir au secours de l'Islam andalou. L'émir 'Abd Allah dénonce à plusieurs reprises son action dans son ouvrage. Au camp d'Aledo où il avait l'oreille du souverain almoravide, sa tente, dit'Abd Allah, "s'était convertie en un point d'attraction pour tous les arrivants" désireux de tramer la ruine de son pouvoir.

5En situation de force, al-Qulay'i négocie la nomination à la judicature suprême de Grenade pour Ibn Sahl (qui semble avoir été envoyé à ce moment en ambassade auprès du souverain almoravide). On peut penser que le prestige, et peut-être l'honnêteté d'Ibn Sahl étaient supérieurs à ceux d'al-Qulay'i, mais ce dernier espérait vraisemblablement s'en servir comme d'un paravent pour asseoir sa propre influence. Les propos qu'il tient alors à l'émir 'Abd Allah sont révélateurs de l'influence morale des juristes et hommes de religion, et en particulier des cadis des capitales politiques, gardiens de la légalité, en particulier en matière fiscale, mais d'une légalité qu'ils peuvent en cas de besoin plier aux nécessités du trésor (voir 21* et 32*). Al-Qulay'i remplacera Ibn Sahl à la judicature de Grenade après le départ de ce dernier, intervenu, selon Ibn Bashkuwal, avant sa mort en 1093. Al-Qulay'i aurait ensuite occupé le poste jusqu'à sa propre mort en 498/1104-05. Quant à l'émir 'Abd Allah, il est dépossédé du pouvoir par les Almoravides en septembre 1090, et envoyé en résidence surveillée au Maroc.

A. Notice bio-bibliographique de la Sila d’Ibn Bashkuwal

6'Isa b. Sahl b. 'Abd 'Allah al-Asadi. Habita Cordoue, mais était originaire de Jaén, du district de Wadi 'Abd Allah qui dépend de cette ville ; sa kunya était : Abu-l-Asbagh.

7Il rapporta des traditions d'après Abu Muhammad Makki b. Abi Talib, d’après le faqih Abu 'Abd Allah Muhammad b. 'Attab avec qui il étudia le droit (fiqh) et dont la fréquentation lui fut (particulièrement) profitable, d'après Abu 'Umar b. al-Qattan, Abu Marwan b. Malik, Abu-l-Qasim Hatim b. Muhammad, Ibn Shammakh, Abu Zakariya' al-Qulay'i, Abu Bakr b. al-Gharrab et d'autres encore.

8Il était au nombre des éminents fuqaha' et des grands docteurs ('ulama'), ayant bien retenu la saine méthode du jugement personnel (ra'y) à faire valoir sur les questions de droit (masa'il), expert sur les réponses à donner dans les consultations juridiques (nawazil), perspicace dans les jugements et la connaissance (de ceux qui avaient été portés avant lui sur des questions semblables), dont il composa un livre excellent et utile auquel les officiers judiciaires ont recours en confiance ; il fut secrétaire du cadi Abu Zayd alHashsha à Tolède, puis du cadi Abu Bakr b. Manzur à Cordoue, où il exerça la shura [participation au conseil consultatif du cadi] pendant un certain temps ; ensuite il fut nommé cadi au Maroc (bi-l-'Idwa), puis fut appelé à la même charge à Grenade. Il mourut alors qu'il avait été relevé de cette fonction, le vendredi, et fut enterré le samedi 5 muharram de l'année 486 (5 février 1093). Il était né en l'an 413 (1022-23).

9Notre maître Abu-l-Hasan a dit de lui : "Il faisait partie de ceux qui ont des qualités brillantes et une science parfaite dans de nombreuses branches de la connaissance”.

IBN BASHKUWAL, Sila, éd. Codera, no 939, éd Husayni no 942.

B. Ibn Sahl et al-Oulay'i vus par l'Emir 'Abd Allah

10[Mon frère, l'émir de Málaga] envoya au cadi Ibn Sahl cinquante mithqal/s, avec l'intention de se le concilier et de le retourner contre moi, avec des apparences de légalité ; mais ledit Ibn Sahl, indigné de ce procédé, lui rendit l'argent.

11C'est alors qu'al-Qulay'i me dit : "Le moment est venu pour toi de démontrer à cet homme l'estime que tu as pour son action. Ecris-lui en lui promettant de le nommer cadi à son retour, et avec cela tu n'auras plus à te soucier de ton frère. Il te faudra, cependant m'associer à lui dans ce poste, car si tu le fais tu verras comme les choses vont merveilleusement en accord avec tes désirs, aussi bien en ce qui concerne les Almoravides que dans ton propre royaume. Si en effet tu veux prendre à qui que ce soit ne serait-ce qu'un dirhem à l'encontre de la loi, les gens considéreront cela comme odieux. Si en revanche tu leur en extorques mille de façon légale, tu pourras le faire sans que personne ne te dise rien. Je ne vois personne qui puisse te rendre service comme cet homme". Et il ne me laissa pas tranquille jusqu'à ce que je sois obligé de lui remettre un billet écrit de ma main, garantissant à Ibn Sahl sa nomination à la charge de cadi avec les émoluments mensuels et la gratification annuelle qui lui correspondaient.

12Il me semblait alors qu'accéder à cette demande était bon pour moi et mauvais pour mon frère, et qu'en outre, dans cette circonstance, il était de bonne politique de me rapprocher d'Ibn al-Qulay'i et de gagner sa confiance. Je pensais, d'autre part, qu'il était désireux d'exercer l'autorité que je lui conférais. Mais je ne me doutais pas que c'est contre moi qu'il allait commencer à l'utiliser... et que de tout cela allait découler la décomposition de mon royaume et ma déposition...

D'après la trad. espagnole des "Mémoires de l’Emir 'Abd Allah", dans : Evariste. LEVI-PROVENCAL et Emilio GARCIA GOMEZ, El siglo XI en la persona, Madrid, Alianza Editorial, 1980, pp. 217-218.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search