Version classiqueVersion mobile

L'Espagne et la Sicile musulmanes

 | 
Pierre Guichard

Troisième partie. Les taifas andalouses : fragmentation politique et éclat culturel

[19]. Les relations entre les souverains de taifas au milieu du xie siècle d'après l'émir 'Abd Allah

Texte intégral

1Ce passage des "Mémoires" de l'émir 'Abd Allah, le seul texte qui nous apporte un ensemble suivi d'informations relativement détaillées sur la vie intérieure et la politique extérieure de l'un des nombreux royaumes de taifas du XIe siècle, offre l'intérêt de présenter un aperçu des rapports qui s'établissent entre plusieurs de ces Etats aux environs de 1041. L'émir 'Abd Allah fait l'histoire du règne de son grand-père et prédécesseur, l'émir de Grenade Badis b. Habbus, qui porte le laqab d'al-Muzaffar, et règne de 1038 à 1073. Le point central du texte est la question d'Almeria, ville qui, après la mort de son émir esclavon Zuhayr, en 1038 (dans une guerre contre Grenade), avait reconnu l'autorité du souverain amiride de Valence,'Abd al-'Aziz b. Abi 'Amir al-Mansur. En 1041, le vizir arabe Abu-l-Ahwas Ma'n b. Sumadih, qui gouverne Almerίa pour le compte de ce dernier, se soustrait à son autorité, et prétend gouverner la ville de façon indépendante, avec semble-t-il l'accord des habitants et l'appui du souverain de Grenade (16*). D'autres sources évoquent les vains efforts militaires de l’émir de Valence pour soumettre son gouverneur infidèle, mais l'émir 'Abd Allah est le seul à apporter quelques détails supplémentaires (aide des Catalans, tentative avortée d'alliance avec l'émir esclavon de Denia Mudjahid, mort en 1044, dont les relations avec Valence furent en général mauvaises). Il évoque par ailleurs discrètement les oppositions ethniques entre les souverains des taifas (Arabes, comme les Amirides de Valence, Berbères comme les Zirides de Grenade, Esclavons comme Mudjahid de Denia). D'après lui, son grand père aurait exercé au milieu du siècle une véritable prépondérance politique en Andalousie, protégeant d'une part le premier émir de la dynastie des Banu Sumadih d'Almeria, puis son fils Muhammad b. Ma'n, connu sous le laqab d'al-Mu'tasim, qui lui succède en 1051, pendant sa minorité, et exerçant d'autre part une grande influence sur Cordoue, dont l’émir est alors le second représentant de la dynastie des Banu Djahwar, Abu-l-Walid Muhammad, qui laisse gouverner son vizir Ibrahim b. al-Saqqa'.

2Ce dernier est une figure intéressante de la vie politique des taifas vers le milieu du siècle. D'après la Dhakhira d'Ibn Bassam, qui utilise le témoignage perdu du grand historien Ibn Hayyan, lui même katib dans le gouvernement de Cordoue sous les Banu Djahwar, il était d'origine modeste, avait été vendeur ambulant, puis employé dans l'administration des biens des fondations pieuses (habous) avant de devenir administrateur de la Grande Mosquée de Cordoue. S'étant attiré par ses qualités la confiance d'Abu-l-Walid b. Djahwar (1043-1064), il fut élevé à la charge vizirale et exerça le gouvernement de fait de l'émirat cordouan à la satisfaction de tous, à partir d'une date que les sources ne permettent pas de préciser. Mais il aurait ensuite laissé paraître des défauts et une ambition démesurée, qui provoquèrent son assassinat en 1062 sur l'ordre de l'un des fils de l'émir de Cordoue, 'Abd al-Malik, peut-être à l'instigation du souverain abbadite de Séville qui ambitionnait de s'emparer de l'ancienne capitale du califat et redoutait que le pouvoir d'Ibn al-Saqqa' ne soit un obstacle à ses ambitions.

3Mais il convient d'abord que je relate comment Ibn Sumadih accéda au pouvoir à Alméria et l'aide que mon grand-père-que Dieu lui soit miséricordieux-lui prêta pour établir son gouvernement (riyasa) et affermir son pouvoir (mulk) : Ibn Abi 'Amir était alors en guerre contre mon grand-père ; pourtant al-Muzaffar lui avait rendu jusque là des services comme jamais il n'en avait encore bénéficié de la part de quelqu'un de sa propre race. Mais Ibn Abi 'Amir, pour récompenser mon grand-père de ses bontés, eut l’audace d'envahir le territoire du prince d'Almería et accepta les offres d'alliance des Catalans (Ifrandj) auxquels il promit de grandes sommes d'argent. Mudjahid, de son côté, accueillit favorablement son projet quand il le lui exposa, mais ensuite il réfléchit aux inconvénients qu'il présentait. Aussi quand Ibn Abi 'Amir fut sur le point de se mettre en route de Lorca en direction d'Almeria, Mudjahid tarda-t-il à le rejoindre. Une fois qu'il fut arrivé, al-Mansur se rendit compte que l'autre lui ferait défection et qu'il l'abandonnerait, et il lui demanda des explications. Mudjahid dit alors, s'adressant à la fois à Ibn Abi 'Amir et à ses principaux généraux : "Si, les uns et les autres, vous ignorez ce que sont les Berbères et n’avez point éprouvé ce que c’est que de faire la guerre contre eux, moi, par Allah, je sais ce qu'il en est ! Prenez garde que votre perte ne soit due qu’à vous-mêmes et d’apprendre à vos dépens qu'une guerre soutenue pendant vingt ans dans les conditions habituelles est moins grave qu'une rencontre d'une seule heure avec eux, car il peut en résulter à la fois la chute d'une dynastie, le transfert d'une souveraineté et le massacre des combattants. Ne prenez pas de décisions précipitées !" Ibn Abi 'Amir lui dit alors : "Tu n'es qu'un poltron ! Retourne à Denia et ne viens pas m'aliéner mes troupes !" Mudjahid s'en alla sur le champ, irrité de l'injure qu’il venait de recevoir. Mais des dissensions se produisirent dans l’armée d’Ibn Abi 'Amir ; le départ de Mudjahid remplit de crainte les soldats ; quant aux Catalans, ils émirent des exigences d'argent telles qu'il ne put les satisfaire. Il fit donc demi-tour, en se couvrant de discrédit. Al-Muzaffar réunit alors les personnages de sa cour et leur dit : "Que pensez-vous de la défaite subie par ces troupes sans qu'un combat ait été livré ? - C'est une marque de la providence en ta faveur ! Et vous autres, rois, le pouvoir ne vous a été donné sur les gens qu'après qu'Allah vous a élus pour ces fonctions et qu'il a fait que vos esprits sont plus distingués et plus nobles que ceux du commun ; grâce à quoi, vous dépassez de loin ceux qui restent derrière vous !". Al-Muzaffar revint dans ces conditions victorieux de cette expédition. Abu-l-Ahwas devint son très fidèle vassal ; Badis ne pouvait exprimer le moindre désir concernant Alméria sans recevoir satisfaction, et tout ce qu'il commandait dans cette ville arrivait en sa possession. Et la situation se prolongea ainsi pendant plusieurs années.

4Cordoue à cette époque se trouvait dans les mêmes conditions qu'Almería : en effet elle était alors entre les mains d'Ibn al-Saqqa', qui n'aurait su se refuser à satisfaire à la moindre des demandes d'al-Muzaffar. Il en fut ainsi jusqu'au décès d'Abu-l-Ahwas, qui laissa un fils, celui qui devait mourir à Almería-qu'Allah lui fasse miséricorde-au moment où les Almoravides se rendirent maîtres de cette ville. Il était alors encore tout jeune. Il envoya à son avènement un message à al-Muzaffar pour le prier de lui réserver le même appui et la même protection qu'à son père, en lui déclarant qu'il lui témoignerait une soumission encore plus grande que ce dernier et qu'il lui accorderait un droit de regard encore plus grand dans ses Etats.

D'après la traduction Evariste LEVI-PROVENCAL, dans : "Les "Mémoires" de 'Abd Allah, dernier roi ziride de Grenade", Al-Andalus, ΙII, 1935, pp. 288-290 (texte arabe ibid., pp. 266-267).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search