Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[25]. Traite de paix et alliance entre le roi de Navarre Sanche de Peñalen et al-Muqtadir de Saragosse (1073)

Texte intégral

1Ce traité de paix est signé entre le roi de Navarre Sancho Garcés IV (fils et successeur de Garcia Sánchez III mort en 1054, et petit-fils de Sanche III le Grand), appelé traditionnellement "de Peñalén" pour avoir été assassiné en ce lieu par son demi-frère bâtard Raymond en 1076, et l'émir de la taifa de Saragosse Abu Dja'far Ahmad b. Sulayman b. Hud, connu généralement sous son laqab ou surnom de règne d'al-Muqtadir (1046-1081). Il illustre plusieurs aspects de la situation politique complexe du nord de la péninsule vers la fin de l'époque des taifas.

2La couronne de Navarre, hégémonique au début du siècle sous Sanche le Grand, s'est considérablement affaiblie dans les luttes qu'elle a menées, après la mort de ce dernier en 1035, contre la Castille et l'Aragon. Le roi Garcia Sánchez est mort en 1054 dans la grave défaite d'Atapuerca contre les Castillans. Son fils, Sancho Garcés IV, parvient à rétablir quelque peu la situation en s'alliant dans un premier temps avec Sancho Ramírez d'Aragon (1063-1094) qui l'aide à résister aux Castillans (victoire conjointe de Mendavia en 1067, dite "des trois Sanchos"), et avec lequel il lutte contre l'émirat de Saragosse. Mais les relations s'altérèrent entre les deux royaumes, et alors que les Aragonais poursuivent activement leurs efforts pour désenclaver leur petit royaume pyrénéen en prenant les places fortes musulmanes qui protégeaient les accès de la plaine de l'Ebre, le souverain navarrais s'allie dès avant 1069, date d'un premier traité dont le texte, conservé en partie, indique qu'il s'agit d'un renouvellement de paix, avec l'émir musulman de Saragosse.

3Ce dernier est l'un des plus célèbres des rois de taifas. En 1065, il a acquis un grand prestige auprès des musulmans andalous en parvenant à reprendre aux chrétiens la place frontalière de Barbastro conquise l'année précédente par une grande "croisade" franco-aragonaise. Il parvient durant son règne à agrandir sensiblement ses Etats en annexant en 1061 le petit émirat esclavon de Tortosa, et en 1075 celui de Denia, dont il dépossède son propre gendre, l'émir 'Ali b. Mudjahid. A son époque, Saragosse est une ville active économiquement et culturellement (23), qu'il marque de son empreinte en y édifiant le palais de la Dja'fariyya (Aljafería : 24*). C'est tout à fait à la fin de son règne, quelques semaines avant sa mort, que le Cid, chassé de Castille par Alphonse VI, vient s'établir à Saragosse où il se met à son service, puis à celui de son fils al-Mu'tamin. En dépit de la puissance apparente de son souverain, l'émirat de Saragosse se trouve exposé à la pression croissante de ses voisins chrétiens, Castillans, Navarrais, Aragonais et Catalans. Sanche II de Castille était venu assiéger Saragosse dès 1067, et Alphonse IV rééditera cette opération en 1085 à la veille de l'entrée des Almoravides dans la péninsule (7*). Mais la menace la plus immédiate à l'époque où est signé le traité est celle des Aragonais de Sancho Ramirez, contre lesquels al-Muqtadir trouve l'alliance du roi de Navarre.

4Le texte met bien en évidence les services réciproques que se rendent le souverain musulman et son voisin et allié chrétien. Le premier, demandeur, a avant tout besoin d’une alliance diplomatique et militaire, susceptible de lui fournir des soldats, dont les taifas semblent avoir cruellement manqué. Le second attend principalement de l'alliance le paiement d'un tribut en argent concrétisant la protection accordée. Il s'agit là de l'une des parias que, depuis le milieu du siècle, les souverains chrétiens s'étaient habitués à exiger de leurs voisins musulmans (7*). L'émirat de Saragosse en paye ou en a payé durant le troisième quart du XIe siècle à tous ses belliqueux voisins chrétiens, qu'il s’agisse de souverains importants comme les comtes de Barcelone, les rois d'Aragon, de Navarre et de Castille, ou de seigneurs de moindre envergure comme les comtes d'Urgel et de Cerdagne.

5Les conséquences économiques de cette évasion de monnaie de l'Espagne musulmane vers l'Espagne chrétienne furent sans doute importantes, encore que difficiles à évaluer. Politiquement, les parias obligèrent les souverains musulmans à accroître la charge fiscale prélevée sur leurs sujets, et à exiger davantage d'impôts illégaux particulièrement impopulaires. Elles rendirent plus évidente leur compromission avec les chrétiens, et fragilisèrent encore des pouvoirs déjà suspects d'illégitimité en raison même de leur multiplicité. Elles furent au contraire, comme l'a bien montré P. Bonnassie pour la Catalogne, l'un des principaux instruments du renforcement des pouvoirs souverains chrétiens auxquels elles donnèrent, avant même qu'ils ne puissent bénéficier des revenus d'une fiscalité quelque peu perfectionnée, des moyens monétaires relativement importants et réguliers auxquels n'accédaient normalement pas les nobles même les plus puissants (exception faite de quelques seigneurs à la fois très puissants et presque autonomes comme ceux de Cerdagne ou d'Urgel évoqués plus haut). On notera la mention intéressante d'un paiement alternatif de ces parias en dinars d'or (bien qu’autant qu'on le sache à cette époque on ne frappe plus guère de bonnes monnaies d'or en al-Andalus) ou en dirhems d'argent de Saragosse.

6Au nom de Dieu et par sa grâce. Ceci est le serment ou pacte de paix qu'ont juré et signé entre eux le seigneur roi Sanche de Pampelune et Almuctadir Ville (Billah), que Dieu leur donne la gloire, dans l'ère 1111, calendes de juin, c'est à dire au mois de mai, au moment ou jour où eut lieu l'échange des châteaux de Caparroso et de Tutelgen. Les deux rois se sont en effet juré réciproquement paix et amitié, (convenant) en toute bonne foi de mettre fin entre eux à toute malice et discorde, et d'établir une bonne concorde et une très solide amitié, comme il est normal entre amis fidèles, sans aucune tromperie.

7Almuctadir Ville a convenu de donner tous les ans au seigneur roi Sanche 12.000 mancusos de très bon or, de telle sorte que s'il plaît au roi de recevoir de l’or ce soit de l’or qu’il reçoive, mais que s’il préfère recevoir de l'argent, il reçoive pour chaque mancus d'or 7 sous d'argent en monnaie de Saragosse.

8Le seigneur roi Sanche a promis (en échange) à Almuctadir Ville que, s'il observait bien ce pacte, sans aucune tromperie, il enverrait ses ambassadeurs à Sanche Ramirez pour l’inciter à s'écarter du territoire de Huesca et à revenir dans son propre territoire, et à ne faire aucun mal aux régions (qui dépendent) de Saragosse. Et si Sanche Ramirez refusait de s'éloigner des territoires d'Almuctadir, le seigneur Sanche (de Pampelune s'engageait) à faire aussitôt une chevauchée avec toutes ses forces contre Sanche Ramirez pour causer du dommage à son territoire, et qu’à eux deux ils lui fassent la guerre (alfethna = alfitna?) conformément aux liens d'alliance indiqués précédemment.

9Si d'autre part Almuctadir Ville avait besoin d'une aide en quelqu'endroit et qu'il requière le seigneur roi Sanche de le secourir personnellement avec ses barons, que le roi (Sanche) reçoive des otages choisis par lui et aille à son secours. S'il lui demande une aide ne l'impliquant pas personnellement, que (Sanche) lui envoie autant de barons qu’Almuctadir voudra. Et durant le temps où ces barons seront avec Almuctadir Ville, à son service, dans la chevauchée où il les aura emmenés, qu'il leur donne par jour et par personne ce qu'il a coutume de donner aux barons de Castille ou de Barcelone. Et lorsqu'al-Muqtadir Ville sera rentré de la chevauchée susdite et venu à Tudela, ayant aussitôt récupéré du seigneur Sanche des otages à sa convenance, il ira conjointement avec lui attaquer les châteaux que le roi Sanche Ramirez a pris au roi Sanche Garcia afin de les prendre et de les remettre au pouvoir (de ce dernier). Et sur tous ces points (les deux souverains) se porteront réciproquement secours où que ce soit qu'ils en aient besoin, aussi bien contre des chrétiens que contre des musulmans.

10Moi, Almuctadir Ville, par Dieu qui a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve, et par la loi qu'ont les musulmans, et par tous les serments par lesquels tous les peuples s'engagent au nom de Dieu, je jure de ne manquer à aucune clause de ce traité ; si j'y manquais en quoi que ce soit, que je perde le sens et l'intelligence de mon esprit et, manquant à la loi de ma nation, sous la colère de Dieu, que j'aille à la Mecque pour n'en pas revenir.

11(En arabe :) Je suis obligé à tout ce qui se trouve dans ce traité, et à ce qui a été convenu avec le prince (amir) Sanche fils de Garcia-que Dieu le garde !-et à tout ce qui est consigné dans cet écrit, si Dieu le veut, Dieu dont on implore le secours.

Texte latin dans : José Maria LACARRA, "Dos tratados de paz y alianza entre Sancho el de Peñalén y Moctadir de Zaragoza", in : Colonización, parias, repoblación y oiros estudios, Saragosse, 1981, pp.93-94 (analyse détaillée et commentaire du document).

Table des illustrations

Légende 24
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/19002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search