Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[24]. L'architecture princière des taifas : la Alafería de Saragosse

Texte intégral

1La poésie et, d'une façon plus générale, la littérature de l'époque des taifas ont fréquemment chanté la splendeur des palais des différentes capitales des taifas. On en trouverait de nombreux exemples dans la Poésie andalouse d'Henri PERES. Mais en fait, il ne nous reste que très peu de vestiges de ces palais, peut-être du fait que la majorité de ces édifices ne devaient pas être construits en pierre et ne se sont pas conservés. Le seul ensemble de quelque importance remontant au XIe siècle est la Aljafería de Saragosse, palais édifié par le souverain hudide al-Muqtadir (1046-1080), peut-être à la suite de la victoire qu'il remporta sur les chrétiens en 1065 en reprenant la ville frontalière de Barbastro aux "croisés" qui l'avaient conquise l'année précédente. Comme la kunya de ce souverain était Abu Dja'far, le palais, qui continua à être utilisé comme palais royal par les souverains aragonais après la Reconquête, fut couramment appelé al-Dja'fariya, toponyme qui s'est conservé jusqu’à nos jours à peine déformé en "Aljafería".

2On peut penser que l'une des raisons de la conservation de l'édifice réside dans l'utilisation d'un bel appareil de pierres de taille, dans lequel sont bâties l'enceinte (presque rectangulaire, de 85 x 72 fi m) et les tours rondes, traits originaux dans un Occident musulman qui, aux XIe et XIIe siècles semble bien se tourner presque exclusivement vers la construction en tabiya (esp. tapial), sorte de "pisé", en fait mélange assez résistant de terre et de pierres liées au mortier de chaux, et monté rapidement dans des coffrages de bois, qui impose presque des tours ou bastions de forme carrée ou rectangulaire. On pourrait penser à une influence chrétienne. Mais un archéologue comme Ewert s'est au contraire attaché à mettre en évidence, dans le plan (qui rappelle effectivement ceux de certains "châteaux du désert" syriens ou jordaniens remontant à l'époque omeyyade), dans la disposition intérieure des rares parties où la structure ancienne est encore visible, dans les dimensions et les proportions, la fidélité à de très anciennes traditions importées d'Orient par les Omeyyades. A l'intérieur, très remanié au cours des siècles, c'est dans la partie centrale que subsistent des éléments du plan originel : une cour bordée de portiques sur certains de ses côtés, des salles de réception et un petit oratoire de plan hexagonal, orné d'un décor d'arcatures aux formes très riches et élaborées, qui témoignent d'une évolution maniériste ou baroquisante de l'art de Cordoue. Le mihrab de l'oratoire (visible sur le plan, côté sud-est de l'hexagone) est aussi inspiré de celui de la Grande Mosquée de Cordoue.

3Après avoir servi de palais aux rois chrétiens d’Aragon (qui y installent de belles salles mudéjares), puis de caserne à l'époque moderne et contemporaine, l'édifice, qui a fait l'objet de nombreuses restaurations pas toujours heureuses depuis le milieu du XIXe siècle, est actuellement aménagé pour servir de siège à l'assemblée (Cortes) de la région autonome d'Aragon.

4Outre les ouvrages donnés en référence des figures jointes, on peut voir : Georges MARCAIS, L'Architecture musulmane d'Occident, Paris, 1954 (cf. à l'index, s.v. "Saragosse") ; John D. HOAG, Architecture islamique, Paris, 1982, pp. 90-92. ; La Aljafería de Zaragoza : guía histórico-artística y literaria, Ayuntamiento de Zaragoza, 1986.

5A. Plan de la Aliafería de Saragosse, d'après Manuel GOMEZ MORENO, El arte árabe español hasta los almohades, Madrid, Plus.Ultra, 1951,p. 224.

6B. Arcs entrelacés du décor de la Aliaferla, d'après Lucien GOLVIN, Essai sur l'architecture religieuse musulmane, t. I : Généralités, Paris, Klincksieck, 1970, p. 103.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search