Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[20]. Monnaie et pouvoir : la numismatique de Denia sous les émirs slaves

Texte intégral

1La numismatique très abondante et variée des royaumes de taifas andalous du XIe siècle a fait l'objet de bonnes publications des érudits espagnols du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. Elle a surtout servi a préciser la chronologie des dynasties des multiples émirats entre lesquels se partage l'Espagne musulmane durant cette période agitée, mais on n'en a certainement pas encore tiré toutes les conclusions qu'elle laisse entrevoir sur l'histoire idéologico-politique de cette époque, très intéressante pour l'étude du pouvoir dans l'aire musulmane occidentale au Moyen Age. On propose ci-après à titre d'exemple les légendes de quelques monnaies de la taifa de Denia, qui permettent un certain nombre de constatations à cet égard.

2La succession des pouvoirs à Denia à partir de la crise du califat est assez bien connue dans ses grandes lignes. Peu de temps après le début des troubles, vers 1010 probablement, une autorité pratiquement indépendante apparaît dans la ville, celle du chef esclavon (saqaliba) Mudjahid al-'Amiri, qui va se révéler l'un des plus intelligents et entreprenants des émirs des taifas en formation. On sait qu'il étend son autorité aux Baléares, et se lance en 1015-1016 dans une entreprise, probablement démesurée, de conquête de la Sardaigne, qui échoue assez lamentablement devant l'opposition de Pise et de Gênes. On a peu de précisions sur la vie politique du "royaume" de Denia après cette date. Lorsque les divers chefs esclavons de la région levantine, après la mort des deux premiers émirs de Valence Mubarak et Muzaffar vers 1017, se mettent d'accord pour faire venir dans cette ville l'amiride 'Abd al-'Aziz et lui remettent le pouvoir (1021 ou 1022), Mudjahid, pas plus que le gouverneur slave d'Almería, Khayran, ne reconnaît l'autorité du nouvel émir de Valence, avec lequel il semble avoir entretenu durant tout son règne des relations conflictuelles (19). Il se contente dès lors de régner sur la région de Denia et les Baléares jusqu'à sa mort en 436 (1044-1045). On sait qu'il fait de Denia un centre culturel important, où il attire de nombreux lettrés et savants, développant en particulier la science de la lecture coranique. Après lui règne son fils 'Ali, qui est brutalement dépossédé du pouvoir par son propre beau-frère, l'émir de Saragosse Ahmad al-Muqtadir (b. Hud), qui incorpore Denia à ses Etats en 1076.

3A la mort d'al-Muqtadir en 1081, ses possessions sont partagées entre ses deux fils, Yusuf, qui gouverne Saragosse et porte le laqab d'al-Mu'tamin, et al-Mundhir, qui gouverne Tortosa et Denia avec le titre de hadjib et le laqab de 'Imad al-Dawla. Ce Mundhir est contemporain de l'établissement à Valence du pouvoir du Cid, auquel il tente vainement de s'opposer avec l'aide du comte de Barcelone, et qui finit par lui imposer le paiement d'un tribut. Il meurt en 1090, laissant le pouvoir à son fils, Sulayman Sayyid al-Dawla, qui ne règne que peu de temps sur Denia, occupée en 1092 par les Almoravides, et un peu plus longtemps sur Tortosa dont les Almoravides ne peuvent prendre possession qu'après avoir repris Valence aux chrétiens (1102).

4Denia est donc gouvernée, de la crise du califat de Cordoue à 1076, par deux émirs slaves (dits souvent "amirides" car ils appartenaient à l'origine à la "clientèle" d'affranchis des hadjib/s amirides de la fin du califat al-Mansur et son fils 'Abd al-'Aziz al-Muzaffar) : Mudjahid et son fils 'Ali. Incorporée par al-Muqtadir à l'Etat hudide de Saragosse de 1076 à 1081, la ville redevient le siège d'un pouvoir indépendant sous les deux Hudides Mundhir et son fils Sulayman jusqu'à son occupation par les Almoravides en 1092. Ces vicissitudes politiques se traduisent dans le monnayage de la ville, dont l'étude permet une première constatation qui n'est pas sans intérêt : on ne frappe à Denia, en quantité significative, des monnaies au nom des princes amirides qui gouvernent la ville qu'à partir d'une date relativement tardive. Sans pouvoir entrer dans tous les détails que nécessiterait une étude précise du monnayage des Amirides de Denia, on peut seulement signaler que Mudjahid semble avoir fait frapper très tôt quelques monnaies en un lieu non identifié du nom d'"Elota" ('Alawta). Les premières ne portent pas son nom, mais seulement celui du calife de Cordoue Hisham II al-Mu'ayyad, et sont datées de 402-403 (1011-1013). Les suivantes sont datées de 405-406 (1014-1016). Certaines portent au revers le nom de Mudjahid, et toutes à l'avers le nom d'un calife désigné comme "l'Imam 'Abd Allah", personnage qu'il faut identifier avec 'Abd Allah "al-Mu'ayti", un omeyyade que Mudjahid fit reconnaître comme calife à Denia pendant ces années, et par qui il se fit donner mission de conquérir la Sardaigne. On sait par les sources écrites que cette expérience dura très peu de temps, ce calife s'étant pris au sérieux et ayant tenté de se passer de Mudjahid, qui le chassa de ses Etats. Comme d'autres faits similaires, dont le plus connu est la reconnaissance par les Abbadides de Séville du faux calife Hisham II en 42711035 (15*), cet épisode est révélateur de la difficulté des "rois de taifas" à obtenir une légitimité politique qui ne pouvait leur être fournie que par une "couverture" califale, même fictive.

5Il est en effet intéressant de constater qu'une fois disparu de la scène ce "calife" omeyyade de Denia, Mudjahid ne semble plus avoir osé procéder dans ses Etats à de nouvelles émissions monétaires. Les seuls souverains andalous à frapper des monnaies à cette époque sont d'une part les Hammudides de Málaga-Ceuta, qui sont aussi les seuls à prétendre au titre califat, et émettent une monnaie d'or et d'argent, apparemment très abondante, entre 1012 et l'annexion de leurs Etats par les Abbadides de Séville et les Zirides de Grenade un peu après le milieu du siècle, d'autre part les Tudjibides de Saragosse dont on connaît quelques émissions de dinars d’or à partir de 415 (1024-1025). Aucun des autres "rois de taifas" ne semble s'être enhardi à frapper de monnaies à son nom avant que ne soit intronisé à Séville, en 427/1035, le faux Hisham II al-Mu'ayyad (15*). C'est seulement après cette date que divers souverains, qui avaient formellement reconnu ce dernier, se mirent à frapper des monnaies sous son invocation, mais portant aussi leur propre nom, dans leurs capitales respectives. Parmi les premiers, l'amiride 'Abd al-'Aziz al-Mansur à Valence dès la même année 427, et son voisin Mudjahid à partir de 431/1038-39 seulement, si l'on en croit les monnaies conservées.

6Il n'y a donc pas de frappes monétaires attestées dans des villes économiquement actives comme Valence ou Denia avant ce moment déjà assez avancé dans l'histoire des taifas. Le cas d'Almería est identique, puisque l’on n’y constate pas d'émissions monétaires sous les deux émirs esclavons Khayran et Zuhayr, et qu'il faut attendre l'annexion de la ville par al-Mansur de Valence en 429/1038 pour que des monnaies y soient frappées, à son nom et toujours sous l'invocation de Hisham II. C'est à ces premières monnaies des taifas que se rattache le dirhem de 435 où figure au revers le nom de ce calife auquel est associé celui de Mudjahid, et à l'avers, avec la kalima (profession de foi), les noms des fils de ce dernier, Hasan, mentionné par quelques sources écrites, et 'Ali, qui est celui qui lui succède finalement seul. Le second dirhem, de 437, correspond à la continuation des mêmes émissions sous ce dernier après la mort de son père. Comme tous les autres émirs des taifas une fois passée la toute première génération, il porte quant à lui un surnom de règne ou laqab, celui de 'lqbal al-Dawla qui figure au revers associé à l'invocation califale à Hisham II. Mais pour laisser la place au laqab du souverain effectif, ou parce qu'elle apparaît comme de plus en plus formelle, cette dernière a été simplifiée par rapport à celle de la monnaie précédente, et le laqab d'al-Mu'ayyad a été omis.

7Quelques royaumes de taifas, comme celui des Tudjibides de Saragosse, n'avaient jamis fait figurer la mention du calife al-Mu'ayyad sur leurs monnaies, mais l'avaient remplacée par l'invocation plus vague d'un "Imam 'Abd Allah Emir des Croyants", dont on considère parfois qu'il s'agit d'une sorte de reconnaissance toute théorique du califat abbasside, mais qui peut aussi bien être l'évocation symbolique de l'unité de l'Islam au delà de la division politique effective en principautés. A Denia, après un assez long et peu explicable hiatus dans les émissions connues (entre 458/1065 et 466/1073-74), les dernières monnaies amirides adoptent aussi ce parti. C'est le cas du dirhem de 467/107475, immédiatement antérieur à l'annexion par al-Muqtadir de Saragosse. A l'avers, figure un Mu'izz al-Dawla Muhammad, qui est sans doute le fils et héritier désigné du second émir amiride de Denia.

8On ne connaît pas de monnaies frappées à Denia par al-Muqtadir b. Hud, qui doit donc concentrer toutes les frappes monétaires de ses Etats à Saragosse. Le même phénomène se produit à Tortosa, qu'il annexe dès 1060. Les émirs esclavons qui gouvernent la ville avant cette date y frappaient des monnaies depuis 1043, mais ces frappes semblent cesser complètement lorsque la ville passe sous l'autorité de l'émir de Saragosse. Les émissions ne recommencent à Denia que lorsque la ville redevient capitale politique, avec l’installation de l'un des deux fils d'al-Muqtadir, le hadjib Mundhir b. Ahmad, qui, ainsi qu'on l'a vu plus haut, y règne en souverain indépendant de 1081 à 1090. A cette époque correspond une nouvelle série monétaire, assez abondante. Les pièces ne portent plus au revers une référence califale sans signification, mais seulement le nom du souverain (Mundhir), son titre de hadjib et son laqab ('Imad al-Dawla) ; à l'avers figurent la kalima et le nom de l'héritier désigné, fils du souverain, Sulayman. Ce dernier succède à son père en 1090, et l'on possède encore un certain nombre de monnaies de Denia à son nom pour les années 483/1090-91-485/1092-(93). Il y figure comme son prédécesseur avec le titre de hadjib, et son propre laqab de Sayyid (ou Sid) al-Dawla. Ces émissions s'interrompent avec l’occupation de la ville par les Almoravides en 1092. Chassé de Denia, ce Sulayman Sayyid al-Dawla frappe encore des monnaies à Tortosa entre 484/1092 et 492/1098-99, date à laquelle les frappes cessent deux ou trois ans avant que cette ville ne soit à son tour rattachée à l'empire almoravide. Les légendes de ces dernières monnaies tendent à s'écarter de celles des types antérieurs (légendes abrégées ou modifiées, "fioritures", etc...).

9De l'histoire monétaire de Denia (et des autres capitales andalouses durant cette période), on peut tirer quelques conclusions. Ce monnayage des taifas reste d'abord fidèle aux types monétaires du califat omeyyade ; on est frappé néanmoins par la lenteur avec laquelle sont apparues les frappes propres des taifas. A l'exception des Tudjibides de Saragosse, les émirs qui avaient réussi à établir des pouvoirs indépendants dans les capitales provinciales ne se sont décidés à y frapper des monnaies qu'à partir de l'installation du faux calife Hisham II à Séville, et en s'abritant derrière une reconnaissance de façade de ce dernier. Cette dépendance étroite de l'activité monétaire à l'égard des faits politico-idéologiques est confirmée par le fait que lorsque Denia cesse d'être le siège d'un pouvoir souverain, entre 1076 et 1081, on cesse d'y frapper des monnaies, alors qu'il s'agit d'un port actif où Ton pourrait penser a priori que la frappe de monnaies était constamment nécessitée par des raisons économiques. Un autre problème que poserait l'étude d’ensemble de ce monnayage est la rareté des monnaies d'or (quelques exemplaires de dinars sont cependant connus pour 'Ali 'Iqbal al-Dawla). Il s'agit d'un fait assez général : le monnayage des taifas tel que le révèle la numismatique est, de plus en plus exclusivement, au fur et à mesure que Ton s'avance dans le XIe siècle, constitué de dirhems, alors que les sources chrétiennes font souvent allusion à l'or (dinars) d'al-Andalus à cette époque.

A. Légendes des monnaies de Denia au XIe siècle

10Année 435 (août 1043-juillet 1044) : Dirhem de Mudjahid al-'Amiri (v. 1012-1044-45).

11Face I :
légende centrale : ('Ali) Il n’y a de divinité qu'Allah, l'Unique, qui n'a pas d'associé (Hasan).

12légende marginale : Au nom de Dieu, ce dirhem a été frappé à Denia en l'an 35.

13Face II :
légende centrale : L'Imam Hisham, Amir al-Mu'minin, al-Mu'ayyad bi-Llah (Mudjahid).

14légende marginale : Muhammad est l'Envoyé de Dieu qui l'a envoyé avec la Direction et la Religion de Vérité, pour la faire prévaloir sur la Religion en entier, en dépit de l'aversion des Associateurs (Coran, LXI, 9).

15Année 437 (juillet 1045-juillet 1046) : Dirhem de'Ali b. Mudjahid (1044-45=1075-76)

16Face I :
légende centrale : ('Ali) Il n’y a de divinité qu'Allah, qui n'a pas d'associé (Muhammad).

17légende marginale : Au nom de Dieu, ce dirhem a été frappé à Denia en l’an 37.

18Face II :
légende centrale : (Iqbal) L'Imam Hisham, Amir al-Mu'minin (al-Dawla)

19légende marginale : Coran, LXI, 9.

20Année 446 (avril 1054-avril 1055) : dirhem de'Ali b. Mudjahid.

21Face I :
légende centrale : (Mu'izz al-Dawla) Il n'y a de divinité qu'Allah, qui n’a pas d'associé (Muhammad).

22légende marginale : Au nom de Dieu, ce dirhem a été frappé à Denia en l'an 46.

23Face II :
identique à la précédente.

24Année 467 (août 1074-août 1075) : dirhem de 'Ali b. Mudjahid.

25Face I :
légende centrale : (Mu'izz al-Dawla) Il n’y a de divinité qu'Allah, qui n’a pas d'associé (Muhammad).

26légende marginale : Au nom de Dieu, ce dirhem a été frappé à Denia en l’an 467.

27Face II :
légende centrale : (Iqbal) l'Imam 'Abd Allah, Emir des Croyants (al-Dawla). Légende marginale : identique aux précédentes.

28Année 477 (mai 1084-avril 1085) : dirhem de Mundhir b. Ahmad (1081-1090).

29Face I
légende centrale : Il n’y a de divinité qu'Allah, qui n'a pas d'associé (Sulayman).

30légende marginale : Au nom de Dieu, ce dirhem a été frappé à Denia en l'an 475.

31Face II : (al-Hadjib 'Imad al-Dawla) Muhammad est l’Envoyé de Dieu (Mundhir).

32légende marginale : identique aux précédentes.

33Année 484 (févr. 1091-février 1092) : dirhem de Sulayman b. Mundhir (1090-1092).

34Face I :
légende centrale : Il n'y a de divinité qu'Allah ; Muhammad est l’envoyé d'Allah.

35légende marginale : Au nom de Dieu, ce dirhem a été frappé à Denia en 484.

36Face II :
légende centrale : al-Hadjib Sid al-Dawla Sulayman.

37légende marginale : Identique aux précédentes (mais le verset coranique n’est donné que jusqu'à "en entier")..

Antonio PRIETO Y VIVES, Los reyes de taifas : estudio histórico-numismático de los musulmanes españoles en el siglo V de la Hégira (XI de J.C.), Madrid, 1926, pp. 34-37, 47-49,191-194 (monnaies n° 207 b, 209 c, 212 a, 215), et 211 (monnaies n’299 c et 300) ; Francisco CODERA Y ZAIDIN, Tratado de numismática arábigo-española, Madrid, 1879 (rééd. 1977), pp. 174-181 ; Miquel BARCELO, "Assaig d’un corpus numismatic de la taifa amirida de Daniya-Mayurqa (436-468)", Actas del IV Coloquio hispano-tunecino, (Palma de Mallorca, 1979), Madrid, 1983, pp. 43-60.

38B. Reproduction de la dernière monnaie (Sulayman Sid al-Dawla, année 484), d'après F. CODERA, Tratado..., planche XVIII.

Table des illustrations

Légende 20B
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/18987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search