Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[22]. Littérature et histoire dans l'Andalus du xie siècle : le roi-poète al-Mu'tamid de Séville (1069-1091)

Texte intégral

1Le troisième souverain abbadide de Séville, Muhammad b. 'Abbad, plus connu sous son surnom de règne (laqab) d'al-Mu'tamid ('ala Allah), succéda à son père 'Abbad b. Muhammad al-Mu'tadid en 1069 et fut dépossédé du pouvoir par les Almoravides en 1091, pour être assigné en "résidence surveillée" dans la ville sud-marocaine d’Aghmat où il mourut en 1095. C'est l'un des plus grands poètes classiques de la poésie andalouse du XIe siècle, qui marque l'apogée de ce genre littéraire. On verra à ce sujet l'étude d'Henri PERES, qui dégage bien l'intérêt documentaire de cette poésie, dont il s'efforce de faire ressortir à la fois les aspects stéréotypés qui relèvent à ses yeux d'une inspiration orientale puisant ses modèles dans la littérature de l'époque abbasside, et les traits plus originaux (conception de l'amour en particulier) où il veut voir une influence "occidentale" tenant aux racines indigènes de la civilisation andalouse ou "hispano-musulmane". J'ai, à partir d'un ensemble de sources de nature différente, critiqué sur certains points cette vision des choses dans mes Structures sociales "orientales" et "occidentales" dans l'Espagne musulmane (Paris, 1977 ; voir surtout pp. 125 sqq.).

2Cette poésie classique s'exprime dans un type de composition à la métrique compliquée, portant le nom de qasida, dont tous les vers sont terminés par la même rime. Ce schéma assez rigide se conserve pleinement dans la poésie classique andalouse, qui reste formellement très fidèle à ses modèles orientaux qu'elle égale ou dépasse en qualité formelle. Toutefois, elle laisse paraître une certaine originalité dans "des thèmes spécifiques à al-Andalus, sans l'artifice et l'obscurité des poètes néoclassiques orientaux", et avec une plus grande spontanéité dans leur développement" (CHEJNE, Historia de España musulmana, p. 207). Parmi les thèmes principaux de cette poésie classique arabe, l'amour et l'érotisme, la louange et la satire, l'élégie où le poète regrette un être ou des lieux chers à son coeur. On en retrouve l'écho dans les poèmes ci-dessous, où l'on notera aussi l'utilisation de jeux de mots recherchés (comme celui qui porte sur les divers sens de thaghr).

3Quelques-uns des faits les plus marquants du règne d'al-Mu'tamid, magnifiés par la poésie contemporaine et inlassablement repris dans les anthologies poético-historiques postérieures (Ibn Bassam, Ibn Khaqan, Ibn Sa'id, al-Maqqari), sont évoqués dans les trois extraits proposés. Al-Mu'tamid aurait été très jeune envoyé par son père gouverner Silves, conquise en 1063 sur la petite dynastie locale des Banu Muzayn (17*). Il avait emmené avec lui un poète de la cour avec lequel il s'était lié d'une profonde amitié, et qui était précisément originaire de la région de Silves, Ibn’Ammar, qu’il envoya quelque temps gouverner à son tour la même ville lorsqu'il eut lui-même accédé à la souveraineté à Séville. Ibn’Ammar fut jusqu'en 1078 le principal vizir et conseiller d'al-Mu'tamid, et c'est lui qui, en 1077, dirige l'armée sévillane qui va s'emparer de Murcie. Ce moment voit l’apogée de la puissance du souverain abbadite, qui a hérité de son père d'un Etat déjà agrandi de toutes les petites taifas de l'Algarve et de l'Andalousie occidentale, annexées entre 1050 et 1069. Cordoue elle-même a été prise aux Banu Djahwar en 1070, et cette politique d'expansion, en attendant de pouvoir réduire la résistance de l'émirat ziride de Grenade avec lequel la guerre est quasi-constante (7*), se poursuit en direction de l'Andalus oriental. Mais Ibn 'Ammar tente ensuite de se rendre indépendant à Murcie, d'où une rupture avec le roi de Séville qui en arrive, après de multiples rebondissements compliqués des relations entre les deux anciens amis-tous illustrés par une grande abondance de poèmes rédigés par les deux personnalités-à tuer lui-même ce dernier qui a fini par tomber entre ses mains (1086). Pendant cette période, la destinée politique de la zone orientale est très confuse et mal connue, et c'est à un épisode de ces années, pendant lesquelles on sait que Lorca passa un temps sous l'autorité sévillane, que doit faire allusion le second poème.

4Les poèmes liés à l'entourage intime d'al-Mu'tamid sont nombreux. On a quelque peine à se faire une idée de ce que pouvait être la "famille" de ce souverain, qui semble avoir eu une descendance abondante de diverses femmes et concubines. La personnalité la plus célèbre est sa favorite, puis épouse, I'timad, appelée aussi al-Rumaikiyya, héroïne d'un grand nombre d'anecdotes rapportées à l'envi par les anthologues. Le propre laqab du souverain (al-Mu'tamid, qui vient de la même racine qu'I'timad), évoquerait cette dernière. Les fils connus d'al-Mu'tamid sont presque tous issus de son union avec l'timad. Parmi eux, Abu Nasr al-Fath, auquel on donna le laqab d'al-Ma'mun, qui fut tué en 1091 en défendant Cordoue contre les Almoravides, et dont la femme, dite "la Mora Zaida", se réfugia auprès du roi de Castille Alphonse VI dont elle devint la favorite (cf. LEVI PROVENCAL, "La Mora Zaida...", in : Hespéris, XVIII, 1934, pp. 1 et 200, reprod. dans Islam d'Occident, 1948, pp. 137-151), et Abu Khalid Yazid al-Radi, tué aussi par les Almoravides à Ronda, auquel est adressé le second poème. A Aghmat, al-Mu'tamid continua à avoir une production poétique abondante, où s'exprime son amertume devant la situation assez misérable qui lui est faite ainsi qu'à I'timad et aux enfants qu'il avait amenés avec lui.

5Toute cette histoire des taifas est éclairée d'une lumière tout à fait particulière par le fait que notre source essentielle est la très abondante production poétique que les anthologues postérieurs se sont attachés à recueillir. En dehors même de leur difficulté propre, on ne sait jamais très bien de quelle façon il faut manier ces textes qui sont avant tout des oeuvres littéraires. Un bon exemple peut en être fourni par la fin de la vie de l'ancien souverain qui, à Aghmat, reçut la visite de plusieurs hommes de lettres andalous qui l'avaient parfois connu au temps de sa splendeur (par exemple le poète Ibn al-Labbana). Dans les poèmes qu'il compose à cette époque, il se plaint à plusieurs reprises des conditions très dures de sa détention, évoquant dans l'un d'entre eux ses chaînes, et dans celui qui est donné ci-dessous la situation misérable de ses filles obligées de travailler de leurs mains pour assurer la subsistance de sa famille. Mais on sait par ailleurs qu'il put faire, à Ibn al-Labbana venu le visiter, présent de deux pièces d'étoffe et de 20 mithqals, c'est à dire de 20 pièces d'or qui représentaient en principe le prix d'une petite maison ou plusieurs mois de salaire d'un ouvrier, en s'excusant de la modicité de ce cadeau (S. KHALIS, Vie littéraire à Séville, p. 149). Il faut avouer que l'on ne sait pas très bien comment concilier ces données contradictoires. Il est tout aussi difficile, sinon impossible, d'établir la chronologie précise d'un règne dont les événements (comme l'expédition militaire à Lorca évoquée dans le second poème) nous sont principalement connus par des "documents" de ce type, c'est là Tune des difficultés principales auxquelles se heurte l'historiographie du XIe siècle andalou. La contradiction entre l'action historique et politique qui devrait-être celle d'un roi ou d'un fils de roi, et l'attrait excessif pour la vie littéraire et intellectuelle que dénonce al-Mu'tamid lui-même chez son fils al-Radi peut apparaître comme symbolique d'une époque dont on a à certains moments l'impression qu'elle n'a presque pas d'histoire autre que littéraire.

6[Poème composé à l'occasion du départ à Silves de son ami, le vizir et poète Ibn 'Ammar, qu’il a nommé gouverneur de cette ville :]

72. Salue le palais d'al-Saadjib et demande-lui s'il est toujours aussi beau.

83. C’était la demeure des lions et des blanches beautés. Admirable repaire ! Admirable demeure pour les femmes !

94. Que de nuits ai-je passées là, auprès d'une jeune beauté aux larges hanches, à la mince ceinture.

105. Que de fois des jeunes filles blanches ou brunes ont fait à mon coeur ce que font les blanches épées et les lances brunes.

116. Que de nuits ai-je passées au barrage (sudd) de la rivière avec une femme dont le bracelet semblait la courbure de la pleine lune !

127. Elle passait la nuit à me verser le vin enivrant de ses regards et, à ses moments, celui de sa coupe ou celui de sa bouche.

138. Puis, quand sur sa guitare elle jouait un air guerrier, je croyais entendre le cliquetis des épées et me sentais saisi d’une ardeur martiale.

149. Elle enleva sa robe pour faire apparaître un rameau de saule délicat et flexible. Qu’il était beau le bouton qui s’ouvrait pour laisser apparaître la fleur !

15[Al-Mu'tamid composa le second poème pour reprocher à son fils al-Radi, plus attiré par les lettres que par les actions militaires, d'avoir refusé de diriger une armée chargée d'aller soumettre la ville de Lorca :]

161. Il est royal de manipuler les livres. Garde-toi donc de conduire les armées.

172. Fais-donc des tournées rituelles autour du pupitre comme pour baiser (la pierre noire) et reviens (à ta Ka'ba) pour faire tes adieux aux chaires.

183. Marche donc contre l'armée des connaissances pour subjuguer le savant qui disputera avec toi.

194. Frappe comme avec une lance avec les pointes des roseaux : tu remporteras une victoire sur la bouche [thaghr, qui a à la fois le sens d'"ouverture" et celui de "frontière militaire”] des écritoires.

205. Frappe de taille avec le canif de l'écritoire à la place du sabre tranchant et écourté.

216. N’es-tu pas Aristote quand on vient à parler des plus grands philosophes ?

227. De même, quand on parle d'al-Khalil [philologue irakien du Ville s.], tu es un grammairien et un poète.

238. Quant à Abu Hanifa [fondateur de l'école juridique hanéfite], ce n'est pas son avis qui l'emporte quand tu es présent.

249. Qu'est-ce qu'Hermès, qu'est Sibawayhih [philologue irakien du Ville s.], qu'est enfin Ibn Fawrak [autre grammairien], quand tu ouvres une conférence contradictoire !

2510. Toutes ces nobles qualités, tu les as réunies ; sois-donc reconnaissant à celui qui t'a choyé.

2611. Reste assis, car tu es bien nourri et bien vêtu et dis : "Existe-t-il d’autres titres de gloire ?"

2712. J'ai caché à tes yeux mon visage bienveillant alors que tu le rencontrais souvent sans voile.

2813. Ne te souviens-tu pas de ce moment à Lorca où (la peur) faisait voler ton coeur comme un oiseau ?

2914. Il ne pouvait tenir en place, alors que ton père, était comme un lion au fond de sa tanière [se préparant au combat ?]

3015. Que n'as-tu imité ses actes et que n’as-tu obéi, alors qu’il te donnait un ordre !

3116. Il voyait avec plus de perspicacité les conséquences bonnes ou mauvaises des événements.

32[Ce troisième poème a été composé en exil, dans la ville marocaine d'Aghmat où al-Mu'tamid et sa famille ont été déportés par les Almoravides après 1091 :]

331. Autrefois les fêtes te rendaient joyeux, mais la fête qui te voit captif à Aghmat te rend triste.

342. Tu vois tes filles couvertes de haillons et mourant de faim ; elles filent pour ceux qui les paient car elles ne possèdent plus rien au monde.

353. Elles viennent vers toi pour te saluer, fatiguées, brisées par le travail et les yeux baissés.

364. Elles marchent nu-pieds dans la boue des rues comme si elles n'avaient pas marché jadis dans le musc et le camphre.

375. Leurs joues creuses attestent leur misère et sont sillonnées de larmes.

386. Quand tu commandais jadis au destin, il t'obéissait. A présent tu en es réduit à recevoir toi-même des ordres.

397. Les rois qui se félicitent de leur puissance sont le jouet d'un rêve.

Traductions dans Henri PERES, La poésie andalouse en arabe classique au XIe siècle, Paris, 1937, pp. 148, 383 et 435-436 et Salah KHALIS, La vie littéraire à Séville au XIe siècle, Alger, S.N.E.D., 1966, pp. 94-95, 116-117 et 145-146.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search