Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[26]. Tolède au lendemain de la Reconquête

Texte intégral

1On peut rapprocher les visions de la situation des musulmans à Tolède au lendemain de l'occupation de la ville par les Castillans en 1085 que nous donnent l'anthologue Ibn Bassam (m. en 1148) dans sa Dhakhira et l'archevêque Rodrigue de Tolède qui rédige ou fait rédiger au début du XIIIe siècle le De rebus Hispaniae (on constatera l'opposition que ce dernier établit entre la "tolérance hispanique" d'Alphonse VI et l'intransigeance religieuse du "parti franco-clunisien", alors qu'lbn Bassam oppose au contraire la politique "dure" du souverain castillan à celle, plus souple, de son ministre "mozarabe" Sisnando Davidiz). Sur ce dernier personnage, voir 7*. Bien que la situation des musulmans, auxquels avaient initialement été données des garanties sans doute comparables à celles accordées un peu plus tard aux habitants d'autre villes reconquises (34), se soit rapidement dégradée, et que la communauté islamique se soit sans doute assez rapidement amenuisée, on a quelques exemples de Tolédans musulmans des classes supérieures de la société qui restèrent quelque temps dans la ville après la conquête. Ainsi le cas (très exceptionnel) d'un lettré mentionné par Ibn Bashkuwal (m. en 1183), auteur du dictionnaire biographique intitulé Sila (troisième texte).

2Sur Tolède, son histoire à l'époque musulmane et les conséquences de son intégration au monde chrétien, voir, entre autres : Elias TERES, "Le développement de la civilisation arabe à Tolède", Les Cahiers de Tunisie, XVIII, 1er et 2ème trimestre 1970, pp. 73-86 ; Reyna PASTOR DE TOGNERI, Del Islam al Cristianismo : en las fronteras de dos formaciones sociales, Barcelone. 1975 ; Jean-Pierre MOLENAT, "Deux éléments du paysage urbain : adarves et alcaicerías de Tolède à la fin du Moyen Age", in : Le paysage urbain au Moyen Age, (Actes du XIe Congrès des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur), Lyon, 1981, pp. 213-224 ; du même auteur : "Villes et forteresses de la région tolédane disparues après l'occupation chrétienne (XIIe-XVe siècles)", in : Castrum 3 : Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Age, Madrid, 1988, pp. 215-224.

3Lorsqu’il se fut assuré la possession de Tolède, le tyran (taghiya) Alphonse-que Dieu le châtie-fît montre de superbe et d'orgueil, trahissant et maltraitant les rois de taifas de la péninsule. Il se mit à les accabler de fausses accusations et de reproches immérités, et s'ingénia à trouver des prétextes pour abattre leur autorité et en finir avec eux, car il lui semblait qu'ils étaient déjà réduits à l'impuissance et soumis à son pouvoir.

4A Sisnando (Davidiz), dont nous avons déjà parlé, il confia le gouvernement de Tolède. Ce dernier s'efforça d'alléger les malheurs des Tolédans, de rendre supportable l'avilissement où ils se trouvaient réduits, en se montrant peu exigeant et en procédant avec justice dans ses décisions, ce par quoi il se concilia les coeurs des gens de valeur ; il étendit même sa sollicitude aux gens du peuple. Les dissensions entre les Tolédans, et la conversion au christianisme de quelques insensés, avaient au même moment plongé dans la consternation les autres capitales (qawa'id) musulmanes.

5L'idée de Sisnando était de maintenir le "statu quo" à Tolède : "Tu ne retrouveras pas, disait-il à Alphonse, d'autres gens pour en maintenir la prospérité, ni un gouverneur plus docile qu'al-Qadir b. dhi-l-Nun". Mais Alphonse persista dans sa malheureuse conduite, et donna libre cours à son avidité. Lorsqu'il se fut emparé de la cité... Sisnando lui dit : "Etends ton aile protectrice sur les habitants, de façon à t'assurer leurs tributs en échange. Ne romps pas avec les rois de la Péninsule, car tu ne pourras pas t’en passer et tu ne trouveras pas de gouverneurs plus obéissants. Si tu ne cesses de t’acharner contre eux et de leur manifester ton hostilité, tu finiras par les amener à sortir de ton influence, et par les obliger à recourir à l'intervention d'un autre". Mais Allah, dans sa clairvoyante faveur, fit que cette bienveillance parut suspecte à Alphonse et l'amena à suivre une conduite opposée, que lui dicta sa passion. C’est ainsi qu'il se décida à profaner la mosquée principale de Tolède, acte qui fut le couronnement d'une si grande disgrâce, et consterna tous ceux qui en furent les témoins ou qui en eurent connaissance.

6Sisnando lui disait : "Agir ainsi enflammerait de colère les esprits, rendrait inutile la politique entreprise, nous rendrait hostiles ceux qui sont disposés à nous aider, et arrêterait ceux qui ont commencé à se déclarer en notre faveur". Mais Alphonse -qu'Allah le maudisse-, aveuglé par l'orgueil, ne fit pas de cas de ses avertissements et écouta seulement la voix de sa folie : le ( ?) de rabi' I de l’an 478 (juillet 1085), il donna en effet l’ordre de profaner la mosquée principale.

7Un témoin de ces événements m'a raconté qu'il avait vu ses sbires se diriger vers la mosquée, en ce jour où l'amertume ferma les yeux et les intelligences. Il n'y avait, dans le sanctuaire, que le shaykh et maître al-Maghami (originaire de la localité de Magham), qui fut le dernier à en sortir et avait voulu faire ses adieux à ce lieu en ce jour. Ces démons de rebelles et les sbires pressés l'entourèrent. Le maître avait avec lui un de ses disciples qui était en train de lire ; et quand les chrétiens lui disaient de se hâter, le maître lui faisait signe de continuer. A la fin, il se leva sans montrer de hâte ni de crainte, fit les prosternations et les dévotions d'usage, et pleura et sanglota un long moment, cependant que les chrétiens le regardaient avec considération et respect, et sans que personne ose étendre la main sur lui ni faire contre lui aucun geste hostile.

8On m'a raconté que la camarilla d'Alphonse -qu'Allah la disperse et le maudisse- lui suggéra alors de ceindre la couronne et de revêtir les vêtements des chrétiens qui dominaient la Péninsule avant sa conquête par les musulmans, mais qu'Alphonse répondit : "Je ne le ferai pas avant d'avoir posé le pied sur la cime la plus haute de leur empire, et de leur avoir pris Cordoue, qui est la perle la plus précieuse de leur collier". Effectivement, il avait préparé pour la grande mosquée de Cordoue-que Dieu protège son enceinte d'une aussi épouvantable calamité une cloche à la fabrication de laquelle il avait mis tous ses soins...

9Loué soit Dieu qui a brisé son pouvoir et rendu vaines ses tromperies, et qu’il accorde à l'Emir des Musulmans et Défenseur de la Religion, Abu Ya'qub Yusuf b. Tashfin, la meilleure des récompenses destinées à ceux qui font le bien. Car il a ranimé le moribond, rendu la respiration à celui qui se noyait, tendu une corde à cette Péninsule. Il a pris sur lui d'accourir à son appel et de la délivrer de la tristesse et de la désolation, réussissant à ruiner le pouvoir des polythéistes. "Et, malgré eux, l'ordre de Dieu a prévalu" (Coran, IX, 48). Loué soit Dieu, Seigneur des Mondes !

D'après la trad. esp. d'IBN BASSAM, Dhakhira, IV, 2, (pp. 167-169 de l'éd. Ihsan'Abbas, Beyrouth, 1979) dans Emilio GARCIA GOMEZ, "El conde mozárabe Sisnando Davidiz y la política de Alfonso VI con las Taifas", Al-Andalus, XII, 1947, pp. 27-41.

10Peu de temps après la prise de Tolède, le moine de Cluny Bernard, abbé de Sahagun, fut élu archevêque de la ville nouvellement conquise et, en une occasion où le roi s'était absenté pour aller en León, la reine Constance le poussa à prendre possession de la mosquée principale, ce qu’il fit effectivement. Il entra dans la mosquée accompagné de chevaliers chrétiens, érigea des autels et fit suspendre au minaret des cloches pour appeler les fidèles. Lorsqu'Alphonse en fut informé, il fut douloureusement indigné car il avait promis aux Sarrasins de leur conserver leur mosquée. Il alla en trois jours de Sahagun à Tolède, menaçant de faire brûler l'évêque Bernard et la reine.

11Lorsque les Arabes de Tolède surent qu'il était à ce point irrité, ils sortirent tous, riches et pauvres, avec leurs femmes et leurs enfants, jusqu’à la ville de Magán (Magham), pour y attendre le roi ; et quant Alphonse arriva auprès d'eux, croyant qu'ils venaient se plaindre : "L'injure qui a été faite, leur dit-il, n'a pas été commise à votre égard, mais au mien, ma fidélité à la parole donnée, qui était jusque là immaculée, se trouve désormais discréditée. Je vous donnerai satisfaction et je punirai les coupables". Alors les Arabes, qui étaient prudents, s’agenouillèrent en pleurant devant le roi et lui firent arrêter son cheval en lui disant : "Nous savons bien que l'archevêque est le chef de votre loi, et que si nous étions causes de sa mort, il viendrait un jour où les chrétiens se jetteraient sur nous ; si la reine périssait à cause de nous, nous serions détestés pour toujours, et nous ne pourrions échapper à la vengeance. C'est pourquoi nous te demandons de leur pardonner, car en ce qui nous concerne, de notre propre volonté, nous te libérons du pacte et de ton serment". A ces paroles, la colère du roi se changea en joie, car il pouvait ainsi obtenir la mosquée sans manquer à la foi jurée, et il entra pacifiquement à la cour.

RODRIGUE DE TOLEDE, De rebus Hispaniae, VI, 24. (éd. "Anubar", Valence, 1968, facsimilé de l'éd. de 1793, pp. 136-137).

12Ahmad b. 'Abd al-Rahman b. Mutahir al-Ansari, des gens de Tolède, dont la kunya était "Abu Dja'far".

13Il rapporta des traditions de son oncle maternel Abu Bakr Djumahir b. 'Abd al-Rahman, d'Abu 'Abd Allah Muhammad b. Ibrahim b. 'Abd al-Sallam le hafiz, d'Abu Muhammad Qasim b. Hilal, d'Abu Muhammad al-Shariqi, d'Abu Ahmad Dja'far b. 'Abd Allah, d'Abu Umar b. Mughith, du cadi Yusuf b. Khadir, du cadi Muhammad b. Khalaf, et d'un grand nombre d'autres. Il eut à coeur d'écouter l'enseignement des savants, et de rencontrer des shuyukh pour apprendre d’eux. Il était perspicace dans le traitement des questions de droit, s'orienta vers (la connaissance) des traces du passé (athar) et la transcription des récits historiques (khabar). On lui doit un livre sur l'histoire des fuqaha' et des cadis de Tolède, que nous ont transmis le hakim (juge secondaire) Abu-l-Hasan b. Baqi et d'autres qui le tenaient de lui. Et dans ce livre-ci, nous lui avons emprunté les éléments que nous lui avons attribués, car il était digne de confiance dans ce qu'il a rapporté et transmis.

14Il est mort à Tolède à l'époque des chrétiens -qu'Allah les anéantisse- en l'an 489 (1095).

IBN BASHKUWAL, Sila, éd. Husayn Mu'nis, Le Caire, 1954-1955, I, notice no 151 (correspond au no 148 de l'éd. Codera).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search