Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[21]. Ibn Hazm et son temps

Texte intégral

1Présenter Ibn Hazm (Abu Muhammad 'Ali b. Ahmad b. Sa'id b. Hazm) en quelques lignes est une entreprise périlleuse. On se contentera, après avoir renvoyé à la longue notice que lui a consacrée Roger ARNALDEZ dans /Encyclopédie de L’Islam (2ème éd., III, pp. 814-822), de fournir quelques repères extrêmement sommaires. Né en 994 dans une famille qui se disait d'origine iranienne, mais qui était peut-être indigène, il est élevé dans le milieu dirigeant de Cordoue à la fin du califat, où son père était vizir du gouvernement amiride. Les siens ayant dû s'exiler à Almería lors des troubles qui suivent la "révolution de Cordoue" de 1009, il joue pendant quelques années un rôle politique actif, participant aux essais de restauration omeyyade ; il est même quelque temps, en 1023, vizir de l'un des derniers califes (al-Mustazhir), mais très brièvement puisque celui-ci est assassiné au bout de sept semaines de règne. C'est au cours de cette période agitée que, établi pendant un temps à Játiva, il compose le Tawq al-Hamama ou "Collier de la Colombe", le plus célèbre et "populaire" de ses nombreux ouvrages, où il traite de l'amour et des amants sur un mode à la fois personnel et anecdotique, réussissant " à tirer des exemples cités, et en identifiant presque toujours les personnages de chair et d'os qui les ont vécus, la véritable essence de l'amour, immuable à travers les siècles et les civilisations" (J. VERNET). Mais le Tawq est aussi un très intéressant document sociologique et psychologique, qui apporte, sur la mentalité andalouse et sur la condition féminine dans le milieu aristocratique andalou, qu’il s'agisse des femmes de la haute société ou des esclaves chanteuses et danseuses (djariya/s), des indications dont j'ai essayé de tirer parti dans mes Structures sociales "orientales" et "occidentales" dans l'Espagne musulmane.

2A partir de la fin du califat, il se consacre uniquement, dans une sorte de "retraite" un peu hautaine, au travail intellectuel et à l'étude. Rejetant le malikisme officiel, il adhère à l'école juridico-religieuse dite "zahirite", qui prétend laisser de côté les sommes de commentaires du Coran et du hadith vénérées par les juristes occidentaux de l'époque, et inlassablement compilées de seconde main ou résumées dans des "abrégés", pour en revenir aux textes fondateurs étouffés par ces gloses. Pour les zahirites, le Coran et le hadith doivent être pris dans leur sens "clair" ou "évident" (zahir). Cette position, d'où peuvent résulter des attitudes conservatrices et littéralistes (ne pas s'écarter du Coran et du hadith pris "au pied de la lettre") peut aussi mener à une vision plus novatrice (espaces de liberté dans le cas où les textes ne se prononcent pas, et critique sévère du hadith). Il est à son époque un cas pratiquement unique d'intellectuel vivant à l'écart du pouvoir, qui revendique hautement son "légitimisme" omeyyade et critique âprement les souverains des taifas et surtout les fuqaha' qui occupent des positions officielles, et cautionnent leur politique (par exemple en matière fiscale). Cette position lui vaut l'hostilité aussi bien du milieu des juristes que de la plupart des pouvoirs. L'opposition s'exprime éventuellement dans des controverses, dont la plus retentissante fut un grand débat "public" qui eut lieu à Majorque entre Ibn Hazm et le grand juriste al-Badji. Mais il semble surtout avoir été l’objet d'une sourde "persécution", due en grande partie à la violence de ses propres attaques (les Abbadides font brûler ses livres à Séville), qui l'amène à finir sa vie de façon assez obscure, entouré seulement de quelques disciples, dans la localité d'origine de sa famille, une bourgade mal identifiée de l’Algarve, en 1064.

3Sa production fut considérable (plusieurs centaines d’ouvrages ou opuscules vraisemblablement), et bon nombre de ses oeuvres ont été conservées. Parmi les principales, le Fisal fi'l-milal, histoire critique des religions et le Falsafat al-akhlaq ouvrage sur "les caractères et la conduite". Mais il est aussi l'auteur de nombreux poèmes, principalement composés dans sa jeunesse, qu'il cite dans le Tawq, et des traités divers dont un grand ouvrage généalogique, la Djamahara, et un curieux ouvrage sur les personnages ayant accédé au califat avant leur majorité, le Naqt al-'arus. On trouvera, dans l'article de R. Arnaldez (auteur d’une thèse sur Grammaire et théologie chez Ibn Hazm) cité plus haut, des analyses sur le psychologue et le moraliste, le théoricien du langage, le logicien, le juriste et le théologien, qui donneront une idée de l'ampleur et de la diversité de sa pensée. Il est l'un des auteurs les plus personnels, les plus originaux et les plus attachants de la littérature arabe médiévale, celui qui "reste le plus vivant, le plus vibrant pour le lecteur moderne" (R. Arnaldez). Ces qualités sont particulièrement sensibles dans une oeuvre "facile" et encore tout à fait "lisible" par un public relativement large comme le Tawq, et des auteurs espagnols ont voulu les mettre en rapport avec son "idiosyncrasie" occidentale et hispanique (voir l'article de Cl. SANCHEZ ALBORNOZ, "Espagne préislamique et Espagne musulmane", Revue Historique, t. 237, 1967, pp. 334-336). Il était lui-même très conscient de sa supériorité intellectuelle, écrivant : "Je suis le soleil qui brille au firmament de la sagesse./ Mon unique défaut est d'être né en Occident :/si je m'étais levé au firmament de l'Orient,/rien ne se serait perdu de ma renommée". Les vers reproduits dans les extraits ci-dessous (pour lesquels j'ai tenté de suivre la traduction Garcia Gómez, plus élégante que celle de Bercher), sont considérés par lui-même comme inégalables du point de vue de la densité métaphorique. J'ai présenté par ailleurs quelques textes susceptibles d'être exploités historiquement.

4On pourra voir, en français, outre la toute récente et bonne mise au point sur Ibn Hazm dans D. URVOY, Pensers d'al-Andalus, Toulouse, 1990, pp. 43-47, les études suivantes : R. ARNALDEZ, "La guerre sainte selon Ibn Hazm de Cordoue", dans : Etudes d'orientalisme... Lévi-Provençal, Paris, 1962, II, pp. 445-460 ; Abdel Magid TURKI, "L'engagement politique d'Ibn Hazm", dans : Théologiens et juristes de l'Espagne musulmane, Paris, 1982 ; G. MARTINEZ-GROS, " L'écriture et la " Umma" : la "Risala fi fadl al-Andalus" d'Ibn Hazm", Mél. Casa de Velázquez, XXI, 1985.

A. Condition et psychologie féminines d'après le Collier de la colombe (rédigé en 1027)

5Je connais un tout jeune homme, un fils de secrétaire (katib) qui avait été vu par une femme de noble naissance, de haute situation, et jalousement cachée aux regards des hommes. Il passait et elle l'aperçut d'un endroit de sa demeure d'où elle avait vue sur l'extérieur. Tous deux tombèrent amoureux l'un de l'autre. Longtemps ils correspondirent par des voies plus scabreuses que le fil de l’épée. Si, dans cette présente épître, je ne m’étais interdit de dévoiler les ruses et de mentionner les subterfuges (des amants), je citerais des faits que je tiens pour certains et qui stupéfieraient un homme doué du jugement le plus averti et confondraient l'esprit le plus perspicace. Que, par sa grâce, Allah daigne jeter sur nous et sur tous les musulmans son voile protecteur ! Allah nous suffit ! (p. 61).

6On peut voir des femmes vertueuses et âgées, n'attendant plus rien des hommes, et qui n'ont pas d'occupation plus chère que de s'efforcer de marier une orpheline, de prêter leurs vêtements et leurs bijoux à quelque fiancée pauvre. Pour moi, cette forte tendance naturelle des femmes est uniquement due à ce qu'elles ont l'esprit libre de toute préoccupation autre que le commerce charnel et ce qui y prépare, le flirt et ses voies et moyens, l'intimité et tous ses aspects. Elles n’ont d'autres soins que ceux-là ; elles ne sont créées que pour cela. Les hommes, au contraire, sont partagés entre le souci de gagner de l'argent, d’obtenir l'amitié du prince, de rechercher la science, d'entretenir leur famille, de supporter les peines des voyages et de la chasse, d'exercer toutes sortes de métiers, de faire la guerre, de tenir tête aux séditions, d'affronter les périls et de cultiver la terre. Tout cela réduit singulièrement le loisir et écarte les voies de l'oisiveté...

7J'ai personnellement observé les femmes et connu, de leurs secrets, ce qu'un autre ne pourrait guère connaître. C'est que j'ai été élevé sur leurs genoux, j'ai grandi auprès d'elles ; je n'ai connu qu'elles et n'ai fréquenté la société masculine que quand j'étais déjà un jeune homme et que mon visage se couvrait de duvet. Ce sont elles qui m’ont appris le Coran, m'ont transmis bon nombre de poésies et m'ont familiarisé avec l'écriture. Dès que j'ai commencé à comprendre -j'étais encore un tout jeune enfant-mon unique souci, ma seule activité intellectuelle ont été de chercher à connaître les affaires des femmes, à rechercher les informations les concernant et à bien me pénétrer de tout cela. Cela provient de la grande jalousie qui est innée en moi, d'une suspicion congénitale dont je suis atteint à leur égard. Ainsi j'ai pu acquérir bien des connaissances à leur sujet. Tout cela, je l'expliquerai dans les chapitres y relatifs, s’il plaît à Allah Très Haut (pp. 126-129).

8Une femme en qui j’ai confiance m'a raconté qu'elle avait vu, dans la maison de Muhammad b. Ahmad b. Wahb, dit Abu Ruzayka, de la descendance de Bakr, venu (en al-Andalus) avec l'imam 'Abd al-Rahamn b. Mu'awiya ('Abd al-Rahman I) -qu'Allah l'agrée- une jeune esclave (djariya) d’une beauté admirable. Elle avait eu un maître que la mort lui ravit et elle fut vendue dans sa succession. Alors elle refusa tous les hommes après lui et aucun homme ne cohabita avec elle jusqu'à ce qu'elle rencontrât Allah, Puissant et Grand. Elle excellait dans l'art du chant ; mais elle nia qu'elle possédait ce talent ; elle consentit à être simple femme de service, et à être exclue du nombre de celles que l'on choisit pour la procréation, pour le plaisir et l'agrément ; et cela parce qu'elle voulait rester fidèle à un disparu, à un être enseveli sur qui s'étaient refermées les pierres tombales. Son nouveau maître voulut lui faire partager sa couche ; mais elle refusa. Il la frappa plusieurs fois, lui infligea des châtiments corporels. Elle subit tout cela patiemment et maintint son refus. C'est là un cas de fidélité très rare (pp. 206-207).

9Un de nos amis m'a raconté que Sulayman b. Ahmad, le poète, avait vu Ibn Sahl al-Hadjib en Sicile et lui avait dit que ce dernier était d'une extrême beauté. Un jour, il le vit se promener dans un parc de plaisance alors qu'une femme était derrière lui et le regardait. Quand il se fut éloigné, la femme alla à l'endroit où ses pas avaient laissé leurs traces et se mit à les baiser en embrassant la terre où s'était imprimée la marque de son pied. A ce sujet, j’ai fait une pièce de vers dont les suivants :

10"Dans leur dureté, ils me blâment de fouler la trace de ses pas ; mais s'ils savaient, ceux qui me blâment me jalouseraient... (pp. 248-251).

Trad. Léon BERCHER du Tawq al-Hamama (Le Collier du Pigeon ou de l'Amour et des Amants), texte arabe et trad. française, Alger, Bibliothèque Arabe-Française, 1949, pages indiquées.

B. Arabes et Bèrbères d’al-Andalus d’après la Djamhara ansab al-'Arab (écrite vers 1030-1040)

11Les descendants d'al-Zibriqan (de la tribu de Tamim), dont le nom était al-Husayn b. Badr, ont une position prépondérante à Talavera. A l'origine, lorsqu'ils entrèrent en al-Andalus, ils s'installèrent dans une grande localité (qarya) qui, prenant leur nom, s'appela al-Zabariqa ; mais ensuite les chrétiens la conquirent et ils se transportèrent à Talavera. Le lieu où ils habitent dans cette ville est connu jusqu'à aujourd'hui sous le nom de "quartier des Arabes" (hawmat al-'Arab). C’est à eux que faisait allusion le poète qui, faisant l'éloge d’al-Mansur b. Abi 'Amir et le félicitant pour l'une de ses victoires, a dit :

12"Si les gens d'al-Zabariqa avaient voulu, ils auraient attaqué jusqu'à rentrer dans leur pays, à al-Zabariqa" (p. 203 du texte arabe, 93 de la trad.)

13[Membres des tribus médinoises "Ansar" de Aws et Khazradj :] Dans la localité (qarya) de Shus al-Ansar, il y a un clan (raht) (issu) de 'Abd Allah b. 'Amr b. 'Abd Allah b. Musa b. 'Ubayd Allah b. 'Abd al-Rahman b. Mansur b.’Amr b. Qatada b. al-Nu’man [Qatada b. al-Nu'man était un compagnon du prophète, guéri miraculeusement par ce dernier d'une blessure reçue à la bataille d'Uhud]....

14Descendants d’al-Khazradj, à Rayyo [nom de la prov. de Málaga], sont les Banu 'Utaym b. Sufyan, qui sont à Qartama et portaient les étendards des califes Omeyyades...

15Des descendants de 'Ubada b. al-Samit [compagnon du Prophète] vivent parmi nous, à Cordoue, (dans le quartier) de la Porte des Parfumeurs, et sont connus sous le nom de Banu Harun...

16Parmi les descendants de 'Abd Allah b. Rawaha [autre compagnon du Prophète], on compte les Banu Khubayb et les Banu Qaltin, les fauconniers, qui habitent dans la localité (qarya) d'Ikhtiyana (qui dépend de la ville de) Cabra (pp. 323, 328, 335, 344 du texte arabe, 60-61 de la trad.)

17Le lieu de résidence (dar) des Bali [tribu arabe] en al-Andalus est le lieu qui porte leur nom, au nord de Cordoue, où ils résident jusqu'à aujourd'hui, avec leurs généalogies (nisba/s) propres. Ils ne savent pas parler la langue romane (latiniyya), ni les femmes ni les hommes ; ils honorent l’hôte, et, jusqu'à nos jours, ne consomment pas la queue du mouton. Ils ont aussi un autre dar à Morón (p. 415 du texte arabe, 364 de la trad.)

18[Font partie des Berbères qui appartiennent à la tribu des] Ulhasa b. Yattufat b. Nafzawa : les Banu Tarniya b. Ghazlun, émirs de Teruel, les Banu 'Amira de Játiva, les Banu Nu'man de Santaver (Shantabariya), qui sont le clan (dont était issu) 'Amir b. Faradj b. Nu'man (texte arabe p. 465).

Djamhara, éd. Lévi-Provençal, Le Caire, 1948, et trad. par Elías TERES, "Linajes árabes en al-Andalus", Al-Andalus, 22, 1957, aux pages indiquées.

C. Critique de la fiscalité des taifas

19N’importe quel gouvernant d'une cité ou d'une place forte (hisn) où que ce soit dans notre pays est un brigand de grand chemin qui, pour Dieu et son Prophète, fait la guerre et sème le désordre dans le pays, se livrant, comme vous le voyez de vos propres yeux, à de continuelles incursions ou attaques contre les biens des musulmans qui relèvent de quelque (autre) autorité politique hostile, permettant à leurs troupes de les assaillir par les chemins des régions contre les habitants desquels ils sont en guerre, imposant des contributions (abusives ; mukus) et une capitation (djizya) sur les nuques des musulmans, autorisant les Juifs à percevoir djizya et taxe (dariba) sur les voies les plus fréquentées des musulmans, en alléguant qu'il y sont obligés par une nécessité qui (en aucune façon) ne peut rendre licite ce que Dieu même a prohibé, en dehors du fait qu'avec de tels impôts ils aspirent seulement à renforcer leur autorité dans ce qu’ils ordonnent et interdisent. Ne vous trompez donc pas, et ne vous laissez pas égarer par des scélérats qui, s'arrogeant le titre de juristes, se couvrent de peaux d'agneaux sur des coeurs de bêtes féroces, et dorent avec les apparences du bien la méchanceté des mauvais, leur prêtant leur appui pour commettre leurs forfaits...

20L'argent [ainsi extorqué aux musulmans] à l'encontre de tout droit, entre donc en possession du tyran qui les domine, et devient alors comme du feu : ensuite, lui-même le remet à ses plus fidèles soldats, sur qui il s'appuie pour renforcer son propre pouvoir, assurer la bonne marche de son régime (dawla), soumettre ses ennemis et se livrer à des incursions et à des attaques contre les sujets des tyrans qui échappent à son obédience ou de ceux dont il exige qu'ils se soumettent à lui. Et ainsi, l'ardeur de ce feu qu’est l'argent est multipliée, car les soldats de l'armée l'utilisent ensuite pour les affaires qu'ils font avec les commerçants et les artisans, et il se convertit, dans les mains des marchands, en scorpions et en vipères. A leur tour, les commerçants achètent avec cet argent ce dont ils ont besoin aux autres sujets du tyran, de telle sorte que les monnaies d'or et d'argent se transforment, ainsi que vous le voyez de vos propres yeux, en roues qui circulent au milieu du feu de l'enfer.

Trad. Miguel ASIN PALACIOS, "Un códice inexplorado del Cordobés Ibn Hazm", Al-Andalus, II, 1934, pp. 38 et 40.

D. Fragment d’un poème d'Ihn Hazm

21Je restai seul avec elle, sans autre tiers que le vin, cependant que l'aile de la nuit s'ouvrait doucement.

22C'était une jeune fille loin de laquelle j’aurais perdu la vie ! Malheur à toi ! Est-ce péché que cette envie de vivre ?

23Moi, elle, la coupe, le vin blanc, l'obscurité, nous paraissions terre, pluie, perle, or et jais.

D’après la traduction GARCIA GOMEZ d'un poème donné dans le Collier de la colombe (p. 43 de la trad. Bercher), et cité dans Juan VERNET, Literatura árabe, Barcelone, coll. "Labor", s.d., p. 115.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search