Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[23]. L'essor intellectuel sous les taifas : le développement des mathématiques d'après les Tabaqat al-umam de Sa’id de Tolede

Texte intégral

1Abu-l-Qasim Sa'id b. Ahmad b. Sa'id, connu sous le nom de Sa'id de Tolède, Sa'id al-Andalusi, ou le Cadi Sa'id, qui vécut de 1029 à 1070, est parfaitement représentatif du développement intellectuel d'al-Andalus à l'époque des taifas, développement sur lequel son histoire des sciences intitulée "Livre des Catégories des Nations" nous apporte de multiples précisions. Sa propre vie fournit par ailleurs un excellent exemple d'une carrière d'" intellectuel" dans l'Espagne musulmane de son temps. Sa famille, fixée à Cordoue sous le califat, y avait produit au Xe siècle quelques juristes d'une certaine notoriété. De la même façon que plusieurs des personnages énumérés dans l'extrait ci-dessous, elle dut quitter la capitale lors des troubles de la crise du califat (Fitna), puisque Ton sait que lui-même naquit à Almería. On n'a pas de certitudes sur la façon dont se fit sa première formation, mais on sait qu'en 1046 au plus tard il réside principalement à Tolède où il dit lui-même avoir suivi l'enseignement de deux savants réputés que l'on retrouvera dans l'extrait proposé : Abu-l-Walid al-Waqqashi et Abu Ishaq al-Tudjibi. Il semble avoir appris aussi d'autres savants, musulmans et juifs, de Tolède et de Saragosse. Il fit alors certainement partie du cercle de savants protégés par l'émir de Tolède al-Ma'mun b. Dhi'l-Nun (1044-1075), où il fut peut-être introduit par al-Waqqashi. A une date inconnue, il accède à la haute fonction de cadi de Tolède, et partage son temps entre sa charge, l’enseignement, et la rédaction de quelques ouvrages dont le seul conservé est ses Tabaqat, composé en 1068, deux ans avant sa mort.

2Comme d'autres capitales des taifas, Tolède à l'époque de Sa'id est en effet le lieu d'une activité intellectuelle favorisée par le mécénat du grand souverain que fut al-Ma'mun. Bien que Ton trouve, comme on le constate d'ailleurs dans le texte, des savants de chaque spécialité dispersés un peu partout dans l'Espagne musulmane (Sa'id cite des mathématiciens à Almería, a Denia, à Grenade...), il y eut cependant jusqu'à un certain point des "spécialisations" locales : Séville est un centre où s'épanouit particulièrement la poésie, Denia possède une école réputée de lecture coranique, Saragosse semble avoir connu le développement d'un mouvement philosophique d'une particulière originalité, qui trouverait en partie son origine dans l'introduction dans la ville, où il fut apporté d'Orient vers le milieu du siècle par al-Kirmani (voir le texte), de l'ouvrage mystique à tendance chiite des "Epitres des Frères de la Pureté". Le représentant le plus connu de ce qui a parfois été présenté comme une "école de Saragosse" est, au début du XIIe siècle, le grand Ibn Badjdja (l"'Avenpace" des Latins), qui reçoit sa formation à Saragosse dont il était originaire avant de quitter la ville prise par les chrétiens en 1118 (51*). A ce mouvement à la fois scientifique et philosophique, on peut rattacher d'importants philosophes juifs comme Ibn Gabirol (l'"Avicebron" des Latins), né vers 1020 à Málaga, mais qui vint très jeune à Saragosse et y passa la plus grande partie d'une vie très courte, puisqu'il serait mort entre 1050 et 1060, et Ibn Paquda, qui y vécut également au XIe siècle. Sa'id de Tolède cite dans le texte leur coreligionnaire Abu-l-Fadl Hashday b. Yusuf, avec lequel il a eu des relations scientifiques et dont il fait un grand éloge dans un autre passage des Tabaqat. On sait que ce personnage, qui se convertit à l'Islam, fut vizir des émirs al-Muqtadir, al-Mu'tamin et al-Musta'in. Le second de ces princes de la dynastie hudide de Saragosse est l'un des "jeunes savants" prometteurs dont parle Sa'id de Tolède, qui succède à son père al-Muqtadir en 1081 avec le laqab d'al-Mu'tamin, et règne jusqu'en 1085.

3A Tolède, la vie intellectuelle qui se développe autour d'al-Ma'mun est orientée davantage vers les sciences, encore que les limites entre les disciplines ne soient pas toujours très tranchées, et que Ton ne doive pas oublier que ces savants ont, à la base une très solide formation juridique et littéraire qui permet à Sa'id, ou à son maître al-Waqqashi de remplir en même temps des fonctions judiciaires, et à la plupart de ces personnages d'être aussi des poètes et des hommes de lettres. Ces sciences se présentent sous une forme plus ou moins spéculative, comme des mathématiques, de la physique, de l'astronomie, dont l'un des plus illustres représentants est un autre "jeune savant" mentionné comme un "espoir" par Sa'id à l'époque où il écrit, cet al-Zarqiyal, mathématicien et astronome que les chrétiens admireront sous le nom d"'Azarquiel". Il quittera Tolède lors de sa conquête par Alphonse VI en 1085, et mourra à Cordoue en 1100. Une autre branche, plus appliquée ou plus pratique si l'on veut (encore que les astronomes soient aussi des fabricants d’astrolabes, et les mathématiciens des auteurs de traités de droit commercial ou de droit des héritages...), qui fut particulièrement en honneur à Tolède, est la science agronomique. Ses principaux représentants y sont Ibn Wafid (mort en 1075), qui était aussi médecin, mais fut chargé par al-Ma'mun de créer un jardin botanique royal (djannat al-Sultan), et Ibn Bassal, protégé aussi par al-Ma'mun, mais qui vivait encore en 1085 où il quitta la ville pour se réfugier à Séville (on renverra évidemment sur l'agronomie andalouse à l'ouvrage de Lucie BOLENS, Agronomes andalous du Moyen Age, Genève, 1981 ; sur la médecine, quelques pages dans Danielle JACQUART et Françoise MICHEAU, La médecine arabe et l'Occident médiéval, Paris, 1990, qui concerne cependant surtout la transmission de ce savoir à l'Europe chrétienne).

4Quant à la chronologie de ce mouvement scientifique, j'ai pensé qu'il était plus clair de diviser le texte de Sa'id de Tolède en trois parties. On y voit bien comment une première génération de savants, qui venaient éventuellement de telle petite ville provinciale (c'est le cas d'al-Madjriti, "Le Madrilène"), mais s'étaient concentrés et avaient été formés à Cordoue sous le califat par l'étude des ouvrages des Anciens et ceux des savants arabes de l'époque abbasside, sont contraints par la Fitna des années 1009-1031 à se disperser dans diverses villes provinciales, déjà, probablement, pour certains d'entre eux, sous la protection de tel ou tel prince qui les pensionne ou leur confie une charge officielle. Cette première génération contribue à la formation de la suivante, dont les représentants ont parfois de solides attaches locales (ainsi un Ibn Khaldun, de la grande famille aristocratique sévillane dont sortira, trois siècles plus tard, le grand historien maghrébin du même nom dont la famille était d'origine andalouse). Parmi les contemporains de Sa'id, l'un des plus intéressants est son maître le cadi Abu-l-Walid al-Waqqashi, originaire de la bourgade de Waqqash, dans la région de Tolède, dont il vante l'étendue et le caractère encyclopédique des connaissances. Ce personnage quittera lui aussi Tolède lors de son occupation par les chrétiens, pour s'installer à Valence, où il se trouve à l'époque du Cid. En 1094, les Valenciens le choisissent, en raison du prestige que lui valent son âge et sa réputation, pour négocier avec le chef castillan la reddition de la ville. Mais on sait qu'il ne resta pas non plus dans la cité soumise au Cid, puisqu'il mourut en 1095 à Denia, ville qui était alors rattachée à l'autorité almoravide.

5Sur Sa'id de Tolède et, plus généralement, sur la façon dont les auteurs andalous du XIe siècle situent leur époque dans le développement de la culture arabe : Gabriel MARTINEZ-GROS, "Classification des nations et classifications des sciences. Trois exemples andalous du Ve-XIe siècle", Mélanges de la Casa de Velázquez, XX, 1984, pp. 83-114.

A. La génération des savants cordouans, diffuseurs des sciences dans tout le pays à l'époque de la Fitna

6Abu-l-Qasim Maslama b. Ahmad, connu sous le nom d'al-Madjriti (le Madrilène), fut le premier des mathématiciens de son temps en Andalousie, et fut plus savant en astronomie que personne avant lui. Il s'appliqua à l'observation des astres et s'attacha à comprendre le livre de Ptolémée intitulé l'Almageste. Il a écrit un bon livre sur l'arithmétique commerciale (thimar 'ilm al-'adad), science désignée chez nous sous le nom de mu'amalat. Il est en outre l’auteur d'un abrégé de la partie de la table d'al-Battani traitant de l'équation des planètes. Il étudia également la table astronomique de Muhammad b. Musa al-Khwarizmi et, substituant l’ère des Arabes à celle des Perses, il fixa dans cette table les longitudes moyennes des astres au début de l'ère musulmane. Il ajouta au travail d'al-Khwarizmi des tableaux excellents, mais suivit la doctrine de son prédécesseur et n'en signala pas les erreurs. Je l’ai fait remarquer dans mon ouvrage traitant de la rectification du mouvement des étoiles, faisant connaître les erreurs des astronomes qui firent des observations. Abu-l-Qasim Maslama b. Ahmad mourut peu avant qu'éclatât la Fitna, en l’année 398/1008. Il avait formé des élèves remarquables tels que n'en avait formés aucun maître avant lui en Andalousie. Parmi les plus célèbres, citons Ibn al-Samh, Ibn al-Saffar, al-Zahrawi, al-Kirmani et Ibn Khaldun.

7Ibn al-Samh, de son vrai nom Abu-l-Qasim Asbagh b. Muhammad b. al-Samh al-Mahri, connaissait à fond l'arithmétique et la géométrie. Il était éminent dans la science de la physique des sphères et des mouvements des étoiles. Il s'occupa aussi de médecine. Il écrivit des traités excellents, entre autre le Kitab al-madkhal ila l-handasa ("Introduction à la géométrie”), commentaire du livre d’Euclide... Le géomètre Abu Marwan Sulayman b. Muhammad b. 'Isa al-Nashi, élève d'Ibn al-Samh, m’a rapporté que son maître était mort à Grenade, capitale de l'émir Habbus b. Maksan b. Ziri b. Manad al-Sanhadji dans la nuit du [lundi au] mardi 18 radjab 426/29 mai 1035. Il était âgé de 50 années solaires.

8Ibn al-Saffar, de son nom Abu-l-Qasim Ahmad b.’Abd Allah b. 'Umar, était également très versé dans l'arithmétique, la géométrie et l'astronomie. Il s'était établi à Cordoue pour enseigner ces sciences. Il est l'auteur d'une table abrégée selon le système du Sindhind et d'un traité concis, bien rédigé et très accessible, sur l’emploi de l'astrolabe. Il quitta Cordoue un peu après le début de la Fitna et se fixa, lui et son fils, [à Denia], capitale de l'émir Mudjahid al'Amiri, sur le littoral oriental de l'Andalousie. C'est là qu’il mourut [en 1034] - qu'Allah lui fasse miséricorde !-. Quelques élèves de son école, originaires de Cordoue, se distinguèrent ; nous en reparlerons plus loin, s'il plaît à Allah très Haut Il avait un frère nommé Muhammad, célèbre par son habileté dans la construction de l'astrolabe. Nul avant lui en Andalousie n'avait su mieux que lui construire cet instrument.

9Al-Zahrawi, de son vrai nom Abu-l-Hasan 'Ali b. Sulayman, était, lui aussi, savant en arithmétique et en géométrie. D s'occupait également de médecine. Il a écrit un ouvrage remarquable sur l'arithmétique commerciale (mu'amalat), selon la méthode démonstrative.

B. La_première génération des savants sous les taifas

10Al-Kirmani, de son nom Abu-l-Hakam 'Amr b. 'Abd al-Rahman b. Ahmad b. 'Ali al-Kirmani, était originaire de Cordoue. Il était du nombre des savants qui possèdent à fond l’arithmétique et la géométrie. Son élève, le géomètre et astronome al-Husayn b. Ahmad b. al-Husayn b. Hayy, m'a dit n'avoir jamais rencontré quelqu'un qui pût rivaliser avec son maître dans la connaissance de la géométrie, ou qui tentât de l'égaler dans la solution des problèmes obscurs qu'inclut cette science, dans la démonstration des questions douteuses et dans l'exposition complète des diverses parties de cette branche des mathématiques. Al-Kirmani avait voyagé en Orient et avait poussé jusqu'à Harran en Mésopotamie. Il s'était occupé là de géométrie et de médecine. Il était revenu ensuite en al-Andalus et s’était fixé à Saragosse, dans l'ouest de la Péninsule. Il avait apporté avec lui les épîtres connues sous le titre de Rasa'il Ikhwan al-Safa' ("Epîtres des Frères de la Pureté"). Nul avant lui, que je sache, ne les avait introduites en Espagne. Ce savant s'occupa aussi de médecine. Il y fit des observations cliniques remarquables et acquit une habileté connue dans la cautérisation, l'amputation, l'incision, l'ablation et autres opérations de l'art médical. Il connaissait toutefois mal l'astronomie mathématique et la logique. Je le tiens du juif Abu-1-Fadl Hashday b. Yusuf b. Hashday qui, lui, possédait bien ces sciences. Par contre, dans les sciences spéculatives, il n'avait point d'égal en al-Andalus. Abu-l-Hakam mourut-qu'Allah lui fasse miséricorde !- à Saragosse, en 458/1066. Il avait quatre vingt-dix ans ou guère plus.

11Ibn Khaldun, de son nom Abu Muslim 'Amr (ou 'Umar) b. Ahmad b. Ahmad b. Khaldun al-Hadrami, appartenait à une noble famille de Séville. Il était [versé dans les sciences philosophiques et] célèbre pour son savoir en géométrie, en astronomie et en médecine. Il prenait les philosophes comme modèles pour asseoir sa morale, régler sa conduite et déterminer sa façon d'agir. Il mourut dans sa ville natale, en 449/1057.

12Parmi les élèves célèbres d'Abu-l-Qasim Ahmad b. 'Abd Allah b. al-Saffar, citons Ibn Barghut, al-Wasiti, Ibn Shahr, al-Qurashi, al-Amtash al-Marwani et Ibn al-'Attar...

13Ibn Shahr, de son nom Abu-l-Hasan Mukhtar b. 'Abd al-Rahman b. Shahr al-Ru'ayni, était versé dans la géométrie appliquée à l'astronomie. C'était en outre un savant de premier ordre en langue arabe, en grammaire, en Tradition et en jurisprudence. Il était éloquent, bon poète, habile dialecticien, d'esprit délié, connaissant l'histoire biographique et les chroniques. Il fut cadi d'Almería à la fin du règne de Zuhayr al-'Amiri, en l'année 427/1036. Il mourut à Cordoue, mais il était encore cadi en 435/1043.

14Ibn al-'Attar, de son nom Muhammad b. Khayra al-'Attar, est l'affranchi du secrétaire Muhammad b. Abi Hurayra qui était au service d'al-Zafir b. 'Abd al-Rahman b. Dhi-l-Nun [le premier souverain de Tolède, père d'al-Ma'mun], C’est un des plus jeunes élèves d’Ibn al-Saffar. Il possède à la perfection l'arithmétique, la géométrie et la science des partages successoraux (fara’id). Actuellement il enseigne ces matières à Cordoue. Il s'intéresse également à l'astronomie et à la connaissance des mouvements des étoiles.

C. La seconde génération : les contemporains de l’auteur

15Parmi les élèves remarquables d'Ibn Barghut, citons Ibn al-Layth, Ibn al-Djallab et Ibn Hayy...

16Ibn al-Djallab, surnom sous lequel est connu al-Hasan b.’Abd al-Rahman, est un savant qui possède à fond la géométrie, ainsi que la science de la physique des sphères et des mouvements stellaires. Il s'intéresse en outre à la logique et aux sciences naturelles. A l'heure actuelle, il est fixé à Almería, capitale de l'émir Muhammad b. Ma'n b. Muhammad b. Sumadih al-Tudjibi.

17Citons aussi Abu-l-Walid Hisham b. Ahmad b. Hisham b. Khalid al-Kinani, connu sous le nom d’Ibn al-Waqqashi, originaire de Tolède, un de ces érudits dont le savoir s'étend à toutes les branches de la connaissance. Il est doué d'un sens sûr et d'une réflexion pénétrante, possède à fond la géométrie et la logique, connaît de façon complète la grammaire, la lexicographie, la poésie et l'éloquence, la jurisprudence, les Traditions et la théologie (kalam). Cet érudit se double, de plus, d’un bon poète. Aucun généalogiste, chroniqueur ou biographe ne l'emporte sur lui (dans ces disciplines) et il est savant dans toutes les sciences. Je l'ai rencontré à Tolède, en 438/1046. Il était alors cadi de Talavera, sur les confins de la province de Tolède, capitale de l'émir al-Ma'mun Yahya b. al-Zafir Isma'il b. 'Abd al-Rahman b. Isma'il b. 'Amir b. 'Amir b. Mutarrif b. Dhi-l-Nun. Je me suis attaché à lui longtemps pour puiser à son savoir et apprendre. Je trouvais en lui un puits de science, un fond inépuisable de désintéressement, de noblesse, un homme réunissant toutes les qualités de l'âme, possédant les plus rares vertus. Il vit encore à l'heure actuelle. Il a plus de cinquante ans, car il m'a appris être né en 408/1017.

18Parmi les savants aussi remarquables que les précédents, signalons encore Abu Dja'far Ahmad b. Khamis b. 'Amir b. Duminguh (Domingo) de Tolède également. Il cultivait la géométrie, l'astronomie et la médecine ; il était érudit dans toutes les sciences littéraires et savait un grand nombre de poésies par coeur. Il appartenait à la génération du cadi Abu-l-Walid Hisham b. Ahmad b. Hisham. Citons aussi Abu Ishaq Ibrahim b. Lubb b. Idris al-Tudjibi, connu sous le nom d'al-Quwaydis, originaire de Calatayud, qu'il quitta pour se fixer à Tolède. Il fit ses études dans cette ville, se signala en arithmétique, en géométrie et dans la science des partages successoraux (fara'id). Il professa longtemps ces matières. Il connaissait la science de la physique des sphères et des mouvements des étoiles. C'est sous sa direction que j'ai étudié une grande partie des sciences. Il possédait en outre à fond la langue arabe qu'il enseigna quelque temps à Tolède. Il mourut -qu'Allah lui fasse miséricorde !-dans la nuit du (mardi au) mercredi 27 radjab de l'année 457 (4 août 1062).

19Tels sont les savants célèbres qui ont cultivé les mathématiques en al-Andalus. Il y en eut toutefois d'autres que j'ai passés sous silence, soit parce qu'ils sont inférieurs à ceux que j'ai signalés, soit parce que je ne connais pas leurs noms, soit parce que j'ignore leur biographie et leur rang comme savants, quoique leurs noms soient célèbres encore en al-Andalus. D’ailleurs, à l'heure actuelle, il existe de jeunes savants qui, ça et là, étudient avec zèle la philosophie, dont l'entendement est sûr, les idées nobles, et qui ont déjà acquis la connaissance des diverses parties de cette science. De ce nombre, parmi ceux qui résident à Tolède ou dans les environs, citons :

20...

21Abu Ishaq Ibrahim b. Yahya al-Naqqash connu sous le nom de Walad al-Zarqiyal

22...

23Parmi ceux qui se trouvent à Saragosse, signalons :

24Le hadjib Abu 'Amir, fils de l'émir al-Muqtadir bi-Llah Ahmad b. Sulayman b. Hud al-Djudhami... Ce descendant de l'émir Ibn Hud, quoique savant en mathématiques se distingue (des autres savants contemporains) parce qu'il connaît en outre la logique et cultive les sciences naturelles ainsi que la métaphysique...

SA'ID AL-ANDALUSI, Kitab Tabakat al-Umam (Livre des catégories des Nations), d’après la traduction Régis BLACHERE, Paris, Larose éd., 1935, pp. 129-139.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search