Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[27]. La destitution du vizir Samadja et le début du gouvernement personnel de l'émir 'Abd Allah de Grenade (vers 1085)

Texte intégral

1Les "Mémoires" que le dernier émir de la dynastie des souverains berbères Zirides de Grenade écrivit après sa déposition par les Almoravides en 1090, alors qu'il était en "résidence surveillée" dans la ville marocaine d'Aghmat, sont un cas unique dans l'Occident musulman d'autobiographie princière, et nous apportent sur l'histoire de la dynastie ziride et sur l'organisation et le fonctionnement de la taifa de Grenade de précieux renseignements, dont nous ne possédons l'équivalent pour aucun autre des royaumes andalous de l’époque. Après avoir longuement exposé les origines du royaume et la fondation de la ville de Grenade à l'époque de la crise du califat de Cordoue, puis les règnes de ses prédécesseurs, Abd Allah en vient à l'histoire de son propre règne, qui commence en 1077 à la mort de son grand-père Badis b. Habbus al-Muzaffar. Le fils et héritier désigné de celui-ci, Buluggin Sayf al-Dawla, était mort en 1064. Les chefs berbères sanhadjiens choisirent alors'Abd Allah comme successeur de Badis à Grenade, de préférence à son oncle, un autre fils de Badis du nom de Maksan, qui était alors gouverneur de Jaén, et que l'on écarta en raison de sa réputation de brutalité et de cruauté. Mais on laissa au frère de 'Abd Allah, Tamim, le gouvernement de Málaga, que son grand-père lui avait déjà donné antérieurement, et qui constituera une principauté pratiquement indépendante, et souvent hostile, durant tout la règne de 'Abd Allah.

2Le nouvel émir a une vingtaine d’années lors de sa proclamation, avec les laqab/s d'"al-Nasir li-Dini-Llah" et "al-Muzaffar bi-Llah". A travers son autobiographie, il semble avoir été assez cultivé, mais de caractère faible. Le gouvernement est exercé pendant plusieurs années (probablement jusqu'aux environs de 1085) par le vizir sanhadjien Samadja, qui paraît avoir eu de bonnes capacités politiques et militaires, puis l'émir le destitue pour gouverner lui-même, ainsi qu'on le voit dans l'extrait ci-dessous, qui doit se situer à l'époque de la venue des Almoravides dans la péninsule ou un peu avant. Les principaux problèmes auxquels ont à faire face les dirigeants de Grenade sont alors d’une part les entreprises du puissant émir de Séville al-Mu'tamid, qui domine toute l'Andalousie et la région de Murcie, où ne subsistent plus comme pouvoirs indépendants que ceux de Grenade et d'Almería, et qui cherche ouvertement à s'emparer de Grenade, principal obstacle à ses ambitions, et d'autre part la pression chrétienne. Alphonse VI de Castille impose en effet aux taifas subsistantes des tributs annuels (parias) de plus en plus élevés sur lesquels les Mémoires de 'Abd Allah apportent de nombreuses précisions (7*).

3Le texte permet de saisir assez bien, dans cette principauté berbère, le jeu complexe du pouvoir et son équilibre instable. Au centre la dynastie régnante, à laquelle la durée a donné une certaine légitimité, aux yeux mêmes d'une population ('amma, "le peuple", ra'iya, le "troupeau", c'est à dire les gouvernés, les sujets) qui, en fait, apparaît extrêmement peu dans le texte des "Mémoires”. Ce qui compte, aux yeux de l'émir, c'est ce que l'on pourrait appeler le cercle du pouvoir, au premier rang duquel se trouve l'aristocratie sanhadjienne, c'est à dire les familles dominantes parmi les descendants des guerriers berbères qui, rassemblés autour des chefs zirides devenus rois, ont fourni la force fondatrice du royaume au début du siècle. Ces shuyukh (plur. de shaykh, ancien ou notable) jouent un rôle important dans la transmission du pouvoir et la désignation du nouvel émir, comme on le voit dans le cas de 'Abd Allah. Ils sont eux-mêmes encore divisés en clans de nature tribale. Ainsi Samadja, qui fait partie de cette aristocratie berbère, est-il lié à la fraction des Taklata. Ils ont leurs propres cercles de dépendants (le gouverneur de Guadix est un ancien client, sani'a, de Samadja), mais s'appuient aussi sur leurs contribules (les banu 'amm ou "cousins" de Samadja ont été investis du commandement militaire de plusieurs places-fortes).

4Mais ces relations de nature personnelle, qui pourraient conduire à la constitution de chefferies "féodales", continuent à se situer dans le cadre d'une organisation étatique centralisée, dont la clé de voûte est l'émir, qui garde le pouvoir de principe (et l'exerce effectivement dans le cas présent) de nommer et révoquer à toutes les fonctions aussi bien du gouvernement central que de l'administration provinciale. La terminologie des fonctions gouvernementales et administratives est vague. Le même terme de wazir désigne indifféremment les "ministres", chefs des principaux services centraux, et le "premier ministre" auquel le prince confie le gouvernement s'il ne l'exerce pas lui-même ; les serviteurs du pouvoir souverain sont désignés par les termes peu explicites de khadim, qui évoque l'idée de "service" et semble s'appliquer principalement aux "fonctionnaires" du gouvernement central, et de 'amil, plur. 'ummal, qui désigne les "gouverneurs" en poste dans les localités provinciales. Les quwwad, plur. de qa'id, sont en principe des officiers, exerçant le commandement militaire d'une forteresse. Le "gouverneur" de la ville et place-forte côtière d'Almuñecar est désigné d'abord comme sahib ("maître", "seigneur"), puis comme qa'id. Celui de Guadix est dit 'amil, terme qui évoque à l'origine l'idée d'une responsabilité financière (collecte des impôts), mais dont l’usage andalou recouvre plus largement un gouvernorat local, qui semble cependant s'appliquer principalement aux affaires civiles, sans que l'on puisse affirmer qu'il n'implique pas de responsabilités militaires. La nomination et révocation de ces "fonctionnaires" et "officiers" ne va cependant pas de soi. 'Abd Allah doit recourir à la procédure assez lourde des mazalim, le redressement des injustices ou abus sur plainte des contribuables, pour se débarrasser du 'amil de Guadix, et il a dû destituer Samadja pour que certains de ses "cousins", en poste dans les forteresses, en abandonnent le commandement.

5Deux points sont seulement évoqués dans le texte, mais il convient de les souligner. Le rôle des femmes à la cour ziride, tout d'abord, qui semble avoir été, selon une tradition plus berbère qu'arabe, relativement important. L'institution mal connue des inzal/s, d'autre part. Lévi-Provençal a traduit par "fief ce terme, qui revient à plusieurs reprises dans les "Mémoires". Il s'agit en fait de "concessions", dont la nature exacte est difficile à déterminer, et qui pouvaient probablement s'appliquer à des domaines fonciers de l'Etat, ou désignaient peut-être plus couramment le droit de percevoir l'impôt sur un district ou une localité donnée. Il s'agirait donc de sortes d'iqta'/s, au sens que le terme a en Orient. On voit qu'elles ne sont pas liées nécessairement à un service de nature militaire, encore que cela semble, dans le même texte des "Mémoires", leur utilisation la plus fréquente. Elles se situent par ailleurs à l'intérieur d'un système étatique, constituant avec les soldes et salaires payés par un bayt al-mal (trésor "royal" ou "public"), dont on sait très mal comment il était contrôlé et géré, l’un des moyens de rémunérer les agents du pouvoir. Mais elles sont, au moins en principe, toujours révocables au gré de celui-ci, et sans doute inscrites sur des registres tenus par l’administration centrale. Sur cette question : Pedro CHALMETA, "Concesiones territoriales en al-Andalus (hasta la llegada de los almoravides)", Cuadernos de historia (Madrid), VI, 1976, pp. 1-90. On notera que l'on sait très peu de choses sur ces "concessions territoriales" aux époques ultérieures, almoravide et almohade.

6Sur l'émirat de Grenade au XIe siècle : Henri TERRASSE, "La vie d'un royaume berbère au XIe siècle espagnol : l'émirat ziride de Grenade", Mélanges de la Casa de Velázquez, I, 1965, pp. 73-86 ; Hady Roger IDRIS, "Les Zirides d'Espagne", Al-Andalus, XXIX, 1964, pp. 39-145.

7Lorsque la situation fut devenue meilleure et que mon mulk [pouvoir, royaume] eut recouvré la stabilité, grâce à la paix avec al-Mu'tamid et au traité de trêve avec le (roi) rumi, auquel je me résignai à payer un tribut annuel, je pris la décision de remettre de l'ordre à l'intérieur de mon territoire, de faire des enquêtes sur mes sujets (ra'iyya) et de me rendre compte si les responsables de l'administration ('ummal) étaient équitables ou injustes...

8Samadja, le vizir de mon gouvernement (wazir dawlati-na) dont j’ai déjà parlé, eut vent de mon dessein. Cela lui causa du trouble et du souci, et il s'en plaignit à ses contribules [ikhwan, litt. : "frères", avec un sens très large] : "Notre seul désir, leur dit-il entre autres choses, a été de dominer le prince (ra'is) et d'avoir la haute main sur son gouvernement (dawla) pendant tout le temps de sa jeunesse. Mais maintenant, nous ne trouverons pas le moyen de l'écarter de la conduite des affaires : nous n'avons pas de partisans pour nous assister, et nous ne pouvons plus prétexter son jeune âge, ni pour justifier aux yeux du peuple (al-'amma) sa mise à l'écart, ni pour nous valoir de la faiblesse de son jugement”...

9On lui répondit : "Tu ne pourras rien faire de plus que d'user de ménagements avec lui, de flatter ses désirs et de le contrecarrer le moins possible. Sans quoi tes ennemis pourraient te faire tomber entre leurs mains et ceux qui te haïssent se réjouir de ton malheur ! Quant à lui, s'il te voit lui accorder ce qu'il désire, il ne tardera pas à trouver ennuyeux le soin des affaires et le travail qu'elles nécessitent et à te confier le pouvoir... Tu n'auras qu'à l'occuper avec des femmes, et c’est pourquoi hâte-toi de lui acheter des esclaves"...

10Samadja fit donc ce qu'on lui dit, mais cette décision qu'il prit alors fut une chance pour moi et me fournit le moyen de réaliser mon espérance d'avoir seul en main les affaires de mon royaume. En effet, il commença à fomenter dans les places-fortes (ma'aqil) des intrigues contre moi au moyen de ses cousins (banu 'ammi-hi), en particulier et avec le plus de force dans la ville d'Almuñecar. En même temps, il me laissa faire tout ce que je désirais, acheta des esclaves, et m'incita à sortir dans la campagne pour des parties de plaisir, afin de faire ainsi étalage de bons sentiments à mon égard. Cet homme savait d’ailleurs réfléchir, et avait peur de voir les choses prendre une mauvaise tournure. Déjà auparavant, il avait été saisi de crainte pour le motif suivant ; des gens qui étaient ses ennemis avaient fait de toutes pièces des lettres à mon nom adressées à un groupe (ta'ifa) de Sinhadja et leur donnant l'ordre de le mettre à mort. J'étais tout à fait étranger à cette affaire. D arriva à se procurer ces lettres, me fit partager ses soupçons et ordonna l'exécution des personnes nommées dans cette correspondance, et aussi de certaines femmes du harem de Badis supposées avoir trempé dans le complot.

11['Abd Allah décide d'écarter Samadja au cours d’un déplacement à Guadix]

12Quand nous fûmes arrivés à Guadix, je fis suggérer à la population qu'elle pouvait se plaindre des actes d'arbitraire (mazalim) dont elle avait été victime. Le gouverneur civil ('amil) de la ville était alors Ibn Abi Djush, une créature (sani'a) de Samadja. Saisi des réclamations des habitants, je le fis arrêter. Les gens désapprouvèrent alors mon vizir, et se soucièrent peu du sort qui lui advenait. Je réunis ensuite la population (ra'iya) et les vizirs, et fixai exactement (à ces derniers) les limites de leurs attributions, pour éviter qu'entre mes sujets et moi il y eût désormais le moindre intermédiaire. J’ordonnai à Samadja de s’occuper uniquement de ses propres affaires, et ajoutai que je ne voulais, pour celles de mon gouvernement (dawla) pas d’autre vizir que moi-même. Je fixai à chaque fonctionnaire (khadim) la ligne de conduite qu'il avait à tenir et dont il ne devait pas s'écarter. Tous les vizirs se réjouirent de ma décision, du moment qu'ils étaient traités sur le même pied. Je leur donnai libre accès auprès de moi, pour leur permettre de me présenter leurs affaires en dehors de la présence (de l'ancien "premier ministre"), qui devenait leur pareil, sinon leur inférieur. Mes sujets furent satisfaits de la destitution de leurs oppresseurs. Je révoquai tous ceux sur lesquels pesait un soupçon de malhonnêteté. Je nommai de nouveaux gouverneurs ('ummal) des territoires (djihat) afin de rénover mon gouvernement. Je destituai les parents (banu 'amm) de Samadja des (commandements) des châteaux-forts (husun) qu'ils avaient reçus. Quelques-uns parmi eux, apprenant ma décision, avaient pris la fuite et abandonné leurs postes, si bien que les garnisons m’avaient fait demander de nouveaux chefs. Tout cela se fit sans difficulté. Il ne resta qu'un cousin de Samadja, le gouverneur (sahib) d'Almuñecar ; (l'ancien ministre), craignant des représailles de ma part s'il le laissait faire, me mit au courant et me demanda d'envoyer dans cette ville un nouveau gouverneur (militaire : qa'id), lequel remplaça l'autre, qui fut destitué... La fortune la plus grande marqua tous ces événements, qui coïncidèrent ainsi, grâce à la décision divine, avec la fin du vizirat de Samadja.

13Puis j'accordai à ce dernier l'aman. Je lui laissai la libre disposition de ses biens, à l'exception de l'or et de l'argent ; je lui attribuai une concession (foncière ou fiscale : inzal) pour son entretien et lui donnai l'ordre de venir assidûment à mes audiences, en l'assurant qu'il serait traité avec honneur tout le temps que je vivrais... [bien que Samadja ait gardé une attitude soumise, il est en butte aux médisances de l'entourage de l'émir, qui finit par l'exiler] Je n'avais pas alors la possibilité de le châtier du crime qu'il avait commis vis-à-vis de la famille royale elle-même, quand il avait décidé l'exécution des princesses dont j'ai parlé et des gens qui avaient été de connivence avec elles ; en effet, en même temps que lui, des shaykhs Taklata avaient trempé dans ce complot... Samadja s'en alla donc et prit la route d’Almería avec ses serviteurs et ses bêtes de somme chargées de ses meubles, de toute sa garde-robe et de ses objets de literie. Là, al-Mu'tasim le traita avec bienveillance, avec une arrière-pensée à mon égard : il avait en effet l'espoir que je replacerais plus tard Samadja dans sa charge, et qu'alors celui-ci lui tiendrait compte, dans nos rapports ultérieurs, de la façon dont il l'avait traité. La femme de Samadja s’en alla elle aussi, avec de nombreux bijoux ornés de pierres précieuses, sans compter l'argent monnayé qui put échapper à nos investigations ; je ne me fis restituer que les pièces d'or et d'argent que je lui avais données de ma main au début de mon règne, au moment où l'on avait ouvert le trésor (bayt al-mal) ; je ne savais pas exactement à combien, au cours de l'exercice de sa charge, s'étaient élevés ses gains, et je ne fis pas d'enquête à ce sujet.

D'après la traduction Evariste LEVI-PROVENCAL, "Les 'Mémoires' de 'Abd Allah, dernier roi ziride de Grenade’’, Al-Andalus, IV, 1936-39, pp. 50-55 (pp.94-97 du texte arabe, même revue, III, 1935).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search